*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 Crèches de Noël et Laïcité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12412
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Crèches de Noël et Laïcité   Lun 18 Déc 2017, 7:02 pm




En cette période de l'année,

Il y a une chose qui me révulse particulièrement,

C'est l'interdiction des Crèches dans les Mairies et les Lieux Publics...

Alors que ces Crèches sont une Tradition existante depuis très longtemps en France,

Qu'elles représentent non seulement la naissance (symbolique) de JESUS,

Mais aussi tout ce que JESUS lui même représente,

A savoir la Paix, l'Amour, la Famille..., la Fraternité...


Ainsi donc, la République Laïque renie les racines Judéo Chrétiennes de notre Pays, Sad

Alors que celles ci représentent toutes les valeurs citées ci-dessus...

Et que depuis des siècles, cette Fête de Noël a toujours été représentative de la Paix !


Et la question serait : Pour faire plaisir à qui,

Ou à quoi ?






Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12412
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Crèches de Noël et Laïcité   Mar 19 Déc 2017, 7:24 pm




Finalement,

Après avoir supprimé les Crèches et évacué le "petit JESUS",

Pourtant censés incliner les cœurs vers DIEU,

Vers la Paix, le Beau, le Bon,

Il ne reste plus que les symboles Païens, le Père Noël avec le sapin,

Sans oublier le chocolat et la grande bouffe...


Beaux signaux pour nos enfants...
scratch
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12412
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Crèches de Noël et Laïcité   Mer 20 Déc 2017, 7:59 pm






Et toujours dans la série : "La connerie n'a pas de limite..."


Saint-Etienne: une crèche détruite dans un incendie volontaire

Actualité

Société

 Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le  07/01/2017 à 14:21  

Ce sont les paroissiens eux-mêmes qui ont éteint l'incendie de la crèche de la cathédrale de Saint-Etienne. (photo d'illustration)





La crèche de la cathédrale Saint-Charles de Saint-Etienne a été détruite vendredi soir par un incendie volontaire, éteint par les paroissiens eux-mêmes. Le maire condamne un acte "inadmissible".

Les flammes ont détruit vendredi soir la crèche de la cathédrale Saint-Charles à Saint-Etienne, dans la Loire, ont indiqué le parquet et le diocèse de la ville.

Une ou plusieurs personnes ont mis le feu à la paille de la crèche provoquant la destruction des personnages qui s'y trouvaient. Dans une autre partie de la cathédrale, "un petit paquet de cierges posé à côté de la statue de la Vierge Marie" a également été incendié, a indiqué à l'AFP Mgr Sylvain Bataille, l'évêque de Saint-Etienne. "Cela touche les chrétiens car la crèche est un symbole de paix (...). Pour autant, nous souhaitons que la cathédrale reste ouverte ", a-t-il poursuivi.

Eteint à l'eau bénite

Les deux incendies de faible ampleur ont été éteints par les paroissiens qui se rendaient à la messe, y compris en utilisant de l'eau bénite. Des fidèles musulmans sont venus proposer leur aide pour nettoyer le sinistre, indique France Bleu Saint-Etienne Loire. Ce samedi à la mi-journée, aucune interpellation n'avait encore eu lieu, a précisé le procureur de la République.

Le maire LR de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, a condamné "comme toute profanation de tout lieu de culte et ce quel qu'il soit, cet acte inadmissible. Nous devons nous interroger collectivement sur le sens de ce type de méfait où la bêtise dispute à l'ignorance de ses auteurs", a-t-il réagi dans un communiqué.

"La France, Etat laïc qui doit assurer à tous la liberté de culte, ne peut tolérer de telles attaques lâches", a renchéri son premier adjoint en charge des cultes, Gilles Artigues, président départemental de l'UDI.





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12412
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Crèches de Noël et Laïcité   Jeu 21 Déc 2017, 8:33 pm



FIGAROVOX/CHRONIQUE - Chaque semaine, Mathieu Bock-Côté analyse, pour FigaroVox, l'actualité vue du Québec. Il se penche ce vendredi sur la polémique autour des crèches de Noël, au cœur, selon lui, de la question identitaire.

Mathieu Bock-Côté est sociologue (Ph.D). Il est chargé de cours à HEC Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal ainsi qu'à la radio de Radio-Canada. Il est l'auteur de plusieurs livres, parmi lesquels Exercices politiques (VLB, 2013), Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois (Boréal, 2012) et La dénationalisation tranquille: mémoire, identité et multiculturalisme dans le Québec post-référendaire (Boréal, 2007).

Alors qu'il installait depuis un bon moment déjà une crèche de la Nativité en décembre, pour marquer Noël, le Conseil général de Vendée a dû la retirer cette année. Sur ordre de la cour. Sa simple présence transgresserait le principe de laïcité dans l'espace public. Elle offenserait la liberté de pensée des non-croyants, qui verraient ainsi une religion s'accaparer l'espace public et les détourner à son avantage.

Cette querelle n'est pas nouvelle. Surtout, elle n'est pas exclusivement française. En fait, elle traverse, depuis plus de vingt ans, toutes les sociétés occidentales. Elle a d'abord été nommée aux États-Unis, où on parle de War on Christmas mais elle se déploie ailleurs. Au Québec aussi, depuis une dizaine d'années, elle est devenue rituelle à partir du premier décembre, même si son intensité varie au fil des ans.

Il s'agit en fait d'éradiquer les dernières traces du christianisme dans l'espace public, pour le neutraliser. Plus largement, on effacer progressivement tout ce qui peut lier les institutions publiques à une civilisation particulière.

On peut en évoquer certaines manifestations. En 2007, l'Assemblée nationale avait rebaptisé le sapin de Noël, qu'elle illumine chaque année, arbre des festivités. En 2009, dans un des quartiers les plus «branchés» de Montréal, un étrange Joyeux décembre avait remplacé le traditionnel Joyeux Noël, déjà déclassé par le Joyeuses fêtes, moins suspect de reconduire la préférence pour le christianisme dans l'espace public. Cette initiative venait de l'association des commerçants du quartier.

D'autres exemples viennent à l'esprit. En 2006, Patrimoine Canada, l'institution responsable de la culture au gouvernement fédéral canadien, avait proposé de remplacer dans ses communications internes la référence à Noel par celle, apparemment plus consensuelle, au solstice d'hiver. Au gouvernement fédéral, encore une fois, en 2011, la direction avait voulu retirer le sapin de Noel des bureaux de Service Canada parce qu'il s'agissait apparemment d'un symbole discriminatoire.

L'entreprise se mène aussi dans les écoles, où les chants de Noël, souvent, sont censurés des chorales de Noël. Il s'agit en fait d'éradiquer les dernières traces du christianisme dans l'espace public, pour le neutraliser. Plus largement, on effacer progressivement tout ce qui peut lier les institutions publiques à une civilisation particulière, à une mémoire historique particulière. C'est en extrayant chaque société occidentale de son histoire qu'on l'ouvrira vraiment à la différence et à l'altérité.

Mais on aurait tort de voir dans cette entreprise la seule œuvre d'un laïcisme radicalisé. Si l'argumentaire laïciste sert encore à justifier cette censure publique du christianisme, c'est autre chose que son carburant traditionnel qui l'alimente. Plus souvent qu'autrement, les symboles de Noël ne sont pas attaqués d'abord en tant que symboles religieux, mais en tant que symboles identitaires de la «majorité chrétienne» dont il faudrait contester les privilèges symboliques. C'est en fait la querelle du multiculturalisme qui se révèle.

Dans la perspective du multiculturalisme, ce qui était autrefois considéré comme la nation, avec son identité culturelle, historique et civilisationnelle n'est plus qu'un communautarisme parmi d'autres dont il faudrait contester les privilèges. On veut déconstruire la culture nationale pour mieux accueillir ceux qui arrivent. On oublie pourtant une chose: si toutes les convictions sont naturellement égales devant la loi, toutes les religions ne sont pas égales devant l'identité.

Ce serait une grande erreur de réduire la guerre contre Noël à l'opposition classique entre catholiques traditionnels et militants intransigeants de la laïcité. Nous sommes plutôt au cœur de la question identitaire.

Mais pour les multiculturalistes, la démocratie ne sera vraiment qu'en intégrant publiquement les symboles identitaires et religieux des différentes communautés qui se sont implantées par l'immigration. La preuve en est que ce zèle suspect pour déchristianiser l'espace public s'accompagne souvent d'un militantisme pour favoriser la reconnaissance de l'Islam. On se souvient d'ailleurs du rapport Tuot qui poussait la France à assumer publiquement sa part arabo-orientale.

La complaisance devant les différentes revendications identitaires et religieuses associées à l'Islam témoigne de cet état d'esprit. On y verra autant d'occasion d'en finir avec l'occidentalocentrisme et le christianocentisme. Ou invitera alors les institutions publiques à ajuster leurs horaires, leurs menus à la cantine, leurs formulaires, pour les adapter aux différentes minorités religieuses.

L'héritage religieux du pays d'accueil est systématiquement négatif, celui des communautés issues de l'immigration est systématiquement positif. En fait, la reconnaissance publique de la religion, lorsqu'elle minoritaire devient une manière de sortir d'une définition trop exclusive de l'identité nationale. C'est ce qu'on appelle le principe de l'accommodement raisonnable, qui inverse le devoir d'intégration et qui est la marque distinctive du multiculturalisme.

Ce serait une grande erreur de réduire la guerre contre Noël à l'opposition classique entre catholiques traditionnels et militants intransigeants de la laïcité. Nous sommes plutôt au cœur de la question identitaire. Ce dont il est question, ici, c'est de la possibilité pour une nation d'habiter son histoire et sa culture de manière décomplexée et de se projeter dans l'espace public. Le simple rappel de l'héritage chrétien au cœur de l'identité nationale ne devrait pas faire scandale.



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12412
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Crèches de Noël et Laïcité   Ven 22 Déc 2017, 9:21 pm





Le blog de Guillaume Faye


Que cache l’affaire des crèches de Noël ?

31 décembre 2014 par Guillaume Faye

Rappelons les faits, avant d’analyser leur signification. Trois recours en justice ont été déposés contre les crèches de Noël dans les lieux publics : mairie de Melun, Conseil général de Vendée, mairie de .. Auteur de la plainte : la Fédération de la libre-pensée. Signe que la justice perd complètement pied et rend des jugements erratiques : le tribunal administratif de Nantes, contrairement aux deux autres, a ordonné d’enlever la crèche, pourtant au cœur de cette vieille terre catholique de Vendée.

C’est la première fois qu’on s’en prend aux crèches installées dans les lieux publics (par les élus républicains et non pas par l’Église !) au nom de la ”laïcité”. Ce n’est pas un hasard, nous allons le voir. Elles avaient toujours fait partie du paysage sans que personne, aucun laïcard, aucun barbon anticlérical ne s’en offusquent. Et soudain, ils se réveillent. Tiens ! Pourquoi ?

Une tactique dans la déconstruction de l’identité de la France

En réalité, ces offensives contre le crèches de Noël ne relèvent pas d’une ” contre-offensive laïque” contre l’Église catholique qui est restée muette, mais d’une attaque en règle contre l’identité ethno-culturelle de la France. Il ne s’agit absolument pas d’une défense de la laïcité mais d’une offensive intolérante contre les traditions autochtones. La ”laïcité” est instrumentalisée avec perversité. Cette attaque fait partie d’un plan concerté – dont l’immigration islamique profite à plein – de sape, de destruction (”déconstruction”) sournoises de l’identité ethno-culturelle française – et européenne. L’inspiration provient d’un mélange idéologiquement compatible de marxisme et d’islamisme, le premier montant au front, le second se tenant en embuscade.

71% des Français (sondage Ifop pour Ouest-France) sont favorables aux crèches dans les lieux publics. Elles sont perçues comme un élément de tradition culturelle et pas du tout comme du cléricalisme catholique. En s’attaquant aux crèches, on s’en prend à une des racines de l’arbre. Certains prétendent dans les médias en mentant effrontément que la réaction anti-crèches des libres penseurs est une riposte à une ”offensive” d’installation de crèches dans les bâtiments publics. Au contraire, il n’y a pas plus de crèches de la Nativité installées dans ces derniers – voire moins – que par le passé. Il ne s’agit donc pas d’une réaction à une provocation d’installations de crèches mais d’un plan pour les interdire. Avec des visées idéologiques très précises, qui tournent toutes autour de ce mot d’ordre, partagé par l’oligarchie masochiste : s’en prendre à tout ce qui est identitaire et enraciné dans la tradition ethnique de la France. La crèche de Noël est une bonne cible. Elle ne gêne personne, sauf les déconstructeurs et les envahisseurs. La crèche est un symbole d’enracinement français et européen : elle est donc dangereuse.

De plus, elle contrevient à la ”théorie du genre ” (abolition des sexes et de la loi naturelle) puisqu’elle met en scène une ”famille”, (père, mère, nouveau-né) ce qui n’est pas politiquement correct pour l’imaginaire gauchiste dominant. En outre, l’image de la Vierge Marie, personnage central de la crèche comme du culte particulier qui lui est attaché, représente une figure de la féminité honnie par l’idéologie dominante.

Il faut bien comprendre que la répression et la sous-estimation ordonnée à la police des énormes mouvements de la ”Manif pour tous” (1, 7 million de manifestants sous-estimés par la Préfecture de police aux ordres du gouvernement) n’avait pas comme motivation pour le pouvoir étatique la défense du ”mariage homo”. Il s’agissait d’un affrontement et d’une lutte d’intimidation contre cette France enracinée de province, culturellement catholique et familiale, qui est la bête noire, l’ennemi absolu de l’oligarchie. La haine de la symbolique catholique – notamment la crèche– n’est plus du tout une signal de laïcité mais un avertissement menaçant contre l’identité française profonde.

Dans cette très louche affaire des crèches, on a ressuscité une vieillerie qui avait été totalement oubliée, un fossile, la Fédération de la libre-pensée (4.000 adhérents) une secte anti-cléricale de la fin du XIXe siècle. Mais cette secte a été réanimée, manipulée pour porter plainte contre les crèches. Derrière, il y a évidemment le Grand Orient et la Ligue des Droits de l’Homme, qui marchent main dans la main avec le think-tank bobo-gauchiste du PS, Terra Nova et dont la stratégie principale n’est pas du tout la défense des droits humains, ni la laïcité, ni la liberté de pensée, ni la justice sociale ni évidemment la régression du chômage, mais la destruction progressive de l’identité ethno-culturelle européenne de la France. Selon le dogme immigrationniste de dissoudre l’identité française au profit de la ”nouvelle population”. Dans cet objectif, les libre-penseurs et tous les autres ne sont que des collabos, des alliés objectifs, des idiots utiles. Tout ce qui peut nuire aux traditions européennes est bon à prendre. D’où la question : en le sachant ou sans le savoir, roulent-ils pour l’islamisation ?

L’ombre de l’islam ?

La réponse est : oui. Bien sûr, toujours d’une prudence de Sioux, Malek Boutih, député PS de l’Essonne, a répondu au Parisien, minimisant les attaques contre les crèches : « quand j’étais enfant, il y avait des crèches un peu partout. C’était une fête, pas une agression contrer la religion de mes parents ». Oui, mais, à l’époque, les immigrés musulmans étaient très minoritaires. La donne a changé du tout au tout, et les attitudes aussi. Malek Boutih n’est plus un enfant. Implicitement derrière ces plaintes contre les crèches dans les lieux publics, on trouve cet argument : que ces crèches dérangeraient tous ceux qui ne sont pas chrétiens, notamment les musulmans…

Un certain laïcisme anti clérical serait-il le bras masqué de l’islam conquérant ? Beaucoup de signes le laissent supposer. Cette brutale crispation autour du symbole de la crèche, inexistante auparavant, est révélatrice d’une ”communautarisation” de la France, qui commence à vivre un choc des cultures. L’islam est évidemment le non-dit, le centre, le trou noir de cette polémique. On remarque, du fait de la présence croissante de l’islam, un durcissement de la position des ”laïcistes” contre les marqueurs identitaires chrétiens. Ils n’osent pas s’en prendre à l’islam, alors ils se défoulent contre le christianisme, selon un réflexe pathologique d’inversion de l’ennemi. C’est le cas des provocations des ”Femen” (voir autres articles antérieurs de ce blog), systématiquement impunies. L’une d’elles a profané la crèche de la place Saint-Pierre à Rome sans être inquiétée. (1).

Le secrétaire national du PS, Christophe Borgel, député de Haute Garonne semble avoir compris les enjeux. Commentant les plaintes contre les crèches, il a déclaré : « au mieux, c’est débile, au pire, c’est criminel. […] Le vrai problème aujourd’hui, c’est notre confrontation culturelle à l’islam. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe en Allemagne en terme de rejet (2). Alors donner du grain à moudre à l’extrême droite en faisant interdire une crèche, c’est on ne peut plus crétin ! » Il voit bien le problème, mais pour lui, le danger, c’est l’ ”extrême-droite”, autrement dit le FN. Il réagit en pur politicien qui veut conserver sa soupe d ‘élu Ne pas froisser l’islam ! Ne pas extrémiser !

Dans l’affaire des crèches, on notera que l’Église catholique n’y est pour rien. Comme terrorisée, elle fait profil bas. Ce n’est pas elle qui exige des crèches dans les lieux publics. D’ailleurs, ni les catholiques, ni les protestants ni les juifs n’ont jamais revendiqué une place accrue dans l’espace public. Seul l’islam le fait, par des exigences toujours plus pressantes, dans sa logique d’intimidation.

Le mécanisme mental de ces comportements est celui de la soumission, de la collaboration ; également le calcul électoral. Comment ça marche ? Voyant la progression de l’immigration et de l’islam, qu’elle favorise par ailleurs, l’oligarchie gauchisée a décidé, par un mélange de peur et de calcul, de donner des gages en s’en prenant aux traditions autochtones de la ”France d’avant”. En dépit des innombrables contradictions entre l’islam et les traditions européennes (ou ”républicaines”), elle navigue à vue, ne sachant pas où elle en est. Pour plaire aux futurs vainqueurs, elle s’en prend aux traditions de son propre peuple. Suprême lâcheté. Les sectaires de la ”libre-pensée” n’ont jamais levé le petit doigt contre les filles voilées de force, les mariages arrangés, la polygamie, l’islamisation des banlieues, les salles de prière dans les entreprises, les repas hallal, etc. Ils favorisent au contraire les modifications des programmes d’enseignement de l’histoire (plus d’histoire de France !) au profit d’un salmigondis, d’une réécriture de propagande de type néo-soviétique où les traditions françaises – et européennes– sont oubliées et où l’islam est magnifié. Lisez les derniers manuels scolaires certifiés par l’Éducation nationale, vous aurez un aperçu de ce que peut être la langue de bois de la déculturation, de la ”rééducation”. Les traditions identitaires et religieuses de l’islam et de toutes les cultures immigrées sont surprotégées. De même que, comme par hasard, les crimes du communisme sont tus ou minimisés.

Vers une radicalisation et une montée des tensions.

Il faut s’attendre à un durcissement des positions, dans tous les camps. Il va y avoir un mouvement d’installations de crèches dès l’année prochaine, par un phénomène de protestation et de résistance ; et de nouvelles polémiques. Jadis, avant l’immigration de masse, avant la déchirure ethno-culturelle du pays (qu’aucune ”intégration républicaine” ne résoudra jamais), la crèche et autres symboles culturels d’origine catholique, comme les sonneries de cloches ou les processions allaient de soi et faisaient partie du paysage, naturellement. Il n’en ira plus de même. Et les premiers à partir en guerre contre ces traditions sont les archéo-gauchards de la libre-pensée (plus exactement de la pensée dogmatique), qui se font les mercenaires des forces qui veulent détruire l’identité européenne de la France. Ce sont les idiots utiles de l’islamisation.

Cette attaque médiatisée contre les crèches provoque évidemment, par contrecoup, une radicalisation. Les fabricants de santons et de crèches ont vu leurs ventes exploser, par réaction. D’une manière générale, par antithèse dialectique, les menaces contre les traditions les renforcent. La fracture ethno-culturelle de la France s’élargit. On notera qu’aucune association musulmane n’a osé directement s’en prendre aux crèches dans l’espace public. Pour l’instant…L’offensive est venue des collaborateurs de gauche, des ”progressistes”, dont beaucoup sont issus du trotskisme soixante-huitard. Nous avons à faire à un processus très pervers, qui relève de l’ethnomasochisme, c’est-à-dire du fameux Syndrome de Stockholm, cette pathologie psycho-sociale qui consiste à prendre le parti des agresseurs ou des envahisseurs en adoptant une attitude de ”soumis”.

Le mouvement ”Risposte laïque” est diabolisé par l’intelligentsia parce qu’il s’en prend à l’islamisation de la société et aux emprises offensives contre la laïcité et les lois républicaines commises par cette religion en toute impunité dans les zones où elle devient majoritaire. Si Riposte laïque avait attaqué les crèches ou les (très rares) processions catholiques, elle aurait été applaudie par l’idéologie dominante. Les nouvelles offensives visent déjà les sonneries de cloches, toujours au nom d’une vision pervertie de cette ”laïcité ”. Ainsi que les calvaires des campagnes, dont on commence à contester les coûts d’entretien. Et, certainement très bientôt, les très rares processions catholiques, comme la marche de Chartres à Paris des traditionalistes. Cette année, le pouvoir socialiste a, pour la première fois, essayé d’entraver le parcours de cette procession.

Le catholicisme (populaire) est principalement visé car il est interprété comme un marqueur sociologique de l’identité autochtone. On l’a vu au cours de la répression et de la minimisation de la ”Manif pour Tous”. Les prélats de l’Église, largement infectés ou paralysés par l’idéologie dominante, font profil bas et ne disent rien. Les églises se vident et les mosquées se remplissent et s’érigent, financées par le Qatar, l’Arabie saoudite ou le Maroc. 5.000 églises en France menacent ruine, faute d’entretien, même à Paris. Le budget de l’Église catholique de France ne dépasse pas celui de la ville de Bordeaux.

Ce qui est énorme, dans ces actions judiciaires contre les crèches au non de la ”laïcité”, c’est qu’on a laissé passer, sans la moindre protestation ou plainte, les dispendieuses fêtes de la rupture du jeûne musulman du Ramadan organisées dans plusieurs municipalités, dont Paris. Pour le coup, il s’agit d’une atteinte majeure à la laïcité. Mais c’est un sujet tabou. Une crèche dans une petite mairie est un scandale mais une fête religieuse musulmane, payée au prix fort par les contribuables, organisée par la Mairie socialiste de Paris, n’en est pas un. Imaginons qu’une mairie organise un buffet avec des œufs de Pâques, cela donnerait lieu à des plaintes.

Au moment où les chrétiens d’Orient sont persécutés et chassés, souvent atrocement, on ne trouve rien de mieux que de poursuivre et de faire interdire les crèches de Noël. Et il se trouve des juges administratifs, mésinterprétant la loi de 1905, pour assumer le déshonneur de donner implicitement raison aux fanatiques. L’interdiction des crèches dans l’espace public relève d’une mentalité sectaire et totalitaire qui est très apparentée au communisme marxiste-léniniste soviétique et à son frère aîné (que Karl Marx révérait et qui l’inspira), le régime conventionnel de la Terreur (1792-1794), qui fascine toujours une partie de la gauche et qui essaya d’éradiquer le catholicisme parce qu’il échappait à l’unicité de la pensée obligatoire. C’est d’ailleurs la raison profonde, en dépit des obstacles apparents qui les séparent, de la connivence entre la gauche laïcarde (pseudo-laïque) marxisée et l’idéologie islamique : les deux systèmes dogmatiques sont éblouis par l’unicité totalitaire, par la déconstruction de la diversité du vivant au profit d’un Homme cloné, utopique et indistinct.



(1) L’Ukrainienne Aleksandrovna Azhdanova a tenté de dérober la statuette de l’enfant JESUS sur la crèche de la Nativité de la place Saint-Pierre à Rome. Seins nus, elle avait écrit sur son buste « God is a woman ». Elle a été relâchée par la gendarmerie vaticane. Jamais cette lâche n’aurait osé s’en prendre à une mosquée et à écrire sur sa poitrine dénudée: ” Allah est une femme”.

(2) Allusion au « mouvement contre l’islamisation de l’Occident », Pediga, qui organise à Dresde de grandes manifestations identitaires et qui, fait gênant pour l’oligarchie, n’appartient pas à l’ ”extrême droite”.



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12412
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Crèches de Noël et Laïcité   Sam 23 Déc 2017, 9:24 pm
















Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12412
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Crèches de Noël et Laïcité   Dim 24 Déc 2017, 8:27 pm




Franchement, et quelles que puissent être les opinions politiques de chacun,

Quand on lit ce qui suit, franchement on croit rêver...




Christianophobie : Un film sur Noël, jugé pas assez laïc, suspendu en pleine séance scolaire


Publié par Dreuz Info le 24 décembre 2017



Les 83 élèves de Langon ne connaîtront pas la fin de L’Étoile de Noël, leurs enseignants s’étant rendus compte au cinéma que le dessin animé américain n’était pas «très laïc» car il évoquait la Nativité.

Une suspension de séance qui déclenche l’indignation de nombreux internautes sur les réseaux sociaux.

Les fêtes de Noël, mais sans la nativité. Le groupe de 83 écoliers qui assistait le 13 décembre à une projection scolaire au cinéma Le Rio à Langon en Gironde n’a pas pu voir jusqu’au bout le dessin animé L’Étoile de Noël car leurs enseignants se sont rendu compte que ce film d’animation américain n’était pas «très laïc», comme le révèle ce samedi Le Républicain Sud-Gironde .

«Un petit âne courageux, Bo, rêve d’une vie meilleure loin du train-train quotidien du moulin du village. Un jour, il trouve le courage de se libérer pour vivre enfin la grande aventure avec une brebis, une colombe, trois chameaux déjantés et des animaux de la ferme, très excentriques…», indique le synopsis du dessin animé. Une description qui n’a pas permis aux professeurs de comprendre que L’Étoile de Noël était en réalité une variation autour de la naissance de JESUS. L’affiche, représentant une crèche, était pourtant assez suggestive.


«Il ne s’agit pas d’un film sur une légende de Noël mais sur l’histoire de la nativité»

«J’avoue que je n’avais pas vu le film avant, il vient d’un grand studio américain», reconnaît le responsable du cinéma, Emmanuel Raymond, qui a remboursé la séance aux élèves. Les écoliers sont retournés en classe et une autre séance de cinéma aura lieu un peu plus tard.

Cette nouvelle a fait réagir samedi les réseaux sociaux, de nombreux internautes estimant que ce rejet du film au nom de la laïcité illustrait en réalité une forme de «christianophobie».

Une polémique qui vient dans la droite ligne de celles suscitées ces dernières années par la présence de crèches de Noël dans les mairies ou, plus récemment par le descellement de la statue de Jean-Paul II à Ploërmel.

Des internautes ont aussi été étonnés de la description qui avait été faite de l’histoire, notamment ces deux phrases lues dans Le Républicain Sud-Gironde :

«Mais on se rend compte au fil de l’histoire qu’il ne s’agit pas d’un film sur une légende de Noël mais sur l’histoire de la nativité, de la naissance de JESUS, du périple de Marie et Joseph jusqu’à Bethléem… Le film puise d’ailleurs son contenu dans les Évangiles, ce qui n’est pas laïque».

Certains choisissent l’ironie pour dénoncer cette incroyable histoire, comme un étudiant de Sciences Po qui écrit sur Twitter: «Ouf! On a évité le pire: des enfants auraient pu appendre l’origine d’une des traditions les plus importantes de notre pays. Heureusement que les enseignants ont réagi à temps…». Avant de lâcher avec humour: «Et #JoyeuxDécembre à tous!».

D’autres prennent moins de pincettes, comme le député (LR) d’Eure-et-Loir, Olivier Marleix, qui résume l’affaire par un simple «délirant».

L’abbé Grosjean en a appelé au ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer. «Personne ne devrait leur en vouloir de nourrir ainsi la culture historique et religieuse de leurs élèves…», commente-t-il dans un message qui a déjà été retweeté plus de 1000 fois dimanche à 14 heures 30.





Revenir en haut Aller en bas
 

Crèches de Noël et Laïcité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» rapport cité de carcassonne
» Néssécité de dépasser les barrières des religions
» Une laïcité du déni
» Débats à la Cité des livres par Non Fiction : C. Fourest, la bioéthique, L. Thuram, M. Rocard, E. Guigou, P. Moscovici, M. Wieviorka
» Définitions utiles: athéisme, laïcité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Politiques-