*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 

 La petite NDE/EMI du jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31, 32, 33, 34  Suivant
AuteurMessage
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedLun 17 Fév 2014, 3:09 am

Rappel du premier message :

"Je me suis réveillé allongé sur mon lit d’hôpital, mais incapable de respirer. Chaque articulation me faisait souffrir atrocement. J’étais paniqué. J’ai eu la sensation que si seulement mes vêtements étaient enlevés, alors ma peau pourrait peut-être respirer à ma place. J’ai compris que j’avais un problème. Je ne trouvais pas le bouton pour appeler l’infirmière. J’ai pensé : « Je les ennuie et ils ont caché le bouton. Ils veulent que je meure. ». La panique augmentait, mes pensées étaient irrationnelles. J’ai dû me calmer moi-même et mettre en œuvre une certaine logique. Je me suis dit : « Je suis à l’hôpital, ils ont dû mettre le bouton quelque part, probablement tout près. Reste calme et regarde. ». Je l’ai découvert en haut à droite, enroulé autour du bat-flanc. Je me souviens d’une très grande douleur quand j’ai fini par l’atteindre et appuyer. L’infirmière est arrivée, me demandant ce que je voulais. Je lui ai répondu que j’étais paniqué, que je ne pouvais pas respirer.

Elle est entrée dans la chambre, me parlant d’une voix apaisante tandis qu’elle me prenait la tension. Elle était à 0/30, c’est ainsi qu’a commencé mon long voyage dans la mort imminente.

Dans les jours qui ont suivi, mon cœur s’est arrêté 4 fois… on a dit à ma famille que je n’allais très probablement pas m’en sortir. Cette période est floue pour moi, j’ai vécu deux EMI, mais j’ignore à quel moment elles se sont produites.

La première fois, j’ai traversé une lumière (c’est la seule manière dont je puisse le décrire), j’étais totalement imprégné d’amour inconditionnel. C’est l’expérience la plus merveilleuse que j’aie vécu. Un amour inconditionnel m’imprégnait et cela m’emplissait tellement !

J’ai ensuite passé ma vie en revue. Tout était orienté vers mes relations avec autrui. Pendant ce temps, j’ai éprouvé ce que les autres avaient ressenti dans leurs relations avec moi. J’ai senti leur amour ou leur souffrance vis-à-vis de choses que je leur avais faites ou dites. Leur douleur me faisait recroqueviller, je pensais : « Oooh, là j’aurais pu mieux faire. ». Mais la plupart du temps j’ai ressenti de l’amour, ce n’était donc pas trop mal. Durant ce processus, personne ne me jugeait. Je ne sentais aucune désapprobation de l’extérieur… seulement mes propres réactions à tout cela. Le sentiment d’amour inconditionnel qui m’imprégnait a persisté. Je me jugeais moi-même, par contre personne d’autre ne l’a fait lors de ce passage en revue.

On m’a ensuite demandé si je voulais revenir chez moi (c'est-à-dire là-bas) ou si je voulais repartir. Je leur ai dit que mes deux fils avaient besoin de moi et que je devais m’en retourner. Soudain, je fus à nouveau dans mon corps… sentant mes articulations brûlantes de douleur. Mais je ne me souviens pas réellement de ce qui se passait autour de moi à ce moment-là… seulement que j’avais mal. Toutefois je continuais à ressentir l’amour et j’ai pu me reposer.

Seconde expérience. Je me suis retrouvé dans une ville, on m’a dit qu’il s’agissait de la Cité de Dieu. Je me trouvais près d’une fontaine en compagnie d’un homme vêtu d’une longue robe de lin ceinte d’une corde nouée à la taille. Il m’a dit que je pouvais poser toutes les questions que je voulais, qu’il allait m’emmener en visite. J’avais une question très importante, j’ai en effet été éduqué à une époque où les catholiques disaient que le simple fait de fréquenter une autre Eglise chrétienne constituait un péché mortel, les luthériens déclarant pour leur part que ces mêmes catholiques allaient se retrouver en enfer parce qu’il y avait des statues dans leurs églises et qu’ils priaient les saints. Ma première question a été : « Quelle-est la bonne religion ? »

On m’a répondu : « Toutes le sont. Chaque religion est un chemin pour tenter d’atteindre le même endroit. ». On m’a montré une montagne sur laquelle chaque groupe religieux essayait d’atteindre le sommet, à quelque distance les uns des autres… mais chacun s’efforçait d’arriver au même endroit.

On m’a ensuite dit que les personnes choisissent de naître au sein de la religion ou du groupe qui va leur permettre d’assimiler les leçons qu’on les envoie apprendre. On m’a dit que la terre est une sorte de grande école, un endroit où l’on peut appliquer les leçons spirituelles apprises, se mettre à l’épreuve sous la pression afin de savoir si l’on peut effectivement « vivre » ce que l’on sait déjà devoir faire. Fondamentalement, la terre est l’endroit permettant de mettre en pratique et vivre de manière adéquate. On m’a précisé que certaines personnes viennent sur terre uniquement pour travailler une facette d’elles-mêmes, tandis que d’autres viennent travailler sur plusieurs aspects. Puis il y a celles qui viennent non seulement travailler sur leur propre nature, mais aussi pour aider le monde dans son ensemble.

Dans l’au-delà on ne subit pas la pression physique que constitue le fait d’avoir un corps. Ici sur terre, il faut nourrir, vêtir ce corps, lui fournir un abri contre les éléments. On est en permanence sous pression d’une façon ou d’une autre pour prendre des décisions qui ont une base spirituelle. Dans l’au-delà est enseigné ce que l’on est « censé faire », mais est-on capable de le VIVRE sous pression sur terre ? D’après ce que j’ai entendu et vu là-bas… dans l’au-delà… tout est question de relations, de prendre soin les uns des autres. On n’attend pas des gens la perfection… par contre on attend un apprentissage qui sera considéré comme une bonne progression.

Au cours d’une vie, toutes nos expériences, ont tendance à suivre un type de schéma, elles vont souvent recréer les même leçons mais d’une manière différente, dans des circonstances diverses. C’est ainsi que l’on se rend compte de ce que l’on est censé apprendre et expérimenter. En examinant ces schéma, certain thèmes deviennent clairs.

On m’a montré une bibliothèque… emplie de livres aux couvertures d’or qui représentent la vie de personnes sur terre, leur chemin de vie y est exposé, ce qu’elles espèrent atteindre au travers d’expériences essentielles. D’après ce qu’on m’a montré, les personnes exercent leur libre arbitre par rapport à la manière d’obtenir ces expériences essentielles prédéfinies. Elles peuvent emprunter un chemin tortueux d’expériences ou bien une route plus directe, mais il existe certains évènements prédéfinis qui se produiront quoi qu’il arrive. Chacun de ces évènements essentiels constitue un repère et les réactions qu’il suscite indiquent le niveau d’apprentissage, ce qu’il reste à faire ou apprendre.

Les troubles économiques que nous traversons actuellement constituent l’un de ces « évènements mondiaux » prédéfinis. Les personnes ont le choix de leurs réactions à ces évènements. D’après ce qu’on m’a montré… la voie spirituelle consiste à s’aider les uns les autres, assister ceux qui sont dans le besoin. Il s’agit de l’action aimante absolue. Mais on peut également faire le choix de se protéger davantage, d’être égocentrique… moins généreux, de placer sa propriété au centre de ses réactions aux évènements. C’est une façon matérialiste de voir les choses, agir comme si le monde matériel comptait davantage que le lien unissant toute l’humanité. Donc… quel choix va faire la majorité ? Cela reste à voir. En 1981, on m’a montré que ce temps allait venir, que les banques sont des empires de papier… érigés sur du papier et rien d’autre… conçus pour s’effondrer sous la pression. Comment les gens réagissent-ils à tout cela ? Il s’agit d’un évènement essentiel et il va en éprouver plus d’un. Vont-ils tendre la main et prendre soin les uns des autres, ou deviendront-ils plus égocentriques et protecteurs du matériel ? On a toujours le choix en la matière… les individus vont simplement prendre leur décision.

On m’a également montré d’autres endroits de la ville, là des âmes collaboraient avec des personnes sur terre… des scientifiques, des artistes et d’autres. Il existe toujours une impulsion là-bas pour « inciter » ceux qui sont sur terre à créer des choses bénéfiques pour l’humanité dans tous les domaines.

Il y avait tant d’autres choses aussi. Mais plus que tout, cet endroit était empli d’amour… l’amour de l’humanité, l’amour de chacun sur terre, de la terre elle-même. Les communications étaient transparentes là-bas… les pensées étaient partagées, tout comme on converse ici-bas. Les gens que j’ai vus travaillaient tous avec bonheur et dans une grande joie.

On m’a toutefois aussi montré un endroit bien plus sombre… Là les gens paraissaient ignorer qu’ils avaient quitté leur corps, se combattant sans cesse les uns les autres pour des choses matérielles. Ils se focalisaient sur les biens matériels, tous leurs actes étaient égocentriques là-bas. Mais au-dessus d’eux il y avait également une légion d’êtres en attente. Dès que quelqu’un levait les yeux et demandait l’aide de Dieu, il était entraîné vers un autre endroit, plus paisible, en harmonie avec Dieu et son amour. Mais dans cet endroit, beaucoup paraissaient perdus, ne levant jamais les yeux, ne demandant jamais d’aide.

La ville comportait de nombreux endroits différents, chacun orienté vers une nécessité différente. Il y avait un lieu de repos où les âmes pouvaient se remettre d’une vie traumatisante sur terre. Il y avait des lieux de travail où des âmes aidaient l’humanité et d’autres à grandir, à progresser davantage. Il y avait des bibliothèques, des théâtres, des écoles et aussi le Temple de Dieu.

On m’a emmené dans un grand hall. Face à moi se trouvaient des êtres de lumière pure. L’un d’eux était assis juste devant moi sur un fauteuil ou un trône. Ces êtres n’avaient pas forme humaine, ils ressemblaient plutôt à de l’énergie lumineuse pure. J’étais pétrifié de révérence. L’amour qui émanait d’eux, particulièrement de celui du centre, était écrasant. Je ne me sentais pas du tout leur égal, en revanche je ressentais un très, très grand honneur d’être là. L’entité du centre m’a étreint en me disant : « Tu as bien agi, Mon Enfant, je suis satisfait. ». Cette approbation et l’amour qui me traversait m’ont fait pleurer.

S’agissait-il de Dieu ? Etait-ce l’absolu ? Je l’ignore vraiment. Je sais seulement que je représentais et que je représente bien moins que cet être ou que ceux qui étaient près de lui. C’était toutefois tellement merveilleux d’obtenir cet amour. Au moment de repartir, je voulais seulement en être digne.

Que furent les fruits de ces expériences ? Qu’en ai-je retiré ?

Je vis ma vie dans l’instant, fasciné, appréciant toutes les expériences. J’aime vivre cette vie.

Je m’efforce toujours de mettre en pratique, pas seulement de dire ce qui est juste, mais de le vivre autant qu’il est possible.

Je ne crains pas la mort. Je ne suis toutefois pas impatient de quitter cette vie. Il me reste encore beaucoup à faire, la mort n’est toutefois pas quelque chose qui me fait peur. Je sais qu’un jour je retournerai « chez moi » (là-bas, pas ici).

Qu’est-ce qui est le plus important?

Je dirais que c’est la relation humaine, aimer et prendre soin les uns des autres. La religion a sa place, elle constitue un chemin vers davantage… mais il ne s’agit pas du tout de l’absolu. Les religions ne sont pas Dieu, seulement des chemins.

Mais il faut insister sur la règle d’or : aimez votre prochain comme vous-même, prenez soin les uns des autres à chaque fois que c’est possible. "

"www.nderf.org - EMI Jean R"
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin


Date d'inscription : 21/10/2013
Messages : 21801

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedVen 04 Déc 2015, 3:07 am

@Jowel a écrit:
Les choses sérieuses ne semblent pas vous intéresser vous deux...Pourquoi faire diversion?

Les NDE sont un sujet très ouvert où l'expérience de chacun et la vision de chacun sont les bienvenues. La petite NDE/EMI du jour - Page 30 307887
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin


Date d'inscription : 21/10/2013
Messages : 21801

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedDim 06 Déc 2015, 9:04 pm

"Je baignais dans la lumière vivante la plus extrême qu'on puisse imaginer. Je voyais tout sur la terre. J'ai vu comment cette lumière aime absolument tout sur la terre, un amour un milliard de fois plus puissant que l'amour que nous connaissons.

Même les cheveux fins sous les feuilles de la plante étaient non seulement aimés, mais d'une certaine façon comptaient également. Je riais à l'idée que nous ne savons pas combien nous sommes aimés. C'était d'une émotion stupéfiante. Je ne voulais jamais quitter cet amour.

Soudain, je me suis mis à haleter, et j'ai dit: "Je n'en ai pas fini avec mes enfants!" Tout a volé en arrière et je me suis réveillée devant mon fils qui souriait. Le plus difficile pour moi a été le fait que je vis maintenant cette lumière: je veux y revenir!

Aucune femme, enfant, animal ou croyance n'a jamais pu même approcher cet amour. Il me donne maintenant un grand réconfort quand je médite, car je sais que Dieu est bon et que personne ne sera oublié. Ma seule frustration, c'est que je souhaite que tous sur la terre puissent être baignés dans la lumière, et s'en souvenir."

EMI de Loran G - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin


Date d'inscription : 21/10/2013
Messages : 21801

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedJeu 10 Déc 2015, 9:45 pm

"Suite à une ablation de l'utérus, le lendemain de l'opération, je me sentais très lasse, cotonneuse et en vérifiant le récipient qui récupère le résultat du drain, je m'apercevais qu'il s'était rempli de sang. j'eu le temps de prévenir le personnel, qui accouru et constatait mon état jugé très inquiétant.

Mon premier sentiment fut celui d'un bien être qui m'envahissait, puis une lumière blanche mais non aveuglante s'intensifiait, plus la lumière apparaissait, plus je me sentais bien. Elle finit par m'envelopper comme un drap, je percevais au fur et à mesure, une silhouette se dessiner au bout de mon lit, comme un mirage une Homme très grand (2m environ) me fixait de ses yeux bleus ciel, un regard intense et profond, de ceux qui pénètrent votre âme.

Cet Homme était d'une grande beauté, son visage illuminé par des traits parfait. il arborait une barbe courte, ses cheveux se confondaient dans la lumière blanche.

Je tombais en AMOUR devant cet être de lumière. Un Amour que je n'ai jamais rencontré avant (à l'instant où j'écris, je pleure... car malgré les années, cette rencontre m'émeut toujours autant).

Il portait sur son bras gauche un grand livre ouvert et un crayon ou une plume, je voyais cet objet comme 'vivant'...

Il intensifia son regard dans le mien et me posa une question :

- Que veux tu ? me demanda t il d'une voix douce et audible

- Je veux le temps d'embrasser mes 5 enfants, le temps de dire à ma famille combien je les aime...

- Que veux tu dans ta vie ?

- Je désirerais comprendre mes erreurs, pourquoi tant d'épreuves ? J'aimerais comprendre la nature, la science, l'Amour.

L'Homme consignait lentement tous mes vœux dans son livres, et me dit :

- Je vais te montrer ta vie...

(J'en pleure encore...)

J'ai vu mes erreurs, je voyais défiler des arbres, la nature,les Océans, le ciel, des animaux, je comprenais, ou plutôt j'apprenais comme une leçon, tous mes sens étaient en éveil tout mon être réagissait, en faite tout n'était qu'AMOUR ...

Même les mathématiques (qui n'étaient vraiment pas mon fort !)

Je me sentais comme ""réinitialisée"" au bonheur à l'AMOUR , à l'empathie etc... et missionnée auprès des femmes battues car j'étais hélas encore à cette époque, une de ces femmes dont le mari maltraitait ...

Je n'ai aucune notion du temps que l'on a passé tous les deux à 'S'AIMER' d'un Amour sans conditions sans contact, tout en cognitions, tout en tendresse, peut être, tout en 'simplicité'...

La lumière blanche se dissipa, je revins alors "dans le monde des vivants" avec une certaine violence et douleur.

Je fus transférée directement à nouveau au bloc opératoire, là je décidai de lâcher prise avec mon corps qui me faisais mal.

Par le 'haut de ma tête, je me sentis sortir, planer au-dessus de ce corps que je ne voulais plus, je voyais l'équipe médicale s'afférer sans mots dire.

La Lumière réapparue, je la suivais mais ne vis rien, je n'entendis à nouveau qu'une question :

-Que veux tu ?

Je choisissais alors de revenir à moi, bien que la tentation de poursuivre ce chemin d'Amour m'attirait ..

C'est ainsi que je regagnais mon corps.

EMI de Muriel N. - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedSam 12 Déc 2015, 12:49 am

"Mon corps a effectué une révolution complète en tombant avant que mon front heurte le bord de l'une des marches à une vitesse centripète accrue et avec une grande force. J'ai perdu conscience quand j'ai frappé la balustrade. C'est là qu'a commencé mon EMI.

Il faisait sombre et froid, mais sans douleur. La seule chose que je savais, c'est que j'étais conscient. Ce que je veux dire, c'est que j'avais une sensation intense de sensibilisation, mais plus qu'une sensation. Aucune pensée n'était impliquée dans ma conscience, je savais juste que je l'étais. Rien à propos de cette expérience n'était cartésien. Je n'avais pas besoin de justifier le fait que je savais. L'obscurité était omniprésente, épaisse et lourde comme un grand manteau noir.

Ce dont je me souviens ensuite, c'est d'avoir été dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital. Je me souviens avoir vu beaucoup de gens autour de mon lit à ce moment là. J'étais dans une petite université, donc il y avait beaucoup de gens qui me connaissaient, et pour qui je comptais. Ma sœur était là. Le Pasteur de la chapelle de l'université était là.

Quelques uns de mes amis proches étaient là. Ma tante et mon oncle étaient là. J’ai eu des conversations face à face avec eux. J'ai vu l'angoisse dans leurs visages, et cela m'a troublé car je ne souffrais pas. Je me souviens très bien d'avoir tenté de leur parler, pour leur dire que je ne souffrais pas, que je me sentais mieux que jamais auparavant.

Le sentiment qui m'a submergé à ce moment là est indescriptible. Toutes les inquiétudes et le bagage émotionnel que j'avais porté en moi toute ma vie, toute la douleur et la frustration des mondes physique et humain m'ont quitté. Je me sentais complètement et infiniment libre. Je sentais que je pouvais me déplacer à la vitesse de la lumière. Ce ne fut d'aucune façon un mouvement au sens physique, pas en trois dimensions. C'était comme si j'avais été propulsé par la pensée, plutôt que par mon corps. Seule la volonté pure existait.

Les autres différences de cette nouvelle réalité étaient plus profonde. Je me sentais comme si je comprenais le but de la vie humaine d'une manière différente. Je comprenais que les différences mesquines entre les gens, et les petites rancunes qui s'ensuivent, sont le côté horrible de la vie humaine, un aspect complètement inutile et complètement irrationnel. Un attachement extrême au monde matériel est préjudiciable et dommageable pour l'âme.

En fait, la vie humaine est belle à couper le souffle. Si d'autres personnes ressentaient (prennaient conscience) de cette beauté, alors ils n'adopteraient pas un mode de vie destructeur pour les autres, pour les animaux ou leurs environnements locaux et mondiaux. Je ressentais l'amour intense qui entourait mon âme à ce moment là.

Cet amour émanait de mes amis et des membres de ma famille autour de moi. Je ressentais l'intensité de l'amour humain qui m'enveloppait, et me renouvelait. Il y avait de la lumière impliquée dans tout cela, mais pas une lumière obéissant aux lois traditionnelles de la physique. En fait, je veux dire que la lumière émanait des gens, sans aucune source claire.

Rappelez-vous, je voyais ces gens autour de moi, leurs visages, leur chagrin, et pourtant je continuais à essayer de les consoler, en leur disant que je me portais mieux que jamais.

Il y avait un poignard dans mon cœur, cependant. J'étais convaincu que je n'avais vraiment jamais rencontré une âme sœur pendant que j'avais une forme humaine. C’était comme un vide dans ma personne. Cet aspect rendait ma vie humaine incomplète.

Je savais que je m'étais menti à moi-même en ce qui concernait ce qui me ferait vraiment plaisir dans le cadre d'une relation romantique profonde pendant longtemps. J'ai regretté n'avoir jamais eu le courage d'ouvrir mon âme entièrement à une autre.

Entre-temps dans le monde terrestre, les choses allaient au plus mal. Lorsque ma tête a heurté le bord de la marche en ciment, je me suis fracturé plusieurs os du visage, depuis la mâchoire supérieure jusqu'au haut. Mes orbites et sinus ont été brisés.

J'ai fracturé le front de mon crâne. J'ai déchiré la couche dure entre mon crâne et mon cerveau, qui protège des bactéries. Mon père a dit que mes orbites étaient exorbités, presque de la taille de balles de baseball. J'avais perdu quatre pintes de sang. Un gonflement intense pressait et bloquait mes nerfs optiques. J'étais aveugle. Mais cela, bien sûr, était le moindre souci de ma réalité humaine.

Impossible d'expliquer le fait que je me souviens avoir vu le visage de chaque personne à mon chevet. Ou encore mon désir d'assumer la douleur que je voyais et ressentais de chacune de ces personnes. Pour absorber la douleur comme si c'était une éponge.

Pour internaliser cette douleur - et l'avaler pour ceux qui souffraient. C'était difficile pour moi, parce que je sentais que je comprenais mieux, et que j'étais enfin réellement libre de la vie physique, ce qui se traduisait par l'expérience la plus agréable de ma vie à ce jour Pourtant, dans le même temps, c'était l'expérience la plus horrible pour les personnes autour de moi. Ceci est l'un des paradoxes les plus intenses de l'univers.

Je me souviens avoir vu le Leerjet dans lequel mon corps a été embarqué, puis transporté de Valparaiso à Cleveland. Je me souviens avoir été déchargé à l'aéroport Burke Lakefront et emmené rapidement à la Cleveland Clinic. Je me souviens des lumières de l'unité de soins intensifs de la clinique, après y être arrivé. Je me souviens avoir vu mes parents; ils semblaient quelque peu angoissés et échevelés.

C'est dans cet endroit où je me suis senti comme si j'étais dans une très grande salle de cinéma. L'écran était d'une meilleure qualité que ceux à résolution numérique. J'ai commencé à voir le monde des hommes à travers cet écran. Je me trouvais seul dans le théâtre. Mais j'étais confortable. Il faisait chaud, c'était intéressant, et je me sentais en toute sécurité.

Je me souviens avoir vu ma mère laver à la main le T-shirt et les jeans souillés de sang que je portais quand je suis tombé. J'ai vu la réalité de la terre en temps réel du monde humain, mais j'ai aussi revu l'intégralité de ma vie d'une manière enchevêtrée. C'était comme si j'étais conscient au même moment de chacune des expériences de ma vie.

La durée linéaire de ma vie s'est intensifiée dans éclat brillant qui pouvait exister en transcendant le temps. Ma notion traditionnelle de temps avait volé en éclats. En fait, ce concept n'avait plus aucun sens du tout, car je sentais que tous les moments s'étaient produits en même temps à la fois.

Je me souviens avoir subi une intervention chirurgicale au troisième jour du début de mon épopée. J'ai dit au revoir à mes parents, vraiment convaincu de ne jamais les revoir. Alors qu'on m'emmenait pour la chirurgie et qu'on me placait sur la table d'opération, pour la première fois j'ai commencé à voir la lumière tout autour de moi. Il n'y avait pas de chiffres ou de formes. Juste une intense lumière blanche et chaude. À ce moment là, je me suis reconcilié à l'idée que j'allais laisser derrière mon corps terrestre.

Je ne craignais pas de quitter mon corps terrestre. Par exemple, j'avais un puissant sentiment d'anticipation, de savoir enfin ce qui allait arriver. Une fois que j'ai abandonné mon corps, j'ai senti comme si j'étais entouré par un sentiment d'amour infini qui n'était pas qualifié ou restreint par le matérialisme, des conditions, ou par des jugements. Je me sentais comme si j'étais dans la paume d'une main très grande et protectrice, élevée loin de la douloureuse et débilitante finitude de mon corps sur terre.

La prochaine chose dont j'ai eu conscience, c'est d'être invité à un dîner dans ce qui m'a paru être la Grèce antique. Il y avait un homme âgé d'environ soixante ans, et j'étais son invité. J'ai réalisé qu'en fait ce dinner était en mon honneur. Nous étions dans une grande salle, construite en pierre blanche, avec de grands bols de fruits partout.

Il y avait d'autres hommes aussi, la plupart ayant environ entre 25 ans et la fin de la trentaine. Nous étions tous vêtus de tuniques blanches, mais chacun des hommes avait une ceinture également qui était soit d'un bleu profond, d'or, ou violette. L'hôtesse, je me souviens précisément, avait un bleu profond. Il y avait des urnes remplies de vin dans lesquelles nous plongions tous nos tasses, profitant du nectar sucré et enivrant. Les hommes se prélassaient sur une estrade qui se trouvait près d'une entrée sur le côté de la salle; ils parlaient et riaient.

L'air était très certainement jovial et accueillant. Lorsque les bols de fruits se vidaient ou que le vin diminuait, les messieurs âgés appellaient des serviteurs, des adolescents, pour qu'ils viennent et les remplissent. Finalement, les serviteurs ont amené des plats d'agneau rôti, que nous avons tous partagé avec voracité. La fête a duré toute la soirée jusqu'au petit matin, et, lorsque la lumière du jour est apparue, je suis sorti de la salle par l'entrée latérale. Mon EMI s'est achevée à ce moment.

Je me suis réveillé dans ma chambre d'hôpital, deux jours après la reconstruction faciale et la chirurgie du cerveau frontal. J'ai quitté l'hôpital après n'être resté que deux semaines. Je n'ai pas pris de médicaments pour la douleur après cela. Après la dernière consultation avec le chirurgiens du cerveau, et le chirurgien plasticien, ils m'ont dit que j'avais surmonté cette épreuve contre toute attente. Les dégâts isolés à mon visage et au haut de ma tête et la vitesse avec laquelle je me suis retabli étaient, comme ils me l'ont dit séparément, des miracles. Ils ont tous deux suggéré qu'ils avaient jamais vu quelqu'un souffrir une chute comme la mienne, avec de telles blessures localisées, et guérir aussi rapidement que je l'avais fait. Seulement un à trois pour cent des patients parviennent à un rétablissement complet, m'ont-ils dit."

EMI de Bryan Z - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedDim 13 Déc 2015, 9:36 pm

"Immédiatement, je me suis retrouvé «loin» - de mon corps. Ce dont je me souviens avant l'expérience même, c'est ce qui semblait être des répétitions sans fin des palpitations cardiaques terribles: le bruit sourd incroyablement lent et lourd, boum, boum, boum, suivi d'un battement sauvage et irrégulier. Il semble qu'à quelques reprises, j'ai été assez conscient pour savoir que je devais tenter d'appeler à l'aide, mais je ne pouvais pas bouger.

Mes muscles étaient comme paralysés. Quelque part (semblait-il) au plus profond de mon âme, je savais que j'allais mourir, et pendant un moment, cela m'a fait peur. Puis peu à peu, j'ai senti mon coeur se contenter de battre lentement, incroyablement lentement: boum, BOUM - plus de palpitations.

L'écart entre les battements du coeur s'élargissait, et j'étais sûr que j'allais mourir, et à ce moment là, je n'avais plus peur. Une paix incroyable a rempli tout mon être, et j'ai commencé à avoir très chaud à travers tout mon être. J'ai ressenti un ULTIME battement de coeur dans ma poitrine, un BOUM très lourd, très fort. - et puis j'ai renoncé. J'ai pu SENTIR qu'il n'allait plus battre.

Aussitôt je me suis retrouvé «loin» - de mon corps, du monde que je connaissais, et j'avais pris mon élan, ou je flottais, dans un «vide» totalement noir et sans lumière. Puis presque aussitôt le «vide» a paru «prendre forme», et j'ai distinctement senti qu'il avait pris une forme et des dimensions - comme une pièce ou une salle sombre énorme. Plus tard dans mon esprit, j'en suis venu à appeler cela la «chambre noire».

C'était énorme. Je flottais et m'élançais dedans. (Je ne pouvais pas vraiment discerner si oui ou non je contrôlais mon «vol» ou non.) En tout cas, je me déplaçais vers une ouverture dans un «mur» de la chambre noire. À une certaine distance, je pouvais voir qu'il avait une ouverture, parce que c'était légèrement moins noir que la noirceur totale du «mur». L'ouverture était à peu près ronde, mais sans forme régulière.

Elle vacillait ou oscillait comme quelque chose de vivant ou plein d'énergie. Alors que je me déplaçais dans chambre noire vers l'ouverture, je me sentais en paix mais aussi plutôt apathique. Mon apathie m'a laissé considérablement perplexe parce que j'étais en train de vivre une expérience tellement extraordinaire. Je me souviens très bien de cette perplexité. C'est l'un des aspects les plus vivaces de toute cette expérience.

Puis, très soudainement, mon élan s'est accentué et j'ai été rapidement "tiré" à travers l'ouverture dans le mur. Je me souviens avoir pénétré dans l'ouverture et l'avoir vue se déplacer et presque «danser», comme quelque chose de vivant.

J'étais dans un tunnel, ou plutôt un long couloir. Impossible de trouver les mots adéquats pour décrire cet endroit. Cela avait les qualités d'une chose à la fois organique ou «tubulaire», peut-être comme une artère (l'aspect du tunnel) et de quelque chose de «construit» ou «artificiel» ou «carré», comme une salle. Totalement impossible à décrire, mais encore une fois, un souvenir vivace de l'expérience.

J'ai alors realisé que je me tenais, pour la première fois, «debout sur mes pieds», pour ainsi dire (bien que je n'eusse pas de corps!). Avant cela, j'avais flotté ou volé.

Mais maintenant, je me tenais sur le «plancher» de la «salle» en regardant vers le «bout» de celle-ci. Et bien, Dieu était là. Ou plus précisemment, un grand feu ou une lumière qui, je devais le comprendre, "représentait" ou "se tenaient là pour Dieu". (Mais, dans un certain sens, c'était vraiment aussi Dieu. Impossible d'expliquer, et je le ressentais comme un paradoxe, quelque chose que je devais tout simplement accepter. Mais ce n'était vraiment pas un problème, car il n'y avait pas d'«intellectualisation », tout juste une experience crue, nue, de la Présence de Dieu.)

Je ne peux pas décrire comment je l'ai ressenti. J'étais impressionné, j'en suis resté muet, étonné, accablé. Mais rien de tout cela ne reflète vraiment la profondeur de cette expérience. Dieu était totalement, absolument «au-delà» de quoi que j'eusse jamais imaginé. Au-delà de la langue, au-delà de la pensée, tout à fait au-delà, mais en même temps près, juste là en face de moi, mystérieusement «accessible» (éclat de rire) - comme tout cela est inadéquat. Amour total, bonté TOTALE, savoir TOTAL.

Eh bien, Dieu m'a "parlé". Oh oui, il l'a fait! Il n'a pas utilisé de mots, mais a communiqué directement de son âme à la mienne. Et ce qu'il a "dit" était si profond, avec tant de nuances de sens, que je suis incapable de répéter ce qu'il a dit, mais en voici l'essentiel:

“Tu ne te connais pas vraiment toi-même, n'est-ce pas?”

A un certain niveau, la question de Dieu était aussi simple que cela. Mais elle avait aussi d'autres sens, comme: 'Tu ne sais rien, n'est-ce pas?' Et, “Personne ne sait rien, n'est-ce pas?” Mais pas seulement la connaissance intellectuelle, mais aussi comment aimer, comment exister, avec la conscience pleine et entière et l'acceptation du fait que DIEU EST.

Alors que pouvais-je dire? J'ai du admettre que, non, je ne savais rien. Après tout, je me tenais là en face de Dieu, qui sait tout! Donc - je devais revenir. Dieu le savait, et je le savais. Fin de la discussion. J'étais déçu. Je pensais "aller dans la lumiere", mais je devais faire demi-tour et revenir, ce que j'ai fait, faisant mon devoir, mais tristement."

EMI de Krikrikit - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedLun 14 Déc 2015, 11:46 pm

"C'était Avril 2006 et rentrais en voiture à la maison après une cérémonie à mon école, roulant à environ 140 kmh dans ma voiture quand j'ai perdu le contrôle. La voiture a dérapé sur le côté de la route, dans le fossé, puis a frappé un poteau de téléphone.

Dès que ma voiture a heurté le poteau, je n’ai plus rien vu. Je me souviens de l'obscurité complète. A ce moment là, en réalité, la voiture a frappé le poteau sur le côté et mon corps était mutilé et proche de la mort à l'intérieur du véhicule. J'ai été transporté vers un hôpital à 80 miles de distance et j'étais cliniquement mort pendant dix minutes. Okay - je reviens à ce que je voyais.

Dès que ma voiture a frappé le poteau, je n'ai plus rien vu. Immédiatement, je me suis dit que j'étais mort, mais j'ai vite réalisé que j'étais toujours conscient, ce qui était impossible. Je ne pouvais pas voir, je ne pouvais pas sentir, je ne pouvais rien ressentir et c'était comme si j'étais paralysé, mais debout en même temps.

A ce moment là, j'ai commencé à me dire à moi-même (pas à voix haute) que ce n'était pas sympa, et que j'avais raison - j'avais toujours su qu'il n'y aurait en fin de compte ni Dieu, ni vie au delà de la mort, et que la religion était absurde. Au moment même où j'ai formulé cette pensée, l'expérience la plus terrifiante de ma vie a commencé.

Tranquillement d'abord, j'ai commencé à entendre des voix qui n'étaient pas de ce monde, des cris diabolitiques ou des rires. J'ai pris peur et je ne savais pas ce qui se passait. Les voix se sont faites de plus en plus fortes et bientôt, je pouvais «sentir» la présence d'êtres ou du diable autour de moi. Les voix ont commencé à devenir plus distinctes et quelques-uns des «êtres» criaient «Venez avec nous, venez avec nous !!

Hahahaha, héhéhéhé. Etes-vous prêt?! sur des tons qui donnaient la chair de poule. J'ai commencé à réaliser qu'il semblait s'agir de démons ou diables associés avec Satan. Même si avant cette expérience j'étais très critique de la religion et de Dieu, ces choses m’ont convaincu du contraire et j'ai immédiatement commencé à dire: «JESUS m'aime !!! La puissance de Dieu va vous tuer tous, JESUS sauve-moi !! " Les êtres ont commencé à crier, furieux: «Il n'y a pas de .... de Dieu, pathétique bâtard laid! Et s'il y avait un Dieu, votre vie aurait valu une ;;; !!

"Alors j'ai continué, JESUS sauve-moi !! Je crois en toi JESUS, Dieu aidez-moi! " Et les démons ont continué à crier et à me maudire, mais en même temps, ils se retiraient lentement et leur présence se réduisait.

A ce moment là, un faisceau de lumière blanche perçant de la largeur d'un stylo m’a rapidement atteint. Les démons ont commencé à crier et gémir, comme s'ils allaient fondre, et bientôt, ils avaient disparu. La lumière était littéralement aveuglante mais je pouvais regarder directement dedans sans broncher. Je me sentais comme si - tout d'un coup je savais tout ce qu'il fallait savoir sur tout et j'ai senti cette énorme présence d'amour et de respect et tout était bien.

Des représentations artistiques de JESUS se sont présentées à mon esprit, tous les différents types de tableaux et peintures et j'ai vu une séquence sur la crucifixion du Christ. La lumière devenait plus brillante à ce moment là, et s'agrandissait. Bientôt JESUS est apparu en face de moi et je ne pouvais rien faire, sauf tomber à genoux, puis un poser ma tête sur le sol à ses pieds. Nous sommes restés comme cela pendant une éternité et puis JESUS a dit: «Tu es un enfant digne, lève-toi.»

Donc je l'ai fait et j'ai fait face au Seigneur JESUS-Christ avec la plus grande culpabilité et un sentiment d'insignifiance complète. JESUS a dit, «Tu as appris de tes erreurs mon enfant. Tu retourneras, et tu montreras la voie aux autres. Tu répandras l'amour de Dieu ». Je me suis immédiatement mis à pleurer de façon incontrôlable (oui, même si je suis un type de dix-sept ans) et ne cessais de dire: “Je suis indigne Seigneur”.

A ce moment, je me suis retrouvé en présence de mes proches décédés: deux oncles, une tante, un grand-père et une grand-mère. Personne ne parlait, mais chacun d'entre eux a pointé du doigt le «sol», indiquant ainsi que je devais retourner. À ce moment là, je me suis spontanément retrouvé dans mon corps mortel à l'hôpital, regardant mes parents et amis. Ils ne croieraient jamais ce que j’avais à dire."

EMI de Jedraine C - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedMar 15 Déc 2015, 9:06 pm

"Après mon arrivée à l'hôpital pour une hernie lombaire, le docteur a décidé d'opérer et de me faire un pontage gastrique pour m'aider à perdre du poids. La première opération s'est mal deroulée, donc ils ont opéré une deuxième fois et j'ai sombré dans le coma suite à une septicémie complète.

Ma respiration, mon cœur, mes reins, le foie, le pancréas, les poumons, tout s'est arrêté de fonctionner. Tous mes signes vitaux étaient mauvais et sont tombés en dessous des niveaux acceptables.

Ma famille a été avisée que j'étais à la porte de la mort juste à temps pour la Semaine Sainte. Quelques jours se sont passés et l'aumônier de l'hôpital m'a donné les derniers sacrements. Ma famille est venue me dire au revoir. Pendant tout ce temps, j'étais dans l'unité de soins intensifs et celle de thérapie intensive pendant quarante-cinq jours.

Puis j'ai commencé une guérison miraculeuse, d'abord en pouvant respirer sans respirateur, puis j'ai repris conscience. Les membres de ma famille m'ont dit que les choses étaient allées mal et que j'étais très malade.

J'étais tellement dans les vapes que je pensais avoir dormi seulement une journée. Puis ma récupération lente a commencé parce je me suis retrouvé avec des problèmes neurologiques qui ont entravé quelque peu les mouvements de mon bras gauche et de ma jambe droite.

Je dois vous dire que je fais partie de l'Ordre maçonnique. On m'a donné la possibilité de regarder la vérité par la raison, mais j'ai prouvé empiriquement que ce n'est pas vraiment comme ça parce que le voyage que j'ai effectué était vraiment merveilleux et échappait à toute rationalité logique.

Je me souviens que soudain, je flottais en dehors de mon corps et j'ai été absorbé par un vortex sombre qui a permis à quelques rayons de lumière de percer à travers. Je me suis déplacé rapidement vers le bout du tourbillon ou tunnel. Je regardais à mes côté et j'ai vu que j'étais accompagné par mon père, mort en 1991. Cela m'a perturbé et j'ai eu peur et j'ai commencé à analyser les choses que je voyais. J'ai réalisé que je mourais.

Enfin, je suis arrivé au bout du tunnel où j'ai trouvé une grande porte de proportions magnifiques qui a commencé lentement à s'ouvrir de l'autre côté. Je pouvais voir une lumière brillante si intense que je devais couvrir mon visage. A ce moment là, mes pensées ont été très claires. Je mourais et je pensais à mes petits enfants et à ma femme, aux souffrances que je leur avait causé et au fait que je ne les verrais pas à nouveau.

En même temps, je sentais une paix profonde qui a été brisée quand j'ai entendu des voix qui me disaient: «Oscar, ne meure pas. Reviens. » Et presque sans le savoir, je commencé à rentrer par le même tunnel par lequel j'étais arrivé.

Lorsque j'ai réalisé que j'étais de retour dans mon lit d'hôpital, j'ai eu une vision, que j'étais entouré par plusieurs hommes (six ou sept) qui portaient des tuniques blanches et qui étaient très âgés. Ils étaient autour de mon lit et me parlaient.

Ensuite, je me suis rendormi, mais quand je me suis réveillé, je ne me souvenais que de ces deux épisodes dont j'ai parlé à ma famille et aux frères de ma loge de Franc-maçonnerie. Quelques mois plus tard, ma femme m'a dit qu'elle avait établi un lien spirituel avec des médecins Astral en vue de ma guérison puisque j'ai guéri si miraculeusement et mon cas était connu dans l'hôpital.

J'ai posé des questions sur les hommes en blanc qui m'avaient rendu visite et on m'a dit que personne en blanc ne m'avait jamais rendu visite, et encore moins des gens dotés des caractéristiques dont je me souvenais.

Voila, tel est le récit de ce qui m'est arrivé cette année là pendant la Semaine Sainte. Des événements pleins de symboles et de messages que je tente toujours de découvrir. Mais je suis absolument certain d’une chose: c'est que la vie existe de l'autre côté, avec des êtres qui occupent une position supérieure et sont mieux que nous."

EMI de Oscar S - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedVen 25 Déc 2015, 12:17 am

"D'autres d'infirmiers sont venus, mais je ne pouvais pas les voir, je ne voyais que du noir, l'obscurité absolue. Je pensais avoir perdu connaissance, mais je ne me sentais pas du tout dans les vapes.

Leurs voix ont paru s'éloigner, et cette sensation a duré pendant environ trente secondes. J'ai soudain recouvré la vue et je me suis retrouvée au milieu de la salle, mais je voyais tout d'en haut, comme si j'étais à l'étage supérieur, et que le plancher était en verre.

Il me semblait avoir une vision d'une netteté exceptionnelle et je pouvais voir mon lit et trois autres lits, la salle entière, une partition et le laboratoire sur le côté, et plusieurs placards. L'unité de soins intensifs semblait être illuminée par le soleil, mais cela n'était pas correct car, au contraire, je me souviens qu'il faisait assez sombre.

Je voyais les médecins prendre des notes, et deux infirmiers ont pris contrôle de tous les tubes et électrodes. Et je voyais mon corps nu sur le lit pendant qu'ils parlaient entre eux. Chose curieuse, je ne pouvais pas entendre leurs voix, mais je savais plutôt exactement ce qu'ils disaient, comme si je pouvais lire dans leurs esprits et savoir ce qu'ils allaient dire avant même qu'ils ne le fassent.

Je me souviens avoir essayé de me regarder, mais je n'avais pas de corps, même si j'avais la sensation d'en avoir un. J'étais vraiment impressionnée par le fait que mes jambes ne me faisaient pas mal.

Permettez-moi de vous expliquer. Pendant de nombreuses années, j'avais souffert d'une grave pénurie dans le fonctionnement de ma veine et de l'artère, et la douleur et la lourdeur dans mes jambes étaient chroniques, quelque soit la position dans laquelle je me trouvais.

J'avais appris à vivre avec cette douleur mais maintenant je ne la ressentais pas, et je me suis demandée si mes jambes s'étaient endormies. Mais je me suis regardée et je n'ai pas vu de jambes ou de bras ou quoi que ce soit. Cela m'a fait réaliser, 'Voilà.

Ce passage n'a pas été si traumatisant. Je suis de l'autre côté, et j'ai commencé à me préoccuper de qui prendrait soin de mon mari aveugle et de mon frère qui était psychologiquement handicapé. Mais en fait, je me suis sentie complètement détendue, avec une sensation d'apesanteur qui m'a rappelé les changements brusques de sensations éprouvés dans un ascenseur rapide.

C'était un peu comme le moment avant l'orgasme. Comme cet instant qui ne dure qu'une fraction de seconde et que nous voulons prolonger avant l'orgasme (pardonnez-moi, c'est la comparaison la plus proche qui me vient à l'esprit, car il n'y a vraiment pas de mots pour la décrire), sauf que dans ce cas c'était continu, éternel, l'état naturel de mon être.

Ce fut un plaisir pur, sans chaleur ou froid, sans douleur, sans démangeaisons, sans tension musculaire, sans battement de coeur ou respiration limitée du larynx. Tout était joyeux, et je me sentais coupable parce que j'avais sans autre considération abandonné l'idée d'un retour à cette vie tout en sachant que ma famille était complètement dépendante de moi.

J'ai ressenti beaucoup de tristesse et de solitude. Il n'y avait personne pour me dire ce qui m'arrivait, ni pour me dire ce qui se passait, BIEN QUE JE SACHE DEJA CE QUI SE PASSAIT. C'était un état mental où l'on sait - et c'est tout ce qu'il y a à dire à ce sujet. Mais je me sentais comme si je passais par des symptômes de sevrage, qui m'a rendu très triste, même si ce sentiment n'a pas duré longtemps.

Soudain, la lumière entourant tout est devenue encore plus claire, si cela est possible, jusqu'à ce que je ne puisse plus voir l'équipement de l'hôpital, ni l'unité de soins intensifs, ni la partition, ni mon corps ou entendre quoi que ce soit d'un être humain. Seule la lumière existait, sans limites ni matité ou quoi que ce soit pour la contenir, sans point d'émission, de la lumière sur la lumière qui ne venait pas d'une source quelconque, ni se dirigeait vers un endroit.

La lumière remplissait tout, et tout était clair, moi compris. Je me suis alors sentie accompagnée par d'autres, comme si j'étais le protagoniste de l'univers, comme si chaque être vivant avait en même temps décidé que j'étais la cible de leur amour. Je pensais: "Je me suis demandée toute ma vie ce que l'amour pur est, et il se trouve que l'amour est la lumière".

Je voulais que cela ne finisse jamais, et il m'est venu à l'esprit que quelque chose de si grand ne pouvait pas avoir une fin. Mais je croyais avoir entendu, "Maria, Maria?" en continu. Cela me dérangeait parce c'était mon mari qui m'appelait. Entendre sa voix dans mon esprit était gênant. Cela interrompait l'état de transe merveilleuse que je vivais. Je pensais que je voyais le visage de ma mère à mes côtés, mais sans caractéristiques.

Plus que juste son visage, c'était un type de mémoire, de la sécurité de sa présence, de certitude. C'était une sorte de foi en qui elle était. Ma mère est morte quand j'avais quatre ans. C'était comme si elle caressait ma tête, peigneait mes cheveux avec ses doigts. Je cherchais ses mains et, comme moi, elle n'en avait pas. Je savais qu'elle avait également entendu mon nom appelé. Je me souviens avoir pensé: "Ne me laisse pas partir."

Et elle a arrêté de me caresser et a dit: "Ils t'appellent. Tu ne peux pas les laisser maintenant. Reste calme. Nous nous reverrons et ils seront également ici".

Je me suis sentie poussée et j'ai vu une fois de plus l'obscurité. J'ai senti de la douleur dans ma poitrine. Je sentais aussi la plaie et mes jambes, et je toussais dur, très dur, et pensais que j'allais cracher mes entrailles. J'ai à nouveau entendu des voix (cette fois de vraies voix, parlées à haute voix, tout près de moi) demandant de l'oxygène.

Ils me disaient, «Respire, respire.» Je sentais qu'ils inséraient un cathéter dans ma vessie, et la douleur était si grande que je pensais, '"Ok, je suis de retour une fois de plus." Peu de temps après, j'ai levé la tête un peu et vu mes pieds. Quand l'infirmière est venue, je lui ai demandé ce qui était arrivé et elle a dit, "Ma fille, vous avez neuf vies comme un chat. "

Ce qui était le plus surprenant? Quand ils m'ont emmené dans la salle d'opération pour la chirurgie, ils ont mal attaché mes cheveux en queue de cheval avec un morceau de gaze.

Dans l'unité de soins intensifs, je sentais les noeuds dans mes cheveux, ils ont tiré, je les ai touché et j'ai senti les emmêlements dans mes cheveux qu'aucun peigne ne pourrait jamais démêler pendant des années. Après mon «retour», je me souviens que le médecin a demandé à l'infirmière, «Qui a défait la gaze des cheveux de cette fille?

Elle a répondu: «Personne. C'est probablement tombé sur le plancher ». Le médecin a continué à gronder en disant: «Et ses cheveux se sont peignés tout seul, bien sur? Bougez le lit et cherchez la gaze. Je ne veux pas d'ordures sur le plancher. C'est une unité de soins intensifs. Ils ont déplacé le lit et tout les appareils et il n'y avait pas une personne, des infirmiers ou du personnel pour l'entretien, qui n'ait pas demandé à une autre qui avait peigné mes cheveux.

La gaze n'a jamais été retrouvée, et personne me m'avait peignée apparemment (cela aurait été difficile sans déplacer le lit, parce que la tête du lit était fixée à un mur avec une lucarne au-dessus). Le fait est que mes cheveux sont tombés libres et démêlés vers l'arrière, sur l'oreiller. De temps en temps, j'ai rencontré l'un d'eux dans le couloir de l'hôpital et ils me demandaient qui avait peigné mes cheveux, comme si j'étais complice de cet acte.

Comment pourrais-je leur expliquer que cela avait été ma mère..."

EMI de Maria R - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
mick
MODERATION
MODERATION


Date d'inscription : 10/11/2010
Féminin
Messages : 7765
Pays : canada
R E L I G I O N : chrétienne

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedVen 25 Déc 2015, 12:51 am

merci Christophe et Joyeux Noel La petite NDE/EMI du jour - Page 30 22376
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedVen 25 Déc 2015, 1:19 am

@mick a écrit:
merci Christophe et Joyeux Noel La petite NDE/EMI du jour - Page 30 22376

Oui. Belle histoire. La petite NDE/EMI du jour - Page 30 307887

Joyeux Noël à toi aussi. La petite NDE/EMI du jour - Page 30 22376
Revenir en haut Aller en bas
Attila
Membre Actif
Membre Actif
Attila

Date d'inscription : 20/01/2013
Masculin
Messages : 6955
Pays : france
R E L I G I O N : Théiste universel

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedVen 01 Jan 2016, 11:54 pm

"...la mort n’achève pas de libérer du monde des archontes."

http://www.chemins-cathares.eu/050500_creation_diable_dieu.php

Wink
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedSam 02 Jan 2016, 5:23 am

@Attila a écrit:
"...la mort n’achève pas de libérer du monde des archontes."

http://www.chemins-cathares.eu/050500_creation_diable_dieu.php

Wink

Et l'homme fait Dieu à son image. C'est le but de l'aventure.

Texte dense et riche; je lis encore.

Je me souviens aussi qu'un membre récent disait faire partie de la nouvelle église cathare (la dénomination n'est pas exacte mais c'est ça).
Revenir en haut Aller en bas
Attila
Membre Actif
Membre Actif
Attila

Date d'inscription : 20/01/2013
Masculin
Messages : 6955
Pays : france
R E L I G I O N : Théiste universel

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedSam 02 Jan 2016, 5:37 am

@CHRISTOPHEG a écrit:
@Attila a écrit:
"...la mort n’achève pas de libérer du monde des archontes."

http://www.chemins-cathares.eu/050500_creation_diable_dieu.php

Wink

Et l'homme fait Dieu à son image.  C'est le but de l'aventure.

Texte dense et riche; je lis encore.

Je me souviens aussi qu'un membre récent disait faire partie de la nouvelle église cathare (la dénomination n'est pas exacte mais c'est ça).

Oui, c'est un excellent site.

Voici quelques temps ( Yves Maris était encore parmi nous ) je m'étais immergé dans ce monde cathare... ce fut pour moi une expérience irremplaçable qui a changé ma vision du monde Arrow
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedSam 02 Jan 2016, 7:57 am

"Avant l’événement, j’avais présenté aux Urgences les symptômes d’un choc anaphylactique, je suis en effet allergique au poisson. Il avait fallu m’intuber et me mettre sous assistance respiratoire. Puis on m’a transférée par avion vers un hôpital plus grand.

On m’a mise sous traitement afin de provoquer un coma de trois jours. Mon expérience est survenue au cours de cette période de trois jours. Je n’ai idée ni du jour, ni de l’heure, car le temps n’existe pas dans cet « autre » endroit. Tout se passe simultanément, mais sans chaos.

Voici mon expérience :

Je suis donc dans le coma. Il fait très noir, un vide. C’est tellement obscur. Une pression intense s’exerce tout autour et sur moi. Je suis seule. Il fait tellement, tellement noir, puis je m’endors et perds connaissance. Je m’éveille à nouveau dans le vide.

Je lutte violemment pour me déplacer dans l’espace de ce vide. C’est épuisant et je retombe fréquemment dans un sommeil profond. Je suis incertaine concernant la durée, car dans cet autre endroit le temps tel que nous le connaissons n’existe pas, dans celui-là tout existe simultanément. Ce n’est pas le chaos car c’est ainsi que cela doit être.

Je me trouve de l’autre côté de ce que je décrirais au mieux comme une membrane. Cela ressemble à une image sous la surface gelée d’un lac. Ce n’est pas froid mais l’analogie fonctionne. Je flotte sous la membrane et je me rends compte que la pièce où se trouve mon corps est de l’autre côté. J’entends les gens parler.

Ma fille est à ma droite, un peu en arrière et face au respirateur. Elle porte un chemisier. Elle est silencieuse. Elle est vraiment inquiète et le cache. Je me vois. J’essaie de réveiller mon corps, mais je gis inanimée dans le lit. Je suis sous la membrane et pas dans la chambre. Je peux seulement la voir, à travers la glace. Je me sentais profondément triste pour ma famille, mais indifférente à l’égard de mon corps et de son état.

Puis je me retrouve dans l’endroit obscur, le vide, avec toute cette pression, puis le sommeil profond. Ce dernier n’est pas du tout reposant. C’est le néant, induit hors de mon contrôle. Je lutte pour ne pas y tomber lorsque je le sens venir.

EMI de Penny W. - www.nderf.org 1/3
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedSam 02 Jan 2016, 8:14 am

"Ensuite je suis dans la lumière, mais « lumière » n’est pas le bon terme. Elle est blanche, riche de vibrations mais pas désagréable. Elle est tout autour de moi, sur moi, en moi et à travers moi. Elle est sécurisante. Je ne vois personne, mais je suis tout à fait consciente que tout le monde est là ; tous ceux que je connais ou non ; tous ceux qui ont existé.

Nous sommes tous liés même si je ne vois personne. Je n’ai que la lumière pour seul vêtement. Je n’ai pas vraiment de forme définissable telle un corps ; je ne suis que lumière intense. D’autres personnes portent des vêtements, certaines des robes.

Je comprends que les gens sont habillés en fonction de l’idée préconçue de ce qu’ils allaient porter ici, ce qu’ils pensaient porter au paradis alors qu’ils étaient encore en vie.

Je « vois » ces personnes, mais pas au sens physique, c’est difficile à décrire. J’ai utilisé l’expression « en vie ». Ce terme est inapproprié car il implique la « mort ». La mort n’existe pas. Il existe un état dans lequel nous pouvons choisir d’occuper un corps, mais le quitter ne signifie en aucun cas mourir. L’énergie ne peut être ni créée, ni détruite.

Elle ne fait que changer de forme. On me l’a dit, mais pas en paroles, ce savoir était tout simplement présent. Je sais que j’ai appris cela tandis que je me trouvais dans mon corps, quand j’étais petite fille. C’est une vérité ici, dans le présent et ailleurs.

Je suis une lumière très brillante dans cet endroit, les êtres qui brillent intensément sont en danger. Les brigands qui vivent dans le vide œuvrent de concert afin d’essayer d’éteindre les lumières intenses. Je sais que les brigands l’ont tenté à la fois dans le monde physique (aussi appelé présent) et l’endroit spirituel. Il n’y a pas de religion là-bas.

AUCUNE. Il y a l’esprit, la connaissance, la lumière, la conscience.
La connaissance est fournie lorsqu’elle est nécessaire. Il ne s’agit pas non-plus d’un amoncellement de faits. Elle est accordée, on n’a pas ensuite à s’en souvenir, elle s’imprime puis le plus gros s’en va. L’empreinte suffit pour la retenir.

Je n’ai pas vu d’être cher, ni une personne en particulier. Je n’en recherchais pas. J’ai simplement profité de la lumière et des ondes qui me traversaient, tout à fait contentée, sans aucun conflit. Puis j’ai été aspirée en arrière, très fortement, retour dans le lieu obscur, le vide.

Ensuite je me retrouve près de la membrane entre le vide et le présent. Je sens que je la traverse. Je me vois allongée sur le lit. Je suis au-dessus de moi, bien que je ne flotte pas. J’aimerais pouvoir le décrire.

Mon existence se situe à l’emplacement du plafond de la pièce. Je me vois, ainsi que les moniteurs et le respirateur. Megan, ma meilleure amie, est là. Elle et mon fils, David, pleurent ensemble. Des infirmières se précipitent à l’intérieur, les opérateurs du respirateur arrivent en trombe, il y a des alarmes, des chiffres qui clignotent, mais je n’ai pas peur.

Je suis complètement indifférente.

Je vois mon corps totalement inerte sur le lit. Mes amis, Megan et David sont alors dans une salle d’attente. Je suis omniprésente, à la fois avec moi-même dans la chambre et dans la salle d’attente. David et Megan sont en train de dire que si je survis à cela, il faudra que quelqu’un puisse prendre les décisions médicales si je n’étais pas en mesure de le faire. Cette conversation et l’endroit ont été confirmés par la suite.

Mon attention s’est portée sur la salle d’attente. La conversation entre mon amie et mon fils, ainsi que ce qui se passe aux Soins Intensifs, se déroule simultanément mais je suis en mesure de reporter mon attention de l’un à l’autre. Le temps n’existe pas là-bas, même si les évènements se situent dans la chronologie correcte.

Mon attention se reporte sur la chambre. L’équipe médicale est concentrée, dans l’urgence. Le médecin arrive, on ouvre le chariot de réanimation, des traitements sont injectés dans la perfusion. Une pause intervient, chargée d’attentes, puis d’autres traitements, ensuite une infirmière blonde me masse violemment le sternum avec le poing.

Si je pouvais le sentir, ce serait sans-doute douloureux. Cet évènement a été confirmé. Je suis brutalement aspirée en arrière dans l’obscurité, le vide. Tant de pression m’opprime fortement la poitrine. Respirer requiert toutes mes forces, bien que je ne ressente aucun souffle, ni le besoin de m’emplir les poumons. C’est comme si je devais faire ce travail pour le moi extérieur qui se trouve dans mon corps.

Puis c’est le sommeil profond. Je me déplace dans l’espace noir, avec davantage d’efforts physiques que jamais. Je fais tout mon possible pour tenter de trouver la membrane, ou la lumière. Ensuite, sommeil profond à nouveau, puis dans la lumière. Je me déplace vers le centre de la lumière blanche, puis celle-ci m’habille, même si je n’ai pas de corps."

EMI de Penny W. - www.nderf.org 2/3
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedSam 02 Jan 2016, 8:56 am

"Je m’appuie davantage, comme si le dos reposait plus fermement contre un matelas. Je m’appuie dans la lumière. Je m’appuie dans cette part d’existence, comme si j’enfonçais les pieds dans le sol pour être en sécurité. Je ne veux pas être à nouveau aspirée dans le vide, dans le présent.

Puis retour dans le vide, l’obscurité est tout autour de moi, pas seulement l’absence de lumière, mais aussi la présence de ce qui pourrait être qualifié de mauvais esprits, même s’il semble que ce soit une description tout à fait creuse, inappropriée. Ils sont tout autour de moi, venant dans ma direction, violant mon espace, comme s’ils me voulaient du mal. Je suis très faible, je perds rapidement mes forces.

Soudain, une femme de grande taille (indubitablement de sexe féminin mais à la posture de guerrier), parée d’une intense lumière blanche, je suis attirée avec grande force vers elle et plaquée contre ce qui constituerait sa poitrine. Elle lance le poing violemment pour frapper ce qui serait la tête de l’entité maléfique.

Il fait sombre et je ne vois qu’elle, mais au tréfonds de moi-même je sais ce qui se passe. L’entité maléfique explose, projetée en de nombreux morceaux. Je suis avec elle, cet esprit lumineux, très proche, en sécurité et au chaud. Je sens sa présence qui m’enveloppe, autour de moi, sur ma peau, en moi et à travers moi. Nous sommes telles du sable dans un tourbillon, il est difficile de déterminer où elle se termine et où je commence, pourtant, d’une manière ou d’une autre, elle conserve son apparence de grande femme parée de lumière, c’est un esprit hardi, ma protectrice.

Je ne veux pas la quitter et pourtant, je ne sais comment, je détermine de ne pas pouvoir rester dans l’immédiat. Je dois repartir pour exister dans mon corps et dans le présent, même si je préfèrerais qu’il en soit autrement. Je me sens très indifférente envers tout le monde, envers les enfants ; j’ai toutefois fermement pris ma décision et je retourne à mon corps.

Depuis je suis différente. Je rencontre des gens et je sais des choses que je ne devrais pas pouvoir connaître. A une infirmière, j’ai indiqué le prénom de sa dernière petite-fille. Je lui ai dit qu’une femme avait mis le bébé sur ses genoux, qu’elle avait enlevé une couverture derrière elle, qu’elle avait posé les mains sur la poitrine du bébé, qu’elle lui avait caressé le torse en descendant vers les jambes, jusqu’à dépasser les orteils de l’enfant.

Je l’ai dit à cette infirmière que nous avons connue après ma sortie de l’hôpital. Je ne l’avais jamais rencontrée, elle n’avait pas pris part à mes soins, elle travaillait dans un hôpital d’une autre ville. Je savais qu’elle et son mari avaient acheté une maison, elle avait choisi de ne pas prendre sa retraite afin de pouvoir rembourser le prêt. Je lui ai dit sans ambages que c’était une mauvaise décision, qu’elle et son mari s’épuisaient en se concentrant sur eux-mêmes et leur propre confort, au lieu de se rapprocher de leurs petits-enfants en déménageant et d’agir d’une manière qui enrichirait la vie des membres de la famille.

J’ai vécu depuis de nombreuses expériences de ce genre. Je peux même recréer l’endroit où je ne suis pas dans mon corps, je suis à l’extérieur, je peux voyager à volonté vers la lumière et d’autres endroits. Je n’ai pas du tout peur de la mort, car elle existe seulement dans le sens où le corps devient inutile, qu’on l’abandonne. L’au-delà me manque, je suis impatiente d’y retourner, de ne plus être encombrée par le corps et tout ce qui va avec.

J’ai beaucoup de difficultés à m’adapter à mon corps et à mon mental. Je suis des thérapies : langage, occupationnelle et aussi physique chaque semaine à cause de troubles de l’équilibre. Bien qu’on ne m’ait pas diagnostiqué d’attaque, j’ai des problèmes d’aphasie réceptive / expressive, comme savoir comment se comporter en société. Par exemple, quand je ressens fortement quelque chose concernant des personnes, je vais vers elles et je leur dis certaines choses, particulièrement des éléments qui amélioreront leur avenir ou qui leur apporteront du réconfort.

J’ai chaque fois raison concernant les détails de leur vie, quand je leur dis ce qu’il en est elles sont toujours reconnaissantes, elles ont le sentiment que ces informations « mettent en plein dans le mille ». Avez-vous déjà déballé un paquet puis remis le contenu dans l’emballage, les articles ne rentrent jamais tout à fait correctement. Je me sens ainsi aujourd’hui, comme si je ne rentrais plus dans la boîte du corps et de l’intellect. Ce n’est plus pareil."

EMI de Penny W. - www.nderf.org 3/3
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedSam 02 Jan 2016, 8:58 am

EMI de Penny W. - www.nderf.org

Dédiée aux matérialistes de toutes natures ... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedDim 03 Jan 2016, 11:44 pm

Quel était votre degré de conscience et de lucidité durant cette expérience comparativement à celui que vous avez au quotidien en temps normal ?

"Plus conscient(e) et lucide que d’habitude.

C’est difficile à exprimer car les mots sont restrictifs.

J’étais dans la lumière, je savais des choses sans les demander, j’ai appris sans chercher, je connaissais mon dessein et la définition de mon existence.

Je savais que tout est comme il se doit, même lorsque cela semble être le contraire. Je sais que toutes les choses existent simultanément. Je savais que j’avais vécu dans le présent à de nombreuses reprises auparavant, que j’allais choisir d’habiter un corps sur cette terre bien d’autres fois.

Je savais que les liens avec les gens sur terre ne cessent pas. Rien n’est perdu. La conscience n’est pas le cerveau, elle ne peut être confinée à une structure ou à un corps.

Elle existe et a toujours existé.

Nous sommes tous liés à tout.

Un jour j’ai voyagé en esprit vers un lieu, il y avait des fleurs, de l’herbe, j’étais dans une vallée. Les sons, les couleurs et les odeurs étaient indéfinissables. Ces fleurs étaient brillamment ornées de lumière d’une couleur comme il n’en existe pas ici.

Tout dans l’au-delà comporte une vibration, il en est de même ici, mais rares sont ceux qui le ressentent. Il y aurait tant à dire que je pourrais écrire des livres, mais je vais m’arrêter là."

Questionnaire EMI de Penny W. - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedDim 03 Jan 2016, 11:57 pm

"Fondamentalement, il n’existe pas de religion dans le monde spirituel.

Il y a un « Dieu » qui est l’auteur et le créateur de tout ce qui est. On vit plus d’une vie terrestre. Tout ce que nous « connaissons » et percevons existe effectivement en dehors de notre forme physique, c’est conservé d’une manière ou d’une autre dans l’univers, cela ne disparaît pas avec la mort du corps.

La vie terrestre n’est qu’une toute petite partie de notre existence. Nous sommes éternels. Nous sommes tous reliés les uns aux autres et à tout, par conséquent, tout ce que nous faisons a une influence sur le reste.

Chaque personne détermine elle-même son existence, Dieu est cependant présent en chaque part de celle-ci. L’amour et l’harmonie sont les valeurs les plus importantes. Le cœur de toute discorde comporte le mot « moi » ou « je ».

Je fréquente une église chrétienne, je sais toutefois que ma spiritualité ne dépend pas, n’est pas liée à une religion. En particulier depuis mon EMI. Je sens les esprits à proximité. Je peux me connecter à des informations que les esprits me communiquent à l’intention de certaines personnes.

J’ai vécu l’expérience d’être irrépressiblement obligée à prendre un crayon et un papier. Après l’avoir fait, je suis entrée dans une sorte de transe et j’ai écrit trois pages. Je les ai relues, ce n’était pas mon écriture… elle était totalement différente, sur la dernière page les mots formaient un cercle. Le message consistait en une affirmation de l’existence de Dieu."

Questionnaire EMI de Penny W. - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedSam 09 Jan 2016, 7:27 pm

"Mon EMI se compose en fait de 2 expériences. La deuxième ayant suivi la première environ 3 mois plus tard.

1. La première a été provoquée par une chute de plusieurs mètre, tête la première, depuis une falaise sur un rocher de grès. Un arbuste auquel je m’agrippais m’ayant glissé des mains.

Je me suis retrouvée en ascension verticale rapide vers le ciel. J’éprouvais un sentiment de légèreté immensément joyeux. Je me souviens d’avoir regardé en arrière vers mon corps désarticulé sur le rocher en contrebas, remarquant que « je » n’étais pas mon corps. Je voyais très nettement tout ce qui se situait en-dessous de moi : la rivière Hawkesbury et la belle lande environnante. J’allais vers des magnifiques cumulus. Je n’avais pas peur, n’éprouvant que de la joie.

J’ai à nouveau regardé en arrière, j’ai vu mon compagnon (dont j’étais très amoureuse) près de mon corps. En temps réel, cela se serait passé quelques minutes après la chute, il était en effet assez loin derrière moi et il faut du temps pour descendre de cette falaise escarpée.

J’étais alors à une grande distance et continuais à monter, je pouvais pourtant ressentir exactement ce qu’il éprouvait. Il était dans une grande détresse. Mon cœur s’est empli de compassion à son égard, ce qui, j’imagine, ma fait revenir.

2. J’associe les deux expériences car j’ai toujours pensé qu’elles étaient liées. Mon compagnon (le même) et moi rendions visite à des amis pour célébrer la nouvelle année. La fête avait lieu dans la pièce principale d’une petite maison surpeuplée. Avant minuit, je me souviens de m’être sentie vaguement insatisfaite, comme si je n’étais pas à l’endroit où je voulais vraiment me trouver. J’étais à environ un mètre de l’unique porte de la salle, observant mon compagnon à l’autre bout. Tout à coup je ne fus plus dans cette pièce, mais face à un ange immense. Une lumière rayonnante nous enveloppait tous les deux.

Je connaissais cet ange et c’était réciproque. Je n’avais pas peur, éprouvant seulement de la joie et un bonheur immense. Nous échangions une communication non-verbale. L’ange me « rappelait » la force de l’AMOUR qui est en fait CELLE de l’univers.

Il semble que je le savais déjà, « qu’il » ne faisait que me le rappeler. Nous avons communiqué durant une période que j’évaluerais à 20 minutes. Puis, sans avertissement, je me suis soudainement retrouvée sur terre à l’endroit même où l’expérience avait commencé. L’étonnant c’est que plusieurs heures s’étaient à l’évidence écoulées, il n’y avait en effet personne d’autre dans la pièce, si ce n’est le corps endormi gisant sur le divan.

Mon compagnon n’était pas là. Lorsque j’ai fini par le retrouver en l’appelant dans la maison enténébrée, il était endormi à l’étage après m’avoir cherchée partout sans pouvoir me trouver. J’avais été physiquement déplacée durant l’expérience.

L’effet de ces expériences sur ma vie a été profond. Du jour au lendemain je suis devenue intensément empathique. Je sentais la souffrance ou le sentiment d’isolement des gens passant près de moi dans la rue. J’étais submergée par le sentiment de devoir Faire quelque chose… rechercher la nature de ce quelque chose a dominé ma vie depuis.

Le réalisme de ces expériences surpasse de loin quoi que ce soit dans ma vie. C’est-à-dire qu’en comparaison tout est bien moins réel. J’ai été incapable d’utiliser les mots « Dieu » ou « Amour » pendant de nombreuses années, ces mots recouvrent une réalité qui va en effet bien au-delà de ce qu’ils désignent « habituellement ».

EMI de Bronwen C. - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedDim 10 Jan 2016, 8:36 pm

"Un bateau m'est passé par-dessus. L'hélice a entaillé la droite de ma poitrine. J'étais encore conscient à la mi-chemin vers l'hôpital. Puis j'ai perdu conscience suite à la perte de sang et au manque d'oxygène, étant incapable de respirer.

J'ai immédiatement vu les lumières rouges de l'ambulance et les lumières de la rue ainsi que le trafic. La prochaine chose dont j'ai été conscient, c'est de regarder les préposés qui me sortaient de l'ambulance. Je flottais contre le toit à l'intérieur de l'ambulance.

Puis tout d'un coup, je me suis retrouvé à l'intérieur d'une lumière blanche et brillante. J'ai associé cette lumière avec JESUS parce que j'ai eu une conversation avec lui concernant le fait de savoir si c'était le moment pour moi de partir, ou non.

Il y avait encore des choses que je devais faire dire: ma femme et enfants à élever. Au moment juste où nous sommes tombés d'accord, j'ai bondi dans mon corps et me suis réveillé alors qu'ils travaillaient sur moi.

Ils ont eu l'air très surpris. J'ai également quitté mon corps pendant l'opération. Je voyais le médecin coller de très longues pinces dans ma poitrine en disant: «Juste une minute, j'en ai trouvé un de autre.» Je pense que je suis mort à nouveau.

Plus tard, les infirmières m'ont dit que dans la salle d'urgence, quand je me suis réveillé, j'avais un grand sourire sur mon visage. Le médecin m'a dit aussi que j'étais aussi mort qu'une personne pourrait l'être et revivre.

L'expérience était affectueuse, chaleureuse et paisible. Le temps avait également cessé d'exister. Il était tout simplement. Bien sûr, personne ne me croit.

Il y a une vie après la mort, en pleine conscience. JESUS a dit que vous croyez parce que vous avez vu, bienheureux sont ceux qui croient et qui n'ont pas vu."

EMI de David M - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedMar 12 Jan 2016, 9:59 pm

"Le 11 novembre 1993 à Zurich, en Suisse, j'ai été empoisonnée à la strychnine. Cette substance est utilisée principalement pour tuer les rats et peut être mortelle en cas d'inhalation, même en petites quantités.

J'avais dix-sept ans quand un «homme handicapé émotionnellement» a décidé de me tuer et m'a donné quelque chose qui contenait de la mort au rat et du sucre (pour que je meure plus vite). Ignorant ce qu'on venait de me donner, je suis allée à l'école et j'ai commencé à se sentir malade. Le professeur m'a dit que mon visage était vert et qu'il valait mieux que je rentre chez moi.

Sur le chemin, j'ai fixé un rendez-vous à mon copain, lui disant que je voulais le rencontrer à 14h00 heures au pont près de la rivière Limmat. Je devais passer par la rivière en rentrant chez moi et je me sentais tellement malade que je ne pouvais plus marcher. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Il y avait des bancs de pierre le long de la rivière et je me suis allongée sur l'un d'eux.

J'ai peu à peu réalisé que quelque chose allait terriblement mal. Je regardais les canards qui nageaient dans l'eau - ce fut la dernière chose que je vis, avant de mourir.

Soudain, je me suis réveillée. C'était comme se réveiller d'un cauchemar. J'étais terrifiée et désorientée. Tout avait l'air comme avant. Je voyais la rivière, les bancs, et le pont, mais c'était comme si un voile avait été suspendu au-dessus du monde.

Je me suis souvenue que je m'étais couchée sur le banc de pierre et j'ai réalisé que je n'y était plus allongée. J'ai eu peur. Je pensais tout à fait clairement: "Je ne suis pas assise. Je ne suis pas debout. Je ne suis pas couchée. Rien de mon corps ne touche le sol. Comment se fait-il que j'existe? " Je ne pouvais pas comprendre. Mes sentiments de peur s'accentuaient.

C'était comme si mon âme était complètement dévorée par la peur et les remords, la culpabilité et le désespoir et c'était tout ce qui existait de moi. Je me suis rendu compte qu'il était 2:00 heures de l'après-midi. Je me souvenais du rendez-vous fixé à 14:00 sur le pont avec mon copain. Je voulais y aller et je flottais dans l'air. Je n'ai pas du aller très loin, parce que je pouvais voir ce qui se passait sur le pont, même si je ne m'y trouvais pas.

J'ai vu que mon copain n'y était pas encore. (Ce qu'il a confirmé plus tard.) Même si je n'étais pas sur le pont, je pouvais voir ce qui s'y passait. C'était comme si je pouvais voir tout ce que je voulais voir. Il n'y avait pas de limites. Je flottais toujours dans l'air et j'étais paniquée. Ma peur était telle que j'ai commencé à crier. (Je ne savais pas que j'étais morte.)

Je ne savais pas ce qui se passait. Je criais, mais je ne pouvais pas entendre ma voix. Je ne pouvais pas utiliser mes cordes vocales. Au lieu de cela, j'entendais ma voix comme si quelqu'un pensait qu'il s'agissait d'un grand cri. Ce qui m'a bouleversée encore plus. C'était si terrifiant. J'étais toute seule. Personne d'autre n'était là, dans cet endroit, mais j'ai entendu des voix qui sonnaient comme ils si elles étaient sous l'eau et je me suis retournée.

Les ambulanciers paramédicaux étaient paniqués. Ils travaillaient sur quelqu'un qui était allongé à la va-vite sur l'un des bancs. (Il ne m'est pas venu à l'esprit de regarder la personne couchée là - bien sûr, c'était moi). Je suis allée près d'eux et j'ai regardé l'un d'eux.

C'était comme s'il y avait un mur de verre entre nous. Je suis allée directement contre son visage, mais il m'a ignoré. J'étais bouleversée. J'ai essayé de lui parler, mais il ne m'écoutait pas. Chacun d'eux m'ignorait. J'ai commencé à crier après eux sans ma voix.

Seules mes pensées criaient: «Je ne peux pas partir. Je ne peux pas partir. Vous ne m'entendez pas? Je dois encore rencontrer mon copain ». Je criais et suis allée droit contre leurs visages, et puis, j'ai compris qu'ils ne pouvaient ni me voir ni m'entendre. J'avais horriblement peur.

Je suis montée, j'ai volé vers les couronnes des arbres et j'ai commencé à pleurer, mais je n'avais pas de larmes. Je me sentais si seule et je me sentais comme si tout cela était une terrible erreur. Pas moi. Pourquoi moi ?

Mes bien-aimés me manquaient, et je pensais que je ne les reverrai jamais. Comme si tout le monde, tous ceux que j'avais aimé étaient morts à la fois, parce que j'étais morte. (Mais je ne savais pas que j'étais morte - c'était comme si la mort n'existe pas, parce que c'est juste un type d'existence différent - comme si vous allez dans une autre dimension, mais continuez d'exister).

Je me sentais comme séparée de toutes les personnes au monde, mais en étant toujours prise au piège dans ce monde.

Mon cadre était le même qu'avant, mais je pouvais voler et tout était trempé, d'une tonalité un peu grise. Tout semblait gris. C'est alors que j'ai entendu quelqu'un appeler. Ce n'était pas mon nom. Ce nom était " Michèle ". Ils l'appelaient et l'appelaient. Brusquement, je me suis souvenue que ma pièce d'identité utilise mon second prénom, et non le premier.

Mon second prénom est "Michèle", même si personne ne m'a jamais appelé ainsi. Je savais ce qui s'était passée dans ce cas précis: ils avaient regardé ma pièce d'identité, relevé le nom, et maintenant ils le prononçaient, m'appelant ainsi pour tenter de me faire revenir à eux.

J'ai volé vers les voix jusqu'a ce que les urgentistes m'entourent, et c'était comme si j'étais aspirée dans quelque chose. J'étais à nouveau dans mon corps et c'était accablant. C'était trop serré.

Je tremblais de façon incontrôlable et j'ai eu des spasmes musculaires extrêmement douloureux. Je n'avais aucun contrôle sur mon corps. J'avais des convulsions si violentes que les ambulanciers ont dû me ficeler. Je criais, pleurais, et tentais de les frapper.

J'étais tellement bouleversée et choquée par ce qui m'était arrivé. Un des ambulanciers s'est alors penché, et je l'ai reconnu. J'ai essayé de lui parler, mais c'était presque impossible, parce que ma voix tremblait tellement. C'était si bizarre d'avoir récupéré ma voix. Je lui ai demandé, "Pourquoi ne m'avez-vous pas répondu? Pourquoi ne m'avez-vous pas écoutée?"

Il était perplexe et m'a demandé: "Quand?' Et j'ai dit: "Tout à l'heure, à 2:00 heures". Il m'a dit: «Vous ne m'avez jamais parlé. Vous avez juste eu un arrêt cardiaque et respiratoire. À 2:00 heures, vous étiez morte! Vous ne pouvez pas vous rendormir. Vous devez rester éveillée. Si vous vous endormez encore, peut-être que vous ne pourriez pas revenir. Vous devez être forte." Je lui ai dit: "Je suis forte comme un cheval".

Parce qu'on m'a prise par erreur pour une «toxicomane», je n'ai pas été emmenée à l' hôpital, mais à un poste de police, où j'ai du subir un interrogatoire intensif. Comme conséquence directe de l'absence de traitement médical, je me suis effondrée une seconde fois et j'ai eu un autre arrêt cardiaque et respiratoire.

Seulement après que je sois morte pour la deuxième fois ai-je finalement reçu les soins médicaux appropriés dont j'avais besoin et j'ai été emmenée à la salle d'urgence et plus tard remise à l'unité de soins intensifs. Ils ont fait une analyse et voilà comment j'ai découvert que j'avais été empoisonnée.

La deuxième fois que je suis morte, je n'ai rien éprouvé, sauf une obscurité complète, rien d'autre. Juste l'obscurité. Depuis, je ne peux pas rester dans l'obscurité. Je ne peux dormir qu'avec les lumières allumées. Même si mon expérience était terrifiante, je suis reconnaissante d'être morte, puisque c'est ainsi que j'ai su que nous continuons à vivre."

EMI de Dominique S - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedDim 17 Jan 2016, 9:25 pm

(...)

"Je me sentais comme tiré vers le haut et j'étais dans un vide ou le noir. J'étais immobile. Je n'allais nulle part. Je tentais de me forcer à aller de l'avant mais je ne bougeais pas. Je me souviens avoir eu très peur et je n'étais pas à l'aise.

Je sentais qu'on se moquait de moi, et qu'il y avait autour de moi une présence qui me mettait mal à l'aise, mais je ne pouvais rien voir. Je me souviens m'être éloigné et avoir tenté de comprendre. L'entité a commencé à me dire qu'il me voulait. D'autres, comme lui, ont dit «Venez avec nous.» Ils me disaient qu'il valait mieux aller avec eux et les autres, car cela serait plus facile que ce qui m'attendait autrement.

Je pouvais sentir qu'ils essayaient très dur de me convaincre et semblaient être en mesure d'attirer une partie de moi vers eux. Je pouvais sentir le désespoir.

Juste quand j'étais sur le point d'abandonner, un être de lumière est venu devant moi comme un ange. J'ai demandé: «Êtes-vous Dieu?»

L'ange a dit: «Non, suivez-moi». Il s'est mis en marche en face de moi. Je ne pouvais pas le suivre. Puis un autre être de lumière est venu. Tous deux étaient à ma droite et à ma gauche. Ils n'avaient aucun visage; ils avaient des ailes et ils étaient purement faits de lumière.

Nous nous sommes déplacés très vite dans un tunnel. Le tunnel était de différentes couleurs: bleu, jaune, blanc, vert et rouge. Nous sommes allés très vite. Je leur ai demandé de ralentir et ils ont dit que nous devons y arriver rapidement. Je n'avais rien à craindre.

À un moment donné, ils m'ont lâché, mais sont revenus quand ils ont vu que je ne faisais pas de progrès. Puis ils ont disparu. J'étais alors seul à nouveau, pour me déplacer à travers ce tunnel. Je suis arrivé à une fourche à la fin du tunnel. Je voulais aller à droite et pousser vers la droite.

Puis, je l'ai vu une petite lumière dans la distance et j'ai été attiré vers elle. Elle est devenue grande et plus grosse pendant que je l'approchais. Je me souviens que je pouvais voir mon visage. Je me regardais.

Je n'avais ni jambes ni bras mais cela ne me dérangeait pas. Je regardais et je pouvais voir ma mère, mon père, et ma sœur à mon chevet. J'étais triste. Puis je me suis dit, "Il y a pas de quoi être triste puisqu'ils viendront plus tard".

J'étais alors en face de l'être de lumière. Je pensais qu'il était trop lumineux pour qu'on le regarde, mais je pouvais. Cela m'a rempli d'effroi.

Je tentais de réciter de la poésie pour le décrire. Je ne pouvais pas. Je pouvais sentir son amour et sa bonté. Je lui ai demandé s'il était JESUS ou Bouddha ou Mahomet?

Il a dit: "Je suis la lumière". Il a alors commencé à raconter des blagues Razz . Il me faisait rire. Je l'ai demandé, "Qui paie l'électricité ici?" Je me sentais proche de lui.

L'être ne jugeait pas et n'était pas en colère, il aimait et acceptait tout simplement. Je n'avais pas besoin de lui parler car il pouvait lire mes pensées. L'être m'a alors demandé de lui montrer ce que j'avais fait avec ma vie.

Je sentais qu'il téléchargeait toutes mes expériences. Je n'avais pas le choix parce que tout ce que j'avais fait m'a été montré. Ma copine de l'époque allait traverser une période difficile et je ne pouvais pas lui donner le soutien dont elle avait besoin. Je me suis vu sortir de l'appartement. Quand je suis parti, je l'ai vu pleurer, tourmentée. Je pouvais sentir sa douleur et son angoisse.

Cela a suscité ma colère et j'ai maudit la lumière. Elle m'a dit que ce n'était pas de ma faute. J'ai essayé de me cacher, mais ne pouvais pas. Elle a dit: " Tu t'es caché toute ta vie Francis. Viens à moi et montre toi". Je me souviens m'être accroupi derrière une colline noire. Je me suis levé, et j'ai dit: «Me voila, faites de moi ce que vous voulez. Cela m'est égal."

Après cela, l'ange de lumière est revenu et m'a demandé d'aller avec lui. Il était à ma droite. Il m'a montré une fosse avec des lumières qui en provenaient. J'ai demandé: «Qu'est ce que c'est? Est-ce l'enfer? Il dit: "Non, c'est toutes les prières et les bonnes intentions en provenance de la terre". C'était comme un incendie de lumière sur des petites particules.

J'ai demandé où est l'enfer? Il m'a ensuite montré qu'il n'y a pas d'enfer, tel que je le conçoit, mais seulement l'obscurité.

Puis il m'a montré une armée d'anges. Ces anges avaient des ailes et une épée et un arc. Certains avaient une lance. Il y en avait des milliers marchant dans les ténèbres. L'ange de lumière m'a demandé si je voulais les rejoindre? J'ai dis non.

Il m'a demandé si j'avais peur? Je lui ai demandé: "Où vont-ils?" Il a répondu: "Ils se battent contre l'obscurité ou le mal comme vous le connaissez." Je lui ai demandé s'ils allaient survivre et il m'a dit, 'Non, ils aiment la lumière et Dieu et sont prêts à livrer bataille pour l'amour. "

J'ai alors vu une ville en argent et gris et une forêt de beaux arbres, mais sans aucun son. Ensuite, je suis retourné en face de la lumière. Elle m'a dit que la seule chose qui existe est l'amour. Après tout, l'amour est constant. Elle m'a dit que je devais retourner. J'ai dit, «Non, je vais rester. »

La lumière était de ma taille et m'a amené à un portail. Je lui ai demandé, « Pourquoi dois-je revenir? Si on me donne une réponse convaincante, j'irai ». Elle a dit: «Vous repartez pour vous-même. Ce n'est pas encore le temps pour vous de partir». Je lui ai dit que j'irai avec plaisir pour elle et que je ferai de mon mieux dans tout mes agissements.

Que je changerai, et dirai aux autres qu'il n'y a rien que l'amour et de s'aimer les uns les autres. Ensuite, je me suis retrouvé au dessus de mon corps, et je me regardais. Je tentais de déterminer comment le réintégrer. J'ai dit: "Je vais être coincé dehors".

Puis je me souviens avoir été de retour dedans, et la douleur était immense."

EMI de Françis McG - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedMer 20 Jan 2016, 1:45 am

"J’ai à peine regardé la salle d’urgence surpeuplée, des sonneries retentissaient dans le but de faire accourir mon médecin, je l’ai vue regarder mon corps et lui parler tandis que je planais au-dessus, heureuse, saine, enthousiaste. Avant de réaliser, j’ai été entraînée, comme par un aspirateur, dans ce merveilleux bassin de lumière...

Aujourd’hui encore, ce bassin est la chose (en ayant le mot le plus adéquat pour unique préoccupation, je ne peux le qualifier autrement que de « chose ») la plus merveilleuse, la plus magnifique que j’aie connue.

Et pourtant, le seul mot dont je qualifierais l’intégralité de l’expérience/du voyage, serait « REALITE ». CE bassin, CET endroit, CET évènement constitue la chose la plus REELLE qui me soit jamais arrivée. Dans cette optique, la vie que j’ai menée sur la planète terre ne représente que la seconde insignifiante d’une expérience pour laquelle j’étais volontaire.

Le MOI, le JE n’était pas Anna (la femme qui venait d’accoucher), mais un être de lumière, « LUMIERE » dans tous les sens du terme. J’étais faite de la même lumière que celle qui emplissait le bassin.

Percevant tout, ressentant tout comme étant plus magnifique que jamais, pensant et comprenant tout, flottant joyeusement dans le bassin, ENFIN de retour CHEZ MOI !! Et « LEGERE », aucune gravité, aucune chaîne (c’est ainsi que je le percevais alors), j’étais siiii heureuse de ne plus devoir dormir ou manger, plus de fatigue, plus de négativité, plus aucune crainte, flottant légèrement encore et encore, dansant et chantant sans audiovisuel ; ETRE tout simplement, ce pour quoi on est fait : ETRE !

Je me suis bien brusquement remémoré mon mari, mes enfants, ma maison, mes amis et ma famille, mais je SAVAIS avec une certitude absolue (j’ignore comment, mais je sentais parfaitement bien que je le SAVAIS tout simplement) que cela allait se passer parfaitement pour eux, que je sois ou non avec eux."

EMI d'Anna A - www.nderf.org 1/3
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedMer 20 Jan 2016, 1:47 am

"Ensuite, soutenue par les ondes du bassin de lumière (tellement douces et caressantes, semblable au contact maternel, à l’amour maternel), j’avançais en flottant dans un espace sans fin, ni trop brillant, ni trop sombre, illimité.

J’ai ensuite vu sept êtres lumineux (ainsi que d’autres?) approchant de moi. Nous n’avons pas parlé, nous conversions mais sans qu’aucune parole ne soit prononcée. L’être tout à fait au centre était ma belle-mère décédée, elle m’a annoncé qu’ils étaient venus me tenir compagnie car j’allais bientôt repartir. Sa pensée a pénétré mon être, j’éprouvais et je voyais les choses au travers de son esprit, je percevais exactement ce qu’elle voulait exprimer.

Je lui ai répondu : « J’aimerais tellement que tu sois avec nous, que tu joues avec tes petits-enfants. ». Elle a « répliqué » : « N’aie aucune inquiétude ! Avant que cet enfant ne naisse, nous sommes allés dans tous les jardins et les bois magnifiques, nous avons ri, joué et chanté ensemble. D’autre part, maintenant que je suis ici je peux vous protéger avec beaucoup plus de force que si j’étais là-bas, faible et malade. ».

Ma tante, mon beau-père, mes grand-mères, tous étaient là, les autres ne faisaient pas partie de la famille que j’avais connue sur terre, ils étaient des êtres de lumière que j’avais connus avant de naître sur terre. Ils m’ont guidée vers une « bibliothèque »… j’écris ce mot entre guillemets car il s’agissait d’un composé multidimensionnel (je ne peux même pas le qualifier de « structure »).

Apparemment j’avais là-bas un « travail » que j’avais « brièvement » quitté pour aller sur terre, j’avais en effet besoin de faire l’expérience de certaines choses afin d’être en mesure de poursuivre ma tâche. Il y avait des sortes d’échelles ou d’escaliers que nous pouvions déplacer par la volonté de nos esprits. D’ailleurs, tout ce que j’avais appris pendant que j’étais sur terre (différentes langues, matières, observations de la nature) était tout à fait utile là-bas.

J’ai alors flotté jusqu’à mon manuscrit inachevé qui ressemblait à une sorte de tablette, mis à part le fait qu’il n’apparaissait que sur instruction de mon esprit… Il comportait des informations très anciennes, mais comme je le « connaissais déjà », je n’y ai même pas « prêté attention », je l’ai juste regardé.

A l’endroit où se situe mon front (maintenant que je suis redevenue humaine), d’étranges caractères ronds et parfaits sont apparus, une langue que j’avais semble-t-il connue de toute éternité. Par le simple fait de penser, ces lettres se sont imprimées d’elles-mêmes sur le « manuscrit »… Je ne peux qualifier ces caractères de « langue » comme celles que nous connaissons. Il n’est pas nécessaire de la parler ou de l’écrire, il s’agit purement d’un processus de pensée.

Les pensées que j’avais transcrites sur le manuscrit dont j’avais la charge servaient par contre un grand dessein (je connaissais celui-ci en tant qu’être de lumière mais de retour dans le corps humain, je n’en ai plus aucune idée, comme si on m’avait appliqué un voile lors de mon retour). De nombreux êtres de lumière effectuaient des tâches similaires. Notre équipe était dédiée à cela… d’autres étaient consacrées à des « travaux » différents.

Le temps et l’espace n’avaient aucune matérialité, aucune valeur. Je qualifierai l’ensemble de LIBERTE, LIBERTE PARFAITE, à laquelle je sais que toute personne aspire, pour laquelle elle lutte, dont elle rêve etc."

EMI d'Anna A - www.nderf.org 2/3
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedMer 20 Jan 2016, 1:49 am

"Ce que j’ai compris, c’est que mon héritage araméen et arménien ne m’a pas été attribué uniquement pour ma vie terrestre actuelle, mais pour plusieurs autres également, comme si j’étais chargée de mouvoir ce lignage d’êtres de lumière.

Il n’existe toutefois là-haut aucune notion valide de nationalité, de race, de sexe, d’orientation politique, de roi, de culture. Tout est empli d’amour et de connaissance.

J’ai ensuite cessé de regarder la « bibliothèque », comme si quelqu’un m’avait appelé en douceur… me disant : « Anna requiert que tu reviennes. ». En cet instant j’ai ressenti une tristesse terrestre transperçant ce que j’étais alors, un Etre de Lumière.

Je me suis retrouvée loin du bassin, de la bibliothèque, observant la planète terre depuis l’espace. Un être de lumière s’est élevé auprès de moi, indiquant la planète. Une voix m’a dit : « Regarde là-bas ! »(la terre) « Que vois-tu ? ». J’ai répondu : « Je vois la planète terre, je ne veux pas y retourner. Je suis chez moi, pourquoi veux-tu me renvoyer là-bas ? ».

Consolateur, il m’a calmée (le tout de manière sensorielle, sans contact ni paroles), puis il m’a redemandé (oh, d’une voix tellement divine, une voix véritable, physique) : « Regarde à nouveau, que vois-tu MAINTENANT ? »

J’ai tout à coup perçu ce que la voix regardait : « Je vois notre planète, aucune frontière ne sépare les nations… elles ont disparu !! ». Il a déclaré : « C’est pour cela que tu repars. Tu as une mission. ». C’est ainsi que je suis revenue.

J’ai ensuite eu beaucoup de difficultés dans mes tentatives de réadaptation. J’avais auparavant été une lectrice avide, je suis pourtant devenue encore plus assoiffée de connaissances, absorbant quantité d’informations en permanence.

J’ai davantage pris conscience de l’environnement, de l’air pur, de l’eau pure, de la faim dans le monde, des guerres et de la pauvreté. Je me suis alors élevée à un tel niveau d’empathie qu’il est difficile de ne pas ressentir la souffrance d’un autre être humain.

J’ai sans relâche discuté avec des représentants de différentes religions, ils n’avaient pas grand-chose à dire. Ce qui se rapproche peut-être le plus d’une explication de leur part, ce sont des parties des Vedas (la plupart en fait).

J’ai vécu des décorporations subites (généralement la nuit), plus fréquentes et intenses que jamais. Occasionnellement, j’éprouve bien des perceptions extrasensorielles, j’évite toutefois d’y travailler, ou plutôt je ne souhaite pas les approfondir.

Par contre je deviens quelquefois nostalgique, tentant d’imaginer en quoi consiste « la mission ». Mais globalement, il s’agit de la meilleure expérience de toute ma vie (terrestre)."

EMI d'Anna A - www.nderf.org 3/3
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedDim 24 Jan 2016, 8:36 pm

(...)

Le médecin se tenait tout simplement à côté de mon lit et finalement m'a dit: "Vous vous demandez probablement pourquoi je suis toujours debout ici".

Je lui ai répondu: «Vous voulez sans doute m'en dire plus sur ma mort." «Non», a-t-il répondu, "ce n'est pas la raison". J'ai dit: "Eh bien, quoi de neuf doc?" Il a dit: «Je veux que vous sachiez que j'ai mené ces types mêmes de procédures chirurgicales pendant vingt-sept ans (Je pense qu'il a dit vingt-sept ans - je peux me tromper à ce sujet) et quelque chose s'est produit aujourd'hui que je n'avais jamais connu auparavant.

Cela a eu un effet si profond sur moi que je dois vous en parler ». J'ai dit: "D'accord, allez-y." Il a dit: «On vous a grand ouvert et on vous retirait certains tissus gras près du coeur pour s'en servir pour attacher la fistule quand tout d'un coup vous avez commencé à parler à haute voix.

Nous avons tous sauté en arrière, car cela nous a surpris, et nous avons pensé que vous étiez sorti de l'anesthésie.

Mais quand nous avons verifié et avons découvert que vous étiez encore sous anesthésie, on est resté là et on vous a écouté parler. Ce à quoi j'ai répondu: "Eh bien, qu'est-ce que je disais?"

Il a dit: «Ce n'est pas tellement ce que vous avez dit, mais plutôt celui avec qui vous parliez. J'ai dit: "Et à qui parlais-je?"  Il a dit: "Vous parliez avec JESUS-Christ!" Quand il dit cela, je me suis dit qu'il était fou et je ne savais pas vraiment quoi dire.

Mais comme je remarquais qu'il semblait un peu étonné par tout cela, j'ai riposté: "Eh bien, est-ce qu'il répondait ou je criais pour rien?" Rapidement, il a dit: " Nous ne pouvions pas entendre d'autres voix, mais ça sonnait comme si vous étiez engagé dans une conversation à deux".  Il a terminé en m’assurant que cela serait inclu dans les notes qu’il rédigerait après la chirurgie, et puis lui aussi est parti.

Je n'y ai pas trop pensé jusqu'à environ un mois plus tard, quand je suis retourné à Virginia Beach pour discuter avec mon amie, une voyante, Mme Joy.

Quand je suis entré dans son bureau, elle m'a regardé d'un air vraiment particulier, avec un regard rempli de peur, craintif, surpris. Son regard était intense pour moins dire. Elle a traversé la pièce sur le côté, sans me quitter des yeux, gagnant son bureau et s'asseyant.

Après m'avoir simplement regardé pendant une minute ou deux, elle a commencé à pleurer et a dit finalement: «Chris, vous savez que vous êtes décédé le mois dernier sur la table d'opération». J'ai dit: «Oui, ils me l'ont dit. Elle a ajouté: «Vous ont-ils dit que vous avez également eu une rencontre « face-à-face »avec JESUS-Christ lui-même?!

Quand elle a dit cela, je me suis presque évanoui - c'était incroyable et elle avait vraiment mon attention maintenant! J'ai dit: «Oui, mais ils ne pouvaient me dire ce qu'il avait à dire. Savez-vous ce qu'il avait à dire? Elle a dit, 'Oui, je sais tout ».

J'ai dit: "Eh bien s'il vous plaît, allez-y - qu'est-ce qu'il a dit." Elle a répondu: «Je vais vous dire ce qu'il a dit, mais je dois d'abord vous dire ceci - Quand vous êtes venu me voir l'an dernier et je vous ai dit que vous alliez mourir, le temps était venu pour vous de mourir. Vous n'êtes pas censé être ici en ce moment.

Maintenant, je vais vous dire ce qui est arrivé et pourquoi vous êtes toujours là. Chris, quand vous êtes mort et que vous avez quitté votre corps, vous avez crié de toute vos forces que vous étiez désolé si vous aviez fait du mal à quiconque d'aucune manière pendant que vous étiez sur la Terre.

Vous avez crié avec tant d'émotion et de conviction que vous avez fait sursauter tout le monde autour de vous.

Il (JESUS) était dans les environs, et il s'est approché pour voir ce qui suscitait toute cette agitation. Au début, vous n'aviez aucune idée de son identité. Vous veniez de lui dire que vous étiez juste sorti de prison et que vous receviez un gros chèque chaque mois du gouvernement et que vous ne vouliez plus jamais avoir à travailler et que vous n'étiez pas prêt à mourir - vous vouliez repartir en arrière et vous amuser.

Vous l'avez fait rire et il vous a instantanément guéri de votre cancer et vous a renvoyé à la vie. Chris, vous allez maintenant vivre encore vingt-six ans. N'est-ce pas formidable? Voulez-vous savoir ce que vous allez faire pendant les vingt-six prochaines années?

J'ai dit: «Oui, que vais-je faire? Elle a dit: «Chris, vous allez passer le reste de votre vie à aider ceux qui ont eu des expériences similaires à la votre. N'est-ce pas merveilleux? Voulez-vous savoir pourquoi vous allez faire cela? J'ai dit: "Oui, pourquoi?" En souriant maintenant, Joy a dit: «Parce que c'est tout ce que vous voulez faire!”

Mon cancer s'est métastasé dans mon cou trois ans plus tard et je suis retourné au VA, seulement, cette fois, pour voir l'oncologue en chef du VA Medical Center à Richmond, en Virginie.

Le médecin a également conseillé que mon cancer était "incurable" et même l'a écrit, disant qu'il m'avait conseillé qu'il n'y avait« aucune chance » de guérir et que je serais mort dans les six mois. Je suis donc retourné au centre Cancer Center Jenkins Leo à Greenville et j'ai subi une chirurgie pour faire retirer la tumeur.

Le médecin m'a dit qu'il n'avait pas pu tout retirer, et que j'allais mourir. Je lui ai simplement répondu de ne pas s'inquiéter et que je m'en occupais. C'était il y a presque quatre ans. Et ça continue...

Je suppose que je pourrais continuer et vous en dire beaucoup plus, mais vous êtes probablement fatigué de lire tout cela. Si vous souhaitez en savoir plus, faites-le moi savoir.

Mais sinon, sachez cela: il y a vraiment un lieu spirituel nous allons quand nous mourons et ce type dont nous avons tellement entendu parler au cathéchisme du dimanche existe vraiment et il fait maintenant la même chose que la Bible dit qu'il faisait il y a deux mille ans - guérir les gens de maladies mortelles.

Mon EMI radicalement a changé ma vie et je consacrerai chaque minute qui me reste à  servir mon voisin comme s'il / elle  était moi-même."

EMI de Christopher R - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedLun 25 Jan 2016, 10:15 pm

"J'étais dans un état émotionnel extrême. Périodiquement j'avais souffert des épisodes de dépression mais cette fois-ci, je fus incapable de résoudre la situation de mon propre chef. Je ne prenais aucun médicament, et je n'avais jamais eu l'idée de demander de l'aide professionnelle pour me soigner.

Maintenant, je comprends qu'il se peut que l'hérédité et une enfance traumatisante aient contribué à ma maladie.

Quoi qu'il en soit, je m’étais isolée dans mon appartement, avais cessé d'aller travailler, et je ne pouvais ni manger ni dormir. Je l'arpentais, je l'arpentais, mes pensées galopant. À un certain moment je me suis dit, je veux mourir et j’ai dit à haute voix, "S'il vous plaît, Dieu, ne me laissez pas mourir comme ça!"

En un instant, je me suis trouvée ailleurs. Il faisait noir, je pense quelque part à ma droite, mais devant moi il y avait cette incroyable lumière. Tellement lumineuse, accueillante, affectueuse.

Au même moment, j'ai ressenti un sentiment omniprésent d'acceptation, d'amour et de chaleur, et j'ai vu un examen de ma vie. Chaque instant de ma vie, tout ce que j'avais oublié, ou dont je n'avais pas été particulièrement consciente à l'époque.

Une voix provenant de la Lumière me parlait, non pas en paroles, un peu comme un transfert de connaissances et des assurances. À l'époque, je me considérais comme une personne endommagée et je ne m'aimais pas.

La voix m'a dit que j'étais parfaitement bien et que toutes les choses qui, à mes yeux, étaient des failles et des "choses négatives" étaient tout simplement posées sur mon être véritable comme un manteau sale. La lumière m'aimait inconditionnellement. Je me sentais "rentrée chez moi"

J'étais brouillée avec mon père à l'époque. Je me souviens avoir vu mon père dans l'examen de ma vie, et avoir compris qu'il s'était comporté comme il l'avait fait raison d'un continuum d'actions dans sa vie et avant sa vie.

J'ai compris d'où d'autres personnes venaient, le bien, le mal ou l'indifférence. Dans le même temps, j'ai également entendu que tout ce qui se passe comme le veut la destinée. Je savais le «Pourquoi». Voilà l'une des choses dont je ne me souviens pas. Mais c'est parfaitement logique et j'ai pensé: “Oui, bien sûr, comment pourrais-je l'avoir oublié? C'était si simple!”

On m'a montré ce qui était, et ce qui n'était pas important. Aimer par-dessus tout était le but de l'univers et que nous sommes tous interconnectés.

Dans l'instant suivant (?) j'étais de retour assise sur le bord de mon lit. Je me sentais légère, heureuse, et bénie. Aussi, je me sentais comme si Dieu m'avait ramassée par la peau du cou et avait fait tomber mes sottises hors de mon corps. Je suis restée éveillée!

Durant l'expérience, tout semblait se passer à la fois. La lumière, la voix, l'examen de la vie, la transmission de connaissances immenses. Je n'avais pas quitté mon appartement depuis des jours mais je suis immédiatement allée à l'extérieur et j'ai été émerveillée par tout ce que je voyais. J'ai parcouru les rues en me sentant si heureuse et soulagée.

Ce sentiment a duré plusieurs jours. Finalement, je suis retournée à mon niveau «normal» de conscience mais je n'ai jamais oublié l'expérience ou les leçons que j'ai appris.

J'ai eu beaucoup d'autres leçons à apprendre, mais je crois que si je n'avais pas eu le don de cette expérience, je n'aurais pas survécu. Je ne connais pas de but précis pour chacun de nous, à défaut de l'injonction que nous nous aidions les uns les autres et que l'égoïsme égocentrique est un gaspillage d'opportunité ou pire. Je sens que la Voix, “Dieu”, est toujours avec moi et avec nous tous. Je n’ai pas peur de mourir.

Je suis convaincue que nous retournons tous à la Maison."

EMI-like de Anita E. - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
mick
MODERATION
MODERATION


Date d'inscription : 10/11/2010
Féminin
Messages : 7765
Pays : canada
R E L I G I O N : chrétienne

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedMar 26 Jan 2016, 12:00 am

Jean 14
1Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. 2Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n'était pas, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place. 3Et, lorsque je m'en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi.…
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedMer 27 Jan 2016, 8:06 pm

"J’avais été admise pour une opération de routine. Je ne sais pas exactement ce qui s’est produit au cours de celle-ci tandis que j’étais inconsciente. Je sais seulement que je me suis soudain retrouvée en train de courir dans une prairie en direction d’un soleil géant. Je me rappelle avoir regardé mes jambes, la distance au sol était faible, j’étais à nouveau une enfant. Un autre enfant me tenait par la main, courant à côté de moi. C’était un petit garçon blond aux yeux bleus.

L’aspect le plus stupéfiant, c’était un sentiment pur d’amour tellement intense que je peux à peine le décrire. Ce n’était que vague après vague d’amour pur. Il était en moi, autour de moi, il était TOUT. On aurait dit les battements d’un cœur amoureux, une vague d’amour après l’autre. Dans l’intervalle il y avait quand-même aussi de l’amour, puis une autre vague arrivait avec encore plus d’amour qui s’intensifiait.

C’était sans fin, éternel et total. Je n’éprouvais absolument aucune crainte, n’ayant aucun autre sentiment que l’AMOUR. Je ne pensais à rien d’autre qu’atteindre la LUMIERE. Je ressentais joie et bonheur purs. C’était le plus magnifique des sentiments, les mots sont loin de pouvoir le décrire.

Ce qui s’en approcherait le plus sur terre, c’est l’instant où j’ai mis mon enfant au monde, ce moment d’amour inconditionnel pur, dont je suis certaine que la plupart des mères et quelques pères l’ont éprouvé. Il ne s’agit pourtant que d’une très petite fraction de ce que je tente d’exprimer. Les mots paraissent tellement minimes, insignifiants en comparaison de l’expérience.

Je suis donc en train de courir vers cet immense soleil, faisant l’expérience de l’acceptation et de l’amour complets. Je savais que tout ce qui est terrestre n’avait plus d’importance, j’éprouvais un sentiment de sérénité totale vis-à-vis de tout ce que j’avais fait. Je voulais uniquement continuer à courir vers la lumière. Puis, j’ai tout à coup entendu derrière moi qu’on m’appelait.

Je me suis arrêtée, faisant une pause quelques instants, je savais devoir prendre une décision. Continuer à avancer ou repartir en arrière. Je n’ai toutefois pas souvenir d’avoir fait ce choix. Dans mon souvenir suivant, les médecins au-dessus de moi répétaient frénétiquement : « NICHOLE… Restez avec nous Nichole. ».

Puis la douleur est arrivée, elle était tellement intense dans mon corps que je pouvais à peine la supporter. Je crois aujourd’hui que l’incision de chirurgie esthétique avait été pratiquée et qu’on essayait de me recoudre à toute vitesse. Dieu merci, je n’ai jamais subi une telle douleur à nouveau. J’avais l’impression d’avoir le corps dans un étau qu’on resserrait de plus en plus.

Je me souviens que j’étais allongée, je ne cessais de répéter d’une voix forte : «NON, LAISSEZ-MOI REPARTIR… JE VEUX REPARTIR », un flot de larmes sur le visage. J’étais tellement en colère, j’ai très longtemps pensé que je n’avais pas pu prendre de décision, que les médecins l’avaient prise à ma place, j’étais tellement FURIEUSE contre eux.

Je pense avoir été déprimée, en colère pendant de nombreuses années parce que je croyais qu’on m’avait volé la date de passage en classe supérieure après cette planète.

J’ai vraiment longtemps cru que j’étais censée partir ce jour-là. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi on m’aurait donné un aperçu de quelque chose d’aussi magnifique, juste pour devoir retourner à une telle souffrance.

Douleur du moment, souffrance de la désillusion vis-à-vis du monde en général. Je n’avais que 25 ans à l’époque, mais je croyais en avoir terminé ici, que ma place était à l’endroit où se trouve l’AMOUR. J’ai toujours eu le cœur tendre, la violence et la cupidité sur cette planète me semblent tellement étrangères, ridiculement inutiles. Longtemps après l’expérience, il m’était toujours totalement insupportable d’en être témoin.

Il m’a fallu 20 années pour me rendre compte que j’avais en fait pris la décision de rester. Je sais que si j’avais choisi de partir, aucun médecin n’aurait pu l’empêcher. Je crois que j’ai eu un aperçu afin de pouvoir poursuivre en SACHANT ce dont nous sommes réellement faits, afin de renforcer ma foi dans La Force de l’AMOUR, de savoir que c’est tout ce qui existe en réalité, tout ce qui compte vraiment. Je pense qu’on m’a accordé cette bénédiction afin de pouvoir la raconter à autrui.

J’ai lu d’autres histoires tellement similaires à la mienne, comportant de légères variations dans le vécu visuel (dont je suis certaine qu’elles sont dues à notre propre chemin de vie), mais le sentiment d’AMOUR semble être le point commun. Le Retour vers l’Amour ne constitue pas un cliché, c’est véritablement d’AMOUR dont nous sommes faits.

C’est de là que nous venons, là où nous retournerons lorsque nous en aurons terminé avec le corps. Je sais que nous venons ici-bas pour ancrer cet amour en ce lieu, pour accroître cet AMOUR, pour nous souvenir que nous sommes AMOUR, mais je ne saurais dire pourquoi.

Aujourd’hui je m’efforce de répandre la connaissance de la grande puissance de l’AMOUR collectif… c’est ce dont l’univers entier est constitué. On peut lui donner tous les noms que l’on veut, Dieu, Allah, JESUS, Mahomet… ce nom est équivalent sous le vocable AMOUR. Maintenant je tente d’aider les autres à n’ETRE qu’AMOUR.

Mon mantra quotidien c’est : j’AIME donc je SUIS ». Je suis impatiente de finalement retourner à l’amour, mais d’ici là j’espère partager avec les gens que j’aime ici l’amour que j’ai touché pendant un instant là-bas."

gloire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 22447

EMI de Nichole BD - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedDim 31 Jan 2016, 11:14 pm

"Tout ce dont je me souviens, c'est d'être restée très calme et presque comme: «Ouais, je pensais bien que cela arriverait». La dernière chose que j'ai entendu, pendant que j'étais dans mon corps, c'était le moniteur cardiaque émettre un son plat, comme vous entendez dans les films lorsque quelqu'un meurt.

Tout d'un coup, je me tenais près de la tête de mon corps, regardant à ma gauche. Je ne voyais pas mon corps (d'après mes souvenirs), mais je suivais la scène de là.

À ma gauche, l'infirmière en chef a commencé à crier que je faisais une réaction allergique grave. Elle a commencé à courir vers le lit et puis elle a trébuché contre l'intraveineuse de quelqu'un. Je suis restée calme, regardant la scène comme si cela ne me concernait en rien. Comme un scientifique observe quelque chose sous son microscope.

La prochaine chose dont je me souviens, c'est d'avoir volé à une grande vitesse à travers un tube. Il y avait des couleurs vives: des violets, rouges et bleus. Puis, je me suis retrouvée dans un tunnel. Tout ce que j'ai vu à partir de ce moment là était dans les tons noirs, blancs, gris, argent. Je marchais. Quelque chose de mon côté gauche s'est approché vers moi. Quelqu'un sur mon côté droit a giflé la «main», la faisant disparaitre.

La chose est tombée sur le sol du tunnel. Je me suis tournée et je l'ai aidée à se relever. J'ai pris les mains et je les ai positionnées vers les parois du tunnel. Je savais que l'entité à ma droite était mon ange gardien / guide, qui me protégeait. L'entité à ma gauche était une âme qui avait fait beaucoup de «mauvaises» choses et était terrifiée d'aller vers la lumière. Je pouvais voir les marques sur son âme. Elles apparaissaient presque comme des veines sur son «corps».

L'âme brillait de l'intérieur et ces marques noires étaient partout. Je ne me souviens pas avoir vu mon ange gardien.

J'ai ouvert les yeux et vu l'infirmière mettre un masque à oxygène sur ma bouche. C'était bizarre, parce que c'était comme si je n'étais pas tout à fait là. Je regardais de mes yeux mais je ne faisais pas vraiment partie de mon corps. Une fois de plus, j'ai entendu les bips plats des moniteurs cardiaques. Encore une fois, je suivais la scène près de la tête de mon corps, en regardant tout cela très calmement. Un homme aux cheveux noirs, et à la moustache noire était assis en face de moi. Il disait: "Il faut l'aider, s'il vous plaît! Pour l'amour de Dieu, il faut l'aider!"

Ce dont je me souviens ensuite, c'est de l'obscurité tout autour de moi. En face de moi se tenait un être très grand. Il était illuminé de l'intérieur, fait de lumière blanche. Je pouvais me voir aussi. Le mieux que je puisse dire c'est que c'était encore, disons, bizarre. C'était comme si je regardais mon âme. Elle aussi était éclairée de l'intérieur. J'ai vu quelques «cicatrices», mais ce n'était rien comparé à ce que je l'avais vu sur cet autre âme.

Ensuite, je me suis retrouvée en face de l'Etre, le regardant. Je savais qu'il était saint. Je sentais que c'était Dieu qui apparaissait devant moi, comme je l'avais toujours imaginé. Un vieil homme avec une grande barbe. Il avait pris cette forme pour que je n'ai pas peur. Je me sentais en sécurité.

Je ne me suis jamais sentie aussi en sécurité dans ma vie. Et l'amour. Tant d'amour. Il ne me jugeait pas, comme ma religion me l'avait appris il y a si longtemps. Il y avait de la compassion. C'était écrasant - tellement que je peux encore le ressentir aujourd'hui. C'est donc très difficile à décrire. Tout allait bien. Tout était comme il se doit. Il n'y avait pas de mal. Calme. Sérénité. C'était incroyable! Il a mis en avant une petite boîte à trésor, tout comme celles qui transportaient les trésors des pirates. Il a dit: "Ramenez ces cadeaux chez vous". Voilà. C’est tout."

EMI de Lucia L. - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedDim 14 Fév 2016, 6:02 pm

"Cela s'est passé dans mon appartement à Londres, au Royaume-Uni, à la fin de février 2001. Après une journée épuisante au travail, j'ai décidé qu'il était temps de me détendre, je suis rentré chez moi avec mon ami et sa petite amie et un grand nombre de drogues.

Je suis allé à la salle de bain où j'ai pris une injection létale de cocaïne et de morphine. Ce fut une mort instantanée. Bien que je ne sache pas au début. Je pensais que je dormais en quelque sorte.

J'ai essayé de me lever et je suis littéralement sorti de mon corps physique! Absolument impossible pour moi de décrire avec des mots le son de cette musique, tout simplement parce qu'elle ne saurait être entendue avec cette clarté dans ce monde! C'était à couper le souffle!

C'était si beau. J'étais prêt à exploser de joie!

Je pouvais voir les deux mondes dans un premier temps. Bien que le monde physique ressemble à un film en noir et blanc en comparaison avec le monde en face de moi! Les couleurs étaient extraordinaires; si profondes, si lumineuses, si belles! Il y avait une porte en face de moi et je pouvais entendre des rires joyeux venant de l'intérieur, venant de trop de gens!

J'avais ce désir incontrôlable de franchir la porte et de rencontrer toutes ces âmes! Ma perception s'est accrue à des niveaux dont je ne soupconnais même pas l'existence, bien que j'en ai toujours été conscient à un niveau plus profond, enfermé à l'intérieur de moi!

Chez moi! J'étais chez moi!

Voilà le mot qui retentit à mes oreilles si fort et si clair! J'étais à l'extérieur du temps, me disais-je. Le temps n'existe pas! J'étais prêt à franchir le seuil quand j'ai entendu des pas venir de l'intérieur de la porte. Mon ouïe était si fine; je pouvais sentir chaque petit détail.

Cet homme venait de la porte. Je ne pense pas pouvoir trouver les mots justes pour le décrire. Ses yeux étaient comme une mer infinie d'amour; trop lumineux pour qu'on puisse les regarder, me disais-je. Cependant, je commençais à m'y habituer!

Je le connais, me disais-je! Je le connais! Je le connais depuis mille ans! Mille ans n'est rien ici, trop court! Non, je le connais depuis dix mille ans! Hmm, dix mille ans ne signifie rien ici, le temps n'existe pas! Il m'a souri tout en ayant ces pensées, rien n'est caché ici, et tout est révélé. Il savait exactement ce que je pensais avec une clarté immense et je l'aimais, je l'aimais tellement tellement d'amour.

Je n'en pouvais plus, je pensais exploser comme un ballon. Il me regardait avec cet amour infini, cette compassion infinie et une paix infinie. J'ai clairement senti que tout ce que j'avais jamais fait dans cette vie avait été enregistré et qu'il en connaissait chaque petit détail. Il me connaissait, il m'aimait au-delà de toute description, et il savait que j'essayais de me rappeler qui il était, parce que j'avais oublié, comme si je me réveillais d'un rêve profond en essayant de m'ajuster à cette réalité.

Voilà ce que j'ai ressenti, c'était comme se réveiller d'un rêve, reprendre conscience de qui je suis vraiment, et comment cette vie n'avait été qu'un rêve! En ce moment glorieux, je n'ai eu qu'un désir et un seul désir, celui de revenir à cette vie et d'avoir cette expérience de renaitre dans un corps physique.

Donc, il m'a touché le front, en souriant de ce sourire plein de compassion, un sourire d'amour illimité plus profond que tous les océans que vous pouvez imaginer, sachant que nous nous reverrons et probablement - encore une fois, il m'a renvoyé à mon corps physique, que j'avais quitté pour environ cinq minutes de notre temps sur Terre.

Je trouvais mon ami qui était en train de me ressusciter. J'étais de retour! J'étais de retour, sachant que nous vivons tous à jamais, réunis par cette grande vie qui orchestre toute la vie physique sur fond d'amour! Dans le cadre de l'évolution spirituelle à laquelle tout le monde prend une part; nous faisons tout ce dont nous sommes censés faire l'expérience - éventuellement."

Dieu vous bénisse!

EMI de Jesse N - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
CHRISTOPHEG

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 21801
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Empty
MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   La petite NDE/EMI du jour - Page 30 Icon_minipostedMar 16 Fév 2016, 11:42 pm

"C'est à l'hôpital, sur la table d'opération, que mon fascinant voyage indescriptible a commencé. Les médecins devaient réassembler et attacher ensemble des os fracturés dans la zone de la tempe gauche et sous mes yeux. L'infirmière, pensant que je dormais suite à l'anesthésie générale, a coincé un tube dans ma gorge.

Je me souviens avoir été incapable de respirer, et avoir été pris de panique, sachant que l'infirmière était trop lente. Des lumières rouges clignotaient tout autour. L'instant d'après, je flottais par-dessus la lampe de chirurgie et en regardant et en écoutant les médecins et les infirmières. C'était fascinant de voir leur changement dans leur personalité, lorsqu'ils pensaient que le patient ne pouvait pas les entendre.

Je ne sais pas combien de temps j'ai flotté au-dessus de mon corps, ou comment j'ai été effectivement transféré dans une autre dimension. Je savais que j'étais maintenant rentré chez moi, dans ma vraie maison. La nature de cette réalité est complètement différente; il n'existe pas de langage adéquat pour exprimer les émotions et ce qui vous entoure. Le temps et le language, tels que nous les connaissons, n'existent pas.

Amour et compassion sont les seuls mots auxquels je peux penser, et ils effleurent à peine la surface de ce que je ressentais et voyais autour de moi. Les sentiments de vibrations sont si forts et pourtant totalement incompréhensibles à notre niveau physique (ou de perception). Il avait un sentiment parfaitement naturel de ne pas être dans un corps physique. Le vrai MOI est un être spirituel.

Les yeux spirituels qui m'entouraient et semblaient faire partie de moi étaient remplis d'un amour et d'une sensibilisation écrasants. Je savais sans aucun doute que j'étais là où j'appartenais pour l'éternité. Nous faisons tous partie de la même famille.

Nous formons tous un être unique, comme une goutte d'eau dans le vaste océan. Mais, hélas, cette goutte devait retourner pour quelques questions en suspens.

Où je suis allé ensuite ne peut être décrit que comme un trou noir énorme. C'était un espace totallement noir et vide, vide de tout type de vibration consciente. Une atonie totale et une tristesse incroyable m'ont encerclé. La perception puissante que j'ai reçu, c'est que tout le monde sur la Terre est désespérément necessaire pour remplir ce vide.

Pas une âme solitaire unique ne devrait être laissée derrière. Pour y arriver, nous devons tous apprendre à nous aimer, à faire preuve de compassion et à nous pardonner les uns envers les autres. Nous devons tous quitter notre nature pécheresse de l'inconscience. Ensuite, la spirale apparemment sans fin vers notre foyer ou le ciel sera terminée et nous aurons tous enfin achevé ce que nous sommes venus étudier sur la Terre.

Je recevais beaucoup de messages; certains d'entre eux sont confus dans ma mémoire. Leur expression du mot PEUR est quelque chose qui reste est très clair, cependant. La peur est une émotion très négative et totalement inutile qui détruit notre croissance et vie éternelle.

Transporté vers notre dimension, je me suis déplacé à travers les galaxies, la Voie Lactée, les étoiles et les planètes sur le chemin de retour vers la Terre. J'avais le sentiment d'être beaucoup plus grand que les étoiles et les planètes, et en moi, j'avais toute la puissance et la connaissance de l'Univers. La Terre avait l'air si petite, comme un grain de sable contre toutes les vastes sables du monde.

Soudain, je me suis retrouvé sous forme d'âme éthérique, regardant mon corps de chair, avec un détachement complet. Je faisais de la claustrophobie, sachant que je devais être pris au piège dans la réalité physique à nouveau. De facon apaisante, mes guides m'ont aidé à réintégrer mon corps et m'ont laissé avec une clé, la vérité. Instantanément, j'ai été réveillé par l'infirmière.

Mes émotions mixtes m'ont fait garder pour moi-même mon expérience pendant plusieurs années. Le livre que j'ai acheté pour vingt-cinq cents était la clef clé de ce grand puzzle. Après avoir lu le Grand Pêcheur, j'étais avide d'autres textes à lire. La Bible a suivi. Chaque fois que le mot vérité surgit, une vague d'excitation surgit en moi, me laissant avec de la chair de poule. Cela m'arrive encore, même si j'ai lu des centaines de livres.

On ne m'a guère exposé à la religion pendant mon enfance, et je n'y portait guère d'intérêt une fois adulte. Voilà sans doute pourquoi un certain temps a passé avant que je puisse faire le lien entre la vérité et mon expérience. Mes croyances sur la vie, la religion et Dieu ont radicalement changé. Aller à l'église n'était pas exactement l'idée que je me faisais d'un moment agréable.

Pour moi, les fidèles de l'église étaient tous des gens mous, des hypocrites confessionnels, faisant la queue comme des moutons pour adorer un Dieu créé par l'homme. Mes sentiments ont été maintenant inversée, comme ceux de Saul? Quand il est devenu Paul (Bible). Je commence maintenant à voir que nous essayons tous de monter vers le ciel, Dieu et la Lumière.

Nous ne sommes pas tous au même niveau de prise de conscience donc chacun de nous a notre propre chemin à suivre. Certaines organisations ont des croyances différentes des autres, des différences qui suscitent la peur, menant aux destructions et à la guerre.

La lumière et la sensibilisation sont exprimées de différentes façons, mais tous se dirigent dans le même sens. Peu importe le nom qu'on lui donne, lorsque vous êtes prêt, en quelque sorte les portes seront ouvertes et le voile levé. Et parfois, comme dans le cas de l'Amour, cela peut arriver lorsque vous vous y attendez le moins."

EMI de Filiesha L. - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
 

La petite NDE/EMI du jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 30 sur 34Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31, 32, 33, 34  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: PARANORMAL-