*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 

 Bienheureux les pauvres de coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedMar 18 Oct 2016, 6:53 pm

Rappel du premier message :



Première Béatitude :

Bienheureux les pauvres de cœur, car le Royaume des cieux est à eux.
Les traductions varient avec les Bibles : pauvres de cœur (TOB), pauvres en esprit (Segond), ceux qui ont une âme de pauvre (Jérusalem).  
Luc dira simplement : Bienheureux, vous, les pauvres : le Royaume de Dieu est à vous.  
Le mot grec qui est traduit soit par « esprit », soit par « âme », soit par « cœur » est le mot « πνεῦμα » (pneuma), dont le sens premier est souffle. Le Seigneur fait référence à la Genèse : « Le Seigneur Dieu modela l’homme avec de la poussière prise du sol, Il insuffla dans ses narines l’haleine de vie, et l’homme devint un être vivant » (Gn.2, 7). L’homme est ainsi formé d’une part matérielle, la chair, tirée de la terre, et d’une part spirituelle qui est le souffle de Dieu. Ceux qui sont pauvres de cœur ou en esprit sont donc ceux qui ont une conscience aigue du fait qu’ils ne sont que « terre et cendre » et qu’ils doivent tout à Dieu, et d’abord et tout simplement leur vie. « Seigneur et maître de ma vie », disons-nous en carême à la suite de saint Ephrem. « Toi qui m’as appelé du non-être à cette vie »… commence le père Sophrony dans sa « Prière de l’Aurore »1. Mais il ne s’agit pas simplement de la vie du corps, de cette partie matérielle, mais ce souffle de vie qui appartient à Dieu et qu’Il a mis en nous est cela même qui nous fait pressentir une autre vie infiniment plus grande, cela même qui nous fait pressentir que notre vraie patrie est ailleurs, cela même qui nous appelle de la mort à la Vie.  
Qui sont les pauvres ?  
Nombre de commentateurs modernes ont vu dans cette parole du Christ une apologie de la pauvreté. Je pense qu’il n’en est rien. La pauvreté, en tant qu’état concret de privation, est une honte, un scandale, le résultat du péché, de la chute. C’est aussi la preuve que le règne de Dieu n’est pas encore arrivé. Souvent, dans l’Ancien Testament, il s’agit d’une pauvreté consécutive à l’oppression et à l’injustice des puissants, contre lesquelles réagissent fortement les prophètes. « Malheur à ceux qui prescrivent des lois malfaisantes, et quand ils rédigent, mettent par écrit une loi qui sanctionne la misère ; ils écartent du tribunal les petites gens, privent de leur droit les pauvres de mon peuple, font des veuves leur proie et dépouillent les orphelins » (Is.10, 1-2). Amos reprend le même thème : « Ils ont vendu le juste pour de l’argent, et le pauvre pour une paire de sandales ; ils sont avides de voir la poussière du sol sur la tête des indigents, et ils détournent les ressources des humbles » (2, 6-7). Face à cet état de choses, l’Ecclésiastique (Siracide) donne des conseils qui sont toujours valables aujourd’hui : « Mon fils, ne prive pas le pauvre de sa subsistance, ne fais pas languir les yeux de l’indigent. Ne fais pas souffrir une âme affamée, n’irrite pas un homme dans le dénuement. N’ajoute pas au tourment d’un cœur irrité, ne fais pas attendre tes dons à qui en a besoin. Ne repousse pas le suppliant dans la détresse, ne détourne pas ton visage du pauvre. De l’indigent ne détourne pas ton regard, ne lui donne pas sujet de te maudire. Car s’il te maudit dans l’amertume de son âme, son créateur entendra sa prière. Fais-toi bien voir de l’assemblée, devant un grand, baisse la tête. Incline ton oreille vers le pauvre, réponds-lui avec douceur des paroles de paix. Délivre l’opprimé des mains de l’oppresseur, ne sois pas pusillanime quand tu rends la justice. Sois pour les orphelins comme un père, et un mari pour leur mère ; tu seras comme un fils du Très-Haut, il t’aimera plus que ta mère (Si. 4, 1-10).

Nous sommes donc ici dans une perspective « sociale » si l’on peut dire. Mais allons plus loin.  
Encore une prophétie d’Isaïe : « Oracle du Seigneur : c’est vers celui-ci que Je regarde, vers l’humilié, celui qui a l’esprit abattu et qui tremble à Ma parole » (Is. 66, 2). Et un psaume : « Pour moi, je suis pauvre et indigent, mais le Seigneur prendra soin de moi » (Ps. 39,18). Or c’est pour ce pauvre et cet indigent qui tremble à la parole de Dieu que le Messie va venir. Le prophète Sophonie identifie les pauvres et les humbles au petit reste fidèle d’Israël qui accueillera le Messie : « En ce jour-là, (…) j’aurais enlevé du milieu de toi tes vantards orgueilleux, et tu cesseras de faire l’arrogante sur ma montagne sainte. Je maintiendrai au milieu de toi un reste de gens humbles et pauvres ; ils chercheront refuge dans le nom du Seigneur » (So. 3, 11-12). En ce jour-là : il s’agit déjà du jour du Seigneur, du jour où Il viendra. Le pauvre appelle le Seigneur : « Tu es mon secours et mon protecteur, mon Dieu, ne tarde pas ! » (Ps. 39,18). Cet appel est le cri du petit reste pauvre d’Israël qui attend son Messie, car Il est celui qui viendra pour le consoler. Quand le Seigneur Dieu dit à son peuple, par la bouche d’Isaïe : « La femme oublie-t-elle son nourrisson, oublie-t-elle de montrer sa tendresse à l’enfant de sa chair ? Même si celles-là oubliaient, moi, je ne t’oublierai pas ! Voici que sur mes paumes je t’ai gravée … » 2, il y a exprimé là tout l’amour du Seigneur qui viendra consoler son peuple souffrant.  
Nous voyons dans ces exemples que Dieu prend le parti des pauvres, des humiliés, des exploités, et qu’Il les regarde avec tendresse. Nous constatons aussi qu’il existe dans l’Ancien Testament toute une lignée de prophètes, de psalmistes, l’auteur du livre de Job, etc. qui se prolonge jusqu’aux personnages de l’enfance de JESUS : la Vierge Marie, saint Joseph, le vieillard Syméon, la prophétesse Anne…, qui se caractérisent par une attitude de foi abandonnée, confiante et joyeuse.
Dans le meilleur des cas, ces pauvres, ces humbles, apparaissent comme la grande famille de ceux que les épreuves (matérielles ou autres) ont exercé à ne compter que sur le secours de Dieu. C’est l’attitude de la veuve de Sarepta envers le prophète Elie qui lui demande à manger au nom de Dieu (1 R., 17, 8-16), c’est l’attitude de la veuve misérable rapporté par Saint Luc (Lc 21, 4) où le don de ces pauvres femmes est un acte de foi extraordinaire. On peut alors dire que la pauvreté peut rendre bienheureux dans la mesure où elle oriente vers Dieu, où elle pousse à tout attendre de Dieu, le secours et le salut. La pauvreté matérielle peut donc favoriser l’acquisition d’une autre forme de pauvreté, intérieure celle-là.



Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin


Date d'inscription : 01/06/2011
Messages : 14305

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedMar 28 Nov 2017, 9:05 pm



Le bonheur
Il y a en premier lieu un problème linguistique. L'évangile fut écrit en grec qui était la
langue commerciale de l'époque. Or en l'espace d'une dizaine d'années le latin remplaça
le grec en occident, le syriaque en orient, le copte en Afrique si bien que dans les
traductions des évangiles, certaines subtilités grammaticales du grec furent difficiles à
rendre.
Le mot grec traduit par ''bienheureux'' désigne le bonheur entier et total, caractéristique
exclusive de la divinité. Et bien, alors que la religion promet le bonheur dans l'au delà,
JESUS annonce huit fois le bonheur total au cour de notre existence. A quoi bon être
bienheureux dans l'au delà si l'on souffre ici bas ? Dieu n'est pas ennemi du bonheur, il en
est l'auteur et il désire que la condition humaine soit heureuse.
« Bienheureux les pauvres de coeur » (traduction liturgique)
Jamais dans l'évangile JESUS déclare bienheureux les pauvres. Les pauvres sont
malheureux et il appartient à la communauté chrétienne de les faire sortir de cette
condition. JESUS n'a pas exalté la condition de pauvreté. Il n'a pas parlé non plus de
« pauvre d'esprit » qui peut signifier carence mentale. JESUS n'a pas dit non plus
« pauvre en esprit », car souvent c'est l'interprétation qu'on a donné à cette 'béatitude'. Si
tu es riche tu peux le rester, l'important c'est que spirituellement tu sois pauvre. Cette
manière de lire a été celle que l'on a appris à l'église dans le passé. L'important pour le
riche, c'est qu'il soit détaché de ses richesses et que de temps en temps il face des dons
pour les oeuvres.
Cette béatitude est difficile à digérer, c'est la raison pour laquelle JESUS y reviendra
souvent. Quand il demande au riche de renoncer à ses biens, il ne lui court pas derrière
pour minimiser ce qu'il vient de dire. JESUS ne demande pas un renoncement spirituel
mais réel.
On peut lire : « Pauvre selon l'esprit » car cela signifie un''choix de vie'' pour des
personnes qui décident volontairement de devenir pauvre, et embrasser la condition de
pauvreté.


Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin


Date d'inscription : 01/06/2011
Messages : 14305

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedDim 17 Déc 2017, 9:49 pm



Heureux les pauvres de cœur, car le Royaume des Cieux est à eux


Message du Saint-Père François (partie 1)

pour la XXIXe Journée Mondiale de la Jeunesse (2014)


Bien chers jeunes,

L’extraordinaire rencontre que nous avons vécue à Rio de Janeiro, lors de la XXVIIIème Journée Mondiale de la Jeunesse, est encore imprimée dans ma mémoire : une grande fête de la foi et de la fraternité ! La population brésilienne nous a accueillis à bras ouverts, comme la statue du Christ Rédempteur qui, du haut du Corcovado domine la magnifique baie de Copacabana. Au bord de la mer, JESUS a renouvelé son appel pour que chacun de nous devienne son disciple-missionnaire, qu’il le découvre comme le trésor le plus précieux de sa vie et partage cette richesse avec les autres, proches et lointains, jusqu’aux extrêmes périphéries géographiques et existentielles de notre temps.

La prochaine étape du pèlerinage intercontinental des jeunes sera à Cracovie, en 2016. Pour rythmer notre marche, j’aimerais, durant les trois années qui viennent, réfléchir avec vous sur les Béatitudes évangéliques que nous pouvons lire dans l’Évangile selon saint Matthieu (5, 1-12). Cette année nous commencerons par méditer la première : « Heureux les pauvres de cœur, car le Royaume des Cieux est à eux » (Mt 5, 3) ; pour 2015 je propose « Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu » (Mt 5, 8) ; et enfin, en 2016, le thème sera « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » (Mt 5, 7).

1. La force révolutionnaire des Béatitudes

Cela fait toujours du bien de lire et de méditer les Béatitudes ! JESUS les a proclamées au cours de sa première grande prédication, au bord du lac de Galilée. Il y avait une grande foule et il est monté sur la colline, pour instruire ses disciples, c’est pourquoi cette prédication est appelée “le discours sur la montagne”. Dans la Bible, la montagne est perçue comme le lieu où Dieu se révèle, et JESUS en prêchant sur la colline se présente comme le maître divin, comme le nouveau Moïse. Et que révèle-t-il ? JESUS révèle le chemin de la vie, ce chemin qu’il parcourt lui-même, plus encore, qu’il est lui-même, et il le propose comme le chemin du vrai bonheur. Pendant toute sa vie, de sa naissance dans la grotte de Bethléem jusqu’à sa mort sur la croix et sa résurrection, JESUS a incarné les Béatitudes. Toutes les promesses du Royaume de Dieu se sont accomplies en lui.

En proclamant les Béatitudes JESUS nous invite à le suivre, à parcourir avec lui la voie de l’amour, la seule qui conduise à la vie éternelle. Ce n’est pas une route facile, mais le Seigneur nous assure de sa grâce et il ne nous laisse jamais seuls. La pauvreté, les afflictions, les humiliations, les luttes pour la justice, les fatigues de la conversion quotidienne, les combats pour vivre l’appel à la sainteté, les persécutions et bien d’autres défis sont présents dans notre vie. Mais si nous ouvrons la porte au Christ, si nous le laissons entrer dans notre histoire, si nous partageons avec lui nos joies et nos souffrances, nous ferons l’expérience d’une paix et d’une joie que seul Dieu, amour infini, peut nous donner.

Les Béatitudes de JESUS sont porteuses d’une nouveauté révolutionnaire, d’un modèle de bonheur contraire à celui qui nous est communiqué habituellement par les médias, par la pensée dominante. Pour la mentalité du monde, c’est un scandale que Dieu soit venu se faire l’un d’entre nous, qu’il soit mort sur une croix ! Dans cette logique mondaine, ceux que JESUS proclame bienheureux sont considérés comme “perdants”, faibles. Au contraire le succès à tout prix, le bien être, l’arrogance du pouvoir, l’affirmation de soi au dépens des autres, sont exaltés.

JESUS nous interpelle, chers jeunes, pour que nous répondions à son offre de vie, pour que nous décidions quelle voie nous voulons parcourir pour arriver à la vraie joie. Il s’agit d’un grand défi pour la foi. JESUS n’a pas eu peur de demander à ses disciples s’ils voulaient vraiment le suivre ou s’ils préféraient s’en aller par d’autres chemins (cf. Jn 6, 67). Et Simon surnommé Pierre a eu le courage de répondre : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » (Jn 6, 68). Si vous aussi savez dire “oui” à JESUS, votre vie de jeune se remplira de sens, et ainsi, elle sera féconde.



2. Le courage du bonheur

Mais que signifie au juste le mot “bienheureux” (en grec makarioi) ? Cela veut dire vraiment heureux. Alors, dites-moi : aspirez-vous vraiment au bonheur ? À une époque où l’on est attiré par tant d’apparences de bonheurs, on risque de se contenter de peu, ou d’avoir une idée de la vie “en miniature”. Au contraire, aspirez à de grandes choses ! Élargissez vos cœurs ! Comme disait le bienheureux Pier Giorgio Frassati, « vivre sans foi, sans patrimoine à défendre, sans soutenir une lutte continue pour la vérité, ce n’est pas vivre mais vivoter. Nous ne devons jamais vivoter, mais vivre » (Lettre à I. Bonini, 27 février 1925). Le jour de la Béatification de Pier Giorgio Frassati, le 20 mai 1990, Jean-Paul II l’a appelé “l’homme des Béatitudes” (Homélie de la Messe : AAS 82 [1990], 1518).

Si vraiment vous laissez émerger les aspirations les plus profondes de votre cœur, vous vous rendrez compte qu’il y a une soif inextinguible de bonheur en vous, et c’est cela qui vous permettra de distinguer et de refuser les nombreuses offres “à bon prix” que vous rencontrez autour de vous. Quand nous recherchons le succès, le plaisir, la possession égoïste et que nous en faisons des idoles, nous pouvons, certes, expérimenter des moments d’ivresse, une fausse impression de satisfaction ; mais à la fin nous devenons esclaves, nous ne sommes jamais satisfaits, nous sommes poussés à vouloir toujours plus. Et c’est vraiment triste de voir une jeunesse “repue”, mais molle.

Saint Jean écrivait aux jeunes en leur disant : « vous êtes forts, la parole de Dieu demeure en vous et vous avez vaincu le Mauvais » (1 Jn 2, 14). Les jeunes qui choisissent le Christ sont forts, ils se nourrissent de sa Parole et ils ne “se goinfrent” pas d’autres choses ! Ayez le courage d’aller à contre-courant. Ayez le courage du vrai bonheur ! Dites non à la culture du provisoire, de la superficialité et du rejet, qui ne vous estime pas capables d’assumer des responsabilités et d’affronter les grands défis de la vie !


http://www.laici.va/content/laici/fr/sezioni/giovani/magistero/beati-i-poveri-in-spirito.html



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin


Date d'inscription : 01/06/2011
Messages : 14305

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedVen 12 Jan 2018, 10:42 pm






3. Heureux les pauvres de cœur…


Message du Saint-Père François (partie 2)

pour la XXIXe Journée Mondiale de la Jeunesse (2014)


La première Béatitude, le thème de la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse, déclare bienheureux les pauvres de cœur, parce que le Royaume des Cieux leur appartient. En des temps où de nombreuses personnes souffrent à cause de la crise économique, associer la pauvreté et le bonheur peut sembler un contre sens. Comment pouvons-nous concevoir la pauvreté comme une bénédiction ?

Essayons d’abord de comprendre ce que signifie “pauvres de cœur”. Quand le Fils de Dieu s’est fait homme, il a choisi la voie de la pauvreté, du dépouillement. Comme le dit saint Paul dans la Lettre aux Philippiens : « Ayez entre vous les mêmes sentiments qui sont dans le Christ JESUS : Lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’anéantit lui-même, prenant condition d’esclave, et devenant semblable aux hommes ». (2, 5-7). JESUS est Dieu qui se dépouille de sa gloire. Nous voyons ici le choix de la pauvreté de Dieu : de riche qu’il était, il s’est fait pauvre pour nous enrichir par sa pauvreté (cf. 2 Cor 8, 9). C’est le mystère que nous contemplons dans la crèche, en voyant le Fils de Dieu dans une mangeoire ; puis sur la croix, où le dépouillement arrive à son comble.

L’adjectif grec ptochós (pauvre) n’a pas seulement une signification matérielle, mais veut dire “mendiant”. Il est relié au concept juif d’anawim, les “pauvres du Seigneur”, qui évoque humilité, conscience de ses propres limites, de sa propre condition existentielle de pauvreté. Les anawim se fient au Seigneur, ils savent qu’ils dépendent de Lui.

Comme a bien su le voir sainte Thérèse de l’Enfant JESUS, dans son Incarnation JESUS se présente comme un mendiant, un nécessiteux en quête d’amour. Le Catéchisme de l’Église Catholique parle de l’homme comme d’un “mendiant de Dieu” (n. 2559) et il nous dit que la prière est la rencontre de la soif de Dieu avec notre soif (n. 2560).

Saint François d’Assise a très bien compris le secret de la Béatitude des pauvres de cœur. En effet, quand JESUS lui parla en la personne du lépreux et du Crucifié, il reconnut la grandeur de Dieu et l’humilité de sa propre condition. Dans sa prière le Poverello passait des heures à demander au Seigneur : « Qui es-tu ? Qui suis-je ? ». Il se dépouilla d’une vie aisée et insouciante pour épouser “Dame Pauvreté”, pour imiter JESUS et suivre l’Évangile à la lettre. François a vécu l’imitation du Christ pauvre et l’amour pour les pauvres de façon indissociable, comme les deux faces d’une même médaille.

Vous pourrez donc me demander : comme pouvons-nous concrètement transformer cette pauvreté de cœur en un style de vie qui influence réellement notre existence ? Je vous réponds en trois points.

Essayez avant tout d’être libres en face des choses. Le Seigneur nous appelle à un style de vie évangélique caractérisé par la sobriété, à ne pas céder à la culture de la consommation. Il faut rechercher ce qui est essentiel, apprendre à se dépouiller des mille choses superflues et inutiles qui nous étouffent. Détachons-nous du désir de posséder ; ne faisons pas de l’argent une idole, pour ensuite le gaspiller. Mettons JESUS à la première place. Lui peut nous libérer de l’idolâtrie qui nous rend esclaves. Chers jeunes, ayez confiance en Dieu ! Il nous connaît, il nous aime et ne nous oublie jamais. De même qu’il prend soin du lys des champs (cf. Mt 6, 28), il ne nous laissera manquer de rien ! Pour vaincre la crise économique, il faut aussi être prêt à changer de style de vie, et à éviter les nombreux gaspillages. De même qu’il est nécessaire d’avoir le courage du bonheur, il faut avoir aussi le courage de la sobriété.

Deuxièmement, pour vivre cette Béatitude nous avons tous besoin d’une conversion en ce qui concerne les pauvres. Nous devons prendre soin d’eux, être sensibles envers leurs nécessités spirituelles et matérielles. À vous les jeunes, je confie d’une façon particulière la tâche de remettre la solidarité au centre de la culture humaine. Face aux anciennes et aux nouvelles formes de pauvreté – le chômage, l’émigration, les dépendances en tout genre –, nous avons le devoir d’être attentifs et vigilants, et de vaincre la tentation de l’indifférence. Pensons aussi à ceux qui ne se sentent pas aimés, qui n’ont pas d’espoir pour l’avenir, qui renoncent à s’engager dans la vie parce qu’ils sont découragés, déçus, craintifs. Nous devons apprendre à rester avec les pauvres. N’ayons pas la bouche pleine de belles paroles sur les pauvres ! Rencontrons-les, regardons-les dans les yeux, écoutons-les. Les pauvres sont pour nous une occasion concrète de rencontrer le Christ lui-même, de toucher sa chair souffrante.

Mais – et voici le troisième point – les pauvres ne sont pas seulement des personnes à qui nous pouvons donner quelque chose. Eux aussi ont beaucoup à nous offrir et à nous apprendre. Nous avons tant à apprendre de la sagesse des pauvres ! Pensez qu’un saint du XVIIIème siècle, Benoît Joseph Labre, qui dormait dans les rues de Rome et vivait des dons faits par les gens, était devenu le conseiller spirituel d’un grand nombre de personnes, parmi lesquelles même des nobles et des prélats. D’une certaine façon, les pauvres sont comme des maîtres pour nous. Ils nous montrent qu’une personne ne vaut pas tant par ce qu’elle possède ou par ce qu’elle a sur son compte en banque. Un pauvre, une personne privée de biens matériels, conserve toujours sa dignité. Les pauvres peuvent nous en apprendre beaucoup aussi sur l’humilité et la confiance en Dieu. Dans la parabole du pharisien et du publicain (Lc 18, 9-14), JESUS présente ce dernier comme un modèle parce qu’il est humble et se reconnaît pécheur. De même la veuve qui jette deux petites pièces dans le trésor du temple est un exemple de la générosité de celui qui n’ayant pratiquement rien, donne tout (Lc 21,1-4).





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedSam 10 Fév 2018, 7:49 pm




LES BEATITUDES

Introduction

Matthieu, en présentant dès le début de son Évangile le Sermon sur la montagne, nous propose le projet de JESUS pour l’humanité: le Royaume qui doit amener la personne à vivre selon son esprit.

JESUS veut aller plus loin que la « Loi Ancienne » qui s’exprime en des termes négatifs : < Tu ne feras pas ceci ou cela…> Les orientations de la « Loi Nouvelle » font appel à la liberté de la personne. JESUS spécifie :

< Vous avez appris…, et moi, je vous dis >

Le sermon sur la Montagne décrit bien la mentalité de l’Évangile; dans la première partie il présente, sous forme de Béatitudes, les interpellations promettant le Royaume à des personnes bien précises, celles qui développent les attitudes intérieures nécessaires pour suivre JESUS.

Cet esprit des Béatitudes, que nous tenterons d’explorer, JESUS le rappelle tout au long de sa vie publique, soit dans ses paroles, ses paraboles, ses discours plus directs ou dans ses gestes. Les Béatitudes nous disent quelque chose de JESUS. Pourquoi ? Parce qu’elles sont paroles vécues, expérimentées par celui-là même qui les a prononcées…par celui qui a dit : < JE SUIS LE CHEMIN >

L’objectif de tout chrétien est :

FORMER JÉSUS EN NOUS POUR ÊTRE UN AUTRE JÉSUS EN LA TERRE…

St Jean Eudes a approfondi cette phrase de St Paul : "Mes petits enfants que, dans la douleur j'enfante à nouveau, jusqu'à ce que le Christ soit formé en vous". (Gal. 4,19)

POUR FORMER JÉSUS – la route sûre à prendre : LA ROUTE DES BÉATITUDES

Les Béatitudes sont riches de la Présence de JESUS parce qu’elles nous tracent son portrait dans ses attitudes, dans sa relation à Dieu et aux autres; devant telle ou telle circonstance de la vie : (afflictions – deuils – persécutions) …

Les Béatitudes sont : LE COEUR DE L’ÉVANGILE à la condition de retrouver JESUS Christ vivant à travers chaque parole.

Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedSam 10 Mar 2018, 8:57 pm





Les Béatitudes :

•UNE PERSONNE À RENCONTRER plutôt que des conseils à entendre, des valeurs morales à suivre…;

•Portrait de JESUS Christ et Portrait de Dieu < Qui me voit, voit le Père >…


Les Béatitudes, quand elles sortaient de la bouche même de JESUS, parlaient de Dieu et disaient les secrets de son Règne, du Royaume… c’est la Mission de JESUS ? Elles nous révèlent que Dieu est pauvre, qu'il est doux… etc.
•En mettant ensemble chacun de leurs traits, les Béatitudes dessinent aussi le portait des chrétiens que nous sommes appelés à être …
•Programme actif qui débouche sur la vie de tous les jours.
•Mœurs de Dieu, code de nos vies pour former JESUS en nous.

Par les Béatitudes, JESUS bousculait les valeurs des Juifs en apportant un enseignement nouveau.

Nous retrouvons, dans l’Évangile, DEUX VERSIONS ou 2 adaptations du texte original

1.- Les Béatitudes écrites à la manière de Luc 6, 20-26;

on voit déjà que le lieu de la proclamation est la plaine...
Luc présente 4 bénédictions ou 4 Bienheureux et 4 Malédictions ...
Luc retranche ce qui était trop judaïque; (ce qui concerne les lois ou les pratiques juives).
Luc apostrophe l'auditoire (vous)… il parle à des grecs chrétiens de sa communauté.
Les béatitudes à la manière de Luc: deviennent "exigence sociale du service des pauvres".

2.- Les Béatitudes écrites à la manière de Matthieu Mt 5, 1-12

< Voyant les foules JESUS gravit la montagne >
Lieu de la proclamation : la montagne, lieu de la rencontre de Dieu.

Maintenant, sur une autre montagne, JESUS proclame la loi nouvelle qui porte l’ancienne à sa perfection.

•adresse un enseignement pour une communauté chrétienne juive, il s'adresse à des gens déjà saisis par la grâce du Fils; il ajoute au texte original d'autres paroles prononcées par JESUS ;
•il présente l'esprit nouveau du Royaume; la charte "du vivre ensemble" des disciples du Royaume;
•il est un catéchète préoccupé de la manière d'agir des chrétiens, il veut préciser la ligne de conduite que le Maître attend de ses disciples;
•Matthieu parle à la 3e personne (Luc apostrophe: vous)

En d'autres mots les Béatitudes, à la manière de Matthieu, c'est :
•un message centré sur les attitudes spirituelles ;
•un programme de vie vertueuse avec promesse de récompense céleste.


Luc parlait des pauvres tout court, ceux qui sont en manque matériellement. Matthieu "spiritualise" il parle des pauvres "en esprit". Luc parlait de ceux qui ont faim. Mathieu ajoute: "faim et soif de justice". Luc veut supprimer la pauvreté.

Matthieu dit comment on supprime la pauvreté: par la douceur, en pardonnant, en purifiant son coeur, en servant la paix. C'est alors que la justice est accomplie et que ceux qui pleurent sont consolés. Si Matthieu spiritualise, cela ne veut pas dire qu'il affaiblit, qu'il dilue, qu'il passe à la mièvrerie... Il donne au contraire les moyens pour que les béatitudes, à la manière de Luc, se réalisent. Il paraît probable, dit Dom Dupont, dont l'étude fait autorité, que JESUS, dans le sermon sur la Montagne, a magnifié la classe religieuse des humbles plutôt que l'état social de pauvreté.

Nous pouvons dire que les Béatitudes sont huit Paroles qui forment le code de l'Alliance nouvelle entre Dieu et les hommes – ces huit paroles, JESUS va les incarner surtout durant ses trois ans de vie publique.

Dans les béatitudes, il n'y en a pas une plus importante que l'autre, une première et une dernière il n'y a ni maîtresse parole, ni parents pauvres, ni hiérarchie. Les béatitudes s'impliquent l'une dans l'autre, se complètent, se conditionnent, bref elles communiquent entre elles à la manière des océans...

Dans les Béatitudes il n'y a aucune défense. L'AMOUR ne peut interdire... car si j'interdis, je perds l'Amour. « AIME ET FAIS CE QUE TU VEUX », dit St-Augustin.

Les huit Béatitudes de Matthieu sont toutes positives – aucune prescription négative. Les Béatitudes constituent le code de l'Amour, à la lumière desquelles nous pouvons examiner nos manques... nos incohérences. Par les Béatitudes, JESUS nous propose la charte de notre parcours vers Dieu et de notre combat pour la personne. C'est un programme actif qui débouche directement sur la vie pratique de tous les jours. Un programme réaliste qui nous donne le goût de nous y mettre... peut-être n'y avons-nous que rêver !

La vie publique de JESUS de Nazareth ne fut qu'une longue marche dans les chemins des béatitudes. Il invite ses disciples à avancer, eux aussi, dans cette route des béatitudes. Nous pouvons parcourir les Béatitudes dans l'ordre présenté par les Évangélistes qui est un ordre linéaire; nous pouvons aussi les approfondir par un regroupement:
1.les Béatitudes décrivent nos attitudes dans notre relation à Dieu;
2.les Béatitudes détaillent nos attitudes dans notre relation aux autres; et exposent les attitudes devant certaines situations pointues de notre vie : afflictions, deuils, persécutions etc.





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedSam 07 Avr 2018, 8:48 pm





Le bonheur... à la manière de JESUS

Introduction
Dans la vie de chaque jour

Introduction

Le bonheur ! Le mot lui-même fait rêver…! La plupart des téléromans au petit écran, les films au cinéma, les romans… sont construits autour de ce rêve de bonheur… Le bonheur : toujours recherché, jamais pleinement possédé… Parfois, il nous apparaît comme trop grand pour nous, ou trop étroit, d’autres fois nous sentons qu’il nous irait comme un gant. Nous pleurons sur lui quand nous l’avons perdu, nous l’espérons quand nous ne l’avons plus…

Certains disent le bonheur inaccessible, et pourtant que de gens avouent l’avoir rencontré ! Le bonheur ! Pas facile à définir tellement il est fait d’ingrédients divers. Mais une chose est sûre : tous, nous cherchons à être heureux… tous nous avons soif de bonheur. L'idée de bonheur nous aide à traverser le désert de la vie ?

Le bonheur est-il une chimère ? Le bonheur est-ce une chose à obtenir, ou un don à accueillir ? Écoutons-nous parler… On parle volontiers du bonheur comme s’il était derrière nous ou devant nous, mais souvent c’est tout près de nous qu’il est... Il aime marcher à nos côtés, sans se faire voir, sans dire un mot.

Et si le bonheur était à l’intérieur de nous ? Il y a de petits et de grands bonheurs, comme de petites et de grandes joies. Savoir discerner et savourer les petits bonheurs prépare à l’accueil des grands. Il se pourrait même que le plus grand bonheur ne soit formé que d’une multitude de petits.


Dans la vie de chaque jour

L’expérience nous apprend que dans la vie de chaque jour, bonheur et malheur cohabitent. Notre vie est faite d'ombre et de lumière, de progrès et de recul; de jours heureux et de jours moins heureux... L’œil et le cœur semblent moins sensibles au bonheur qu’au malheur. Cette attitude est la source de beaucoup de nos tristesses, de nos mélancolies, de nos insatisfactions.

Notre malheur, c’est de ne pas voir nos petits bonheurs… < La pire tentation, a écrit Jean Bastaire, est de désespérer du BONHEUR.> (Paraboles d’Orient et d’Occident). La pire tentation pourrait être aussi de ne pas voir le bonheur qui est déjà dans notre maison. Tagore écrit : « Ne va pas au jardin des fleurs, (bonheur) mon ami, … en toi est le jardin des fleurs…du Bonheur … » Nous n’avons pas à nous déplacer très loin… le bonheur prend racine au-dedans… Robert Lebel chante : « Je te cherchais dehors tu étais au-dedans…» Nous avons à redécouvrir les voies d’accès au bonheur…

Si le malheur a ses prophètes – et ils sont nombreux – le bonheur doit pouvoir compter sur ses prophètes de bonheur. Ce serait une grâce pour l’humanité entière, qui a besoin d’air frais, de lumière et d’espérance. Le bonheur est une aspiration profonde de tout être humain, un désir vital de la personne, le grand besoin de notre cœur… Sommes-nous condamnés au malheur ou promis au bonheur ? Ce bonheur est-il pour aujourd'hui ou pour demain ? Sommes-nous convaincus que Dieu nous veut heureuses…heureux…? Et si c’était Dieu lui-même qui avait chevillé, ancré bien solidement ce désir, ce besoin de bonheur ! Et s’il avait quelque chose à nous dire à ce propos…! Dieu ne veut pas que tous les jours de notre vie soient des Vendredis Saints… même si nous avons la possibilité de passer du Vendredi Saint ou jour de Pâques …

De quoi est-il fait ?

Mais de quoi est-il fait, ce bonheur ? En regardant le monde dans lequel nous vivons, cette question demeure actuelle, elle est peut-être plus pressante en ces temps d'inflation, de chômage, d'incertitude politique, d'inquiétude au sujet de l'avenir de nos ressources de toutes sortes, des tensions internationales etc. ... Le bonheur, en ces temps modernes, est mis à rude épreuve ...

Les propositions « de bonheur éphémère » ne manquent pas. Chaque jour nous sommes sollicitées par des "marchands de bonheur" qui prétendent combler tous nos désirs (publicité, consommation, voiture performante, voyage dans le sud, gros lot… etc.) Le bonheur, proclamé par la publicité, se réduit souvent à l'argent, à l’accumulation de biens, à la recherche de prestige, d'influence.


Le bonheur des Béatitudes

Nous savons très bien que le bonheur, dont il est question dans le texte évangélique des béatitudes, ne correspond pas à la vision du bonheur véhiculée et étalée dans toutes les formes de propagandes modernes caractérisées par l'absence de souffrances, de problèmes etc.… Le bonheur des béatitudes n'exclut pas nécessairement la souffrance et la privation.

Si nous nous questionnons sur le bonheur, d'autres avant nous l’ont fait : entre autre, l'auteur du psaume 4,7 s'interroge « Qui nous fera voir le bonheur ». Dans le livre des Lamentations 3, 17 « Je ne sais plus ce qu’est le bonheur ». Et dans Job 7,7 « Ma vie est une corvée… le soir n’en finit pas… mes yeux ne verront plus le bonheur »

Les béatitudes nous présentent le bonheur, à la manière de JESUS, comme une forme de félicitations qui suppose la constatation d'un bonheur déjà réalisé ou entrain de se réaliser.

Les béatitudes selon Luc et Matthieu viennent de plus loin que les Évangiles. Elles plongent leurs racines dans l'Ancien Testament. À travers toute la Bible , on compte une cinquantaine de ces béatitudes, dont vingt-cinq pour le seul livre des psaumes.

En voici quelques-unes:

- Ps 1er « Heureux l'homme qui ne prend pas le parti des méchants »

- Ps 83 ou 84, 5-6 « Heureux les habitants de ta maison, ils te loueront sans cesse »

« Heureux les hommes dont la force est en toi, Seigneur »

- Ps 94,7 « Heureux l'homme que tu corriges... »

- Ps 106, 3 « Heureux ceux qui observent tes commandements... »

- Ps 112, 1 « Heureux l'homme qui s'appuie sur le Seigneur… »


La réalité

La réalité de ces proclamations de BONHEUR ne sont pas nécessairement vécues dans le monde présent mais dans le monde à venir… (Cf. Texte des béatitudes). La prière de JESUS était nourrie de ces psaumes, proclamant le bonheur; et naturellement, à l'occasion de ses rencontres et prédications, selon l'inspiration, il en créait d'autres. S'adressant à ses disciples il leur dit : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez... » (Lc 10,23). Et lorsque cette femme du peuple, elle-même nourrie d'Ancien Testament, s'exprime dans le langage des béatitudes: « Heureuses les entrailles qui t'ont porté et les seins qui t'ont nourri » (Lc 11,27). JESUS reprend en employant le présent : « Heureux plutôt ceux et celles qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent » (Lc 11,28), à Thomas... « Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru. » (Jn 20,29)

Et encore, après JESUS, les béatitudes ont continué à fleurir jusqu'à nous : « Heureux les invités au repas du Seigneur » JESUS en nous présentant le programme des béatitudes a répondu à cette question que les personnes de tous les temps et de tous les âges se posent : « Qui nous fera voir le bonheur ? » Remarquez le pronom QUI (personne) employé par le psalmiste et non le pronom QUOI (chose). JESUS nous a donné la façon, les moyens, selon Lui, de réussir sa vie, de posséder le bonheur pour que notre vie et notre existence humaine aient un sens.

En disant « Heureux » JESUS constate et proclame le bonheur de la personne… que la béatitude décrit. N'oublions pas qu'au coeur de la vie de JESUS, au coeur de son message et de ses gestes, il y a la personne. Pour JESUS la personne passe avant tout, avant la loi, avant les institutions : la personne est sacrée. Les béatitudes ne se comprennent qu'à partir de ce centre - qu'est la personne -. Rappelons-nous que JESUS, nouveau Moïse, en gravissant la montagne, proclame la Loi nouvelle. La béatitude est une déclaration de bonheur dans le présent, (le Royaume des cieux est à eux) ou en raison de l’avenir (car ils auront la terre en héritage).




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedSam 05 Mai 2018, 8:14 pm



Le bonheur... à la manière de JESUS


Le bonheur, annoncé dans les béatitudes

Le bonheur provient de la certitude : que la personne est bénéficiaire de la présence amoureuse de Dieu; mais aussi de la promesse que la personne est pleinement comblée lors de la réalisation totale et définitive de ce Royaume. Le bonheur, annoncé dans les béatitudes, est une véritable joie, parce que fondée sur une foi;

- en l'accompagnement bienveillant de Dieu;

- et sur une espérance en la pleine réception des biens du Royaume.

Cette joie résulte d'un état d'harmonie avec Dieu, avec les autres et avec soi-même. Mon bonheur je le fais – je ne l’attends pas des autres… ni de Dieu que j’accuse parfois… Je suis « équipée » pour vivre heureux, heureuse.

En Matthieu, les béatitudes supposent un appel à se mettre dans les dispositions nécessaires pour bénéficier du don et de la promesse et, par le fait même, goûter à la joie des béatitudes. Les destinataires sont heureux parce qu'ils se laissent transformer intérieurement par les valeurs du Royaume. Matthieu cherche à améliorer les dispositions intérieures des chrétiens. Il veut les assurer de la présence et de la promesse de Dieu dans la réalité qu'ils vivent.

Le bonheur dont parlent les béatitudes est un bonheur qui vient à nous, non un bonheur produit par nous. Il n'exclut pas la privation et la souffrance. Que veut dire exactement JESUS en disant : « Heureux » ? Extirpons de ce terme « heureux » toute connotation moralisante; donc ne plus nous représenter JESUS comme donnant d'en haut d'une chaire, des conseils ou des impératifs. Dans les Évangiles, lorsque ce terme « heureux » est employé, ce n'est pas pour dire « Heureux serez-vous si vous faites ceci ou cela... », mais pour exprimer un accord, une joie. BRAVO ! vous qui êtes doux, vous avez le bon filon, le secret du bonheur ? « Vive celle qui t'a porté » crie une femme dans la foule. (Lc 11,27) Ou encore Elisabeth dont l'enfant tressaille dans son ventre et qui s'écrie, voyant Marie ; « Bravo à toi qui as cru ! » (Luc 1,45) « Tu as eu bien raison d'y croire ».

JESUS regarde bien plus loin que les apôtres ou les disciples qui sont là – et qui auraient tellement tendance à quitter ce chemin des béatitudes pour le pouvoir! JESUS s'adresse à tous les pauvres, à tous les affamés et assoiffés de Justice, à tous les doux, à tous les coeurs purs de l'histoire et proclame que ce sont eux qui donnent au monde le sel et la lumière, la saveur et le sens.

Ainsi JESUS proclame que tous ceux-là qui vivent des béatitudes, détiennent à la fois;

- le secret du bonheur de la personne ;

- et la vraie solution de la vie collective (communautaire).

Le bonheur vrai et durable

Le bonheur vrai et durable qui s’inscrit au plus profond de nos vies (personnes) est fait aussi du BONHEUR DES AUTRES… COMMUNAUTAIRE. La question de mon bonheur ne saurait se poser sans celle du bonheur des autres et à l’inverse la question du bonheur des autres ne saurait se poser sans celle de mon bonheur… Il nous faut lire les béatitudes selon ces deux registres (en regard des personnes et en regard des collectivités); y trouver, non pas des principes moraux externes, mais une impulsion de vie pour l'existence personnelle et pour l'existence sociale.

Avec les béatitudes JESUS est explicite. « Heureux êtes-vous ! ». On rendrait peut-être mieux sa pensée en disant: " Chanceux êtes-vous " Comme s'il nous félicitait de ce que nous avons compris pour vivre son message de bonheur, pour vivre l’Évangile. Les béatitudes sont une invitation à un bonheur possible qui nous initie tous les jours à un chemin de bonheur, simple, à la portée de tous.

Effectivement, nous avons tout pour être heureux. Encore faut-il savoir ce qu'est le bonheur et ce qu'il procure. Est-ce que je peux nommer les petits bonheurs que je cueille aujourd'hui ? À ce moment – ci de mon histoire sainte ? Les béatitudes sont une invitation à un BONHEUR POSSIBLE qui nous initie tous les jours à un chemin de bonheur, simple et efficace, à la portée de tous.


Retour haut de la page

Retour
haut de la page


Le bonheur, chemin de Dieu

La b éatitude , le bonheur, c'est le chemin de Dieu vers la personne humaine et le chemin de la personne humaine vers Dieu, vers le prochain, vers lui-même. Les béatitudes : chemin de la rencontre de Dieu, donc du vrai bonheur. Que disons-nous quand on est heureux : ÇA MARCHE … Pierre Talec, dans son livre l'Annonce du bonheur écrit : « L'amour, voilà le sens et le fondement des béatitudes. Curieux ! Il n'y a pas de béatitude de l'AMOUR à proprement parler. On aurait pu s'attendre à cette béatitude : " Heureux ceux qui aiment, ils sont de Dieu." »

L’amour est la base de chaque béatitude… Pourquoi ? De la pauvreté à la persécution en passant par la miséricorde, la douceur et la pureté de coeur, chacune des béatitudes apporte sa note au chant de l'amour pour toujours, au chant de la joie à jamais: " Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse."

Avant d'être un enseignement, un programme, une exigence, les béatitudes sont, sur les lèvres de JESUS, l'annonce du don de Dieu, dans les termes mêmes de la promesse. C'est la Bonne Nouvelle , qui ne peut être reçue "que dans la joie ". Les béatitudes, un message de joie, puisqu'elles sont proclamation d'une BONNE NOUVELLE, dont parle le prophète d'Isaïe (Is 61,1-2)

Quand JESUS invite au bonheur, c'est au prix d'un retournement profond de nos attitudes et de la conversion à un bonheur différent. JESUS n'a pas triché avec la condition humaine : il en connaît toutes les pauvretés et toutes les inquiétudes. Il n'a pas cherché à nous endormir avec des promesses d'un bonheur acquis à bon marché. Le bonheur qu'il propose passe par des chemins difficiles. Mais il est déjà offert et donné à tous ceux et celles pour qui le Royaume existe : les pauvres, les purs, les affligés, les faiseurs de paix, les ajustés à Dieu... les humbles, les miséricordieux... C'est pour eux que Dieu a inventé un bonheur à la mesure de son cœur.



IL Y A UN BONHEUR…



À se libérer de soi-même… afin d’être plus dépendant de Dieu, notre Père.

À être authentique et vrai… afin de contempler son Visage en l’autre et dans les événements.

À accueillir la souffrance… afin d’y découvrir l’appel à un dépassement sur le chemin de l’Amour.

À couper les chaînes de ses petits esclavages… afin d’occuper notre place aux repas fraternels.

À se réconcilier entre nous… afin d’actualiser dans l’aujourd’hui le pardon que Dieu nous a donné en JESUS-Christ.

À vivre en paix avec soi-même… afin de véhiculer le germe d’amitié dans les relations humaines.

À créer un climat de paix dans notre milieu… afin de vivre en sœurs et frères dans le Royaume qui nous a été donné.

À acquérir une bienveillance intérieure… afin que l’autre grandisse dans ce qu’il est et qu’il a reçu du Père.







Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedLun 04 Juin 2018, 8:13 pm




Heureux les pauvres en esprit,
car le Royaume des cieux est à eux.


Pour bien comprendre le sens de chaque Béatitude proclamée par JESUS : Heureux les pauvres, les assoiffés… etc. trois facteurs sont à considérer :

1.- l’origine de la béatitude, c’est-à-dire le sens du terme dans l’Ancien Testament et dans le judaïsme qui ont inspiré JESUS et les évangélistes : la source du mot ou l’attache biblique,

2.- le contexte mathéen, qui indique la réinterprétation des textes-sources. JESUS accomplit les promesses de l’Ancien Testament en y apportant, souvent une nouveauté de sens,

3.- le témoignage de la vie de JESUS, dans la mesure où un lien peut être établi entre ce que rapporte l’Évangile et les béatitudes particulières.

Approfondissons la béatitude : "Heureux les pauvres en esprit car le Royaume des cieux est à eux." (Mt 5, 3)

Traduction littérale de la Bible de Jérusalem, cette première béatitude donne lieu à plusieurs interprétations. Il importe de bien s’entendre sur les vocables de « pauvreté, de pauvre, de cœur de pauvre, ou de pauvre de cœur ». Leur définition n’est pas à chercher dans le Larousse mais dans les textes sacrés. Dans les plus anciens de ces textes, les mots hébreux qui désignent « le pauvre » sont des termes concrets :

- le mendiant, le quêteux, l’indigent : celui qui fait une démarche pour dire son besoin;

- le chétif, le courbé.

Ces termes, de la Bible hébraïque, comme vous le voyez, expriment l’attitude physique du pauvre. Dans la langue grecque, « pauvre » peut être traduit par trois mots : pauvre – doux – petit. Le terme français « humble » peut décrire une attitude morale ou une situation extérieure comme : indigent – chétif – courbé. On peut affirmer facilement que dans l’Ancien Testament on distingue deux (2) sortes de pauvres.

1.- Les indigents, ceux qui matériellement ne peuvent subvenir à leurs besoins : la veuve et l’orphelin, l’informe et le mendiant, mais aussi toutes les personnes qui sont prisonnières de quelque façon enfermées dans leur malheur, derrière des grilles ou dans leur « cœur brisé »… et qui ont besoin…

2.- Les anawins, (hébreu) signifient les doux, les cœurs purs, les humbles qui font confiance au Seigneur, accueillent sa Parole. (Grecque)


Les béatitudes de Luc se réfèrent à la première catégorie : les indigents et il vient à leur rescousse, c’est pourquoi il privilégie les pauvres tout court; c’est la pauvreté-situation, la pauvreté extérieure, matérielle.

Les béatitudes de Matthieu se réfèrent à la deuxième catégorie : les anawins… les pauvres de cœur, c’est la pauvreté intérieure. À noter que nous sommes tantôt indigents… tantôt anawins. L’opposition chez Matthieu n’est pas entre pauvre et riche mais entre pauvre et orgueilleux. Ce qui caractérise l’humble, le pauvre en esprit, c’est que la personne se fie à Dieu. Et c’est dans le livre de Sophonie 3, 11-12 que s’appuie cette affirmation, (attache biblique) « … tu n’auras plus à rougir de toutes tes trahisons; car j’écarterai de toi tes glorieux fanfarons. Tu n’étaleras plus ton orgueil sur ma montagne sainte. Je ne laisserai subsister chez toi qu’une population humble et pauvre. Elle se réfugiera dans le Seigneur ». C’est la meilleure description de l’esprit de pauvreté, nous dit la note de la Bible de Jérusalem.

Le psaume 34, 19 est la prière d’un de ces pauvres qui s’appuie sur la fidélité de Dieu : « Le Seigneur est proche des cœurs brisés, il sauve les esprits abattus ». Heureux ceux qui ont un cœur de pauvre ne signifie pas d’abord : heureux ceux qui sont détachés des richesses, mais « Heureux ceux qui s’en remettent à Dieu ». (Journal de la Bible, Aujourd’hui la vie, no. 129)

On pourrait dire que cette première béatitude est la béatitude DES MAINS VIDES, des mains ouvertes… du cœur ouvert… Le pauvre de l’Écriture, l’anawin, l’humble – surtout dans les psaumes – est :

- la personne sans défense, victime et jouet de la tyrannie des puissants;

- qui accepte, sans murmurer, son pitoyable sort et

- qui tourne vers Dieu seul son regard et son espérance.

Dieu protège le pauvre; il est son refuge et son soutien (F. Prat, JESUS-Christ).





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedJeu 05 Juil 2018, 7:05 pm






Heureux les pauvres en esprit,
car le Royaume des cieux est à eux. (suite)



La pauvreté, selon Matthieu, est devenue une voie spirituelle… Plus près de nous, pensons à Thérèse de Lisieux qui a puisé dans l’Évangile la voie de l’humilité, de l’enfance spirituelle, de l’espérance. Les pauvres d’esprit chez Matthieu expriment une attitude d’âme plutôt qu’une réalité physique ou sociologique…

On appelle pauvre celui qui humblement cherche Dieu, celui qui recourt à Lui, le craint, le sert, (Isaïe 66, 1-2) « … Celui sur qui je jette les yeux, dit Yahvé, c’est le pauvre et le cœur contrit qui tremble à ma parole… » Ce qui veut dire que le pauvre est celui qui reconnaît, admet sa misère… sa pauvreté :

Physique : santé qui dépérit c’est une nouvelle pauvreté; forces qui diminuent donc besoin d’aide…

Psychologique : nos blessures personnelles, familiales, communautaires;

Pauvreté morale : (misères, cassures connues que de soi),

Misère affective : pauvreté dans nos relations familiales, professionnelles, communautaires…

Pauvreté spirituelle : nos refus d’aimer, nos péchés, notre cœur fermé…

On retrouve cette attitude particulièrement dans les Psaumes : pauvre et souffrant; pauvre et solitaire; et le plus souvent pauvre et malheureux. Le contexte des psaumes indique clairement qu’il ne s’agit pas d’une pauvreté matérielle, mais d’une pauvreté d’ordre psychologique, moral ou spirituel… de son péché… « Vois ma pauvreté » crie le psalmiste : (Ps 24, 14-16) « Le Seigneur est l’appui de ceux qui le craignent… tourne-toi vers moi et aie pitié de moi, car moi je suis solitaire et pauvre. »

Aux derniers siècles avant J. C. les pauvres, les anawins décrits par les psaumes, étaient les personnes dans le besoin, qui avaient faim et soif de Dieu; qui étaient en quête de Dieu. Être pauvre c’est :

- être conscient de sa misère, de son état d’être blessé par le péché quel qu’en soit le visage…

- et cette prise de conscience tourne le pauvre vers Dieu.

Très souvent, le cri « je suis pauvre » débouche aussitôt sur un appel à Dieu, « Quand un pauvre appelle, Dieu entend ».

Le pauvre est : celui qui est conscient d’un vide et qui se tourne vers Dieu. Ils nous apprennent, ces pauvres, ces anawins, qu’à travers leur expérience douloureuse de manque, que Dieu ne fait irruption que dans les cœurs disponibles et ouverts à son action… au vide… la plénitude. Il y a de la place pour intervenir.

Les pauvres en esprit sont les personnes qui se courbent intérieurement, qui se soumettent totalement à Dieu pour puiser en lui leur force. Cette première béatitude proclamée par JESUS au début du Nouveau Testament éclate comme la réponse gratifiante à la longue attente des pauvres de l’Ancien Testament. JESUS n’a pas fait de théorie sur la pauvreté. Il n’a pas écrit de thèse pour la défendre. Chez lui, la pauvreté n’est pas « idéologie » mais VIE…

Né sur la paille… mort sur du bois… pauvre, non pas comme Job, mais pauvre à sa manière... Ni miséreux, ni misérable… Il n’a pas l’air de détester les bons repas… Il ne dédaigne pas de participer à des banquets… On l’a vu avec une femme qui verse sur ses pieds un parfum de prix exorbitant… Il a été annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres, aux gens dans le besoin… C’est parce qu’il a vécu la pauvreté que JESUS peut l’a déclarée « Bienheureuse ».

À la fin de cette béatitude « Heureux les pauvres de cœur » JESUS ajoute… « le Royaume des cieux est à eux… » Ce sont les humbles aux mains tendues, ouvertes qui reconnaissent leur manque, qui font le vide pour recevoir la plénitude… car le Royaume des cieux est à eux. C’est en Lui, JESUS, qu’il veut me voir déployer ma pauvreté pour la transformer en sa richesse. Saint Paul parle de la libéralité de Notre Seigneur JESUS Christ. Comment de riche il s’est fait pauvre pour nous enrichir par sa pauvreté (2 Cor 8, 9).

Pour vivre les béatitudes afin de former JESUS en nous, il nous faut continuer à regarder vivre JESUS, à le contempler… JESUS a besoin du Père : « Ma doctrine n’est pas de moi, mais de Celui qui m’a envoyé… je ne cherche pas ma gloire » (Jn 7, 16)

Le pauvre après la venue de JESUS (sens évangélique du mot) n’est plus le mendiant, l’affamé, le chômeur; le pauvre après J.-C. c’est la personne normale qui vit sa réalité d’être humain, son humanité avec ses besoins. Le pauvre, c’est la personne qui, plongée dans la douleur et sous la lumière de Dieu, prend conscience de ce que signifie être créature et non créateur. Le pauvre, c’est la personne qui se sait ou se sent malade ou vieillissant, faible, vulnérable, petit, qui l’accueille avec tout ce que la pauvreté comporte de solitude, d’incapacité et qui l’accepte… En somme le pauvre, c’est la personne qui a découvert sa limite… et qui peut faire sienne la prière du psaume 86, 1 « Tends l’oreille Seigneur, réponds-moi, pauvre et malheureux que je suis ».

La pauvreté en esprit constitue comme une clé pour les autres béatitudes. Elle ouvre toute grande la porte du Royaume. Porte étroite, la pauvreté est passage obligé de la désappropriation… du dessaisissement… du lâcher prise. Un pauvre par l’esprit… un pauvre de cœur, c’est celui qui n’a rien, qui ne possède rien… qui attend tout des autres, qui a besoin des autres (mains ouvertes – cœur ouvert). Seul, le pauvre d’esprit, peut aimer car pour aimer il faut avoir besoin de l’autre. Être pauvre, c’est être dans un état de réceptivité… comme quelqu’un qui prend un bain de soleil… il n’a pas besoin de s’affairer pour que le soleil le réchauffe, le pénètre… il suffit simplement qu’il soit là et qu’il s’offre à son action… à son rayonnement… Même si je crois au soleil et à son action si je ne m’expose pas… ça me donne quoi? Exposer mes besoins à Dieu, cela passe mais aux autres, ce n’est pas toujours facile. La pauvreté radicale arrache la personne à tout ce qui fait obstacle au don total de l’amour. Cette pauvreté est ouverture à l’envahissement… et ça fait peur… s’il fallait que Dieu m’envahisse, que les autres m’envahissent… et pourtant cette disposition conduit à la liberté intérieure. Le vrai pauvre n’est jamais aigri quand il tend la main.

Si je vis dans cette disposition quand d’autres viendront me tendre la main, je les accueillerai « en pauvre » et non en « serviteur » non en « bienfaiteur » qui renonce généreusement à ses droits et qui le fait sentir… Le vrai pauvre, disciple de JESUS Christ, est toujours tenté de dire MERCI quand il donne… Le pauvre est celui qui se fait un cœur accueillant à toute personne, un cœur neuf toujours prêt à s’étonner, à se laisser séduire un peu comme dans Jérémie 20, 7-13 « Tu m’as séduit, Seigneur et je me suis laissé séduire ».

Quand on est pauvre, on fait spontanément oraison car on sent le besoin de son Père des cieux, de JESUS Christ et de l’Esprit Saint… Celui qui n’a plus rien, ni personne sur qui il peut compter, celui qui ne peut se glorifier de ses mérites, de ses droits, de ses vertus; celui qui n’a plus rien à offrir que sa misère, celui-là est pauvre et Dieu vient à lui avec empressement… Le vide de soi-même appelle la plénitude de Dieu… Au vide, la plénitude. Cette pauvreté comporte une certaine joie, car mon Dieu et Père est là… Cette pauvreté développe cette attitude d’attente – de désir – de disponibilité – de confiance dépendante qui est celle des pauvres de Yahvé dont la disposition fondamentale est l’humilité. Dans l’oraison, il faut se tenir « pauvre » et « nu » (n’ayant rien) alors Dieu viendra… Au vide, la plénitude.

Que dire de Marie? Elle s’est totalement appuyée sur Dieu le jour de l’Annonciation : « …que ta volonté soit faire et non la mienne » elle est la preuve de sa remise totale à Dieu. Le cœur de Marie profondément dépouillé a pu permettre l’Incarnation du Verbe, fils de Dieu… Marie a chanté l’hymne à la pauvreté. « Il a jeté les yeux sur son humble servante ».

En résumé... La pauvreté est une disposition de l’âme faite d’une disponibilité totale à Dieu parce qu’elle vient d’une humble conviction de sa misère spirituelle… j’ai des péchés, des faiblesses, je ne suis pas aussi bonne que je le voudrais… mais Dieu est là… il m’attend… Le pauvre a mis tout son espoir dans le Seigneur. Être pauvre, c’est être avide de recueillir ce que Dieu dispense quand on se fait capacité d’accueil… Aucune méthode, aucune technique, aucun truc ne nous apporte Dieu si on n’accepte pas d’aller à Lui en le mendiant, en le quêtant afin de mériter la récompense de la première Béatitude « car le Royaume des cieux est à eux… ». C’est le centuple promis par JESUS.

Matthieu enseigne les manières de vivre l’Évangile de Luc. Cette pauvreté d’esprit, de cœur, va me conduire à aider ceux et celles qui concrètement sont dans le besoin… Le Seigneur m’apprend continuellement une chose très importante : je suis en apprentissage tout le temps de mon exil ici-bas… C’est pourquoi je dois faire un nouveau pas chaque jour même en trébuchant… C’est en allant au bout de moi, de mon être que je grandis, que j’accomplis sa Volonté… que je m’enrichis de Lui… Ma pauvreté, aux yeux du passant a l’air riche parce qu’elle aime le beau; parce qu’elle a beaucoup reçu des autres; parce qu’elle a longtemps regardé le Christ pauvre.

OUI, MA PAUVRETÉ EST RICHE DE CELUI QUI POSSÈDE TOUT.

Heureuses les personnes :

- dont le trésor n’est pas fait de choses;

- qui sont libres intérieurement et non emprisonnées dans leur avoir, libres pour aimer et servir;

- qui refusent de posséder « biens ou personnes » mais qui se laissent posséder et porter par l’amour.





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedVen 03 Aoû 2018, 6:09 pm




Heureux les affamés et assoiffés de justice
car ils seront rassasiés.




Dans notre recherche du Bonheur, la 1ère béatitude « Heureux les pauvres en esprit, les pauvres de cœur », nous situe dans notre condition d’être humain limité, ayant des manques de toutes sortes et des misères profondes…

DEUX ATTITUDES IMPORTANTES

Deux 2 attitudes importantes à faire sienne pour vivre notre réalité humaine :

1) crier vers Dieu, faire appel à son aide, nous ouvrir à Lui…

2) s’ajuster à Dieu, pour orienter notre vie vers Lui dans un effort sérieux d’ajustement et c’est la béatitude. « Heureux les affamés et assoiffés de Justice, ils seront rassasiés »

Être juste ? C’est être ajusté, alors quand nous entendons ces paroles de Luc : « Heureux êtes-vous vous qui avez faim maintenant », c’est différent des paroles de Mt 5,6 « Heureux les affamés, les assoiffés de Justice » qui se traduisent : « Heureux les affamés et les assoiffés de sainteté ». Cette béatitude nous ouvre à une sainteté possible… et se comprend : « Heureux les personnes qui désirent avec ardeur vivre comme Dieu le demande car ils le seront ». N’est-ce pas une promesse merveilleuse ? Qui parmi nous en effet ne désire pas intensément la justice, la sainteté ? Selon Dom Dupont, le spécialiste par excellence des Béatitudes, Matthieu quand il emploie le mot justice veut dire : « faim et soif intérieure de la sainteté », il spiritualise.

Pour Matthieu, la justice dont il parle ne va pas dans le sens courant de ce mot donné par notre société contemporaine, qui désigne la justice par :

- le respect des droits humains;
- l'égalité salariale;
- le partage équitable des biens.

Aujourd'hui parler de justice, c'est d'abord parler de justice sociale.

N'oublions pas que la faim de Dieu, si elle est authentique, se vit en faisant sienne la faim des personnes. Se rapprocher de Dieu, c'est se rapprocher aussi des autres. Rappelons-nous que Matthieu s'adresse à des personnes qui ont fait l'expérience de JESUS-Christ; et pour plusieurs, elles ont été témoins des temps d’intimité que JESUS vivait avec son Père… JESUS allait vers le Père et son Père le retournait vers ses frères et sœurs.

Pour mieux comprendre l'expression "avoir faim et soif de justice" nous consultons les attaches bibliques de l’Ancien et du Nouveau Testament; elles vont nous aider à découvrir que cette expression s'utilisait déjà dans un sens spirituel dans l'Ancien Testament, même lorsque l'objet de la faim et de la soif n'était pas la justice. Désirer la justice veut dire, chercher Yahvé. Les psaumes 42 et 63 sont le type de cette soif des eaux vives, celles-là mêmes que le Christ promet solennellement à la Samaritaine.

Autres psaumes : 17,15; 42, 2-3 ; 63, 2-3. Dans Isaïe 51, 1-3 on lit : « Écoutez-moi, vous qui désirez la justice, vous qui cherchez Yahvé. » Et dans Amos 8,11: « Voici que des jours viennent - oracle de Yahvé - où j'enverrai la faim sur la terre: non pas une faim de pain, non pas une soif d'eau, mais la soif d'entendre les paroles de Yahvé ».

Ce texte de la prophétie d'Amos distingue expressément la faim et la soif physiques, de la faim et de la soif spirituelles de la Parole de Dieu; don de Dieu à l’humanité, celles-ci étant envoyées comme don de Dieu. Nous savons que la Parole du Père "envoyée" par Lui, c'est son Verbe incarné.

La Béatitude se termine par : ILS SERONT RASSASIES… donc QUELQU'UN les rassasiera. Les psaumes reconnaissent en Dieu ce Père nourricier, tant au niveau matériel (le psaume 104,14-15.27; 145, 16-16; 147, 8-9) qu'au niveau spirituel. La preuve est : la subsistance du peuple d'Israël pendant 40 ans. Le psaume 107 rappelle que dans chacune de nos vies spirituelles, l'histoire du peuple d'Israël se répète : il y a un Exode, une traversée du désert toujours accompagnée d’une nourriture donnée par Dieu. Mais le sens de l'expression "avoir faim et soif de la justice" sera, éclairé par l'Évangile de Matthieu.




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedMer 05 Sep 2018, 7:53 pm






Heureux les affamés et assoiffés de justice
car ils seront rassasiés.



SELON MATTHIEU

Quel sens Matthieu donne-t-il au mot "justice" ?

Hors du contexte des béatitudes, et hors du sermon sur la montagne, on trouve le mot "justice" deux fois en Matthieu :

1. – Soit en Mt 3, l5 Baptême de JESUS. JESUS arrive de  la Galilée  au Jourdain pour être baptisé par Jean. Jean dit: « C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi, et toi, tu viens à moi » JESUS répond: « Laisse faire, pas maintenant car c'est ainsi qu'il nous convient d'accomplir "toute justice" » c.à.d. la volonté du Père dans le plan du Salut… peut-être que Matthieu pense à la «Justice nouvelle» proclamée dans le sermon sur la montagne…

2. – Mt 2l, 28-3l Les deux fils envoyés à la vigne : l’un dit oui et ne va pas travailler – l’autre dit non et il va travailler à la vigne) et JESUS demande : « Lequel des deux a fait la volonté du Père? » Dans ces deux textes, le mot "justice" s'applique à une conduite de vie qui se vérifie dans la fidélité à la volonté divine. C’est la conformité à cette volonté qui rend la personne juste. La justice selon Matthieu consiste à faire tout ce que Dieu réclame ou, en d'autres mots, à adopter une "conduite entièrement conforme à la volonté divine et agréable à Dieu". En fin de compte, le but ultime de la justice: « c'est d'être parfait comme le Père céleste est parfait. » (Mt 5,48)

Avant la venue de JESUS, le Lévitique 19, 2 contenait cette exigence : « Soyez saints car moi le Seigneur votre Dieu, je suis saint » Pratiquer la justice, c'est donc se conformer à la volonté du Père. Et la justice à garder couvre autant les rapports avec Dieu que les rapports avec les autres. Pour m'ajuster à Dieu dans mes rapports avec les autres il serait bon de me poser la question: Que ferait JESUS s'il était à ma place ?

On pourrait paraphraser cette béatitude en disant : Bienheureuses les personnes qui désirent ardemment que la volonté de Dieu s'accomplisse et qui font concrètement des gestes qui actualisent leur désir, car Dieu les rassasiera dans son Royaume. Désirer de tout son être faire la volonté de Dieu devient alors synonyme d'avoir fait l'option que Dieu est premier dans ma vie; que toute parole et tout geste n'ont d'autre but que de rendre ce Dieu vivant et visible. Si ce désir ne s'exprime pas par des attitudes et des gestes concrets, notre vie est insignifiante… fade…

DE QUEL ORDRE SONT MES FAIMS, MES SOIFS ?
QUELLE EST  LA PLACE DE  DIEU, DE L’UNIQUE NÉCESSAIRE DE l’ÉVANGILE ? Dans ma vie ?






Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedMar 09 Oct 2018, 8:16 pm






Heureux les affamés et assoiffés de justice
car ils seront rassasiés.



FAIM ET SOIF DE LA JUSTICE

La faim et la soif de la justice peuvent surtout s’exprimer en termes d'actions. Alors, faire la volonté de Dieu devient synonyme de pardon, de partage, d'amour... de gestes concrets dans la vie d'une personne qui agit, non par humanisme ou pour sa propre gloire, mais parce qu'elle veut réellement être fidèle à ce que Dieu attend d'elle en vivant selon l’Évangile du Christ; gestes qui peuvent à certains moments illuminer son entourage et permettre à d'autres personnes de découvrir le visage de Dieu, mais gestes posés par une personne faible et pécheresse. Voilà pourquoi désir et gestes de justice sont tous deux importants;

-   un désir plus fort que la faiblesse de la personne;

-   et des gestes concrets qui actualisent et revitalisent sans cesse le désir.

La question fondamentale à laquelle nous accule, en fin de compte, la béatitude de la faim et de la soif de la justice est celle-ci :

Qui est Dieu pour MOI ?
Et quelle place doit-il occuper ou occupe-t-il dans ma vie ?

Georges Dor chante : "C'est tous les jours que je choisis de te dire je t'aime"…

C’est tous les jours que je me laisse choisir et aimer par le Christ Mort et Ressuscité; C’est tous les jours que j’accepte de suivre le Christ de l’Évangile avec ses exigences …

Qu’est-ce qui passe en premier dans ma vie : le travail, les rencontres sociales, professionnelles, la prière, ma vie communautaire, ma vie familiale ? On a toujours le temps pour réaliser ce que l’on aime…

De quoi, de qui JESUS a-t-il faim et soif ? « Ma nourriture, dit-il, c’est de faire la volonté de mon Père » Or  la Volonté  du Père c'est que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de  la Vérité.  « Rassemblés les enfants de Dieu dispersés ». Cette parole révèle l'attitude profonde de JESUS pendant sa vie terrestre.

JESUS est le "juste" c.à.d. celui qui tout au long de sa vie et jusqu'à sa mort a parfaitement accompli les désirs de son Père. JESUS pendant son passage sur la terre a été affamé et assoiffé de justice. Être affamé de la justice de Dieu comme JESUS, c'est avoir faim de son Père chaque jour...

Marie dans son Magnificat affirme : « Il a comblé de biens les affamés » (Lc l, 53). Marie appartenait au peuple des "pauvres" qui avaient vraiment faim du Messie et qui ne se croyaient pas capables de s'approprier par eux-mêmes la sainteté. De Joseph on dit qu'il est un "homme juste" ajusté à Dieu dans le sens le plus fort du mot. JESUS voyait quotidiennement Joseph vivre cette justice apparentée à la sainteté. Il s'en imprégnait à longueur de journée. « Joseph n’était pas seulement quelqu’un qui vivait dans l’amour de Dieu et de ses semblables, ce qui l’habitait régulièrement c’était son désir de disponibilité au Seigneur pour être et faire ce qu’il attendait de Lui. C’était quelqu’un qui était et qui faisait ce que le Seigneur voulait de lui. » Jules Beaulac

Marie et Joseph, comme JESUS, ont vécu cette recherche de communion à Dieu, recherche faite de foi et de fidélité au Père... Ils ont ajustés leur vie en conformité avec celle du Père, quoi qu'il en coûte. Cette justice que le Seigneur veut pour nous ce n'est rien de moins que la justice qui s'apparente à la sainteté elle-même... celle d'être ajusté à Dieu comme Marie et Joseph qui faisaient ce que Dieu voulait d'elle et de lui... C'est le sens premier et radical de cette Béatitude. « Notons qu'il ne s'agit pas d'un simple petit désir de sainteté mais il s'agit plutôt d'un immense désir, d'un besoin énorme, de sainteté », comme l'écrit Jules Beaulac  dans son livre sur les Béatitudes.

Par cette béatitude, le Seigneur nous invite à cultiver notre besoin de vivre selon ce qu'il attend de nous, à développer et à entretenir notre désir d'être saints c'est-à-dire d'être sanctionnés ou approuvés par Dieu. Avons-nous en notre coeur et en notre vie un tel désir de devenir des saintes, des saints, des icônes de Dieu ? Regardons cette biche qui a soif d'eau vive...Ps 42,2 La sainteté à laquelle le Seigneur nous appelle c'est de vivre avec le Christ, par le Christ et dans le Christ, comme nous le dit St Paul... voilà la véritable sainteté chrétienne...





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedMer 14 Nov 2018, 10:03 pm





LES CHEMINS DE LA SAINTETÉ

Les chrétiens sont des gens en amour parce qu'ils se savent aimés de Dieu tels qu'ils sont. N'oublions pas c'est l'amour qui transforme les personnes; l'amour que l'on reçoit et l'amour que l'on donne... Regardons l'aveugle de l'Évangile; pour devenir lumière, pour marcher dans la lumière, que fait-il ? Il ne commence pas par chasser les ténèbres de sa vie, il va d'abord vers la lumière, vers le Seigneur... Il se laisse pénétrer par la lumière du Seigneur et il voit de plus en plus clair... Ainsi en est-il de l’amour que le Seigneur est toujours disposé à nous donner… Il s’agit pour nous de nous exposer à la lumière de cet amour. Il n'y a pas de recettes de sainteté dans ce domaine... il y des chemins de sainteté que le Seigneur lui-même nous a indiqués:


1.Le chemin de notre propre coeur "Si quelqu'un m'aime mon Père et moi nous viendrons et nous ferons chez lui notre demeure ". (Jn 14,23)
2.Le Chemin de la Parole de Dieu "L'homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole venant de la bouche de Dieu".
3.Le chemin de l'Église elle-même (rassemblement) "Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d'eux" (Mt 18,20) Il y a évidemment nos assemblées dominicales mais il y aussi nos repas pris ensemble – nos réunions – etc.
4.Le chemin des pauvres de l'autre "Chaque fois que vous l'avez fait au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que vous l'avez fait". (Mt 25,40)
5.Le chemin de l'Eucharistie "Je suis le Pain vivant descendu du ciel" (Jn 6,51) Il y l'Eucharistie célébrée (messe) l'Eucharistie consommée (la communion au corps du Christ) L'Eucharistie contemplée.


Voilà autant d'adresses où nous pouvons rencontrer le Seigneur.il y en a bien d'autres... mais celles-là sont à notre portée. Regarder JESUS nous permet de s'ajuster au Père et de prendre l'attitude qui plaît au Père. Comme pour les autres béatitudes, on entre progressivement dans la béatitude : "Avoir faim et soif de la justice" qui veut dire : aspirer à une vie parfaitement conforme à ce que le Père veut que nous soyons des vrais fils, ses vraies filles, qui sont d’autres JESUS en la terre.

«Heureux donc, ceux qui ont faim et soif d'être des justes, car ils seront rassasiés » c'est notre espérance chrétienne. Les affamés, les assoiffés ont comme promesse : ils seront rassasiés... Ils le seront au plus haut point dans la vision éternelle, quand ils verront Dieu tel qu'il est comme dit le psaume l6 : « je serai rassasié quand apparaîtra ta gloire.» Là, il ne restera rien à désirer: « Il rassasie de biens ton désir, et le désir du juste lui sera accordé.» Ps l02, 5 ;


Être ajusté à Dieu dans le concret de la vie c'est appliquer ce que l'Évangile nous enseigne… C'est s'habiller le cœur chaque jour en prenant les mesures de Dieu… C'est avoir des réflexes évangéliques… avoir l'échelle des valeurs de Dieu… Il faut me convertir, me retourner, me détourner de moi-même pour me tourner vers Dieu…

Heureux les affamés et assoiffés de Justice car ils seront rassasiés…

« Dieu regarde chacun de nous comme un saint à construire. JESUS en a les moyens et en est le chemin. L'Esprit est en train de le réaliser ou de l'offrir à tous par l'Église, prolongement et actualité du Christ pour nous, en nous, par nous, les sacrements, ses lieux, ses chemins, ses signes. C'est la béatitude de la faim, de la soif, de l'amoureux de Dieu. Cette béatitude nous fait progressivement vivre notre quotidien, comme un désir goûté toujours plus, de la rencontre et de la communion définitive avec le seul Saint, très Saint, Dieu. De telle sorte que nous devenions toujours plus dégagés de l'aspect pénible de nos souffrances pour mieux les vivre dans l'amour. »

Raymond Truchon, Aujourd’hui les Béatitudes.






Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedVen 21 Déc 2018, 7:43 pm






Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.


Introduction

Voici la 3è béatitude de ce premier volet des Béatitudes qui proclament un bonheur en relation avec Dieu. Rappelons-nous que : pour atteindre ce niveau de Bonheur, une condition s’impose : « une ouverture sur l’infini » car en dedans de nous existe ce besoin, cette soif d’infini que Dieu seul peut combler. Mais pour combler cette soif d’infini, il est donc nécessaire ;

- de reconnaître ce besoin, pour nous ouvrir, pour accueillir Dieu (1ère béatitude) ;

- de vouloir entrer dans les vues de Dieu pour communier à ce bonheur…

Dieu lui-même va s’occuper de nous rassurer et c’est Dieu qui ajuste la personne à Lui… va nous ajuster à Lui … qui va m’ajuster à Lui…

Cette béatitude HEUREUX LES CŒURS PURS OU LES PURS QUANT AU CŒUR exprime le goût, le désir, la volonté de parvenir à la sainteté… Mais notre histoire personnelle nous oblige à constater nos limites, nos péchés, nos refus d'aimer… Alors se pose la question: Comment vais-je faire pour me retrouver au ciel avec Lui ?

Jouir de sa vision telle que le promet la Béatitude : CAR ILS VERRONT DIEU… ils seront admis en présence de Dieu, ils seront reçus chez Dieu. Cette Béatitude donne une réponse à notre inquiétude et soutient notre Espérance "Oui, nous pouvons espérer malgré nos misères, malgré nos faiblesses…"

Mise au point

Dès le départ faisons une mise au point: le cœur pur ou le pur quant au cœur ne réduit pas la pureté à la seule chasteté du corps. Le Seigneur n'a pas dit: Heureux les corps chastes..., il a dit: Heureux les cœurs purs… Souvenons-nous que dans les Béatitudes, il n’y a rien de négatif… La pureté du corps , bien sûr, va très bien avec la pureté du cœur .. mais cette dernière est plus englobante.

Avoir le cœur pur c’est s’investir, c’est mettre de l’énergie, faire des efforts pour évacuer toute duplicité (être double = montrer une apparence différente, autre de ce que je suis; ce que je pense et ce que je dis ne sont pas dans la même ligne; adopter un comportement différent de la réalité) c’est intentionellement, que je décide de ne pas me montrer pas tel que je suis, c’est prendre un comportement (comportement c’est ce que l’on montre et qui est différent de ce que je suis au fond de mon être…je me protège en répondant à ce que les autres veulent de moi…) Évacuer toute duplicité : c’est dire OUI quand c’est OUI; et NON quand c’est NON. Qui agit ainsi jouira du bien eschatologique par excellence : voir Dieu face à face.

Prenons quelques instants pour survoler et constater les diverses duplicités qui se vivent dans notre monde… sans porter aucun jugement.

Monde de la famille qui vit parfois des rancunes qui sentent le rance, le vieux, ses querelles d'intérêt, ses questions d'héritage, ses disputes, ses cachotteries, ses brouilles, sa petite violence verbale que l'on s'inflige au quotidien...

Monde des relations sociales avec ses sourires en coin, (fait semblant de…) ses manières de prêcher le faux pour savoir le vrai; ses façons de plaire, de séduire pour flatter par devant pour avoir ce que l'on veut (exploiter) et écorcher par-derrière.

Monde du travail avec ses rivalités, ses conflits d'influence, ses mesquineries, son chacun pour soi où l'on joue du coude pour réussir.

Monde des affaires, des grandes et petites affaires... avec ses spéculations, ses manoeuvres d'argent.

Monde de la politique avec sa volonté de puissance, sa jouissance du pouvoir déguisé en idéal philanthropique (ouvert aux autres) ses promesses aguichantes et ses mensonges dorés (promesses d’élection).

Dans le monde religieux, hélas, on retrouve aussi ces mêmes réalités… tout n’est pas « clean » – beaucoup d’ambiguités, de mensonges, de doubles messages, de cachoteries… de masques, de mystères etc…

Et nous vivons dans ce monde, qui ne vit pas, comme on le constate, dans l’esprit du cœur pur, limpide, sans détour. Sans duplicité… sans être double. Comment nous défendons-nous de ce monde? ou Comment ressemblons-nous à ce monde? Comment lui laissons-nous des prises sur notre vie ? Comment la concevons-nous, cette pureté de cœur, comment la définissons-nous ?



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedJeu 24 Jan 2019, 7:36 pm





Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.


Mise au point

Dès le départ faisons une mise au point: le cœur pur ou le pur quant au cœur ne réduit pas la pureté à la seule chasteté du corps. Le Seigneur n'a pas dit: Heureux les corps chastes..., il a dit: Heureux les cœurs purs… Souvenons-nous que dans les Béatitudes, il n’y a rien de négatif… La pureté du corps , bien sûr, va très bien avec la pureté du cœur .. mais cette dernière est plus englobante.

Avoir le cœur pur c’est s’investir, c’est mettre de l’énergie, faire des efforts pour évacuer toute duplicité (être double = montrer une apparence différente, autre de ce que je suis; ce que je pense et ce que je dis ne sont pas dans la même ligne; adopter un comportement différent de la réalité) c’est intentionellement, que je décide de ne pas me montrer pas tel que je suis, c’est prendre un comportement (comportement c’est ce que l’on montre et qui est différent de ce que je suis au fond de mon être…je me protège en répondant à ce que les autres veulent de moi…) Évacuer toute duplicité : c’est dire OUI quand c’est OUI; et NON quand c’est NON. Qui agit ainsi jouira du bien eschatologique par excellence : voir Dieu face à face.

Prenons quelques instants pour survoler et constater les diverses duplicités qui se vivent dans notre monde… sans porter aucun jugement.

Monde de la famille qui vit parfois des rancunes qui sentent le rance, le vieux, ses querelles d'intérêt, ses questions d'héritage, ses disputes, ses cachotteries, ses brouilles, sa petite violence verbale que l'on s'inflige au quotidien...

Monde des relations sociales avec ses sourires en coin, (fait semblant de…) ses manières de prêcher le faux pour savoir le vrai; ses façons de plaire, de séduire pour flatter par devant pour avoir ce que l'on veut (exploiter) et écorcher par-derrière.

Monde du travail avec ses rivalités, ses conflits d'influence, ses mesquineries, son chacun pour soi où l'on joue du coude pour réussir.

Monde des affaires, des grandes et petites affaires... avec ses spéculations, ses manoeuvres d'argent.

Monde de la politique avec sa volonté de puissance, sa jouissance du pouvoir déguisé en idéal philanthropique (ouvert aux autres) ses promesses aguichantes et ses mensonges dorés (promesses d’élection).

Dans le monde religieux, hélas, on retrouve aussi ces mêmes réalités… tout n’est pas « clean » – beaucoup d’ambiguités, de mensonges, de doubles messages, de cachoteries… de masques, de mystères etc…

Et nous vivons dans ce monde, qui ne vit pas, comme on le constate, dans l’esprit du cœur pur, limpide, sans détour. Sans duplicité… sans être double. Comment nous défendons-nous de ce monde? ou Comment ressemblons-nous à ce monde? Comment lui laissons-nous des prises sur notre vie ? Comment la concevons-nous, cette pureté de cœur, comment la définissons-nous


Les racines bibliques

Après ce survol, regardons de plus près les racines bibliques pour en comprendre un peu plus le sens et pour en distinguer ce que l'insistance n'est pas la même dans les plus anciens livres bibliques que dans les psaumes et les prophètes. Ce qu’il faut retenir dans ses anciens livres: la pureté est une pureté rituelle: (extérieure, faite de lois, de rites, d'observances.

Lévitique ll, l6 « ... voici les animaux dont vous pouvez manger... »
Lévitique l8, l9 « ne vous souillez par aucune chose... »
Tobie l0, ll « je me gardais des mets des nations... »

Dans les psaumes et les prophètes on donne au mot cœur son vrai sens biblique Pour les Sémites (fils de Sem) Éthiopiens, Araméens, Hébreux et l'ensemble des peuples du Proche-Orient le mot cœur veut dire: la source vive des actions où se trouve engagés autant l'âme que le corps; l'être profond, où je suis vraiment MOI, (LE COMPORTEMENT déguise notre moi profond) pas de cohérence entre ce que je suis : l’ÊTRE et ce que je laisse voir alors c’est le sur-moi (montrer ce que les autres veulent de moi) ce qui apparaît :

- le cœur, c’est le regard, l’intention; la motivation,le pourquoi …
- le point intime où se fait la rencontre des personnes;
- l'origine et le siège de la liberté, de la conscience personnelle, de la conscience morale;
- la personnalité dans l'ensemble de ses facultés : l'intelligence, la volonté, la mémoire.

Bref tout ce qui fait de la personne humaine, dit Aristote, un être spirituel doué de conscience.

Le mot "cœur" dans la Bible n’a pas le sens du cœur matériel, l’organe thoracique le muscle; Le "cœur" dans la Bible , est le siège de la pensée, de la volonté et des sentiments, c'est le fond de la personnalité là où tout commence, et s'organise, là où naissent aussi bien les pensées que les sentiments. (Ni bon, ni mauvais, le sentiment est…)

Devant un sentiment je peux vivre 2 temps :

1) Ce que ma nature ressent… ça ne m’appartient pas;
2) Le 2e temps m’appartient : Qu’est-ce que je fais avec…?

Le mot "pur" sans mélange, (exemple : de l'or pur). Synonyme de simplicité, sans doublure… Le cœur pur est celui dont la tendance est d'être vrai; il est le même dans ses pensées, son agir, son attitude, ce qu'il est et ce qui paraît correspondent. Donc pas de tiraillement, pas d’incohérence c’est l’harmonie, l’unité…

Quand le livre du Deutéronome (ch. 6, v. 6) demande « d'aimer Dieu de toutes ses forces, de toute son âme, de tout son CŒUR, » il fait comprendre que l'amour de DIEU engage toute la personne. Il s'agit d'aimer non seulement sentimentalement mais avec tout ce que l'on est, tel que l'on est. Vérifier si je m’aime d’abord, avant d’aimer les autres et Dieu… Exercice : Qui suis-je ? La pureté recherchée dans cette béatitude est d'ordre moral, (ensemble des règles d'action et des valeurs) comme le décrit les psaumes :

* Psaume 11, 7 « les cœurs purs verront la face de Dieu ».
* Psaume l5, l-2 « Yahvé, qui entrera sous ta tente, habitera sur ta montagne sainte? Celui qui marche en parfait, agit en juste, et dit la vérité de son cœur, sans laisser courir sa langue ».
* Psaume 24, 3-6 « Qui montera à la montagne du Seigneur, et qui se tiendra en son lieu saint? la réponse à cette question c'est la formulation de la Béatitude ... les cœurs purs verront Dieu »..
* Le psaume 24 continue : « Celui qui est innocent de main et pur de cœur, qui n'a pas élevé son âme vers la vanité et n'a pas juré pour tromper son prochain » ... précise les exigences de cette pureté de cœur.

En général :

1. L'être innocent de main (action limpide) action et agir sont limpides;
2. Pur de cœur (pensée - intention) dissocier action et pensée (hypocrisie).

Appplications plus précises :

3. N'a pas élevé son âme vers la vanité (ou la fausseté).
4. Qui n'a pas fait de serment pour tromper.

Telle est la race de ceux qui le cherchent, qui cherchent la face du Dieu de Jacob... Quelqu'un qui est pur de cœur demeure dans la vérité et l'humilité (pauvre en esprit, de cœur).

Psaume 50, 12-13 « Dieu, crée en moi un cœur pur, renouvelle et confirme mon esprit. Loin de ta face ne me rejette pas. »




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedVen 01 Mar 2019, 7:34 pm



Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.

Perspective biblique


Dans la perspective biblique la pureté de cœur est « la pureté des motivations » pureté d’intention qui pousse la personne à agir, dans la parfaite rectitude de son cœur… en fidélité à elle-même, ne se fait pas des accroire, ne se compte pas d'histoire... Qui sommes-nous pour juger des intentions des autres? Le cœur c’est le lieu de la vérification... le lieu où habite la Vérité.

Le "pur de cœur" ou le cœur pur, du psaume désigne la personne qui se tient devant Dieu en toute honnêteté et intégrité (pas de distance entre ce qu’elle dit et ce qu’elle est est ou ce qu’elle pense). Conformité entre ce que l’on est profondément et ce que l’on laisse paraître = comportement.

Dans ma vie de tous les jours La pureté de cœur évoque la transparence de l'être profond, la source limpide où l'on voit à travers, un livre ouvert que le visage peut parfois refléter. Visage souriant ou attristé, visage grave ou interrogatif (Verbal et non-verbal). L'être humain peut aussi se composer un visage, être hypocrite. On a l'air que l'on veut… se donner une apparence trompeuse faire semblant, être composé (porter un masque dans le langage de la psychologie – faire semblant ou ne pas faire semblant) toujours quelque chose à cacher... plein de mystères… message ambigu, où il faut deviner ce qui est contraire au message clair (savoir dédramatiser) dire les choses telles qu’elles sont et non pas envoyer des doubles messages : « Les clés sont-elles dans le tiroir ? L’auto est-elle libre ? Est-ce qu’il y a quelqu’un qui sort ? … » Cela serait plus simple de dire : Est-ce qu’il y a quelqu’un qui a besoin de l’auto ?… Que dire des personnes mystérieuses ? … La vérité se sait toujours.

La pureté du cœur est la béatitude de la vie intérieure (la vérité de ce que l'on est DU DEDANS). Chaque personne est un être social mais n'oublions pas que cette vie intérieure, peut aussi cachée qu'elle soit, a une dimension publique : on est un être social. Cette vérité que l'on porte en soi, comme un trésor enfoui, s'exprime par une rectitude de vie; une cohérence entre ce que l'on est profondément et ce qui apparaît. Le cœur pur : une beauté intérieure qui produit de beaux fruits extérieurs.

Être pur de cœur c'est prendre le risque de la vérité sur des raisons profondes de nos actions, (je n’ai pas peur des jugements des autres… je peux nommer les vrais motifs de mes actions, je peux rendre compte de mes actions, je n’ai pas honte…pas de cachotteries )

Être pur de cœur c'est ne pas se mentir à soi-même… c'est reconnaître ses erreurs…j'ai fait une embardée maintenant je peux et je veux me ré-aligner sur Dieu, sur JESUS Christ. La vérité n'est pas toujours bonne à dire. Il y a un temps pour la dire. D'autre part, sous prétexte de pureté de cœur, on ne peut devenir redresseur de torts ou manquer à l'élémentaire psychologie, sans laquelle on risquerait de démolir quelqu'un (choisir son « timming », jugement aussi).

Cette béatitude couvre de nombreux champs de l’agir humain et elle a son mot à dire dans les relations avec le prochain. Elle est un faisceau de nombreuses qualités : limpidité des affections, transparence des relations humaine, fidélité à la parole donnée, loyauté dans les engagements, spontanéité des comportements, clarté du regard, cette aptitude a toujours faire confiance, en un mot la vérité sans fard. « Saveur d’infini », Gaston Vachon).

La pureté de cœur est la béatitude de la cohérence de vie incarnée dans des actes, et en même temps non réduite à ces actes. On le sait par expérience, désir et gestes ou actes, ne se fondent pas toujours en pur alliage.

Le cœur pur se sait imparfait car il a fait l’expérience de la misère humaine.

Cette authenticité, cette transparence du cœur pur, Jean-François Six dans son livre les Béatitudes aujourd'hui, la formule ainsi: « Heureux ceux qui sont nets (pas sales mais propres, propres, propres) donc on voit à travers... » Comme l'enfant qui n'est pas double, mais simple, vrai ou il y a accord entre ce qu'il pense, ce qu'il dit et ce qu'il fait.

La pureté de cœur est une affaire entre Dieu et la personne humaine dans l'intimité de ce qu'elle a d'unique et de secret. Donc je ne dois pas juger à partir de ce que je vois des autres, (comportement) mais de ce que Dieu voit. Lui seul sonde les reins et les cœurs. Donner la chance aux coureurs. Je suis plus que ce que je paraîs… l’autre aussi est plus que ce qu’elle paraît…

Tout est pur pour qui est pur

Tout est pur pour qui est pur. Pour que notre cœur devienne de plus en plus pur il nous faut contempler le Seigneur JESUS lui-même quand il vivait sur la terre. Ce qu'il a proclamé, il l'a vécu... Comment le Christ a-t-il vécu lui-même cette béatitude de la pureté de cœur ? Comme tout bon Juif pratiquant, JESUS se soumet aux rites. Luc 2, 22 « Marie et Joseph l'amènent à Jérusalem pour la purification rituelle de sa mère, car selon la Torah la mère est impure pendant 40 jours après la naissance d'un garçon et impure 80 jours après la naissance d'une fille. »

Fondamentalement JESUS vit dans la transparence totale de sa relation au Père dans une communion parfaite avec Lui. À Philippe qui lui demande « Montre-nous le Père » JESUS répond d'emblée « Qui m'a vu a vu le Père car je suis dans le Père et le Père est en moi » (Jn14,8-10) Pour nous chrétiennes d'aujourd'hui qui n'avons vu ni le Fils, ni le Père, le visage de Dieu nous est dévoilé dans le sacrement du frère, de la sœur. Clément d'Alexandrie écrit: « Tu as vu ton frère, tu as vu Dieu ». Voilà à quoi conduit la béatitude de la pureté de cœur : nous désencombrer de ce qui nous empêcherait de reconnaître dans le visage des êtres humains d'aujourd'hui les traits du visage de Dieu et particulièrement chez ceux et celles qui connaissent la détresse, qui ont besoin de la Miséricorde. JESUS a vécu cette béatitude de la pureté de cœur, non pas en la réservant aux bien-portants, mais aux malades "dans leur cœur". Tout au long de sa vie JESUS a vécu cette pureté de cœur en faisant éclater sa miséricorde dans une liberté absolue, à tel point que liberté de cœur et pureté du cœur, c'est du pareil au même. JESUS ne se laissait pas arrêter par les « qu’en dira-t-on » …




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedLun 01 Avr 2019, 6:43 pm






Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.


La Béatitude de Matthieu


La Béatitude de Mt 5, 8 s'inscrit dans le courant de la loi juive comme en témoignent les passages mathéens qui traitent de la pureté du cœur; c'est ce qui explique, corrige ou améliore le texte. L'impureté véritable provient de l'intérieur(du cœur) non des manquements aux règles de pureté rituelle « lire Mt 15, l7-20; » le mal réside dans l'intention, non dans le geste extérieur posé. Le mal - et donc aussi le bien - vient du dedans, non du dehors.

En Mt. 23, 25-28 les scribes et les pharisiens sont dépeints comme le contraire de cette Béatitude parce chez eux, il n'y a pas de correspondance entre le dedans et le dehors; ils paraissent bons mais ils ne le sont pas. De même, au chapitre 6 du Sermon sur la montagne il est dit: « hypocrites » ils posent des actes religieux (aumône, prière, jeûne) pour être vus des hommes, non pour plaire à Dieu (Mt 6, l-6, l6-l8) leur motivation est faussée, leur cœur est donc impur. Mais JESUS ne peut pas tolérer les interdits qui écrasent les gens dans la vie quotidienne et il donne comme norme le cœur d'abord et non pas les prescriptions externes. On lui reproche vivement de passer à table sans s'être lavé les mains, sans les ablutions rituelles.(conscience sociale) ce que les autres pensent… et ma conscience personnelle est-elle active ?

Donnons à JESUS le droit de nous regarder dans notre limpidité intérieure et extérieure... lui seul peut nous amener à faire l'opération-vérité… Vivons en harmonie, comme chrétiens, comme religieuses, avec le dedans et le dehors, soyons transparentes. pas de cachette..pas de détour… = liberté.

Par la proclamation des Béatitudes JESUS révolutionne le contexte légaliste de l'époque... Il mange avec les pécheurs...; l'éloge qu'il fait de cette femme réputée pécheresse (Lc 7, 36-49) Dans cet esprit JESUS a l'audace de dire aux Pharisiens : « Les prostituées vous précéderont dans le Royaume des Cieux. » non pas que JESUS approuve la prostitution, mais il prouve que ce qui compte pour lui, c'est l'amour. Dans le « fond » , Quand on a l'amour on a la possibilité de se laisser purifier.

JESUS dit aussi: « Tout ce que je fais plaît à mon Père... Comme mon Père m'a aimé, je vous ai aimés » Jn l5, 9. JESUS est authentique... il n'y a pas d'écran entre son Père et Lui... Il est en accord avec son Père constamment... tout est clair, net entre eux, « clean » il n'y a rien de double, de compliqué, c'est la limpidité même... JESUS est pleinement habité par le Père… « le Père et moi sommes uns ».

JESUS est fasciné par la pureté du cœur, il ne se lasse pas de contempler la beauté intérieure des gens, tellement qu’il promet aux cœurs purs rien de moins … « ils verront Dieu ».





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedSam 04 Mai 2019, 7:13 pm





Heureux les cœurs purs car ils verront DIEU


La promesse de cette Béatitude

La promesse de cette Béatitude : ILS VERRONT DIEU... qui peut se traduire: ils verront bien que c'était Dieu qui était dans leur vie, alors qu'autour d'eux on se moquait de les voir croire à l'invisible. Dans le culte d'Israël « voir la face » d'un grand personnage, c'est être admis en sa présence. Dans l'Écriture : VOIR, C'EST POSSÉDER. Celui qui voit Dieu a obtenu tous les biens que l'on peut concevoir.

VOIR DIEU c'est là un désir qui habite tout croyant. Si la foi consiste à croire en l'invisible, la vision est précisément la mise en présence de l'invisible. C'est aussi le désir de toute personne qui aime: on veut voir les personnes que l'on aime et qui nous aiment. Pour accéder à la vision de Dieu, il n'est pas besoin de revêtir ses plus beaux habits, d'aller se faire coiffer, de se pomponner, de changer son « look » pas plus que d'être en guenilles... Pour voir Dieu il n'est qu'une seule condition, accessible à tout le monde: avoir le cœur pur... transparent, authentique, cohérent, « clean », limpide.

C'est dans la certitude d'un être aimé par le Père, sauvé en JESUS, habité par l'Esprit que la promesse de cette béatitude: « ils verront Dieu » commencent à se réaliser ici-bas. C'est en pratiquant chaque jour l'opération vérité en présence de mon Dieu comme le dit Isaie 48, l7: « Moi Yahvé, je te fais cheminer sur le chemin où tu marches... »

Ce Dieu de vérité, qui me permet d'être moi, d'être vrai, authentique, transparent c'est évidemment l'Esprit de vérité, le Paraclet promis par JESUS... C'est Lui qui m'appelle à cette pureté du cœur - à ce cœur pur tout orienté vers Dieu - toujours tourné vers Dieu - qui voit tout en Dieu et pour qui Dieu saute aux yeux... C'est un cœur qui n'est pas replié sur lui, mais déplié, confondu, intégré dans le cœur de JESUS, le Christ.

Heureuse toi qui as le cœur pur! Heureuse es-tu si tu recherches la limpidité du cœur !

Heureuse es-tu si ton cœur fuit tout ce qui met de l’ombre entre toi et les autres.

Heureuse es-tu si ton cœur, ce lieu où habitent tes pensées les plus secrètes, recherche la pureté.

Heureuse es-tu si dans tout ce que tu fais, tu es nette, claire, ouverte aux autres…

Avec le psalmisite tu peux prier :

Qui montera sur la montagne de Yahvé
Et qui se tiendra dans son lieu saint
L’homme aux mains innocentes au cœur pur
Qui n’a point l’âme encline aux vanités
Ni ne jure pour tromper.
Ps. 24,3-4


TEMPS D'INTÉGRATION :


Cœur pur = Celui qui se tient devant Dieu. « Celui qui marche en parfait, agit en juste, dit la vérité de son cœur » (Ps 15, 2)

« Que votre oui soit oui » (Jc 5,12)

Ces Paroles de Dieu m'invitent à : l’Opération-Vérité"?


Quelle est la qualité de la droiture de mon cœur?

Quelle est la qualité de mes intentions dans tous les domaines ?


Dans mes relations avec les autres, ai-je un regard limpide, authentique, empreint de bonté et qui ne juge pas ?




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedMer 26 Juin 2019, 6:48 pm






Heureux les doux, car ils possèderont la terre.


En marche… les humbles…
Heureux les doux car ils possèderont la terre en héritage.
Joie des tolérants,
Ils auront la terre en héritage.
Quel bonheur pour ceux qui sont doux!
Oui, ils hériteront de la terre


Les Béatitudes dans notre relation aux autres :

Nous entrons dans le 2e volet de notre réflexion, soit le Bonheur en relation avec le prochain. Ces béatitudes « Heureux les doux, miséricordieux, les artisans de Paix » suggèrent des attitudes que JESUS a lui-même pratiquées envers les autres. Avec Dieu, on peut toujours croire que ça va bien, il est assez silencieux. Avec le prochain c'est moins facile parce que celui-ci n'est pas nécessairement silencieux… Il arrive assez souvent qu’il s'exprime clairement… St Thomas d'Aquin écrit : « Si nous sommes crées pour être heureux, nous sommes créés pour être heureux avec les autres. »


Avons-nous l’ambition, le désir :

- d’être heureux avec les autres, grâce aux autres ?

- et aussi de rendre les autres heureux ?


Nous avons à être conscientes que nous sommes responsables, d'une certaine façon, du bonheur d'autrui. À ne pas oublier, que dans l’application concrète de chaque Béatitude, il y a une partie qui m’incombe...

Entendons JESUS proclamer : « Heureux les doux », suit la promesse pour l’avenir, « car ils posséderont la terre en héritage » Joie des tolérants, ils auront la terre en héritage


Situation actuelle

Parler aujourd'hui de douceur, de tolérance, c'est presque faire référence à un autre monde, quand on considère la violence aux mille visages qui s'étale devant nos yeux : la guerre entre les pays, la guerre aux terroristes, la violence entre les nations, entre les ethnies d'une même nation, violence dans les foyers, violence entre conjoints, à l'endroit des enfants, entre les individus, à l'endroit des personnes âgées ou invalides, violence verbale, non-verbale, violence psychologique, harcèlement… La violence est tellement présente que le gouvernement du Québec a promulguée une loi sur le harcèlement depuis le 1er juin 2004, je crois …

Aussi que de violences inconnues… La douceur est plutôt mal vue dans le contexte actuel car on l’associe spontanément au comportement du mouton. Être doux comme un mouton équivaut à être entièrement passif… « suiveux ».

Quand JESUS proclame : « Heureux les doux » il ne fait pas l’éloge de la passivité, de la mollesse… Au milieu de notre décor contemporain, JESUS proclame encore aujourd’hui, avec assurance : « Heureux les doux car ils auront la terre en héritage ». Malgré la violence que l’on retrouve dans l'Ancien Testament, celui-ci parle de douceur…





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedJeu 15 Aoû 2019, 6:33 pm






Heureux les doux, car ils possèderont la terre.


Quel sens donne-t-on à la douceur dans l’ancien Testament ?

Le terme "doux ", dans l'A.T., ressemble au terme "anawin" (humbles ou pauvres) comme nous le montre ce texte des Nombres 12, 3 : "Moïse était un homme très humble (anawin) très doux plus qu'aucun homme sur terre". (Cet homme doux a tué l'Égyptien; brisé les Tables de la Loi…) Dans le contexte, cette affirmation signifie que Moïse était un homme calme, patient et qui ne s'échauffe pas, ne parle pas fort, qui a de la maîtrise. On lit dans l'Ecclésiastique (Si) 45, 4 ce que Yahvé dit en parlant de Moïse « Dans la fidélité, la douceur Yahvé le sanctifia, il le choisit parmi les vivants ».

(Si l, 27) « Car la crainte du Seigneur est sagesse et instruction, ce qu'il aime, c'est la fidélité et la douceur ».

(Si 4,8) « Prête l'oreille au pauvre et rends-lui son salut avec douceur… ».

Comme pour d'autres Béatitudes la référence de cette béatitude : « Heureux les doux car ils possèderont la terre » se retrouve particulièrement dans les psaumes. Les mots Terre et pays sont synonymes dans les psaumes. Et c’est au psaume 37, 11 que nous empruntons pour une bonne part sa formulation en particulier les versets 11, 22, 29.

Le verset 11 : « … mais les humbles (les doux) posséderont la terre, réjouis d'une grande paix ».

Le Verset 22 « … les bénis du Seigneur hériteront la Terre , mais les maudits seront abattus »

Le verset 29 « … les justes hériteront la Terre , y vivront à jamais »

Sans aucun doute la ressemblance de ce psaume avec cette béatitude est évidente. Travailler la terre, jouer dans la terre c’est curatif… aucune idée de violence. Des citations de l'A.T. nous prouvent qu’il existe une tradition dans laquelle l'héritage de la terre devient le symbole de la jouissance tranquille d'un bonheur stable. (Bénédiction, récompense). La promesse, réservée aux doux et aux humbles d’hériter de la terre, de posséder la terre est la même que celle faite par Dieu à Abraham.

Dans Gn. 15, 1-8 quand Dieu fait alliance avec Abraham, celui-ci lui demande « … en quoi saurai-je que je posséderai le pays » la terre ...

• Is. 57, l3 « … mais celui qui se fie en moi héritera du pays et possédera ma montagne sainte ».

• Isaïe 60, 2l-22 « … ton peuple ne sera composé que de justes qui posséderont pour toujours le pays ».

Ce pays, dont parle Yahvé, cette terre promise à Israël, vous l'avez deviné, figure le Royaume de Dieu, promis par JESUS aux doux... et que le Bonheur dont jouiront ses disciples arrivera quand le Règne de Dieu sera accompli....

Dans la spiritualité juive, cette terre promise, est devenue le symbole de ce que Dieu donne en récompense d'une vie conforme à sa loi. Cette Béatitude promet une récompense tangible. Le Seigneur ne nous exhorte pas seulement en promettant des biens futurs, mais aussi des biens présents...

La clé de la promesse de cette Béatitude est dans la compréhension du mot « posséder ou hériter ». Dans la Bible , l'héritage s'applique à un patrimoine où les générations se suivent et vivent en paix. L'héritage est un domaine garanti par la loi qui donne le moyen de le retrouver en cas de malheur (Lv. 25)

Dans un peuple ainsi réglé, une certaine douceur commune permet à chacun

- d'aimer sa terre;

- de l'embellir mais pas seulement de l'exploiter;

- d'en préparer l'avenir, au lieu d'en tirer seulement l'immédiat.

Les violents ne font que camper sur la terre, comme Caïn (Gn 4, l6). Seuls les doux, la possèdent et ils y établissent quelques souvenirs du jardin d'Éden. Sans voir leur Dieu face à face, il leur arrive de le deviner. Ce n'est pas sans raison que les civilisations issues du Christ ont toutes été de très grandes civilisations paysannes.




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedMar 17 Sep 2019, 7:41 pm




Heureux les doux, car ils possèderont la terre. (suite)


Pour former JESUS en nous, continuons à le contempler tel que Matthieu le présente.

Au chapitre l2, l5-2l, Matthieu brosse le portrait du « Serviteur de Dieu » qui;

- ne dispute pas;

- ne cherche pas de querelles;

- qui ne brise pas le roseau froissé; qui ne le jette pas par terre… ne le démolit pas… ne le casse pas

- n'éteint pas la mèche qui fume encore... ne soyons pas des éteignoirs…

Ces attitudes de JESUS sont sans contredit, celles d'un homme doux. Pour JESUS, les doux ne sont pas des mous, des invertébrés dépourvus de personnalité, un peu insignifiant, sans caractère, ni tempérament. Ce n'est sûrement pas cette sorte de douceur que JESUS a béatifié... mais plutôt des démineurs, des experts qui au risque de leur vie, désamorce les engins meurtriers… JESUS ne casse pas les Tables de la Loi , cependant il chasse, à coups de fouet, les vendeurs du temple. Les paroles violentes et injurieuses que JESUS lance aux Pharisiens, les qualifiant de tous les noms, montrent bien que la douceur de JESUS n'est pas démission mais force, fermeté pour dénoncer ce qu'il faut dénoncer…

Il existe deux autres textes dans l'Évangile de Matthieu qui attribuent directement le qualificatif de « Doux » au Christ. Le premier bien connu : Mt 11, 29... « Mettez-vous à mon école car je suis doux et humble de cœur et vous trouverez soulagement pour vos âmes ». Qu'est-ce qui permet à JESUS d'affirmer cela? C'est la contemplation du Père… La douceur est le propre de Dieu…

Le psaume 27, 4 le proclame ... « …la chose que je demande, savourer la douceur de Yahvé ».

Le psaume 90, 17 « La douceur du Seigneur soit sur nous ! »

JESUS ne s'est jamais opposé à la volonté de son Père. À Gethsémani, quelques heures avant de mourir, il laissera échapper ce cri : « que ce calice s'éloigne de moi, si c'est possible! » mais d'ajouter immédiatement : « Non pas ma volonté, Père, mais la tienne ! » (Mt 26, 39).

Cette dépendance envers son Père, dans la mission confiée, JESUS la vit dans la liberté de l'amour (aime et fais ce que tu veux) c'est ce qui lui permet une émanation de la sagesse qui l'habite. Sagesse qui n'est pas seulement sérénité de l'être, mais aussi l’expression de la présence active de l'Esprit sous les traits de la douceur.

La douceur prend sa source dans l’Esprit… on sait qu’il en est un fruit... On aimerait savoir comment JESUS l'a vécue, cette douceur, au jour le jour, mais les Évangiles demeurent très discrets. Certainement douceur avec sa mère, dans une intimité dont on ignore tout. Douceur avec ses disciples, dans une quotidienneté qui nous échappe. Douceur avec ses amis, dans une proximité qui demeure secrète. Douceur au moment de la Passion.

Le 2e texte du Dimanche des Rameaux nous parle beaucoup de la douceur de JESUS: Mt 2l, 5 « Dites à la fille de Sion; voici que ton roi vient à toi, doux et monté sur un ânon et sur le petit d'une bête de somme ». Au lieu du cheval fringuant, le cheval du combat, du guerrier et du puissant attaquant JESUS monte sur un ânon ce qui veut dire que sa royauté n'a rien du caractère terrible, agressif et vengeur qu'on prêtait au Messie dans certains milieux. Cette image du roi monté sur un ânon, le prophète l'utilise en contraste avec l'idée de guerre, de violence, et d'agression à l'égard des autres.

Arrêté au Jardin des Oliviers, JESUS ne résiste pas et n'admet aucune brutalité : il guérit l'oreille de Malchus et fait rengainer l'épée de Pierre. Il se taira devant ses juges et ne ripostera pas aux injures de ses bourreaux. Cette non-violence de JESUS, qui aurait pu se défendre avec une armée d'anges comme il lui a été suggéré au moment de la tentation au désert, manifeste que la douceur est une des manières de vivre la pauvreté en esprit. Quel renoncement à sa volonté de puissance ne suppose-t-elle pas ! Quelle purification de ses instincts d'agressivité ! Quel dépouillement pour consentir à passer pour faible afin de faire triompher cette force intérieure qu'est la douceur ! Force, oui, car elle porte en elle le plus beau des héritages : la terre, c'est-à-dire la terre promise, le Royaume où il sera clair enfin que les derniers seront les premiers !

Ainsi la parole de JESUS se présentant comme « doux et humble de cœur » confirme bien cette pauvreté qu'est l'humilité, que la béatitude de la douceur suppose (Les Béatitudes, Pierre Talec 58-59). JESUS oppose constamment la non-violence à la violence. Il ne rend pas les coups qu'on lui fait ou qu'on lui donne. Bien au contraire, il se laisse violenter jusqu'à subir des procès, à être flagellé et couronné d'épines, et à mourir sur une croix.

Le Christ, le plus fort, est devenu le plus faible dans l'amour et l'oppression. Il peut sauver le plus dépravé de tous. Pour le Christ, le mal s'annule, il est vaincu. Le pire, c'est la dureté ou l'indifférence. Sa grâce essaie de nous assouplir, de nous raisonner pour que nous devenions vrais, c.à.d. vraiment bons. Son Esprit a pour mission de réaliser ce dessein en nous... Consentons à nous maîtriser, à devenir doux, voilà son unique demande.

C'est bien ainsi que l'entend aussi le Nouveau Testament. Dans les 11 passages des épîtres où figure, le mot "doux" le vocabulaire de la douceur désigne partout une attitude à l'égard d'autrui. Une attitude que l'épître de Jacques oppose à « l'amère jalousie » et l'esprit de chicane, esprit de division (Jc 3, 13) et à laquelle Tt 3, 2 il exhorte Tite en ces termes : « Rappelle à tous qu'il faut ... n'outrager personne, n'être pas batailleur, se montrer bienveillant, témoigner à tous une parfaite douceur ».

« Être bon avec soi-même – être doux avec soi-même » (Désidérata)


La plupart des Pères, des auteurs de spiritualité et des exégètes contemporains comprennent que cette béatitude se rapporte aux personnes qui se montrent douces et bienveillantes dans leurs rapports avec le prochain. À remarquer que si la première béatitude traite d'une disposition d'ouverture à l'égard de Dieu, la douceur présente une attitude de bonté et de respect à l'égard des autres.

Cette béatitude nous apprend que pour vivre à la manière de JESUS, il nous faut être : celui qui ne s'emporte pas devant les contradictions de la vie et sait rester patient dans l'attente d'être comblé.

La douceur exige une transformation – une amélioration : pour changer l'eau dure, il faut du sel pour l'adoucir … de dure, l’eau devient douce. Le sol dur, exige que l’on travaille la terre pour la rendre meuble… capable de produire. Les doux, cœur et tempérament raides, ont été assouplis, transformés… une certaine maîtrise s'est établie.

Cette béatitude est un appel aux disciples de JESUS à vivre à sa manière.

Être doux, c'est le contraire d'être dur, exigeant, sans pitié à l'égard des autres; exiger qu’ils prennent mon pas, mon rythme. Il arrive parfois de considérer la douceur comme une vertu négative comme la marque de quelqu'un fragile, timide etc.

Remarquer combien de fois dans notre langage on utilise le mot « doux » : eau-douce, lumière douce, voix douce, laine douce, hiver doux, pente douce, médecine douce, arriver en douce, filer doux... Dans ces expressions on constate rien d'excessif, rien de brusque, de cassant, de résistant, – c'est plutôt agréable, discret, plaisant, délicat, bienveillant,.

La douceur selon Matthieu n'a rien d'une résignation passive; elle est une attitude (au niveau de l'être) une attitude positive d'accueil du Père de contemplation et de toute personne humaine. Douceur et humilité cohabitent. Les doux sont humbles devant Dieu et sans agressivité devant les personnes. St Augustin écrit: « Les doux cèdent aux injures, ne résistent pas au mal, mais ils sont vainqueurs du mal, par le bien ». Les doux sont des personnes humbles et patientes dans leurs rapports avec autrui. Ils supportent tout et leur attitude contraste avec l'impétuosité des caractères. La douceur est une conquête… on devient doux… Arriver à apprivoiser ses émotions, les dompter, les accueillir… se poser la question : Qu’est-ce que je fais avec…? Le presto n’est pas la solution…

Jules Beaulac écrit : « Quand on évoque la douceur, on pense spontanément à du miel, à du sirop d'érable, à de la soie ou à du satin, à une musique de flûte ou de piccolo ». Il nous arrive de dire d'une personne douce: « C'est de la vraie soie..! » On signifie par là qu'elle ne se fâche jamais ou presque, qu'elle est de commerce agréable, qu'elle entretient de bonnes relations avec à peu près tout le monde.

Nous connaissons tous des personnes qui sont des montagnes de tranquillité; elles dégagent immanquablement des vibrations de douceur. Quand elles arrivent dans un milieu, leurs ondes se répandent sur les autres et leur font beaucoup de bien. Souvent ce sont des personnes effacées, silencieuses, presque oubliées; mais leur seule présence fait du bien à tout le monde. Quand elles sont là, il est pratiquement impossible à qui que ce soit de se mettre en colère: elles apportent la paix, elles désarment par le charme discret de leur douceur. Elles sont loin d'être comme "du papier sablé"... (rugueux). Elles sont comme le muguet, cette petite fleur toute simple qui se fait remarquer non par sa grandeur, mais par son parfum merveilleux qui se répand si vite partout où elle se trouve. (Jules Beaulac, Si tu cherches le Bonheur p.54-55)

La douceur est à la fois souplesse, fermeté et constance – permet de conserver son calme… Un doux a du caractère mais il se maîtrise. Pour s'adapter à notre temps, cette béatitude, pourrait être formulée ainsi : « Heureux les non-violents... les tolérants… ».

Plusieurs définitions de la tolérance qui a un visage positif Concrétisons cette réalité…

Texte du Prions en Église signé : Pierre Guénette

« Ici, il y a moi. Là, il y a l’autre. Entre nous, il y a un espace pour moi et pour l’autre. Cet espace est celui de la tolérance.

La tolérance, c’est le respect, la cohabitation et le partage de nos vérités, de nos valeurs, de nos différences et de nos rêves.

La tolérance m’apprend à mieux me connaître, à devenir moi-même un peu plus chaque jour et, peut-être même, à découvrir des aspects de moi qui m’étaient étrangers. Ces découvertes m’ouvrent aux < étrangetés > de l’autre. L’échange avec lui, les liens que nous tissons contribuent à mon épanouissement et au sien.

La tolérance, c’est un élastique sur lequel on peut tirer … jusqu’à un certain point. C’est une bonne distance – que la sécurité routière donne à cette expression – qui évite les heurts.

La tolérance, est un lieu où nous sommes entre nous, entre gens responsables, solides sur leurs jambes, capables de dépasser la superficialité de leurs émotions et les discours à fleur de peau. Nous pouvons être vrais. La communication passe bien. Il n’y a pas de parasites – mensonges, mauvaise foi ou manipulation – sur les ondes que nous émettons.

La tolérance, c’est un projet à réaliser, une responsabilité à assumer, une mission à accomplir. »

La douceur se définit donc comme une attitude de bienveillance et de non-violence à l'égard des autres. La personne non-violente estime son adversaire. À l'image de Dieu qui ne confond pas le pécheur avec son péché, elle parvient à séparer, de sa violence et de son erreur, la personne qui la frappe, l'agresse (physique, morale psychologique, verbale et non verbale qui ignore). Elle désire convaincre le violent et non le vaincre. La non-violence n'est pas naturelle, à tout le monde… La douceur est voisine de la compassion...

« Ne jugez pas » dit JESUS dans le Sermon sur la Montagne (Mt 7, 1). Juger est en effet un de ces comportements qui, dans les relations entre personnes, s'oppose à la douceur, en portant "attaque" à autrui et en lui causant du tort. (Attaquer c'est de la violence).



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedMer 23 Oct 2019, 8:00 pm




Heureux les doux, car ils possèderont la terre. (suite)


Le doux accepte le temps de Dieu et la manière de Dieu. Il n'est donc pas un faible mais, au contraire un croyant qui, avec une grande force d'âme, sait attendre. Les béatitudes sont plus qu’une question de psychologie... elles désignent une attitude choisie à cause de JESUS Christ.

Il est sûr qu'il y a une force toute particulière attachée à la douceur. S'il y a la force brute, et même brutale, il y a également la force calme et sereine des doux. On pourrait la comparer, cette douceur, à la vague discrète qui lentement mais sûrement fait le tour du rocher alors que la vague violente qui veut le fracasser s'en retourne vaincue à la mer. Oui, les doux ont une force spéciale.

Par ailleurs la douceur, qui se fait patience et attention à l'autre, est source d'espérance pour beaucoup de personnes. Comment ne pas remarquer cette douceur chez Jean Vanier qui s'occupe des plus mal en point..; et de Mère Theresa qui a voué sa vie aux plus pauvres... Ces hommes et ces femmes qui prennent le temps d'attendre que l'arbre pousse avant de donner son fruit alors que le rendement, la vitesse et la production sont au-dessus de tout dans notre monde...

La patience accompagne la douceur mais n'oublions pas que pour être capable de patience, de douceur envers les autres il faut d'abord l'être pour soi.

La douceur ne s'achète pas. Elle naît d'un amour, d'une foi, d'une espérance, d'un combat de bonté. Le doux réussit là ou le violent a échoué. Le doux respecte l'autre infiniment, son cœur, sa liberté, ses décisions.

Les vrais doux sont d'abord, par rapport à Dieu, ceux qui acceptent de ne pas posséder Dieu, de ne pas le prendre de force, de ne pas l'acheter par des moyens ascétiques, magiques. Il s'agit de ne pas faire violence à Dieu, de ne pas vouloir à tout prix obtenir de Lui ce que l'on désire; il s'agit de lui faire confiance, d'accepter doucement ce qu'il veut : l'acquiescement au temps est l'un des signes les plus nets de la vraie douceur qui n'enjambe pas sur la Providence. Certains voudraient êtres des saints aussitôt; il y a une longue, patiente et douce mort à soi-même.

JESUS doux et humble de cœur a accepté la volonté de Dieu et l'heure de Dieu après avoir accepté, jour après jour, les impulsions que son Père lui donnait à mesure même de ses rencontres d'intimité avec lui... JESUS ne s'est pas présenté, comme à l'écart de notre condition humaine, une sorte d'ange souriant, qui aurait plané au-dessus de notre monde; JESUS s'est présenté comme un incarné qui a affronté les conflits de la terre.

Le Christ, fort et vainqueur, habite le doux. La force se puise dans la douceur.

Être doux : c'est vivre chez soi sans autodéfense, où un Être cher nous attend pour nous parler, nous écouter dans le calme, la confiance.

Les doux sont malléables sous la main de Dieu qui peut les créer et recréer, sans résistance de leur part. À eux cette terre promise ou coulent le lait et le miel, aliments doux et nourrissants.

« Heureux toi le doux, heureux es-tu si tu te laisse habiter par une soif de Vérité, cette force d’âme qui ne recours plus à la violence. »


Heureux les doux car ils possèderont la terre!
La douceur du Seigneur soit sur vous, sur nous!


Ps 90, 17



TEMPS D’INTÉGRATION


– Que m'apprend cette béatitude : « Heureux les doux car ils recevront la terre en héritage ».

– Est-ce que je me refuse à vivre la béatitude de la douceur en affirmant : « Je n’y peux rien, c’est dans ma nature d’agir ainsi ? »

– Quels sont les derniers gestes de douceur que j’ai posés, alors que j’étais intérieurement bouleversé?

– Qu’est-ce qui a le don de me faire perdre la maîtrise de mes émotions ?

– Qu'est-ce que je pourrais changer ou améliorer, pour que là où j'ai les pieds, ce qui peut ressembler à de la violence disparaisse et que la douceur s'installe ?


« Heureux les doux »… La douceur, il est vrai, est toujours une qualité appréciée dans notre monde parfois si violent. La douceur, enseignée par JESUS, n’est toutefois pas synonyme de « bonasserie » ou de « faiblesse ». C’est une valeur évangélique d’importance : le Seigneur promet aux doux la terre en héritage, rien de moins. C’est un pensez-y bien. Qu’est-ce à dire ? (Réf. Jules Beaulac, Si tu cherches le Bonheur, les Béatitudes)


Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedSam 23 Nov 2019, 9:26 pm






Heureux les miséricordieux,

car ils obtiendront miséricorde




Joie des êtres compatissants, ils éveilleront la compassion.
Quel bonheur pour ceux qui se laissent toucher par la souffrance des autres,
oui, ils seront eux-même soulagés.

 

Introduction

Dans la deuxième vague de ce volet sur le bonheur en relation avec le prochain, il faut maintenant aborder certaines réalités qui ne sont pas de tout repos. Rappelons-nous que notre relation avec le prochain ne manque pas de nous éclairer sur notre relation avec Dieu.

« Ce que tu fais au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que tu le fais ». (Mt 25,40)

Si les doux qui ont une colonne vertébrale, n’attaquent pas, se maîtrisent et se tiennent debout, cela ne suffit pas et JESUS nous appelle à aller plus loin.

Regardons notre monde… Serait-il un monde sans pitié ? La science et la technique qui prétendent tout régenter, font appel à la froide raison mathémathique; la société industrielle ne pense qu’à la rentabilité, suscitant l’âpreté des revendications sociales; la politique comme l’économie connaissent des luttes sans merci; le terrorisme, qui se répand partout, frappe aveuglément; la guerre compte des milliers de morts; et que dire d’un éventuel conflit atomique…

Ce monde ne laisse pas facilement de place aux émotions, aux sentiments, à la compassion active… Ce monde dur et sans pitié fait-il une place à la miséricorde ? à la compassion ?

Pour ce monde dur et sans pitié : JESUS, aujourd’hui comme hier proclame : « Bienheureux les miséricordieux… car ils obtiendront miséricorde. » Bienheureux les matriciels car ils seront matriciés (Chouraqui). Bienheureux ceux qui ont un cœur ouvert à la misère (compatissants) car on accueillera leur misère…



Joie des êtres compatissants, ils éveilleront la compassion.
Quel bonheur pour ceux qui se laissent toucher par la souffrance des autres,
oui, ils seront eux-même soulagés.

 

Le sens du mot « Miséricorde »

Ces proclamations révèlent les valeurs de Dieu. Faisons un peu de sémantique, c.a.d. regardons le sens du mot « Miséricorde »… Dans le mot on retrouve les mots misère et cœur.

Dieu, au cœur de la misère des êtres humains. Misère aux cent visages. Misère des corps meurtris. Misère des cœurs blessés. Misère des esprits aliénés. Misère du péché... Misère de... et on pourrait continuer la liste de nos misères. Cette béatitude ajoutée par Matthieu traduit un enseignement de JESUS qui se réfère à une vision de Dieu largement révélée dans l'Ancien Testament (A.T.), Dieu plein de pitié (compassion) qui enseigne la miséricorde de Dieu (le pardon).

Nous savons que la Bible écrite dans 2 langues; grecque et hébraïque nous permet de comprendre un peu mieux le sens au mot « miséricorde » 2 sens différents mais complémentaires.

L'A.T. grec utilise: - l'adjectif "miséricordieux", - le substantif "miséricorde" et - le verbe "faire miséricorde" dans le but surtout de les appliquer à Dieu. La pensée biblique veut faire saisir un attribut essentiel de Dieu dans sa conduite envers les hommes : "Yahvé est un Dieu miséricordieux" (sacrement).

L'A.T. hébreu désigne par le même mot les entrailles et la miséricorde (l'utérus, le sein maternel).

Explorons d'abord l'.A.T. pour comprendre le sens de la miséricorde : compassion et pardon. Disons que l'histoire d'Israël est la merveilleuse saga de la miséricorde divine.

Dans Exode (3, 7-8) on lit à l'épisode du Buisson ardent : Yahvé dit dans un premnier temps : « j'ai vu la misère de mon peuple; j'ai entendu ses cris devant ceux qui l'accablaient (donc pas insensible à ses appels angoissés); oui, je connais ses douleurs… »  Et c'est ainsi que Dieu a montré : 1. Une compassion : il a vu la misère de son peuple déchu... il a été pris aux entrailles… 2. Dans un deuxième temps de la miséricorde : le pardon des péchés, c'est décidé, j'agirai, je le ferai, je le délivrerai ou une autre traduction « Je descendrai le délivrer de la main des Égyptiens et je le ferai monter vers une terre où coule le lait et le miel » (Pays de Canaan)

Dieu a vibré à cette humanité victime de l'erreur, de la faute des origines d'Adam et d'Ève - qui se détournent de Dieu, qui se détournent du bien, pour se tourner vers eux... pour se tourner vers le mal... (c'est le péché)… c'est la fermeture… Moïse est le prophète libérateur… qui est annonce de l’autre libérateur (JESUS le Christ).
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedVen 27 Déc 2019, 9:01 pm








Heureux les miséricordieux,

car ils obtiendront miséricorde



Compassion, miséricorde et bienfaisance

Revenons à la compassion qui peut aussi s’appeler de la bienfaisance = habitude à faire du bien donc bienfaisance active de Dieu à l’endroit de toutes sortes de misères, de pauvreté y compris la pauvreté la plus matérielle : L'A.T. définit la miséricorde comme un sentiment de compassion, de pitié, qui incline Dieu vers l'être humain, vers le misérable, au sens fort du terme, pour lui donner ce qu'il n'a pas. Par la compassion, Dieu mesure l'étendue et la profondeur de la pauvreté de ses enfants : manque de nourriture (Ps 111, 4-5), manque de vêtement (Ex 22, 25-26) et de (Gen 3, 21) ou besoin de protection (Ps 86, 14-16)

Être miséricordieux, dit Chouraqui c'est être pris aux entrailles, être matriciel devant une situation de mal ou de misère. À partir de l'A.T. hébreu, on peut donner une définition des miséricordieux qui s'accorde avec l'étymologie du terme français les cœurs attentifs aux misères donc compatissant St Jean Eudes écrivait « celui-là est miséricodieux qui porte dans son cœur, dans ses entrailles, par compassion, les misères des misérables » O.C tome 8 p. 53

Vivre la compassion « miséricordieuse » part d'un état intérieur qui se traduit dans un agir… car la miséricorde en plus d'être active, est une attitude; elle se signale dans la manière d'agir envers autrui (comme la douceur). Les compatissants sont ceux qui effectivement ouvrent leur cœur aux autres et posent des gestes pour soulager leur détresse.

La compassion miséricordieuse c'est la vibration du cœur à toute misère; le remuement des entrailles au contact du malheur; le mouvement qui porte à réparer, soigner, sauver...

Le 2e aspect de la miséricorde de Dieu c’est l’aspect de la bienfaisance (habitude à faire du bien) active de Dieu à l’endroit de toutes les sortes de misères, de pauvreté y compris les plus matérielles : manque de nourriture (Ps 111, 4-5); de vêtement (Ex 22, 25-26) et de (Gn 3, 21); ou besoin de protection (Ps 86, 14-16). C’est la miséricorde compatissante ou la compassion…

La bienfaisance active, la compassion à l'endroit des personnes dans le besoin, besoin de salut. JESUS les a vécues dans sa sensibilité profonde. Elle s'exprime par une tendresse personnalisée faite de compassion, de bienfaisance active, il a fait quelque chose, il agit. Le miséricordieux, c'est celui qui accueille la vie, la protège et la transmet, comme la matrice ou l'utérus accueille la vie, la protège, la transmet.

Des exemples dans : (Mt 20, 34 les aveugles) « Pris de pitié JESUS leur toucha les yeux et aussitôt ils recouvrèrent la vue. Et ils se mirent à sa suite ».

(Mc 9, 22) la veuve de Naim; un fils unique... Le Seigneur fut pris de pitié...

(Mt. l5,32) les foules... JESUS en eut pitié car les gens étaient des brebis sans berger

Texte du Jugement dernier (Mt 25, 31-46) Luc rapporte en (6, 36) les paroles de JESUS à ses disciples; « Devenez compatissant comme votre Père est compatissant ». C'est une prière qu'il leur adresse de la part du Père.





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedVen 31 Jan 2020, 9:49 pm





Heureux les miséricordieux,

car ils obtiendront miséricorde



La miséricorde de Dieu

Dans la Bible aussi, le mot la Miséricorde est donc statistiquement appliqué à Dieu, plutôt qu'aux êtres humains, dans une proportion de 3 (homme) à 4 (Dieu). Cette miséricorde s'exerce à l'égard des personnes qui sont dans la misère particulièrement soit la misère du péché; sacrement de la Réconciliation ; le pardon divin;

Et Dieu a été affecté en voyant la misère morale de l'homme et de la femme, en voyant leur malheur... et il a voulu sauver cette humanité en agissant, en faisant quelque chose pour exprimer qu'il est attentif à cette humanité misérable et malheureuse, il est ainsi miséricordieux... Sa décision, en voyant ce désastre : envoyé son Fils, son unique ainsi il donnerait des mains et des pieds à sa miséricorde, il la rendrait concrète. Et JESUS, par sa mort et sa Résurrection, accorde le pardon divin des fautes aux humains blessés par le péché. Et depuis l'avènement JESUS Christ, la miséricorde de Dieu est réelle, effective à chaque fois que nous nous reconnaissons "pécheurs" c.à.d. en situation de besoin de pardon. Le signe visible du sacrement vient confirmer ou vient rendre visible le pardon donné en JESUS. Et c'est la réalité de notre péché qui fait que la grâce de Dieu soit une grâce et notre salut, le salut.

Il n’y a de miséricorde que par référence et participation à la miséricorde de Dieu. Et JESUS l’a compris puisqu’il a dit : « Qui voit le Père voit le Fils et qui voit le Fils voit le Père ».

L'Évangile nous le prouve constamment que JESUS a pratiqué ces deux aspects de la miséricorde : le pardon des péchés. Comme son Père, JESUS a pratiqué le pardon divin, le pardon des péchés donné aux pécheurs; à ceux et à celles qui se reconnaissent pécheurs – faibles et qui s’ouvrent pour accueillir le pardon du Seigneur miséricordieux.

La miséricorde, JESUS en témoigne surtout par sa prédilection pour ceux que l'on appelle les pécheurs qui ont besoin de salut. Souvent les personnes se trompent sur Dieu, ils pensent qu'il est un tyran qui requiert le sacrifice. JESUS brise ce processus de facture à payer et de bouc émissaire : « Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs; c'est la miséricorde que je veux et le sacrifice ». (Mt 9, l3)

Rappelons-nous : Marie-Madeleine, Lc 7, 36-50; la femme adultère Jn 8, 1-11; la samaritaine Jn 4, 1-42; la parabole de l'enfant prodigue Lc 15, 11-32. Dans tous les cas, on y retrouve le même processus : se reconnaître "pécheur", accueillir le pardon offert en JESUS-Christ.

En regardant le comportement de JESUS nous comprenons mieux le Père miséricordieux, tel que le psaume 86, l5-l6-l7 : « Mais toi, Seigneur , Dieu de tendresse et de pitié, lent à la colère, plein d'amour et de fidélité, tourne-toi vers moi, pitié pour moi, donne à ton serviteur ta force et ton salut au fils de ta servante, fais pour moi un signe de bonté... »

Il est exact de dire aussi, au niveau de l'être, que le Christ n'est pas seulement par son agir, miséricordieux, qu'il est la miséricorde (être). En lui, les deux abîmes communiquent : celui de la plénitude aimante de Dieu et celui de la détresse humaine. Au vide, la plénitude... l’ère béatitude.

Par la miséricorde, il va plus loin; il ne se montre pas seulement sensible à la misère, il ne dit pas seulement qu'elle l'atteint et qu'il en souffre: il y remédie. « Tu as pitié de nous, dit le Livre de la sagesse, parce ce que tu peux tout ». (Sag. ll, 25)

La grande leçon des prophètes, c'est que grâce à la miséricorde, la conversion est possible. Les psaumes reprennent le même refrain : éternelle est sa miséricorde. Rappelons-nous David : « Pitié pour moi....en ta grande bonté efface mon péché » La tendresse, avec Dieu, on n'en sort pas, elle est au fond de la miséricorde, elle remonte toujours à la surface. (Psaume 103)

L'.A.T. nous dit que la miséricorde est possible; Dieu n'est pas rancunier... sa miséricorde est infatigable : « Peut-on trouver un Dieu comme toi ? » « Noie nos péchés au fond de la mer » (Mi 7, 18). N'oublions pas qu'il fut un temps dans l'A.T. où Dieu pour se révéler déclarait : « Je suis Dieu et non point homme. Au milieu de toi je suis le Saint » (Osée 11, 8). Le saint du N.T., d'aujourd'hui, nous le savons, a pris corps en JESUS le Christ : « Je suis Dieu et je suis homme ». L'humanité du Christ donne à sa miséricorde une qualité d'amour au-delà de ce que l'A.T. pouvait suggérer. Que le cœur de Dieu soit aussi un cœur d'homme, voilà que sa miséricorde nous atteint au plus intime de nous-mêmes.

Contemplons JESUS dans sa bienfaisance active envers les personnes qui ont besoin de salut (miséricorde); qui ont besoin de compassion.





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedJeu 12 Mar 2020, 7:54 pm




Heureux les miséricordieux,

car ils obtiendront miséricorde



Une action de la compassion : Le bon Samaritain

Approfondissons maintenant une action de la compassion en présence de personnes dans le besoin matériel de bienfaisance concrète… Visualisons la parabole du Bon Samaritain.

Compatissant - miséricordieux ce Samaritain pris aux entrailles par le blessé de la route (Luc l0, 33), Chouraqui l'appelle le matriciel, celui qui a été le vrai compagnon proche du Samaritain blessé? Un légiste demande à JESUS : Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle? JESUS lui dit : Dans la loi qu’y-t-il d’écrit ? Il répond : Tu aimeras le Seigneur de tout cœur… etc… et ton prochain comme toi-même pour l’amour de Dieu… Bien répondu, dit JESUS, fais cela et tu vivras… Alors le légiste demande : Qui est mon prochain ? Et JESUS reprit : Un homme… Le maître de la Torah répond à la question « Qui a été le prochain du blessé » « Celui qui l'a matriciez » (qui a pratiqué la miséricorde) (Lc l0, 37).

Regardons de plus près cette parabole qui est éclairante dans notre façon d’être compatissant et compatissante.

La question du départ : « Que faut-il faire pour avoir la vie éternelle en partage ? »

Les personnages:

Un homme blessé par "Les brigands"; qui le laissent là à demi-mort; un prêtre, un lévite passent l'autre côté de la route; ils respectent la loi, ils s'en tiennent à la loi (toucher un mort= une impureté légale), la loi ou l'amour... la loi ou la personne.

Le Samaritain; (ténor de la parabole) les samaritains des indésirables, des colonisés, des parias assimilés aux immigrés, aux étrangers donc des indésirables.

Regardons le Samaritain de plus près : Les gestes sont décrits par des petits verbes incisifs qui nous montrent les nuances multiples et variées de la compassion; était en voyage - quelqu'un qui va à la rencontre de... Le samaritain vit... "Voir" selon l'Évangile suppose la vision de la foi, la vision de l'amour (le lévite ne voit que physiquement) le prochain est celui qui se trouve là... proche, sur notre route. Touché de compassion... il intériorise la vision de l'autre (voit avec le cœur). VOIR – ÊTRE TOUCHÉ (2 activités de la sensibilité que suppose la compassion).

- S'approcha... Comment aimer sans se faire proche. La compassion miséricordieuse suppose une approche spéciale, son approche au Samaritain implique : délicatesse, patience, apprivoisement.. capacité de se faire adopter par celui qui est dans le besoin. La miséricorde n'est pas matérialiste. La compassion se laisse accueillir.

Il faut se faire pardonner d'être miséricordieux. Il faut parfois se faire pardonner d’être ce que l’on est. Il pose des gestes inspirés par sa compassion miséricordieuse :

- Bande les plaies... suppose un soin infini. Soigner à la fois les blessures du corps et les meurtrissures intérieures.

- Verse l'huile et le vin... des soins concrets, une charité en actes...

- Le Samaritain conduit ce malheureux chez l'hôtelier; on ne laisse pas tomber l'autre après les premiers soins d'urgence. À cause de sa compassion il prend en charge le blessé; il s'engage dans un suivi de la charité. (Et c’est pourquoi Chouraqui l’appelle le matriciel parce qu’il a été pris aux entrailles par le blessé et a été le vrai compagnon proche du Samariatain. À travers ce samaritain, la compassion miséricordieuse nous est révélée comme l'être même de Dieu.

RÉPONSE À LA QUESTION DU DÉPART

Lequel a été le prochain ? Celui qui s'est fait proche.

Aux paroles du légiste: Que faut-il faire pour avoir la vie éternelle en partage ?

JESUS lui dit : « Va et toi aussi fais de même. »

De cette parabole 3 mots à retenir :

1 ) PROCHAIN :

Tout est dans le mot ! le prochain est proche… il est tout près de moi, si près que parfois je ne remarque même plus sa présence à force d’être habitué à cette personne qui fait partie de ma vie quotidienne; qui croise ma route de chaque jour. Qu’il soit tout près ou éloigné, le prochain est d’abord celle qui a le plus besoin de moi. Le répéter… Avant tout… Avant le reste. Cette personne a besoin : d’aide; d’être écouté; regardé; d’être soutenu; aimé d’urgence… La personne qui est dans le besoin est toujours mon prochain; elle fait partie de la même famille humaine que moi… elle est de la même famille de Dieu que moi… Tout être humain sans distinction est mon prochain.

2 ) SE RAPPROCHER

Pourquoi se tient-on parfois éloigné du prochain ? Parce que l’on craint d’être entraîné trop loin si on se met à le regarder… Et pourtant on sait bien qu’il n’y a qu’une seule attitude possible devant un être humain : se rapprocher de lui s’il est dans la détresse; se rendre le plus proche possible afin qu’il nous voie et qu’il ne se sente pas seul; venir tout près et l’aider à se relever; l’aider à se tenir debout tout seul, comme un homme, comme une femme. Alors on devient le prochain de ceux et celles qui sont délaissés dans leur fossé de détresse.

3 ) LES SAMARITAINS

Les bons samaritains (les personnes remplies de compassion miséricordieuse) de votre monastère sont connus de l’intérieur et de l’extérieur… Les bons samaritains sur tous les lieux où les vivants appellent de l’aide ! Des vivants qui manquent d’amitié; qui n’ont pas d’abri; pas d’oreilles qui les écoutent; qui sont écartés de partout parce qu’ils sont étrangers (ne partagent nos idées, nos méthodes etc…) qui ne parviennent pas à faire entendre leur voix et leurs droits. Les samaritains : ne mesurent pas leur temps, ils ne calculent pas avant de donner; - ils ne font pas de tri; ils s’approchent de tous sans distinction, car pour eux tous sont des êtres humains criant à l’aide; ils n’ont qu’un souci : venir et secourir sans tarder et sans compter, selon leurs moyens





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedSam 18 Avr 2020, 8:17 pm





Heureux les miséricordieux,

car ils obtiendront miséricorde

Conclusion


En finale la compassion misséricordieuse est révélée comme béatitude dynamique; en mouvement, il s'agit de faire, de poser des actes qui incarnent, qui engendrent l’amour. Ce que je fais engendre l'amour ou tue l'amour ?

Dans son livre : Sermon sur la Montagne, P. Monier p. 45. « Prenez la misère dans votre cœur… Aimez, aidez non la Justice, la Foi, l’Humanité abstraite mais vos proches. Un atôme de bienveillance vaut plus que dix tonnes de vivres. »

Parce que le Christ est ressuscité, les disciples du Dieu vivant ne peuvent pas aujourd'hui, enfermer la béatitude de la miséricorde dans le seul domaine de la vie privée… Sacramentelle.

La béatitude de la miséricorde embrasse tous les services que l'on est appelé à rendre au prochain. Parler de miséricorde nous amène à parler d'une autre sorte de miséricorde : le pardon donné aux autres. La demande à JESUS : « Combien de fois devrais-je pardonner les offenses à mon frère.? Irais-je jusqu'à sept fois? » Mais JESUS répond : « Pas jusqu'à sept fois mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois »

La parabole du débiteur impitoyable se termine sur ces paroles: « C'est ainsi que vous traitera votre Père céleste si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur... ». Au auparavant JESUS avait dit : Mt, 5, 23-26 et Mt 6, l4-l5; « Oui, si vous pardonnez aux hommes leurs manquements, votre Père céleste vous pardonnera aussi; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne vous pardonnera pas vos manquements... » « Ne jugez pas pour n'être pas jugés car du jugement dont vous jugez on vous jugera et de la mesure dont vous mesurez on usera pour vous » (Mt. 9, l3)...

La miséricorde, c’est l’état d’âme de celui, de celle qui ne peut voir la misère sans la mettre dans son cœur… Jamais JESUS n’a béatifié « le chacun pour soi ». Le miséricordieux est perméable à la misère des autres, est perméable à l’amour généreux de Dieu.

Heureux toi le misérordieux… Heureux es-tu si la misère des autres te touche le cœur. Heureux es-tu si tu ne le juges pas et si comme le bon Samaritain tu descends de la monture de tes suffisances, tu te penches vers l’autre, tu lui tends la main pour penser les plaies de la vie.

Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde…




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14305
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bienheureux les pauvres de coeur   Bienheureux les pauvres de coeur - Page 2 Icon_minipostedVen 15 Mai 2020, 8:34 pm






Heureux les artisans de paix
car ils seront appelés fils de Dieu


Introduction


Si nous réfléchissons sur la notion du bonheur en relation avec les autres, nous sommes bien forcés d’admettre, que ce n’est pas un bonheur répandu et médiatisé, que celui de la douceur, de la paix, de la miséricorde… Ces béatitudes supposent : de la maîtrise de soi; des capacités de générosité qui deviennent source de joie profonde, de cette joie dont parle JESUS dans les Béatitudes.

HEUREUX…

Nous continuons notre marche de pèlerin pour écouter JESUS proclamer, la Béatitude qui favorise : la vie, l’harmonie, la liberté entre en soi et entre les personnes.

HEUREUX LES ARTISANS DE PAIX (CEUX QUI FONT  LA PAIX  ) ILS SONT APPELÉS FILS DE DIEU … ou PARCE QU'ILS SERONT APPELÉS « FILS DE DIEU ».

Quand on parle de paix il s’agit bien sûr d’absence de querelle, de violence, de guerre. Quand on parle de paix on pense plus souvent à la tranquillité d’esprit… Dans l’Évangile un autre sens peut-être attribué au mot PAIX : Celui de PLEIN DE VIE… Cette Béatitude des artisans de paix peut paraître claire, facile… mais l’est-elle vraiment ? C’est ce que nous verrons.
 
 Retour au haut de la page  

Retour
Haut de la page
 

Expression "les artisans de paix"

Cette expression "les artisans de paix" employée dans la béatitude ne se retrouve pas dans la Bible, sauf en Mt 5, 9 qui est la béatitude. À noter, que cette béatitude n'est pas chez Luc. D'ailleurs c'est ce qui étonne car le thème de la paix est de beaucoup plus fréquent chez Luc que chez Matthieu. Donc le terme "artisan de paix" utilisé en Mt 5, 9 est très rare. Littéralement il signifie : FAISEUR DE PAIX… qui suppose une implication.

Le sens du mot PAIX semble difficile... et peut donner lieu à plusieurs interprétations. Dans notre société, il existe trois catégories de "faiseurs de paix".

1ère catégorie : Les pacifistes qui s'emploient activement à faire ou à refaire la paix là où la division existe entre les humains : là où il y a la violence, à ce qui a trait aux personnes, aux animaux, aux plantes, ils sont anti-nucléaires, antimondialisation, anti….

2e catégorie : Les pacifiques, les personnes qui ont un bon tempérament, désirent la paix. Ces pacifiques sont caractérisés par : Leur absence d'agressivité apparente; leur horreur des querelles et des disputes; leur désir d'éviter tout conflit avec les autres; de vivre en bons termes avec les autres à cause de leur amour de la paix, de la tranquillité et du calme, ce désir les pousse à la tolérance et à la conciliation. Ils veulent vivre en harmonie… ils tricotent la paix.

3e catégorie : Les pacificateurs, ces personnes bien placées dans la société qui usent de leur prestige social pour réparer les injustices faites aux pauvres et aux faibles, qui veulent rétablir la paix en faveur de personnes victimes du désordre social ou de l'injustice, qui veulent ramener la paix et la concorde entre des personnes désunies, et posent des gestes en faveur de la paix suggérée par l'expression « FAISEURS DE PAIX » ... Ils seraient des réconciliateurs, des raccommodeurs au sein de situations conflictuelles vécues par d'autres, des ambassadeurs de paix. Il y en a dans nos communautés, dans nos familles, dans la société… Mais l’expérience nous prouve qu’il y a des personnes par contre qui mêlent les cartes plus qu'elles n’aident…. Elles portent en elles la discorde… elles essaient de réconcilier et divisent plus.

Cette expression "faire la paix" est très fréquente dans les écrits à l'usage du Rabbin. Le mot "paix" dans l'A.T. veut dire SHALOM. Ce mot est employé pour désigner tous les aspects de la vie humaine dans la pleine maturité donnée par Dieu : Justice, vérité, communion, vie, paix. Ce seul mot « SHALOM » résume tous les dons de l'âge messianique; (apportés par le Messie) le nom même du Messie peut se traduire : SHALOM

Dieu est Shalom (PAIX) vient de l'invocation de Gédéon dans le livre des Juges (Jg 6, 24). Après l'apparition de l'ange de Yahvé à Gédéon celui-ci... « Éleva un autel à Yahvé et il le nomma YAHVÉ – PAIX »

La paix souhaitée et recherchée dans l'A.T. n'est pas seulement la stabilité politique mais l'épanouissement intégral des personnes et des collectivités.

Dans certains textes, de l'A.T. le terme "PAIX" peut être traduit ou remplacé par les mots : "SALUT – VIE" en voici quelques-uns :

Is. 9, 5-6      - « Le Messie attendu le "Prince de la Paix" »;
Mi 5, 4 ;        - « Lui-même il sera paix ! »
Ps 34,           - « Fais le bien, évite le mal, cherche la paix, suis-la jusqu'au bout ».





Revenir en haut Aller en bas
 

Bienheureux les pauvres de coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: C H R I S T I A N I S M E :: Sanctuaires - Communautés Religieuses - Dévotions - autres... :: Cathéchisme et Théologie-