*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 Sans oublier l'Afghanistan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Sans oublier l'Afghanistan   Jeu 27 Nov 2014, 7:57 pm



Des talibans afghans responsables de l'attentat le plus meurtrier de l'année

Le Monde.fr avec AFP | 23.11.2014 à 17h00 • Mis à jour le 24.11.2014 à 13h49


Un attentat-suicide a été perpétré sur un terrain de volley-ball, dimanche 23 novembre, faisant au moins 57 morts et 60 blessés, selon Attaullah Fazli, le vice-gouverneur de la province de Paktika, dans l'est de l'Afghanistan, où s'est déroulé le drame.

Parmi les victimes se trouvent des civils et des policiers. Il s'agissait d'un « match entre trois districts qui avait attiré une foule importante », a indiqué le porte-parole du gouverneur de la province, Mukhlis Afghan. L'auteur de l'attentat était un kamikaze à moto qui s'est fait exploser en pleine foule.

« L'ampleur de l'attaque et ses suites sont choquantes », a ajouté Mukhlis Afghan, qui a demandé à Kaboul « d'envoyer des hélicoptères pour évacuer les blessés les plus atteints ». Le président Ashraf Ghani a rapidement condamné cette attaque « inhumaine et non islamique », ajoutant que « ce genre de massacre de civils ne peut être justifié ».

Un enfant blessé lors de l'attentat dans la province de Paktika soigné dans un hôpital militaire de Kaboul, le 24 novembre 2014.

LES TROUPES DE L'OTAN PRÊTES À QUITTER LE PAYS

La province de Paktika est le principal bastion du réseau Haqqani, une influente branche des rebelles talibans qui refusent pour l'heure de négocier avec le gouvernement. Selon les services de renseignement afghans, c'est ce groupe qui est responsable de l'attaque qui dans un premier temps n'a pas été revendiquée. Les talibans ne revendiquent généralement pas les attentats visant des civils, leurs cibles privilégiées étant les forces de sécurité. En tout état de cause, il s'agit de l'attentat le plus meurtrier de l'année dans le pays.

La dernière attaque majeure visant des civils remonte au 15 juillet, lorsque des dizaines de personnes avaient été tuées sur un marché dans un attentat-suicide, également dans la province de Paktika. L'assaillant avait fait exploser son véhicule bourré d'explosifs sur un marché, tuant essentiellement des civils. L'attaque la plus meurtrière dans le pays remontait à décembre 2011, 80 musulmans de la minorité chiite avaient alors péri dans un attentat à Kaboul.

L'attentat de dimanche a eu lieu au moment où les troupes de combat de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) commencent à quitter le pays, laissant l'entière responsabilité de la sécurité aux forces de sécurités afghanes. En 2015, une force étrangère résiduelle d'environ 12 500 hommes, affectée à l'assistance et à la formation, restera dans le pays pour la mission « Soutien résolu ».

Le président Obama a autorisé les soldats américains restant en Afghanistan à aller au-delà de l'assistance et à combattre directement les rebelles en cas de menace.

ÉVOLUTION DU RÔLE DES TROUPES AMÉRICAINES

L'attentat de dimanche a été perpétré le jour même de l'approbation par la chambre basse du Parlement afghan de l'accord encadrant le maintien de cette force étrangère résiduelle, et peu après des révélations du New York Times selon lesquelles le président américain, Barack Obama, avait autorisé les soldats américains restant en Afghanistan à aller au-delà de l'assistance et à combattre directement les rebelles en cas de menace, y compris à l'aide d'avions de combat et de drones.

Dans la foulée de cette annonce, le président Ashraf Ghani est revenu sur une décision de son prédécesseur et a décidé d'autoriser à nouveau les opérations nocturnes des forces spéciales afghanes – et de leurs conseillers américains.

En dix mois cette année, du début de janvier au début de novembre, au moins 4 634 policiers et soldats afghans ont été tués dans des attaques et combats, soit plus que sur l'ensemble de l'année 2013 (4 350), selon Washington, faisant craindre une nouvelle escalade des combats au terme de l'actuelle mission de l'OTAN.




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Mer 03 Déc 2014, 10:30 pm




Afghanistan

Publié le : 1 décembre 2014 - Avec agences, LE MATIN

Espoir-de-renouveau-malgre-les-attentats.jpg

Entre la multiplication des attentats et le retrait des troupes de l'OTAN, les nouveaux dirigeants de l'Afghanistan tentent de donner une image d'un pouvoir enfin unifié. Le dernier attentat a fait neuf victimes. Selon Aminullah Amarkhil, le chef de la police de la province de Baghlan, «un kamikaze à pied a fait exploser sa charge parmi les personnes qui participaient à des funérailles à Burka», un district local. Neuf personnes, dont deux policiers, ont été tuées et 18 blessées, a-t-il précisé, rapporte l’AFP.

Les attentats se sont multipliés ces dernières semaines en Afghanistan, y compris à Kaboul. Au moins neuf attentats ont été perpétrés dans la capitale afghane en 15 jours. Samedi soir à Kaboul, les talibans ont lancé une attaque contre une maison utilisée par des étrangers. Trois Sud-Africains et un Afghan ont été tués dans cette attaque à quelques jours du retrait des troupes de l’OTAN. Après le 31 décembre, les troupes de combat de l'OTAN auront quitté le pays et la nouvelle mission de la coalition, baptisée «Soutien résolu», aura pour tâche d'assister et de former l'armée afghane. Environ 12.500 soldats, dont 9.800 Américains, resteront au pays, alors qu'au plus fort de son déploiement, en 2010, l'OTAN comptait jusqu'à 130.000 hommes en Afghanistan. L'essentiel des missions de combat a déjà été repris par les forces de sécurité afghanes. Mais elles manquent encore d'entraînement et d'équipement, et ont connu de lourdes pertes ces derniers mois avec plus de 4.600 soldats et policiers tués au combat cette année, selon des chiffres du Pentagone cités par l’AFP.

Afin de stabiliser le pays au moment où l'OTAN réduit la voilure, le Président Ghani a appelé les talibans à des négociations, mais un rapprochement semble encore improbable à l'heure actuelle, croit savoir l’AFP. «L'objectif des insurgés est de montrer que le nouveau gouvernement est plus faible et d'étouffer l'optimisme des gens pour l'avenir», a déclaré dimanche dernier le porte-parole du ministère de l'Intérieur Sediq Sediqqi, cité par l’agence française de presse. Pour Abdul Hadi Khalid, ancien vice-ministre de l'Intérieur devenu analyste, «les talibans ont déjà commencé à montrer les dents, et ils vont utiliser tout leur pouvoir pour gagner du territoire». «Il y aura d'autres attaques sanglantes à Kaboul», pronostique-t-il auprès de l’AFP.

Réunion des donateurs

Dans ce contexte, «la communauté internationale a donné des assurances» à Kaboul sur leur engagement et «elle va les réitérer à Londres et à Bruxelles», ajoute Abdul Hadi Khalid. Ce nouveau cycle de violence intervient alors que les dirigeants afghans s'envolaient pour l'Europe, hier lundi, afin de présenter leurs projets de réformes pour renforcer l'économie et encourager le retour à la paix, au milieu d'une inquiétante vague d'attentats des talibans à un mois de la fin de la mission de l'OTAN. Le Président Ashraf Ghani et le Chef de l'exécutif Abdullah Abdullah visiteront le siège de l'OTAN à Bruxelles et participeront jeudi prochain à une conférence des donateurs à Londres, où ils tenteront d'afficher publiquement l'unité du nouveau pouvoir afghan. Interrogé par l'AFP, l'ambassadeur de Grande-Bretagne en Afghanistan, Richard Stagg, a estimé que la conférence de Londres était justement «une occasion importante pour le gouvernement afghan de définir sa vision de la réforme et pour la communauté internationale de réaffirmer notre partenariat de long terme avec l'Afghanistan».

La démission du chef de la police de Kaboul rejetée

La démission présentée par le chef de la police de Kaboul, le général Zahir Zahir, à la suite d'une vague d'attentats dans la capitale, a été rejetée par les autorités afghanes, a-t-on appris lundi auprès du ministère de l'Intérieur. «Après une demande de responsables haut placés et afin d'éviter toute perturbation dans les affaires de sécurité, il a été demandé au général Zahir de conserver ses fonctions», a dit à l'AFP Hashmat Stanikzaï, porte-parole du chef de la police. Dimanche dernier, le général Zahir avait présenté sa démission après une série d'au moins neuf attentats commis dans la capitale ces quinze derniers jours, à l'approche du retrait d'Afghanistan des troupes de combat de l'OTAN après 13 ans de présence.

- See more at: http://www.lematin.ma/journal/2014/afghanistan_espoir-de-renouveau-malgre-les-attentats/213228.html#sthash.GKj0yW9N.dpuf


Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Lun 16 Nov 2015, 7:45 pm



AFGHANISTAN - 10/11/2015
Égorgement de femmes et d’enfants, la surenchère barbare des Taliban

Observateurs

Depuis la mort de leur chef, le Mollah Omar, les Taliban afghans sont divisés en factions ennemies qui semblent lancées dans une surenchère de l’horreur. Dimanche 8 novembre, une faction ayant fait allégeance à l’organisation État islamique a ainsi égorgé quatre hommes, deux femmes et un enfant, tous issus de l’ethnie Hazara, dans l’est du pays.

Une partie des victimes avaient été prises en otage en août. Deux hommes, deux femmes et un enfant s’étaient fait kidnapper à un check point alors qu’ils voyageaient en bus entre Jaghori et Ghazni, dans l’est du pays. Deux autres hommes avaient ensuite été kidnappés il y a un mois, également à un check point entre Ghazni et Kaboul. Les Hazaras, une ethnie majoritairement chiite, sont régulièrement pris pour cible en Afghanistan et au Pakistan, notamment par des groupes extrémistes sunnites, en raison de leur appartenance religieuse.

Pour notre Observateur, les tensions entre les deux factions des Taliban sont à l’origine du terrible sort qu’ont connu les sept Hazaras.

"C’est très rare que des Taliban assassinent des femmes, la violence est en train de monter d’un cran"

Après l’annonce de la mort du mollah Omar en juillet dernier [le mollah Omar serait mort en réalité en avril 2013], le mollah Akhtar Mansour a été désigné comme son successeur. Mais un autre mollah, le mollah Dadullah, a aussi revendiqué la succession du mollah Omar. Ce dernier est plus fondamentaliste encore et il a fait allégeance à l’organisation État islamique. C’est sa faction qui est responsable de l’enlèvement et du meurtre des sept Hazaras.

Ce n’est pas la première fois que des Hazaras sont visés dans cette région et ce ne sera pas la dernière fois que les routes de l’Est afghan seront un enfer pour eux. Les check-points des Taliban sont fréquents et il arrive régulièrement que lorsqu’ils contrôlent un bus, ils fassent sortir les Hazaras et laissent les autres passagers repartir. Ils sont tués juste parce qu’ils sont hazara, donc issus d’une ethnie et d’une culture différente, adepte du chiisme.

"Le gouvernement afghan n’a rien fait pour les libérer"

Les responsables de ce crime odieux sont les Taliban fidèles au mollah Dadullah. Mais il ne faut pas oublier que pendant les trois mois de détention, le gouvernement afghan n’a rien fait pour les libérer.

Le mois dernier, une milice hazara avait répliqué en prenant en otages des Pachtounes, dans des circonstance floues, afin de négocier un échange avec les Taliban. Comme les Pachtounes ont de très bonnes relations avec le gouvernement, celui-ci a dépêché des émissaires pour entamer une médiation entre des chefs locaux pachtounes et des chefs hazaras. Mais les chefs pachtounes contactés ont affirmé qu’ils n’avaient rien à voir avec la faction ultra-radicale du mollah Dadullah [selon un journal local, les bourreaux étaient des combattants d’origine ouzbek]. Du coup, les Hazaras ont relâché les Pachtounes. Le lendemain, les Taliban de Dadullah assassinaient tout de même les sept otages.

"Nous demandons d'arrêter le nettoyage ethnique des Hazaras en Afghanistan" est-il écrit sur cette banderole, lors d'une manifestation à Ghazni.

"Les Taliban du mollah Akhtar se sont alliés aux Hazaras"

Le mollah Akhtar a lui conclu un accord avec les Hazaras : partant du principe qu’ils avaient un ennemi commun, il a par exemple obtenu que ses combattants soient soignés dans les hôpitaux tenus par des Hazaras, au centre et dans l’est de l’Afghanistan.

Rapidement après l’annonce de la mort des sept otages, des combattants du mollah Akhtar ont affirmé avoir tué sept hommes qui auraient été les bourreaux des Hazaras. On dirait qu’ils essayent de mener une offensive de charme auprès des Hazaras. Or, selon mes informations, les sept hommes étaient juste des combattants fidèles à Dadullah, mais pas les bourreaux.

Même en Afghanistan, ce niveau de violence est rare. À l’époque du gouvernement taliban (1996-2001) aucune femme n’a jamais été forcée à sortir d’une voiture ou d’un bus dans un check point, ni jamais prise en otage. C’était censé être déshonorant de capturer une femme, mais désormais…"

"Le silence ça suffit" dit ce manifestant pour portester contre le manque de réactions que suscite la situation des Hazaras en Afghanistan.

Face à l’émotion et aux protestations suscitées par l’affaire, la présidence afghane a finalement condamné les meurtres des sept Hazaras et accepté que les funérailles des victimes soient organisées à Kaboul. La date reste à définir.

Une manifestation s'est tenue ce mercredi matin à Kaboul. Plusieurs centaines de personnes y ont pris part, et les cerceuils des sept vicitmes ont été portés par le cortège, qui s'est rendu devant la présidence. Des vitres du palais présidnetiel ont été cassées et les forces de sécurité afghanes ont procédé à des tirs de sommation en l'air pour disperser la foule.

Les Hazaras sont une minorité historiquement persécutée et discriminée en Afghanistan et au Pakistan. Durant la guerre civile d’Afghanistan, la ville de Mazar-e-Sharif a notamment été le théâtre de massacres à grande échelle : entre 8000 et 10000 Hazaras y avaient été assassinés par des Taliban. Ces persécutions se sont poursuivies pendant les cinq années passées par les Taliban au pouvoir et continuent depuis 2001, de sorte que les Hazaras d’Afghanistan sont l’un des plus importants groupes à chercher l’asile en Europe et en Australie. Trente députés afghans ont récemment demandé à l’Australie d’arrêter de les expulser, faisant valoir qu’ils étaient persécutés et harcelés en Afghanistan.


Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Mer 31 Mai 2017, 8:02 pm





Terrorisme

Afghanistan : au moins 90 morts dans un attentat au camion piégé à Kaboul

Par LIBERATION, avec AFP — 31 mai 2017 à 07:04 (mis à jour à 18:15)


Les forces de sécurité et les secours afghans sur le site de l'explosion d'un véhicule piégé à Kaboul, le 31 mai 2017


Les forces de sécurité et les secours afghans sur le site de l'explosion d'un véhicule piégé à Kaboul, le 31 mai 2017 Photo SHAH MARAI. AFP


L'attaque, menée au cœur du quartier diplomatique de la capitale afghane, n'a pas encore été revendiquée.


Afghanistan : au moins 90 morts dans un attentat au camion piégé à Kaboul


L’Afghanistan a été ensanglanté ce mercredi par un attentat au camion piégé qui a tué au moins 90 personnes et fait des centaines de blessés au cœur du quartier diplomatique de Kaboul, selon un nouveau bilan en fin de journée.

L’explosion, dont la cible n’était pas claire dans l’immédiat et qui a provoqué une onde de choc et d’énormes dégâts à la ronde, a été provoquée par «un kamikaze qui a actionné un véhicule bourré d’explosifs place Zanbaq dans le 10e district de Kaboul» vers 08H30 locales, selon le ministère de l’Intérieur.

Elle n’avait toujours pas été revendiquée en milieu de journée. Un porte-parole des talibans a indiqué sur Twitter que le groupe insurgé «n’est pas impliqué dans l’attentat de Kaboul et le condamne fermement».

L’explosion a eu lieu près d’un check-point conduisant au palais présidentiel, et à plusieurs ambassades, notamment allemande et indienne. Une épaisse colonne de fumée noire s’élevait de la zone de l’attaque. La déflagration a été si forte qu’elle a secoué une grande partie de la ville, soufflant de nombreuses fenêtres et semant la panique parmi la population.

Face à l’urgence, le gouvernement a appelé la population à des dons de sang dans les hôpitaux.

«Ceux qui nous tuent pendant le mois sacré de Ramadan ne méritent pas d’être appelés à faire la paix»

Les ambassades de France et d’Allemagne ont subi des «dégâts matériels», a déclaré la ministre française des Affaires européennes Marielle de Sarnez. Elle a précisé «ne pas avoir d’autres renseignements pour le moment sur la question des personnes».

La déflagration s’est produite à une centaine de mètres de l’ambassade indienne à vol d’oiseau, a déclaré l’ambassadeur Manpreet Vohra à la chaîne Times Now, précisant qu’aucun membre du personnel ne figurait parmi les victimes. «L’explosion a été très forte et les bâtiments à proximité, le nôtre y compris, ont subi des dégâts considérables en termes de vitres et fenêtres brisées, de portes soufflées, etc.», a-t-il ajouté.

L’attaque de mercredi intervient quelques jours après le début du mois de jeûne du ramadan. Le chef de l’exécutif afghan, Abdullah Abdullah, a fermement condamné l’attaque sur Twitter. «Nous sommes pour la paix mais ceux qui nous tuent pendant le mois sacré de Ramadan ne méritent pas d’être appelés à faire la paix, ils doivent être détruits», a-t-il lancé.

Cette attaque intervient peu après l’annonce fin avril par les talibans du début de leur «offensive de printemps». Le groupe Etat islamique a également commis plusieurs attentats sanglants dans la capitale.

LIBERATION avec AFP




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Lun 05 Juin 2017, 7:55 pm







Monde

Kaboul: le bilan de l'attentat de mercredi grimpe à plus de 150 morts

Le 06.06.2017 à 08h15

Cratère après l'attentat dévastateur au camion piégé qui a frappé mercredi 31 mai 2017 le quartier diplomatique de Kaboul-AFP/Archives/WAKIL KOHSAR

Le bilan de l'attentat dévastateur au camion piégé qui a frappé mercredi le quartier diplomatique de Kaboul a bondi à plus de 150 morts, a indiqué mardi le président afghan Ashraf Ghani à l'occasion d'une conférence multinationale pour la paix.

Le précédent bilan de cet attentat, le plus meurtrier dans la capitale depuis plus de quinze ans, était de 90 morts. "Plus de 150 fils et filles d'Afghanistan, innocents, ont été tués et plus de 300 blessés ont été hospitalisés avec des brûlures ou des membres amputés", a déclaré M. Ghani.





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Dim 23 Juil 2017, 6:51 pm




Afghanistan : un attentat ciblant des chiites a fait plus d’une vingtaine de morts à Kaboul

Une voiture piégée a explosé dans l’ouest de la ville, faisant au moins vingt-quatre morts et plus de quarante blessés.

Le Monde.fr avec AFP | 24.07.2017 à 05h55 • Mis à jour le 24.07.2017 à 07h24


Une épaisse colonne de fumée noire s’est élevée dans le ciel après l’explosion.Un photographe de l’AFP qui s’est rendu sur les lieux a assisté au ballet des ambulances et vu plusieurs blessés emportés par des taxis ou des voitures privées.
Une épaisse colonne de fumée noire s’est élevée dans le ciel après l’explosion.Un photographe de l’AFP qui s’est rendu sur les lieux a assisté au ballet des ambulances et vu plusieurs blessés emportés par des taxis ou des voitures privées. SOCIAL MEDIA / REUTERS

L’explosion d’une voiture piégée lundi 24 juillet au matin a fait au moins vingt-quatre morts et plus de quarante blessés dans l’ouest de Kaboul, ciblant la communauté hazara chiite, durement touchée il y a un an par le premier attentat du groupe Etat islamique au cœur de la capitale afghane. Le bilan ne cesse de s’alourdir. Un responsable du ministère de l’intérieur refusant d’être nommé avait précédemment indiqué que l’explosion avait « fait au moins dix morts et blessés, tuant des gardes de sécurité et des civils ».

Selon le ministère de l’intérieur afghan, « vingt-quatre personnes ont été tuées et quarante-deux blessées dans l’attentat de ce matin [lundi] à Kaboul ». « La voiture piégée s’est jetée contre un autobus transportant des employés du ministère des mines », a déclaré le porte-parole du ministère, Najib Danish.

Les victimes : des civils et des gardes de sécurité

L’explosion s’est produite peu avant 7 heures, heure locale (4 h 30, heure française) dans un quartier à majorité chiite particulièrement animé de Kaboul, où sont installés de nombreux clubs de gym, universités et instituts, des échoppes ainsi que des « wedding halls », ces immenses salles dont les Afghans raffolent pour célébrer les mariages. Une épaisse colonne de fumée noire s’est élevée dans le ciel après l’explosion.

Un photographe de l’AFP qui s’est rendu sur les lieux a assisté au ballet des ambulances et vu plusieurs blessés emportés par des taxis ou des voitures privées. Tenu à distance par un important cordon de sécurité, il a pu apercevoir l’autobus frappé, entièrement calciné, à proximité du ministère dont il acheminait les employés. Les premières images montrent des échoppes éventrées, une rue jonchée de débris, aux arbres mutilée.

Les victimes sont apparemment des civils, dont des étudiants qui se rendaient tôt à leur université en cette période d’examen, mais aussi des gardes de sécurité protégeant la résidence d’un des principaux leaders de la commuanauté hazara et membre du Parlement Mohammad Moqaqeq, son porte-parole Omid Maisom, joint par l’AFP.

Selon M. Maisom, « la voiture a explosé devant le premier point de contrôle de la résidence de M. Moqaqeq, faisant des morts et des blessés parmi les gardes et les civils ». « Nous pensons qu’elle voulait atteindre la maison de M. Moqaqeq, mais nos gardes l’ont arrêtée », a-il rapporté.

Lugubre anniversaire

La communauté hazara marque lundi le premier anniversaire (du calendrier religieux) d’un attentat contre une manifestation de plusieurs milliers de ses membres dans la capitale afghane, le 23 juillet 2016, qui avait fait 84 morts et plus de 300 blessés. C’était le premier attentat revendiqué par EI au cœur de Kaboul.

Depuis, l’EI, qui gagne du terrain dans le nord de l’Afghanistan, a frappé à plusieurs reprises les mosquées et foules chiites du pays, notamment à Kaboul et Mazar-i-Sharif (nord), en octobre lors de l’Achourah, la principale commémoration religieuse de la communauté. Et plus récemment, le 16 juin, lors de la « Nuit du Destin » à la fin du Ramadan.

Une manifestation hazara initialement annoncée pour lundi à la mémoire des victimes de cet attentat a été « ajournée » dimanche.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/07/24/attentat-mortel-a-kaboul_5164084_3218.html#FQzPHfZE9yOpM8gS.99



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Sam 26 Aoû 2017, 3:36 am




Afghanistan : l’EI revendique un attentat meurtrier dans une mosquée chiite à Kaboul

Au moins 28 personnes sont mortes dans l’attaque perpétrée vendredi par l’organisation djihadiste.

Le Monde.fr avec AFP | 25.08.2017 à 16h06 • Mis à jour le 26.08.2017 à 10h58


Au moins 28 personnes sont mortes et 50 autres ont été blessées dans l’attaque menée vendredi 25 août par trois hommes armés dans une mosquée chiite du nord de Kaboul, la capitale afghane, selon un nouveau bilan communiqué samedi par un porte-parole du ministère de la santé.

Trois femmes ont été tuées dans l’attaque, et plus d’une douzaine de femmes et d’enfants comptent parmi les blessés, a-t-il ajouté. Samedi, les proches et amis des personnes tuées ont transporté un à un les cercueils jusqu’au cimetière.

Cette attaque, commise par plusieurs hommes armés d’explosifs et de couteaux, a duré plusieurs heures. Elle a été revendiquée par l’organisation djihadiste Etat islamique. Les assaillants ont été abattus, selon un porte-parole du ministère de l’intérieur. « Un policier et un membre des forces spéciales ont aussi été tués », a-t-il dit.

« Cela ne cesse d’arriver »

« Ce n’est pas la première fois [qu’une telle attaque a lieu], cela ne cesse d’arriver. Le gouvernement a échoué à assurer la sécurité. Aujourd’hui encore, au cours de cette cérémonie, les gens ont peur que quelque chose n’arrive », a déclaré à l’AFP Hussain Ali, qui a perdu un ami dans la mosquée.

La sécurité s’est fortement dégradée ces derniers mois à Kaboul et la communauté chiite, fréquemment visée, accuse les forces de l’ordre de ne pas savoir la protéger.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2017/08/25/afghanistan-l-ei-revendique-un-attentat-dans-une-mosquee-chiite-a-kaboul_5176651_3210.html#TmqLh16oxQcLYq7O.99



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Ven 20 Oct 2017, 5:34 am




Attentat contre une mosquée chiite

Actualité
Monde
Par AFP , publié le 20/10/2017 à 17:07 , mis à jour à 18:04

Kaboul - Au moins 32 personnes ont été tuées et 41 blessées, vendredi soir, dans l'attentat suicide contre une mosquée chiite de la capitale afghane, selon un nouveau bilan annoncé par le porte-parole de la police de Kaboul, Abdul Basir Mujahid.

Le bilan de cette attaque, perpétré par un kamikaze à pied qui a ouvert le feu à l'heure de la prière avant de se faire exploser, n'a cessé de s'alourdir et a été confirmé par un responsable du ministère de l'Intérieur.



Revenir en haut Aller en bas
poppy
..
..


Date d'inscription : 01/11/2017
Masculin
Messages : 116
Pays : france
R E L I G I O N : islam

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Jeu 02 Nov 2017, 6:44 am

Occupation de l'otan en terre d'Islam
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Jeu 02 Nov 2017, 8:25 am





@poppy a écrit:
Occupation de l'otan en terre d'Islam



Ca explique pas pourquoi,

Ils s'entretuent entre eux,

Entre Musulmans plus ou moins musulmans,

Entre Sunnites et Chiites,

Entre Ethnies, voir le problèmes des Hazaras...

Ou encore les attentats contre des mosquées Soufis...


D'ailleurs, la plupart des Pays Musulmans de cette planète sont actuellement en guerre,

Guerres inter-religieuses ou guerres entre ethnies...


C'est cela le problème sur lequel tu devrais sérieusement te pencher...






Revenir en haut Aller en bas
poppy
..
..


Date d'inscription : 01/11/2017
Masculin
Messages : 116
Pays : france
R E L I G I O N : islam

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Jeu 02 Nov 2017, 10:02 am

les musulmans s’entre-tuent entre eux chez eux ? c'est triste et sa les regarde cela ne donne pas le droit a vos interventions neo coloniale ! en rapport avec vos deux guerres mondiale question "d’entre-tuer vous êtes imbattable ....
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Jeu 02 Nov 2017, 9:10 pm





@poppy a écrit:
les musulmans s’entre-tuent entre eux chez eux ? c'est triste et sa les regarde cela ne donne pas le droit a vos interventions neo coloniale  ! en rapport avec vos deux guerres mondiale question "d’entre-tuer vous êtes imbattable   ....


Pour le moment, et s'il y a encore la guerre en Afghanistan,

C'est parce que les Talibans et Al Qaida font le forcing pour reprendre le pouvoir...

Avec des méthodes de guerre particulièrement lâches et détestables,

Du style attentat à la bombe sur des marchés,

Ou dans des Mosquées d'Ethnies autres que Sunnites...


Et il est aussi à noter que les Américains ne seraient jamais intervenus en Afghanistan,

S'il n'y avait pas eu l'attentat du World Trade Center à New York le 11 Septembre 2001,

Commandité depuis l'Afghanistan et qui a fait 3000 morts !





Revenir en haut Aller en bas
Attila
Membre Actif
Membre Actif
avatar

Date d'inscription : 20/01/2013
Masculin
Messages : 6444
Pays : france
R E L I G I O N : Théiste universel N/P

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Jeu 02 Nov 2017, 10:50 pm

@poppy a écrit:
les musulmans s’entre-tuent entre eux chez eux ? c'est triste et sa les regarde cela ne donne pas le droit a vos interventions neo coloniale  ! en rapport avec vos deux guerres mondiale question "d’entre-tuer vous êtes imbattable   ....

Les pays occidentaux sont surtout imbattable pour ce qui de défendre la paix et le droit des hommes à disposer librement d'eux-mêmes.

L'Europe a payer au prix de millions de morts plusieurs tentatives de complots contre l'humanité ourdies par des gens et des partis politiques qui rêvaient d'établir des états racistes et totalitaires.

La barbarie ne passera pas tant que les démocraties veilleront !



Revenir en haut Aller en bas
poppy
..
..


Date d'inscription : 01/11/2017
Masculin
Messages : 116
Pays : france
R E L I G I O N : islam

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Ven 03 Nov 2017, 1:28 am

@RAMOSI a écrit:




@poppy a écrit:
les musulmans s’entre-tuent entre eux chez eux ? c'est triste et sa les regarde cela ne donne pas le droit a vos interventions neo coloniale  ! en rapport avec vos deux guerres mondiale question "d’entre-tuer vous êtes imbattable   ....


Pour le moment, et s'il y a encore la guerre en Afghanistan,

C'est parce que les Talibans et Al Qaida font le forcing pour reprendre le pouvoir...

Avec des méthodes de guerre particulièrement lâches et détestables,

Du style attentat à la bombe sur des marchés,

Ou dans des Mosquées d'Ethnies autres que Sunnites...


Et il est aussi à noter que les Américains ne seraient jamais intervenus en Afghanistan,

S'il n'y avait pas eu l'attentat du World Trade Center à New York le 11 Septembre 2001,

Commandité depuis l'Afghanistan et qui a fait 3000 morts !






Les talibans sont chez eux en Afghanistan ! le 11 septembre c'est lié a quoi ? peux tu nous expliquer pourquoi ben laden a frapper les usa et pas le pays voisin le mexique quelle différence entre les deux ? tu ne savais pas qu'avant 2001 les usa massacré déja en Irak avec l'embargo? massacrait les palestiniens en soutenant son ami israel? et les bases américaines en terre sainte en arabie tu as oublié ?
Revenir en haut Aller en bas
poppy
..
..


Date d'inscription : 01/11/2017
Masculin
Messages : 116
Pays : france
R E L I G I O N : islam

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Ven 03 Nov 2017, 1:29 am

@Attila a écrit:
@poppy a écrit:
les musulmans s’entre-tuent entre eux chez eux ? c'est triste et sa les regarde cela ne donne pas le droit a vos interventions neo coloniale  ! en rapport avec vos deux guerres mondiale question "d’entre-tuer vous êtes imbattable   ....

Les pays occidentaux sont surtout imbattable pour ce qui de défendre la paix et le droit des hommes à disposer librement d'eux-mêmes.

L'Europe a payer au prix de millions de morts plusieurs tentatives de complots contre l'humanité ourdies par des gens et des partis politiques qui rêvaient d'établir des états racistes et totalitaires.

La barbarie ne passera pas tant que les démocraties veilleront !



 

J'ai eu un fou rire quand j'a lu ton texte "droits de l'hommes et compagnie" les totalitaires sont les démocraties qui veulent imposer leur système politique au monde islamique qu'il rejette !donc ne vous étonner après des conséquences
Revenir en haut Aller en bas
Attila
Membre Actif
Membre Actif
avatar

Date d'inscription : 20/01/2013
Masculin
Messages : 6444
Pays : france
R E L I G I O N : Théiste universel N/P

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Ven 03 Nov 2017, 2:13 am

@poppy a écrit:
@Attila a écrit:


Les pays occidentaux sont surtout imbattable pour ce qui de défendre la paix et le droit des hommes à disposer librement d'eux-mêmes.

L'Europe a payer au prix de millions de morts plusieurs tentatives de complots contre l'humanité ourdies par des gens et des partis politiques qui rêvaient d'établir des états racistes et totalitaires.

La barbarie ne passera pas tant que les démocraties veilleront !



 

J'ai eu un fou rire quand j'a lu ton texte "droits de l'hommes et compagnie" les totalitaires sont les démocraties qui veulent imposer leur système politique au monde islamique qu'il rejette !donc ne vous étonner après des conséquences

Vues vos réfs on n'est pas étonné.

Et surtout gardes présent à l'esprit que le rejet est partagé.
Revenir en haut Aller en bas
poppy
..
..


Date d'inscription : 01/11/2017
Masculin
Messages : 116
Pays : france
R E L I G I O N : islam

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Ven 03 Nov 2017, 2:21 am

le rejet est partagé? cesser donc vos guerres néo coloniale au sein du monde islamique pour imposer une chose que le monde islamique a toujours méprisé ! le seul souverain en Islam c'est Dieu et non les humains donc veuillez dire a vos amis de garder la démocratie chez eux !
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Ven 03 Nov 2017, 4:56 am





@poppy a écrit:
le rejet est partagé? cesser donc vos guerres néo coloniale au sein du monde islamique pour imposer une chose que le monde islamique a toujours méprisé ! le seul souverain en Islam c'est Dieu et non les humains donc veuillez dire a vos amis de garder la démocratie chez eux !


Les guerres actuelles dans les Pays Musulmans,

Sont des guerres entre Musulmans,

Sunnites contre Chiites, Arabes contre Perses,

Kurdes contre Sunnites,

Musulmans extrémistes contre Musulmans plus modérés, etc...

Tribus et Ethnies opposées les unes aux autres,

J'en passe et des meilleures...


Nous le déplorons,

Nous préférerions voir ces Pays oeuvrer à leur construction ou reconstruction,

Oeuvrer à la recherche de la Paix et de l'Harmonie entre les Peuples !







Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Ven 26 Jan 2018, 11:53 pm





Kaboul : l'explosion d'une « ambulance piégée » fait au moins 40 morts

L'attaque, qui s'est produite dans le centre de la capitale afghane, a été revendiquée par les talibans. C'est le troisième attentat en une semaine.

Source AFP

Publié le 27/01/2018 à 11:31 | Le Point.fr


« C'est un massacre », a affirmé sur Twitter Dejan Panic, coordinateur de l'ONG italienne Emergency spécialisé en chirurgie de guerre.
© AFP/ WAKIL KOHSAR

Au moins 40 personnes ont été tuées et 140 blessées samedi par l'explosion d'une ambulance piégée peu avant 13 heures (8 h 30 GMT) dans le centre de Kaboul, ont indiqué les autorités afghanes. Le ministère afghan de la Santé a annoncé ce bilan « provisoire », tandis que celui de l'Intérieur a précisé à l'Agence France-Presse que l'attentat, de très forte puissance, avait été causé par une ambulance piégée à proximité des locaux du ministère.

Un photographe de l'Agence France-Presse qui s'est rendu sur place immédiatement a pu voir de très nombreux corps de victimes ensanglantés, « morts et blessés » sur les trottoirs, que les riverains aidaient à évacuer. Il a également vu de très nombreuses victimes, hommes, femmes, enfants, acheminées dans l'hôpital Jamuriat voisin, traitées dans les couloirs submergés. « C'est un massacre », a affirmé sur Twitter Dejan Panic, coordinateur de l'ONG italienne Emergency spécialisé en chirurgie de guerre, qui a décompté au moins « 7 morts et 70 blessés » dans son hôpital. La photo qui accompagne son message montre de très nombreuses victimes allongées dans les couloirs sous les préaux de l'établissement.

La panique était totale sur place : les vitres ont été soufflées sur des centaines de mètres à la ronde, un immeuble voisin de l'hôpital Jamuriat, haut de quelques étages et profondément lézardé, menaçait de s'effondrer, selon le photographe, et les médecins ont demandé aux civils d'aider à évacuer les blessés qui risqueraient d'être ensevelis. L'attentat a été revendiqué par le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid sur WhatsApp : « Un martyr a fait sauter sa voiture piégée près du ministère de l'Intérieur où se trouvaient de nombreuses forces de police », a-t-il indiqué.

Troisième attentat en une semaine

Le Haut Conseil de la paix, chargé des négociations – bloquées – avec les talibans, estimait avoir été la cible privilégiée. « Ils ont visé notre barrage. C'était énorme, toutes nos vitres sont soufflées », a indiqué à l'Agence France-Presse un de ses membres, Hassina Safi. Les membres de la délégation européenne toute proche, dont les vitres ont été brisées, ont été rapidement mis en sécurité dans leur pièce sécurisée, a indiqué l'un d'eux à l'Agence France-Presse.

Le niveau d'alerte est extrême en ce moment à Kaboul, particulièrement dans le centre et le quartier diplomatique, dont la plupart des ambassades et institutions étrangères ont été placées en « lock down » (sorties interdites). L'attentat est le troisième en une semaine après l'attaque de l'hôtel Intercontinental de Kaboul, samedi 20 janvier, revendiquée par les talibans, et celle, mercredi, des locaux de Save the Children à Jalalabad (Est), revendiquée par le groupe État islamique.



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Sam 27 Jan 2018, 7:46 pm






Le bila de l'attentat d'hier 27 Janvier 2018 a malheureusement été revu à la hausse...



Citation :
Au moins 95 personnes ont été tuées et 158 blessées dans l'attentat à l'ambulance piégée samedi à Kaboul, selon un nouveau bilan communiqué par le ministère afghan de la Santé.

"Le bilan s'établit désormais à 95 morts et 158 blessés", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère Waheed Majroh, cinq heures après l'attaque revendiquée par les talibans.
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Dim 25 Fév 2018, 1:26 am





Pourquoi les talibans afghans font la guerre contre Daech?

© REUTERS/ Stringer

International
16:17 20.12.2015(mis à jour 16:41 20.12.2015)

Les talibans afghans déclarent qu'ils ont mis en œuvre des unités spéciales pour mener la guerre contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI, Daech) qui remet en question la dominance des talibans dans la région.

Des troupes spéciales des talibans créées début octobre dernier pour lutter contre Daech comptent actuellement plus de 1.000 combattants, rapporte la BBC. Ces troupes sont mieux préparées et équipées que des troupes ordinaires talibanes et leur objectif principal est d'écraser l'EI.

Les "commandos talibans" agissent dans toutes les provinces afghanes où Daech est présent et dont il peut s'emparer, y compris les provinces de Nangarhâr, de Farâh, de Helmand, de Zabol. Ils sont prêts à affronter l'Etat islamique n'importe où tandis que les autres talibans vont lutter contre l'armée afghane et contre le contingent international.

Le début du bras de fer

Les deux groupes terroristes, Daech et le Taliban se sont proclamé la guerre en janvier 2015 après la création d'une cellule de Daech dans le "Grand Khorasan", une région historique comprenant l'Afghanistan, le Pakistan, l'Iran et l'Asie centrale. C'était à ce moment-là que l'Etat islamique qui n'avait auparavant fait la guerre qu'en Syrie et en Irak, a franchi les frontières du monde arabe.

Daech est devenu le premier groupe terroriste qui a traité le chef taliban Mohammad Omar sans aucun respect. A l'époque, des chefs d'Al-Qaïda trouvaient asile chez mollah Omar et reconnaissaient son autorité. Mais Daech s'est opposé au mouvement des talibans et a révoqué en doute la légitimité du mouvement.

Les talibans ont appelé les djihadistes de l'EI à ne pas créer "un front djihadiste parallèle" et, dans une lettre adressée au chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi le 16 juin dernier, ils ont prévenu qu'ils étaient prêts à défendre tout ce qu'ils avaient gagné. En réponse, Daech a ordonné aux djihadistes d'agir "impitoyablement" et sans une "goutte de compassion" contre ceux qui n'avaient "pas fait pénitence" et n'avaient pas adhéré au califat.

Quand Daech a décidé de pénétrer en Afghanistan, les chefs des talibans ont ordonné à leurs commandants de faire tout leur possible pour résister aux djihadistes de l'Etat islamique. De nombreux affrontements entre les talibans et les djihadistes de Daech ont eu lieu depuis avril dernier: les uns cherchaient à s'emparer de nouveaux territoires, les autres à les garder sous leur contrôle.

De principales batailles aux pertes humaines considérables se déroulent dans les provinces de Nangarhâr, de Farâh, de Helmand, de Zabol. Selon des données provisoires, les talibans ont tué des dizaines de combattants de l'Etat islamique depuis octobre.

Comment Daech menace les talibans

La position dominante des talibans n'a jusqu'ici jamais été ainsi contestée par d'autres extrémistes. Ils ont dû faire face à un vrai cauchemar de désertion en masse de leurs combattants qui se mettent sous les drapeaux de l'Etat islamique. Pour régler cette situation, les talibans luttent contre leur adversaire de deux côtés — sur le champ de bataille et en matière d'idéologie.

L'Etat islamique pour sa part mène une campagne agressive contre le mouvement taliban embauchant des commandants d'autres groupes terroristes qui ont été exclus des rangs des talibans. Daech séduit également de jeunes chômeurs par des salaires de 500 dollars par mois. L'avenir de Daech en Afghanistan dépend pour une grande partie de ses succès en Syrie et en Irak mais aussi du comportement de certains représentants des commandants pakistanais, accusés de support aux talibans.

Quelle est la différence entre Daech et les talibans?

Les talibans étendent leur emprise en Afghanistan
© REUTERS/ Stringer

Les talibans étendent leur emprise en Afghanistan
Daech est une organisation panislamique cherchant à créer une formation politique qui comprendrait tous les pays et territoires musulmans. Pour cela elle est prête à faire le djihad à l'échelle mondiale. Le chef de l'Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi demande l'allégeance des musulmans du monde entier. Il souligne que l'existence simultanée de deux califes n'est pas possible.

Les talibans au contraire ne tentent que "libérer l'Afghanistan de l'occupation internationale" ce qui sous-entend le départ immédiat des forces internationales du territoire afghan.

D'autres différences concernent le domaine de la théologie. Les talibans confessent le hanéfisme qui est la plus ancienne des quatre écoles sunnites. Ils respectent également le soufisme et c'est pour cela qu'ils cherchent à éviter des conflits avec les chiites.

Daech par contre confesse le salafisme d'une branche sunnite mais il ne croit pas au soufisme et qualifie les chiites de "faux croyants".

Islamistes radicaux à Islamabad (archives)
© Sputnik. Evgueni Pajomov

Les talibans du Pakistan refusent de s'allier à l'EI
L'apparition de Daech en Afghanistan est une grande menace à la dominance des talibans. Les chefs talibans ont déjà entamé des négociations avec d'autres pays de la région les assurant que les talibans ne permettraient pas à Daech de se tailler un fief en Afghanistan et de mettre en danger la stabilité dans les pays voisins.

L'Iran, la Chine et la Russie doivent réexaminer leur politique envers les talibans parce qu'avant toutes les négociations avec ce groupe considéré comme terroriste par Moscou, ont été impossibles.

Actuellement, les talibans font la guerre contre Daech et contre le gouvernement afghan et ses alliés occidentaux.

La BBC estime que Daech a du mal à devenir la force principale parmi d'autres groupes radicaux. Mais s'il arrive à le faire, cela rendrait impossible le processus de paix en Afghanistan. Dans ce cas-là, l'instabilité pourrait répandre aux autres pays. Si les pays de la région n'acceptent pas un programme d'actions communes, leur avenir s'imagine assez morne.


https://fr.sputniknews.com/international/201512201020423646-afghanistan-taliban-daech/




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Dim 18 Mar 2018, 8:08 pm






Afghanistan : pourquoi tant d'attentats ?

Daniel Bastien |Le 03/02 à 15:00|Mis à jour le 05/02/2018 à 15:42 |
 

Les attentats se multiplient dans les grandes villes afghanes. L'effet d'une surenchère entre talibans et Daech dans leur course à la mise à bas de l'Etat, alimentée par la complexité du chaos ambiant.

L'Afghanistan est en guerre incessante depuis près de 40 ans, mais son niveau d'insécurité est aujourd'hui plus élevé que jamais. Le rythme des attentats d'envergure s'est accéléré depuis deux mois et le niveau d'alerte sécuritaire vient de passer à son niveau maximal dans un pays pourtant rompu aux attaques sanglantes. Quatre attentats d'ampleur se sont répétés au coeur de grandes villes en huit jours, et l'alternance de leurs auteurs ne laisse guère de doute sur le cours pris par les événements : l'Afghanistan devient le terrain d'une surenchère dans un affrontement indirect entre groupes terroristes -talibans et Daech notamment- qui s'insinuent désormais dans les villes, au plus près des lieux et des symboles du pouvoir d'Etat, à l'abri des bombardements, et dont les civils payent le prix.

Le 20 janvier, l'attaque d'une douzaine d'heures par des talibans lourdement armés a ainsi fait 20 morts à l'hôtel Intercontinental de Kaboul, essentiellement des étrangers; 25 janvier : 5 morts dans l'attaque par l'Etat islamique de l'ONG Save the Children à Jalalabad, qui aura duré 7 heures; 27 janvier : une ambulance piégée explose dans une rue bondée du centre de Kaboul, tuant 203 personnes et en blessant 235 dans  l'un des pires attentats depuis des années, et attribué au groupe Haqqani allié des talibans; dès le lendemain, deux kamikazes de l'Etat islamique attaquaient à leur tour l'Académie militaire de Kaboul (le « Saint-Cyr » afghan) et tuaient 5 militaires. Dans la capitale, les ambassades et les bureaux de l'ONU sont depuis placés en « lock down » (confinement total, sans sorties).
Au total, l'année 2017 aura été la plus meutrière depuis la chute des talibans en 2001. Selon le décompte des Nations unies, 8.000 personnes ont été tuées ou blessés sur les neuf premiers mois de l'année.
Pourquoi cette accélération ? Du fait d'un faisceau complexe et inextricable où se mêlent l'expansion du terrorisme, les affrontements entre groupes pour le « pouvoir »,  la faiblesse de l'Etat afghan, le rôle trouble du Pakistan, la stratégie américaine et l'élection de Donald Trump, et ...un lucratif marché de la drogue.  

Un « aimant » pour le terrorisme

Historiquement, l'Afghanistan est une terre de djihadisme. Al Qaïda y a vu le jour. Mais plus de 16 années de guerre menée par une coalition sous la houlette des Etats-Unis et l'Otan alliées aux forces de sécurité afghanes à la suite du 11 septembre 2001 n'y ont rien fait : la vingtaine de groupes terroristes opérant désormais en territoire afghan -au premier rang desquels figurent évidemment les talibans- est de plus en plus puissante. Et ils se disputent  aujourd'hui le pays.

- Les talibans sont toujours là

S'ils ont renversé en 2001 l'« Emirat islamique d'Afghanistan » des talibans qui régnait sur le pays depuis cinq, la coalition occidentale et l'armée afghane n'ont en revanche jamais réussi, depuis, à démanteler ce groupe issu des Pachtounes né au début des années 90 sous la direction du désormais célèbre mollah Omar. Résilients, et comme des poissons dans l'eau dans ce pays motagneux et compliqué, ceux qui ne sont pas alors partis au Pakistan livrent bataille contre l'armée afghane dans plus des deux tiers des provinces, leur présence ne cesse de se renforcer, et ils revendiquent la plupart des attentats. On leur en attribue actuellement deux sur trois.

Plus forts que jamais depuis 2001, en terme puissance et de qualité de combat grâce à la mise sur pied de forces spéciales soutenues par le Pakistan et un matériel sophistiqué, les talibans contrôlent aujourd'hui entre le tiers et 40% du territoire de l'Afghanistan, selon les sources, et plus de 200 des 400 districts du pays, avec un objectif : mettre à bas l'Etat afghan.

- L'Etat islamique s'insinue fermement

La présence de Daech en Afghanistan remonte à 2014, et son premier attentat à Kaboul à 2016. L'Organisation de l'EI, qui avait déjà des liens avec Al Qaïda, a alors recruté d'anciens talibans et dans des groupes djihadites pakistanais, afghans ou d'Asie centrale en jouant de sa rénommée internationale, mais sans y envoyer directement de « cadres » depuis la Syrie ou l'Irak. Les cellules de l'EI-Khorasan - appellation de la branche locale de l'EI en Afghanistan - ont été rapidement et bien implantées dans le sud et l'est du pays, dans la zone montagneuse de Tora Bora notamment. C'est à partir de là qu'ils ont pris pied dans le pays à la manière des talibans.

Depuis l'effondrement du Califat en Syrie et en Irak, un petit courant de djihadistes tchétchènes, tadjiks, ouzbeks, algériens et français les a rejoints au cours des derniers mois de 2017. Et un redéploiement financier de l'EI est prévisible.

Avec pour objectif de réhabiliter un nouveau califat, les combattants de Daech se sont vite implantés dans les grandes villes en visant à endoctriner la classe moyenne afghane plutôt éduquée (à la différence des talibans dont la base est très rurale et non salafiste), les jeunes adultes et les universités, et ont multiplié les attentats depuis 18 mois au point de rendre Kaboul un des endroits les plus dangereux du pays.

Washington - qui a tué le chef de l'EI-Khorasan, Abou Sayed, en juillet dernier, le troisième en moins d'un an - avait promis d'éradiquer les djihadistes de Daech avant la fin 2017, et Donald Trump avait d'ailleurs lancé sur eux  la plus grosse bombe conventionnelle existante en avril. Mais on en est toujours au même point.

- Des groupes djihadistes alliés

Al Qaïda est toujours présent dans tout le pays, comme les groupes djihadites pakistanais, et surtout l'important réseau Haqqani. Basé au Pakistan dans les zones tribales frontalières avec l'Afghanistan, avec pour fief Miransha dans le Waziristan, ce groupe est à la fois l'allié d'Al Qaïda et des talibans dans leur combat contre les forces de l'Otan... et soupçonné de proximité avec les services secrets pakistanais. Son chef, Sirajuddin Haqqani, est d'ailleurs l'adjoint du chef des talibans afghans, et considéré par Washington comme le « bras » du groupe historique.

Rompus aux opérations kamikazes, crédités de l'assasinat de hauts responsables afghans et participant à l'industrie de l'enlèvement d'étrangers contre rançon, c'est à eux qu'on attribue le carnage du 27 janvier à Kaboul.  

- Une concurrence Daech-talibans

Le discours de l'Etat islamique en Afghanistan est beaucoup plus radical que celui des talibans. Absolument hostile au Pakistan -le voisin détesté-, il très populaire auprès des Afghans. Son créneau très « urbain-classes moyennes-universités-salafisme » lui assure par ailleurs une grande marge de croissance à l'avenir, estiment les experts.

Les talibans, qui ont toujours été en première ligne contre une progression de Daech en Afghanistan et qui savent qu'ils ne sont plus la seule force rebelle, s'en inquiètent plus que jamais et sont entrés dans la surenchère avec eux, même s'ils se sont parfois alliés à eux pour attaquer certaines zones du pays. La compétition est donc ouverte, ce qui fait aujourd'hui craindre une accélération de la déstabilisation de l'Etat et de la société par une spirale de violence. Jusque, si possible, à un état de guerre civile.

Un abus de faiblesses

Le peuple afghan souffre d\'une guerre internationale qui dure depuis plus de 16 ans, d\'un terorrisme qui s\'intensifie, et d\'un Etat faible et corrompu qui ne lui offre aucune autre perspective d\'avenir que la violence. - Rahmat Gul/AP/SIPA
Le peuple afghan souffre d'une guerre internationale qui dure depuis plus de 16 ans, d'un terorrisme qui s'intensifie, et d'un Etat faible et corrompu qui ne lui offre aucune autre perspective d'avenir que la violence. - Rahmat Gul/AP/SIPA

- Un Etat « failli »

Le défi de Kaboul - ramener la stabilité dans le pays, même avec l'aide des Américains et de l'Otan - apparaît aujourd'hui inatteignable. Que peut faire un gouvernement fracturé, fragile, et sans légitimité ? Alors que leur président Ashaf Ghani est pachtoune et et le Premier ministre Abdullah Abdullah est tadjik, leur coalition parlementaire, ravagée par les rivalités internes, a été constituée lors d'élections dont les résultats n'ont jamais été publiés ...

La Brookings Institution, think thank réputé de Washington, estime que le gouvernement « est le premier coupable », en parlant d'« élites entre elles », de personnalités gouvernementales sans soutien populaire et sans charisme, d'absence de partis ou d'idéologie en mesure d'unir les Afghans et de créer des loyautés, et de pouvoirs locaux (souvent des « seigneurs de la guerre », voire des milices ou les talibans) qui héritent de fait de la plupart des pouvoirs...

Résultat : sans état de droit, sans gouvernance et sans sécurité, le pays est abandonné à lui-même. Et comment pourrait résister un Etat miné par une corruption aussi spectaculaire, alors que parallèlement la situation sécuritaire n'a cessé d'empirer depuis le retrait militaire américain en 2014 ?

- Le rôle trouble du Pakistan

Officiellement allié de la lutte internationale contre le terrorisme, le Pakistan est de manière récurrente montré du doigt et accusé d'héberger, de financer et d'armer les talibans, et le réseau Haqqini notamment. Obsédé par son ennemi indien, Islamabad est en effet toujours à la recherche d'une sorte de profondeur de champ stratégique dans un Afghanistan si possible ami -et au pire non-hostile- en cas de guerre avec New Delhi. De là son art consommé d'aider les rebelles qui, en « neutralisant » la situation en Afghanistan, lui permette de conforter ses positions face à l'Inde.

Début janvier, Donald Trump a ainsi vertement mis les pieds dans le plat en dénonçant les « mensonges » et la « duplicité » d'Islamabad dans sa lutte contre le terrorisme, et en menaçant le Pakistan de suspendre l'aide américaine annuelle de 2 milliards de dollars. Même le secrétaire d'Etat Rex Tillerson a clairement accusé Islamabad d'être  trop complaisant envers les talibans . Pour Washington, le double-jeu est est patent : Islamabad ne fait pas le « job »; pire, il encourage les rebelles. Or, rapelle la Brookings Institution :

- Les Américains dans une impasse

Les Etats-Unis se débattent en Afghanistan dans la plus longue guerre de leur histoire, et on reconnaît au Pentagone que la situation stratégique est dans une « impasse ». Ils y ont déjà dépensé depuis 2001 quelque 1.000 milliards de dollars qui sont partis en fumée, perdu 2.400 soldats et rapatrié 20.000 blessés. Dès 2017, on y prévoyait une détérioration de la situation cette année malgré l'augmentation de la présence militaire américaine décidée  par Donald Trump.

En quittant la Maison Blanche, Barack Obama avait laissé sur place environ 8.400 militaires (sans compter 6.000 militaires de l'ISAF -Otan), loin du « pic » de 100.000 hommes atteint durant son mandat. Depuis août dernier, le nouveau  président a décidé de faire passer ces effectifs à 14.000, et d'en ajouter bientôt 1.000 de plus, afin d'éviter un « vide » qui profiterait aux « terroristes ». Mais sur le fond, on se rend compte outre-Atlantique que ce ne sont pas quelques milliers de militaires qui vont changer la donne en Afghanistan, et qu'au mieux pourront-il préserver qu'une sorte de statu-quo.

Les experts remarquent de surcroît que les Américains et leurs alliés de l'Otan n'ont globalement pas bien formé les forces armées afghanes : si les unités spéciales d'élites sont très bien entrainées, elles ne représentent que 17.000 des 300.000 hommes assurant la sécurité du pays. Pas très efficaces, elle ne sont de plus pas très loyales, pas très motivées, et subissent donc beaucoup de pertes sans grands résultats.  

- Perspectives : peu de place pour des négociations de paix

Sans surprise, la fragile situation militaire et politique de l'Afghanistan n'incite guère les talibans à la négociation... Et l'Etat islamique, de son côté, ne veut pas en entendre parler ... ce qui pousse les talibans à encore davantage de radicalité. Le High Peace Council créé en 2010 par le président afghan Hamid Karzai pour négocier avec les talibans n'a d'ailleurs jamais eu de contacts directs avec le mouvement rebelle, rappelle le « New York Times » ...

Sur le fond, les talibans ne sont pas en mesure de gagner, et Washington ne reconnaît pas son échec. Court terme et statu-quo s'imposent aux adversaires comme la moins mauvaise solution. L'option militaire américaine d'envoyer davantage de troupes convient aux deux camps : la seule annonce en août dernier de l'augmentation des effectifs militaires américains a eu pour effet immédiat de provoquer un surcroît de violence, les talibans semblant indexer le niveau de leurs attentats sur l'étiage des troupes étrangères dans le pays.  Sur le terrain, les Afghans ne sont pourtant pas favorables à un retour des talibans au pouvoir : pas plus de 5% d'entre eux le souhaitent, d'après les sondages.  

L'avenir est donc bien sombre. Aux Etats-Unis, certains estiment qu'il faudrait accompagner l'action militaire d'une nouvelle stratégie politique et économique. Mais on en semble loin. Des territoires pourront passer des mains des uns à celle des autres, sans que cela puisse faire pencher la balance dans un sens ou dans l'autre, estime-t-on à la Brookings Institution. Pour commencer à sortir de l'impasse, la clé reste donc essentiellement du côté du Pakistan : « Mettre à bas les talibans demanderait la fin du sanctuaire pakistanais ».

Daniel Bastien

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/0301220716503-afghanistan-pourquoi-tant-dattentats-2150503.php#kgHozQ28QgdFDR45.99





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Sam 24 Mar 2018, 8:26 pm







franceinfo avec AFP

France Télévisions

Mis à jour le 21/03/2018 | 13:18
publié le 21/03/2018 | 12:37


Afghanistan : un attentat devant l'université de Kaboul fait au moins 26 morts

Cette attaque, la cinquième dans la capitale en l'espace de quelques semaines, a été revendiquée par le groupe Etat islamique.

Au moins 26 personnes, pour la plupart des adolescents, ont été tuées lorsqu'un kamikaze à pied s'est fait exploser devant l'université de Kaboul, a annoncé le ministère de l'Intérieur, mercredi 21 mars. Une attaque qui a eu lieu alors que les Afghans fêtaient Norouz, le Nouvel An perse.

"L'assaillant a actionné sa veste explosive dans une foule. La plupart [des victimes] célébraient Norouz", a déclaré Nasrat Rahimi, l'adjoint du porte-parole du ministère de l'Intérieur. Dix-huit autres personnes ont été blessées, "toutes des civils", la plupart "des adolescents", a-t-il ajouté.

Cette attaque, la cinquième dans la capitale en l'espace de quelques semaines, a été revendiquée par le groupe Etat islamique, a rappoté le SITE Intelligence Group, organisme spécialisé dans la surveillance des sites internet islamistes. Les talibans pour leur part ont nié toute implication.


https://www.francetvinfo.fr/monde/afghanistan/afghanistan-un-attentat-devant-l-universite-de-kaboul-fait-au-moins-26-morts_2667420.html








Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Lun 23 Avr 2018, 8:01 pm




Afghanistan : près de 60 morts dans un attentat-suicide revendiqué par Daech

Un attentat-suicide a fait près de 60 morts dans un centre électoral à Kaboul, en Afghanistan, ce dimanche 22 avril au matin. Plus de 100 personnes ont également été blessées. L'attaque a été revendiquée par le groupe État islamique.

Mis à jour le 22/04/2018 | 20:56
publié le 22/04/2018


Scène de désespoir dans ce quartier de l'ouest de Kaboul. Un kamikaze venu à pied s'est fait exploser au milieu d'une foule qui attendait pour s'inscrire sur des listes électorales pour le prochain scrutin, ce dimanche 22 avril au matin. Des dizaines de morts, dont des enfants. Plus d'une centaine de blessés. L'attentat a été revendiqué par l'État islamique, qui estime que les chiites, majoritaires dans ce quartier, ne sont pas des musulmans.

Le pays vit au rythme des attentats islamistes

Au fil des heures, des blessés sont enfin évacués vers les hôpitaux. À l'intérieur, le personnel médical semble débordé. Les moyens sont rudimentaires. L'Afghanistan vit au rythme des attentats des islamistes, qu'ils soient de Daech ou des talibans. Le pouvoir est incapable de faire régner l'ordre. Chacun se demande si les élections législatives prévues à l'automne auront bien lieu.


https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/offensive-jihadiste-en-irak/afghanistan-pres-de-60-morts-dans-un-attentat-suicide-revendique-par-daech_2718358.html








Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Lun 30 Avr 2018, 6:35 pm




Les JT /
Les JT de France 2 /
20 Heures


Attentats en Afghanistan : "une stratégie de la lâcheté"

Un double attentat revendiqué par Daech a fait 37 morts, ce lundi 30 avril à Kaboul et dans cette même journée, une voiture a tué 11 enfants dans le sud de l'Afghanistan. En duplex sur le plateau du 20 Heures de France 2, le journaliste Nicolas Bertrand donne des éléments de réponse sur cette extrême violence.

France 2

Mis à jour le 30/04/2018 | 21:59
publié le 30/04/2018 | 21:58

L'Afghanistan est en pleurs. Un double attentat revendiqué par Daech a fait 37 morts, ce lundi 30 avril à Kaboul. Dans cette même journée, une voiture a tué 11 enfants dans le sud du pays. En duplex sur le plateau du 20 Heures de France 2, le journaliste Nicolas Bertrand donne des éléments de réponse sur cette extrême violence. Premièrement, les talibans et le groupe État islamique se livrent une concurrence morbide. "Il y a d'un côté les talibans historiques. De l'autre le groupe État islamique, qui a fait de l'Afghanistan sa base arrière. Entre eux, c'est une sorte de démonstration de force. À celui qui frappera le plus fort, à celui qui tuera le plus de civils. Sans avoir malheureusement aucune pitié pour les vies humaines", explique-t-il.

Un changement de stratégie

Nicolas Bertrand explique aussi que cette escalade est liée à un changement de stratégie de la part des insurgés. "Ils veulent toujours semer la terreur en Afghanistan et montrer à quel point le pouvoir central à Kaboul est faible. Mais ils ne s'attaquent plus à des soldats, des cibles militaires. C'est bien plus facile de s'attaquer aux civils et ça rapporte plus en matière de peur. C'est une stratégie de la lâcheté qui est aujourd'hui malheureusement en train de porter ses fruits en Afghanistan", décrypte le journaliste.


https://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/20-heures/attentats-en-afghanistan-une-strategie-de-la-lachete_2731351.html







Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Lun 02 Juil 2018, 3:31 am




Les sikhs afghans visés par l’EI

La communauté sikhe compte quelques milliers de représentants en Afghanistan, principalement installés à Kaboul, Jalalabad et à Kandahar, dans le Sud.

Le Monde | 02.07.2018 à 12h02 • Mis à jour le 02.07.2018 à 12h43


Cet attentat a été revendiqué en début de soirée par le groupe Etat islamique, qui affirme avoir voulu viser le président afghan, Ashraf Ghani, en visite dans la capitale du Nangarhar, à la frontière avec le Pakistan.

Au lendemain d’un attentat qui a fait 21 morts à Jalalabad (est de l’Afghanistan), dont dix-sept sikhs et hindous selon les autorités locales, les sikhs afghans exigent, lundi 2 juillet, une enquête. Parmi les 21 morts figurent Atvar Singh, candidat pour représenter la minorité religieuse sikhe au Parlement aux élections d’octobre, et Rawal Singh, figure éminente et active de la communauté.

L’explosion s’est produite quelques heures après l’inauguration d’un hôpital à Jalalabad par le président de la République, Ashraf Ghani. Le groupe djihadiste Etat islamique (EI), qui s’est établi ces dernières années dans la province de Nangarhar, autour de Jalalabad, a revendiqué l’attaque par le canal de son agence, Amaq, expliquant avoir voulu viser le président afghan en visite dans la capitale du Nangarhar, à la frontière avec le Pakistan et qu’il visait les sikhs, un groupe qualifié de « polythéiste ».

Le sikhisme est une religion monothéiste apparue au XVIe siècle dans le nord-ouest de l’Inde avec la volonté de rejeter le système des castes et de réconciclier les deux religions majoritaires dans le pays, l’hindouisme et l’islam.

« Nous exigeons une enquête du gouvernement sur cet attentat, faute de quoi nous irons manifester devant l’ambassade américaine et d’autres, à Kaboul », prévient le fils du candidat, Narendar Singh. « C’est un gouvernement faible qui n’arrive à protéger personne », accuse le jeune homme.

Exode massif depuis 1979

La communauté sikhe compte quelques milliers de représentants en Afghanistan, principalement installés à Kaboul, Jalalabad et à Kandahar, dans le sud. La Constitution leur garantit une représentation au Parlement. Ils étaient environ 50 000 avant le début de la guerre contre l’URSS, en 1979.

L’exode a commencé, massivement, avec l’invasion soviétique puis s’est poursuivi au fil des conflits successifs qui secouent le pays depuis bientôt quarante ans.

Les conclusions des enquêtes annoncées après les attentats, même les plus choquants, qui frappent régulièrement les civils, sont rarement rendues publiques. Ce silence entretient la défiance et la suspicion au sein de la population.


https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2018/07/02/les-sikhs-afghans-vises-par-l-ei_5324437_3216.html








Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Sam 04 Aoû 2018, 6:10 pm






Afghanistan : 35 morts dans un double attentat-suicide dans une mosquée

L’EI a revendiqué l’explosion qui s’est produite vendredi à l’heure de la prière dans une mosquée chiite de Gardiz, dans l’est de l’Afghanistan.

LE MONDE | 03.08.2018 à 13h39 • Mis à jour le 04.08.2018 à 22h52


L’attaque a eu lieu à Gardez, dans l’est du pays.  

Un double attentat-suicide dans une mosquée chiite a fait vendredi, à l’heure de la prière, au moins 35 morts et 94 blessés à Gardiz, dans l’est de l’Afghanistan, selon le dernier bilan annoncé samedi 4 août. Trois enfants figurent au nombre des victimes, ont précisé les autorités.

Les kamikazes déguisés en femmes ont fait irruption dans l’édifice à Gardiz, dans la province de Paktiya, près de la frontière pakistanaise, et ont ouvert le feu sur les croyants avant d’activer leurs charges. « Les assaillants étaient bien des hommes, portant des burqas pour dissimuler leurs vestes explosives et leurs armes automatiques », a rapporté le chef de la police provinciale, le général Raz Mohammad Mandozai. « Ils ont d’abord ouvert le feu sur la foule à l’intérieur de la mosquée avant de déclencher leurs charges. »

Dans la soirée de samedi, le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué l’attaque via son organe de propagande Amaq, selon le site américain spécialisé dans la surveillance des groupes islamistes et extrémistes Site. Les talibans avaient rapidement fait savoir qu’ils n’avaient « rien à voir » dans ce massacre, désignant une nouvelle fois, implicitement, l’EI.

La minorité chiite régulièrement visée par l’Etat islamique

La province montagneuse de Paktiya, majoritairement pachtoune et tribale, est un territoire excentré et difficile d’accès, frontalier des zones tribales du Pakistan, où vont et viennent les talibans et des membres du réseau terroriste haqqani qui leur est affilié.

Depuis deux ans, la minorité chiite d’Afghanistan est régulièrement ciblée par des attentats généralement revendiqués ou attribués à l’EI.

L’EI, dont les combattants subissent de lourdes pertes sur le front militaire, confrontés aux assauts des talibans et des armées afghane et américaine dans le Nord, a multiplié les attentats récemment.

Plus de 150 d’entre eux et leurs commandants se sont rendus aux forces afghanes en début de semaine dans la province de Djozdjan, dans le Nord.


https://www.lemonde.fr/international/article/2018/08/03/afghanistan-au-moins-22-morts-et-25-blesses-dans-un-double-attentat-suicide-dans-une-mosquee_5339040_3210.html





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Mer 12 Sep 2018, 7:30 pm




Afghanistan : 68 morts après un attentat suicide contre des manifestants


afp , le 12/09/2018 à 7h45
Mis à jour le 12/09/2018 à 9h42

Mardi 11 septembre, 68 personnes sont décédées lors d’un attentat suicide dans l’est de l’Afghanistan. Il s’agit du second attentat le plus meurtrier dans le pays depuis le début de l’année.

Afghanistan : 68 morts après un attentat suicide contre des manifestantsZOOM 

AFP

Le bilan de l'attentat suicide contre des manifestants, mardi 11 septembre dans l’est de l’Afghanistan, a été revu en hausse mercredi et s’élève désormais à 68 morts, a appris l’AFP auprès du porte-parole du gouverneur de la province de Nangarhar.

Selon Ataullah Khogyani, 68 personnes sont décédées et 165 ont été blessées lorsqu’un kamikaze a fait exploser sa charge au milieu d’une foule de manifestants, à environ 70 km de la ville de Jalalabad. Le directeur des services de Santé de la province de Nangarhar, Najibullah Kamawal, a confirmé ce bilan. Il s’agit du second attentat le plus meurtrier en Afghanistan depuis le début de l’année. Un précédent bilan, mardi, faisait état de 32 morts et 128 blessés.

Une attaque revendiquée par aucun groupe insurgé

Aucun groupe insurgé n’a pour l’instant revendiqué cette attaque

"Certaines familles ont pu directement ramener des corps dans leurs maisons ou partir directement les enterrer au cimetière sans passer par les hôpitaux", a indiqué à l’AFP Inamullah Miakhil, le porte-parole des services de Santé de la province.

Les hôpitaux Rodat et Ghani Khel, dans le district de Jalalabad, ont rapidement été saturés de personnes qui y ont accouru couvertes de sang, a constaté un correspondant de l’AFP. Des blessés étaient soignés dans les couloirs, les plus gravement atteints étaient transportés à l’hôpital central de Jalalabad.

« Le photographe Shah Marai avait le souci de témoigner pour que son pays ne soit pas oublié »

Aucun groupe insurgé n’a pour l’instant revendiqué cette attaque dans une région où le groupe Etat islamique (EI) et les talibans sont actifs.

L’attentat le plus meurtrier depuis le début de l’année en Afghanistan remonte à fin janvier, quand une ambulance piégée avait explosé dans le centre de Kaboul, faisant plus de 100 morts et 235 blessés. Cette attaque, revendiquée par les talibans, avait semé terreur et désolation dans l’un des quartiers les plus animés de la capitale afghane.

afp
Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 12475
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: Sans oublier l'Afghanistan   Mer 21 Nov 2018, 4:10 am




Attentat à Kaboul : la lecture de versets du Coran soudain interrompue, raconte un blessé

© AFP, WAKIL KOHSAR


Au moins 40 morts dans un attentat-suicide pendant un rassemblement religieux à Kaboul,

AFP, publié le mercredi 21 novembre 2018 à 15h44


"La lecture de versets du Coran" a soudain été interrompue "au moment de l'explosion", raconte sur son lit d'hôpital Obaidullah, au lendemain de l'attentat-suicide ayant visé un rassemblement religieux qui a provoqué la mort d'au moins 55 personnes mardi à Kaboul.

"Puis je me suis retrouvé couvert du sang qui jaillissait de mon visage", ajoute l'homme dont le visage et le thorax sont en partie cachés par des pansements.

Une vidéo réalisée pendant le drame, largement partagée sur les réseaux sociaux et diffusée à la télévision afghane, fait entendre la lecture de ces versets, à laquelle un éclair de lumière met un terme dans l'immense salle où étaient réunis les convives.

"Après l'explosion, j'étais étendu à terre, couvert de chair et de sang", se souvient quant à lui Ahmad Fareed, alité un peu plus loin avec des bandages sur le torse, une épaule et sa jambe gauche.

"J'ai essayé de me relever mais je ne pouvais pas bouger à cause de ma jambe", poursuit d'une voix lente cet homme de 40 ans. "La plupart des gens autour de moi étaient morts. Leurs corps ont dû me protéger car le kamikaze était proche de nous", témoigne-t-il. "C'est peut-être pour ça que je suis encore en vie".

D'après un dernier bilan, plus de 94 personnes ont également été blessées dans l'attaque, parmi les plus meurtrières de l'année en Afghanistan.

Ahmad Fareed, qui dit avoir été fouillé par la sécurité "au moins trois fois" avant de pénétrer dans la salle, n'aurait "jamais imaginé qu'on puisse attaquer un rassemblement de religieux et particulièrement en ce jour sacré", où était commémoré la naissance du prophète Mahomet.

- Pas de revendication -

Un millier de personnes assistaient comme lui à deux commémorations mardi à l'Uranus wedding hall, selon un manager de ce grand complexe dans lequel sont généralement organisés des mariages, mais où se déroulent aussi de vastes rassemblements.

"Au rez-de-chaussée, il y avait des oulémas de tout l'Afghanistan, dont des membres du Conseil des oulémas", la plus haute institution religieuse de ce pays, a déclaré à l'AFP le mufti Shams Rahman Frotan.
"L'explosion s'est produite au premier étage, où un autre rassemblement était organisé par des religieux soufis", une branche mystique de l'Islam, a-t-il ajouté.

On ignore toujours si l'attentat-suicide, qui n'a pas été revendiqué, visait expressément la communauté soufie. Alors que des musulmans du monde entier célèbrent la naissance du prophète, certains fondamentalistes considèrent ce rituel hérétique.

"Il y a beaucoup de groupes religieux en Afghanistan qui s'opposent à la célébration de l'anniversaire du prophète et se font sauter, que vous soyez soufi ou non", a commenté un conseiller du ministre des Affaires religieuses, Mehrab Danish, interrogé par l'AFP.

Les talibans, par la voix de leur porte-parole Zabihullah Mujahid, ont sur la messagerie WhatsApp "fermement condamné cette attaque".
Le groupe Etat islamique (EI), à l'origine de la plupart des attentats-suicides en Afghanistan, est resté silencieux.
Pour le vice-président Afghan, Abdullah Abdullah, qui s'entretenait mercredi avec l'AFP, que "les talibans clament leur responsabilité ou la nient, ils sont responsables d'avoir crée l'environnement actuel" en Afghanistan, "ils sont responsables de la violence".

Mercredi matin, des employés s'affairaient pour nettoyer l'entrée du bâtiment en prévision de nouveaux évènements.

Au premier étage, des traces du chaos de la veille étaient toujours visibles. Chaises renversées, débris de plafond mais surtout de grandes tâches de sang à la surface des tapis et des dizaines de chaussures, foulards, turbans ou chapeaux éparpillés sur le sol.

Les condamnations internationales ont afflué, comme après chaque attentat en Afghanistan.

Le chef de la mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA), Tadamichi Yamamoto, estime ainsi que "l'attaque d'hier à Kaboul n'est rien de moins qu'une atrocité".

Le département d'Etat américain a condamné un "acte sans vergogne". La délégation de l'Union européenne en Afghanistan a jugé que l'attentat était "une attaque contre nous tous, religieux ou non, qui chérissons la liberté".

Mardi soir, le président afghan Ashraf Ghani avait quant à lui fustigé les "ennemis de l'Islam" et décrété mercredi journée de deuil national.






Revenir en haut Aller en bas
 

Sans oublier l'Afghanistan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Danse - musique avec ou sans paroles ?
» Idées pour faire la vaisselle sans trop consommer d'eau?
» Roquefort, Bleu sans présure?
» magasin végétarien et sans gluten à Paris
» ...le vin sans alc'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: INTER-RELIGIEUX :: Les persécutions politico-religieuses-