*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 

 Massacre au Niger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
Capucine

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 6235
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

Massacre au Niger Empty
MessageSujet: Massacre au Niger   Massacre au Niger Icon_minipostedLun 10 Aoû 2020, 12:57 am

Massacre au Niger : les Français ne sont plus en sécurité nulle part au Sahel

Massacre au Niger Des-soldats-nigeriens-en-patrouille-pour-proteger-des_5256427_676x339pDes soldats nigériens en patrouille pour protéger des touristes. (Photo d’archives AFP)



Huit personnes ont été tuées, ce dimanche, au Niger, par des hommes armés venus à moto dans la zone de Kouré. Parmi les victimes se trouvent des Français. Paris a confirmé que des Français avaient péri sans préciser leur nombre alors que le gouverneur local évoquait, lui, six victimes françaises.


Le massacre de touristes de l’ONG Acted, de leur guide et leur chauffeur, à une heure de route de la capitale du Niger, démontre que les Français ne sont désormais plus en sécurité nulle part au Sahel. Ils allaient contempler les dernières girafes de l’Afrique de l’Ouest qui n’ont pas été encore abattues par les braconniers. Un parc qui attire les expatriés et les ONG, de moins en moins nombreuses, qui travaillent encore dans la capitale où le sentiment anti-français est pourtant moindre que dans les pays voisins, le Burkina Faso et le Mali, cœur de l’opération Barkhane où 5 500 soldats français luttent, depuis 2013, contre les groupes armés terroristes, les GAT, dans le jargon militaire. Malgré les renforts des légionnaires parachutistes du 2e REP dans la région des Trois frontières, qui borde le Niger, le bilan est maigre. Les islamistes se sont dispersés pour éviter le combat frontal. Si, dans le désert, ils se cachent des caméras des drones et restent sur le qui-vive pour ne pas se faire surprendre par des raids héliportés des commandos français, ils sont moins sur la défensive dans les régions plus peuplées.



Une opération éclair


Avec la tuerie de la zone de Kouré, les jihadistes viennent de montrer que leur mode opératoire peut être aussi un coup préparé avec des moyens limités. Comme les actions qu’ils ont déjà perpétrées par surprise en France et en Europe à quelques-uns face à des forces de sécurité débordées par le nombre de suspects islamistes à surveiller susceptibles de passer à l’action, ils sont en mesure d’organiser une opération éclair contre des Français en Afrique. L’embuscade n’est pas, apparemment, une action d’opportunité mais un coup bien préparé grâce probablement à des complicités locales qui avaient signalé à un GAT que, le dimanche, les « Français » allaient voir les girafes dans une région où les rares militaires nigériens présents ont déjà du mal à se protéger eux-mêmes.



Une balle dans la tête


L’attaque a été menée en plein jour, en fin de matinée, à une soixantaine de kilomètres de la capitale, qui se barricade de plus en plus, car infiltrée par des relais et des terroristes clandestins qui attendent de passer à l’action, comme en 2011, pour prendre deux Français en otages qui seront tués par la suite au cours d’une opération française des Forces spéciales contre leurs ravisseurs. Cette fois-ci, les terroristes ont tiré à la kalachnikov sur le Land Cruiser, incendié le véhicule des touristes dont plusieurs ont été retrouvés avec une balle dans la tête, après qu’ils eurent passé le poste de contrôle de la réserve, tenu par de simples gardes dans l’incapacité de faire face aux GAT.



Capables de frapper partout


Ce groupe serait affilié à l’État islamique, l’organisation la plus féroce qui cherche à supplanter Al-Qaïda en Afrique et même en Afghanistan. Ils ont égorgé une femme de l’organisation humanitaire, qui tentait de fuir, et tué une autre personne de nationalité nigérienne. Un massacre prémédité qui ne change rien aux rapports de forces sur le terrain mais il a été commis pour convaincre l’opinion, y compris internationale, que les terroristes islamistes sont capables de frapper partout, y compris dans la même zone qui abrite l’état-major français de la région, les Mirage 2000, les drones et des hélicoptères de combat alignés sur l’aéroport de Niamey.


Les chasseurs à cocarde tricolore ont survolé le parc, sans trouver les assassins qui se déplacent en petite moto de 125 cm3, interdite pourtant de circuler par les autorités. Pour les jihadistes, les Français et leur force militaire doivent partir. Une idée qui fait son chemin parmi une population déboussolée qui ne voit pas l’intérêt de la maintenir au bout de huit ans de guerre, qui ressemble à une mission impossible.




https://www.letelegramme.fr/monde/massacre-au-niger-les-francais-ne-sont-plus-en-securite-nulle-part-au-sahel-09-08-2020-12596151.php
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
Capucine

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 6235
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

Massacre au Niger Empty
MessageSujet: Re: Massacre au Niger   Massacre au Niger Icon_minipostedMar 11 Aoû 2020, 4:36 am

« Les fous d’Allah nous les ont arrachés » : le Niger sous le choc après la mort des humanitaires

Parmi les huit personnes tuées se trouvaient six Français et deux Nigériens : le chauffeur de l’ONG Acted et le président de l’Association des guides de girafes de Kouré.

Par Ahmed Tarnane et Alhassane Abdou-Mahamane Publié aujourd’hui à 12h37, mis à jour à 17h17




Massacre au Niger 047bf4c_643666594-000_1WF079L’entrée du bureau d’Acted à Niamey, le 10 août 2020. BOUREIMA HAMA / AFP




Garba Souley aurait dû être enterré lundi 10 août, mais la cérémonie a été reportée : dans l’état où se trouve le cadavre du chauffeur nigérien d’Acted, tué avec six autres employés de l’ONG, dimanche 9 août, dans la réserve naturelle de Kouré, difficile de pratiquer les rituels musulmans classiques d’inhumation. On ne peut pas préparer, parfumer, envelopper et prier un amas de membres calcinés.



Dans le village de Goudel, en périphérie de Niamey, où vivait Garba Souley, c’est la sidération. En hommage au défunt, toutes les activités politiques et associatives ont été annulées et la population a défilé, lundi, pour présenter ses condoléances à la famille. Venus assister à une cérémonie funèbre qui n’a pas eu lieu, beaucoup sont repartis en larmes, bouleversés par la cruauté des assaillants.


Oumarou Karim, un proche du chauffeur, n’en finissait pas, lundi soir, de dénoncer des actes « commis par des individus sans foi ni loi » et de réclamer justice pour son parent. « Garba était en congés lorsqu’il a été appelé pour conduire les expatriés à Kouré », confie-t-ilQuant aux six Français tués avec lui, « ils venaient juste de sortir d’un confinement et auraient dû reprendre le service ce lundi : les fous d’Allah nous les ont arrachés. »



« Ces individus ne sont pas des musulmans »




Les tueurs n’ont laissé aucun survivant. Abdou Kadri, qui présidait l’Association des guides de girafes de Kouré et accompagnait les humanitaires d’Acted, est l’autre Nigérien à avoir péri dimanche. Son organisation lui a rendu hommage. Selon Hamadou Oumarou, lui aussi guide, le défunt, surnommé « Goundoua », exerçait ce métier depuis une vingtaine d’années et connaissait parfaitement la zone. « C’est la première fois que des hommes armés non identifiés s’en prennent aux touristes dans cette réserve naturelle », souligne-t-il.



L’attaque a été sévèrement condamnée par le président Mahamadou Issoufou, qui l’a qualifiée de « lâche et barbare » dans un Tweet, avant de présenter ses condoléances aux familles nigériennes et françaises. Dans les taxis, les « fada » (ces groupes de jeunes hommes qui se réunissent à la nuit tombée), au marché ou dans les bureaux, les mêmes questions résonnent dans tout Niamey : pourquoi un tel acte ? Qui sont les auteurs ? A quelle fin ? Pour Zakaria Seyni, un marabout résidant dans le quartier de l’aéroport de Niamey, une seule conviction : « Ces individus ne sont pas des musulmans vu leur acte. L’islam est une religion de paix et d’amour. »


Interrogé par Le Monde Afrique, Aboubacar Dicko, enseignant à l’université de Zinder et spécialistes des questions sécuritaires au Sahel et dans le bassin du lac Tchad, rappelle que « les acteurs terroristes opérant dans la région s’inscrivent dans la même dynamique que l’Etat islamique ; généralement, ils envisagent deux options : soit prendre des otages pour les échanger contre rançon, soit l’enlèvement d’Occidentaux pour exiger la libération de leurs combattants ». On peut, estime-t-il, « classer ce qui s’est passé à Kouré dans la seconde dynamique : celle de représailles contre l’engagement du Niger et de la France dans la lutte antiterroriste. »



L’état d’urgence élargi à toute la région




Ibrahim Tidjani Katiella, le gouverneur de la région de Tillabéri, dont dépend le canton de Kouré, a promis lundi que « des mesures seront rapidement prises pour une sécurisation de la zone ». Pour Harouna Seyni, habitant de la commune rurale, les tueurs « veulent créer la psychose et détruire le tourisme, qui est une source de revenus pour beaucoup de personnes dans cette localité ».


La réserve naturelle de Kouré se trouve dans le département de Kollo, le seul de la région de Tillaberi qui n’était pas encore sous état d’urgence. Il l’est désormais, ont annoncé les autorités à l’issue d’un conseil national de sécurité « extraordinaire », lundi soir. L’accès au site des girafes est suspendu pour que « les investigations qui se déroulent actuellement se poursuivent en toute sérénité », a expliqué le ministre nigérien de l’intérieur, Alkache Alhada, à la télévision. La situation est d’autant plus inquiétante pour l’opinion nigérienne que l’insécurité gagne du terrain jusqu’aux portes de la capitale.




https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/08/11/les-fous-d-allah-nous-les-ont-arraches-le-niger-sous-le-choc-apres-l-assassinat-des-humanitaires_6048681_3212.html
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
Capucine

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 6235
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

Massacre au Niger Empty
MessageSujet: Re: Massacre au Niger   Massacre au Niger Icon_minipostedMar 11 Aoû 2020, 8:48 am

« Carhaix pleure l’un des siens » : émotion après le décès d’un Breton au Niger


Massacre au Niger Une-femme-passe-devant-les-portes-du-local-officiel-de-l-ong_5258879_676x465pUne femme passe devant les portes du local officiel de l’ONG française Acted, à Niamey. (Photo AFP)


Un Carhaisien et un étudiant rennais font partie des six humanitaires français tués au Niger, le dimanche 9 août. Deux accompagnateurs nigériens ont également trouvé la mort lors de l’attaque.


« Carhaix pleure l’un des siens. » Le maire de la capitale du Poher, Christian Troadec, est sous le choc. Âgé de 26 ans, le Carhaisien Antonin Girardi est l’un des membres de l’ONG Acted, tués au Niger. Ancien directeur d’un Esat (Établissement et service d’aide par le travail), à Plouray (56), son père s’est installé à Carhaix (29), il y a environ cinq ans.

Normalien, Antonin Girardi était spécialisé dans l’économie environnementale et géographique. Titulaire d’une licence d’économie-gestion obtenue à Rennes, il avait ensuite rejoint l’université de Paris 1, puis l’école normale supérieure de Cachan (Val-de-Marne) et l’université Paris-Saclay. Il avait également été assistant de recherche à l’Institut national de statistique et d’économie appliquée (Insea).



Antonin : « Un jeune homme merveilleux »


À l’Insea, son projet de recherche portait sur l’exploitation des ressources naturelles dans les pays en développement par les entreprises étrangères au pays. « C’était un jeune homme merveilleux, brillant et très dévoué aux questions de développement économique de pays en difficulté. Il trouvait cela plus épanouissant certainement que la matière économique, même s’il était un excellent universitaire », témoigne son professeur, à l’Insea, Geoffrey L. Barrows.



Citation :
« La population est effondrée. C’est dramatique de voir ce jeune Carhaisien dévoué vis-à-vis des autres et être ainsi pris pour cible ».

À Carhaix, l’annonce du décès d’Antonin Girardi a suscité une vive émotion. « La population est effondrée, s’émeut Christian Troadec. C’est dramatique de voir ce jeune Carhaisien dévoué vis-à-vis des autres et être ainsi pris pour cible. Antonin avait quelques amis sur la région carhaisienne, notamment cette femme qui travaillait pour le compte d’Acted et qui est récemment intervenue là où il y a eu l’attaque, dimanche, au Niger. Au sein de la commune, on va, bien sûr, rendre hommage à Antonin. J’ai eu son père, au téléphone. Il est effondré ».


Léo : « Un exemple pour les autres étudiants »



Décédé lors de l’attaque, Léo Ruelle (25 ans) était étudiant à la Rennes School of Business. « Il devait être diplômé en 2021… Nous sommes endeuillés par cette nouvelle tragique », a déclaré son école, à travers un communiqué. Ce mardi, à 19 h, le père Nicolas Guillou, aumônier de la mission étudiante à Rennes, a célébré une messe en hommage à Léo Ruelle. « Une messe pour honorer sa mémoire et rendre grâce à son engagement envers les plus pauvres. Un exemple pour les autres étudiants », confie le père Guillou.


Les autres victimes



Quatre Françaises ont également trouvé la mort dans cette attaque : Stella G. (28 ans), originaire de Montpellier, qui se consacrait à l’humanitaire depuis cinq ans ; Nadifa L. (30 ans), qui avait rejoint, en 2015, le ministère des Armées, principalement pour occuper des fonctions financières et de gestion ; la Toulousaine Myriam D. (25 ans), qui avait été formée dans différentes ONG en France et en Colombie ; Charline F. (30 ans), originaire de Seine-Maritime, qui avait travaillé deux ans à l’ambassade de France au Nigeria avant d’être récemment embauchée par Acted. Deux accompagnateurs nigériens ont également été tués : Kadri A. (21 ans) et Boubacar G. (50 ans).




https://www.letelegramme.fr/bretagne/un-carhaisien-et-un-etudiant-victimes-de-la-tuerie-du-niger-11-08-2020-12597172.php?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR0-jSH80ZqYo9qQDnHvZw8TBa2eU9BG3nq-YVP3OC2yi40V0oak48BXmC8#Echobox=1597171157
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
Capucine

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 6235
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

Massacre au Niger Empty
MessageSujet: Re: Massacre au Niger   Massacre au Niger Icon_minipostedMer 12 Aoû 2020, 6:26 am

Une cérémonie d’hommage aux six Français tués au Niger aura lieu vendredi


Une cérémonie d’hommages aux Français tués au Niger aura lieu, ce vendredi, à l’aéroport d’Orly. Elle sera présidée par Jean Castex.



Le Premier ministre Jean Castex présidera vendredi à l’aéroport d’Orly une cérémonie nationale d’hommage aux six humanitaires français tués dimanche au Niger, a appris l’AFP de Matignon.

La cérémonie sera organisée à l’occasion du rapatriement des corps de ces six Français, qui travaillaient pour l’ONG Acted, tués avec leur chauffeur et leur guide nigériens par des hommes armés lors d’une excursion dans la réserve de girafes de Kouré, à 60 km au sud-est de la capitale Niamey.


« Un crime odieux »



Jean Castex a dénoncé mardi « un crime odieux » et une « lâcheté difficilement descriptible » à la suite de cette attaque, qui est « manifestement terroriste » selon le président Emmanuel Macron. « La France veillera à ne pas laisser impuni ce crime odieux », a assuré le Premier ministre.



Parmi les six victimes françaises, figurent quatre femmes : Charline F., une doctorante de 30 ans ; Stella G., qui s’était consacrée à partir de 2015 à l’humanitaire ; Nadifa L., qui avait travaillé pour le ministère français des Armées et Myriam D., qui avait rejoint Acted il y a deux ans. Deux jeunes hommes font également partie des victimes : Léo R., étudiant, et le Breton Antonin G., 26 ans, diplômé de la prestigieuse École normale supérieure et chercheur en économie environnementale.


Le ministère français des Affaires étrangères a depuis placé mercredi l’ensemble du Niger à l’exception de la capitale Niamey en zone rouge, soit « formellement déconseillée ».








https://www.letelegramme.fr/dossiers/six-francais-tues-au-niger/une-ceremonie-d-hommage-aux-six-francais-tues-au-niger-aura-lieu-vendredi-12-08-2020-12597639.php
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
Capucine

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 6235
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

Massacre au Niger Empty
MessageSujet: Re: Massacre au Niger   Massacre au Niger Icon_minipostedSam 15 Aoû 2020, 12:48 am

L’hommage de Jean Castex aux morts du Niger


Le premier ministre a présidé vendredi 14 août un hommage national aux six humanitaires français tués dimanche au Niger, à l’aéroport d’Orly où leurs corps ont été rapatriés.



  • La Croix, 
  • le 14/08/2020 à 16:24 
  • Modifié le 14/08/2020 à 16:38




Massacre au Niger Jean-Castex-Orlyune-ceremonie-dhommage-travailleurs-humanitaires-lONG-francaise-Acted-tuesdune-attaque-Niger-14-fevrier-2020_0_729_486

Jean Castex à Orly pour une cérémonie d’hommage aux six travailleurs humanitaires de l’ONG française Acted tués lors d’une attaque au Niger, le 14 février 2020.[size=12]STEPHANE DE SAKUTIN/AFP
[/size]



« La France tout entière porte le deuil ». Le premier ministre Jean Castex a rendu un hommage national, vendredi 14 août, aux six humanitaires français tués au Niger. La cérémonie a eu lieu à 16 heures au pavillon d’honneur de l’aéroport d’Orly, à l’occasion du rapatriement des corps des victimes.

« Devant ces six cercueils alignés, je veux avant tout exprimer la peine, la douleur, l’incompréhension, la colère de tous les Français », a ajouté le chef du gouvernement, en évoquant devant les familles des victimes « des enfants dont vous pouvez être fiers, dont la France entière peut être fière ».



« Les victimes ont rencontré le mal »


Accompagné du ministre de la justice Éric Dupond-Moretti et de Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la francophonie et s’adressant aux familles, Jean Castex a rappelé le sort des victimes, « venues au Niger pour faire le bien » avant d’y « rencontrer le mal. (…) Seul le mal peut tendre un guet-apens à des innocents, qui étaient au Niger dans le but de venir en aide à des populations en détresse. »


« Cette incarnation du mal, la France ne la connaît malheureusement que trop (…), c’est très vraisemblablement la même haine, la même lâcheté, la même inhumanité qui étaient à l’œuvre au Niger et au Bataclan », a-t-il ajouté.


« Ces enfants qui viennent de vous être arrachés par des tueurs sanguinaires pourraient être les miens, ils avaient entre 25 et 31 ans ils étaient jeunes, généreux et brillants », a encore dit Jean Castex, en saluant « leur altruisme » et « leur engagement ».



Ne pas « céder au terrorisme criminel »


Les six victimes, qui travaillaient pour l’ONG Acted, ont été tuées dimanche 9 août ainsi que leur chauffeur et leur guide nigériens, par des hommes armés, alors qu’ils étaient en excursion dans la réserve de girafes de Kouré, à 60 km au sud-est de la capitale Niamey.

Jean Castex avait déjà dénoncé mardi 11 août « un crime odieux » et la « lâcheté difficilement descriptible » de cette attaque, qu’Emmanuel Macron a estimée « manifestement terroriste » mais dont les auteurs n’ont pas encore été appréhendés. Selon les premiers éléments de l’enquête antiterroriste ouverte à Paris, l’attaque meurtrière « paraît avoir été préméditée » avec pour objectif de « cibler des Occidentaux ».
« Quitter le Niger et leurs pays limitrophes, ce serait céder aux terroristes et leur permettre d’installer leurs bases arrière, comme ils ont essayé de le faire au Mali avant l’intervention française, a continué le premier ministre dans son hommage. Pas question de céder un pouce de terrain au fanatisme criminel et aux ennemis de la liberté d’agir, de penser et de s’engager. »











https://www.la-croix.com/France/EN-DIRECT-Lhommage-Jean-Castex-morts-Niger-2020-08-14-1201109210?



Revenir en haut Aller en bas
 

Massacre au Niger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Actualité-