*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 Octobre, mois du Rosaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Octobre, mois du Rosaire   Jeu 05 Oct 2017, 4:35 am

Vous avez dit : Rosaire ?

Octobre, mois du Rosaire. Cette prière à Marie a une longue histoire et c’est aux grands saints du Moyen-Age, Bernard et Dominique, que nous la devons.

Le premier, au XIIe siècle, incite les chrétiens à prier le chapelet ; au siècle suivant, le second en répand l'usage, prescrivant à ses religieux de porter un chapelet à leur ceinture.

La grande peste de 1349, qui ravagea tous les royaumes d'Europe, amena les foules à un surcroît de piété mariale.

Au siècle suivant, cette prière prend le nom de Rosaire et en 1883, le pape Léon XIII décrétait solennellement que le mois d'octobre serait entièrement consacré à "la Sainte Reine du Rosaire".

Mais, en fait, le Rosaire, c’est quoi ? Avec croire, vous saurez tout sur cette prière, 150 Je vous salue Marie ! Méditation de l’Evangile, porte ouverte sur les mystères du Christ, le Rosaire porte depuis des siècles la prière humble et confiante du peuple chrétien

http://t.bayard.jeunesse.bayardweb.com/nl/jsp/m.jsp?c=IHGvDtnnIG7Im4x2y6yj7AboiO%2B%2BzG6d
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Octobre, mois du Rosaire   Jeu 05 Oct 2017, 4:42 am

Comment prier le rosaire ?


Au sens strict, le chapelet est un "petit chapeau" ou comme une couronne. On avait en effet coutume, au Moyen Age, de couronner de roses les statues de la Vierge, chaque rose symbolisant une prière, d'où le mot de rosaire. Publié le 28 septembre 2017.



Cette prière à Marie est née peu à peu dans la piété de l' Eglise, pour ne se fixer dans sa forme définitive que vers 1500. Pourtant, dès le 12e siècle, saint Bernard contribua à développer cette prière à Marie sous la forme naissante du chapelet ou du rosaire.

Et Saint Dominique au siècle suivant, en répandit l'usage, prescrivant à ses religieux de porter un chapelet à leur ceinture. La grande peste de 1349, qui ravagea tous les royaumes d'Europe, amena les foules à un surcroît de piété, qui contribua également à l'essor de la piété mariale. Et c'est en fait au siècle suivant que cette prière prit le nom de Rosaire.
 
Le Pape Pie V engagea l’Église entière à cette prière, face à l'avancée turque qui menaçait l'Europe.

C'est ainsi que fut attribuée au Rosaire la victoire décisive de Lépante, en 1571.

La fête de Notre-Dame du Rosaire, célébrée le 7 octobre, a été instituée par le Pie V en 1573, pour remercier Marie de cette victoire. Et l'ensemble du mois d'octobre, durant lequel comme au mois de mai, on prie particulièrement la Vierge, est volontiers appelé le mois du Rosaire.

Le Psautier de Marie

Un rosaire comprend 150 "Je vous salue Marie", qui rappellent les 150 Psaumes, et on a longtemps appelé le Rosaire Psautier de Marie.

Les 150 "Je vous salue Marie" furent partagés en trois parties, en l'honneur de la Trinité. Puis chaque partie en cinq dizaines, chacune étant précédée d'un Notre Père et suivie du Gloire au Père ou Gloria, en l'honneur de la Sainte Trinité.

Méditer l'histoire du Salut

Le Rosaire est ainsi une forme de prière répétitive et très simple, durant laquelle on médite sur la place de Marie dans le mystère du salut, pour s'y associer.

Cette prière en effet n'est pas pure répétition : elle est méditation, accueil du mystère de Dieu qui touche et rejoint nos vies.

Le chapelet ou le rosaire sont ainsi une méditation de l'Evangile, l'accueil pour le croyant, de la vie du Seigneur.
 
Dans la récitation du chapelet, chaque mystère est annoncé ou médité et suivi d'une dizaine de chapelet.

Le rosaire a longtemps compté quinze mystères, répartis en 3 séries : les mystères joyeux, douloureux et glorieux, ce qui amenait aux 150 Je vous salue Marie, qui en faisaient le Psautier de Marie. Mais Jean-Paul II a rajouté en 2002 cinq nouveaux mystères : les mystères lumineux.

Contemplons donc cette immense fresque de la foi

Les mystères joyeux

Les premiers mystères que l'on prie sont les mystères joyeux. Ils rappellent et contemplent le mystère de la naissance et l'enfance de JESUS. Ce sont :

1. L'Annonciation : l'ange Gabriel est envoyé par Dieu à Marie, pour lui annoncer qu'elle serait mère du sauveur (Luc 1, 26-38).

2. La Visitation : Marie rend visite à Elisabeth, enceinte elle aussi, malgré son âge et sa stérilité. Elle mettra au monde Jean-Baptiste. Marie chante alors son action de grâce à Dieu, dans le Magnificat (Luc 1, 39-56).

3. La Nativité : la naissance de JESUS à Bethléem et la joie des bergers et des pauvres, l'adoration aussi des mages venus d'Orient (Luc 2, 1-21).

4. La Présentation de JESUS au Temple, comme la Loi juive le demandait pour tout premier-né masculin. Joseph et Marie se conforment à cet usage. Syméon et Anne reconnaissent en l'enfant le Messie attendu par Israël (Luc 2, 22-40).

5. Le Recouvrement de JESUS, lorsque JESUS est retrouvé au Temple, au terme de trois jours, au cours du pèlerinage effectué par Joseph et Marie comme c'était la coutume (Luc 2, 41-51).


Les mystères lumineux

Les mystères lumineux, introduits par Jean-Paul II en 2002 sont tout entiers centrés sur la personne de JESUS :

« Si l'on veut indiquer à la communauté chrétienne cinq moments significatifs - mystères lumineux - de cette période de la vie du Christ, il me semble, dit Jean-Paul II, que l'on peut les mettre ainsi en évidence :

1. au moment de son Baptême au Jourdain (Marc 1, 21),

2. dans son auto-Apocalypse aux noces de Cana (Jean 2, 1-12),

3. dans l'annonce du Royaume de Dieu avec l'invitation à la conversion : (Marc 1, 15, Marc 2, 3-13, Luc 7, 47-48),

4. dans sa Transfiguration (Luc 9, 35 ) et enfin

5. dans l'institution de l'Eucharistie, expression sacramentelle du mystère pascal (Jean 13, 1). Chacun de ces mystères est une Apocalypse du Royaume désormais présent dans la personne de JESUS.


Les mystères douloureux

Les mystères douloureux s'associent à la Passion et à la mort de JESUS :

1. L'agonie de JESUS au jardin des Oliviers (Matthieu 26, 36-56),

2. la Flagellation (Marc 25, 15),

3. le Couronnement d'épines (Matthieu 27, 27-31),

4. Le Portement de la Croix (Luc 23, 26-30) et

5. Le Crucifiement et la Mort de JESUS sur la Croix (Jean 19, 17-37).


Les mystères glorieux

Les mystères glorieux méditent tour à tour :

1. La Résurrection de JESUS (Matthieu 28, 5-8),

2. L’Ascension (Marc 16, 19-20),

3. La Pentecôte (Actes 2, 1-13),

4. L'Assomption de Marie (Apocalypse 12, 14-16) et

5. Le Couronnement Marie dans le Ciel (Apocalypse12, 1).
 
L’Église a coutume de répartir la prière et la méditation de l'ensemble de ces mystères du Rosaire sur les jours de la semaine, pour qu'ils irriguent ainsi l'ensemble de la vie :

le lundi et le samedi, les mystères joyeux,

le mardi et le vendredi, les mystères douloureux,

le mercredi et le dimanche, les mystères glorieux,

et le jeudi, les mystères lumineux.

Au rythme de la vie humaine

Jean-Paul II à plusieurs reprises a redit la richesse de cette prière, ainsi dans cette homélie du 29 octobre 1978 : "Je voudrais, disait-il, attirer votre attention sur le Rosaire. [] Le Rosaire est ma prière préférée. C'est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur. Dans cette prière, nous répétons de multiples fois les paroles de l'Archange et d'Élisabeth à la Vierge Marie. Toute l'Église s'associe à ces paroles.  Sur l'arrière-fond des Ave Maria défilent les principaux épisodes de la vie de JESUS Christ. Réunis en Mystères joyeux, douloureux et glorieux, ils nous mettent en communion vivante avec JESUS à travers le Coeur de sa Mère, pourrions-nous dire. En même temps, nous pouvons rassembler dans ces dizaines du Rosaire tous les événements de notre vie individuelle ou familiale, de la vie de notre pays, de l'Église, de l'humanité : c'est-à-dire nos événements personnels ou ceux de notre prochain, et en particulier de ceux qui nous sont les plus proches, qui nous tiennent le plus à coeur."
 
C'est ainsi que la simple prière du Rosaire s'écoule au rythme de la vie humaine.

P. Jacques Nieuviarts, assomptionniste et bibliste
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Octobre, mois du Rosaire   Jeu 05 Oct 2017, 4:48 am

Pourquoi dire le chapelet ?


Guillaume de Menthière, prêtre du diocèse de Paris, professeur de théologie aux Bernardins, auteur de Marie de Nazareth (Mame), répond aux questions de Sophie de Villeneuve, rédactrice en chef de Croire. Publié le 21 août 2014.




Sophie de Villeneuve : A quoi sert la prière répétitive du chapelet ? Et d'abord, de quand date-t-elle ?

G. de M. : On dit qu'elle a été communiquée par la Vierge elle-même à saint Dominique, donc ver le XIIe siècle. Elle se met en place petit à petit et se fixe au XVIe siècle.
 
Mais les paroles du Je vous salue Marie sont bien tirées de l'Evangile ?

G. de M. : Le Je vous salue Marie, c'est autre chose que le chapelet. Le chapelet tel qu'on le récite encore aujourd'hui est fixé avec saint Pie V, au XVIe siècle.
 
C'est donc ancien ?

G. de M. : Oui, et c'est aussi très recommandé par le magistère. C'est presque une obsession pontificale depuis le XVIe siècle. Il n'y a pas un pape qui n'ait recommandé, et avec force, la prière du rosaire, comme un moyen très bénéfique pour les chrétiens de s'associer aux mystères du Christ.
 
Il y a une différence entre chapelet et rosaire ?

G. de M. : Oui, le chapelet est une partie du rosaire, le rosaire étant la totalité des mystères à méditer, mystères joyeux, lumineux, douloureux, glorieux. Le chapelet ne médite qu'une série de mystères.
 
Et pourquoi les papes se sont-ils autant pris d'affection pour cette prière ?

G. de M. : C'est très étonnant. Savez-vous que Léon XIII, le grand pape de la doctrine sociale de l'Eglise, a écrit pas moins de onze encycliques sur le rosaire ? Sans compter les lettres et les décrets où il insiste pour que le peuple de Dieu reprenne le chapelet en main. Pie XII faisait un usage très courant du chapelet, il recommandait cette prière qu'il appelait « le bréviaire de l'Evangile ». Jean XXIII a consacré sa première encyclique au chapelet. La première audience générale de Paul VI, le lendemain de son élection, est consacrée au chapelet. Ne parlons même pas de Jean-Paul II !
 
Et le pape François ?

G. de M. : Il en parle aussi beaucoup. Il dit que la prière est un combat, et que ce qui peut nous aider dans ce combat, c'est l'arme du rosaire. Il y a dans la prière du rosaire un exercice d'endurance et de persévérance qui nous rend forts, contre notre ennemi à tous qui est le diable lui-même. Car le combat dont il est question, c'est le combat spirituel.
 
Pourtant c'est une prière répétitive, sur laquelle on peut s'endormir, non ?

G. de M. :Justement, c'est en cela qu'elle porte du fruit. Jean-Paul II, dans son document Rosarium Virginis Mariae, une lettre apostolique qui date de 2002, souligne que c'est une prière très adaptée à la nature humaine, parce que nous avons besoin de répétition. Il dit très justement que de nos jours on va chercher dans des techniques de méditation orientales, dans le bouddhisme, dans l'hindouisme, des techniques très avancées qui jouent toujours elles aussi sur le modèle de la répétition, de la mémoire, de l'invocation, qui est très adapté à la nature humaine.
 
Qu'est-ce qu'on peut recommander à ceux qui n'ont jamais pu réciter un chapelet ou un rosaire ?

G. de M. : On peut leur conseiller d'abord de lire cette lettre de Jean-Paul II, qui explique très bien ce que c'est. Il commence par dire que la prière du chapelet est une prière christologique, c'est-à-dire qu'elle a pour but de nous faire méditer les mystères du Christ et de nous faire entrer en communion avec ces mystères. Pie XII disait ces mots magnifiques : « Le chapelet, c'est le sacrifice du soir », la messe étant le sacrifice du matin, car à l'époque on disait la messe le matin. Certes, le rosaire n'est pas à mettre sur le même plan que l'eucharistie.
 
Combien de temps dure un rosaire ?

G. de M. : On dit un chapelet en vingt minutes environ, il faut donc compter une heure et demi environ pour un rosaire.
 
Donc il faut se lancer, le pratiquer, et si l'on s'endort au milieu, ce n'est pas grave ?

G. de M. : Ce n'est jamais grave. Thérèse de Lisieux a confessé qu'elle a toujours eu beaucoup de mal, tout au long de sa vie de religieuse, avec le chapelet, et elle disait que durant son oraison, deux heures par jour au Carmel, elle dormait la plupart du temps. Et elle en plaisantait, en disant : « Je ne m'en soucie pas, car je pense que les parents aiment autant leurs petits enfants quand ils dorment dans leurs bras que quand ils bredouillent à leurs côtés. » Il faut la simplicité et l'humilité d'une petite Thérèse pour pouvoir dire des choses comme ça ! Cela dit, le chapelet n'est pas un anesthésiant, je n'irai pas jusqu'à dire qu'il est recommandé de dormir au milieu. Le chapelet est fait pour porter sur le Christ le regard plein d'amour et de tendresse de la Vierge Marie. C'est à l'école de Marie que l'on entre le mieux dans le mystère du Christ.
 
Le chapelet n'est pas exclusif d'autres formes de prière ?

G. de M. : Bien sûr que non. C'est une forme de prière très approuvée par l'Eglise, et qui a fait ses preuves.
 
Quelles sont ces preuves ? Quels fruits porte-t-elle ? Résister à la tentation du mal, dites-vous, et puis ?

G. de M. : Le bienheureux Bartolo Longo (1841-1926), un grand apôtre du rosaire, a bâti la ville nouvelle de Pompéi à la force du chapelet. Le chapelet était la prière préférée de Jean-Paul II, et il est devenu le symbole de son pontificat. On sait les fruits qu'il a portés dans sa vie. On pourrait multiplier les exemples des apôtres du rosaire, comme Maximilien Kolbe également. Le rosaire leur a permis d'avoir constamment à l'esprit les mystères du Christ. Moi qui vis à Paris, j'ai bien des occasions d'agacement, dans le métro, dans la bousculade, en attendant dans une administration... Il n'y a prendre son chapelet !
 
Vous l'avez sur vous, en ce moment ?

G. de M. : Bien sûr. Plutôt que de s'énerver, il vaut mieux prendre son chapelet, penser à JESUS présenté au Temple, contempler Marie, Joseph, les colombes, en répétant à Marie les mots qui sont pour l'essentiel issus de l'Ecriture.
 
On peut rajouter des prières personnelles, des intentions ?

G. de M. : J'aime me référer à Jean-Paul II qui invite à la sobriété. Le Notre Père ouvre la récitation des dix Je vous salue Marie, pendant lesquels on médite un mystère de la foi, et l'on termine par un Gloria. Beaucoup rajoutent de petites prières personnelles, et je n'y vois aucun inconvénient dans la prière privée, mais je crois que dans la prière publique il faut s'en tenir à beaucoup de simplicité, même si le pape dit qu'on peut ajouter ce qu'il appelle des « clausules », pour mieux entrer dans le mystère, comme par exemple quand on médite la résurrection du Christ, on peut dire « Et JESUS, le fruit de tes entrailles, qui est ressuscité d'entre les morts, est béni ».

http://croire.la-croix.com/Definitions/Priere/Prier-le-Rosaire/Pourquoi-dire-le-chapelet
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Octobre, mois du Rosaire   Jeu 05 Oct 2017, 5:14 am

Prier le chapelet, est-ce facile ? Éléments de réponse par Mgr Xavier Malle

Publié le 05 octobre 2017 

Nommé évêque du diocèse de Gap et d’Embrun par le pape François en avril dernier, Mgr Xavier Malle qui fut par le passé recteur du Sanctuaire Marial de l’Ile-Bouchard, nous éclaire sur la prière du chapelet.



Avant d’arriver à prier le chapelet tous les jours, je suis passé par plusieurs phases. Tout d’abord, grâce aux petits livrets édités par l’abbaye cistercienne Notre-Dame de Chambarand que j’ai acheté comme jeune adulte : prier le chapelet avec tel saint.

Cela m’a permis de découvrir les mystères, et l’importance de les contempler mais aussi grâce à l’approfondissement de la lettre du Pape Jean-Paul II

« Le Rosaire de la Vierge Marie« , écrite en 2002, dans laquelle il explique qu’il s’agit de contempler le visage du Fils dans ses différents mystères, avec le regard de Marie.

Une autre phase de découverte a été celle de l’expérimentation à différentes reprises, hospitalisation, raids goums, grandes souffrances, … que le chapelet est la prière qui reste quand on n’arrive plus à prier autre chose. Puis la découverte de la possibilité de découper mon chapelet dans la journée, profitant des temps de transport pour dire une dizaine…
J’ai par la suite pu expérimenter cette prière par la prédication sur le chapelet et l’animation de nombreux chapelets, quand j’étais recteur du Sanctuaire Marial de l’Ile-Bouchard.

J’ai ainsi découvert que cette prière est adaptée à tous les âges. C’est un grand bonheur de prier le chapelet avec les enfants et les adolescents. Ce qui me porte c’est aussi la certitude qu’une famille et un couple qui prie le chapelet tous les jours, au moins une dizaine, est entre de bonnes mains. Alors c’est pareil pour moi, prêtre, évêque…
Il m’a fallu du temps pour arriver à dire le chapelet chaque jour. Actuellement j’ai la joie de le prier tous les soirs avant d’aller dormir, en tournant autour de la maison de l’évêché. Cela va être plus sportif quand il y aura de la neige ! Mais quel bonheur de terminer la journée de labeur, de remettre les personnes, les situations douloureuses rencontrées dans la journée à l’intercession de Marie. Et on dort tellement mieux en s’endormant en tenant la main de Marie !
Alors, ayons toujours notre chapelet en poche et profitons de toutes les occasions de la journée, et le soir « terminons-le » !
Mgr Xavier Malle, évêque de Gap (+ Embrun)

http://www.eglise.catholique.fr/actualites/446002-prier-chapelet-facile-elements-de-reponse-mgr-xavier-malle/
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Octobre, mois du Rosaire   Jeu 05 Oct 2017, 6:30 am

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Octobre, mois du Rosaire   

Revenir en haut Aller en bas
 

Octobre, mois du Rosaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mois d'octobre - mois du Rosaire!
» Octobre le mois du Rosaire VIERGE MARIE
» Mois d'octobre mois du Rosaire " MEDITONS"
» mois d'octobre - mois du Rosaire ensemble prions
» Octobre mois du Rosaire/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: C H R I S T I A N I S M E :: Dialogue Oecuménique et autres religions ( SECTIONS ENSEIGNEMENTS ) :: Catholique-