*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 Les homélies du pape François

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Les homélies du pape François   Mer 26 Mar 2014, 9:08 am

Rappel du premier message :


"Le salut est un don qu'il faut recevoir avec un cœur humble"

2014-03-25 Radio Vatican

Le Seigneur marche avec nous pour adoucir notre cœur. C’est ce qu’a affirmé le Pape François lors de la messe célébrée ce matin dans la chapelle de la maison Sainte-Marthe. En la Solennité de l’Annonciation d’aujourd’hui, le Pape a ensuite souligné que c’est uniquement avec un cœur humble comme celui de Marie, que nous pouvons nous rapprocher de Dieu. Le salut, a-t-il ensuite observé, ne peut ni s’acheter ni se vendre : il se donne.

Le Seigneur marche avec son peuple

D’où vient l’orgueil du cœur ? Le Pape François a développé son homélie en se concentrant sur Adam et Ève qui, cédant à la tentation de Satan, ont cru être comme Dieu. Cet « orgueil suffisant » a fait en sorte qu’ils soient éloignés du jardin. Mais le Seigneur ne les laisse pas marcher seuls, il leur fait la promesse de la rédemption et marche avec eux. « Le Seigneur- a encore dit le Pape-accompagna l’humanité sur ce long chemin. Il a fait un peuple. Il était avec eux ». Et ce « chemin qui a commencé par une désobéissance », « finit par une obéissance », avec le ‘oui’ de Marie à l’Annonce de l’ange. Le nœud qu’a fait Ève par sa désobéissance- a-t-il dit en rappelant Saint Irénée de Lyon- c’est Marie qui l’a dénoué par son obéissance ». C’est un chemin, a-t-il ajouté, « dans lequel les merveilles de Dieu se multiplient ».
Le Seigneur marche avec son peuple. Et pourquoi marchait-il avec son peuple, avec tant de tendresse ? Pour adoucir notre cœur. Il le dit explicitement : « Je ferai de votre cœur de pierre, un cœur de chair ». Adoucir notre cœur pour recevoir cette promesse qu’il avait faite au paradis. Par un homme est entré le péché, par un autre vient le salut. Et ce long chemin nous a tous aidé à avoir un cœur plus humain, plus proche de Dieu, ni tellement orgueilleux, ni tellement suffisant.

Obéissance et docilité du cœur

Et aujourd’hui, poursuit-il, la liturgie nous parle « de cette étape sur le chemin de la restauration », « il nous parle de l’obéissance, de docilité à la Parole de Dieu » :
« Le salut ne s’achète pas, ne se vend pas : il se donne. Il est gratuit. Nous ne pouvons pas nous sauver de nous-mêmes : le salut est un cadeau, totalement gratuit. Il ne s’achète pas par le sang des taureaux ou des chèvres : il ne peut pas s’acheter. Seulement, pour que ce salut entre en nous, il faut un cœur humble, un cœur docile, un cœur obéissant. Comme celui de Marie. Et, le modèle de cette voie du salut est Dieu-même, son fils, qui n’a pas considéré ce bien auquel on ne peut renoncer, le fait d’être égal à Dieu. Paul le dit ».

Le Pape a mis l’accent sur « le chemin de l’humilité, de l’humiliation ». Ceci, a-t-il dit, « signifie simplement de dire : je suis un homme, je suis une femme et toi, tu es Dieu » et aller au-devant de la présence de Dieu « dans l’obéissance, dans la docilité du cœur ». Et pour cela, il a exhorté, en la Solennité de l’Annonciation, « faisons la fête : la fête de ce chemin, d’une mère à une autre mère, d’un père à un autre père ».
Aujourd’hui, nous pouvons étreindre le Père qui, grâce au sang du fils, s’est fait comme l’un d’entre nous et qui nous sauve. Ce Père qui nous attend tous les jours… Regardons l’icône d’Ève et d’Adam, l’icône de Marie et JESUS, regardons le chemin de l’Histoire de Dieu qui marchait avec son peuple.
Et disons : « Merci. Merci, Seigneur car aujourd’hui, tu nous dis que tu nous as donné le salut. Aujourd’hui est un jour pour rendre grâce au Seigneur ».
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION


Date d'inscription : 12/12/2011
Messages : 4219

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Dim 13 Juil 2014, 6:18 am

« Nous sommes tous des semeurs de la parole de Dieu »

2014-07-13 Radio Vatican

La parabole du semeur « parle aujourd'hui à chacun, comme à ceux qui écoutaient JESUS il y a deux mille ans » : selon le Pape, l'Evangile de ce dimanche est toujours d'actualité et nous rappelle que « nous sommes tous des semeurs ».

Le Pape a d'abord expliqué la parabole du semeur comme JESUS l'a fait devant ses disciples : « le vrai personnage de cette parabole est la graine elle-même ». Celle qui tombe le long de la route représente « ceux qui écoutent le règne de Dieu mais ne l'accueillent pas ». Le grain tombé dans les pierres fait référence aux personnes « qui écoutent la parole de Dieu et l'accueillent tout de suite, mais de façon superficielle, car ils n'ont pas de racine et sont inconstants ». Les ronces sont une comparaison pour évoquer ceux « qui écoutent la parole mais, à cause des préoccupations mondaines et des séductions de la richesse, cette parole se retrouve étouffée ».

L'important est ce que l'on sème

En revanche, le seul terrain où la graine germe et donne des fruits est celui des gens qui « écoutent la parole, l'accueillent, en prennent soin et la comprennent ». La Vierge Marie est « le modèle parfait » de cette terre fertile selon François.

En s'adressant directement aux fidèles, le Pape a conseillé à chacun de se demander dans quelles dispositions nous accueillons la parole de Dieu : « Comment est notre cœur ? [...]

Quel type de graine sort de notre cœur et de notre bouche ? Nos paroles peuvent faire tant de bien et tant de mal. Elles peuvent guérir et peuvent blesser. Elles peuvent encourager ou déprimer.

Souvenez-vous que ce qui compte n'est pas ce qui entre, mais ce qui sort de la bouche et du cœur » a-t-il conclu.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION


Date d'inscription : 12/12/2011
Messages : 4219

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Dim 13 Juil 2014, 6:22 am

Appel du Pape pour la paix au Proche-Orient
 
2014-07-13 Radio Vatican
 
Après la prière de l'Angélus ce dimanche midi place Saint-Pierre, le Pape a lancé un appel « de tout [son] cœur » pour continuer à prier « avec insistance » pour la paix en Terre Sainte. François a tenu à rappeler la rencontre de prière qui avait eu lieu au Vatican le 8 juin avec les présidents israélien et palestinien, et le Patriarche Bartholomée : « on peut penser qu'une telle rencontre ait eu lieu en vain. Alors que non, car la prière nous aide à ne pas laisser vaincre le mal, ni à nous résigner sur le fait que la violence et la haine prennent le dessus sur le dialogue et la réconciliation ».

Le Pape a exhorté tous les acteurs, notamment les responsables politiques, à ne pas « économiser leurs prières et les efforts pour faire cesser les hostiités et arriver à la paix désirée pour le bien de tous ».

Après un moment de silence, François a ensuite demandé à chacun de s'unir dans la prière et s'est adressé directement à Dieu : « Maintenant, Seigneur, aide-nous ! Donne-nous la paix, montre-nous la paix, guide-nous vers la paix. Ouvre nos yeux et nos cœurs et donne-nous le courage de dire "Jamais plus la guerre !", "Tout est détruit avec la guerre !". Donne-nous le courage de faire des gestes concrets pour construire la paix... Rends-nous disponibles à écouter le cri de nos habitants qui nous demandent de transformer nos armes en instruments de paix, nos peurs en confiance et nos tensions en pardon ».
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION


Date d'inscription : 12/12/2011
Messages : 4219

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Lun 14 Juil 2014, 9:32 am


La prière pour la paix n’est jamais vaine - Appel pressant du Pape François afin que la spirale de violence qui bouleverse la Terre Sainte soit brisée


2014-07-14 L’Osservatore Romano

« Maintenant, Seigneur, aide-nous! Donne-nous la paix, enseigne-nous la paix, conduis-nous vers la paix. Ouvre nos yeux et nos cœurs et donne-nous le courage de dire: ‘Plus jamais la guerre!’; ‘Tout est détruit avec la guerre’. Infuse en nous le courage de faire des gestes concrets pour construire la paix... Rends-nous disponibles à écouter le cri de nos concitoyens qui nous demandent de transformer nos armes en instruments de paix, nos peurs en confiance et nos tensions en pardon ». Telle est la nouvelle prière du Pape François pour la paix en Terre Sainte. Il prie et demande de prier encore pour la paix, bien que le langage parlé dans ces terres ait encore la saveur acre de la haine, de la violence, du sang de tant d’innocents.

« J’adresse un appel pressant à tous – a-t-il dit dimanche 13 juillet aux fidèles réunis sur la place Saint-Pierre pour réciter l’Angelus avec lui – à continuer à prier avec ferveur pour la paix en Terre Sainte, à la lumière des événements tragiques de ces derniers jours ». Et rappelant la rencontre du 8 juin dernier avec le patriarche Bartholomée, le président Pérès et le président Abbas « avec qui nous avons invoqué le don de la paix et entendu l’appel à briser la spirale de la haine et violence » , il a réaffirmé avec force que, bien que certains « pourraient penser que cette réunion a eu lieu en vain », précisément « la prière nous aide à ne pas nous laisser vaincre par le mal, ni accepter que la violence et la haine prennent le dessus sur le dialogue et la réconciliation ».

Un double appel donc : aux parties intéressées et à tous ceux qui ont des responsabilités politiques au niveau local et international à « ne pas épargner la prière, et à n’épargner aucun effort pour mettre fin à toutes les hostilités et parvenir à la paix souhaitée pour le bien de tous » ; et aux fidèles à suivre l’exemple de la Vierge Marie, de sa prière silencieuse. Et la place a répondu par un silence éloquent. Peu auparavant, le Pape François avait rappelé la parabole du semeur qui jette sa semence dans tous les types de terrains, mais qui tire des fruits seulement de l’un d’entre eux. L’important est de continuer à jeter de bonnes semences, ensuite ce sera le terrain qui les fera fructifier. Mais ce terrain doit cependant être préparé .
Revenir en haut Aller en bas
Gilles
Membre_Actif
avatar

Date d'inscription : 07/10/2010
Masculin
Messages : 11153
Pays : canada
R E L I G I O N : Catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Lun 14 Juil 2014, 11:31 am

@Capucine a écrit:

La prière pour la paix n’est jamais vaine - Appel pressant du Pape François afin que la spirale de violence qui bouleverse la Terre Sainte soit brisée


2014-07-14 L’Osservatore Romano

« Maintenant, Seigneur, aide-nous! Donne-nous la paix, enseigne-nous la paix, conduis-nous vers la paix. Ouvre nos yeux et nos cœurs et donne-nous le courage de dire: ‘Plus jamais la guerre!’; ‘Tout est détruit avec la guerre’. Infuse en nous le courage de faire des gestes concrets pour construire la paix... Rends-nous disponibles à écouter le cri de nos concitoyens qui nous demandent de transformer nos armes en instruments de paix, nos peurs en confiance et nos tensions en pardon ». Telle est la nouvelle prière du Pape François pour la paix en Terre Sainte. Il prie et demande de prier encore pour la paix, bien que le langage parlé dans ces terres ait encore la saveur acre de la haine, de la violence, du sang de tant d’innocents.

« J’adresse un appel pressant à tous – a-t-il dit dimanche 13 juillet aux fidèles réunis sur la place Saint-Pierre pour réciter l’Angelus avec lui – à continuer à prier avec ferveur pour la paix en Terre Sainte, à la lumière des événements tragiques de ces derniers jours ». Et rappelant la rencontre du 8 juin dernier avec le patriarche Bartholomée, le président Pérès et le président Abbas « avec qui nous avons invoqué le don de la paix et entendu l’appel à briser la spirale de la haine et violence » , il a réaffirmé avec force que, bien que certains « pourraient penser que cette réunion a eu lieu en vain », précisément « la prière nous aide à ne pas nous laisser vaincre par le mal, ni accepter que la violence et la haine prennent le dessus sur le dialogue et la réconciliation ».

Un double appel donc : aux parties intéressées et à tous ceux qui ont des responsabilités politiques au niveau local et international à « ne pas épargner la prière, et à n’épargner aucun effort pour mettre fin à toutes les hostilités et parvenir à la paix souhaitée pour le bien de tous » ; et aux fidèles à suivre l’exemple de la Vierge Marie, de sa prière silencieuse. Et la place a répondu par un silence éloquent. Peu auparavant, le Pape François avait rappelé la parabole du semeur qui jette sa semence dans tous les types de terrains, mais qui tire des fruits seulement de l’un d’entre eux. L’important est de continuer à jeter de bonnes semences, ensuite ce sera le terrain qui les fera fructifier. Mais ce terrain doit cependant être préparé .
 
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Dim 20 Juil 2014, 6:22 am

Nouvel appel du Pape pour la paix au Proche-Orient et en Ukraine

2014-07-20 Radio Vatican

Nouvel appel du Pape François pour la Paix au Proche Orient, et ailleurs dans le monde, notamment en Ukraine.

Un appel lancé ce dimanche midi, au terme de la prière de l’Angelus.Avec une attention tout spéciale pour les chrétiens de Mossoul en Irak, chassés de leur ville par les djihadistes.

« J’ai appris avec préoccupation les nouvelles qui arrivent des communautés chrétiennes de Mossoul en Irak, et d’autres régions du Proche-Orient, où depuis le début du christianisme elles ont vécu avec leurs concitoyens en offrant une contribution significative au bien de la société. Aujourd'hui elles sont persécutées, nos frères et soeurs sont persécutés. Ils sont chassés, ils doivent quitter leurs maisons sans pouvoir rien emporter ».

«J'assure toutes ces familles et ces personnes de ma proximité et de ma prière constante», a encore déclaré le Pape. « Très chers frères et soeurs, tellement persécutés, a poursuivi le Pape en improvisant avec émotion, je sais combien vous souffrez, je sais que vous êtes dépouillés de tout. Je suis avec vous dans la foi en Celui qui a vaincu le mal ». «Vous qui êtes sur cette place, et vous qui nous suivez à la télévision, je vous invite à penser à ces communautés dans vos prières. Je vous exhorte aussi à persévérer dans la prière pour les situations de tension et de conflit qui persistent en différents endroits dans le monde, spécialement au Moyen-Orient mais aussi en Ukraine. Que le Dieu de la paix suscite en tous un authentique désir de dialogue et de réconciliation. La violence ne peut être vaincue par la violence. La violence ne peut être vaincue que par la paix. Prions en silence pour demander la paix. Tous en silence».

Une délégation d’évêques irakiens se trouve ce weekend à Rome. Ils ont rencontré ce samedi Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les relations avec les Etats. Parmi eux Mgr Ignace Youssef III Younan, patriarche d’Antioche des Syriens, qui a exposé les derniers faits au chef de la diplomatie du Saint-Siège. Mais aussi Mgr Casmoussa, archevêque émérite de Mossoul des Chaldéens, qui se désole que la ville ait été vidée de sa communauté chrétienne après l’ultimatum des djihadistes de l’Etat islamique qui ont pris possession de nombreuses régions d’Irak.

Le grain et la zizanie

Dans sa catéchèse, le Pape est revenu sur quelques paraboles évangéliques, ces « brèves narrations qu’utilisait JESUS pour annoncer le Royaume des cieux ». Parmi celles présentes dans l’Evangile du jour, il en est une « plutôt complexe » : celle du « bon grain et de l'ivraie », qui affronte « le problème du mal dans le monde et met en avant la patience de Dieu ».

Le Souverain pontife raconte que « la scène a lieu dans un champ où le propriétaire sème le grain ». Mais une nuit arrive l’ennemi et sème l'ivraie, « un terme en hébreux qui dérive de la même racine du nom de “Satan” et rappelle le concept de division ». Les ouvriers souhaitent alors arracher la mauvaise herbe, poursuit François, mais le maître les en empêche, craignant que ne soit aussi déraciné le grain.

L’enseignement de cette parabole est double, analyse le Saint-Père. « Tout d’abord le mal qu’il y a dans le monde ne provient pas de Dieu, mais de son ennemi, le Malin. Cette ennemi est rusé : il a semé le mal au milieu du bien, afin que ce nous soit impossible de les séparer nettement. Mais à la fin Dieu pourra le faire ».

Au Pape de poursuivre sur le second thème : « le contraste entre l’impatience des servants et la patiente attente du propriétaire du champ, qui représente Dieu. Parfois, nous avons grande hâte de juger, classifier, mettre de ce côté les bons, de l’autre les méchants. Dieu au contraire sait attendre. Lui regarde dans le “champ” de la vie de chaque personne avec patience et miséricorde: Il voit bien mieux que nous la saleté et le mal, mais il voit aussi les germes du bien et attend avec confiance qu’elles arrivent à maturation. Dieu est patient, Il sait attendre. »

« Le comportement du propriétaire est celui de l’espoir fondé sur la certitude que le mal n’a ni le premier ni le dernier mot, explique le Souverain Pontife. Et c’est grâce à ce patient espoir de Dieu que cette même ivraie peut finalement devenir du bon grain. »

« Mais attention, prévient François : la patience évangélique n’est pas indifférente au mal ; on ne peut pas faire de confusion entre le bien et le mal. Face à l'ivraie présente dans le monde, le disciple du Seigneur est appelé à imiter la patience de Dieu, à alimenter l’espoir avec le soutien d’une indéfectible confiance dans la victoire finale du bien, autrement dit Dieu. »
Revenir en haut Aller en bas
d3.mon
nouveau membre
avatar

Date d'inscription : 21/07/2014
Masculin
Messages : 2
Pays : France
R E L I G I O N : Catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Lun 21 Juil 2014, 2:43 am

@Capucine a écrit:

"Le salut est un don qu'il faut recevoir avec un cœur humble"


Le Pape a mis l’accent sur « le chemin de l’humilité, de l’humiliation ». Ceci, a-t-il dit, « signifie simplement de dire : je suis un homme, je suis une femme et toi, tu es Dieu » et aller au-devant de la présence de Dieu « dans l’obéissance, dans la docilité du cœur ». Et pour cela, il a exhorté, en la Solennité de l’Annonciation, « faisons la fête : la fête de ce chemin, d’une mère à une autre mère, d’un père à un autre père ».

Le pape est le chemin de la paix, la fête de ce chemin d'une mère à la Mère Marie, d'un père à Dieu le Père.


Et disons : « Merci. Merci, Seigneur car aujourd’hui, tu nous dis que tu nous as donné le salut. Aujourd’hui est un jour pour rendre grâce au Seigneur ».

AMEN Capucine !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.cite-catholique.org
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Lun 21 Juil 2014, 5:42 am

LA PATIENCE DE DIEU

Citédu Vatican, 20 juillet 2014 (VIS).

"Dans un champ où le maître sème le grain, une nuit, l'ennemi arrive et sème l'ivraie, un mot qui en hébreu dérive de la même racine que le nom Satan et qui se réfère au concept de division. Les serviteurs voudraient tout de suite arracher la mauvaise herbe, mais le maître les en empêche. Pourquoi? Pour ne pas, en ramassant l'ivraie, arracher avec elle le bon grain".

Tel est le commentaire de la célèbre parabole donné par le Pape François à l'angélus.

"L'image du bon grain et de l'ivraie permet d'aborder le problème du mal dans ce monde mettant en exergue la patience de Dieu.

Cette parabole nous livre un double enseignement.

D'abord, elle dit que le mal qu'il y a dans le monde ne vient pas de Dieu mais de son ennemi, le Malin.
Cet ennemi est astucieux. Il a semé le mal au milieu du bien, en sorte qu'il est impossible à nous, les hommes, de les séparer nettement; mais Dieu, à la fin, pourra le faire...

Ensuite, elle évoque l'opposition entre l'impatience des serviteurs et l'attente patiente du propriétaire du champ qui représente Dieu".

Le Pape a rappelé les nombreuses fois où nous nous empressons de juger, classer, mettre d'un côté les bons de l'autre les mauvais. "Lui regarde dans le champ de la vie de chaque personne avec patience et miséricorde. Il voit bien mieux que nous la saleté et le mal, mais il voit aussi les germes du bien et attend avec confiance qu'ils grandissent.

Dieu est patient, il sait attendre".

"L'attitude du maître est celle d'une espérance fondée sur la certitude que le mal n'a ni le premier ni le dernier mot.
C'est grâce à cette espérance patiente de Dieu que l'ivraie, à la fin, peut devenir du bon grain.

Mais attention, la patience évangélique n'est pas l'indifférence au mal. On ne peut confondre le bien et le mal! Face à l'ivraie présente dans le monde le disciple du Seigneur est appelé à imiter la patience de Dieu, à nourrir l'espérance avec le soutien d'une confiance inébranlable en la victoire finale du bien, c'est-à-dire de Dieu.

A la fin, en effet, le mal sera enlevé et éliminé: au temps de la moisson, c'est-à-dire du jugement".

Avant de conclure, le Pape François a ajouté: "A la fin nous serons tous jugés avec le même mètre avec lequel nous avons jugé, à l'aune de la miséricorde dont nous aurons fait preuve envers les autres".

Il a enfin encouragé l'assemblée à prier Marie "pour qu'elle nous aide à grandir dans la patience, l'espérance et la miséricorde".
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Lun 21 Juil 2014, 9:29 pm


LE TERRORISME, UNE FOLIE QUI SAIT SEULEMENT TUER


Citédu Vatican, 19 juillet 2014(VIS)

Hier le Saint-Père a adressé un message vidéo à la communauté israélite argentine, dans lequel il exprime sa proximité aux familles des victimes de l'attentat contre l'Association israélite argentine, perpétré il y a vingt ans à Buenos Aires (18 juillet 1994) et qui fit 85 morts et plus de 200 blessés: Le terrorisme est une folie, y dit le Pape. "Le terrorisme sait seulement tuer, il ne sait pas construire, il détruit. C'est pourquoi, je suis proche de tous ceux qui ont vu des vies brisées, des espérances détruites, ruinées. Parfois, on dit que Buenos Aires est une ville où il faut pleurer, où cependant on n'a pas assez pleuré. Au risque de tomber dans un lieu commun, je le répète, il nous faut pleurer. Nous sommes très enclins à classer des choses, à ne pas nous rendre compte des histoires, des souffrances, des choses qui auraient pu être belles et qui ne l'ont pas été. C'est pourquoi cela nous coûte de trouver des chemins de justice, pour affronter la dette que cette tragédie a contractée avec la société. Avec ma proximité, avec ma prière pour toutes les victimes, je souhaite aussi aujourd'hui la justice. Que justice soit faite. Que Dieu vous bénisse tous, les institutions, les familles. Que Dieu donne la paix à ceux qui sont morts dans cet acte de folie".
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Dim 27 Juil 2014, 12:49 am

« Tu peux changer de vie, en lisant l'Évangile ! »

2014-07-27 Radio Vatican

Dans son angélus dominical, avant d'évoquer les grands thèmes internationaux, le Pape François a livré un commentaire enthousiaste de l'Évangile proposé par la liturgie de ce jour, la conclusion de l'Évangile de Matthieu, dédié à la parabole du Royaume de Dieu (Mt 13, 44-52).

Pour François, cet extrait de l'Évangile « contient deux petits chefs d’œuvre : les paraboles du trésor caché dans un champ et de la perle de grande valeur. Elles nous disent que la découverte du Régne de Dieu peut arriver soudainement , comme pour l’agriculteur qui laboure et trouve le trésor espéré, ou bien après une longue recherche, comme pour le marchand de perles, qui finalement trouve la perle précieuse depuis longtemps rêvée.

Mais dans un cas comme dans l’autre, précise le Pape, reste la donnée que le trésor et la perle valent plus que tout autre bien, et donc l’agriculteur et le marchand, quand ils les trouvent, renoncent à tout le reste pour pouvoir l’acquérir.

Ils n’ont pas besoin de raisonner, de se poser des questions, de réfléchir : ils se rendent compte tout de suite de la valeur incomparable de ce qu’ils ont trouvé, et ils sont prêts à tout perdre pour l’avoir.

C’est comme ça pour le Royaume de Dieu : celui qui le trouve ne doute pas, il sent que c’est ce qu’il cherchait, ce qu’il attendait, et qui répond à ses aspirations les plus authentiques. Celui qui connait JESUS, qui le connait personnellement, reste fasciné, attiré par tant de bonté, tant de vérité, tant de beauté, et tout cela dans une grande humilité et simplicité. »

Le Pape François a livré l'exemple de son saint patron, François d'Assise, qui s'est laissé bouleversé par une rencontre personnelle avec le Christ. « Combien de personnes, combien de saints et de saintes, en lisant l’Evangile avec le cœur ouvert, ont été tellement frappés par JESUS qu’ils se sont convertis à Lui. Nous pensons à Saint-François d’Assise : lui était déjà un chrétien, mais un chrétien, disons, "à l’eau de rose" ! Quand il a lu l’Évangile, dans un moment décisif de sa jeunesse, il a rencontré JESUS et il a découvert le Royaume de Dieu, et alors tous ses rêves de gloire terrestre ont disparu.»

Lire l'Évangile, c'est trouver JESUS

Insistant sur l'appropriation personnelle des textes de la liturgie par chaque fidèle, dans son quotidien, le Pape a rappelé l'importance d'avoir toujours sur soi un petit Évangile de poche, comme ceux qui avaient été distribués place Saint-Pierre après l'angélus du dimanche 6 avril dernier.

« L’Évangile te fait connaitre JESUS, le vrai JESUS vivant, il te parle au cœur et te change la vie. Tous les jours il faut lire l’Évangile ! Lire l’Évangile, c’est trouver JESUS et avoir cette joie chrétienne, qui est un don du Saint-Esprit ! »

Et cette rencontre de JESUS-Christ, pour le Saint-Père, doit permettre aux vrais convertis d'irradier autour d'eux. « Tu peux changer concrètement de style de vie, ou bien continuer à faire ce que tu faisais avant, mais tu es un autre, tu renais : tu as trouvé ce qui donne du sens, de la saveur, de la lumière à tout, aussi aux difficultés, aux souffrances, à la mort. Tout prends du sens quand tu trouves ce trésor. (...) C’est ce que Dieu veut, et c’est pour ça que JESUS a donné sa propre vie jusqu’à mourir sur une Croix, pour nous libérer du pouvoir des ténèbres et nous transférer dans le règne de la vie.

Chers frères et sœurs, la joie d’avoir trouvé le trésor du Royaume de Dieu transparait, se voit. Le chrétien ne peut pas garder cachée sa foi, parce qu’elle transparait dans chaque parole, dans chaque geste, aussi dans ceux les plus simples du quotidien : transparait l’amour que Dieu nous a donné avec JESUS comme médiateur.

Nous prions, par l’intercession de la Vierge Marie, pour que vienne en nous et dans le monde entier son Règne d’amour, de justice et de paix.»
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Dim 03 Aoû 2014, 8:29 am

JESUS nous apprend à aimer les pauvres

2014-08-03 Radio Vatican

Compassion, partage, Eucharistie, c’est le chemin que nous indique JESUS. Le Pape Francois l’a rappelé dimanche lors de la prière de l’angélus en commentant l’Evangile du jour qui relate le miracle de la multiplication des pains et des poissons par JESUS afin de nourrir la foule. (Mt 14,13-21).

Le Saint-Père s’attarde sur le sens de ce geste qui nous livre trois messages.

Le premier est la compassion. « Face à la foule qui le suit, JESUS ne réagit pas avec irritation, mais il éprouve de la compassion, parce qu'il sait que la foule ne le cherche pas par curiosité, mais par nécessité.

Et le signe de cette compassion sont les nombreuses guérisons opérées par JESUS. Le Christ nous apprend à faire passer les besoins des pauvres avant les nôtres.

Nos besoins, même s’ils sont légitimes, précise le Saint-Père, ne seront jamais aussi urgent que ceux des pauvres, qui n'ont pas le minimum indispensable pour vivre ».

Mais attention, a déclaré le Saint-Père, il ne s'agit pas d'éprouver de la pitié, c'est beaucoup plus, c'est ressentir la souffrance de l'autre au point de la faire sienne. Tout comme JESUS qui souffe avec nous, qui souffre pour nous.

Le Pape invite au partage

Le deuxième message de JESUS est le partage. Et le Pape invite à comparer la réaction des disciples face à la foule fatiguée et affamée, à celle de JESUS. « Les disciples pensent qu’il convient de congédier la foule afin qu'elle puisse aller chercher de la nourriture. JESUS lui, les invite à lui donner à manger ». Deux réactions différentes qui, souligne le Pape, « reflètent deux logiques opposées ».

« Les disciples raisonnent selon le monde, où chacun doit penser à soi-même, JESUS, en revanche, pense selon la logique de Dieu, qui est celle du partage ».

Combien de fois, déclare le Pape François, avons-nous détourné le regard pour congédier les pauvres. C’est une façon polie de dire « débouillez-vous tout seul. Ce n'est pas l'attitude de JESUS, c’est de l’égoïsme ».

Comment recevoir l'Eucharistie

Le miracle des pains annonce l'Eucharistie. C’est le troisième message de JESUS. « Il est visible dans le geste du Christ qui “récite la bénédiction” avant de rompre le pain et de le distribuer à la foule. C'est le même geste que fera JESUS lors de la dernière Cène.

Dans l'Eucharistie, JESUS ne donne pas de pain, mais le pain de la vie éternelle, il se donne lui-même, en s’offrant au Père par amour pour nous ».

« Celui qui reçoit l’Eucharistie, sans éprouver de compassion et le sens du partage, précise le Pape, ne chemine pas sur les traces de JESUS ».

Et le Saint-Père conclut en affirmant que la compassion le partage et l’Eucharistie sont le chemin que JESUS nous indique dans l’Evangile. « Un chemin qui nous conduit à affronter avec fraternité les besoins de ce monde, mais qui nous mène au-delà de ce monde, parce qu'il provient de Dieu le Père et retourne à Lui ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mer 06 Aoû 2014, 8:18 am

Le Pape François appelle à s'appuyer sur les Béatitudes

2014-08-06 Radio Vatican

Le Pape François a repris ce matin ses traditionnelles audiences générales du mercredi, après une pause en juillet. L’audience ne s’est pas tenue place Saint-Pierre en raison de la forte chaleur mais dans le cadre plus restreint, et plus frais, de la salle Paul VI.

François s’est intéressé ce matin à la nouvelle Alliance de Dieu et des hommes qu’a permis JESUS par le don de sa propre vie. Une nouvelle Alliance qui n’annule pas l’Ancienne Alliance du temps de Moïse, mais l’accomplit.

Le Pape a commencé par évoquer une figure très significative, qui fait le lien entre l’Ancien et le Nouveau Testament : celle de Jean-Baptiste. « C’est lui le précurseur, celui qui prépare la venue du Seigneur, en prédisposant le peuple à la conversion du cœur et l’accueil de la consolation de Dieu, désormais proche. C’est lui qui fait le lien entre les prophéties et leur réalisation en JESUS-Christ. Il nous indique JESUS, nous invite à le suivre, et nous dit sans demi-mesure que ceci requiert humilité, pénitence et conversion. »

Et ce chemin se vit en pleine continuité avec l'Ancien testament : « Comme Moïse avait manifesté l’Alliance avec Dieu avec la force de la loi reçue au Sinaï, ainsi JESUS, sur une colline des rives du lac de Galilée, propose à ses disciples et à la foule un enseignement nouveau qui commence avec les Béatitudes. Moïse donne la loi sur le Sinaï et JESUS est le nouveau Moïse qui donne les Béatitudes. Les Béatitudes sont la voie que Dieu indique comme réponse au désir de bonheur inscrit dans l’homme, et perfectionné dans les commandements de l’ancienne alliance.»

Les Béatitudes, commandements de la Nouvelle Alliance

« Nous sommes habitués à entendre les 10 commandements mais pas les Béatitudes. Je vous invite donc à vous en souvenir, à les imprimer dans votre cœur, en les répétant après moi.» Ainsi a-t-il déroulé les Béatitudes, les unes après les autres :

Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux.

Heureux les affligés, car ils seront consolés.

Heureux les doux, car ils posséderont la terre.

Heureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés.

Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.

Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.

Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.

Heureux les persécutés pour la justice, car le Royaume des Cieux est à eux.

Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement contre vous toute sorte d'infamie à cause de moi.

Soyez dans la joie et l'allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux .

Relire les Béatitudes au quotidien, et les vivre

Comme il le rappelle souvent, le Pape François a demandé aux fidèles de garder toujours sur eux un petit exemplaire des Evangiles. « Rappelez-vous que vous devez toujours avoir sur vous un petit Évangile. Relisez le passage des Béatitudes ! Vous promettez de le faire ? a-t-il lancé à la foule. Aujourd’hui, votre mission c’est de lire les chapitres 5 et 25 de Matthieu dans ces paroles sont portées toute la nouveauté apportée par JESUS. En effet les Béatitudes sont comme le portrait de JESUS, sa forme de vie, et sont sa voie vers le bonheur, que nous pouvons aussi atteindre avec la grâce que Dieu nous donne. Ainsi en lisant les Béatitudes vous saurez comment mener votre vie chrétienne, vous verrez, c’est très simple ! »

« JESUS nous donne aussi le « protocole » sur lequel nous serons jugés. C’est celui que nous trouvons dans le chapitre 25 de l’Evangile selon Saint-Matthieu. Nous n’aurons pas de titres ni de privilèges. Le Seigneur nous reconnaitra si nous le reconnaissons dans le pauvre, dans l’affamé, dans celui qui est indigent ou marginalisé, dans celui qui souffrant et seul. Ceci est un des critères fondamentaux dans notre vie chrétienne, sur lequel JESUS nous invite à nous mesurer chaque jour. »

Appels pour le Moyen-Orient et la Chine

S’adressant aux pélerins de langue arabe, sans citer explicitement les crises en cours, le Pape a appelé à prier « pour la paix au Moyen-Orient. » Il s’est aussi exprimé plus longuement, sur le séisme du 2 août dernier en Chine : « J’exprime ma proximité aux populations de la province chinoise du Yunnan, frappée dimanche dernier par un tremblement de terre qui a provoqué de nombreuses victimes et de grands dommages. Je prie pour les défunts et pour leur famille, pour les blessés et pour ceux qui ont perdu leur maison. Que le Seigneur donne réconfort, espérance et solidarité dans l’épreuve.»

Hommage à Paul VI

36 ans jour pour jour après la mort de Paul VI, survenue le 6 août 1978, François, très applaudi notamment par les pèlerins italiens, a aussi rendu hommage à son prédecesseur, qu'il béatifiera le 19 octobre prochain. « Nous nous souvenons de lui avec affection et admiration, considérant comment il avait vécu en se dédiant totalement au service de l’Eglise, qu’il aimait de tout son être. Que son exemple de fidèle serviteur du Christ et de l’Evangile soit un encouragement et une stimulation pour nous tous ! »
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Dim 10 Aoû 2014, 8:12 am

« La foi sauve l'Eglise au milieu de la tempête »

2014-08-10 Radio Vatican

« L’Eglise est une barque qui doit affronter les tempêtes et qui semble parfois sur le point d’être renversée.
Ce qui sauve l’Eglise n’est pas le courage et les qualités de ses hommes, mais la foi, qui permet d’avancer même dans l’obscurité, au milieu des difficultés ».

Dans sa catéchèse lors de l’Angélus ce midi place Saint-Pierre, le Pape est revenu sur l’Evangile du jour (Matthieu, 14, 22-33), quand Pierre, naviguant sur une barque avec les disciples à la rencontre de JESUS, est pris dans la tempête. Pour reconnaître le Seigneur qui l’appelle, il n’hésite pas à aller à sa rencontre, alors que les vagues sont menaçantes. En danger alors qu’il est au milieu de l’eau, JESUS le sauve lorsque Pierre l’appelle à l’aide.

Cette image de Pierre est une belle icône de foi pour François. Fougueux et confiant dans le Seigneur, il peut accomplir des miracles. Selon le Pape, cette décrit également notre foi : « toujours fragile et pauvre, inquiète et en même temps victorieuse, la foi du chrétien marche en direction du Seigneur ressuscité, au milieu des tempêtes et des dangers du monde ».

Dieu est capable de nous faire faire des miracles si l’on a confiance en Lui. Quand Pierre remonte sur la barque, la tempête s’arrête aussitôt et les autres disciples, « tous petits et apeurés, deviennent grands au moment où ils se mettent à genoux et reconnaissent en leur Maître le Fils de Dieu » remarque le Pape.
Cette attitude des disciples est parfois la nôtre quand on s’éloigne de JESUS, quand on doute, « mais JESUS est toujours avec nous, peut-être caché, mais toujours présent et prêt à nous soutenir.
C’est la foi qui nous donne l’assurance de la présence toujours à nos côtés de JESUS ».

C’est donc la foi qui permet à la barque de l’Eglise de continuer à avancer, a conclu le Pape.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Dim 31 Aoû 2014, 1:35 am

Le Pape François appelle les chrétiens à toujours se renouveler

2014-08-31 Radio Vatican

Place Saint-Pierre de Rome, le Pape François, dans sa prière de l’Angélus dominicale, est revenu sur « le moment crucial » lors duquel JESUS, après avoir vérifié que Pierre et les autres onze apôtres avaient cru en Lui comme le Messie et le Fils de Dieu, « commença à [leur] montrer qu'il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup […], être tué, et le troisième jour ressusciter ». (Mt 16, 21).

Pour le Souverain Pontife, c’est un « moment critique lors duquel apparaît le contraste entre les modes de penser de JESUS et des disciples ». « Pierre se sent même le devoir de le réprimander, poursuit-il, car il ne peut pas attribuer au Messie une fin si ignoble. » Pierre vient alors à son tour réprimandé par JESUS, car ses « pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes » et sans s’en apercevoir fait la part de Satan.

« Nous les chrétiens vivons dans le monde, pleinement insérés dans la réalité sociale et culturelle de notre temps, analyse le Pape, et c’est juste ainsi, mais cela comporte le risque que nous devenions “mondains”, que nous perdions la charge de nouveauté qui nous vient du Seigneur et de l’Esprit Saint. Ce devrait être le contraire ; quand dans les chrétiens reste vive la force de l’Evangile, celle-ci peut transformer “les critères de jugement, les valeurs déterminantes, les points d’intérêts, la ligne de pensée, les sources d’inspiration et les modèles de vie” ». (Paul VI, Evangelii nuntiandi, 19).

« Il est ainsi nécessaire de se renouveler continuellement, poursuit François. Comment faire cela, dans la pratique », questionne-t-il : « En lisant et méditant l’Evangile chaque jour, pour que la parole de JESUS soit toujours présente dans notre vie ; en participant à la messe du dimanche, où l’on rencontre le Seigneur dans la communauté, écoute sa Parole et reçoit l’Eucharistie qui nous unit à Lui et entre nous. Enfin sont très importantes pour le renouvellement spirituel les journées de retraite et d’exercices spirituels.

Grâce à ces dons du Seigneur, nous pouvons nous confirmer non au monde, mais au Christ, et le suivre dans sa vie, perdant sa propre vie, dans le sens de l’offrir pour amour et dans l’amour.
Et cela comporte le sacrifice, la croix, pour la recevoir nouvellement purifiée, libérée de l’égoïsme et de l’hypothèque de la mort, pleine d’éternité. »
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Lun 01 Sep 2014, 9:04 am

Sainte Marthe : la force de la Parole de Dieu, c’est JESUS

2014-09-01 Radio Vatican


Le Pape François ne part pas en vacances, mais ces derniers jours, à l’exception, bien sûr, de son voyage en Corée, furent plus sereins. Il a pu lire des choses qui lui plaisaient, écouter de la musique, prier un peu plus qu’à l’accoutumée. Un rythme plus reposant qui finit ce lundi. Ses activités reprennent à commencer par les messes quotidiennes dans la chapelle de la Maison Sainte Marthe.

Dans son homélie, le Pape a rappelé qu’on n'annonce pas l’Evangile pour convaincre avec des paroles savantes, mais avec humilité, parce que la force de la Parole de Dieu, c’est JESUS lui-même et que seul celui qui a un cœur ouvert peut l’accueillir.

Qu’est-ce que la Parole de Dieu ? En commentant les lectures du jour, le Pape nous donne sa réponse et nous explique comment l’accueillir. Dans sa lettre aux Corinthiens, Saint Paul dit être venu à eux, non pas pour les « convaincre avec des arguments, des paroles et de belles figures. Non, dit Saint Paul. Je suis venu d’une autre manière, avec un autre style. Je vous ai parlé de la manifestation de l’Esprit Saint et de sa force. Pour que votre foi ne soit pas fondée sur la connaissance humaine, mais sur la puissance de Dieu », explique le Pape. Ainsi, la Parole de Dieu est autre chose que la parole humaine, de sagesse, scientifique ou philosophique. C’est une autre chose qui nous arrive autrement ».

Et on le découvre dans la lecture de l’Evangile de Luc (4, 16-30), quand JESUS commente les Ecritures dans la Synagogue de Nazareth où il a grandi. Au début, ses compagnons « l’admire pour ses paroles, puis se mettent en colère et veulent le tuer, résume le Pape. Ils sont passés d’un état à l’autre justement parce que la Parole de Dieu est une chose différente de la parole humaine ». Dieu nous parle en son Fils, « c’est-à-dire que la Parole de Dieu est JESUS, JESUS lui-même (...) Il est la force de la Parole de Dieu ».

Comment recevoir cette Parole ? « Comme on reçoit JESUS », répond le Pape. « L’Eglise nous dit que JESUS est présent dans l’Ecriture dans sa Parole » et pour cette raison François encourage, c’est « important », à lire un passage de l’Evangile pendant la journée. Pourquoi ? Pour apprendre ? « Non, pour trouver JESUS, parce que JESUS est sa Parole et dans l’Evangile ». A chaque fois que le Pape lit l’Evangile, il y trouve JESUS.

Et comment accueillir cette parole ? De nouveau, « comme on reçoit JESUS, avec un cœur ouvert et humble, avec l’esprit des Béatitudes. Parce que JESUS est venu comme ça en humilité, en pauvreté, avec l’onction de l’Esprit Saint. Il est force et Parole parce qu’il a reçu l’onction de l’Esprit Saint ».

« Nous ferions bien de nous demander pendant la journée, comment nous recevons chacun la Parole de Dieu... Comme une chose intéressante, ou je la reçois simplement parce que JESUS est vivant ? Suis-je capable - attention à la question - Suis-je capable d’acheter un petit Evangile ? Ça coûte peu cher. On peut le mettre dans sa poche, dans son sac, et quand on peut, en lire un passage et y trouver JESUS. Ces questions nous font du bien. Que le Seigneur nous vienne en aide » a conclu François
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mar 16 Sep 2014, 11:07 pm

« La Croix n'est pas la faillite de JESUS mais sa victoire »


2014-09-15 Radio Vatican

En ce dimanche où l’Église célèbrait la Croix glorieuse, le Pape est revenu sur le sens de cette Croix pour les chrétiens lors de la prière de l’angélus récitée place Saint-Pierre.« Certaines personnes non chrétiennes pourraient se demander pourquoi « exalter » la Croix ? » a demandé François. Mais nous pouvons répondre qu’il ne s’agit pas de n’importe quelle croix, mais la Croix de JESUS, car en elle s’est révélé au plus haut point l’amour de Dieu pour l’humanité.

« Pourquoi la Croix était-elle nécessaire ? » a poursuivi le souveain pontife. A cause de la gravité du Mal qui nous tenait en esclaves. Ainsi, la Croix de JESUS exprime à la fois toute la force négative du Mal et toute la douce miséricorde de Dieu, cette Croix semble décréter la faillite de JESUS mais elle est en réalité le signe de sa victoire. En mourant sur la croix, Dieu a conféré une royauté universelle à JESUS, voilà pourquoi il l’a « exaltée » a précisé le Pape.

« La Croix est notre véritable espérance ! » a poursuivi François, à travers le visage de JESUS crucifié, chacun de nous peut contempler la racine de notre Salut, c’est d’elle que jaillit la miséricorde du Père qui embrasse le monde entier.

Une prière pour la Centrafrique

Le signe de la Croix que font les chrétiens n’est pas « magique » ! a néanmoins averti le Saint-Père, croire dans la Croix de JESUS signifie le suivre sur son chemin et participer à son œuvre de Salut. Le Pape a ainsi tenu à rappeler le sacrifice et les souffrances de tant de chrétiens persécutés dans le monde, qui acceptent le sacrifice, là, a-t-il précisé où la liberté religieuse n’est pas encore garantie ou pleinement réalisée.

A l’issue de l’Angélus, François a eu des mots particulier pour la République Centrafricaine, à la veille de l’arrivée dans le pays d’une mission de paix des Nations Unies. Rappelant l’engagement de l’Église dans l’établissement de la paix dans le pays, le Pape a tenu à encourager les efforts de la communauté internationale afin qu’elle vienne en aide aux Centrafricains de bonne volonté. « Que les belligérants puissent mettre leurs intérêts particulier de côté afin que chaque citoyen, quelle que soit son ethnie ou sa religion, puisse collaborer à l’édification du Bien commun » a-t-il conclu.

Un nouveau plaidoyer contre la guerre

Le Pape est enfin revenu sur sa visite de samedi au cimetière militaire de Redipuglia dans le Nord-est de l'Italie, où il a prié pour tous les morts tombés au front lors de la Grande Guerre mais aussi des autres conflits. François a répété ainsi que les 8 millions de soldats morts et 7 millions de civils montraient bien que la guerre était une folie. Une folie dont l'humanité n'a toujours pas tiré les leçons a t-il regretté. "Quand apprendrons-nous de cette leçon?" s'est exclamé le Pape, invitant une fois encore à regarder JESUS sur la Croix pour comprendre qu'il triomphe du Mal.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mar 16 Sep 2014, 11:09 pm

"Sans l'Eglise, nous ne pouvons aller de l'avant"

2014-09-16 Radio Vatican

De même que sans Marie, il n’y aurait pas eu JESUS, de même « sans l’Eglise nous ne pouvons pas aller de l’avant ». C’est ce qu’a déclaré le Pape François au cours de son homélie matinale, ce lundi, à Sainte-Marthe, en cette fête de Notre-Dame des Douleurs.

La Liturgie, a affirmé le Pape, après nous avoir montré la Croix Glorieuse, nous fait voir la Mère humble et douce. Dans la Lettre aux Hébreux « Paul souligne trois termes forts » : il dit que JESUS « a appris, obéi, et souffert ». « C’est le contraire de ce qui était arrivé à notre père Adam, qui n’avait pas voulu apprendre ce que le Seigneur commandait, qui n’avait pas voulu souffrir, ni obéir ». JESUS en effet, en se faisant Dieu, « s’est anéanti, s’est humilié lui-même en devenant serviteur. C’est cela, la gloire de la Croix de JESUS ».

« JESUS est venu au monde pour apprendre à être homme, et en étant homme, à marcher avec les hommes. Il est venu au monde pour obéir, et il a obéi. Mais cette obéissance, il l’a apprise à partir de la souffrance. Adam est sorti du Paradis avec une promesse, la promesse qui s'est poursuivie pendant tant de siècles. Aujourd’hui, avec cette obéissance, avec cet anéantissement de soi-même, cette humiliation, de JESUS, cette promesse devient espérance. Et le peuple de Dieu marche avec une espérance sûre. Même la Mère, « la nouvelle Eve », comme l’appelle Paul, participe à cette route de son Fils : elle a appris, souffert et obéi. Et elle devient Mère. »

L’Evangile nous montre Marie au pied de la Croix. JESUS dit à Jean : « Voici ta mère ». Marie, a déclaré le Pape, « est une mère bénie » :

« Et c’est aussi cela notre espérance. Nous ne sommes pas orphelins, nous avons une Mère : la Vierge Marie. Mais l’Eglise aussi est Mère, et l’Eglise aussi est une Mère bénie lorsqu’elle suite la même route que JESUS et Marie : la voie de l’obéissance, la voie de la souffrance, et lorsqu’elle a cette attitude d’apprentissage continuel du chemin du Seigneur. Ces deux femmes, Marie et l’Eglise, portent l’espérance qu’est le Christ, elles nous donnent le Christ, elles génèrent le Christ en nous. Sans Marie, il n’y aurait pas eu JESUS ; sans l’Eglise, nous ne pouvons pas avancer ».

« Deux femmes et deux Mères », a poursuivi le Pape François, et auprès d’elles, notre âme qui, comme le disait le moine Isaac, l’abbé de Stella, « est féminine » et ressemble « à Marie et à l’Eglise ».

« Aujourd’hui, en regardant cette femme près de la Croix, si ferme lorsqu’elle suit son Fils dans la souffrance pour apprendre l’obéissance, en la regardant, nous regardons l’Eglise et nous regardons notre Mère. Et nous regardons aussi notre petite âme qui ne se perdra jamais, si elle continue à être une femme proche de ces deux grandes femmes qui nous accompagnent dans la vie : Marie et l’Eglise. Et comme nos Pères sont sortis du Paradis avec une promesse, nous pouvons aujourd’hui aller de l’avant avec une espérance : l’espérance que nous donne notre Mère Marie, debout près de la Croix, et notre Sainte Mère l’Eglise hiérarchique ».
Revenir en haut Aller en bas
Gilles
Membre_Actif
avatar

Date d'inscription : 07/10/2010
Masculin
Messages : 11153
Pays : canada
R E L I G I O N : Catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mer 17 Sep 2014, 1:25 am

Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mar 21 Oct 2014, 4:59 am

Le chrétien, « un homme ou une femme d'espérance »

2014-10-21 Radio Vatican


Le Pape François est revenu ce matin sur l’Évangile de saint Luc (Lc 12, 35-38) et la lecture de saint Paul Apôtre aux Éphésiens (Ep 2, 12-22).

Dans le premier extrait, JESUS prend l’exemple des serviteurs vigilants pour évoquer l’attente du Seigneur. Le Pape a fait remarquer que le premier service que le Maître rend aux chrétiens est de leur donner une « identité », car « nous sans le Christ, nous n’avons pas d’identité ». Le Pape s’est alors appuyé sur les mots écrits par saint Paul aux Éphésiens : « souvenez-vous qu'en ce temps-là vous n'aviez pas de Messie à attendre, vous n'aviez pas droit de cité dans le peuple de Dieu ». Pour le Pape, « ce qu’est venu faire JESUS, c’est nous donner une citoyenneté, une appartenance à un peuple, un prénom, un nom ». Ainsi, le Christ « nous a réunis » par « son sang », a déclaré le Pape, ajoutant ensuite : « Nous savons tous que lorsque nous ne sommes pas en paix avec les autres, il y a un mur. Il y a un mur qui nous divise. Mais JESUS nous offre son aide pour abattre ce mur, pour que nous puissions nous rencontrer. Et si nous sommes divisés, nous ne sommes pas amis, nous sommes ennemis. Et il a fait plus, pour tous nous réconcilier en Dieu. Il nous a réconciliés avec Dieu : des ennemis, il a fait des amis ; des étrangers, il a fait des fils », a-t-il expliqué s’inspirant de saint Paul.

Attendre JESUS, une attitude du chrétien plein d'espérance

Mais pour que cela soit réalisé, « quelle est la condition ? », a demandé le Pape. « Attendre JESUS », a-t-il poursuivi. « Qui n’attend pas JESUS, ferme la porte à JESUS, ne le laisse pas faire cette œuvre de paix, de communauté, de citoyenneté, et plus encore : de nom. Il nous donne un nom. Il nous fait fils de Dieu. C’est cela, cette attitude d’attente de JESUS, qui est à l’intérieur de l’espérance chrétienne. Le chrétien est un homme ou une femme d’espérance » , a affirmé le Pape. « Il sait que le Seigneur viendra. Il viendra vraiment, hein ? Nous ne savons pas l’heure, mais il viendra, il viendra nous trouver, mais pas nous trouver isolés, ennemis, non. Il viendra nous trouver comme Il nous a faits par son aide : amis voisins, en paix ».

Le Pape a alors posé une dernière question qui pourrait aussi venir à l’esprit du chrétien : comment attendre JESUS ? Et d’abord, est-ce que « je L’attends ou je ne L’attends pas ? ». D’après le Saint-Père, il faut aussi se demander si “je crois à cette espérance, au fait que Lui viendra ? Ai-je le cœur ouvert, pour entendre le bruit, quand Il frappe à la porte, quand Il ouvre la porte ? Le chrétien est un homme ou une femme qui sait attendre JESUS et c’est pourquoi c’est un homme ou une femme d’espérance », a répété le Pape. « En revanche le païen – et tant de fois, nous chrétiens, nous nous comportons comme les païens – le païen oublie JESUS, il pense à lui-même, à ses affaires, il n’attend pas JESUS. L’égoïste païen fait comme s’il était un dieu : “ Moi je me débrouille tout seul ”. Et ça finit mal, ça finit sans nom, sans proximité, sans citoyenneté », a finalement prévenu le Pape.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Dim 26 Oct 2014, 9:29 am

"L'amour est la mesure de la foi"


2014-10-26 Radio Vatican

« L’amour est la mesure de la foi, et la foi est l’âme de l’amour. Nous ne pouvons plus séparer la vie religieuse du service aux frères, à ces frères concrets que nous rencontrons. Nous ne pouvons plus séparer la prière, la rencontre avec Dieu dans les Sacrements, de l’écoute de l’autre, de la proximité à sa vie, et tout spécialement à ses blessures ». Des paroles fortes tenues par le Pape François ce dimanche midi lors de la prière de l’Angélus Place Saint-Pierre.

« Au milieu de la forêt dense des préceptes et des prescriptions, d’hier et d’aujourd’hui, JESUS opère une ouverture qui permet de découvrir deux visages : le visage du Père et celui du frère ». « JESUS ne nous offre pas deux formules ou deux préceptes, mais deux visages, ou plutôt un seul visage, celui de Dieu qui se reflète dans tant de visages, parce que dans le visage de chaque frère, tout particulièrement le plus petit, fragile et sans défense, c’est l’image même de Dieu qui est présente ». « Nous devrions nous demander quand nous rencontrons l’un de ces frères si nous sommes en mesure de reconnaître en lui le visage de Dieu. Sommes-nous capables de cela ? » s’est interrogé le Pape en présence de dizaines de milliers de fidèles Place Saint-Pierre.

« Rappelez-vous cela : l’amour est la mesure de la foi. Combien aimes-tu ? Comment est ta foi? Je crois autant que j’aime”, a ajouté le Pape en improvisant. « Le signe visible que le chrétien peut montrer pour témoigner au monde l’amour de Dieu, a ajouté le Pape, c’est l’amour des frères ». « C’est pour cela que le commandement de l’amour de Dieu et du prochain est le premier commandement, non pas parce qu’il est en tête de liste des commandements, mais parce qu’il est au centre, parce qu’il est le cœur d’où tout doit partir et auquel tout doit retourner et faire référence ». A ce propos, le Pape François a rappelé que « déjà dans l’Ancien Testament, l’exigence d’être saints, à l’image de Dieu qui est saint, comprenait aussi le devoir de prendre soin des personnes plus faibles, comme l’étranger, l’orphelin, la veuve ». « JESUS réalise cette loi d’alliance, Lui qui unit en lui, dans sa chair, la divinité et l’humanité en un unique mystère d’amour ».
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mar 28 Oct 2014, 9:39 am

« Etre aux côtés des pauvres, c’est l’Evangile, pas le communisme »


2014-10-28 Radio Vatican

Le Pape François a accueilli ce mardi au Vatican les participants à la Rencontre mondiale des Mouvements populaires organisée en ce début de semaine par le Conseil pontifical Justice et Paix, en collaboration avec l’Académie pontificale des Sciences Sociales. Paysans sans terre, vendeurs ambulants, mineurs, chômeurs, migrants, marginaux, locataires de bidonvilles, jeunes en situation de précarité, mais aussi évêques et agents de la pastorale étaient venus l’écouter et c’est un discours long et puissant que le Saint-Père leur a adressé, s’exprimant avec passion, en espagnol, sa langue maternelle, alternant l’espérance à la dénonciation.

Etre aux côtés des pauvres, c’est l’Evangile, ce n’est pas le communisme, a-t-il lancé. Pour l’évêque de Rome, il y a trois dossiers prioritaires : la terre, le logement et l’emploi. Il est d’autre part urgent de revitaliser les démocraties prises en otage par de nombreux facteurs, de vaincre la faim et la guerre et de garantir la dignité de tous les êtres humains, surtout des plus pauvres et des marginaux. Fidèle à lui-même et à son engagement de toujours, le Pape François a souligné que la solidarité était aujourd’hui confrontée aux effets destructeurs de l’empire de l’argent. Ce n’est pas en apprivoisant les pauvres et en les rendant passifs et inoffensifs qu’on luttera contre le scandale de la pauvreté, a-t-il tonné s’insurgeant contre des stratégies hypocrites.

« L'amour des pauvres est au cœur de l’Evangile »

Terre, toit et travail. Le Pape François s’est demandé pourquoi quand il évoque ces questions, certains le prennent pour un communiste. Ils ne comprennent pas que l’amour des pauvres est au cœur de l’Evangile, que ces droits sacrés sont au cœur de la doctrine sociale de l’Eglise. Et de faire la liste des injustices qui blessent le monde : les paysans déracinés à cause des guerres et des catastrophes naturelles ; les millions de personnes qui souffrent de la faim alors que la spéculation financière fixe le prix des denrées alimentaires, comme s’il s’agissait d’une marchandise parmi d’autres ; ceux qui n’ont pas de logement dans les villes immenses, modernes, fières et orgueilleuses, où fleurissent les centres commerciaux, mais où une partie de la population est abandonnée dans les périphéries.

Ces derniers, a-t-il noté avec amertume, on les désigne par un euphémisme « sans domicile fixe » ; or souvent, les euphémismes cachent des délits. Mais la pire des pauvretés matérielles c’est le manque de travail. Les millions de jeunes chômeurs sont les victimes d’un système économique qui place le profit au-dessus des personnes, qui exploite la nature pour soutenir une consommation frénétique, qui doit parfois déclencher une guerre pour survivre.

« Le monde a oublié Dieu »

Que de souffrance, de destruction, de douleur partout. Le monde a oublié Dieu et s’est retrouvé orphelin. Le Pape François veut accompagner la lutte des mouvements populaires. Il faut, selon lui, construire des structures sociales qui proposent une alternative, promouvoir la culture de la rencontre contre les discriminations, favoriser la participation de toute la population, surmonter l’assistanat paternaliste. Il faut le faire avec courage, mais sans fanatisme, avec passion, mais sans violence. Les chrétiens peuvent s'appuyer sur le programme des béatitudes. Le Souverain pontife a confirmé qu’il préparait un Encyclique sur l’Ecologie. Les préoccupations des mouvements populaires y seront présentes, a-t-il assuré.

Et pour conclure cet appel : Qu’il n’y ait plus de familles sans toit, plus de paysans sans terre, plus de travailleurs sans droits, plus aucune personne privée de la dignité que confère le travail.

L’objectif de cette rencontre est de renforcer le réseau des organisations populaires, de favoriser la connaissance réciproque et de promouvoir la collaboration entre ces mouvements et les Eglises locales. Des évêques et des agents de la pastorale engagés dans la promotion et la protection des droits humains y participent. Dans un monde globalisé, marqué par de multiples discriminations et injustices, a expliqué le cardinal Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix, les congressistes, veulent faire entendre la voix des sans-voix et donner de la visibilité à des millions d’exclus et de marginaux, en particulier les paysans, les jeunes, les immigrés et les femmes qui ont du mal à obtenir un travail digne, une terre ou un logement décent, et à toutes les victimes de l’indifférence et de l’égoïsme d’un système économique et social élitiste. Ils veulent construire une société plus juste et solidaire.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mar 03 Mar 2015, 9:09 am

Se reconnaître pécheur, sans juger les autres

2015-03-02 Radio Vatican

Il est facile de juger les autres, mais on avance dans le chemin chrétien seulement si on a la sagesse de s'accuser soi-même : c'est ce qu'a dit le Pape, en reprenant ce lundi matin le rythme habituel des messes matinales à la résidence Sainte-Marthe, après une semaine d'interruption en raison des Exercices spirituels de la Curie à Ariccia.

Les lectures du jour étaient centrées sur le thème de la miséricorde. Le Pape, en rappelant que « nous sommes tous pécheurs, non pas en théorie mais dans la réalité », a indiqué « une vertu chrétienne, la capacité de s'accuser soi-même », comme le premier pas de celui qui veut devenir chrétien.

« Tous nous sommes maîtres, nous sommes docteurs dans l'auto-justification : Mais non, ce n'est pas moi, ce n'est pas de ma faute, mais si, mais ce n'était pas si grave, etc..." Tous nous avons un alibi explicant nos manquements, nos péchés, et si souvent nous sommes capables de faire ce visage de "c'est pas moi", ce visage de "mais moi je ne l'ai pas fait, ce serait peut-être un autre" : faire l'innocent. Et ainsi ne pas avancer dans la vie chrétienne. »

« C'est plus facile d'accuser les autres, a observé le Pape, et ainsi il arrive une chose un peu étrange si nous essayons de nous comporter différemment : quand nous commençons à regarder de quoi nous sommes capables, au début nous nous sentons mal, nous nous sentons remplis de dégoût, mais ensuite cela nous donne la paix et le salut. Par exemple, a affirmé le Pape, quand je trouve dans mon coeur une envie et que je sais que cette envie est capable de dénigrer l'autre et de le tuer moralement, c'est une première étape vers la sagesse de s'accuser soi-même. Si nous n'essayons pas ce premier pas dans la vie, nous n'en ferons pas non plus sur la voie de la vie chrétienne, de la vie spirituelle. »

« C'est le premier pas de s'accuser soi-même, sans le dire, juste moi et et ma conscience. Tu vas dans la rue, tu passes devant la prison en te disant "ceux-ci l'ont bien mérité". Mais sais-tu que, sans la grace de Dieu, tu serais là-bas? Tu as pensé que tu serais capable de faire les choses qu'ils ont fait, peut-être pire encore? Ceci est s'accuser soi-même, ne pas se cacher à soi-même les racines du péché qui sont en nous, les nombreuses choses qui nous sommes capables de faire, même si elles ne se voient pas.»

Le Pape a souligné une autre vertu : « Prendre honte devant Dieu, dans une sorte de dialogue dans lequel nous reconnaissons, la honte de notre péché et la grandeur de la miséricorde de Dieu : A toi, Seigneur, notre Dieu, la miséricorde et le pardon. La honte en moi et en toi la miséricorde et le pardon. Ce dialogue avec le Seigneur, cela nous fera du bien durant ce le faire durant ce Carême : s'accuser soi-même. Demandons la miséricorde. Dans l'Évangile JESUS est clair : soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Quand l'un essaye de s'accuser soi-même, il est miséricordieux avec les autres. "Mais qui suis-je pour le juger, si moi je suis capable de faire quelque chose de pire" ? »

« La phrase "Qui suis-je pour juger l'autre? " obéit à l'exhortation de JESUS : "Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés, ne condamnez pas et vous ne serez pas condamnés, pardonnés et vous serez pardonnés. " »

« Que le Seigneur, durant ce Carême, a conclu le Saint-Père, nous donne la grâce d'apprendre à nous accuser nous-mêmes, dans la conscience que nous sommes capables des choses les plus méchantes, et de dire " Aie pitié de moi, Seigneur, aide-moi à avoir honte de moi et donne-moi ta miséricorde, ainsi je pourrai être miséricordieux avec les autres". »
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mar 03 Mar 2015, 9:12 am

François invite à faire le bien en écartant la « prétendue sainteté »

2015-03-03 Radio Vatican

Si on « apprend à faire le bien », Dieu « pardonne généreusement » chaque péché. Ce qu’Il ne pardonne pas, c’est l’hypocrisie, la « prétendue sainteté », comme l’affirme le Pape François dans son homélie mardi matin, lors de la messe dans la chapelle de la maison Sainte-Marthe, au Vatican.

Aux faux saints, qui même au ciel se préoccupent davantage de l’apparence que de l’être, s'opposent les pêcheurs sanctifiés, qui au-delà du mal fait ont appris à « faire » un bien plus grand : il n’y a pas de doute sur qui préfère Dieu, assure le Souverain Pontife.

Les paroles de la lecture du livre du prophète Isaïe, explique-t-il, sont un impératif, mais aussi une « invitation » qui vient directement de Dieu : « cessez de faire le mal, apprenez à faire le bien », en défendant la veuve et l’orphelin, autrement dit « ceux dont personne ne se rappelle », lâche le Pape, parmi lesquels il y a aussi « les personnes âgées abandonnées, les enfants qui ne vont pas à l’école » et ceux « qui ne savent pas faire le signe de croix ». Derrière cet impératif, il y a l’invitation de toujours à la conversion.

« La saleté du cœur ne s’enlève pas comme une tache, en allant chez le teinturier, image François. Elle s’ôte en “faisant” : en prenant une route différente de celle du mal, en faisant le bien. Comment ? En portant secours à l’oppressé, en rendant justice à l’orphelin, en défendant la cause de la veuve ».

La promesse d’un cœur lavé, c’est-à-dire pardonné, vient de Dieu lui-même, qui ne tient pas la comptabilité des péchés de ceux qui aiment concrètement leur prochain. « Le Seigneur pardonne toujours tout, explique le Saint-Père. Mais si vous voulez être pardonnés, il faut prendre la route du bien ».

« Nous sommes tous rusés, poursuit encore le Pape, et nous trouvons toujours une route qui n’est pas la bonne, celle pour sembler plus justes que ce que nous sommes ». Il s’agit de la « route de l’hypocrisie », selon François, se réfèrant à l’Evangile du jour, qui décrit « ceux qui disent les choses justes, mais font le contraire ».

Ces personnes font « semblant de se convertir, leur cœur est un mensonge, conclut le Souverain Pontife. Leur cœur n’appartient pas au Seigneur, mais au père du mensonge, à Satan. C’est cela la “prétendue sainteté”. JESUS préférait mille fois les pécheurs à ces personnes. Pourquoi ? Les pécheurs disaient la vérité sur eux-mêmes ».
Revenir en haut Aller en bas
Gilles
Membre_Actif
avatar

Date d'inscription : 07/10/2010
Masculin
Messages : 11153
Pays : canada
R E L I G I O N : Catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mar 03 Mar 2015, 9:57 am

merci ,Capucine pour tes interventions .
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Dim 15 Mar 2015, 7:02 am

Pape François : « Dieu pardonne tout et pardonne toujours »

2015-03-15 Radio Vatican

Lors de la prière de l’angélus ce dimanche, le Saint-Père, deux jours après avoir annoncé l'organisation d'une Année sainte de la Miséricorde, a développé une réflexion sur l’amour de Dieu, père miséricordieux. Il s’est attardé sur l’Evangile du jour selon Saint Jean : les paroles prononcées par JESUS à Nicodème : “Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique”. « Dieu nous aime vraiment, il nous aime tant », a déclaré le Saint-Père, soulignant qu’il s’agissait de « l’expression la plus simple qui résume tout l'Évangile, toute la foi, toute la théologie : Dieu nous aime d’un amour gratuit et illimité ».

Cet amour, précise-t-il, Dieu le démontre tout d’abord à travers la Création. « A l'origine du monde, il y a seulement l’amour libre et gratuit du Père ». Et le Pape cite « un Saint des premiers siècles », Saint Irénée . “Dieu n’a pas créé Adam parce qu'il avait besoin de l'homme, mais afin d'avoir quelqu'un sur qui répandre ses bienfaits”. « L’amour de Dieu est ainsi », insiste le Saint Père qui rappelle que « Dieu est venu avec sa miséricorde ». « Tout comme dans la Création, l'amour gratuit de Dieu, se distingue dans les étapes successives de l'Histoire du Salut ».

« Le Seigneur choisit son peuple non pas parce qu'ils le méritent, mais parce qu’il est le plus petit parmi tous les peuples ». Et, poursuit le Pape, « bien que les hommes aient à maintes reprises rompu l'alliance, Dieu, plutôt que de les abandonner, a établi un lien nouveau avec eux, dans le sang de JESUS - le lien de l'alliance nouvelle et éternelle - un lien que nul ne pourra jamais briser ». Le Saint-Père se référant à Saint Paul nous rappelle une fois encore que : “Dieu est riche de miséricorde”, « ne n’oubliez jamais » affirme-t-il. « La Croix du Christ est la preuve suprême de la miséricorde et de l'amour de Dieu pour nous : JESUS nous a aimés "jusqu'à la fin", non seulement au dernier moment de sa vie terrestre, mais à l'extrême limite de l'amour ».

« Si, dans la Création, le Père nous a donné la preuve de son immense amour en nous donnant la vie, dans la passion et la mort de son Fils, il nous a donné la preuve de la preuve: il est venu souffrir et mourir pour nous ». Et le Pape conclut sur ces paroles : « la miséricorde de Dieu est si grande, parce qu’Il nous aime, Il nous pardonne. Avec sa miséricorde, Dieu pardonne tout et Dieu pardonne toujours ».
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mar 17 Mar 2015, 9:01 am

« Dieu est amoureux de nous et a des rêves d'amour pour nous »

2015-03-16 Radio Vatican

Dans son homélie quotidienne prononcée lors de la messe à la Chapelle Sainte-Marthe, le Pape est parti ce lundi de la première lettre du prophète Isaïe, quand le Seigneur dit qu'il créera « de nouveaux cieux et une nouvelle terre ». Pour François, cette seconde Création de Dieu est encore plus « merveilleuse » que la première, car « quand le Seigneur "refait" le monde ruiné par le péché, il le "refait" en JESUS-Christ ». C'est dans cet acte qu'il exprime son immense joie : « le Seigneur rêve. Il a ses propres rêves à propos de nous ».

Pour le Pape, le Seigneur pense à la joie partagée avec son peuple et il s'en réjouit à l'avance, comme quand un fiancé rêve de ce qu'il fera avec sa fiancée, quand ils se marieront. « Dieu pense à chacun de nous et nous veut du bien, il "rêve" de nous. Il rêve de cette joie qu'il pourra partager avec nous. C'est pour cela que le Seigneur veut nous "re-créer", refaire notre cœur, "re-créer" notre cœur pour faire triompher la joie » assure le Saint-Père. Ces rêves de Dieu sont les rêves d'un amoureux, et pour le Pape, le Seigneur « est amoureux de son peuple ». Cet amour se manifeste quand Il dit à son peuple : « je ne t'ai pas choisi parce que tu es le plus fort, le plus grand, le plus puissant. Je t'ai choisi car tu es le plus petit de tous. Tu pourrais même dire le plus miséreux de tous. Mais je t'ai choisi ainsi ».

Recevoir l'amour de Dieu, sans l'expliquer

Cet amour envers nous de Dieu est « inexplicable, c'est quelque chose qu'aucun théologien ne peut expliquer. On peut seulement le penser, le ressentir et pleurer. De joie » conseille le Pape. Le Seigneur peut nous changer et pour cela, nous devons seulement croire, « croire que le Seigneur peut me changer, qu'Il est puissant ». François s'est appuyé sur l'Evangile du jour pour le démontrer, qui parle de la guérison du fils de l'officier royal : « cet homme qui a un fils malade dit à Dieu : "Seigneur, descends, avant que mon fils ne meure". Et le Seigneur lui répond "va, ton fils est vivant !". Cet homme croit aux paroles de JESUS et s'est mis en chemin, a souligné le Pape. Croyez. Croyez que JESUS avait le pouvoir de changer son fils, la santé de son fils. Et Il a vaincu. La foi consiste à créer un espace pour cet amour de Dieu, à sa puissance, au pouvoir de Dieu, a poursuivi François. Mais il ne s'agit pas d'un pouvoir de quelqu'un qui est très puissant, c'est le pouvoir de quelqu'un qui m'aime, qui est amoureux de moi et qui veut partager la joie avec moi. C'est cela la foi, croire : faire de la place au Seigneur pour qu'Il vienne et me change » a conclu le Saint-Père.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Ven 20 Mar 2015, 8:49 am

« La peine de mort est inacceptable et injustifiée » pour le Pape François

2015-03-20 Radio Vatican

« La peine de mort ne rend pas justice aux victimes, elle ne fait qu’encourager la vengeance » : le Pape François a eu des mots forts ce vendredi matin contre la peine capitale, dans une lettre remise à une délégation de la Commission internationale contre la peine de mort, qu’il a reçue en audience privée ce vendredi matin au Vatican.

Dans la conception de l’Evangile, « la vie humaine est sacrée, écrit François, de la conception jusqu’à la mort naturelle. (…) La vie, en particulier la vie humaine, appartient seulement à Dieu. Même celui qui tue ne perd pas sa dignité personnelle et Dieu lui-même s'en fait le garant ». Estimant qu’il n’existe pas de « forme humaine pour tuer une autre personne », François réaffirme avec force que la peine de mort est donc « inadmissible, quelque soit la gravité du délit du condamné. C’est une offense à l’inviolabilité de la vie et à la dignité de la personne humaine qui contredit le dessein de Dieu pour l’homme et la société, et sa justice miséricordieuse. Elle empêche également d’accomplir les peines avec une finalité juste ». Rappelant que la peine capitale est un recours utilisé fréquemment par « les régimes totalitaires et les groupes fanatiques » contre les opposants politiques et les minorités, François souligne également que certains chrétiens aujourd’hui en sont victimes et que l’Eglise en pâtit avec « ses nouveaux martyrs », comme il y a plusieurs siècles.

« Pour les Etats de droit, la peine de mort représente un échec, car elle les oblige à tuer au nom de la justice. On n’arrive jamais à rendre justice en donnant la mort à un être humain », condamne le Pape, qui n’hésite alors pas à citer Dostoïevski : « Tuer quelqu’un qui a tué est un châtiment incomparablement plus grand que le crime lui-même. L’assassinat dans le cadre d’une sentence est plus horrible que l’assassinat commis par un criminel » écrivait l'écrivain russe.

Le couloir de la mort et la prison à perpétuité également dénoncés

La condamnation du Pape ne s’arrête pas au seul moment de l’exécution : « c’est un traitement cruel, inhumain et dégradant, comme l’angoisse avant l’exécution et la terrible attente entre la lecture de la sentence et l’application de la peine », une « torture » qui dure souvent plusieurs années et conduit pas si rarement « à la folie ou la maladie dans l’antichambre de la mort ». Pour autant, les peines de prison à perpétuité « peuvent être considérées comme des peines de mort cachées » car elle annihile toute forme d’espoir pour le détenu.

Pour François, la peine de mort « perd toute légitimité en raison de la sélection faillible du système pénal et devant la possibilité d’une erreur judiciaire. La justice humaine est imparfaite et ne pas le reconnaître peut la transformer en source d’injustices, avertit le Saint-Père. Avec l’application de la peine capitale, on nie au condamné la possibilité de réparation ou de la correction du dommage causé ; la possibilité de la confession, par laquelle l’homme exprime sa conversion intérieure ; et de la contrition, seuil du repentir et de l’expiation, pour arriver à la rencontre avec l’amour miséricordieux de Dieu qui assainit ».

Combattre la peine de mort, un devoir pour tout chrétien

« Les Etats peuvent tuer de façon active, quand ils appliquent la peine de mort, quand ils envoient leurs peuples à la guerre ou quand ils exécutent sommairement ou en dehors du système judiciaire. Ils peuvent aussi tuer par omission, quand ils ne garantissent pas à leurs peuples l’accès aux ressources essentielles pour la vie » liste le Pape. « Dans certaines occasions, il est nécessaire de repousser de manière proportionnée une agression en cours pour éviter que l’agresseur crée des dommages, et la nécessité de le neutraliser peut aboutir à son élimination : c’est le cas de la légitime défense » tient à préciser François. En revanche, « les conditions de la légitime défense personnelle ne sont pas applicables à la société, sans risque de tergiversation. Quand on applique la peine de mort, on tue des gens, non pas pour des agressions en cours, mais pour des méfaits causés par le passé » estime le Saint-Père. C’est d’autant plus inacceptable et injustifiée pour lui que la peine capitale concerne « des personnes dont la capacité de nuisance a déjà été neutralisée, et qui se retrouvent privée de liberté ».

Ainsi, formulant un encouragement à la Commission pour qu’elle continue son travail, le Pape François exhorte chacun à se battre contre la peine. Il estime que le chrétien a « le devoir de lutter contre la peine de mort, dans toutes ses formes », et pour « que les conditions carcérales soient meilleures, dans le respect de la dignité humaine des personnes privées de liberté ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Dim 22 Mar 2015, 9:55 pm

"Nous voulons voir JESUS" : un cri universel

2015-03-22 Radio Vatican

"Nous voulons voir JESUS" : c'est sur ce verset tiré de l'Evangile de Jean de ce dimanche (Jn 12), que le Pape a centré sa catéchèse, lors de l'Angélus, Place St Pierre, devant des milliers de fidèles agglutinés sous une forêt de parapluies, Place St Pierre.

"En ce cinquième dimanche de Carême, l’évangéliste Jean attire notre attention sur un fait particulier, note le Pape. Des 'grecs' de religion hébraïque, venus à Jérusalem pour la Pâque, abordent l’apôtre Philippe et lui disent : 'Nous voulons voir JESUS' (Jn 12, 21). Dans la ville sainte, où JESUS se rend pour la dernière fois, il y a beaucoup de monde. Des petits et des simples, qui ont accueilli dans la liesse le prophète de Nazareth, reconnaissant en Lui l’Envoyé de Dieu. Il y a également les prêtres et les chefs du peuple, qui veulent l’éliminer, car ils le considèrent comme hérétique et dangereux. Et il y a des personnes, comme ces Grecs, qui sont curieux de le voir, d’en savoir plus sur sa personne, sur les œuvres qu’il a accomplies, dont la dernière, la Résurrection de Lazare, a eu un écho considérable".

'Nous voulons voir JESUS' : "ces paroles, comme tant d’autres dans les Evangiles, observe François, vont bien au-delà de leur contexte, et expriment quelque chose d’universel ; elles révèlent un désir qui traverse les époques et les cultures, un désir présent dans le cœur de nombreux personnes, qui ont entendu parler du Christ, mais ne l’ont pas encore rencontré".

JESUS répond indirectement à la requête de ces Grecs, par une prophétie qui dévoile son identité et indique la voie pour le connaitre en vérité : 'L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié' (Jn 12, 23). "C’est l’heure de la Croix ! C’est l’heure de la défaite de Satan, prince du mal, et du triomphe définitif de l’amour miséricordieux de Dieu. JESUS déclare qu’il sera 'élevé de terre' (v.32), une expression a double sens : 'élevé' parce qu’il sera crucifié, 'élevé' parce qu’il sera exalté par le Père dans sa résurrection, pour attirer à lui et réconcilier les hommes avec Dieu, et les hommes entre eux. L’heure de la Croix, la plus sombre de l’Histoire, est également la source du Salut pour tous ceux qui croient en Lui".

Le Pape François est ensuite revenu sur cette image employée par JESUS, "une image simple et suggestive, celle du 'grain de blé', qui, tombé en terre, meurt afin de porter du fruit". Et c'est une image qui révèle un un autre aspect de la croix : celui de la fécondité. "La mort de JESUS, en effet, est source inextinguible de vie nouvelle, car elle porte en elle la force régénératrice de l’amour de Dieu. Immergés dans cette amour par le baptême, les chrétiens peuvent devenir 'grains de blé', et porter beaucoup de fruit si, comme JESUS, 'ils perdent leur propre vie par amour de Dieu et de leurs frères'".

"Pour cela, à ceux qui veulent voir JESUS, à ceux qui sont à la recherche du visage de Dieu, à ceux qui ont reçu, quand ils étaient jeunes, une catéchèse mais ne l’ont plus approfondie, à tous ceux qui n’ont pas encore rencontré JESUS personnellement… A toutes ces personnes, nous pouvons offrir trois choses : l’Evangile, le crucifix, et le témoignage de notre foi, pauvre mais sincère. L’Evangile : là, nous pouvons rencontrer JESUS, l’écouter, le connaitre. Le crucifix : signe de l’amour de Dieu qui s’est donné pour nous. Et une foi qui se traduit par des gestes simples de charité fraternelle, qui se traduit aussi par une cohérence de vie, une cohérence entre nos paroles et nos actions. Que la Vierge Marie nous aide à suivre JESUS sur le chemin de la Croix et de la résurrection", a conclu le Pape.

A la fin de l'Angélus, le Pape n'a pas manqué de saluer le "courage" des pèlerins venus nombreux malgré le temps gris et pluvieux, le courage des marathoniens également (le marathon de Rome a lieu ce dimanche 22 mars), qu'il a salués avec "affection". Il a tenu aussi à remercier les Napolitains pour leur accueil chaleureux. François était en effet en visite pastorale à Naples ce samedi.

En cette journée mondiale de l’eau, promue par les Nations Unies, le Pape a appelé la communauté internationale à la vigilance, afin que les eaux de la planètes soient protégées, et que personne ne soit exclu ou discriminé de l’usage de ce "bien commun par excellence". Comme St François d’Assise, nous disons « Loué sois-tu, mon Seigneur,pour soeur Eau, fort utile,humble, précieuse et chaste » (Cantique des créatures).

Et enfin, quelque 50 000 évangiles de poche ont été distribués gratuitement aux fidèles et pèlerins réunis Place St Pierre. La même initiative avait eu lieu, pour la prmière fois, le 6 avril 2014. Ces évangiles ont été distribués par plus de 300 volontaires, dont des personnes sans domicile fixe de Rome. "C'est un très beau geste, qui plait à JESUS, a affirmé le Pape. Ce sont les plus nécessiteux qui nous offrent la Parole de Dieu!". "Prenez cet évangile, et portez-le sur vous, dans votre poche, votre sac, pour le lire souvent, tous les jours, a recommandé François. La Parole de Dieu est lumière sur notre route ! »
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Lun 13 Avr 2015, 8:39 am

"Le chemin de l'Eglise est celui de la franchise"

2015-04-13 Radio Vatican

Le chemin de l’Eglise est celui de la franchise, “dire les choses, en toute liberté”. C’est ce qu’a affirmé ce matin le Pape François, reprenant le cycle des messes matinales à la maison Ste Marthe. Le Saint-Père a en outre rappelé que, comme l’ont expérimenté les apôtres après la Résurrection du Christ, « seul l’Esprit-Saint est capable de changer notre comportement, l’histoire de notre vie, et nous donner courage ». « Nous ne pouvons taire ce que nous avons vu et entendu » : c’est sur cette affirmation de Pierre et Jean, rapportée dans les Actes des Apôtres, que le Pape a articulé son homélie.

Parler avec franchise, sans peur

Le pape rappelle que Pierre et Jean, après avoir guéri l’infirme de la Belle-Porte, sont jetés en prison, et sommés par les grands prêtres de ne plus parler au nom de JESUS, mais eux, retournant vers leurs frères, les encouragent au contraire à proclamer la parole de Dieu, avec franchise. Et demandent au Seigneur d’être « attentif (aux) menaces » des prêtres, et de donner à ses « serviteurs » de proclamer la parole « avec une totale assurance ». (Actes 4, 29) :

« Aujourd’hui encore le message de l’Eglise est celui de la franchise, celui du courage chrétien. Les deux apôtres, des hommes simples,- comme le dit la Bible-, sans instruction, ont eu du courage ». C’est ce qu’on appelle la parésie, terme grec récurrent dans les Actes des Apôtres, qu’on peut traduire par « courage », « franchise », « ne pas avoir peur de dire les choses ». Pierre et Jean sont passés de la peur à la franchise.

François s’est ensuite arrêté sur l’Evangile du jour, qui rapporte le « dialogue mystérieux » entre JESUS et Nicodème, sur la « seconde naissance », et sur le fait « d’avoir une nouvelle vie, différente de la première ».

Annoncer le Christ, sans faire de publicité

Le Pape souligne que dans cette histoire également, dans « cet itinéraire de la franchise », le « vrai protagoniste » est l’Esprit-Saint, « parce que c’est Lui le seul capable de nous donner cette grâce du courage d’annoncer JESUS Christ ».

« C’est ce courage de l’annonce qui nous distingue du simple prosélytisme. Nous ne faisons aucune publicité pour avoir plus de ‘membres’ dans notre ‘société spirituelle’, non ? Cela ne sert à rien, ce n’est pas chrétien. Ce que fait le chrétien, c’est annoncer avec courage ; et l’annonce de JESUS Christ provoque, grâce à l'Esprit-Saint, cette crainte qui nous fait aller de l’avant ».

Le véritable protagoniste, répète le Pape, c’est l’Esprit-Saint. Quand JESUS parle de « naitre de nouveau », il nous fait comprendre que c’est « l’Esprit-Saint qui nous change, Lui qui vient de n’importe où, comme le vent : nous entendons sa voix ». Et, poursuit-il, « seul l’Esprit peut changer notre comportement, changer l’histoire de notre vie, changer notre appartenance ».

Le courage, une grâce qui vient de l'Esprit-Saint

C’est l’Esprit-Saint qui donne cette force à ces « hommes simples et sans instruction », comme Pierre et Jean, « cette force d’annoncer JESUS Christ jusqu’au témoignage final : le martyre ».

« Le chemin du courage chrétien est une grâce que donne l’Esprit-Saint. Il y a tant de chemins que nous pouvons prendre, et qui nous donnent du courage. ‘Mais quelle décision courageuse ! Regarde ça, regarde comme son plan est bien fait, il a si bien organisé les choses !’ peut-on entendre souvent. Mais tout cela est l’instrument d’une chose plus grande : l’Esprit. S’il n’y a pas l’Esprit, nous pouvons faire beaucoup de choses, mais cela ne servira à rien ».

L’Eglise après Pâques, « se prépare à recevoir l’Esprit Saint », a ajouté le Pape avant de conclure par cette exhortation : « Dans la célébration du mystère de la mort et de la Résurrection de JESUS, nous pouvons rappeler toute l’histoire du Salut et demander la grâce de recevoir l’Esprit, afin qu’Il nous donne le vrai courage pour annoncer JESUS ».
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mar 05 Mai 2015, 12:36 pm

le chrétien n'est pas sadomasochiste

2015-05-05 Radio Vatican

Epreuves, confiance et paix : ce sont les trois mots autour desquels le Pape François développé son homélie ce mardi matin lors de la messe dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe. Le Pape a souligné que le chrétien n’a pas un comportement sadomasochiste face aux difficultés mais qu’il se confie au Seigneur avec confiance et espoir.

L’exemple en est donné par saint Paul qui reste ferme dans la foi malgré toutes ses péripéties et qui encourage ses frères à espérer dans le Seigneur. De la même manière, selon le Pape, pour entrer dans le Royaume de Dieu, il faut « passer par des mauvais moments, des moments difficiles ». Mais ce n’est pas « un comportement sadomasochiste ». Il s’agit de « la lutte chrétienne » contre le principe de ce monde qui cherche à nous séparer de « la parole de JESUS, de la foi, de l’espoir ».

« Supporter, c’est avoir plus que de la patience, c’est porter sur ses épaules le poids des épreuves. Mais JESUS nous dit : “ayez courage dans ces moments. Moi j’ai vaincu, vous aussi vous serez vainqueurs.” Cette première parole nous illumine pour traverser les moments les plus difficiles de la vie, ces moments qui nous font aussi souffrir. »

Concernant le mot confiance, le Pape a rappelé que seul le Seigneur « est capable de nous donner la force, de nous donner la persévérance dans la foi, de nous donner l’espoir ». Le Pape a alors récité une prière : « confier au Seigneur quelque chose, confier au Seigneur ce moment difficile, me confier au Seigneur, confier au Seigneur nos fidèles, nous les prêtres et les évêques, confier au Seigneur nos familles, nos amis et dire au Seigneur : “prends soin d’eux, ce sont les tiens”. C’est une prière que nous ne faisons pas toujours, la prière de confiance. »

De cette confiance vient le troisième mot : la paix. Le Pape François a précisé que quand JESUS donne sa paix à ses disciples, il ne donne pas « une simple tranquillité mais une paix qui va à l’intérieur, une paix qui te donne la force, qui renforce ce que aujourd’hui nous avons demandé au Seigneur : notre foi et notre espoir ».
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Ven 08 Mai 2015, 10:16 am

l'Esprit saint crée du mouvement et de l'harmonie dans l'Église

2015-05-08 Radio Vatican

L'Esprit Saint crée du mouvement dans l'Eglise, qui peut sembler être synomyme de confusion, mais qui au contraire, s'il est accueilli dans la prière et dans un esprit de dialogue, génère toujours de l'unité entre les chrétiens. Le Pape l'a affirmé ce vendredi 8 mai, lors la messe célébrée à la maison Sainte-Marthe, dédiée par François à sa "patrie", en ce jour de la fête de Notre Dame de Lujan, patronne de l'Argentine.

« C'est le Dieu inconnu qui remue les eaux de l'Église et chaque fois que les chrétiens, depuis les Apôtres, se sont confrontés avec franchise et dans la dialogue, et non en fomentant des trahisons et des scissions internes, ont toujours compris la chose juste à faire, grâce à l'inspiration de l'Esprit Saint.» François le démontre en revenant, guidé par les Actes des Apôtres, aux situations d'affrontement que la première communauté chrétienne a été amenée à vivre.

La lecture du jour évoque la conclusion du premier Concile de Jérusalem, qui avait stabilisé, après de nombreuses frictions, les quelques simples règles que les nouveaux convertis à l'Évangile devaient observer. Le problème, rappelle François, est que précédemment s'était déroulée une lutte intestine entre ceux qu'il définit comme « fermés », le groupe de chrétiens « très attachés à la loi » qui voulaient « imposer les conditions du judaïsme aux nouveaux chrétiens », et Paul de Tarse, l'apôtre des païens, totalement opposé à cette contrainte.

« Comme résolvent-ils le problème ? Ils se réunissent, et chacun donne son jugement, son opinion. Ils discutent, comme des frères, pas comme des ennemis. Ils ne font pas des cordées pour vaincre, il ne viennent pas des pouvoirs civils pour vaincre, ils ne tuent pas pour vaincre. Ils cherchent le chemin de la prière et du dialogue. Ceux qui étaient sur des positions opposées dialoguent et se mettent d'accord. Ceci est l'œuvre de l'Esprit Saint. »

« La décision finale, souligne François, est prise dans la concorde. Et c'est sur cette base qu'est écrite à la fin du Concile la lettre à envoyer aux frères qui proviennent des païens, dans laquelle ce qui est communiqué est fruit d'un partage bien différence des manœuvres et des altercations provoqués par ceux qui sèment la zizanie. »

« Une Église dans laquelle il y a encore des problèmes de ce genre me fait penser que l'Esprit n'y est pas tellement présent. Dans une Église où l'on discute toujours, où il y a des "cordées", et où les frères se trahissent les uns les autres, là l'Esprit est absent ! L'Esprit est celui qui fait la nouveauté, qui fait bouger la situation pour aller de l'avant, qui crée de nouveaux espaces, qui crée la sagesse que JESUS a promise : "Il vous l'enseignera". Ceci crée du mouvement, mais c'est aussi ce qui à la fin crée l'unité harmonieuse entre tous. »

« Demandons au Seigneur JESUS, qui sera présent entre nous, qu'il nous envoie toujours l'Esprit Saint, à nous, à chacun de nous. Qu'il nous envoie vers l'Église et que l'Église sache être fidèles aux mouvements de l'Esprit Saint », a conclu le Pape François.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Ven 29 Mai 2015, 1:19 am

Sommes-nous des chrétiens qui éloignons les autres de Dieu ?

2015-05-28 Radio Vatican

Il existe des chrétiens qui éloignent les gens de JESUS parce qu’ils ne pensent qu’à leur rapport avec Dieu, parce qu’ils sont affairistes, ou encore mondains, ou rigoristes, mais il existe également des chrétiens qui écoutent vraiment le cri de ceux qui ont besoin du Seigneur. Lors de la messe quotidienne célébrée dans la chapelle de la Maison Saint Marthe, le Pape a commenté le chapitre dix de l’Evangile selon Saint Marc, quand les disciples rabrouent l’aveugle Bartimée qui interpelle JESUS afin d’être guéri. François distingue trois groupes de chrétiens.

Il y a d’abord ceux qui ne s’occupent que de leur rapport avec JESUS, un rapport « fermé et égoïste », et ils n’entendent pas le cri des autres, de tous ceux qui ont besoin de JESUS, et de l’Eglise. « C’est un groupe d’indifférents qui n’entendent pas, et croient que la vie se résume à leur petit groupe ; ils sont contents et sont sourds à la clameur de tant de personnes qui ont besoin du salut, de l’aide de JESUS et de l’Eglise. Ces personnes sont égoïstes. Elles vivent pour elles-mêmes et sont incapables d’entendre la voix de JESUS. »

Ne pas utiliser les gens, ni leur charger les épaules

Ensuite, il y a ceux qui entendent ce cri qui demande de l’aide, mais qui veulent le faire taire. Comme lorsque les disciples éloignent les enfants pour qu’ils n’importunent pas le Maître. « Le Maître est à eux, il est là pour eux et non pour tous. Ces gens-là éloignent de JESUS ceux qui crient, qui ont besoin de la foi et de salut. » Parmi ces gens, souligne le Pape, il y a les affairistes qui sont proches de JESUS, qui sont dans le temple et qui ont l’air « religieux », mais JESUS les chassent parce qu’ils faisaient leurs affaires dans la maison de Dieu. « Il s’agit des gens qui ne veulent pas entendre la demande d’aide et préfèrent faire leurs affaires et ils utilisent le peuple de Dieu et l’Eglise pour faire leur propre business. » Ces hommes sont des affairistes qui éloignent les gens de JESUS.

Dans ce groupe, il y a des chrétiens « qui ne témoignent pas ». « Ce sont des chrétiens de nom, des chrétiens de salon, de réceptions. Leur vie intérieure n’est pas chrétienne, mais mondaine. Un homme qui se dit chrétien et qui vit comme un mondain éloigne ceux qui demandent de l’aide à JESUS. Ensuite, il y a les rigoristes ceux que JESUS gronde, parce qu’ils chargent de tant de poids les épaules des gens. JESUS leur dédie tout le chapitre 23 de l’Evangile selon Matthieu. « Hypocrite, vous tirez profit des gens. Au lieu de les aider, vous les éloignez »

Enfin, il existe un troisième groupe de chrétiens qui aident à s’approcher de JESUS. Des hommes qui font preuve de cohérence entre ce auquel ils croient et ce qu’ils vivent. Ils aident ainsi ces gens qui crient « demandant salut, grâce et santé spirituelle pour leurs âmes » à s’approcher de JESUS.

Le Pape invite chacun à faire son propre examen de conscience pour comprendre « si nous sommes des chrétiens qui éloignent les gens de JESUS ou les rapprochent de Lui, parce qu’ils entendent le cri de ceux qui demandent de l’aide pour leur propre salut ».
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Mar 09 Juin 2015, 9:53 am

L' identité chrétienne

2015-06-09 Radio Vatican

JESUS « fait homme et mort par obéissance », « cela est l’identité chrétienne, et c’est là qu’est le témoignage ». Dans son homélie ce mardi matin dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, le Pape a demandé à Dieu la grâce d’une identité qui ne cherche pas à s’adapter aux choses jusqu’à ce que le sel perde sa saveur. Ce faisant, François a mis en garde contre ceux qui veulent transformer le christianisme en une « belle idée » ; ceux qui cherchent Dieu dans une spiritualité un peu éthérée, « les agnostiques modernes » ; « ceux qui toujours ont besoin de nouveauté dans l’identité chrétienne » et qui se demandent : « mais où sont ces voyants qui nous racontent aujourd’hui la lettre que la Vierge enverra à 16 heures ? Et ils vivent de cela. Cela n’est pas l’identité chrétienne », affirme François. « La dernière parole de Dieu s’appelle JESUS, rien de plus ». Le Pape a également réaffirmé qu’un autre risque pour le témoignage chrétien était la mondanité qui « élargit la conscience » à ce point que tout peut y être accepté.

Se laisser porter par l’Esprit Saint

Quelle est l’identité chrétienne ? Le Pape François a consacré son homélie à la parole de saint Paul aux Corinthiens, lorsqu’il parle justement de l’identité des disciples de JESUS. C’est vrai, a-t-il dit, que pour « arriver à cette identité chrétienne », Dieu « nous a fait faire un long chemin d’histoire » jusqu’à ce qu’il envoie son Fils. « Nous aussi, nous devons parcourir un long chemin dans notre vie pour que cette identité chrétienne soit forte » afin de pouvoir en témoigner. « C’est un chemin qui part de l’ambiguïté pour parvenir à la véritable identité. »

« C’est vrai, il y a le péché, et le péché nous fait tomber, mais nous avons la force du Seigneur pour nous relever et avancer avec notre identité. Mais je dirais aussi que le péché fait partie de notre identité : nous sommes pécheurs, mais des pécheurs avec la foi en JESUS Christ. Ce n’est pas seulement une foi de connaissance, non. C’est une foi qui est un don de Dieu et que Dieu fait entrer en nous. C’est Dieu lui-même qui nous confirme en Christ. Il nous a conféré l’onction, il a gravé le sceau et il nous a donné des arrhes, le gage de l'Esprit dans nos cœurs. C’est Dieu qui nous donne ce don de l’identité ». Fondamentalement, a ajouté François, être chrétien, c’est être fidèle à cette identité chrétienne et laisser l’Esprit Saint nous faire aller de l’avant dans la vie. Il est la garantie, le gage de notre cœur. « Nous ne sommes pas des personnes qui suivent une philosophie, nous sommes oints et nous avons la garantie de l’Esprit ».

La mondanité fait perdre sa saveur à notre témoignage

L’identité chrétienne est « belle » et suppose un témoignage. Pour cette raison, JESUS parle du témoignage comme du « langage de notre identité chrétienne ». Et puisque nous sommes pécheurs, l’identité chrétienne peut être tentée. Il y a toujours des tentations et l’identité peut « s’affaiblir ou se perdre ». Le Pape met en garde contre deux dangers.

D’abord celui de passer du témoignage aux idées, c’est-à-dire de délayer leur témoignage. Et ainsi, du Christ concret (parce que l’identité chrétienne est concrète, on peut le lire dans les Béatitudes ou dans le chapitre 25 de l’Evangile selon saint Matthieu recommande le Pape ), nous passons à une religion un peu soft, dans la zone et sur la route des agnostiques. Derrière, il y a le scandale. Cette identité chrétienne est scandaleuse, et il y a cette tentation de dire « non, non pas de scandale ».

« La Croix est un scandale et donc, il y a ceux qui cherchent Dieu dans cette spiritualité un peu éthérée, les agnostiques modernes ». Puis, a averti François, il y a « ceux qui toujours ont besoin de nouveauté dans l’identité chrétienne » et ils ont « oublié qu’ils ont été choisis, oints », qu’ils ont « la garantie de l’Esprit » et il cherchent : « mais où sont ces voyants qui nous disent aujourd’hui la lettre que la Vierge enverra à 16 heures ? Et ils vivent de cela. Cela n’est pas l’identité chrétienne. La dernière parole de Dieu s’appelle JESUS, rien de plus ».

Une autre voie pour faire un pas en arrière par rapport à son identité chrétienne, c’est la mondanité : « ouvrir tellement son esprit que tout y rentre. Si, nous sommes chrétiens, mais... Pas seulement moralement, mais aussi humainement. La mondanité est humaine. Et ainsi, le sel perd de sa saveur. Et l’on voit les communautés chrétiennes, même les chrétiens, qui se disent chrétiens, mais qui ne peuvent ni ne savent témoigner de JESUS Christ. Et ainsi l’identité fait un pas en arrière, elle recule et se perd, et cela est le nominalisme mondain que nous voyons tous les jours. Dans l’histoire du salut de Dieu, avec sa patience de Père, il nous a conduit de l’ambigüité à la certitude, au concret de l’incarnation et de la mort rédemptrice de son Fils. Voilà notre identité ».

Saint Paul, a ajouté François, se vante de JESUS « fait homme et mort par obéissance », « cela est l’identité, et c’est là qu’est le témoignage ». C’est une grâce que nous devons demander au Seigneur : que toujours il nous offre ce cadeau, ce don d’une identité qui ne cherche pas à s’adapter aux choses jusqu’à perdre la saveur du sel.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 4219
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   Lun 15 Juin 2015, 6:13 am

le Pape invite à faire attention à l'environnement

2015-06-14 Radio Vatican

Etre attentif « aux situations de dégradation environnementale, mais aussi de régénération, dans son territoire ». C’est l’invitation adressée par le Pape François à l’issue de la prière de l’angélus en ce dimanche midi, place Saint-Pierre. Le Pape a rappelé aux fidèles présents que son encyclique Laudato Si sera publiée le jeudi 18 juin et qu’elle aura pour thème central le soin à apporter à la création. « Cette encyclique est adressée à tout le monde » a-t-il expliqué. « Prions pour que tous puissent recevoir son message et grandir dans la responsabilité envers la maison commune que Dieu nous a confié ».

Auparavant le Pape a salué les millions de personnes qui donnent leur sang à l’occasion de la Journée mondiale des donneurs de sang et qui « contribuent, silencieusement, à aider leurs frères en difficulté ». Tout en exprimant sa reconnaissance envers eux, le Pape a invité tout particulièrement « les jeunes à suivre leur exemple ». Le Pape a également exprimé sa proximité avec « tous les travailleurs qui défendent de manière solidaire le droit au travail, qui est le droit à la dignité ».

La Parole de Dieu, comme le grain de l’épi

Dans son commentaire de l’évangile de ce dimanche, le Pape a rappelé que « Dieu a confié sa Parole à notre terre, c’est-à-dire à chacun d’entre nous dans notre réalité humaine concrète ». De la même manière que croit la semence décrite dans la parabole de l’évangile, la Parole de Dieu « est parole créatrice, destinée à devenir le blé plein l’épi. Cette Parole, si elle est écoutée, porte certainement ses fruits parce que Dieu même la fait germer et murir à travers des voies que nous ne pouvons pas toujours comprendre et à travers une manière que nous ne connaissons pas. » « Tout cela nous fait comprendre, conclut le Pape, que c’est toujours Dieu qui fait grandir son Royaume et que l’homme est son humble collaborateur qui contemple et jouit de l’action créatrice divine et qui en attend avec patience les fruits ».

Le Pape a alors rappelé le conseil qu’il a déjà à plusieurs reprises adressé aux fidèles de toujours porter sur soi, dans sa poche ou dans son sac, une petite Bible pour pouvoir se nourrir chaque jour de la Parole de Dieu en en lisant un morceau.

Dans la seconde parabole, JESUS compare le Royaume de Dieu à une graine de moutarde. « C’est une réalité humainement petite et apparemment insignifiante », a expliqué le Pape. « Pour entrer à en faire partie, il faut être pauvre dans le cœur, ne pas avoir confiance en ses propres capacités mais dans la puissance de l’amour de Dieu ; ne pas agir pour être important aux yeux du monde mais être précieux aux yeux de Dieu qui préfère les personnes simples et humbles. » C’est en vivant ainsi que « la force du Christ transforme ce qui est petit et modeste en une réalité qui fait fermenter la masse entière du monde et de l’histoire ».

De ces deux paraboles, le Pape a tiré ces deux enseignements : « le Royaume de Dieu réclame notre collaboration » et « c’est surtout une initiative et un don du Seigneur ». C’est pourquoi, malgré la « complexité des problèmes du monde, les drames, les injustices, les souffrances », nous nous ouvrons « à la confiance et à l’espoir ».
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les homélies du pape François   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les homélies du pape François

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les homélies du Pape François jour après jour
» Les homélies du Pape François jour après jour
» Non à une religion de boutique (homélie du pape François)
» Le pape François à Sainte-Marthe : « La confession n’est pas un instrument de torture ! »
» Homélie du pape François de l'Epiphanie 2016

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: C H R I S T I A N I S M E :: Dialogue Oecuménique et autres religions ( SECTIONS ENSEIGNEMENTS ) :: Catholique-