*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 Les Trois-Epis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gilles
Membre_Actif
avatar

Date d'inscription : 07/10/2010
Masculin
Messages : 11153
Pays : canada
R E L I G I O N : Catholique

MessageSujet: Les Trois-Epis   Ven 05 Aoû 2011, 12:53 pm

Les Trois-Epis

Sur la montagne, au-dessus du bourg moyenâgeux de Turckheim, à quelques lieues de Colmar, subsiste depuis des siècles le pèlerinage de N.-D.-des-Trois-Epis, un des plus populaires que l'Alsace ait connus.
Sur la foi de documents historiques et authentiques, il convient - en manière de préambule - de tracer brièvement ici les péripéties qui illustrèrent ce légendaire pèlerinage.
Les archives du village d'Orbey - toujours conservées au musée de Colmar - relatent, en leurs feuillets parcheminés et patinés par les siècles, le fervent récit de l'apparition de la Vierge que fit à un moine de l'époque celui qui, en 1491, assista au miracle : le forgeron Thierry Schoéré, du village d'Orbey, proche d'Ammerschwihr.
En ce temps-là, les scribes de la chronique de Thann notaient tous événements qui pouvaient se passer dans les cités alsaciennes : qu'ils fussent matériels ou spirituels.
Avec ses fermoirs et coins de cuivre doré, il est encore à l'abbaye d'Orbey un vieux livre manuscrit et enluminé, datant de 1656. 11 a pour titre : " Le livre des miracles ".
I1 retrace l'origine des trois-Epis et décrit les miracles dus à la Vierge.
Donc, la vision qu'eut le forgeron Thierry Schoéré se passa en 1491 près du chêne séculaire, qu'on appela tout d'abord " Le chêne de l'homme mort ".
S'unissant à ceux d'Orbey, les habitants de Niedermorschwihr et d'Aummerschwihr édifièrent aussitôt, au pied même du vieux chêne, une petite chapelle en bois, à laquelle, finalement, on donna le nom de " La Chapelle de N.-D.-des-Trois-Epis. ".
Dans sa simplicité pleine de candeur, telle fut la véritable origine des " Trois-Epis ".
Bien qu'ils parlassent deux dialectes différents : le roman et l'alsacien, les habitants se mêlèrent fraternellement aux processions dont le but était commun : honorer la Mère de Dieu.
Puis; les pèlerinages allant s amplifiant, en 1493 on construisit une chapelle en pierre qui fut desservie et entretenue par un ermite.
Au XVIe siècle, le pèlerinage devint à ce point conséquent que l on dut agrandir la chapelle et bâtir maintes hostelleries pour loger les fervents pèlerins qui vinrent, parfois, des contrées les plus lointaines du. royaume de France.
La sainte image, primitivement placée. dans un petit coffret de bois fixé au fameux chêne de l'homme mort, ne résista point aux intempéries. Elle fut remplacée quelques années après par une " Pieta " magnifique statuette miraculeuse du XVe siècle.
Saccagée par les régiments impériaux pendant la guerre de trente ans, la chapelle pèlerinale fut reconstruite sur l'emplacement du chêne disparu et, bientôt, un couvent vint s'y adjoindre.
A travers les vicissitudes des guerres et des révoltes, l’ouragan de la nature ou des passions humaines n'a anéanti l'humble temple de la foi où tant de gens viennent toujours méditer et chercher la paix.
Bien que restaurées, les vieilles pierres de la chapelle ont gardé leur haute signification et, dans le décor grandiose des cimes où les sapins frémissent dans le vent, elles continuent à s'imposer à la contemplation des hommes.
Voici donc l'histoire miraculeuse de Thierry Schoéré, le forgeron d'Orbey.
A la fin avril de l'an de grâce 1491, un pauvre hère des environs de Colmar cheminait à travers bois à la recherche de certaines plantes médicinales, dont la vente aux apothicaires de la région constituait ordinairement l'unique et maigre ressource.
L'homme n'était point jeune et, l'escalade des pente sylvestres l'ayant quelque peu fatigué, il s'arrêta près d'un monticule rocailleux, posa à terre sa besace et sa faucille et s'adossa à un chêne majestueusement installé au bord d'un chemin creux.
Dans ce site reposant, bien qu'il le connut parfaitement, l'homme contemplait le magnifique panorama qui s'offrait à lui : là-bas, la vallée de Munster resplendissait aux premières lueurs de l'aube et les cimes lointaines se fondaient délicatement avec l'horizon rose et vaporeux.
Bien reposé, goûtant la joie de vivre dans la radieuse nature, notre homme s apprêtait à repartir lorsqu'il poussa soudainement un cri de douleur et porta vivement la main à sa jambe : c'était une vipère qui venait de le mordre cruellement.
Ne sachant comment atténuer ses souffrances, le pauvre homme se traîna lamentablement dans le sentier et appela vainement à l'aide.
Mais, hélas, l'endroit était désert et le pauvre diable, terrassé par la fièvre et le mal qui empirait, s'affaissa sans connaissance au pied du chêne.
Revenir en haut Aller en bas
Gilles
Membre_Actif
avatar

Date d'inscription : 07/10/2010
Masculin
Messages : 11153
Pays : canada
R E L I G I O N : Catholique

MessageSujet: Re: Les Trois-Epis   Dim 07 Aoû 2011, 1:47 pm

Trois Epis (Haut- Rhin)

Origine * :

Le 3 mai 1491, c'est jour de marché à Niedermorschwihr, et Thierry Schoeré, venu acheter du grain, ne parvient pas à soulever le sac ! Un attroupement se forme et l'étonnement est à son comble quand il se met à implorer le pardon du Ciel : un certain respect humain, confesse-t-il, l'a empêché de révéler le message dont il a été chargé en cours de route.



En effet, vers dix heures du matin, au lieu-dit « Habtal », comme le veut la coutume, il s'arrête prier au pied d'un chêne auquel est attaché un crucifix, en souvenir d'un homme mort à cet endroit, accidentellement.



Soudain, il aperçoit une lumière éclatante au centre de laquelle il distingue la Vierge, vêtue de blanc, tenant trois épis de blé montés sur une seule tige dans la main droite et dans l'autre un glaçon.

Le glaçon, dit-elle, représentait les misères qui s'abattraient sur la région si les habitants ne consentaient pas à expier leurs péchés et à se convertir. Les épis annonçaient les bénédictions que Dieu était prêt à répandre sur ceux qui changeraient de vie et se tourneraient vers Lui. Une fois arrivé au marché, Thierry Schoeré devait faire connaître à tous cet appel à la conversion.



D'abord il n'a pas osé parler. Il a fallu, pour le décider, un sac impossible à soulever.



Signification biblique:

Dans la Bible, la souffrance est souvent la conséquence du péché, ou bien elle est un avertissement de Dieu pour changer de route, c’est ce que nous lisons par exemple :

« Aussi, moi je vous ai refusé la pluie, … deux, trois villes allaient en titubant vers une autre pour boire de l’eau sans pouvoir se désaltérer ; et vous n’êtes pas revenus à moi! Oracle du Seigneur. … vos figuiers et vos oliviers, la sauterelle les a dévorés ; et vous n’êtes par revenus à moi ! »

(Amos 4,7-9)





Ceci dit, la souffrance n’est pas toujours liée au péché, par exemple :

- Job était innocent alors qu’il avait tout perdu,

- ou encore, le serviteur souffrant (Isaïe 42-53) a beaucoup souffert, mais il offrait sa vie pour la multitude.



Développement du pèlerinage * :

Dès l'été 1491, une chapelle en bois est édifiée, puis une autre plus vaste en 1493, consacrée en 1495.

De la même époque date la petite statue haute de quarante centimètres et qui trône sur le maître autel : une Pietà en terre cuite, appelée familièrement "le petit vieu image miraculeu".

Des très nombreux miracles sont allégués.



En 1636, le sanctuaire est détruit par des soldats protestants, puis reconstruit dès 1640. En 1661, ce sont les Antonins qui tiennent le sanctuaire, puis, en 1779, les capucins, ensuite, à partir de 1824, ce sont les Rédemptoristes, en 1842, les pères du Précieux sang, et après la première guerre mondiale, les Rédemptoristes reviennent.



En 1922, une grande statue du Christ les bras ouverts, haute de 17m, est réalisée au sommet de la montagne des Trois Epis.



Le 3 mars 1952 est instaurée l'adoration perpétuelle féminine, pendant le jour.



En 1967 est construite l'église de l'Annonciation.



Actualité du pèlerinage * :

Le message est très actuel :

Le glaçon de l'indifférence et de l'insensibilité qui nous habite n'est-il pas synonyme de manque d'amour ? Et le manque d'amour n'est-il pas à l'origine de tant de maux qui accablent le monde ? Celui qui se convertit, qui choisit les épis, décide de laisser l'amour de Dieu illuminer sa vie et la féconder.



Revenir en haut Aller en bas
 

Les Trois-Epis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une minute avec Marie?: L'apparition de Notre-Dame des Trois Epis (I)
» priere viens lumiere
» L'apparition de Notre-Dame des Trois Epis
» Notre Dame des trois fontaines
» Trois espèces de fougères.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: * * * Le Danger des sectes * * * :: Vrais prophètes & vraies prophéties ?-