*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 Persécution des Chrétiens en Syrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Persécution des Chrétiens en Syrie   Lun 19 Nov 2012, 10:40 pm







Syrie : la présence chrétienne dans le centre de Homs vient de mourir avec Elias Mansour

Le 6 novembre 2012


La ville de Homs, théâtre de conflits incessants entre les forces rebelles et gouvernementales depuis le 15 mars 2011, a vu s’éteindre mardi 30 octobre la dernière étincelle chrétienne. Elias Mansour, 84 ans, grec-orthodoxe, a été tué après l’évacuation de la population civile. Malgré le danger, il est toujours resté attaché à sa terre et à sa maison, rue Wadi Sayeh, pour prendre soin de son fils handicapé, Adnane. Les raisons qui ont motivées ce geste restent un mystère. Quelques jours précédents son meurtre, il s’était confié en ces termes à un prêtre grec orthodoxe « si j’avais rencontré les rebelles je leur aurai rappelé les dix Commandements et les Ecritures Saintes». Ses obsèques ont eu lieu le 31 octobre, veille de la Toussaint.



















Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Lun 19 Nov 2012, 11:09 pm






Syrie : Homs se vide de ses chrétiens persécutés par les rebelles islamistes
Publié le mars 23, 2012 par fidepost

90% des chrétiens de Homs auraient été expulsés de la ville et leurs maisons placées sous séquestre, selon l’Eglise orthodoxe syrienne qui parle de « nettoyage ethnique » et religieux. Les attaques visant spécifiquement les chrétiens semblent se multiplier. Le métropolite orthodoxe affirme que les militants islamiques de la « Brigade Faruq », proche d’al-Qaïda, visitent les maisons, obligeant les chrétiens à partir sur le champ. A Homs, des religieux jésuites restent néanmoins sur place pour apporter une aide humanitaire, rapporte l’agence Fides le 21 mars 2012. Les chrétiens représentaient, l’an passé, autour de 200 000 individus sur le million d’habitants de la ville, un peu plus de 17%. Ailleurs, à Alep, une voiture a explosé près d’un centre de catéchèse, et les enfants n’ont dû leur salut qu’à la sortie anticipée du centre.

Le Vicaire apostolique d’Alep se veut prudent quant aux accusations d’épuration à Homs, ne disposant pas de sources « qui confirment directement ces informations », ajoutant que l’on peut toutefois « dire que de tels rapports commencent à faire s’écrouler le mur de silence jusqu’ici construit par la presse dans le monde entier. Dans cette situation, les mouvements islamistes et terroristes commencent à s’imposer », l’opposition à Damas se mue en persécution religieuse.

De la révolte pour davantage de libertés au djihad trans-étatique

Le souci des médias de simplifier le conflit par une présentation manichéenne de son déroulement et des diverses implications – aussi bien de cette guerre que des soutiens étrangers à l’opposition armée -, conduit à répéter les mêmes erreurs qu’au cours des précédentes révolutions arabes. Le parti pris au bénéfice de l’opposition armée prive d’une information prudente, quand nécessaire, et éclairée. La folie meurtrière du pouvoir d’Assad trouve son pendant en celle d’une partie de l’opposition désormais contrôlée par les islamistes d’al-Qaïda comme en Libye, et par des groupes wahhabites proches de l’Arabie saoudite. Enfin, des combattants libyens et irakiens participent aux combats. Cette transnationalité est très probablement une évidence de l’orientation religieuse du conflit, la nation comptant moins en islam que la communauté des croyants, l’Oumma. Il est à noter qu’Intelligence Online du 22 mars dernier affirmait que Tripoli recherchait des hôtels en Turquie pour les combattants blessés lors la guerre de Libye, dont certains pourraient rejoindre les opposants au pouvoir de Damas. La connotation religieuse radicale du conflit semble confirmée par les témoignages quant au sort spécifique des chrétiens.

Un nettoyage de la ville de ses chrétiens ?

Les informations sont parfois trop parcellaires, parfois suffisantes pour soupçonner une motivation anti-chrétienne de certains crimes qui s’ajoutent aux expulsions ; un recoupement de l’information et l’examen d’un faisceau d’indices est nécessaire. Les chrétiens homsites ne seraient pas touchés de manière aléatoire, sans relation avec leur religion, mais visés comme chrétiens.

Dans une lettre publique de ce 20 mars, Human Rights Watch parle d’enlèvements et de tortures par les rebelles, sans mentionner les chrétiens. Tout au plus, l’appartenance religieuse est abordée quand des prisonniers des rebelles sont forcés de dire leur religion, en l’occurrence chiite (vidéo), et pour dénoncer des attaques commandées par la haine des chiites et des alaouites. Mais une agence d’aide aux chrétiens discriminés ou persécutés, Barnabas Fund, fait état de cas d’exécution. Dans une note du 18 janvier 2012, l’association rapportait des cas d’enlèvements et affirmait que 100 chrétiens tués depuis le début de la rébellion. Dans une précédente information du 14 décembre, Barnabas Fund parlait de 50 morts au total dans la seule ville de Homs. Le 14 février dernier, World Mag parlait même de 200 morts dans Homs les jours précédents. Côté français, à l’occasion d’un article du 29 février, le journal Le Monde parlait du départ de 90% des chrétiens, selon une source sur place. Au regard des divers témoignages croisés, une augmentation et une accélération de la persécution des chrétiens sont plausibles, ce qui va dans le sens du propos de l’Eglise orthodoxe syrienne quant au nettoyage de la ville. Cette communauté représente 60% des chrétiens du pays, son retour d’information est donc très probablement riche, et des croisements pour vérification ont dû être réalisés. Si les violences atteignent toutes les communautés, les témoignages laissent penser que les chrétiens sont particulièrement visés. Deux raisons sont possibles, d’une part le choix opéré – comme les alaouites, clan du président – en faveur d’Assad, protecteur des minorités, d’autre part leur identité même de chrétiens, alors que l’opposition islamiste se situe dans une perspective de djihad contre le pouvoir et probablement contre les minorités non musulmanes. En 2010, la branche africaine d’al-Qaïda avait proposé son aide aux islamistes nigériens pour exterminer les chrétiens ; la même idéologie prévaut dans les branches d’Orient du mouvement extrémiste qui a aussi persécuté les chrétiens aussi bien au Soudan qu’en Afghanistan.

Les rapports de Barnabas parlent du meurtre filmé d’un enfant chrétien par les islamistes, ensuite attribué par eux au pouvoir, ils font également mention de questions posés à des chrétiens sur la façon dont ils préfèrent mourir ou encore du corps d’un chrétien retrouvé en morceaux dans une rivière après son enlèvement par des rebelles. Selon une source de l’agence, les enfants chrétiens sont une cible prioritaire, ils sont kidnappés et tués si les parents ne versent pas de rançon. Deux adultes enlevés ont été assassinés malgré le paiement demandé, relate World Mag.

La ville de Homs est divisée, les chrétiens se situent dans les vieux quartiers contrôlés par les islamistes sunnites, tandis que les quartiers comme Zahra ou Nouza où vivent les alaouites sont sous la domination de l’armée régulière. Il est quasiment impossible d’essayer de rejoindre les zones de la ville sous l’autorité de cette dernière, il reste donc surtout l’expulsion comme moyen de quitter la cité.

Copyright JD Amadeus d’Aigre de Ruffec

Reproduction autorisée avec mention http://fidepost.com/





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Mar 20 Nov 2012, 7:10 pm





SYRIE : un prêtre enlevé, torturé, assassiné

Le 25 octobre 2012


Les mots sont faibles pour décrire l’horreur qui continue en Syrie.

Le cadavre du père Fadi Jamil Haddad, prêtre grec orthodoxe, curé de la paroisse Saint Elie à Qatana, a été retrouvé aujourd’hui dans le quartier de Jaramana, au nord de Damas, non loin du lieu où il avait été enlevé le 19 octobre par un groupe armé non identifié, selon l’agence Fides.

« Son corps était horriblement supplicié : il a été scalpé et ses yeux arrachés », raconte à Fides une source qui préfère rester anonyme. « C’est un acte de pur terrorisme. Le Père Haddad est un martyr de notre Eglise », continue-t-elle.
Les parties opposées se renvoient respectivement la responsabilité du crime.
Vraisemblablement, les ravisseurs avaient demandé à la famille du prêtre et à son Eglise une rançon de 50 millions de sterling syriennes (plus de 550 000 €). La somme était évidement impossible à collecter.
L’enlèvement pour demande de rançon est désormais une pratique courante dans la Syrie déchirée. Les chrétiens, accusés de ne pas soutenir la rébellion, sont devenus des cibles privilégiées.

Le prêtre orthodoxe était âgé de 43 ans. Son inhumation est prévue aujourd’hui, jeudi 25 octobre, à 15h.





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Mer 21 Nov 2012, 7:30 pm




Berlin prêt à sauver les chrétiens de Syrie

Publié le novembre 15, 2012 par fidepost

« Les chrétiens de Syrie sont confrontés à une persécution de premier ordre ! » C’est là le message de Hans-Peter Friedrich, le ministre de l’Intérieur allemand, qui envisage très sérieusement de leur ouvrir les portes. Malgré les récentes critiques des Verts, du Rapporteur de l’ONU sur la liberté religieuse, d’Amnesty International et de Human Rights Watch suite aux propos d’Angela Merkel au sujet des chrétiens persécutés, Berlin veut agir vite pour sauver des chrétiennes du pays de Saladin. Ce cri d’alerte du ministre intervient alors que le président du groupe parlementaire CDU, le principal parti au pouvoir au niveau fédéral, Volker Kauder, vient de présenter son livre intitulé « Verfolgte Christen. Einsatz für die Religionsfreiheit » (« Chrétiens persécutés. Un enjeu pour la liberté religieuse »).

A peine George Sabra, opposant de confession chrétienne, élu à la tête du Conseil national syrien à Doha, au Qatar – le principal soutien des milices anti-Assad, avec l’Arabie saoudite -, Volker Kauder a déclaré dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung qu’accueillir les chrétiens de Syrie serait un acte d’humanité. Comme la Chancelière Merkel, M. Kauder énonce que les chrétiens sont le groupe religieux le plus persécuté au monde.

George Sabra opposant de longue date au pouvoir des Assad, qui vit en Turquie, est un partisan de la manière forte : « Des armes ! des armes ! », demande-t-il. Ce n’est pas la position de la majorité des chrétiens qui essaient de passer entre les balles pour acheter de quoi manger, sans se situer politiquement. Leur situation est jugée suffisamment critique pour les extraire de leur pays.

Les chrétiens sous les Assad

D’abord plutôt favorables au maintien au pouvoir de Bachar el-Assad, les chrétiens de Syrie ne savent qui soutenir et pensent plutôt à fuir. Depuis l’accession du parti Baas, d’inspiration laïque, au pouvoir par un coup d’Etat, et surtout le coup de force de Hafez-el-Assad, le père de l’actuel président, qui a recherché l’appui des minorités pour consolider son pouvoir, les chrétiens bénéficiaient d’une relative tranquillité. Assad étant un alaouite, il faisait partie d’une minorité face aux sunnites. Cette communauté représente 11% de la population, l’appoint des 8 à 10% de chrétiens n’est pas négligeable. Ces derniers ont donc bénéficié d’une amélioration de leur condition avec la quasi-suppression d’un statut discriminatoire en droit islamique, la dhimma. Dhimmi, les chrétiens devaient accepter la domination musulmane et d’autres obligations aléatoires, en échange d’une protection. Les chrétiens ont certes également subi diverses violations des droits de l’homme sous les régimes Assad, mais pas en raison de leur religion. Ou encore l’arabité du régime a pénalisé les Arméniens et les Assyriens. Mais la communauté a enfin pu vivre dans une relative sécurité, le régime muselant les islamistes, lesquels sont très actifs au sein de la révolution, comme dans tous les pays musulmans ayant connu le changement de pouvoir en 2011.

Mais déjà avant le régime des Assad, on avait pu trouver Faris al-Chouri, un chrétien, comme Premier ministre de la République arabe syrienne. Le conflit s’éternisant et Assad étant de plus en plus isolé, les chrétiens envisagent un avenir sous l’empire de l’actuelle opposition dans laquelle les islamistes sont très présents, avec la mince possibilité d’une place accordée à un membre d’une de leurs communautés. Sans se prononcer pour l’instant. Le député indépendant d’Alep, le chrétien Boutros Merjaneh, ne choisit d’ailleurs pas entre le pouvoir et l’opposition, mais affiche davantage sa crainte des extrémistes sunnistes soutenus par les Qataris et les Saoudiens que du pouvoir qui avait tout de même lancé des réformes avant que le conflit ne durcisse, et malheureusement seulement après avoir tiré sur les premiers manifestants.

Un chrétien élu, un choix stratégique masquant mal la persécution des chrétiens

Jusque là, les islamistes de l’Armée syrienne libre n’ont pas épargné les chrétiens. Ils s’en prennent spécifiquement à eux, comme aux alaouites et aux druzes. Fin mars 2012, la ville témoin de Homs avait été vidée de 90% de ses 200 000 chrétiens ; récemment un attentat a frappé les fidèles orthodoxes réunis pour les funérailles d’un prêtre assassiné ; des églises ou des écoles sont la cibles de voitures piégées. La liste des actes criminels visant les chrétiens est longue.

L’élection de George Sabra n’est donc apparemment qu’un épiphénomène diplomatique, l’opposition cherchant à présenter un visage non islamiste. Elle se situe dans la même logique que la nomination d’un Copte protestant au poste de second vice-président du parti des Frères musulmans en Egypte alors que la politique de la Confrérie est peu amicale envers les chrétiens. Elle n’est non plus pas représentative des chrétiens dans une région où des personnalités de cette confession peuvent s’associer à des islamistes contre d’autres coreligionnaires, comme au Liban où les chrétiens maronites sont surtout répartis entre le camp du chef des Forces libanaises, Samir Gagea, et celui du Courant patriotique libre du général Michel Aoun, allié du Hezbollah.

Selon Boutros Merjaneh, « Les chrétiens ne s’affrontent pas en règle générale. Ils n’acceptent pas non plus d’être armés, même quand ils sont contre le régime. Beaucoup ont peur d’un scénario à l’irakienne, c’est-à-dire d’une guerre qui se retourne contre les chrétiens. A Alep et ailleurs, les provocations se multiplient contre les chrétiens pour qu’ils prennent les armes. Les belligérants ont commencé à jeter des obus dans les quartiers chrétiens. Récemment, dans un village chrétien, 280 personnes ont été enlevées par des djihadistes. Ces provocations ne peuvent qu’accélérer l’exode des chrétiens, déjà massif.»

La quasi-décision de l’Allemagne de sauver les chrétiens syriens par l’accueil sur son sol risque de se heurter aux critiques du Conseil des Eglises du Moyen-Orient qui a demandé, le 14 juin dernier, aux chrétiens de ne pas fuir la région. Outre-Rhin, le politologue Ralph Ghadban dénonce le potentiel traitement préférentiel. Le cri du ministre de l’Intérieur sur l’importance de la persécution des chrétiens peut toutefois être opposé à la critique.

En 2008, Wolfgang Schäuble, alors ministre de l’Intérieur et aujourd’hui aux Finances, appelait les pays européens à accueillir les Irakiens fuyant leur pays, « en particulier les chrétiens ». Berlin semble bien reparti pour une nouvelle ouverture de ses frontières à une arrivée massive de chrétiens.

Droit d’auteur : JD Amadeus d’Aigre de Ruffec

Reproduction autorisée avec mention http://fidepost.com/


Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Jeu 22 Nov 2012, 6:52 pm






Posté par BenJoseph le 30 octobre,




Citation :
Sans que la date puisse être précisée, nous avons appris par le courriel d’un témoin des faits, et qui a été publiée le 19 octobre dernier, le pasteur protestant syrien Sami, un ancien musulman converti qui dirigeait une “église à la maison”, a été assassiné, avec toute sa famille, par une bande de djihadistes en Syrie. Voici la relation des événements consignée par un fidèle du nom de Haddad et adressée par courriel à un pasteur du nom de Ammad :

« C’est avec une grande tristesse que je vous écrit ce courriel pour vous informer sir notre frère Sami, son épouse et leurs trois enfants. Nous étions rassemblés pour un culte dans son “église à la maison”. Hier, un groupe de fanatiques est venu à notre réunion. Ils ont défoncé la porte et se sont mis à tirer dans tous les sens. Nous étions terrorisés. Ils nous ont dit que nous devions mettre un terme à cette réunion et de prier Mahomet et que nous allions tous finir en enfer. Ils nous ont alors demander de quitter les lieux mais ont dit à Sami et à sa famille de rester sur place. Nous avons quitté la maison. Nous avons entendu des gens tirer et ils ont tué Sami et sa famille ».

D.H.

Source : Christian Aid Mission








Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Dim 25 Nov 2012, 8:03 pm




Syrie : attentat lors des obsèques d’un prêtre assassiné

Publié le octobre 29, 2012 par fidepost


C’est un deuil alourdi par l’ajout de la violence à la violence qu’ont connu les chrétiens de Syrie le 26 octobre dernier. Alors que des milliers de chrétiens assistaient aux funérailles du Père Fadi Jamil Haddad, un prêtre orthodoxe enlevé et dont le corps horriblement torturé avait été retrouvé la veille, une bombe a explosé, tuant deux civils et plusieurs militaires. Le religieux qui militait pour la réconciliation nationale sans prendre parti dans le conflit qui secoue la Syrie, avait essayé de sauver un fidèle enlevé, semble-t-il, par des opposants au pouvoir de Bachar el-Assad.

Le Père Haddad, curé de Saint Elie à Qatana, n’était pas sans savoir les risques qu’il prenait en s’exposant pour obtenir la libération d’un membre de sa paroisse enlevé quelques jours auparavant. C’est au cours des négociations que ses interlocuteurs l’ont kidnappé lui aussi, tout comme un autre intermédiaire. Les ravisseurs ont demandé aux familles et à l’église une rançon de 50 millions de sterling syriennes (plus de 550.000 €uros). La somme n’a pas pu être obtenue et les deux émissaires ont été assassinés. Un autre religieux orthodoxe raconte que les yeux du Père Haddad ont été arrachés et qu’il a été scalpé. Les rebelles accusent les miliciens proches du régime tandis que le gouvernement désigne des éléments de l’opposition.

La mort sans répit et sans respect des engagements

Le conflit se radicalisant du point de vue religieux, les chrétiens sont de plus en plus victimes des exactions de la rébellion. Non seulement en tant que communautés considérées comme des soutiens du pouvoir en place au même titre que les alaouites et les druzes, mais aussi en tant que chrétiens. De fait, il est possible de parler de persécution anti-chrétienne par les islamistes participant à l’opposition armée. Divers témoignages relatent le ciblage des chrétiens par des rebelles qui les menacent même parfois de mort à partir des minarets.

Fin mars 2012, la ville de Homs avait été vidée de 90% de ses 200 000 habitants chrétiens. Au lendemain de l’attentat lors des obsèques du Père Haddad, c’est une église syro-orthodoxe de Deir Ezzor, dans l’est du pays, qui a été victime d’une attaque à voiture piégée qui a explosé juste devant elle, faisant des victimes dans un restaurant voisin. Selon une lettre publiée le 19 octobre dernier par Christian Aid Mission, un pasteur, ancien musulman, sa femme et leurs enfants ont été exécutés dans leur église de maison, après que toute la communauté avait été menacée d’aller en Enfer si elle n’invoquait pas Mahomet. Dans un entretien accordé à Aide à l’Eglise en Détresse, une famille chrétienne, qui dit avoir pu quitter de façon « miraculeuse » la Syrie pour l’Europe, donne un exemple du ciblage des chrétiens : « L’année précédente, pour les rameaux, une des églises avait été taguée avec cette petite phrase : ‘Chrétiens, c’est à votre tour‘. Au début dans les manifestions de l’opposition au régime, on entendait : ‘Les alaouites au tombeau et les chrétiens à Beyrouth‘ . Maintenant, c’est plutôt « Les alaouites et les chrétiens au tombeau ».

Dans cette volonté de persécuter les chrétiens, il n’est pas acquis que le Père Haddad et le chrétien l’accompagnant eussent été libérés une fois la rançon payée. Les règles élémentaires des conflits ne sont pas respectées, pas plus que n’est assurée la sécurité des négociateurs. Les ravisseurs sont maîtres à bord, ils ne s’estiment liés par aucun engagement, ni celui du respect de la liberté des émissaires ni par celui de libérer les personnes enlevées une fois la rançon payée. World Mag rapportait ainsi, le 14 février 2012, que deux chrétiens avaient été exécutés bien que la rançon eût été versée.

Les règles élémentaires des conflits ne sont pas davantage respectées, même pendant des funérailles qui constituent une occasion de frapper le maximum de chrétiens. Et si l’attentat n’a pas fait plus de victimes lors de la cérémonie funèbre, c’est probablement dû à la sécurisation des lieux. La possibilité de laisser les personnes vivre leur deuil et enterrer leurs morts est refusée, comme l’est le respect des morts. C’est le mythe d’Antigone revisité par les terroristes.

Si le jeu d’intoxication médiatique est le fait des deux parties au conflit, la rébellion parvient davantage à faire entendre sa version, grâce à des médias naïfs, complaisants ou gênés à l’idée de devoir présenter une partie des rebelles comme des criminels après les avoir encensés et présentés sous un jour romantique. Le silence qui a fait suite à l’enquête du journal allemand le Frankfurter Allgemeine Zeitung, selon laquelle le massacre de Houla, dans lequel 108 personnes dont 49 enfants avaient perdu la vie, était le fait de membres de l’opposition et non de l’armée, est révélateur de cet état d’esprit loin du souci d’impartialité. Sont ainsi tues les informations sur le meurtre filmé d’un enfant chrétien par les islamistes ou le découpage en morceaux du corps d’un chrétien par des rebelles ensuite jeté dans une rivière. Dès lors, quels que soient les auteurs du meurtre du Père Haddad, il est à craindre que la recherche de la vérité ne prévaudra pas.

Droit d’auteur : JD Amadeus d’Aigre de Ruffec

Reproduction autorisée avec mention http://fidepost.com/




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Lun 26 Nov 2012, 9:38 pm




Syrie : attaque d’un monastère par des opposants au pouvoir

Publié le février 27, 2012 par fidepost


Pour la première fois depuis le début de la guerre civile en Syrie, un monastère catholique a été attaqué, le 25 février dernier, rapporte l’Assyrian International News Agency. Une trentaine d’hommes masqués et armés ont pris d’assaut le lieu de vie de la communauté jésuite, exigeant de l’argent et… des armes. Ils sont repartis sans faire de mort ou ni de blessé. Selon l’archevêque de Damas, le maronite Samir Nassar, la situation échappe à tout contrôle, en une dangereuse spirale, les insurgés répandant leur influence en différentes zones du pays.

C’est un fait, les médias occidentaux et arabes surtout ont pris parti pour l’opposition armée, traduisant même les « Allah-o-Akbar » par « Liberté ». Comme en Libye, il apparaît une incapacité à s’éloigner de son sujet, pour garder une distance nécessaire à l’exercice de son sens critique. Le régime d’Assad est, à raison, qualifié de criminel, les opposants présentés comme des héros. L’abolition du temps par l’information en direct, et le besoin de proposer une sorte d’hagiographie aveugle et de l’instant font oublier la brutalité des opposants. Entre ces derniers et un régime sanguinaire aux abois, les chrétiens, communauté la plus exposée avec les alaouites, sont très inquiets.

La situation des chrétiens a changé avec le coup d’Etat de 1963 qui a porté le parti Baas d’inspiration laïque au pouvoir, et surtout le coup de force de Hafez-el-Assad, le père de l’actuel président, qui a recherché l’appui des minorités pour consolider son pouvoir. Assad étant un alaouite, il faisait partie d’une minorité face aux sunnites. Cette communauté représente 11% de la population, l’appoint des 8 à 10% de chrétiens n’est pas négligeable. Ces derniers ont donc bénéficié d’une amélioration de leur condition avec la quasi-suppression d’un statut discriminatoire en droit islamique, la dhimma. Dhimmi, les chrétiens devaient acceptent la domination musulmane et d’autres obligations aléatoires, en échange d’une protection. Les chrétiens ont certes également subi diverses violations des droits de l’homme sous les régimes Assad, mais pas en raison de leur religion. Ou encore l’arabité du régime a pénalisé les Arméniens et les Assyriens. Mais la communauté a enfin pu vivre dans une relative sécurité, le régime muselant les islamistes, lesquels sont très actifs au sein de la révolution, comme dans tous les pays musulmans ayant connu le changement de pouvoir en 2011.

Le 9 février dernier, l’Agence de presse internationale catholique (Apic) titrait ainsi un article : « L’insurrection armée ‘s’islamise’ de plus en plus », mentionnait l’augmentation de la violence contre les alaouites et les chrétiens. L’agence Zenit rapporte, le 13 février, l’observation de l’archevêque orthodoxe de Homs quant au départ de la moitié des chrétiens de la ville. L’Apic se veut cependant prudente, ne parle pas encore de violence interconfessionnelles, mais les pressent, soulignant le slogan des Comités de coordination de la révolution selon lequel « Le peuple veut déclarer le jihad ! ». Un prêtre a été abattu en portant secours à un blessé dans la rue, mais il est difficile de savoir si c’était en qualité de prêtre qu’il a été assassiné. Un chrétien a été assassiné d’une centaine de balles devant sa maison, mais il s’agissait d’un major de l’armée. Il est toutefois très possible que la religion joue un rôle dans ces meurtres, et la couverture subjective des évènements par les médias internationaux facilite le travail de l’opposition armée. Le monastère Saint Jacques-le-Mutilé dresse une liste des diverses exactions des rebelles, notamment des exécutions sommaires après contrôle d’identité.

Un exemple cruel témoigne de l’enfer que constitue l’étau dans lequel se trouvé coincée une grande partie, sinon la majorité de la population syrienne, entre un régime brutal et une opposition paramilitaire islamiste ; c’est celui du meurtre de trois frères. Tous chrétiens, les jeunes hommes ont été abattus parce qu’ils réparaient une voiture que la police leur avait confiée. C’est dans ce climat qu’a eu lieu l’attaque contre le monastère.

Droit d’auteur : JD Amadeus d’Aigre de Ruffec

Reproduction autorisée avec mention http://fidepost.com/




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Jeu 29 Nov 2012, 8:27 pm




Le Conseil des Églises du Moyen-Orient appelle les chrétiens à ne pas fuir

Publié le juin 15, 2012 par fidepost





Les chrétiens du Machrek (1) sont invités à rester en Orient malgré leurs difficultés, rapporte le quotidien libanais L’Orient-Le Jour. C’est le message qu’a fait connaître, le 14 juin dernier, la commission exécutive du Conseil des Églises du Moyen-Orient (CEMO) qui représente la diversité des chrétiens du Levant, des syriaques orthodoxes aux évangéliques du Koweït. Le Conseil, pour qui les chrétiens sont une composante essentielle de la région, est soutenu dans son propos par le président de la Ligue syriaque, Habib Frem, qui critique le choix du Canada d’accorder 2 500 visas par an à des réfugiés irakiens en Syrie jusqu’en 2018.

Le conflit en Syrie fait les gros titres et les médias ont adopté un parti pris empêchant de traiter objectivement de la situation des chrétiens persécutés par les rebelles. A Homs, la ville médiatique, les chrétiens ont dû partir, certains d’entre eux ont été assassinés par les islamistes. Le métropolite orthodoxe a affirmé que les militants islamiques de la « Brigade Faruq », proche d’al-Qaïda, visitent les maisons, obligeant les chrétiens à partir sur le champ. 90% des chrétiens avaient fui la cité fin mars. A Alep, des enfants chrétiens n’ont échappé à un attentat à la voiture piégée que parce qu’ils étaient sortis plus tôt de l’école. Récemment, à Qusayr, une bourgade dans le voisinage de Homs où il ne reste plus que 1 000 chrétiens sur 10 000 avant les affrontements, un chrétien a été abattu par un franc-tireur après avoir pris le risque de sortir acheter du pain pour nourrir sa famille. Abdel Salam Harba, un chef de la rébellion, avait lancé un ultimatum aux chrétiens, relayé du haut des minarets. La coordination de l’armée syrienne de libération basée à Qusayr a toutefois pris ses distances avec cet ordre.

Les chrétiens de Qusayr sont obligés de céder le passage quand ils croisent un musulman « comme à l’époque du califat ottoman », rapporte l’agence Fides. Signe de mépris dans cette petite ville, l’église catholique grecque Saint Elie a été profanée, les miliciens ont même sonné les cloches pour s’amuser des chrétiens. Déjà fin février, un autre symbole de foi, un monastère catholique avait été attaqué. Nombre d’entre ces chrétiens obligés de fuir ont déjà connu l’exil, ils viennent d’Irak.

Le grand voisin de la Syrie se vide de ses chrétiens autrefois relativement protégés par le dictateur laïque Saddam Hussein (voir notre article « Le crépuscule du christianisme en Irak »). Alors que la fourchette de la population chrétienne se situait entre 800 000 et 1,4 million d’âmes avant la guerre, la communauté représente aujourd’hui moins d’un demi million. Les chrétiens prennent les chemins vers la Jordanie, la Turquie, l’Europe et l’Amérique du Nord. En cause, la persécution, ainsi l’attentat dans la cathédrale Notre Dame du Salut en octobre 2010, dans lequel 58 fidèles, dont des enfants, et deux prêtres avaient perdu la vie ; mais aussi la précarité, l’impossibilité de trouver du travail dans un pays où ils sont désormais devenus étrangers bien que beaucoup aient pu témoigner de l’amitié de leurs voisins musulmans suite au drame dans la cathédrale.

Rester, se relever et témoigner

Certains ne souhaitent pas partir, ils se sentent appelés à partager leur foi. Parmi eux, il y a ces chrétiens, installés au Kurdistan, place la plus libre pour eux au Moyen-Orient. Certains y ont même construit une école chrétienne sur le modèle américain structurée en 12 degrés, grâce à un investissement de 3,4 millions de dollars. Mais il y a aussi ceux qui se sentent appelés à rester pour parler de leur foi, comme Hassan (2) qui, il y a quelques années, a démarré une église à Mossoul qui a compté 60 fidèles au bout de cinq mois. Un jour, un islamiste lui a tiré dessus depuis un véhicule en marche ; atteint à la moelle épinière, Hassan ne marche depuis plus et ne peut se mouvoir qu’en chaise roulante. Ce chrétien estime que son calvaire est un témoignage de sincérité et d’objectivité quand il parle de sa foi autour de lui. A côté du départ de la majorité des chrétiens, de nombreux musulmans se convertiraient au christianisme, selon ce pasteur.

Conscient des efforts des pays occidentaux pour accueillir les chrétiens, les islamistes font tout pour pousser ces derniers sur les routes, vers un exil souhaité définitif. Au-delà du Machrek, mais toujours dans la zone du Conseil des Églises du Moyen-Orient, en Egypte, d’où avaient déjà fui plus de 100 000 coptes en septembre dernier après la chute de Moubarak en février, le candidat des Frères musulmans, en lice pour le second tour de l’élection présidentielle qui se tiendra ce dimanche 17 juin, a déclaré : « Les chrétiens devront se convertir, payer la jizya (un impôt sur les non-musulmans) ou émigrer. »

(1) « Levant arabe », par opposition au « Maghreb » ou « Couchant »

(2) Pseudonyme

Droit d’auteur : JD Amadeus d’Aigre de Ruffec

Reproduction autorisée avec mention http://fidepost.com/




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Mar 04 Déc 2012, 10:16 pm



Syrie : attentat à la voiture piégée, terreur des chrétiens
ZENIT , le 29 novembre 2012 à 22:40


ROME, jeudi 29 novembre 2012 (Zenit.org) – Des voitures piégées ont semé la terreur chez les chrétiens de Jaramana, en Syrie, rapporte l’agence vaticane Fides.

Parmi les victimes de l’attentat perpétré mercredi matin, 28 novembre, dans le faubourg Jaramana, à Damas, se trouvent huit chrétiens, gréco-catholiques et grecs orthodoxes. C’est ce que confirme à Fides le Père Nicolas Haddad, du monastère gréco-catholique de Saint-Germain appartenant à la Société missionnaire de Saint-Paul.

Le massacre, perpétré à l’aide de deux voitures piégées ayant explosé en début de matinée, a causé la mort de plus de 50 personnes, en majorité des musulmans et des druzes.

« Parmi eux – raconte le Père Haddad – se trouvaient de nombreux jeunes et étudiants. L’attentat a été préparé de manière à faire le plus de victimes possible. Lorsque la première voiture piégée a explosé, les gens se sont approchés et c’est seulement à ce moment-là que la seconde a explosé. Parmi les plus de cents blessés, on dénombre au moins dix chrétiens ».

Le faubourg de Jaramana – à la différence d’autres zones de la périphérie de Damas – n’avait pas été touché par la répression du régime. Dans le quartier, des comités civiques avaient cependant été organisés afin de préserver la zone du conflit entre les groupes rebelles et l’armée régulière.

Jaramana est connu pour l’importance de ses communautés chrétiennes et druzes. De nombreux évacués chrétiens provenant d’Homs et d’autres zones frappées par la guerre civile y avaient trouvé refuge.

L’attentat – dont la technique est similaire à ceux revendiqués par Al Qaeda en Irak – a été attribué par les sources officielles à des groupes de terroristes non identifiés, terme par lequel le gouvernement désigne les groupes de l’insurrection armée.

L’opposition présente en revanche le massacre comme une opération des services syriens, insistant sur le fait que la zone de Jaramana est fortement infiltrée par les services de sécurité gouvernementaux.

« Dans tous les cas et quelques soient les mandants, si l’objectif était de terroriser les chrétiens, il a été atteint », explique à l’agence Fides le Père Romualdo Fernandez OFM, recteur du sanctuaire de la Conversion de Saint Paul (Damas).

« La moitié des instituteurs de nos écoles ne se sont pas rendus au travail hier. Ce massacre, après celui de Bab Tuma voici un mois, a semé une panique terrible. Après l’Irak, la Syrie se vide elle aussi de ses chrétiens. Ils donnent tout ce qu’ils ont en termes de ressources financières pour arriver au Liban et, de là, fuir le Moyen-Orient et ce alors que les puissances étrangères et la communauté internationale soufflent sur le feu au lieu de contraindre les parties à négocier une solution au conflit qui mette fin à ce massacre ».






Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Mar 11 Déc 2012, 7:39 pm




Mère Agnès-Mariam de la Croix
Nouvelles des Chrétiens de Homs et de Hama, Syrie

25 Janvier 2012

Pour mémoire et pour l’histoire:

Les chrétiens du diocèse de Homs, Hama et Yabroud sont intégrés au tissu social comme des citoyens à part entière. Avant les évènements qui ensanglantent la Syrie il était inconvenant de décliner sa confession religieuse. Aujourd’hui il n’en est plus ainsi. Le conflit qui s’instaure est passé d’une réclamation populaire de liberté et démocratie à une révolution islamiste. Le vendredi 20 janvier le slogan fatidique a été brandi par les comités de coordination de la révolution : « le peuple veut déclarer le Jihad ! ». Jusqu’à présent nous n’avons pas fait état d’une « persécution » directe qui frapperait les chrétiens. Ils étaient englobés dans les sévices ciblant la population participant à la vie civile. Mais il semble que la donne commence à changer. Comme si la tendance qui couvait devenait dorénavant une consigne. Le futur le dira. Toujours est-il que nous portons à votre connaissance diverses agressions désormais franchement antichrétiennes :

1- Aujourd’hui 25 janvier le Père Basilios Nassar, curé grec orthodoxe du village de Kafarbohom, province de Hama, a été abattu par des insurgés alors qu’il venait en aide à un homme agressé par les insurgés dans la rue Jarajima de Hama. C’est la première fois, depuis l’insurrection, qu’un prêtre est la cible de la violence aveugle qui est devenue l’arme redoutable d’une insurrection de plus en plus manipulée. Le faire- part du décès du Père Basilios avec le tropaire byzantin en l’honneur des martyrs.Nous avons reçu plusieurs coups de fil de la part de prêtres amis qui devenaient inquiets.
Ce meurtre est alarmant. Il conforte les craintes de voir la révolution syrienne tourner au conflit confessionnel. Sous couvert d’une quête de liberté et de démocratie les insurgés se révèlent comme des islamistes qui s’en prennent à des civils innocents dans une démarche de discrimination religieuse.

2- Hier matin le fils de l’Emir islamiste de Yabroud, M.Khadra, attendait avec trois autres hommes en armes le major chrétien Zafer Karam Issa, âgé de 30 ans, marié depuis un an, à la sortie de sa maison. Ils le tuent en tirant sur lui une centaine de balles qui criblent tout son corps et s’enfuient. Les funérailles ont eu lieu aujourd’hui à une heure, avec la participation du village en émoi. Le curé de Yabroud R.P. Georges Haddad a eu des paroles inspirées : « Dieu est amour et miséricorde. Il incite l’homme à aimer son prochain et à ne pas se détourner de lui. Nous nous adressons à ceux qui se sont érigés comme juges suprêmes de leurs frères qui s’octroient le droit de condamner à mort un être humain. Ils brandissent de faux slogans et mettent le pays à feu et à sang. Zafer, en bon soldat fidèle à sa patrie, voulait mourir dans un affrontement avec l’ennemi pour libérer le Golan. Il a été tué par qui ? et pourquoi ? Par un frère, dans son village, devant sa maison. Revenons à nous-mêmes et réfléchissons sur la voie que nous empruntons. Notre existence est basée sur l’amour et l’acceptation de l’autre. Ne laissons pas des étrangers nous dicter une conduite qui instille la méfiance, la haine et la division. Nous tendons nos mains en signe de réconciliation avec tous : ceux qui sont proches et ceux qui sont loin. Que le sang de nos martyrs donnent à notre cher pays la paix et des lendemains meilleurs ».

3- Dans la semaine, le jeune chrétien Khairo Kassouha, âgé de 24 ans, a été lui aussi abattu en sortant de chez lui à Kusayr.

4- Le Père Mayas Abboud, recteur du petit séminaire des grecs catholiques à Damas nous rapporte qu’il a été contacté hier par la veuve du martyr Nidal Arbache, un chauffeur de taxi abattu dernièrement par les insurgés. Dalal Louis Arbache lui dit au téléphone : « cher Père, ici à Kusayr nous sommes livrés au bon plaisir des insurgés qui font la loi chez nous. Nous nous attendons à toutes sortes de sévices. Nous n’avons rien ni personne pour nous protéger. Je vous en supplie Père, prenez cela comme un testament. S’il m’arrive quelque chose de fâcheux je vous confie mon fils, prenez soin de lui. Toute notre famille est menacée par les bandes armées ».

5- On nous rapporte aussi qu’André Arbache, mari de Virginie Louis Arbache a été kidnappé la semaine passée. On ne sait rien de lui. Sa famille craint pour lui le pire.

6- Toujours à Kusayr un cousin de Père Louka, curé de Nebek raconte ce qui suit : « je rentrai à Kusayr lorsqu’à un rond-point de la ville j’ai été arrêté par les insurgés. Ils m’ont réclamé mes papiers et m’ont fait attendre deux heures pour vérifier si mon nom est cité dans les listes issues par les comités de coordination de la révolution qui sont désormais des organes de référence judiciaire. Si mon nom avait été mentionné j’aurai été exécuté sur place comme ils le font avec d’autres.

7- A Homs la liste du Gouverneur s’allonge : il y a plus de 230 chrétiens qui ont été abattus. Plusieurs sont kidnappés. Souvent les insurgés réclament une rançon qui varie entre 20000$ et 40000$ par personne.

8- Certains quartiers mixtes comme Bab Sbah ou Hamidiyeh à Homs voient 80% de leurs habitants chrétiens les déserter pour s’établir chez des amis ou des parents dans les régions de la Vallée des chrétiens. Les chrétiens de Hama et de sa province font de même. Le mouvement est progressif mais implacable.









Revenir en haut Aller en bas
BenJoseph
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 08/01/2009
Masculin
Messages : 14595
Pays : Ile de France
R E L I G I O N : Chrétienne

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Mer 12 Déc 2012, 1:43 am

@RAMOSI a écrit:



Mère Agnès-Mariam de la Croix
Nouvelles des Chrétiens de Homs et de Hama, Syrie

25 Janvier 2012

Pour mémoire et pour l’histoire:

Les chrétiens du diocèse de Homs, Hama et Yabroud sont intégrés au tissu social comme des citoyens à part entière. Avant les évènements qui ensanglantent la Syrie il était inconvenant de décliner sa confession religieuse. Aujourd’hui il n’en est plus ainsi. Le conflit qui s’instaure est passé d’une réclamation populaire de liberté et démocratie à une révolution islamiste. Le vendredi 20 janvier le slogan fatidique a été brandi par les comités de coordination de la révolution : « le peuple veut déclarer le Jihad ! ». Jusqu’à présent nous n’avons pas fait état d’une « persécution » directe qui frapperait les chrétiens. Ils étaient englobés dans les sévices ciblant la population participant à la vie civile. Mais il semble que la donne commence à changer. Comme si la tendance qui couvait devenait dorénavant une consigne. Le futur le dira. Toujours est-il que nous portons à votre connaissance diverses agressions désormais franchement antichrétiennes :

1- Aujourd’hui 25 janvier le Père Basilios Nassar, curé grec orthodoxe du village de Kafarbohom, province de Hama, a été abattu par des insurgés alors qu’il venait en aide à un homme agressé par les insurgés dans la rue Jarajima de Hama. C’est la première fois, depuis l’insurrection, qu’un prêtre est la cible de la violence aveugle qui est devenue l’arme redoutable d’une insurrection de plus en plus manipulée. Le faire- part du décès du Père Basilios avec le tropaire byzantin en l’honneur des martyrs.Nous avons reçu plusieurs coups de fil de la part de prêtres amis qui devenaient inquiets.
Ce meurtre est alarmant. Il conforte les craintes de voir la révolution syrienne tourner au conflit confessionnel. Sous couvert d’une quête de liberté et de démocratie les insurgés se révèlent comme des islamistes qui s’en prennent à des civils innocents dans une démarche de discrimination religieuse.

2- Hier matin le fils de l’Emir islamiste de Yabroud, M.Khadra, attendait avec trois autres hommes en armes le major chrétien Zafer Karam Issa, âgé de 30 ans, marié depuis un an, à la sortie de sa maison. Ils le tuent en tirant sur lui une centaine de balles qui criblent tout son corps et s’enfuient. Les funérailles ont eu lieu aujourd’hui à une heure, avec la participation du village en émoi. Le curé de Yabroud R.P. Georges Haddad a eu des paroles inspirées : « Dieu est amour et miséricorde. Il incite l’homme à aimer son prochain et à ne pas se détourner de lui. Nous nous adressons à ceux qui se sont érigés comme juges suprêmes de leurs frères qui s’octroient le droit de condamner à mort un être humain. Ils brandissent de faux slogans et mettent le pays à feu et à sang. Zafer, en bon soldat fidèle à sa patrie, voulait mourir dans un affrontement avec l’ennemi pour libérer le Golan. Il a été tué par qui ? et pourquoi ? Par un frère, dans son village, devant sa maison. Revenons à nous-mêmes et réfléchissons sur la voie que nous empruntons. Notre existence est basée sur l’amour et l’acceptation de l’autre. Ne laissons pas des étrangers nous dicter une conduite qui instille la méfiance, la haine et la division. Nous tendons nos mains en signe de réconciliation avec tous : ceux qui sont proches et ceux qui sont loin. Que le sang de nos martyrs donnent à notre cher pays la paix et des lendemains meilleurs ».

3- Dans la semaine, le jeune chrétien Khairo Kassouha, âgé de 24 ans, a été lui aussi abattu en sortant de chez lui à Kusayr.

4- Le Père Mayas Abboud, recteur du petit séminaire des grecs catholiques à Damas nous rapporte qu’il a été contacté hier par la veuve du martyr Nidal Arbache, un chauffeur de taxi abattu dernièrement par les insurgés. Dalal Louis Arbache lui dit au téléphone : « cher Père, ici à Kusayr nous sommes livrés au bon plaisir des insurgés qui font la loi chez nous. Nous nous attendons à toutes sortes de sévices. Nous n’avons rien ni personne pour nous protéger. Je vous en supplie Père, prenez cela comme un testament. S’il m’arrive quelque chose de fâcheux je vous confie mon fils, prenez soin de lui. Toute notre famille est menacée par les bandes armées ».

5- On nous rapporte aussi qu’André Arbache, mari de Virginie Louis Arbache a été kidnappé la semaine passée. On ne sait rien de lui. Sa famille craint pour lui le pire.

6- Toujours à Kusayr un cousin de Père Louka, curé de Nebek raconte ce qui suit : « je rentrai à Kusayr lorsqu’à un rond-point de la ville j’ai été arrêté par les insurgés. Ils m’ont réclamé mes papiers et m’ont fait attendre deux heures pour vérifier si mon nom est cité dans les listes issues par les comités de coordination de la révolution qui sont désormais des organes de référence judiciaire. Si mon nom avait été mentionné j’aurai été exécuté sur place comme ils le font avec d’autres.

7- A Homs la liste du Gouverneur s’allonge : il y a plus de 230 chrétiens qui ont été abattus. Plusieurs sont kidnappés. Souvent les insurgés réclament une rançon qui varie entre 20000$ et 40000$ par personne.

8- Certains quartiers mixtes comme Bab Sbah ou Hamidiyeh à Homs voient 80% de leurs habitants chrétiens les déserter pour s’établir chez des amis ou des parents dans les régions de la Vallée des chrétiens. Les chrétiens de Hama et de sa province font de même. Le mouvement est progressif mais implacable.

la "tolérance" était superficielle; les masques commencent à tomber.
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Mar 25 Déc 2012, 6:59 pm




22.12.2012, 18:46
Actualisé le 22.12.12, 18:49
Syrie: des rebelles menacent d'attaquer deux villages chrétiens

Des rebelles ont menacé samedi d'attaquer deux villages chrétiens si les habitants n'en délogeaient pas les soldats du régime du président Bachar al-Assad. Le patriarche grec-orthodoxe a pour sa part affirmé que les chrétiens resteraient en Syrie.

Un homme se présentant comme "Rachid Abou al-Fida, chef de la brigade al-Ansar", a mis en garde les habitants des localités de Mharda et Al-Sqilbiya, dans le centre de la Syrie, dans une vidéo mise en ligne par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Dans l'enregistrement, intitulé "Avertissement aux villes à majorité chrétienne de la province de Hama", il appelle les habitants à "expulser les gangs d'Assad et les chabbihas", les miliciens du régime, "sinon nous attaquerons immédiatement".

Selon le directeur de l'OSDH, ces deux localités comptaient "des dizaines de milliers d'habitants", dont une partie s'est déjà réfugiée dans la région côtière de Tartous, en raison d'attaques rebelles contre de l'armée dans la région de Hama.

Près de 2 millions d'âmes

Forte de 1,8 million d'âmes, la communauté chrétienne syrienne est restée globalement à l'écart de la révolte populaire devenue conflit armé. Sa hiérarchie et une grande partie de la communauté, par peur des islamistes, ont pris position en faveur du régime.

Samedi, le chef de l'Eglise grecque-orthodoxe de Syrie, Youhana Yazigi, patriarche d'Antioche et de tout l'Orient, a estimé que "ce qui arrive (aux chrétiens), arrive également aux autres", réaffirmant que "les chrétiens resteront en Syrie", alors que l'ONU a récemment qualifié le conflit en Syrie d'"ouvertement intercommunautaire".

Sur le terrain, les violences se poursuivaient, avec notamment des raids aériens sur plusieurs régions et un attentat à la voiture piégée qui a fait cinq morts à Damas. Dans la capitale également, un caméraman de la télévision d'Etat a été abattu vendredi soir.




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Sam 05 Jan 2013, 9:07 pm




Syrie
Le 36ème pays où les chrétiens sont le plus persécutés, selon l’Index mondial de persécution


Le climat social et politique de la Syrie est explosif et le pays est au bord de la guerre civile. Une bataille de suprématie s'y déroule entre le camp iranien (chiite) et celui unissant les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et les pays du Golfe Arabe (sunnites).

Tolérés jusque là
La Syrie compte plus de 20 millions d'habitants dont 1.9 million de chrétiens. Sous le régime du président Bachar al-Assad, la communauté chrétienne a vécu relativement en paix. Les chrétiens ont été tolérés (bien que surveillés par les services secrets) et ont bénéficié de liberté pour célébrer leur culte à condition de ne pas perturber l'harmonie communautaire ou de menacer le gouvernement.

Si le régime actuel vient à s'effondrer, le régime qui lui succèdera ne sera pas automatiquement plus démocratique. Le gouvernement doit négocier avec de puissants groupes islamiques fondamentalistes qui souhaitent restreindre les droits des chrétiens (et des autres minorités). Certains groupes islamistes s'opposent même à la présence de toute autre religion que l'islam dans le pays.

Un scénario à l’irakienne ?
Les chrétiens sont pris entre deux feux : un régime qui leur assure la paix en échange de leur silence et de leur tranquillité et des groupes opposants islamistes qui rejettent leur présence sur le territoire syrien. Leur situation est très fragile. Le risque est réel d’un scénario à l’irakienne où la minorité chrétienne serait isolée et contrainte à l’exode. Sans compter qu’en Syrie, vivent de nombreux chrétiens réfugiés d’Irak, qui seraient alors forcés à reprendre le chemin de l’exil.

Beaucoup de combattants extrémistes (dont la plupart viennent d’autres pays arabes) vivent et mènent leurs actions en Syrie depuis mars 2011. Ils entrent par la force dans les maisons de chrétiens ou de personnes appartenant à d’autres groupes minoritaires pour les intimider. Les sentiments anti-chrétiens augmentent en même temps que se développe le climat de violence dans le pays.

Cibles potentielles des opposants
En tant que groupe minoritaire, la plupart des chrétiens ont soutenu par le passé le régime alaouite (chiite), puisque ce dernier leur garantissait la paix et tranquillité. Cela fait d’eux des cibles potentielles pour les opposants au régime, notamment les manifestants sunnites et salafistes.

Des slogans anti-chrétiens ont été relevés dans les manifestations d’opposition au régime comme : « Chrétiens retournez au Liban ». Des chrétiens ont été forcés à participer aux manifestations sous la menace. La situation s’est ensuite dégradée : des lieux de cultes ont subi des attaques et ont été endommagés.

Dans certaine villes, les chrétiens n'osent plus sortir de chez eux  pour aller au culte. Nos sources rapportent que des chauffeurs de taxi fondamentalistes ont juré maltraiter toute cliente non voilée. Ces clientes, en général des musulmanes modérées ou des chrétiennes, ont été enlevées, violées ou même assassinées. Il y a quelques mois, deux chrétiennes ont été enlevées à Damas. L'une d'elles a réussi à sauter de la voiture en marche, l'autre est toujours portée disparu




Revenir en haut Aller en bas
BenJoseph
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 08/01/2009
Masculin
Messages : 14595
Pays : Ile de France
R E L I G I O N : Chrétienne

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Sam 05 Jan 2013, 9:30 pm

@RAMOSI a écrit:



Syrie
Le 36ème pays où les chrétiens sont le plus persécutés, selon l’Index mondial de persécution


Le climat social et politique de la Syrie est explosif et le pays est au bord de la guerre civile. Une bataille de suprématie s'y déroule entre le camp iranien (chiite) et celui unissant les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et les pays du Golfe Arabe (sunnites).

Tolérés jusque là
La Syrie compte plus de 20 millions d'habitants dont 1.9 million de chrétiens. Sous le régime du président Bachar al-Assad, la communauté chrétienne a vécu relativement en paix. Les chrétiens ont été tolérés (bien que surveillés par les services secrets) et ont bénéficié de liberté pour célébrer leur culte à condition de ne pas perturber l'harmonie communautaire ou de menacer le gouvernement.

Si le régime actuel vient à s'effondrer, le régime qui lui succèdera ne sera pas automatiquement plus démocratique. Le gouvernement doit négocier avec de puissants groupes islamiques fondamentalistes qui souhaitent restreindre les droits des chrétiens (et des autres minorités). Certains groupes islamistes s'opposent même à la présence de toute autre religion que l'islam dans le pays.

Un scénario à l’irakienne ?
Les chrétiens sont pris entre deux feux : un régime qui leur assure la paix en échange de leur silence et de leur tranquillité et des groupes opposants islamistes qui rejettent leur présence sur le territoire syrien. Leur situation est très fragile. Le risque est réel d’un scénario à l’irakienne où la minorité chrétienne serait isolée et contrainte à l’exode. Sans compter qu’en Syrie, vivent de nombreux chrétiens réfugiés d’Irak, qui seraient alors forcés à reprendre le chemin de l’exil.

Beaucoup de combattants extrémistes (dont la plupart viennent d’autres pays arabes) vivent et mènent leurs actions en Syrie depuis mars 2011. Ils entrent par la force dans les maisons de chrétiens ou de personnes appartenant à d’autres groupes minoritaires pour les intimider. Les sentiments anti-chrétiens augmentent en même temps que se développe le climat de violence dans le pays.

Cibles potentielles des opposants
En tant que groupe minoritaire, la plupart des chrétiens ont soutenu par le passé le régime alaouite (chiite), puisque ce dernier leur garantissait la paix et tranquillité. Cela fait d’eux des cibles potentielles pour les opposants au régime, notamment les manifestants sunnites et salafistes.

Des slogans anti-chrétiens ont été relevés dans les manifestations d’opposition au régime comme : « Chrétiens retournez au Liban ». Des chrétiens ont été forcés à participer aux manifestations sous la menace. La situation s’est ensuite dégradée : des lieux de cultes ont subi des attaques et ont été endommagés.

Dans certaine villes, les chrétiens n'osent plus sortir de chez eux  pour aller au culte. Nos sources rapportent que des chauffeurs de taxi fondamentalistes ont juré maltraiter toute cliente non voilée. Ces clientes, en général des musulmanes modérées ou des chrétiennes, ont été enlevées, violées ou même assassinées. Il y a quelques mois, deux chrétiennes ont été enlevées à Damas. L'une d'elles a réussi à sauter de la voiture en marche, l'autre est toujours portée disparu


Citation :
Beaucoup de combattants extrémistes (dont la plupart viennent d’autres pays arabes) vivent et mènent leurs actions en Syrie depuis mars 2011. Ils entrent par la force dans les maisons de chrétiens ou de personnes appartenant à d’autres groupes minoritaires pour les intimider.
Beaucoup d'origine française ont rejoint les terroristes syriens .... peut être pour se préparer à faire la même chose en France.
Mérah était un exemple pour eux
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Mar 15 Jan 2013, 11:14 pm



L’Orient-Le Jour > Dernières Infos > Syrie: des chrétiens pris au piège dans un village au nord d'Alep (agence du Vatican)
Dernières Infos

Syrie: des chrétiens pris au piège dans un village au nord d'Alep (agence du Vatican)

AFP | 10/01/2013 | 16h35

Un millier de chrétiens sont pris au piège dans le village syrien de Yaakoubieh, au nord d'Alep, épuisés et privés de tout, entre les forces gouvernementales et de l'opposition, a dénoncé jeudi l'agence missionnaire du Vatican Fides.


Ces Grecs-orthodoxes et ces catholiques "sont dans des conditions terribles, ils risquent d'être annihilés", a dénoncé à Fides le frère franciscain François Kouseiffi, en charge de l'église Saint-François de Hamra à Beyrouth, qui assiste 500 réfugiés syriens.

Ceux-ci lui ont rapporté le drame vécu par ces villageois qui sont leurs parents, et avec lesquels les contacts sont désormais sporadiques. Des soeurs franciscaines qui vivent à Yaakoubieh ont apporté aussi leurs témoignages.

Selon le frère Kouseiffi, les habitants sont complètement épuisés, sans nourriture, sans électricité, privés des biens de première nécessité, et dans l'impossibilité de quitter le village.

Avant la guerre, ce village comptait quelque 3.000 chrétiens --Arméniens, orthodoxes et catholiques-- dont la plupart a fui par peur des combats.

Ceux qui restent à Yaakoubieh, selon le frère franciscain, "sont pris au piège. Nous tentons de les aider de toutes les façons possibles pour leur permettre de venir au Liban. Ces derniers jours, certains de nos émissaires sont partis là-bas, mais le voyage est dangereux, et après plus d'une journée, ils sont parvenus à Alep".

Les habitants, a-t-il dénoncé, "ont lancé l'alarme pour leur survie. Ils risquent de mourir dans un silence généralisé".

Ces derniers jours, la vague de froid qui frappe la région "a rendu leurs conditions de vie encore plus difficiles", a-t-il remarqué.

Selon Fides, il y a 25.000 réfugiés chrétiens syriens au Liban.

Les chrétiens représentent en Syrie quelque 5% de la population, en majorité orthodoxes.

Par peur de l'islamisme, leurs évêques ont souvent adopté des positions favorables ou conciliantes à l'égard du régime laïc de Bachar al-Assad, qui a garanti leur tranquillité pendant des décennies



Revenir en haut Aller en bas
Amada
.
.
avatar

Date d'inscription : 20/02/2011
Féminin
Messages : 2240
Pays : France
R E L I G I O N : Sans

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Sam 19 Jan 2013, 10:25 pm

@RAMOSI a écrit:


L’Orient-Le Jour > Dernières Infos > Syrie: des chrétiens pris au piège dans un village au nord d'Alep (agence du Vatican)
Dernières Infos

Syrie: des chrétiens pris au piège dans un village au nord d'Alep (agence du Vatican)

Tout cela n'est qu'une guerre de religions ordinaire, en fait.

Guerre: règlement des désaccords par la violence, la destruction et la soumission ou la mort de l'opposant.

Religion: rassemblement humain (religere = relier, réunir) autour d'une foi commune, d'une croyance commune et d'un dogme "accepté" pouvant différer d'une autre foi ou d'un autre dogme.

Sauf que l'islam pousse plus loin le dogme en lui faisant englober tout ce qui compose la vie des sociétés humaines (loi, gouvernance, économie, société, armes, conquêtes...)
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12186
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Persécution des Chrétiens en Syrie   Jeu 27 Juin 2013, 8:57 pm

Syrie : les chrétiens menacés

Par Ivan Rioufol le 27 juin 2013 18h13| 38 Commentaires


Son assassinat, en Syrie, est passé inaperçu : le père François Mourad, vieil ermite franciscain, a été tué dans l'enceinte de son couvent par un groupe islamiste rebelle. Le responsable des franciscains de Syrie met en garde l'Occident qui, quand "il soutient les extrémistes religieux, aide à tuer les chrétiens". La France, qui veut armer les rebelles contre Bachar el-Assad, doit entendre la mise en garde.


Revenir en haut Aller en bas
 

Persécution des Chrétiens en Syrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Persécution des chrétiens dans le monde
» ÉGYPTE : PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS
» La persécution des chrétiens dans le monde, un des signes de l'Apocalypse ?
» persécution des chrétiens
» Persécution des chrétiens en Inde !!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: INTER-RELIGIEUX :: Les persécutions politico-religieuses-