*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 L'Assomption de Marie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12346
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: L'Assomption de Marie   Dim 13 Aoû 2017, 6:47 pm





Assomption de Marie 2017,


Saint Jean 71 ─ L’Assomption de Marie, 1 Co 15, 51-55









Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12346
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Lun 14 Aoû 2017, 7:12 pm



A Marie

Prière pour la fête de l’Assomption

Nous te saluons, ô Immaculée, Marie, comblée de grâce
toi qui, dès le premier instant de ton existence,
dès ta conception, a été préservée de tout péché,
car tu allais devenir la Mère du Sauveur.


Aide-nous à nous tourner vers ton Fils JESUS
et à nous détourner du péché.
Apprends-nous à prier pour les pécheurs comme tu l’as enseigné à Bernadette,
car tu es la Mère du Rédempteur et notre Mère.

Nous te saluons, ô Marie, lumière de foi bienheureuse,
par ta glorieuse Assomption
le Père des Miséricordes t’a revêtue en ton âme et en ton corps
de la splendeur du jour unique de la Résurrection.

Fortifie notre foi, qu’elle imprègne de sa lumière et de sa vérité
notre intelligence, nos actions et notre service en ce monde,
car tu es la Mère du plus beau des enfants des hommes et notre Mère.

Nous te saluons, Vierge Sainte,
toi que l’Esprit de sainteté a comblé de charité et rempli de toutes grâces.
Apprends-nous la docilité à l’Esprit d’Amour, pour être comblés d’une vraie charité.

Donne-nous la compassion pour toute souffrance
et une prière instante pour la paix,
car tu es Mère de Miséricorde et notre Mère.

Nous te saluons, Mère au pied de la Croix,
Vierge fidèle, Mère de l’Église.

Apprends-nous à l’aimer et à la servir
comme le Corps même de ton Fils livré pour nous et le salut du monde,
car tu es la Mère de l’Agneau et du Pasteur et notre Mère.

Nous te saluons, Aurore radieuse du Salut,
par ta glorieuse Assomption,
tu annonces et précèdes la gloire dans leur âme et dans leur corps de tous tes enfants,
car tu es la Mère du Monde qui vient et notre Mère.



Par Monseigneur de Monléon, évêque de Meaux pour les 150 ans du dogme de l’Immaculée Conception.







Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4915
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Lun 14 Aoû 2017, 9:50 pm

Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4915
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Lun 14 Aoû 2017, 9:50 pm

Mgr Pontier : « A l’occasion de la fête de l’Assomption, je vous invite à la prière pour la France »

Publié le 11 août 2017 



Stéphane OUZO UNOFF/CIRIC
i
En juillet dernier, Monseigneur Georges Pontier, archevêque de Marseille, Président de la Conférence des évêques de France publie une déclaration en hommage au Père Jacques Hamel, assassiné un an plus tôt.


Souhaitant rendre hommage à « cet homme parmi les hommes qui a été tué. C’est cet homme parmi les hommes, ce prêtre, qui est devenu symbole d’une vie vécue les uns avec les autres, les uns pour les autres, » Mgr Pontier en a profité pour appeler les fidèles à la prière pour la France.

« Dans quelques jours nous fêterons le 15 août, la fête de l’Assomption de Marie, une fête qui nous rassemble nombreux au milieu de l’été. C’est un jour où nous prions particulièrement pour notre pays. Je vous invite à la prière pour la France. Demandons au Seigneur, par l’intercession de la Vierge Marie, de faire se lever beaucoup d’hommes et de femmes qui dans leur vie ordinaire vivent pour les autres et avec les autres. Que la fraternité tant désirée devienne une réalité. Qu’elle inspire nos choix personnels et les choix de ceux qui exercent des responsabilités de quel qu’ordre qu’elles soient. »


Prière pour la France

Publié le 13 juillet 2017 


Prier pour son pays, prier pour ceux qui le gouvernent est une tradition dans l’Église, mais cette prière est toujours ouverte à tous les hommes, à l’universel. C’est pourquoi, l’apôtre saint Paul écrit :
« J’encourage, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâce pour tous les hommes, pour les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité, afin que nous puissions mener notre vie dans la tranquillité et le calme, en toute piété et dignité. Cette prière est bonne et agréable à Dieu notre Sauveur, car il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité » (1 Tim 2,1-4).

Dans cette esprit, l’Église offre les trésors de sa prière notamment lorsqu’elle invite à intercéder pour les chefs d’État le Vendredi Saint dans la belle et profonde Prière universelle ; ou encore lorsqu’elle célèbre la Messe pour intentions et circonstances diverses.


La prière qui suit s’inspire de ces traditions de l’Église :

Dieu qui veille sur notre monde,
regarde le pays où tu nous as donné de vivre :
accorde à tous ses habitants de rechercher le bien commun,
            qu’il y ait parmi nous plus de justice.
Que ceux qui exercent le pouvoir dans notre pays,
le fassent avec sagesse,
toi, Père, qui porte au creux de tes mains le cœur des hommes,
            et garantis les droits des peuples ;
Et que sur la terre de France,
placée sous la protection de la Vierge Marie dans le mystère de son Assomption,
s’affermissent avec ta grâce
            la sécurité et la paix,
            la prospérité et la liberté religieuse,
Et dans le monde entier plus de bonheur et de paix.
Par JESUS, le Christ, notre Seigneur.
Amen.

http://www.eglise.catholique.fr/actualites/agenda/441384-priere-pour-la-france/


Dernière édition par Capucine le Lun 14 Aoû 2017, 9:54 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4915
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Lun 14 Aoû 2017, 9:51 pm

Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4915
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Lun 14 Aoû 2017, 9:51 pm

Dans le mystère de l'Assomption s'exprime la foi de l'Eglise 


Par le mystère de l'Assomption au Ciel sont réalisés définitivement en Marie tous les effets de l'unique médiation du Christ, Rédempteur du monde et Seigneur ressuscité : « Tous revivront dans le Christ. Mais chacun à son rang : comme prémices, le Christ, ensuite ceux qui seront au Christ, lors de son Avènement » (1Co 15, 22-23).




Dans le mystère de l'Assomption s'exprime la foi de l'Eglise, selon laquelle Marie est « unie par un lien étroit et indissoluble » au Christ, car si, en tant que mère et vierge, elle lui était unie de façon singulière lors de sa première venue, par sa continuelle coopération avec lui elle le sera aussi dans l'attente de la seconde venue.




Rachetée de façon suréminente en considération des mérites de son Fils, elle a aussi ce rôle, propre à la Mère, de médiatrice de la clémence lors de la venue définitive, lorsque tous ceux qui sont au Christ revivront et que « le dernier ennemi détruit sera la Mort » (1Co 15, 26). [...]




Dans son Assomption au Ciel, Marie est comme enveloppée dans la réalité de la communion des saints, et son union même à son Fils dans la gloire est tendue vers la plénitude définitive du Royaume, lorsque « Dieu sera tout en tous » (1Co 15,28). 


 

Pape Jean-Paul II,
Lettre encyclique Redemptoris Mater, 25 mars 1987, n°41
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4915
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Lun 14 Aoû 2017, 9:52 pm

Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4915
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Mar 15 Aoû 2017, 12:49 am

Marie apporte la joie de JESUS au monde

2017-08-15 Radio Vatican

 En ce jour de fête de l’Assomption ce mardi 15 août 2017, le Pape François a insisté sur la joie de JESUS apportée par la Vierge Marie au monde. Le Saint-Père a ainsi commenté l’Évangile du jour, celui de la visitation selon saint Luc, quand Marie enceinte du Christ se rend auprès de sa cousine Elisabeth, qui attend Jean-Baptiste.


«Tu es bénie entre toutes les femmes et le fruit de tes entrailles est béni.» Voici le cri d’exclamation d’Elisabeth dès l’arrivée de Marie dans sa maison.

Ce sont ces mots qui commenceront la populaire prière de l’Ave Maria, Je vous salue Marie, rappelle le Pape. Ce cri d’émerveillement, c’est un cri de grande joie car «Marie vient de faire un don à Elisabeth, et même au monde entier», explique le Saint-Père.

C’est le don de «JESUS qui vit déjà en elle, pour prendre chair humaine, pour accomplir sa mission de salut». Tout d’un coup dans la demeure d’Elisabeth et Zacharie, il y a «la présence invisible mais réelle de JESUS qui remplit tout de sens : la vie, la famille, le salut du peuple, tout !»


Cette joie, poursuit le Pape, s’exprime par la voix de Marie, «dans la belle prière que Saint-Luc nous transmet, qui s’appelle Magnificat, un chant de louange à Dieu qui s’opère à travers les personnes humbles comme Marie elle-même, comme son époux Joseph et le lieu où ils vivent Nazareth».

Car, estime François, «l’humilité est comme un vide qui laisse place à Dieu». «L’humble est puissant car il est humble et non car il est fort, c’est ça la grandeur de l’humilité» rappelle François qui a proposé aux fidèles place Saint-Pierre de se poser la question, en répondant dans son cœur,


«comment va mon humilité ?». «Le Magnificat chante le Dieu miséricordieux et fidèle qui accomplit son dessein de salut avec les petits et les pauvres, avec ceux qui se fient à sa Parole comme Marie».


Ainsi, dans la maison d’Elisabeth, la présence de JESUS crée non seulement un «climat de joie et de communion fraternelle, mais aussi de foi qui apporte espérance, prière et louange».


C’est ce qui doit se passer aujourd’hui dans nos maisons, appelle le Saint-Père, en célébrant «celle qui nous apporte ce don immense, cette grâce au-dessus de toute autre grâce, la grâce de JESUS-Christ !». Car «en portant JESUS, la Vierge nous apporte aussi une joie nouvelle, pleine de sens, une nouvelle capacité de traverser avec foi les moments douloureux et difficiles, la capacité de miséricorde, de nous pardonner, de nous comprendre, de nous soutenir les uns les autres». «Marie est un modèle de vertu et de foi».


Le Pape a enfin invité les fidèles à la remercier de «toujours nous précéder dans le pèlerinage de la vie et de la foi», et à lui demander «son soutien pour avoir une foi forte, joyeuse et miséricordieuse qui nous aide à être saints pour la rencontrer un jour, au Paradis».


Après l'Angelus, le Saint-Père a confié à la Vierge Marie «les angoisses et les douleurs des populations de tant de parties de monde qui souffrent à cause des catastrophes naturelle, des tensions sociales et des conflits».

http://www.news.va/fr/news/angelus-de-lassomption-marie-apporte-la-joie-de-je
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4915
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Mar 15 Aoû 2017, 9:14 am

Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12346
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Mar 15 Aoû 2017, 7:00 pm





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12346
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Mar 14 Aoû 2018, 3:58 am






Assomption de Marie 2018

Assomption  

L'Assomption de la Vierge peint par Michel Sittow, vers 1500.


Observé par
les catholiques  

Célébration religieuse  

Signification
Commémoration de l'Assomption de la Vierge Marie.  

Date
15 août

L'Assomption de Marie, qui est appelée Dormition dans la tradition orientale, est la croyance religieuse orthodoxe et catholique selon laquelle la Vierge Marie, mère de JESUS, n'est pas morte comme tout un chacun mais est entrée directement dans la gloire de Dieu (ce qu'on traduirait communément par « montée au ciel »).

Sans fondement directement scripturaire mais très ancienne dans la Tradition des Églises d’Orient comme d’Occident (et fêtée liturgiquement dès le VIIIe siècle), la croyance fut définie comme dogme religieux (c’est-à-dire ‘vérité de foi chrétienne’) par l’Église catholique en 1950. Tout en partageant la même foi en l'Assomption, les Églises orientales n'ont jamais souhaité définir (la ‘Dormition’) en termes dogmatiques.

Dans l’Église catholique, l’Assomption de la Bienheureuse Vierge-Marie est célébrée liturgiquement de manière solennelle, le 15 août, et s’accompagne fréquemment de processions religieuses. Dans le calendrier anglican la fête de l’Assomption a disparu en 1549 mais le 15 août est resté la fête principale de la Vierge Marie (sans référence à son Assomption). La date du 15 août serait celle de la consécration à Jérusalem de la première église dédiée à Marie, Mère de JESUS fils de Dieu, au Ve siècle, après le concile d'Éphèse (431).


Histoire

Origine et développement de la croyance

L'Assomption de la Vierge peint par Michel Sittow, vers 1500




Avant d'être un dogme, l'Assomption de Marie était une croyance reposant sur la tradition patristique et non sur des bases scripturaires reconnues des premiers temps de l'Église. En effet, aucun texte du Nouveau Testament n'évoque la fin de Marie, et ce sont des textes apocryphes et des légendes qui ont comblé ce vide1.

En 373 [ap. J-C.], saint Ephrem évoque le concept selon lequel le corps de Marie serait resté, après son décès, intact — à savoir non atteint par « l'impureté » de la mort (La Torah étant « une Torah de vie », la mort et ceux qui la portent sont considérés comme impurs, pour tous.).

Au IVe siècle, Épiphane de Salamine envisage plusieurs hypothèses sur ce qu'il est advenu de Marie à la fin de sa vie. Il conclut qu'on ne peut pas se prononcer, mais laisse ouverte la possibilité que certains milieux hétérodoxes à ses yeux en savaient davantage. Puisqu'une tradition écrite existe dès le Ve siècle, elle remonte vraisemblablement au IVe siècle.

En Occident, Grégoire de Tours est le premier à en faire mention, à la fin du VIe siècle. Il s'appuie apparemment sur un corpus de textes apocryphes, appelés collectivement le Transitus Mariæ, généralement rattaché au Ve siècle. Cet ensemble de textes est explicitement désigné par Gélase Ier en 495-496, comme étant « à ne pas retenir » car apocryphe, jugement qui porte sur cette compilation et non sur la croyance en elle-même. Selon cette tradition, Marie rencontre sur le mont des Oliviers un ange qui lui remet une palme de l'arbre de vie et lui annonce sa mort prochaine. Marie rentre chez elle et fait part de la nouvelle à son entourage. Miraculeusement, les apôtres reviennent des différents endroits où ils sont partis prêcher, afin de l'entourer. JESUS apparaît entouré d'anges pour recevoir l'âme de sa mère, qu'il confie à l'archange Michel. Les apôtres enterrent le corps au pied du mont des Oliviers. Quelques jours plus tard, JESUS apparaît de nouveau et emporte le corps au Paradis, où l'âme et le corps de Marie sont réunis.

En Orient, Jean Damascène rapporte la tradition de l'Église de Jérusalem à ce sujet : selon lui, Juvénal, évêque de Jérusalem, se voit demander lors du concile de Chalcédoine le corps de Marie par le couple impérial, Marcien et Pulchérie. Juvénal répond que Marie est morte entourée de tous les apôtres, sauf Thomas, qui est en retard. À son arrivée, quelques jours plus tard, Thomas demande à voir la tombe, mais celle-ci s'avère vide ; les apôtres en déduisent alors qu'elle a été emportée au ciel.

Une autre tradition rapporte que l'Assomption a lieu à Éphèse, dans la maison connue aujourd'hui comme la « Maison de la Vierge Marie », accompagnée de l'apôtre Jean, à qui le Christ, sur la croix, avait confié Marie. La première allusion attestée ne date que de la fin du IXe siècle, dans un manuscrit syriaque qui rapporte que Marie suit Jean à Éphèse et qu'elle y meurt. Les seules autres sources pré-modernes sont trois auteurs syriaques des XIIe et XIIIe siècles.

Une fête avant d'être un dogme

Gravure en tête du Paroissien complet selon le rite romain à l'usage du diocèse de Rouen, 1877.Au VIe siècle, l'empereur byzantin Maurice instaure dans son empire, la fête de la Dormition de la Vierge Marie chaque année à la date du 15 août, semble-t-il pour commémorer l'inauguration d’une église dédiée à la Vierge montée au ciel, le Sépulcre de Marie.
La fête est introduite en Occident sous l'influence du pape Théodore au VIIe siècle et prend le nom d'Assomption à partir du siècle suivant10. Elle est citée sous ce nom en 813 par le Concile de Mayence parmi les fêtes d'obligation.
En 1637, le roi Louis XIII désirant un héritier consacre la France à la Vierge Marie et demande à ses sujets de faire tous les 15 août une procession dans chaque paroisse afin d'avoir un fils. Comme Louis XIV naît l'année suivante, la fête célébrée par le Vœu de Louis XIII prend une importance particulière en France.
En 1854 la proclamation du dogme de l’Immaculée conception entraîne de nombreuses pétitions à Rome pour que soit officiellement défini le dogme de l’Assomption. « De 1854 à 1945, huit millions de fidèles écriront en ce sens. Il faut y ajouter les pétitions de 1 332 évêques, de 83 000 prêtres, religieuses et religieux. Face à ces demandes répétées, Pie XII demande aux évêques du monde de se prononcer. 90 % des évêques y sont favorables. 10 % des évêques s’interrogent sur l’opportunité d’une telle déclaration ».

Protonotaire apostolique, monseigneur Louis Duchesne (1843-1922) préside une procession du 15 août à Saint-Malo, en France.
Le 1er novembre 1950, Pie XII officialise en quelque sorte la fête mariale qui existe depuis quatorze siècles en proclamant que l'Assomption doit être désormais considérée comme un dogme de foi divinement révélé par Dieu. Marie, ayant été préservée du péché originel et n'ayant commis aucun péché personnel a été élevée à la gloire du ciel, après la fin de sa vie terrestre, en corps et en âme. Rien n'obligeait, en effet, son enveloppe charnelle à attendre la résurrection des corps à la fin des temps. (Constitution Munificentissimus Deus, 1er novembre 1950).




Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4915
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Mar 14 Aoû 2018, 4:01 am

En chair, en os et en gloire



Avant toute détermination par l’Église, les chrétiens d’Orient et d’Occident ont aimé fêter l’Assomption ou la Dormition de la Vierge Marie, car le corps qui a porté le Verbe de Dieu ne peut pas connaître la corruption du tombeau. 


Cette conviction intérieure est d’abord née de l’expérience de la foi chrétienne, avec sa valorisation des corps humains.


 Notre foi en la Résurrection se traduit aussi par le soin des pauvres, par la place essentielle des éléments sensibles dans la liturgie, ou encore par l’attachement au sacrement du mariage. 


En ce 15 août, les paroles exigeantes du Magnificat soulignent la corporéité de l’humanité, avec le rappel de la descendance d’Abraham, ainsi que la reconnaissance des pauvres et des affamés. 


L’Assomption de Marie nous fait entrevoir ce qui est promis à toute l’humanité car, fille d’Israël, elle a été capable par grâce d’accueillir pleinement le don de Dieu. 


Non seulement, elle donne corps au Verbe de Dieu, mais elle personnifie les croyants en recevant la Parole au plus intime de son existence. 


L’heure est au virtuel, aux réseaux sociaux, aux tentations du post-humanisme qui prétend améliorer l’humain jusqu’à supprimer la mort, aux transgressions des limites entre humains et animaux, ou entre humains et machines ! 


Voilà que cette messe du 15 août nous aide à honorer le corps de Marie accueillie par Dieu, à communier au corps du Christ, à prendre soin du corps des personnes en fragilité. 


Fêter l’Assomption revient à habiter notre humanité corporelle, en recevant la force de vivre pour les autres, maintenant et jusqu’à l’heure de notre mort.



Père Luc Forestier, directeur de l’Iséo (Institut catholique de Paris)



http://www.prionseneglise.fr/Dimanche-en-eglise/Mercredi-15-aout-2018
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12346
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Mar 14 Aoû 2018, 6:50 pm



Assomption de Marie 2018


Enseignement de l'Église catholique


Représentation de l'Assomption par Fermo Ghisoni da Caravaggio (XVIe siècle).



Le 1er novembre 1950, l'Assomption de Marie est définie comme un dogme de foi par la constitution apostolique Munificentissimus Deus du pape Pie XII :


« Par l'autorité de Notre-Seigneur JESUS-Christ, des bienheureux apôtres Pierre et Paul, et par Notre propre autorité, Nous prononçons, déclarons, et définissons comme un dogme divinement révélé que l'Immaculée Mère de Dieu, la Vierge Marie, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, fut élevée corps et âme à la gloire céleste »

— Constitution dogmatique Munificentissimus Deus, § 4414.

Par la suite, la constitution dogmatique Lumen gentium du concile Vatican II de 1964 a énoncé :


« Enfin, la Vierge immaculée, préservée de toute tache de la faute originelle, au terme de sa vie terrestre, fut élevée à la gloire du ciel en son âme et en son corps et elle fut exaltée par le Seigneur comme Reine de l'univers afin de ressembler plus parfaitement à son Fils, Seigneur des seigneurs et vainqueur du péché et de la mort. »

— Constitution dogmatique Lumen Gentium sur l'Église, § 5915.


la fête de l'Assomption de Marie à Novara di Sicilia en août

Processions et festivités de l'Assomption

Début de la procession de l'Assomption dans une paroisse du Chacas.

D'innombrables processions ont lieu dans les paroisses catholiques le jour de l'Assomption, jour férié dans nombre de pays catholiques.
En France, depuis le vœu de Louis XIII qui place le royaume de France sous la protection de Notre-Dame de l'Assomption, les processions sont traditionnellement suivies et donnent souvent lieu à des festivités, feux d'artifices, etc., comme à Biarritz ou Chartres. Celle de Paris se tient depuis quelques années dans un bateau sur la Seine, où l'on sort la statue d'argent de la Vierge conservée à Notre-Dame. Le pèlerinage fluvial se fait toujours la veille le 14 août. Plusieurs bateaux descendent la Seine pour ensuite remonter du côté sud de l'île de la Cité, les pèlerins ont des bougies entre les mains et des prières à la bouche. Lors de ces processions ou en conclusion de celles-ci, souvent est dite une prière pour la France. Le sanctuaire de Lourdes connaît alors ses plus grandes heures d'affluence.
En Belgique, le 15 août en Outremeuse débute par une procession et trois jours de festivités. Également, ont lieu des offices et processions aux flambeaux à Banneux et aux sanctuaires de Beauraing.
En Espagne, les fêtes se déroulent partout. C'est à Elche, très particulièrement où a lieu une Fête très ancienne avec la représentation dans sa basilique du grandiose Mystère d'Elche.
Des pèlerinages ont également lieu comme en Pologne à Częstochowa, en Croatie à Proložac, etc.
Des processions suivies par de grandes foules se tiennent également en Italie notamment en Calabre et en Sicile (à Palerme, Messine, Novara di Sicilia), en Amérique latine, aux Philippines, et en Afrique.

La fête de Marie Reine, conclusion liturgique catholique de l'Assomption

Huit jours après avoir fêté l'Assomption de Marie (soit le 22 août), est célébrée la fête de Marie Reine. En octobre 1954, par son encyclique Ad caeli Reginam, le pape Pie XII institua cette fête afin de conclure cette octave solennellisante de l'Assomption et reconnaissant la « Vierge Marie, qui brûle d'un amour éternel, comme Reine et Souveraine à cause de la manière unique dont elle contribue à notre Rédemption ».




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12346
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: L'Assomption de Marie   Mer 15 Aoû 2018, 7:02 pm


Assomption de Marie 2018

Processions et festivités de l'Assomption


Début de la procession de l'Assomption dans une paroisse du Chacas.
D'innombrables processions ont lieu dans les paroisses catholiques le jour de l'Assomption, jour férié dans nombre de pays catholiques.
En France, depuis le vœu de Louis XIII qui place le royaume de France sous la protection de Notre-Dame de l'Assomption, les processions sont traditionnellement suivies et donnent souvent lieu à des festivités, feux d'artifices, etc., comme à Biarritz ou Chartres. Celle de Paris se tient depuis quelques années dans un bateau sur la Seine, où l'on sort la statue d'argent de la Vierge conservée à Notre-Dame. Le pèlerinage fluvial se fait toujours la veille le 14 août. Plusieurs bateaux descendent la Seine pour ensuite remonter du côté sud de l'île de la Cité, les pèlerins ont des bougies entre les mains et des prières à la bouche. Lors de ces processions ou en conclusion de celles-ci, souvent est dite une prière pour la France. Le sanctuaire de Lourdes connaît alors ses plus grandes heures d'affluence.
En Belgique, le 15 août en Outremeuse débute par une procession et trois jours de festivités. Également, ont lieu des offices et processions aux flambeaux à Banneux et aux sanctuaires de Beauraing.
En Espagne, les fêtes se déroulent partout. C'est à Elche, très particulièrement où a lieu une Fête très ancienne avec la représentation dans sa basilique du grandiose Mystère d'Elche.
Des pèlerinages ont également lieu comme en Pologne à Częstochowa, en Croatie à Proložac, etc.
Des processions suivies par de grandes foules se tiennent également en Italie notamment en Calabre et en Sicile (à Palerme, Messine, Novara di Sicilia), en Amérique latine, aux Philippines, et en Afrique.



La fête de Marie Reine, conclusion liturgique catholique de l'Assomption

Huit jours après avoir fêté l'Assomption de Marie (soit le 22 août), est célébrée la fête de Marie Reine. En octobre 1954, par son encyclique Ad caeli Reginam, le pape Pie XII institua cette fête afin de conclure cette octave solennellisante de l'Assomption et reconnaissant la « Vierge Marie, qui brûle d'un amour éternel, comme Reine et Souveraine à cause de la manière unique dont elle contribue à notre Rédemption ».


Point de vue des Églises orthodoxes

La Dormition de la Mère de Dieu dans l'Église orthodoxe


Article détaillé : Dormition.

L'Église orthodoxe célèbre, le 15 août du calendrier julien dans certains pays ou du calendrier grégorien dans d'autres, la Dormition de la Mère de Dieu, c'est-à-dire sa mort, entourée des apôtres, sa résurrection et sa glorification. C'est l'une des 12 grandes fêtes de l'Église orthodoxe et la dernière du calendrier liturgique (la première étant la Nativité de la Vierge). Il y est proclamé que Marie a été « élevée par Dieu jusqu'au Royaume céleste du Christ dans la plénitude de son existence, spirituelle autant que corporelle ». Marie, selon la tradition de l'Église orthodoxe, serait montée au Ciel dans son corps, ce qu'elle appelle l'Assomption de la même manière que l'Église catholique. Cet événement est compris comme les prémices de la résurrection des corps, qui selon la croyance de l'Église orthodoxe, aura lieu lors du Second avènement du Christ, comme l'exprime le théologien Vladimir Lossky : « Si Elle resta encore dans le monde, si Elle se soumit aux conditions de la vie humaine jusqu'à accepter la mort, c'est en vertu de sa volonté parfaite, dans laquelle elle reproduisit la kénose (humiliation) volontaire de son Fils. Mais la mort n'avait plus d'emprise sur Elle : comme son Fils, elle est ressuscitée et montée au Ciel, première hypostase humaine qui réalisa en Elle la fin dernière pour laquelle fut créé le monde. ».

Si la célébration de la Dormition est très proche de la fête catholique de l'Assomption, elle n'en diffère pas moins sur certains points. La différence s'opère précisément par le fait que l'Église catholique associe, dans sa définition de l'Assomption de la Vierge (donnée ci-dessus), le dogme de l'Immaculée conception rejeté par l'Église orthodoxe. Selon la tradition orthodoxe, Marie est réellement morte, par la nécessité de sa nature humaine mortelle, liée à la corruption de ce monde après la Chute (en cela elle est solidaire de l'humanité), et a été ressuscitée par son fils comme la Mère de Vie : de ce fait, elle est considérée comme participant à la vie éternelle du Paradis. L'Église orthodoxe, de ce fait, adresse à la formulation catholique du dogme de l'Assomption les mêmes critiques qu'à celui de l'Immaculée Conception :
d'une part, il est contraire à la foi des Pères de postuler la Très Sainte Mère de Dieu comme « préservée par Dieu de toute atteinte de la faute originelle » : ce serait en faire une personne à part du genre humain, supprimant toute liberté pour la Vierge Mère de dire « non », faisant perdre de ce fait sa valeur salvatrice à la réponse positive qu'elle fit à l'annonce de l'ange Gabriel (« Je suis la servante du Seigneur : qu'il me soit fait selon ta Parole ! »), ce à quoi les catholiques répondent qu'Adam et Ève, bien que créés sans péchés, ont eu la liberté de ne pas suivre la voie que leur indiquait Dieu. Être libéré du péché originel n'enlève donc pas le libre arbitre ;
mais surtout, postuler la Vierge Marie comme préservée du péché originel, c'est-à-dire sauvée par avance, serait la rendre hors d'atteinte de la mort. Toutefois le pape Benoît XVI a rappelé que pour les catholiques la Dormition précédait l'Assomption.







Revenir en haut Aller en bas
 

L'Assomption de Marie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fête de l'Assomption de Marie
» Assomption de Marie : une hérésie ?
» Neuvaine pour l'Assomption de Marie
» "Allons à la messe" 15 Août : Assomption de Marie
» 15 août 2015- Solennité de l'Assomption de la Vierge Marie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: C H R I S T I A N I S M E :: Dialogue Oecuménique et autres religions ( SECTIONS ENSEIGNEMENTS ) :: Catholique-