*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 Nietzsche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Ghislain
..
..
avatar

Date d'inscription : 26/07/2018
Masculin
Messages : 101
Pays : France
R E L I G I O N : Catholique

MessageSujet: Nietzsche.   Ven 03 Aoû 2018, 4:20 pm

Le texte suivant est extrait du "Gai Savoir", écrit par le philosophe nihiliste allemand Nietzsche.
Je vous propose de le clarifier et ainsi d'y apporter une éclaircissement chrétien.
(J'ai surligné d'emblée les points qui me semblent intéressants)

Le dément [2]

— N'avez-vous pas entendu parler de ce dément qui, dans la clarté de midi, alluma une lanterne, se précipita au marché et cria sans discontinuer : « Je cherche Dieu ! Je cherche Dieu ! » — Étant donné qu'il y avait justement là beaucoup de ceux qui ne croient pas en Dieu, il déchaîna un énorme éclat de rire. S'est-il donc perdu ? disait l'un. S'est-il égaré comme un enfant ? disait l'autre. Ou bien s'est-il caché ? A-t-il peur de nous ? S'est-il embarqué ? A-t-il émigré ? — ainsi criaient-ils en riant dans une grande pagaille. Le dément se précipita au milieu d'eux et les transperça du regard.
« Où est passé Dieu ? lança-t-il, je vais vous le dire ! Nous l'avons tué — vous et moi ! Nous sommes tous ses assassins ! Mais comment avons-nous fait cela ? Comment pûmes-nous boire la mer jusqu'à la dernière goutte ? Qui nous donna l'éponge pour faire disparaître tout l'horizon ? Que fîmes-nous en détachant cette terre de son soleil ? Où l'emporte sa course désormais ? Où nous emporte notre course ? Loin de tous les soleils ? Ne nous abîmons-nous pas dans une chute permanente ? Et ce en arrière, de côté, en avant, de tous les côtés ? Est-il encore un haut et un bas ? N'errons-nous pas comme à travers un néant infini ? L'espace vide ne répand-il pas son souffle sur nous ? Ne s'est-il pas mis à faire plus froid ? La nuit ne tombe-t-elle pas continuellement, et toujours plus de nuit ? Ne faut-il pas allumer des lanternes à midi ? N'entendons-nous rien encore du bruit des fossoyeurs qui ensevelissent Dieu ? Ne sentons-nous rien encore de la décomposition divine ? — les dieux aussi se décomposent ! Dieu est mort ! Dieu demeure mort ! Et nous l'avons tué ! Comment nous consolerons-nous, nous, assassins entre les assassins ? Ce que le monde possédait jusqu'alors de plus saint et de plus puissant, nos couteaux l'ont vidé de son sang — qui nous lavera de ce sang ? Avec quelle eau pourrions-nous nous purifier ? Quelles cérémonies expiatoires, quels jeux sacrés nous faudra-t-il inventer ? La grandeur de cet acte n'est-elle pas trop grande pour nous ? Ne nous faut-il pas devenir nous-mêmes des dieux pour apparaître seulement dignes de lui ? Jamais il n'y eut acte plus grand — et quiconque naît après nous appartient du fait de cet acte à une histoire supérieure à ce que fut jusqu'alors toute histoire ! ».


Commentaire :

Ce dément, je le comprends comme l'image de Nietzsche lui-même. Ce philosophe devait ressentir au plus profond de lui un conflit en lui-même et envers Dieu, c'est le moins que l'on puisse dire, il en est même devenu fou aux derniers jours de sa vie qu'il passa chez sa mère à éructer quotidiennement contre Dieu. C'est un philosophe qui connaît pourtant bien la religion, dans un sens, pour avoir un parcours "religieux" avant de confirmer définitivement son athéisme. En effet, après son bac, il suit des cours de théologie pendant deux ans, peut-être pour mieux connaître son ennemi (la religion) afin de mieux la détruire par la suite ? Mais, surtout, en positionnant un dément comme annonciateur du message destructeur de l'athéisme, Nietzsche s'en réfère par un retournement de situation à la Bible :

1 Corinthiens 1, 24-29. 
Le Christ est puissance de Dieu et sagesse de Dieu. Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes. Considérez en effet votre vocation, mes frères : il n’y a pas beaucoup de sages selon la chair, pas beaucoup de puissants, pas beaucoup gens de bien-nés. Mais ce qu'il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre les sages, et les choses faibles du monde c’est ce que Dieu a choisi pour confondre les fortes. Les choses du monde sans gloire et sans considération, Dieu les a choisies, ainsi que celles qui ne sont pas, pour réduire à néant celles qui sont. Afin que nulle chair ne se vante ni ne se glorifie devant Dieu.

Mais contrairement à ce qui dit dans la Bible, à savoir que par le Christ est la sagesse et la puissance de Dieu, et qu'en outre la folie et la faiblesse de l'homme, vaut et confond les plus sages et les plus puissants des hommes, au regard de Dieu qui est au-dessus de tout... Contrairement, donc, ici Nietzsche met en scène un fou qui se retourne contre Dieu. Nietzsche s'inspire au plus près de la Bible, ce qui lui permet de retourner la situation par son point d'achoppement. C'est la mécanique du vrai athéisme, faire chuter là il peut y avoir salut.

"Je cherche Dieu", dit-il. Ainsi dans la continuité de mon explication, l'on voit ici qu'encore une fois le salut dont Dieu fait grâce à tout homme qui Le cherche, qui crie vers Lui, est détourné. Pourquoi cherche-t-il Dieu ? Non pas pour le salut, mais par retournement de situation... pour vérifier qu'il est mort... qu'il n'existe pas. Cela ne vous rappelle t'il pas les débats sans fin d'avec les athées endurcis qui ne voient nulle part Dieu dans l'univers... alors que Dieu est bel et bien présent partout. Pire encore, ici est faite l'annonce d'un Dieu mort, un Dieu que l'athée cherche mais pour mieux le tuer : "Nous l'avons tué". Un athée n'est pas un monstre, et même un criminel (en l'occurrence, "criminel de Dieu"), peut ressentir de la culpabilité. Mais certains vivent avec un plaisir malsain cette culpabilité (c'est mon hypothèse). A la place de regretter, ils préfèrent soustraire, détruire Dieu, Celui qu'ils prennent comme un juge sans pardon ou un témoin gênant. C'est ainsi Satan qui parle et qui éloigne les pécheurs du salut en suggérant ici que toute faute est impardonnable. Or nous savons que Dieu est bon et nous aime tous, il est miséricordieux. "Ne nous abîmons-nous pas dans une chute permanente ?". Encore ici Satan enfonce, éloigne de Dieu et veut récupérer les égarés en les faisant chuter sans fin, en les faisant persister dans leurs péchés, ce qui empêche bien évidement de se relever et de se mettre en chemin vers Dieu. "Ne faut-il pas devenir nous-même des dieux, pour apparaître seulement dignes de lui ?". C'est une construction qui est plus complexe qu'en apparence si l'on décortique cette affirmation. D'abord devenir comme des dieux, c'est bien entendu la ruse de Satan qui se croit l'égal de Dieu. C'est une belle tentation, souvenez-vous du serpent qui promettait déjà à Adam que par la pomme de l'arbre de vie, que l'homme accéderait soi-disant à l'éternité et la puissance de Dieu... on connaît la suite. Mais qu'en est-il du "pour apparaître seulement dignes de lui" ? Car à la place il faudrait dire "pour apparaître dignes vis-à-vis de nous-même", dans un premier temps ? En effet, Dieu sait bien que l'homme est pécheur, et Dieu ne classe pas les hommes selon leurs péchés, mais selon leur repentance, leur foi. Là encore, c'est une subtilité de Nietzsche pour placer en défaut Dieu, c'est Satan qui veut prendre sa place. Je m'explique. Devenir des dieux, dans quel but en définitive ?... celui de rejoindre Satan dans sa lutte contre Dieu. Ainsi, en remplaçant ce ressentiment d'athée envers Dieu ("je suis athée, Dieu ne veut pas de moi... je ne suis pas digne de Lui"), en le remplaçant par... "devenez des dieux et soyez dignes de lui (ici lui c'est Satan)". Vous avez peur de déplaire à Dieu ? Eh bien, comme Dieu ne vous aime pas, rejoignez Satan, soyez ses dignitaires, ce n'est pas autre chose que ce à quoi Nietzsche nous invite, en définitive. Vous voyez ? C'est la vrai mécanique de l'athéisme conquérant, isoler l'homme, de Dieu, dans sa chute et le faire chuter encore plus bas et détournant du salut de Dieu, avec pour conséquence de livrer l'homme à Satan. 
Merci pour votre attention. Gloire à Dieu l'Eternel et à son Fils JESUS Christ notre sauveur, que l'Esprit saint soit sur vous.
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12477
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Nietzsche.   Ven 03 Aoû 2018, 5:41 pm









Citation :
D'abord devenir comme des dieux, c'est bien entendu la ruse de Satan qui se croit l'égal de Dieu. C'est une belle tentation, souvenez-vous du serpent qui promettait déjà à Adam que par la pomme de l'arbre de vie, que l'homme accéderait soi-disant à l'éternité et la puissance de Dieu... on connaît la suite.



C'est le nœud du problème !



Revenir en haut Aller en bas
Jean-Ghislain
..
..
avatar

Date d'inscription : 26/07/2018
Masculin
Messages : 101
Pays : France
R E L I G I O N : Catholique

MessageSujet: Re: Nietzsche.   Ven 03 Aoû 2018, 5:49 pm

La résolution est le renoncement au péché. Et la voie de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21257
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: Nietzsche.   Ven 17 Aoû 2018, 5:32 am

JG a écrit:
Ce dément, je le comprends comme l'image de Nietzsche lui-même. Ce philosophe devait ressentir au plus profond de lui un conflit en lui-même et envers Dieu, c'est le moins que l'on puisse dire, il en est même devenu fou aux derniers jours de sa vie qu'il passa chez sa mère à éructer quotidiennement contre Dieu.

Ce qui n'empêcha pas, pour des propos identiques voire pire, Mère Thérèsa, d'accéder à la sainteté. Deux poids deux mesures, sans doute ...
Revenir en haut Aller en bas
 

Nietzsche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le syndrome de Nietzsche
» Citations Nietzsche
» Vidéo N°20: Dieu est mort, de Nietzsche
» Le Jésus de Nietzsche
» Critiquer Nietzsche ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: AGNOSTIQUE :: Athée-