*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 Référendum sur le Brexit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Référendum sur le Brexit   Jeu 16 Juin 2016, 9:16 pm

Référendum sur le Brexit

Après le meurtre de Jo Cox, la presse britannique dénonce une « attaque contre la démocratie »


LE MONDE | 17.06.2016 à 05h47 • Mis à jour le 17.06.2016 à 09h43


« Une attaque contre l’humanité, l’idéalisme et la démocratie… » Le Guardian ne manque pas de mots pour décrire la mort de Jo Cox, députée travailliste britannique tuée jeudi 16 juin à Birstall, en Angleterre. « Quelle qu’en soit la cause, une attaque contre un parlementaire est toujours une attaque contre le Parlement, c’est le cas pour celle de jeudi, et c’était le cas pour les précédentes », assure le quotidien britannique dans son éditorial, rappelant que « la violence contre les députés est, Dieu merci, rare en Grande-Bretagne ». « Seuls trois députés » ont été tués dans l’histoire récente du pays, tous l’avaient été dans le cadre du conflit nord-irlandais.

« Aujourd’hui, il s’agit d’une députée choisie par les citoyens [de la circonscription] de Batley et Spen pour les représenter, animée par son devoir de résoudre les problèmes pratiques de ces mêmes citoyens. S’attaquer à elle, à ce moment et à cet endroit, c’est pointer une arme à feu sur toutes les valeurs dont peuvent être fiers les honnêtes Britanniques. »

Le bilan de celle qui militait depuis plusieurs semaines pour le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne fait en tout cas l’unanimité dans la presse. « Jo était une députée profondément impliquée dans son parti, et dans la façon dont les politiques peuvent faire la différence, pas juste ici, mais partout dans le monde », écrit la journaliste Laura Kuenssberg sur le site de la BBC.

Une « passion pour la justice sociale et l’égalité »

Le Yorkshire Post salue la mémoire d’une « fille, mère, femme politique et humanitaire, qui s’est vraiment efforcée de faire de son mieux pour tous ceux qu’elle a pu rencontrer au cours de sa courte vie ». Pour le quotidien local, Jo Cox incarnait cette « nouvelle génération de députés qui cherchent à rétablir la confiance brisée par d’autres », « à l’heure ou la relation entre Westminster et les électeurs n’a jamais été aussi tendue ».

Dans The Independent, Sadiq Khan, le nouveau maire travailliste de Londres, raconte ses premières rencontres avec celle qui n’était pas encore députée, mais avait passé les premières années de sa carrière à travailler pour des organisations non gouvernementales : « Je savais qu’elle apporterait sa passion pour la justice sociale et l’égalité au Parlement, et qu’elle se battrait aussi fort pour sa communauté au sein de Westminster qu’elle l’avait fait pour tant d’autres partout dans le monde. » Une femme « animée par un idéal », ajoute le Guardian : « Une société dans laquelle les gens peuvent se sentir bien dans leur différence. »

Mme Cox se trouvait près de la bibliothèque où elle tenait régulièrement des permanences au moment de son meurtre. Le Yorkshire Post s’interroge sur la protection des élus, dont les conditions « devront être revues de façon urgente » :

« Seuls ceux qui sont impliqués dans les questions de défense et de sécurité nationale bénéficient systématiquement d’une protection armée, mais il serait profondément regrettable que les élus deviennent moins accessibles à la suite de cette attaque horrible. »

« Une partie essentielle de notre démocratie réside dans le fait que les gens ont un accès complet et libre à leurs députés », souligne le député conservateur Andrew Mitchell dans un hommage à Mme Cox publié sur le site du Telegraph. « Cela implique parfois des risques, mais nous devons veiller à ne pas les exagérer, d’autant plus que beaucoup de gens dans beaucoup d’emplois sont confrontés à des risques : les députés ne sont pas un cas particulier. » « Jo était la dernière personne dont on aurait pu penser qu’elle courait un risque, elle était si gentille et aimable », conclut l’élu.

Si les motivations du tueur restent pour l’heure toujours floues, les deux camps qui s’opposent depuis des mois sur la question du « Brexit » ont décidé d’interrompre leur campagne vendredi, à moins d’une semaine du référendum du 23 juin, en hommage à Mme Cox.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/référendum-sur-le-brexit/article/2016/06/17/apres-le-meurtre-de-jo-cox-la-presse-britannique-denonce-une-attaque-contre-la-democratie_4952232_4872498.html#23Db3XOaaxKzoz7V.99
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Référendum sur le Brexit   Ven 17 Juin 2016, 9:53 pm

Terrorisme ou non ? Polémique sur la qualification du meurtre de Jo Cox

LE MONDE | 18.06.2016 à 06h28 • Mis à jour le 18.06.2016 à 09h32

« Il est temps de qualifier le meurtre de Jo Cox comme ce qu’il est : du terrorisme d’extrême droite », s’exaspère la chroniqueuse du journal conservateur The Telegraph Juliet Samuel, vendredi 17 juin. Et elle n’est pas la seule, au Royaume-Uni, à s’étonner de la réticence des médias et des responsables politiques à qualifier de « terroriste » l’assassinat de la députée du West Yorkshire, jeudi 16 juin, devant une bibliothèque où elle tenait sa permanence électorale. Le suspect, Thomas Mair, 52 ans, a été inculpé pour homicide samedi 18 juin.

Le créateur de la sitcom « Citizen Khan » (diffusée sur la BBC) Adil Ray le dénonce également sur Twitter : « Ne pas qualifier cette attaque d’acte de terrorisme ne fera qu’éloigner la communauté musulmane. Et Jo Cox a durement combattu cela. »

Alors que les liens du suspect, avec l’extrême droite sont au cœur de l’enquête de la police britannique, le journaliste américain Glenn Greenwald, qui avait participé aux révélations d’Edward Snowden sur la surveillance de la NSA et du GCHQ en 2013, s’étonne sur le site The Intercept du « contraste absolu avec un incident très proche qui a eu lieu au Royaume-Uni en 2010, lorsqu’un parlementaire britannique, Stephen Timms, avait été violemment poignardé et presque tué par une femme ». Le journaliste rappelle qu’à cette époque, tous les médias britanniques avaient tout de suite qualifié l’attaque de « terroriste ». La différence ? Elle est « évidente », pour lui : « L’agresseur de Timms était musulmane, originaire du Bangladesh, alors que le suspect du meurtre de Cox… ne l’est pas. »

« Troubles mentaux »

Au Royaume-Uni, selon le Terrorism Act de 2000, un acte doit, pour être qualifié comme terroriste, « viser à influencer le gouvernement ou à intimider la population ou une partie de la population dans le but de faire avancer une cause politique, religieuse ou idéologique ».

Pour certains, la prudence autour de Thomas Mair s’explique donc par le doute qui peut encore subsister sur les motivations du suspect – des informations contradictoires sont parvenues sur le fait qu’il ait prononcé les mots « Britain first ! » lors de l’attaque – et sur sa personnalité – son frère affirme qu’il souffre de « troubles mentaux ». Mais, comme le souligne le chroniqueur du Financial Times Robert Shrimsley, « il est frappant que [les deux plus grands tabloids britanniques] The Sun et The Daily Mail, deux organes de presse qui ne sont pas franchement connus pour leur couverture prudente et discrète de l’actualité, aient tous les deux soulignés que le suspect était un “fou solitaire” ou un “solitaire avec un passif de maladie mentale”. »

Cette prudence, notamment concernant les témoignages sur les paroles prononcées par Mair lors de l’attaque, est louable, souligne-t-il. Mais… « on ne peut que s’interroger sur la prudence avec laquelle certains médias auraient évalué les éléments de l’enquête si le tueur avait eu une origine différente. Comment, peut-on se demander, ces titres auraient traité des témoignages assurant que le tueur avait crié “Allah Akbar” pendant qu’il portait les coups ? »

Glenn Greenwald fait de son côté le parallèle avec Omar Mateen, le tueur d’Orlando, également touché par des troubles mentaux, mais « qualifié immédiatement de terroriste ». Et plusieurs internautes lui ont fourni des modes d’emploi très visuels sur Twitter :

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/referendum-sur-le-brexit/article/2016/06/18/terrorisme-ou-non-le-meurtre-de-jo-cox-provoque-la-polemique_4953136_4872498.html#0WVqTwf57tyttsoS.99
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Référendum sur le Brexit   Sam 18 Juin 2016, 9:15 pm

La campagne sur le « Brexit » redémarre après le meurtre de la députée Jo Cox

Le Monde.fr avec AFP | 19.06.2016 à 06h25 • Mis à jour le 19.06.2016 à 07h42

A quatre jours du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne (UE), plusieurs figures politiques interviennent dimanche 19 juin dans des émissions politiques à la télévision, dont Nigel Farage, le chef de file du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), et Jeremy Corbyn, le chef de l’opposition travailliste. Le premier ministre conservateur, David Cameron, devait répondre quant à lui aux questions du public en direct à la BBC dans la soirée.

La campagne, suspendue après le meurtre jeudi en pleine rue de la députée travailliste Jo Cox, ne devrait toutefois véritablement reprendre que mardi avec un débat organisé dans la Wembley Arena devant 6 000 personnes. Quarante-huit heures après la mort de cette parlementaire qui s’était fortement engagée dans la campagne pour défendre le maintien du Royaume-Uni dans l’UE, l’émotion restait extrêmement vive.

A Birstall, des habitants souvent en larmes se sont recueillis samedi dans le centre-ville pour le troisième jour consécutif. La famille de la victime est venue à leur rencontre pour remercier le public pour ses innombrables témoignages de sympathie. De Liverpool à Glasgow, des veillées étaient organisées dans de nombreuses villes. A Londres, des bouquets de fleurs ont été déposés sur la péniche accostée près de Tower Bridge et sur laquelle la députée vivait avec son mari, Brendan, et leurs deux enfants de 3 et 5 ans.

« Mort aux traîtres »

« Mort aux traîtres, liberté pour le Royaume-Uni » : c’est par ces mots que le meurtrier présumé de Jo Cox s’est présenté samedi pour la première fois devant la justice. Thomas Mair, 52 ans, les a prononcés lorsqu’il a été invité à décliner son identité devant le tribunal de Westminster à Londres, selon l’agence britannique Press Association. Crâne dégarni, menotté et vêtu d’un survêtement gris, il est ensuite resté muet lorsque la magistrate lui a demandé son adresse et sa date de naissance.

Il a été placé en détention dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, au sud-est de Londres. Il doit comparaître de nouveau lundi devant le tribunal londonien de l’Old Bailey. Une expertise psychiatrique a été ordonnée. M. Mair avait été inculpé vendredi soir d’homicide volontaire. Ses propos sans équivoque devant le tribunal semblent conforter les différentes révélations et témoignages apparus depuis jeudi. Mais, particularité de la loi britannique, son inculpation du suspect signifie que les médias n’ont désormais plus l’autorisation de publier ces éléments, notamment sur ses possibles motivations.

« Breaking Point »

Les deux mois de campagne précédant le référendum sur le « Brexit » ont été empreints d’une forte agressivité. Le matin du drame, Nigel Farage avait dévoilé une affiche mettant en scène une colonne de réfugiés et barrée du slogan « Breaking Point » (Point de rupture). Elle a été jugée nauséabonde au sein même du camp du camp favorable au départ de la Grande-Bretagne.

Le ton devrait désormais changer, ont estimé des analystes interrogés par l’Agence France-Presse. Mais aucun d’entre eux ne s’est aventuré à prédire les conséquences de ce drame sur le résultat du vote alors que les dernières enquêtes d’opinion, réalisées avant le meurtre, donnaient les partisans du « Brexit » en tête. Samedi, les deux camps avaient à nouveau mis leurs campagnes en sourdine. « Vote Leave » et « Britain Stronger In » ont annulé des dizaines d’événements à travers le pays.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/referendum-sur-le-brexit/article/2016/06/19/la-campagne-sur-le-brexit-redemarre-apres-le-meurtre-de-la-deputee-jo-cox_4953501_4872498.html#qgsu5ijYmJZiIOYu.99
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Référendum sur le Brexit   

Revenir en haut Aller en bas
 

Référendum sur le Brexit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un référendum déterminera comment occuper les professeurs qui travailleront plus
» plan détaillé : un large recours au référendum est-il juste
» Brexit !
» La Globalisation et le Brexit
» BREXIT : Et si les anglais posaient les bonnes questions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Actualité-