*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  Contribution  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 

 A la rencontre des Eglises premières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14330
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

A la rencontre des Eglises premières Empty
MessageSujet: A la rencontre des Eglises premières   A la rencontre des Eglises premières Icon_minipostedLun 02 Déc 2013, 6:56 pm





Avec Aram, marionnettiste d’exception, nous allons d’églises, en monastères à la découverte de cette église arménienne « en reconstruction ».
Au monastère d’Harich, aujourd’hui « petit séminaire », sœur Nelly peint des icônes et garde l’église. Docteur en philosophie et mathématique, agnostique, sa vie a été chamboulée quand elle a entendu la voix de Dieu. Elle a abandonné une carrière brillante pour rentrer dans les ordres.
Nous allons ensuite à Haghpat, haut lieu de l’architecture religieuse, où le Père Aspet, originaire du Liban nous raconte sa foi du charbonnier.
A Ozdoun, Père Vratnes, marié et père de quatre enfants, nous fait découvrir la beauté de la vie d’un curé de campagne.
Et enfin à Tatev, magnifique monastère perdu dans la nature arménienne, Père Mikael, lui aussi mathématicien, nous initie à son mysticisme ardent.

> Interview exclusive du réalisateur Jacques Debs sur l'origine du projet Mes Ethiopiques
> A la rencontre des Eglises premières au Liban, en Arménie, en Ethiopie et en Inde : le livre de Jacques Debs aux éditions Albin Michel.



http://www.lejourduseigneur.com/Replay/Dimanche-dernier/Armenie-Pour-cette-seconde-d-eternite





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14330
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

A la rencontre des Eglises premières Empty
MessageSujet: Re: A la rencontre des Eglises premières   A la rencontre des Eglises premières Icon_minipostedMar 03 Déc 2013, 7:12 pm






Interview du Réalisateur du Reportage ci-dessus,


Citation :

"Mes Ethiopiques" : origines d'un projet


chrétiens d'orient | mes éthiopiques | Arménie | Inde | Jacques Debs | Liban | Ethiopie  


Le réalisateur Jacques Debs est né au Liban et ne cesse de s'intéresser aux problématiques touchant le Moyen-Orient. En 2012, il part au Liban, en Inde, en Ethiopie et en Arménie à la découverte des "églises premières", évangélisées par les apôtres. Il en revient avec la série Mes Ethiopiques diffusée pendant l'Avent 2013 dans l'émission du Jour du Seigneur.

©Marie Arnaud

Vous êtes l’auteur d’une série de quatre films produits au CFRT pour animer l’Avent 2013 dans les émissions du Jour du Seigneur. D’où vient l’idée de votre titre générique « Mes éthiopiques » ?

Je rêve d’aller en Éthiopie depuis que j’ai 15 ans, époque où j’étais fasciné par Haïlé Sélassié et l’histoire du roi Salomon et de la reine de Saba. Grâce à ce projet ce rêve est devenu réalité, et ça été une joie immense. Au-delà de cet amour de jeunesse, ces films sont le fruit de ma rencontre avec ces églises, l'Ethiopienne, la Maronite au Liban, l'Arménienne, la Syro-Malbar et Syro-Malnkar en Inde. Ils sont un témoignage sur une réalité très peu connue. Pour raconter ces rencontres, j'ai choisi une forme qui privilégie l'émotion sur le didactique. Il s’agit donc d’une vision personnelle, d’où le titre.

Quatre films, quatre pays : pourquoi ?

J’ai grandi au Liban, j’ai fait mes études en URSS et, depuis de nombreuses années, je vis en France. Dans chacun de ces pays la place du religieux dans nos vies et dans l’espace politique est différente. Adolescent, jusqu'au début de la guerre du Liban en 1975, j'étais athée. La première bombe qui est tombée sur notre balcon m'a forcée à me ré-approprier mon identité originelle. Pour les "autres" (le camp palestino islamo-progressiste), j'étais avant tout "maronite"! Après mes études de cinéma, je suis revenu au Liban, toujours en guerre. C'est alors que j'ai pu saisir toute la complexité des rapports inter religieux en Orient et ailleurs et des "troubles identitaires" qui nous hantent. Les Maronites, par exemple, ont une relation complexe et ambiguë  avec l’Islam et l'arabité. Au Liban, en Éthiopie, en Arménie et en Inde les critères identitaires sont essentiellement religieux, et les chrétiens qui y vivent sont confrontés à l'intégrisme musulman. J’ai cherché à comprendre comment ces chrétiens - qui évoluent dans un environnement au mieux neutre, sinon hostile, arrivent à mettre en pratique les trois vertus de Saint Paul : la foi, l’espérance et la charité. En Arménie, comment peut-on parler de pardon alors que le génocide n'est toujours pas reconnu par les Turcs ? En Inde comment ces chrétiens trouvent-ils leurs places dans cette société en pleine évolution ? En Éthiopie comment résistent-ils à un Islam de plus en plus prégnant, voire violent ?

Pourquoi avoir choisi uniquement des chrétiens d’Orient ?

Tout d’abord, le Moyen-Orient est le terreau de mon travail. Il est ma terre de recherche et de réflexion. Dans l’univers chrétien, l’Église romaine occidentale et l’Église orientale sont comme les deux faces d’une même pièce. La réalité de l’une résonne chez l'autre de manière spécifique et originale.  En cherchant à « dire » ces églises orientales que j’appelle « premières », j’aborde aussi des questions cruciales pour les pays occidentaux : la relation à l'intégrisme musulman, la question de l’intégration et de l’assimilation de l’immigré, la liberté religieuse, la place de la personne malade ou handicapée dans la société, le vivre ensemble dans un univers culturel multiple et, surtout, la place de la foi dans une société sécularisée. Grâce au temps qui m’a été accordé pour les repérages, j’ai pu rencontrer des personnes qui m’ont fait confiance au point de m’offrir des témoignages de vie très forts.

On est frappé par l’esthétique des images. Qu’est-ce qui a guidé vos choix de réalisation ?

Par son travail, le chef opérateur contribue au récit. Je voulais que mes interlocuteurs baignent dans un halo de douceur ; dans une lumière laiteuse grâce à une image la moins contrastée possible, via un réglage particulier des caméras… La musique joue aussi un rôle très important. C’est pourquoi j’ai demandé à Zad Moultaka de composer une œuvre, pour la voix de Sverrir Gudjonsson, le contre-ténor islandais avec qui je travaille depuis dix ans sur tous mes films, et de mettre en musique les trois vertus de Saint Paul dans les langues des quatre églises : l’araméen pour la Maronite, le guèze pour l'Ethiopienne, l’arménien et le malayalam.

NDLR : la série Mes Ethiopiques sera diffusée chaque dimanche de l'Avent, du 1er au 22 décembre 2013





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14330
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

A la rencontre des Eglises premières Empty
MessageSujet: Re: A la rencontre des Eglises premières   A la rencontre des Eglises premières Icon_minipostedMar 10 Déc 2013, 6:56 pm





Zerihun Yetmgeta est un des grands peintres éthiopiens. Sa peinture s’inspire de l’art immémorial de l’Éthiopie. Avec lui, nous découvrons l’orphelinat de Bethesté. Sœur Fikerti dirige d’une main de fer cet orphelinat pour jeunes filles à vingt-cinq kilomètres d’Addis Ababa. Diplômée d’une maîtrise en sciences économiques, elle se sent appelée et entre dans les ordres. Sœur Fikerti a rénové la manière d’accueillir les orphelines. Chaque soeur élève comme une « mère » six filles de la première classe à la terminale. Le but de soeur Fikerti est qu’un maximum de ses filles obtiennent leur bac et entrent à l’université…
Dans le Tigré, à quelques kilomètres de la frontière avec l’Érythrée, se dresse le Mont de Debre Damo. Au sommet de cette forteresse naturelle, a été bâti le premier monastère d’Éthiopie. Là, vivent des moines complètement retirés du monde et des séminaristes. Les moines leur enseignent le guèze, la langue liturgique de l’Église éthiopienne, aujourd’hui langue morte. Ces élèves auront le choix à dix-huit ans, soit de devenir moine, soit de se marier puis d’être ordonnés prêtres. Nous y rencontrons, l’Abbé Djidday, un personnage d’un autre temps, baignant dans la vie contemplative.



http://www.lejourduseigneur.com/Replay/Dimanche-dernier/Ethiopie-La-forteresse-des-trois-vertus




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14330
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

A la rencontre des Eglises premières Empty
MessageSujet: Re: A la rencontre des Eglises premières   A la rencontre des Eglises premières Icon_minipostedMer 11 Déc 2013, 8:26 pm




A pied ou en car, les pèlerins viennent fêter la nativité du Christ à la "Jérusalem noire" construite, selon la légende, par le roi de Lalibela au 12ème siècle. Un pèlerinage dans les pas de la foi vivante du peuple éthiopien qui a conservé la liturgie du christianisme des premiers siècles.


http://www.lejourduseigneur.com/Web-TV/Evenements/Avent/Nos-freres-chretiens-d-Orient/Les-fetes-de-Noel-en-Ethiopie/(language)/fre-FR



Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14330
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

A la rencontre des Eglises premières Empty
MessageSujet: Re: A la rencontre des Eglises premières   A la rencontre des Eglises premières Icon_minipostedMar 17 Déc 2013, 7:07 pm



Direction Calcutta, en Inde.
Sunil Lucas, réalisateur de documentaires pour les ONG, nous conduit sur la tombe de Mère Teresa. Il est l’auteur d’un film qui témoigne des « pogroms » dont ont été victimes les chrétiens de l’État d’Oriza, sous prétexte qu’ils convertissaient des hindous au christianisme…
Nous partons ensuite au Kerala, berceau du christianisme en Inde. Il y a 30 ans, Thomas, aide-soignant de formation, a pris l’initiative de recueillir des personnes handicapées abandonnées par leurs familles. Son centre accueille aujourd’hui plus de deux cents personnes handicapées. Son association, Navajeevan (la Nouvelle Vie), fonctionne uniquement grâce aux dons de la population locale. L’État indien ne prend en charge aucun soin médical.
Les chrétiens qui sont 2% de la population globale de l’Inde, assurent 30% du travail social (éducation, santé, soins aux personnes âgées et handicapées) dans tout le pays pour tous les Indiens, sans discrimination aucune.
La charité, dit Thomas, c’est une pierre qu’on jette dans l’eau et qui fait des cercles et des cercles…
***


http://www.lejourduseigneur.com/Replay/Dimanche-dernier/Inde-Quand-Thomas-cessa-de-douter





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14330
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

A la rencontre des Eglises premières Empty
MessageSujet: Re: A la rencontre des Eglises premières   A la rencontre des Eglises premières Icon_minipostedJeu 19 Déc 2013, 8:35 pm



L’Eglise catholique en Inde, avec ses 17 millions de fidèles, à peine de 2% de la population indienne. Néanmoins, sa force de témoignage est immense, notamment par son action éducative et caritative : l’Eglise accueille vingt millions d’étudiants dans 25 000 établissements et gère 25 % des hôpitaux et centres de soins du pays.
L’Eglise catholique y compte trois rites : latin, syro-malabar et syro-malankar.
Les fidèles de rite syro-malabar sont trois millions et demi, répartis en 26 diocèses.
La tradition locale fait remonter leur origine à l’apôtre Thomas, mort martyr en 52. Les syro-malabares, appelés les « chrétiens de St Thomas » se rallient dès le 16e à l’Église catholique, convertis de force par des missionnaires portugais. Leur liturgie est ainsi « latinisée ». Elle ne retrouvera son autonomie, avec une hiérarchie propre qu'en 1923.
Plus tard, en 1992, elle devient une église archiépiscopale : elle acquiert le pouvoir d'élire et de nommer ses propres évêques. Elle réforme sa liturgie et renoue avec le rite syrien oriental.
Mais des dissensions demeurent entre les partisans d'un rite délatinisés et ceux d'un rite plus occidentalisé.
Elles datent de la conversion forcée au 16e : une partie de ces « chrétiens de St Thomas » se révoltent et rejettent la latinisation de leur rite. Ils se rattachent à l’Église syriaque orthodoxe : l'église syro-malankare est née. En 1932, une partie de la communauté se rattache à nouveau à Rome.
Les fidèles de rite syro-malankar représentent aujourd’hui environ 500 000 personnes. Avec l’accord du Saint Siège, l’Église syro-malankare nomme ses propres évêques. C'est la plus jeune des églises catholiques orientales.

Françoise Briquel-Chatonnet, directrice de recherche Orient et Méditerranée au CNRS, raconte les dates clés historiques. L'apport pour le pays et le rayonnement actuel des ces deux églises sont abordés par le Père Gollnisch, de l'Oeuvre d'Orient.



http://www.lejourduseigneur.com/Web-TV/Evenements/Avent/Nos-freres-chretiens-d-Orient/Histoire-et-originalite-de-l-Eglise-catholique-en-Inde/(language)/fre-FR




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14330
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

A la rencontre des Eglises premières Empty
MessageSujet: Re: A la rencontre des Eglises premières   A la rencontre des Eglises premières Icon_minipostedLun 23 Déc 2013, 7:13 pm




Sœur Lina Khawand est l’abbesse du monastère de Qanoubine dans la Vallée des Saints au Nord du Liban. Avec le Père Maroun Atallah, ils ont mis en place des stages à la vie érémitique ouverts aux laïcs de toutes confessions.
Sœur Lina Asmar est enseignante, au Collège des Antonines près de Beyrouth ; elle nous partage sa vie et les défis que surmontent les institutions catholiques au Liban, obligées de se financer sans aucune aide de l’Etat.
A l’occasion d’un pèlerinage islamo-chrétien, soeur Lina Asmar vient aider ses consœurs à Qanoubine. Avec elle, nous découvrons des monastères, des grottes, des petites chapelles où s’épanouit la vie spirituelle des Maronites.



http://www.lejourduseigneur.com/Replay/Dimanche-dernier/Liban-La-vallee-des-reconciliations




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
RAMOSI

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 14330
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

A la rencontre des Eglises premières Empty
MessageSujet: Re: A la rencontre des Eglises premières   A la rencontre des Eglises premières Icon_minipostedJeu 26 Déc 2013, 7:29 pm




L'église maronite est de toutes les églises orientales la seule qui soit entièrement catholique. Elle se rattache à la tradition de l'église syriaque d'Antioche.
Récit de sa fondation au 4e siècle par saint Maron, de son développement au cours des siècles en Terre Sainte et de ses relations avec Rome.


http://www.lejourduseigneur.com/Web-TV/Evenements/Avent/Nos-freres-chretiens-d-Orient/L-eglise-maronite/(language)/fre-FR





Revenir en haut Aller en bas
 

A la rencontre des Eglises premières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: C H R I S T I A N I S M E :: Dialogue Oecuménique et autres religions ( SECTIONS ENSEIGNEMENTS ) :: Le Christianisme-