*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile
*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 

 Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 16345
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedVen 10 Juil 2020, 7:28 pm





Génocide arménien, le spectre de 1915 (FR - France 5 - 2015)


1915. L'Empire ottoman est plongé dans la Grande Guerre, qui entraînera sa chute. Dans ce contexte historique, plus d'un million d'Arméniens sont massacrés par les Turcs. Le premier génocide d'un siècle qui n'en sera pas avare. En Turquie, son évocation a toujours été occultée. Pourtant, au sein de la société turque, des voix s'élèvent pour dire la nécessité de la vérité. A l'occasion du centenaire de la tragédie, ce document s'intéresse à deux personnages, un Turc et une Arménienne de Turquie. Hasan Cemal, journaliste et intellectuel, est le petit-fils de Cemal Pacha, l'un des planificateurs du génocide. Son cheminement l'a amené à se rebeller contre l'histoire officielle. Fethiye Cetin, avocate et militante des droits de l'homme, a découvert qu'elle était la petite-fille d'une rescapée du massacre. Elle oeuvre pour que la Turquie retrouve la mémoire.

Réalisé par Nicolas Jallot.







Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 16345
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedLun 10 Aoû 2020, 7:28 pm



Le génocide des Arméniens


Film pédagogique réalisé avec deux historiens français spécialistes du sujet et expliquant les origines, le déroulement, les procès, le négationnisme et la mémoire conflictuelle du génocide des Arméniens.






Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 16345
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedMer 30 Sep 2020, 8:44 pm



Le journal d'un siècle : 1915 Le Génocide des Arméniens


Le journal d'un siècle : 1915 - France 2 - 04/06/1985
Le docteur Yves TERNON raconte le génocide arménien par les Turcs.
Rejoignez la campagne mondiale pour la reconnaissance du génocide des Arméniens !!






Revenir en haut Aller en bas
astvadz
.
.


Date d'inscription : 08/08/2010
Masculin
Messages : 1081
Pays : *****
R E L I G I O N : *****

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedMer 30 Sep 2020, 10:43 pm

https://www.france24.com/fr/20150423-pourquoi-israel-reconnait-pas-genocide-armenien-reconnaissance-turquie
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 16345
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedJeu 01 Oct 2020, 7:07 pm






Pour rappel, ce Génocide de 1915 par les Turcs sur les Arméniens,

Très bien documenté et le premier du 20ème siècle,


N'as jamais été reconnu par la Turquie...
Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 631461


https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9nocide_arm%C3%A9nien#:~:text=%20%20%20G%C3%A9nocide%20arm%C3%A9nien%20%20%20G%C3%A9nocide,Arm%C3%A9niensde%20l%27Empire%20ottoman%20%207%20more%20rows%20
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 16345
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedVen 02 Oct 2020, 9:28 pm


https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/105-ans-apres-le-genocide-armenien-la-turquie-continue-de-representer-une-menace-20200424


«105 ans après le génocide arménien, la Turquie d’Erdogan continue de représenter une menace»


FIGAROVOX/TRIBUNE - En cette journée de commémoration du génocide arménien, Mourad Papazian et Ara Toranian jugent que la Turquie n’a toujours pas renoncé à ses ambitions d’hégémonie. Et invitent l’Europe à ouvrir les yeux face à la violence et aux projets d’Erdogan.

Par Mourad Papazian et Ara Toranian

Publié le 24 avril 2020 à 11:35, mis à jour le 24 avril 2020 à 11:48


Conférence de presse du président turc Recep Tayyip Erdogan. Istanbul, 27 mars 2020
Conférence de presse du président turc Recep Tayyip Erdogan. Istanbul, 27 mars 2020 HANDOUT/AFP


Mourad Papazian et Ara Toranian sont les coprésidents du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF).


105 ans après le génocide des Arméniens, l’État turc n’en finit pas de représenter un danger pour les peuples de la région et une menace pour l’Europe. On ne dressera pas en ces lignes l’inventaire de toutes ses exactions, en particulier contre les Kurdes de Syrie, que Donald Trump a jeté après usage à l’automne dernier, en les livrant à la soldatesque d’Erdogan une fois l’éradication de Daech estimée acquise. Il serait en effet vain de rappeler l’ensemble des crimes perpétrés par cet État, qui vient encore de bombarder le 15 avril le camp de Makhmour au sud-Kurdistan, provoquant plusieurs morts dans la population civile. Il n’est depuis 100 ans pas un jour qui ne produise son lot d’atteintes aux libertés démocratiques ou aux droits de l’homme dans cet État qui compte aujourd’hui 230 000 détenus politiques et qui fait figure de plus grande prison de journalistes au monde. Il serait également fastidieux de faire le rappel de toutes les agressions d’Erdogan contre l’Europe, de ses chantages tous azimuts et de ses tentatives d’instrumentaliser politiquement son émigration, avec notamment la création dans certains pays de filiales de l’AKP, qui se présentent aux élections locales en tant que relais quasi revendiqué de la maison-mère…


La politique étrangère turque montre qu’elle entend renouer avec la grande tradition d‘un passé qu’Erdogan voudrait ressusciter.

L’ensemble de ces faits procède d’une même mécanique mégalomaniaque, qui se nourrit de la nostalgie de l’Empire ottoman et s’inspire de ses logiques de conquête et de violence. Toute la politique étrangère de la Turquie montre qu’elle entend renouer avec la grande tradition d’un passé qu’Erdogan voudrait ressusciter, en essayant de trouver des synergies avec certaines entités turcophones de l’ex-Union soviétique, comme l’Azerbaïdjan, ou en établissant des alliances objectives avec la mouvance islamiste du Moyen-Orient, via entre autres la confrérie des Frères musulmans. Il n’est pas jusqu’à l’Afrique qui ne subisse ses ardeurs, comme en témoigne la présence de la soldatesque turque au côté de Fayez Al Sarraj en Lybie, ou les aides prodiguées aux djihadistes qui massacrent les chrétiens, comme au Nigéria. Même le Rwanda n’y a pas échappé qui sous la pression d’Ankara a fermé la partie du Musée du Kigali dédié au génocide arménien.

Est-il besoin d’évoquer ici ses convoitises sur les richesses énergétiques de la Méditerranée, qui a valu à Erdogan plusieurs mises en garde de L’Union européenne? Ou ses tentatives d’envoyer manu militari les réfugiés en transit sur son territoire forcer les frontières de la Grèce? Sans parler de l’occupation de Chypre depuis maintenant 45 ans.


Le loup gris a aujourd’hui jeté le masque et se présente tel qu’il est, symbole d’un État arrogant, islamiste et ultranationaliste.

On est bien loin des opérations de charmes d’Erdogan qui se faisait brebis pour intégrer l’Europe au début des années 2000. Le loup gris a aujourd’hui jeté le masque et se présente tel qu’il est: symbole d’un État arrogant, à la fois islamiste et ultranationaliste, qui s’est construit sur le cadavre du peuple arménien et de ses minorités chrétiennes. Un crime fondateur, dont il n’a jamais payé le prix devant aucune cour de justice internationale et dont au contraire il continue à tirer les dividendes jusqu’à aujourd’hui, sans que personne ne s’avise à lui demander des comptes. Les Arméniens, moins dupes que quiconque des jeux et des manigances de cet état, ne cessent depuis cent ans d’en dénoncer les turpitudes. En vain. Ou presque. Les «puissances», dirigeants américains en tête, ont en effet toujours cédé au chantage d’Ankara. Même le grand Barack Obama a plié, renonçant durant son mandat, malgré ses promesses, à désigner par son nom le génocide des Arméniens, que le Congrès américain a toutefois fini par reconnaître à l’unanimité le 12 décembre dernier, dans un ultime sursaut moral. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner que faute d’obstacle sérieux à sa progression, le fascislamisme turc fasse feu de tout bois et gagne partout du terrain.

Jusqu’à quand la Turquie pourra-t-elle continuer ainsi à faire son miel de la peur ?

Dans son remarquable discours pour la reconnaissance par la France du génocide arménien le 18 janvier 2001 devant l’Assemblée nationale, le regretté Patrick Devedjian déclarait à propos du négationnisme de la Turquie à l’endroit de l’entreprise d’extermination de 1915, qu’il était «la poursuite d’une ancienne haine. Il n’y a jamais eu en Turquie quelque chose de comparable à la dénazification. Seule la communauté internationale peut créer le choc culturel nécessaire au changement. La complaisance pour le négationnisme d’État de la Turquie encourage son agressivité permanente et son fascisme larvé». Vingt ans plus tard, force est hélas de constater qu’à défaut d’un tel «choc», la situation n’a fait qu’empirer tandis que la menace représentée par l’État turc se précise de jour en jour, y compris pour l’Europe. Même la pandémie semble jouer pour Erdogan, quand il profite du confinement des opinions pour bombarder des réfugiés kurdes, ou qu’il en tire bénéfice parce qu’elle rend difficile cette année les commémorations du génocide arménien, lesquelles mettent la Turquie sur la sellette partout dans le monde chaque 24 avril. Jusqu’à quand cet État pourra-t-il continuer ainsi à faire son miel de la peur? Dans son Discours sur la servitude volontaire, rédigé il y a presque 500 ans, Étienne de la Boétie écrivait que «les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux». En ce qui concerne Erdogan, il est plus que temps que l’Europe se redresse.


https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/105-ans-apres-le-genocide-armenien-la-turquie-continue-de-representer-une-menace-20200424








Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 16345
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedJeu 05 Nov 2020, 8:04 pm




1915 : Génocide en Arménie | Archive INA


INA Histoire
122 k abonnés
Abonnez-vous http://bit.ly/inahistoire
24 avril 1982
Rétrospective revenant sur le génocide dont ont été victimes les Arméniens en 1915, décidé par le gouvernement de l'empire ottoman, suite au refus des Arméniens turcs de combattre contre la Russie.Extrait d'un discours à propos de la non reconnaissance officielle du génocide arménien, lors d'un meeting commémoratif, au Palais de la mutualité, le 16 mars 1982. Puis, des images d'archives (notamment issues du comité de défense de la cause arménienne) sont suivies du témoignage d'une femme arménienne, Mme PANOSSIAN, dans une maison de retraite arménienne à Montmorency, se rappelant l'exode du peuple arménien ; elle avait 14 ans au moment des faits. Images d'archive INA
Institut National de l'Audiovisuel
http://www.ina.fr







Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 16345
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedDim 27 Déc 2020, 9:45 pm




La Turquie face au génocide des Arméniens : de la négation à la reconnaissance ?

Ali Kazancigil
Dans Politique étrangère 2015/3 (Automne), pages 73 à 81



Spoiler:
 


https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2015-3-page-73.htm







Revenir en haut Aller en bas
astvadz
.
.


Date d'inscription : 08/08/2010
Masculin
Messages : 1081
Pays : *****
R E L I G I O N : *****

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedLun 28 Déc 2020, 9:26 pm

@RAMOSI a écrit:



La Turquie face au génocide des Arméniens : de la négation à la reconnaissance ?

Ali Kazancigil
Dans Politique étrangère 2015/3 (Automne), pages 73 à 81



Spoiler:
 


https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2015-3-page-73.htm








Très bon et beau message RAMOSI Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 307887 Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 307887 Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 307887
Personnellement , j'ai confiance et j'espère tous les jours un peu plus !
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 16345
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedMer 10 Fév 2021, 8:44 pm




La loi française du 29 janvier 2001 relative à la reconnaissance du génocide arménien de 1915, adoptée par le Sénat en première lecture le 7 novembre 2000 et par l'Assemblée nationale le 18 janvier 2001 contient un article unique : « La France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Reconnaissance_politique_du_g%C3%A9nocide_arm%C3%A9nien



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 16345
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedSam 24 Avr 2021, 7:53 pm




International  
• Turquie  


Génocide arménien : après la reconnaissance de Biden, la Turquie soudée dans le dén

Admettre l’existence des massacres perpétrés en 1915 en Anatolie équivaudrait pour Ankara à nier le récit national sur lequel la République s’est établie.


Par Marie Jégo(Istanbul, correspondante) •

Publié aujourd’hui 25 avril 2021 à 00h57, mis à jour à 05h18
•  Temps de Lecture 3 min.
 
Des manifestants brûlent des drapeaux turcs lors de la commémoration du 106e anniversaire du génocide arménien, à Erevan (Arménie), le 24 avril. GRIGOR YEPREMYAN / AP

La Turquie « rejette entièrement » la reconnaissance du génocide arménien par les Etats-Unis, a déclaré Mevlüt Çavusoglu, le ministre turc des affaires étrangères, quelques minutes après la déclaration du président Joe Biden, samedi 24 avril. « Les mots ne peuvent changer ou réécrire l’histoire. Nous n’avons de leçons à recevoir de personne sur notre histoire », a-t-il tweeté en réaction à la décision venue de Washington. Il a convoqué, dans la soirée, l’ambassadeur américain pour protester, a rapporté l’agence de presse d’Etat, Anadolu.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, prévenu dès vendredi par son homologue américain, Joe Biden, n’a pas réagi. Avant l’annonce officielle, il a adressé ses condoléances à Sahak Masalyan, le patriarche de la communauté arménienne de Turquie, pour les « conditions difficiles » qu’elle a endurées pendant la première guerre mondiale. Il a déploré l’instrumentalisation de l’histoire « par des tiers », une expression qui avait été utilisée précédemment par le patriarche arménien, apparemment aussi contrarié que M. Erdogan par la reconnaissance du génocide. « Recep Tayyip Erdogan » a été « le seul haut fonctionnaire d’Etat de l’histoire de la République turque » à partager « notre douleur et un certain respect pour les enfants de notre nation qui ont perdu la vie en exil », a souligné le chef religieux.

« Le chien aboie, la caravane passe »

Les responsables turcs estiment que la décision de Washington est contre-productive, « sans fondement juridique », a expliqué le président du Parlement, Mustafa Sentop. Elle risque de nuire à la relation turco-américaine, dégradée par de multiples contentieux, dont l’achat par Ankara de missiles russes S-400.

Les médias pro-gouvernementaux ont crié à « la déclaration scandaleuse de Biden ». « Macron non plus n’est pas resté calme », a constaté le quotidien Yeni Safak, une allusion à la visite du président français au mémorial du génocide arménien à Paris. Lapidaire, le quotidien islamiste Yeni Akit titrait : « Le chien aboie, la caravane passe ».
Article réservé à nos abonnés Lire aussi | Joe Biden reconnaît le génocide arménien, une première pour un président américain  
Reconnu par une trentaine de pays et par la communauté des historiens, le génocide des Arméniens de l’empire Ottoman est nié par la Turquie depuis la naissance de la République en 1923. Les historiens estiment qu’en 1915 environ 1,5 million d’Arméniens et plusieurs centaines de milliers de Chrétiens d’Orient ont été tués, ou sont morts suite aux marches forcées et aux déportations systémiques.


https://www.lemonde.fr/international/article/2021/04/25/genocide-armenien-apres-la-reconnaissance-de-biden-la-turquie-soudee-dans-le-deni_6077954_3210.html



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 16345
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Empty
MessageSujet: Re: Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915   Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915 Icon_minipostedDim 02 Mai 2021, 8:55 pm



https://www.slate.fr/

3 mai 2021

Les Kurdes, dans la peur de vivre demain ce que les Arméniens ont vécu hier

Ariane Bonzon Il y a 1 heure

La ville de Cizre, dans le sud-est de la Turquie, détruite par les combats entre les séparatistes du PKK et les forces de sécurité turques, en 2016. | Yasin Akgul / AFP

Bien des Kurdes vivant à l'est de la Turquie n'ont pas attendu que le président américain prononce enfin le «G word» pour connaitre ce qu'il s'est passé en 1915. Car, dans le pays kurde, on sait et on sait en détails: les récits des anciens se transmettent et racontent précisément ce que fut la violence des massacres afin d'«assécher les Arméniens», les «occire» ou encore «détruire leur filiation», selon les expressions kurdes traitant de ce génocide dont l'État turc nie toujours la réalité.

En revanche, lorsque le chef de l'État américain évoque le risque que de telles atrocités surviennent de nouveau –et l'engagement à l'empêcher–, il fait mouche auprès de nombreux Kurdes vivant avec la hantise de connaître le même sort que les Arméniens en 1915.

À LIRE AUSSI Droits humains: le marché de dupes qu'Erdoğan veut conclure avec l'Europe

Le récit des aïeux
L'histoire orale n'a pas bonne presse en France, elle s'impose pourtant lorsque les archives ont été détruites ou confisquées par l'État, ce qui est en grande partie le cas en Turquie pour ce qui concerne le génocide arménien. En 2013, deux chercheurs, un historien-anthropologue, Adnan Çelik, et un historien rompu à l'histoire orale, Namik Kemal Dinç, se sont rendus dans la région de Diyarbakir. Turcs d'origine kurde, ils y ont recueilli les récits d'une soixantaine de «témoins» lesquels tiennent de leur grand-père puis de leur père cette mémoire locale du génocide. Cela a donné un livre, publié en turc en 2013 et dont la version française, La Malédiction, sort prochainement aux éditions l'Harmattan.

Que disent ces «témoins par procuration»? Qu'il y eut d'abord, le temps du «vivre ensemble», de l'attachement réciproque entre Kurdes et Arméniens. Aux premiers l'élevage et l'agriculture, aux seconds l'artisanat. Si certains racontent une société quelque peu idéalisée, d'autres n'oublient pas de rappeler que la «relation était inégalitaire», les «musulmans en position dominante».

Vient ensuite le récit, au plus près du terrain, de l'horreur du génocide. Dans leur déni, les autorités turques expliquent que l'Empire ottoman étant alors en guerre, des milices arméniennes prenaient fait et cause pour l'ennemi russe, et que les Turcs aussi ont compté leurs morts. Or, les anciens ne souscrivent pas à cet argument militaire: à leurs yeux, la responsabilité de ce qui s'est passé, disent-ils, incombe essentiellement à l'administration turque ainsi qu'à plusieurs Aghas kurdes, bien que certaines tribus semblent avoir abrité beaucoup de «Justes». Et il se murmure que la richesse actuelle de nombreux propriétaires terriens est un indice de la participation au génocide et de la captation des biens arméniens par leurs aïeux.

Les propos recueillis le sont souvent in situ: au bord d'un gouffre où furent poussés après avoir été décapités des dizaines de femmes et leurs enfants, le lecteur peut presque voir les abords jonchés de cheveux et de doigts coupés par l'épée, les victimes ayant tenté de protéger leur gorge avec leurs mains; sur les berges d'une rivière dans laquelle les cadavres furent jetés, lestés d'une pierre pour qu'ils ne remontent pas à la surface; à la sortie du village là où un exécutant zélé a fracassé la tête de l'enfant qui tétait encore sa mère tout juste morte. Un siècle plus tard, l'odeur des massacres flotte toujours dans les conversations.

Les «témoins» disent le plan d'extermination en trois étapes: 1. séparation entre les hommes d'un côté et les femmes et enfants de l'autre; 2. liquidation des hommes valides et notables régionaux par les «gendarmes», des femmes et des enfants par des Kurdes «ordinaires», auxquels il est promis que «soixante-dix houris [vierges célestes]» les attendront au Paradis; 3. déportation des habitants, femmes, enfants et vieillards survivants, vers le désert syrien qui n'en verra arriver que l'infime partie ayant résisté à la faim, à la soif, à la maladie et aux brigands.

À LIRE AUSSI Ce que le monde peut apprendre de la révolution en Arménie

Au seuil de la mort, remords ou délivrance
Rares sont les Kurdes qui se sont vantés du nombre d'Arméniens qu'ils auraient tués; en revanche les récits ne manquent pas sur celui-ci ou cet autre qui, au seuil de la mort, tarde à rendre son dernier soupir tant il craint d'avoir à rendre des comptes pour avoir prêté la main aux Turcs, singulièrement dans le massacre des tout-petits.

Les portraits ne manquent pas non plus, décrivant ces jeunes Arméniennes kidnappées ou sauvées du génocide. «Converties, pieuses et intelligentes», elles font des domestiques ou des épouses très recherchées. Ces «grand-mères arméniennes» dont certaines dans un dernier sursaut de fidélité à leurs racines ont refusé de prononcer la prière musulmane sur leur lit de mort, aussi.

Quel que soit le rôle qu'ils reconnaissent à leurs aïeux, les Kurdes interrogés par les auteurs, se sentent, aujourd'hui encore, amputés du «départ» des Arméniens, «comme si une part de notre cœur, de notre corps, de notre cerveau et de notre intelligence avait disparu». C'est en cela que «la présence impalpable mais réelle des Arméniens influe toujours sur la vie des gens qui habitent dans les environs et lieux de souvenirs. Le génocide fait partie de leur vie», explique l'historien Étienne Copeaux qui préface La Malédiction et a participé à l'édition française.

À LIRE AUSSI Les «Arméniens cachés», secret de famille, secret d'Etat

Le déni des Franco-turcs
Ce livre fera date. Il devrait aider chez nous les enseignants confrontés aux élèves et parents français d'origine turque qui rejettent cette version de l'histoire, illustrant ainsi le refoulé et le déni historique qui, selon Étienne Copeaux, «continue de faire vivre la majeure partie de la population [de Turquie] dans le mensonge, et a provoqué un état quasi névrotique transmis de génération en génération».

À l'opposé, dans les régions kurdes, on explique les malheurs et les souffrances traversées par les Kurdes depuis tant d'années par cette «malédiction», effet d'une justice divine qui pèserait sur les enfants et petits-enfants payant aujourd'hui l'indifférence de leurs aïeux au génocide de 1915.

Pis, le projet attribué aux Arméniens d'hier (se rebeller, fonder un autre État, quitter l'empire) n'est pas sans écho chez les Kurdes d'aujourd'hui dont certains, au sein du mouvement national kurde (composé pour l'essentiel par le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), illégal en Turquie et par deux partis politiques: le HDP et le BDP), ont longtemps nourri le rêve de fonder un Kurdistan indépendant à cheval sur la Turquie, la Syrie, l'Iran et l'Irak, ce que le Traité de Sèvres (1920) leur avait, comme aux Arméniens, permis d'entrevoir même si l'enjeu se limite désormais pour ces Kurdes à conquérir une autonomie politique et territoriale en Turquie.

L'identification des Kurdes aux Arméniens
Malgré l'idéologie officielle du déni, une contre-mémoire kurde a ressurgi sur fond d'identification des Kurdes à la place de la victime qu'ont occupée les Arméniens. Cela peut paraître exagéré à l'observateur extérieur, mais on ne peut écarter d'un revers de main ce ressenti kurde. De fait, bien des porteurs de cette contre-mémoire établissent des similitudes entre les milices chargées de l'exécution du génocide (bejik), et les corps de «protecteurs de village» (korucu), institués à la fin du XXe pour contrer la guérilla du PKK. Mêmes méthodes de terreur, mêmes violences contre le peuple, arménien ou kurde. Même ennemi également: «L'État [turc] est très souvent désigné ainsi [devlet] dans les entretiens, l'État n'est pas l'institution qui protège, instruit et soigne, il est l'agent du malheur, l'ennemi, il est Léviathan», explique Étienne Copeaux.

Cela a été particulièrement éprouvé en 2015 et 2016 après que les pourparlers entre Ankara et le PKK ont été interrompus et qu'un soulèvement fut lancé dans plusieurs villes kurdes. La réponse du pouvoir islamo-nationaliste est alors radicale: villes assiégées, bombardements de plusieurs quartiers, des centaines de jeunes kurdes brûlés dans des caves, des centaines de milliers d'habitants déplacés, une partie du patrimoine kurde détruit... Comme si ces événements s'inscrivaient dans la continuité de ceux de 1915. C'est en tout cas ainsi qu'ils ont pu être perçus par certains Kurdes. Et peut-être par l'État lui-même, incarné par certains membres des «forces spéciales», qui, après avoir investi les villes kurdes fin 2015, traitaient leurs habitants de «bâtards d'Arméniens».

«Nous sommes le hors-d'œuvre, vous serez le plat de résistance.» Des Arméniens à des Kurdes, en 1915
En 1915, les Arméniens emmenés au massacre auraient prédit aux Kurdes: «Nous sommes le hors-d'œuvre, vous serez le plat de résistance.» Propos authentiques ou légende kurde? L'historien Étienne Copeaux ne tranche pas mais il voit dans l'existence de cet avertissement «dans la réalité ou dans l'imaginaire, une clé de compréhension: les Kurdes redécouvrent leur condition à travers celle des Arméniens. C'est pourquoi le génocide est largement reconnu au Kurdistan, et le désir de paix, sinon de cohabitation, avec les différentes altérités, est actuellement clamé».

Nombreux sont ceux qui veulent croire que la grande remise en cause du tabou qui pèse sur le crime originel naîtra du mouvement national kurde, que l'État turc le veuille ou non. «Le parti démocratique des peuples [HDP, pro-kurde, 55 députés] est parfaitement clair, il suffit de lire sa dernière déclaration du 24 avril, et de la comparer avec les réactions pusillanimes et grégaires du reste de l'opposition turque face à la reconnaissance de Biden», déclare l'essayiste Michel Marian qui vient de publier L'Arménie et les Arméniens, les clés d'une survie en 100 questions, ouvrage didactique et enlevé, panorama incontournable du fait arménien.

S'affranchissant de la doxa étatique, échappant au contrôle social et au système de délation généralisée sur le sujet, les Kurdes, parce qu'ils peuvent parler du génocide, ont, conclut Étienne Copeaux, «la possibilité d'échapper au malaise, à la “malédiction”, qui pourrait bien être la cause de l'état de violence gangrenant la Turquie depuis plus d'un siècle».


https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/les-kurdes-dans-la-peur-de-vivre-demain-ce-que-les-arm%C3%A9niens-ont-v%C3%A9cu-hier/ar-BB1giDWH?ocid=msedgdhp


Revenir en haut Aller en bas
 

Evocation du Génocide des Arméniens par les Turcs en 1915

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: INTER-RELIGIEUX :: Les persécutions politico-religieuses-