*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 La Semaine Sainte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4976
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: La Semaine Sainte   Lun 26 Mar 2018, 5:45 am

25 mars 2018


La richesse de la croix







[size=18]La crucifixion de JESUS est sans doute ce que nous connaissons le mieux de Lui, car les quatre Evangiles s'accordent sur le récit de la Passion.[/size]



[size=18]Qu’un homme nommé JESUS ait été crucifié en Palestine sous le procurateur Pilate et que ses disciples aient pris le nom de chrétiens, les historiens en conviennent.





Seulement, cette mort a pour les croyants un sens profond et spécifique que les différents auteurs du Nouveau Testament ont tenté d’exprimer. Il est intéressant de voir comment les Évangiles ne présentent pas une vision théologique univoque mais une diversité de témoignages qui permettent d’approcher la profondeur de l’événement.





Nous verrons ici comment Marc, Luc et Jean racontent la crucifixion en suivant la même trame mais en donnant des inflexions différentes.





Dans la sobriété du récit de la Passion dans l’Évangile de Marc (15, 21-40), ce sont la solitude et la souffrance qui ressortent.





Quelques femmes sont présentes mais elles restent à distance (verset 40).





JESUS est seul, abandonné, en butte aux sarcasmes des passants, des grands prêtres et des scribes et impuissant face à ses adversaires dont il subit les initiatives : il est emmené par les soldats, on lui donne du vin, on l’insulte, on lui présente une éponge de vinaigre.





Il reste silencieux jusqu’à la reprise du premier verset du Psaume 22 : « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? »





Cette parole unique de JESUS sur la croix prend tout son relief alors qu’elle affirme au plus profond de la détresse, à travers la figure de l’abandon, la confiance en celui que JESUS peut encore appeler « Mon Dieu ».





Mais c’est dans le grand cri poussé à sa mort que le centurion le reconnaît comme Fils de Dieu.





Est-ce parce que les crucifiés mouraient d’habitude par étouffement ?





Le fils de Dieu serait alors celui qui, dans la mort même, peut encore exprimer un souffle de vie. Ainsi la croix révèle le Fils de Dieu dans l’abaissement subi et accepté. Dieu se révèle là où ne l’attend pas, sous les traits d’un homme faible et méprisé.





Dans l’Évangile de Luc (23, 26-49), qui suit globalement le déroulement de Marc, les proches sont tous présents (v. 49), même s’ils se tiennent encore à distance.





JESUS parle, et ses paroles sont fortes : aux filles de Jérusalem pour un appel à la conversion, à son Père pour demander le pardon de ses bourreaux et au malfaiteur qui l’appelle au secours pour lui affirmer qu’il aura une place avec lui.





Le peuple ne participe pas aux moqueries puisqu’il « reste là à regarder » (v. 35) tandis que les chefs religieux et les soldats raillent le crucifié.





La croix est ici la preuve de l’incrédulité humaine et le signe de la responsabilité des hommes de pouvoir. Après un grand cri, JESUS meurt en prononçant une parole de confiance : « Père, entre tes mains, je remets mon esprit » (v. 46).





Le centurion rend alors gloire à Dieu en confessant le crucifié comme un homme « juste ». JESUS apparaît donc comme un martyr exemplaire, une victime de l’injustice qui intercède pour ceux qui l’ont mis à mort.





Sa mort invite à se situer par rapport à Dieu : les deux malfaiteurs qui l’entourent sur la croix prennent parti et, après la crucifixion, ceux qui ont vu la crucifixion qui repartent en se frappant la poitrine, en faisant pénitence (v. 48).





La passion dans l’Évangile de Jean est un peu différente des trois autres Évangiles. On la connaît souvent mieux parce qu’elle est lue classiquement lors des célébrations du Vendredi saint.





Elle présente un JESUS « maître et Seigneur » jusque dans la mort. Tout au long du procès, JESUS semble dominer ses juges et il a l’initiative aussi bien lors de l’arrestation que sur la croix où il prononce des paroles décisives.





Les proches sont au pied de la croix d’où il prend encore soin d’eux. On peut noter l’absence de tout vocabulaire de la souffrance : pas d’injures ni de moqueries, pas de cri poussé avant d’expirer.





Il n’est pas présenté comme celui qui souffre mais comme celui dont la mort est encore l’occasion de délivrer un message important. La crucifixion chez Jean est comme l’accomplissement de la révélation.





Sa mort est comprise comme élévation et retour vers le Père. Elle est déjà ouverture à la transcendance.





Ce trop rapide parcours nous invite à entrer dans la richesse de la croix pour nos vies.





Au cœur de l’Évangile, la parole de la croix vient nous interpeller et nous invite à attendre le matin de Pâques pour déployer un chemin de vie.



http://www.seraphim-marc-elie.fr/
[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4976
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: La Semaine Sainte   Lun 26 Mar 2018, 5:52 am

Programme de la Semaine Sainte au Vatican

Les chrétiens du monde entier s’apprêtent à entrer dans la Semaine Sainte, acmé de l’année liturgique, où l’Eglise célèbre la Passion, la mort et la Résurrection du Christ. Et comme chaque année, cette semaine réserve un programme de célébrations très dense pour le Souverain Pontife.



Manuella Affejee- Cité du Vatican.


La messe du Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur inaugure la Semaine Sainte, et commémore l'entrée messianique du Christ à Jérusalem ; ce 25 mars, le Pape François bénira les rameaux et branches d’olivier qui seront solennellement portés en procession sur la Place Saint Pierre, Suivra ensuite l’Eucharistie, à 10h. Le Dimanche des Rameaux marque également la XXXIIIe Journée mondiale de la Jeunesse, au niveau diocésain, avec, en vue, les JMJ de Panama, en janvier 2019. Au terme de la célébration, le Pape se verra remettre la synthèse des contributions de plus de 300 jeunes, présents à Rome cette semaine pour une réunion pré-synodale, en préparation de la XVe assemblée du synode des évêques sur les «jeunes, la foi et le discernement vocationnel».



Jeudi 29 mars 2018, l’Evêque de Rome, entouré des prêtres de son diocèse, présidera la messe chrismale en la Basilique Saint Pierre. Il procèdera à la bénédiction des Saintes Huiles et à la consécration du Saint-Chrême, qui serviront à la célébration des sacrements tout au long de l’année. Dans la soirée, le Saint-Père se rendra à la prison Regina Coeli, un des plus importants centres pénitenciers de Rome, pour y célébrer, avec plus de 3 000 détenus, la messe de la Sainte Cène du Seigneur, -qui ouvre le Triduum pascal-, incluant le rite du Lavement des pieds.





Le Pape François célèbrera la messe du Jeudi Saint à la prion "Régina Coeli" de Rome



Le Pape François procède au lavement des pieds en la prison de Paliano en avril 2017.   



Pour la quatrième fois de son pontificat, le Pape François a choisi une prison pour accomplir le rite du lavement des pieds du Jeudi Saint.

C’est à la prison "Regina Coeli" de Rome que le Souverain pontife se rendra jeudi 29 mars 2018 à 16h00 pour célébrer en privé la solennité de la Cène du Seigneur..

Il rencontrera des détenus malades à l’infirmerie, ainsi que des détenus de la 8ème section de la prison.
Au premier Jeudi Saint de son pontificat, le Pape s’était rendu à la prison pour mineurs de Casa del Marmo, puis en 2015 à celle de Rebibbia. En 2017, c’est la prison de Paliano dans le Latium qui avait reçu sa visite.



«La cérémonie du lavement des pieds n’est pas folklorique. Elle est un geste pour se souvenir de ce que JESUS a fait, après avoir pris le pain et le vin: il nous a donné l'amour de Dieu», avait alors déclaré François lors de son homélie.



Toujours attaché à vivre cette célébration du Jeudi Saint dans un lieu symbolique des périphéries humaines, outre ses fréquentes célébrations en prison, le Pape François avait aussi célébré cette liturgie dans une maison de retraite, en 2014, et dans un centre d'accueil pour réfugiés, en 2016.





Vendredi 30 mars, Vendredi Saint
,


François présidera la célébration de la Passion du Seigneur, -qui n’est pas une messe-, avec vénération de la Croix. L’homélie sera, comme de coutume, assurée par le prédicateur de la Maison Pontificale, le père Raniero Cantalamessa. A 21h, le Pape rejoindra des milliers de fidèles au Colisée, pour le traditionnel Chemin de croix, diffusé en mondovision. Cette année, les méditations ont été écrites par de jeunes lycéens de la Ville éternelle.


A 21h30, le Soir du Samedi Saint
, le Pape présidera la veillée pascale, en la Basilique Saint Pierre, avec bénédiction du feu nouveau.


Le dimanche 1er avril
, la messe solennelle de la Résurrection du Christ sera célébrée par le Pape, sur la Place St Pierre ; après l’Eucharistie, l’Evêque de Rome donnera aux fidèles du monde entier sa bénédiction «urbi et orbi», «à la Ville et au monde», depuis la loggia centrale de la Basilique.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4976
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: La Semaine Sainte   Lun 26 Mar 2018, 6:02 am

Prier à la maison durant la Semaine Sainte

Publié le  26 mars 2018   par Père Etienne Grieu


La semaine sainte est le sommet de toute l’année liturgique. On y passe par la désolation et la tristesse, et puis la plus grande joie : celle de la résurrection du Christ. Voici quelques propositions pour s’y associer en famille.

- Pour le dimanche des  Rameaux  :

Si vous allez à la messe des rameaux, n’hésitez pas à prendre une branche de buis assez importante. De retour à la maison, avant le déjeuner vous pouvez avoir un petit temps de célébration : vous disposez la branche de buis sur un meuble ou une table, sur une belle nappe blanche, dans le lieu le plus fréquenté par tous (par exemple la salle de séjour). Vous disposez aussi une croix, une Bible ouverte, et une bougie. Tout le monde se réunit là, et se souvient de ce qu’on a entendu à l’église, pendant quelques secondes de silence. Puis le papa ou la maman détache autant de brins de buis qu’il y a de chambres dans la maison ; et tous ensembles, on va porter chaque brin dans chaque chambre. Là, on passe le brin de buis derrière la croix ou l’icône, et l’on fait cette petite prière : « Que ce rameau vert soit pour N (celui ou celle qui habite dans la chambre) le signe de ta présence vivifiante »

A la fin, on revient auprès de la nappe, avec la branche de buis principale. Là chacun peut faire un baiser à la croix du Christ. Et puis, on peut dire le Notre Père.


- Pour le jeudi saint :

C’est le dernier repas de JESUS, là où JESUS a donné le pain et le vin comme son corps et son sang, et a lavé les pieds des disciples. Lors du repas du soir, on peut à table, garder une place vide : une chaise vide et devant, non pas des couverts, mais sur un petit set de table ou un napperon, une bougie qui symbolise la présence de JESUS.
On peut commencer le repas par cette prière : « JESUS, toi qui nous a tant aimé, nous voulons te faire une place dans notre maison et dans notre cœur. Viens chez nous, aide nous à t’ouvrir tout grand la porte, reste avec nous. Apporte- nous ta paix, ta douceur, et ta joie ».
A la fin du repas, on peut dire le Notre Père.


- Pour le vendredi saint :


La famille peut se retrouver quelques minutes autour de la croix (là où il y a aussi le buis, la Bible et une bougie). Chacun peut faire un geste pour vénérer la croix (lui faire un baiser par exemple). Et puis, on peut dire le Notre Père, en se tenant la main.

- Pour la nuit de Pâques


Lors de la veillée pascale, nous fêtons la résurrection du Christ. La célébration commence dehors, dans la nuit. On entre dans l’église guidés par la lumière du cierge pascal, qui se diffuse à tous les participants.
De retour à la maison, vous pouvez allumer le petit cierge que vous aurez reçu lors de la messe. Entourer la croix, la Bible disposées sur la nappe, avec la branche de buis. Vous éteignez toutes les autres lumières de la maison. Prendre un petit temps de silence. Vous priez : « Seigneur vient dans nos ténèbres, éclaire toutes nos nuits, vient nous redire que tu es ressuscité ». Et puis, très vite, vous allumez toutes les lumières de la maison si possible toutes ensemble. Et vous chantez votre joie. Par exemple « Alléluia alléluia JESUS est vivant, alléluia alléluia JESUS est vivant ! » (ou autre chose que vous connaissez).

Père Etienne Grieu, source http://eglisecatholiquesaintouen.com/Prier-a-la-maison-durant-la
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mister Be
Membre Actif
Membre Actif
avatar

Date d'inscription : 13/10/2011
Masculin
Messages : 4200
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Juif messianique

MessageSujet: Re: La Semaine Sainte   Mar 27 Mar 2018, 2:02 am

Bonne montée vers votre Jérusalem intérieure!
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4976
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: La Semaine Sainte   Mer 28 Mar 2018, 9:54 am

A toi aussi Mister Be
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4976
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: La Semaine Sainte   Jeu 29 Mar 2018, 8:17 am

Le lavement des pieds






Depuis toujours, les commentateurs de l’Evangile que nous venons d’entendre se sont demandés pourquoi le Christ lavait les pieds des disciples, et pas une autre partie du corps. Je ne sais pas si vous vous êtes déjà posé la question, mais moi, je me suis demandé : pourquoi donc les pieds ?
 
C’est intéressant que le Christ lave les pieds… il ne lave pas les jambes, ni les bras, ni la tête, il lave les pieds… alors qu’un pied c’est compliqué à laver, il y a des doigts, cela monte, cela descend, un pied, ça ne sent pas forcément très bon…
 
Alors je me dis que peut-être, le Christ a lavé nos pieds parce que nos pieds ressemblent parfois à notre vie. Un pied, c’est un peu comme nos vies, qui sont compliquées et pleines de replis, qui traversent des hauts et des bas…
 
En lavant nos pieds, JESUS, vient laver ces hauts et ces bas, laver les hauts de nos vies, quand tout va bien, pour nous aider à entrer dans l’action de grâce et à vivre de l’action de grâce, de la joie et de la vie de Dieu ; quand nous sommes en difficultés, quand nous sommes en bas, eh bien le Christ vient aussi laver nos bas, pour nous aider à y discerner sa présence douce, bienfaisante et salutaire.
 
Il y a les formes bizarres du pied, mais il y a aussi les odeurs… un pied cela ne sent pas forcément très bon… un peu comme nos vies… Ô combien nos vies parfois prennent une drôle d’odeur, une drôle d’odeur qui peut être l’odeur des larmes versées, l’odeur des regrets qui s’accumulent, des remords qui s’amoncellent, des péchés qui pourrissent… mais le Christ vient laver cela à grande eau, il vient y déposer un baiser, il vient y répandre le parfum du Saint Chrême, qui fait que depuis notre baptême, nous sentons la bonne odeur du Christ… bien sûr cette odeur de Saint Chrême peut être masquée avec le temps, mais le karcher de la confession met nos pieds et notre cœur à neuf, empli de ce délicieux parfum à nul autre pareil.
 
Dessin de Rembrandt

 
En prenant les pieds de ses disciples, en lavant, le Christ ne fait donc pas que laver des pieds, il nous rappelle que nous sommes déjà lavés tout entiers par le bain du baptême. En lavant les pieds, JESUS nous donne un signe, mais un signe cela renvoie toujours à plus loin… Derrière le geste de JESUS, il y a tout l’amour de Dieu, qui s’abaisse jusqu’à nous pour nous relever avec lui dans sa gloire.
 
En instituant par le lavement des pieds le service comme centre de la vie chrétienne et en donnant son Corps et son Sang, JESUS institue aussi le sacerdoce, qui est signe de l’amour de Dieu, ce Dieu qui donne des hommes pour veiller sur d’autres hommes. Derrière le signe du sacerdoce, il y a l’amour qui ne peut être satisfait que s’il abaisse auprès du plus faible.
 
Derrière le signe du pain et du vin, il y a une révolution admirable : nos yeux, nos sens peuvent nous dire que ce n’est que du pain ou du vin, mais notre âme, notre cœur, sait que, par la puissance de Dieu, ce pain est devenu Corps du Christ, nourriture solide pour notre marche à la suite de Dieu ; notre cœur, sait que, que par la puissance de l’amour de Dieu, le vin est devenu Sang du Christ, vin des Noces de l’Agneau, coupe de la vie éternelle.
 
...
 
Ce soir, nous vivons le début du passage de Pâques, avec la puissance d’amour de Dieu… Cette puissance est à l’œuvre dans notre monde, mais pas à la manière du monde, Dieu œuvre par l’abaissement. La puissance d’amour de Dieu est abaissement, comme nous le lisons dans la Passion, comme nous le lisons dans l’Evangile du lavement des pieds… abaissement… « qui s’abaisse sera élevé » nous dit JESUS.
 
L’abaissement ce n’est pas l’humiliation, c’est se mettre à niveau des hommes : comme lorsqu’un père ou une mère de famille se penche vers son enfant pour lui parler, le laver, le prendre dans ses bras ; c’est se mettre à niveau d’une personne affaiblie par la maladie, s’asseoir pour être au niveau de son visage, pour pouvoir lui prendre la main et demeurer ainsi en communion.
 
Se mettre à niveau des hommes, c’est voir en chacun l’enfant de Dieu qu’il est, soit pour le contempler, car la personne resplendit de l’Evangile, soit pour lui révéler combien est grand l’amour que Dieu a pour elle… S’abaisser pour mieux parler aux hommes de Dieu, leur dire qu’Il est venu dans leur petitesse pour y déployer sa grâce et son amour… S’abaisser enfin pour pardonner, car le pardon ne se donne pas de haut, il se fait don pour élever l’autre, l’ancien offenseur.
 
JESUS, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout… JESUS nous aime, jusqu’au bout, jusqu’au bout des pieds (il les lave), jusqu’au bout de la tête (il nous parle), jusqu’au bout de notre cœur (il donne son Corps pour nourrir notre corps).
 
Ouvrons nos mains, nos pieds, notre intelligence et notre cœur à ce Dieu qui vient nourrir notre soif de vie éternelle. Laissons-nous conduire par le Christ dans sa Pâque. Il a désiré d’un grand désir manger cette Pâque avec nous.
 
[size=22]Thomas Poussier[/size]


http://www.seraphim-marc-elie.fr/2018/03/le-lavement-des-pieds.html
Revenir en haut Aller en bas
 

La Semaine Sainte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Semaine sainte orthdoxe copte en direct
» SVP : lisez ma proposition pour la Semaine Sainte.
» Proposition pour la Semaine Sainte
» La Semaine Sainte
» neuvaine pour la PAIX Mondiale retraitre de la semaine sainte 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: C H R I S T I A N I S M E :: Dialogue Oecuménique et autres religions ( SECTIONS ENSEIGNEMENTS ) :: Catholique-