*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 

 le suicide collectif de la secte *Heaven's Gate*en 1997

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ancilla
* * * ANTI-FAUX PROPHETES * * *
* * * ANTI-FAUX PROPHETES * * *
Ancilla

Date d'inscription : 10/12/2008
Messages : 118
Pays : Suisse
R E L I G I O N : Catholique

le suicide collectif de la secte *Heaven's Gate*en 1997 Empty
MessageSujet: le suicide collectif de la secte *Heaven's Gate*en 1997   le suicide collectif de la secte *Heaven's Gate*en 1997 Icon_minipostedVen 06 Mar 2009, 11:37 am

Heaven's Gate
Les âmes perdues de la Porte du Paradis

Sources :
Journal Le Monde, 5 avril 1997, par Laurent Zecchini.
Marshall Applewhite leads mass suicide of Heaven's Gate - Higher Source castrated UFO cult.

--------------------------------------------------------------------------------

Le 26 mars 1997, trente-neuf corps bien alignés sont découverts dans une villa de Rancho Santa Fé, en Californie. Tous membres de la secte de la Porte du Paradis, ils ont abandonné leur enveloppe corporelle pour "rejoindre le vaisseau spatial dissimulé derrière la comète de Hale-Bopp", en voyage vers une "destination cosmique" connue d'eux seuls, dans le but d'atteindre un "niveau supérieur"...

Après 10 jours d'enquête, la police californienne a refermé le dossier : pas de sang, pas de crime, pas de coupable ni d'explication rationnelle à rechercher. Une bande d'illuminés, c'est tout.

Par quel procédé d'endoctrinement ces 21 femmes et 18 hommes ont-ils été persuadés qu'ils accéderaient à un "niveau supérieur", dans une participation à une mise en scène version macabre de Rencontre du troisième type ou de Star Trek ? Qui sont ces adeptes ?

Suicide collectif par ingestion de phénobarbital
Des adeptes issus de tous horizons
Profil du gourou
Naissance d'une secte

--------------------------------------------------------------------------------

[Résumé]

Suicide collectif par ingestion de phénobarbital
Les suicidés de Santa Fe n'étaient pas des marginaux, mais des gens souriants, réputés équilibrés. Ils habitaient dans des villas luxueuses et s'occupaient de la création de sites Internet. Ces "moines" aux cheveux courts et aux pyjamas noirs de Viêt-cong inquiétaient un peu leur voisinage, mais leur comportement et leurs références professionnelles étaient irréprochables. Les consultants de la société "Higher source" se montraient extrêmement compétents pour guider leurs clients dans le cyber-espace. Ces derniers n'étaient pas forcément au courant que les employés de cette société étaient également au service du site prosélyte Heaven's Gate.

Des adeptes issus de tous horizons
En 1996, Steven et Yvonne Mc Curdy-Hill abandonnent leur cinq enfants, dont deux jumelles nouveau-nées. C'est Steven, passionné de science-fiction, qui découvre sur Internet le site de Heaven's Gate. Yvonne succombera au magnétisme de "Do" et prendra part au "grand voyage". Quant à Steven, il est retourné au foyer après deux ou trois mois de présence dans la secte. Il est un des rares survivants ayant séjourné dans la villa de Rancho Santa Fé.

David Geoffrey Moore, un adolescent fragile, il disparaît en 1975 après avoir assisté à une réunion d'un groupe mystérieux, dont les membres croient que les ovnis règlent leur destin. Sa mère le retrouve vingt ans après "l'air calme, rationnel, heureux".

John Craig, 63 ans. En 1975, c'est un homme d'affaire prospère, père de six enfants. Un vieil ami lui rend visite et lui présente les enseignements de "Do" et "Ti", qui s'appellent à l'époque "Bo" et "Peep". Une semaine plus tard, après une rencontre avec "Do", il abandonne femme et enfants pour rejoindre la secte. "Pour moi, il est mort depuis 22 ans", déclare sa femme Mary-Ann, "après son départ soudain, il ne donnait de ses nouvelles qu'occasionnellement avec des lettres impersonnelles et sans adresse de retour".

Raymond Alan Bower a 25 ans quand il assiste à une conférence sur les OVNI, animée par Marshall Applewhite à l'université de Stanford à Palo Alto. Il rejoint la secte en 1975 et la quitte 8 ans plus tard. En 1988, il traverse deux douloureuse épreuves : la mort de son jeune frère et une procédure de divorce à l'issue de laquelle il perd la garde de ses trois enfants. Depuis, d'après sa soeur Susan Ventulette, il vit de petits boulots et passe le reste de son temps devant la télé jusqu'au jour où il rencontre un autre ex-membre de la Porte du Paradis. C'est selon lui un "signe du destin", et il décide de réintégrer la secte. "Personne ne l'a forcé à y retourner", déclare une de ses soeurs, "Il était avec eux parce qu'il obtenait une paix intérieure qu'il ne trouvait pas à l'extérieur, dans le monde réel".

Ladonna Ann Burugato, 40 ans, était une remarquable violoniste, dit son père, et exerçait le métier de programmeur en informatique. Il y a trois ans, il père perd le contact avec elle, en même temps qu'elle entre cette secte. Il fait alors appel aux services d'un détective privé : "J'ai tout fait pour la retrouver", dit son père, "avec ma famille, nous sommes partis à sa rechercher pendant trois ans, mais elle semblait toujours avoir une longueur d'avance sur nous". Quand Ladonna loue une maison dans le district de Cherry Creek School (Colorado), son propriétaire remarque un comportement assez étrange : "Elle avait fixé aux coins de son lit quatre cristaux en forme de diamant et un grand cristal suspendu au plafond juste au-dessus du lit. J'avais l'impression que c'était une sorte d'expérience New Age de communion avec les esprits".

Margaret June Bull, 53 ans, rejoint la secte au milieu des années 70, après avoir été professeur d'anglais en Espagne. Margaret revient à la maison en 1994, à la mort de sa mère. A cette époque, elle parle des membres de la secte qui conduisent des voitures de luxe, vivent en communauté, déménagent fréquemment et sont tous célibataires. "Je les croyais inoffensifs", déclare son frère John Bull, "jusqu'au jour où nous avons reçu une vidéo, dans laquelle Applewhite se proclamait le nouveau messie et appelait ses adeptes à la rédemption".

Cheryl Elaine Butcher, 43 ans, rejoint la secte en 1976 dans l'Oregon. D'après sa mère, elle semblait très heureuse : "Elle ne se sentait pas dans une secte. Elle n'a jamais considéré la Porte du Paradis comme une secte". Sa mère ne l'avait plus revue depuis 1993.

Erika Ernst, 40 ans. D'après ses amis de sa ville natale Calgary, elle est en 1976 une brillante étudiante, et une adolescente sympathique qui aime voyager. A la fin de ses études, elle parle de rejoindre une secte avec un ami. Peu après, elle abandonne tout ce qu'elle possède et quitte Calgary. Son père déclare : "En 21 ans, nous n'avons reçu qu'une visite d'elle, et peut-être un coup de téléphone. Elle nous disait qu'elle faisait des choses formidables et qu'elle se sentait heureuse. Mais je pense qu'elle a subi un lavage de cerveau".

Julie Lamontagne, 45 ans. En 1974, elle obtient son diplôme à l'école d'infirmières de l'Université de Massachussets-Amherst, quand son père décède. D'après son frère, elle sombre alors dans un désarroi total. Julie rejoint cette secte en 1975, en tant qu'infirmière personnelle de "Do". Elle écrit quelques mois plus tard pour annoncer qu'elle rompt tout contact. Sa famille dépense des milliers de dollars pour essayer de la retrouver. La dernière fois qu'elle se montre, c'est au domicile de sa belle-mère, en 1990, à Brooksville. "Vous venons de perdre notre fille", dit sa mère, "mais cela fait en réalité 23 ans que nous l'avons perdue. Sa mort est simplement une perte définitive".

Jeffrey Howard Lewis, 41 ans. Il était masseur-kinésithérapeute à San Antonio. Il y a quatre ans, Lewis revendit tous ses biens et quitta San Antonio pour rejoindre la Porte du Paradis. A ses amis, il leur écrivit qu'il ne voulait plus rester en contact avec eux, leur demande d'être heureux pour lui car il a enfin trouver sa voie.

Thomas Nichols, 59 ans. Sa soeur, l'actrice Michelle Nichols, tenait le rôle de Lt. Uhura dans la série télévisée Star Trek. Thomas ne donne plus de ses nouvelles à sa famille depuis 20 ans, pour "rester fidèle à ses croyances religieuses". Il refait quand-même surface à la mort de sa mère. Thomas confie à sa soeur que l'arrivée de la comète de Hale-Bopp représente pour lui un événement capital.

Gary Jordan St Louis, 44 ans. Il quitte son domicile en 1992 en laissant à sa petite amie une cassette vidéo expliquant sa décision : "Je veux que tout le monde sache que c'est moi qui ai choisi de partir. Je veux rejoindre mon Père spirituel et mes camarades, et j'en suis très heureux. Partir aider mon vrai père a pour moi beaucoup plus de signification que toute autre chose".
Beaucoup d'entre eux ont au moins un point commun : celui d'un passage à vide dans leur vie, qui coïncidait avec la rencontre avec "Do" ou avec son message. L'appel de "Do" est irrésistible, sa fascination est totale. C'est un manipulateur d'âmes.

Profil du gourou
Marshall Herff Applewhite, 65 ans, est né à Corpus Christi dans le Texas. Ils voulait imiter son père, d'un prédicateur presbytérien, avant de s'apercevoir que sa véritable passion était la musique. Marshall était en apparence un homme sain de corps et d'esprit avant de devenir "Do". Marié dans les années 70, il devint père de deux enfants. Il était profondément religieux et unanimement apprécié dans le milieu catholique.
Mais son homosexualité mal assumée le rongerait intérieurement. En outre, il se faisait renvoyer de plusieurs emplois, devenait déprimé, honteux, et commençait à entendre des voix. En 1971, au cours d'une consultation dans un hôpital psychiatrique, il rencontra Bonnie Lu Nettles, une infirmière qui deviendra sa future compagne "Ti". Leur attirance a toujours été spirituelle et ésotérique, et les a fait renoncer à toute sexualité au nom d'une certaine perfection (C'est ainsi que huit des dix hommes de Santa Fe se feront castrer, à l'exemple de "Do"). Quelques mois plus tard, "Do" abandonna femme et enfants pour une errance initiatique à travers les États-Unis. Le couple infernal, qui se faisait appeler "The two", vivait de consultations astrologiques dans des conditions précaires. Mais peu à peu, ils trouvèrent leur voie, à l'époque de l'apparition du new-age et des hippies.


Naissance d'une secte
Au cours d'une conférence d'informations animée par "The two" sur le thème du "message des ovnis", un vingtaine d'auditeurs les rejoignirent pour former ce qui était déjà un embryon de secte. Mais "The two", qui se disent choisis par les extra-terrestres pour transmettent leur message aux hommes, se font discréditer lorsqu'en compagnie de 400 spectateurs, ils attendent en vain l'arrivée d'un vaisseau spatial dans le Colorado. La secte a malgré tout évolué depuis.
Voici la bonne parole de "Do", surnom du gourou Marshall Applewhite, et de sa compagne "Ti" décédée en 1985 mais dont l'esprit demeure : "La vie terrestre est fondamentalement corrompue par le mal, la civilisation est condamnée, l'apocalypse approche ; seule une minorité d'élus, choisis par le 'niveau au-dessus des hommes' seront sauvés : ils quitteront leurs corps, ces conteneurs temporaires de l'âme, embarqueront dans un ovni, et seront réincarnés dans une autre planète".

"Do" s'enferme dans un univers de plus en plus paranoïaque : "Selon des standards sociaux, psychiatriques, médicaux et religieux, dit-il, nous avons perdu depuis longtemps notre santé mentale". Les nouveaux convertis doivent accepter une relation exclusive avec la Porte du Paradis. Une discipline implacable rythme la vie de la secte. Chaque membre est en permanence accompagné de son "double" chargé de le remettre sur son droit chemin : toute initiative personnelle, toute recherche d'identité, par la pensée, le sexe, le comportement, est bannie. Une cloche sonne régulièrement pour que tous les membres se consacrent au seul destin collectif, par une sorte de recyclage mental. L'endoctrinement est total, c'est le prix à payer pour atteindre le "niveau supérieur".

Mais comment aurait-on pu prédire un tel carnage dans un pays qui compte une bonne centaine de groupes qui croient dur comme fer au rôle messianique des soucoupes volantes ?
Revenir en haut Aller en bas
http://chez-myosotis.oldiblog.com/
 

le suicide collectif de la secte *Heaven's Gate*en 1997

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le suicide collectif de la secte *Heaven's Gate*en 1997
» Hécatombe d'oiseaux aux Etats Unis : Un lien avec l'apocalypse ?
» Le suicide collectif & les sectes
» J'ai envi de créer une secte...
» L’euthanasie et le suicide au cœur des préoccupations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: * * * Le Danger des sectes * * *-