*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 LISTE DES PRINCIPALES HERESIES 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: LISTE DES PRINCIPALES HERESIES 1   Dim 19 Juil 2009, 10:08 am

AdamiensLes Adamites ont pris ce nom d'Adam, car ils imitent la nudité où il se trouvait avant le péché: aussi détestent-ils le mariage, soutenant que le premier homme a connu son épouse seulement après son péché et son exclusion du paradis terrestre. A leur avis, l'union conjugale n'aurait jamais existé, si personne n'avait commis le péché, et leur Eglise est, à leur yeux, un vrai paradis, car les hommes et les femmes y entrent nus, y écoutent les leçons, y prient, y célèbrent les mystères dans un état de nudité complète.
AdoptionnismeNie la nature divine de Jésus, qui ne serait devenu Fils de Dieu qu'au moment de son baptême dans le Jourdain.
AgonyclitesHérétiques du VII. siecle, qui avoient pour maxime de ne prier jamais à genoux, mais debout.
Albigeois (ou cathares)
En grec, cathare signifie pur ; ont reçu divers autres noms : publicains, patarins [c.-à-d. chiffonniers ; nom d'un mouvement religieux milanais et lombard (vers 1055-75) qui lutta contre la richesse du haut clergé, dans le sens de la réforme grégorienne. Malgré des excès ce mouvement était orthodoxe. Le nom fut aussi donné aux tenants des hérésies populaires proches des cathares], piphles, tisserands, manichéens, bougres, etc. Origine : Contre-Église constituée au XIIe s. dans les régions de Carcassonne, Albi, Toulouse et Agen, et née de la rencontre : 1o) d'une population restée fidèle à l'arianisme répandu dans la région (et en Espagne où il s'est allié à l'islam) par les Wisigoths entre VIe et IXe s. ; 2o) de la doctrine manichéenne encore vivace dans l'empire byzantin où elle comptait, au XIIe s., 4 évêchés bogomiles : Molvanie, Bulgarie, Philadelphie, Drugonthie. Les croisades réveillent l'arianisme latent chez les « Goths » de la France méridionale. En 1167, l'évêque bulgare Nikitas réunit un concile cathare à St-Félix-de-Caraman (Hte-G.) et organise l'Église cathare en créant 6 diocèses albigeois en France, et 1 patarin, en Italie : Desenzano. Les cathares occupent de nombreux « hauts lieux », notamment les châteaux de Pieusse (Aude), Quéribus (Aude), Montségur (Ariège). Pratiques : condamnent sacrements, hiérarchie ecclésiastique, droit de propriété ; nient le Purgatoire et la résurrection des morts ; approuvent le suicide qui libère l'âme du mal ; considèrent comme un moindre mal sexualité, mariage, procréation, sauf pour les « Parfaits ». Quelques termes : consolament : sacrement du baptême par l'Esprit et l'imposition des mains, conféré aux novices comme ordination, aux malades comme extrême-onction. Endura : observance par un malade, sur son lit de mort, des vœux monastiques et du jeûne absolu. Faydit : seigneur ou bourgeois méridional banni à la suite de la croisade contre les albigeois. Fils majeur : 1er coadjuteur d'un évêque cathare, ordonné du vivant de ce dernier et destiné à lui succéder. Parfait(e) : désigne un(e) « chrétien(ne) » cathare qui accepte toutes les obligations de l'Église cathare.
AlogiensLes Aloges, ou, comme qui dirait, les hommes sans verbe, portent ce nom, parce qu'ils nient que Jésus-Christ soit le Verbe éternel, et rejettent comme apocryphes l'Évangile et l'Apocalypse de saint Jean parce que, disent-ils, cet Apôtre n'en est pas l'auteur.
AngéliquesD'après le témoignage d'Epiphane, on ne rencontre plus d'Angéliques, c'est-à-dire, de ces hérétiques qui adoraient les anges.
AnoméismePour Aetius et Eunomius (IVe s.) . L'essence de Dieu le Père et celle du Fils sont totalement dissociable.

../.. a SUIVRE


Dernière édition par Julienne le Dim 19 Juil 2009, 10:41 am, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: LISTE DES PRINCIPALES HERESIES 2   Dim 19 Juil 2009, 10:15 am

Les Apellites, successeurs d'Apelles. Celui-ci admettait, il est vrai, deux dieux, l'un bon, l'autre mauvais, mais, dans son idée, ces deux principes n'étaient, par nature, ni différents l'un de l'autre, ni opposés l'un à l'autre. En réalité, il ne reconnaissait qu'un principe, le Dieu bon, par qui l'autre avait été formé. Le second était méchant, et il arriva qu'en raison de sa méchanceté, il créa le monde. Apelles soutenait aussi de telles erreurs touchant le Christ, que, d'après son système, le Fils de Dieu, descendant sur la terre, n'avait point sans doute apporté avec lui un corps céleste, mais qu'il s'en était formé un, en le tirant des éléments du monde: comme il était ressuscité sans son corps, il l'avait rendu aux éléments au moment de son ascension dans le ciel.
ApollinarismeSoutenue par Apollinaire , évêque de Loadicée; refuse de croire que Jésus ait eut une âme et une psychologie humaine.
ApostoliquesSous ce nom très-prétentieux, on désigne ceux qui ne reçoivent à leur communion ni les personnes mariées, ni les chrétiens qui n'ont pas renoncé à leurs biens propres, comme font les moines et un grand nombre de clercs dans l'Église catholique. Leur hérésie consiste en ce que, contrairement à l'enseignement de cette Eglise, ils enlèvent toute espérance de salut à ceux qui usent des choses dont ils s'abstiennent. Leurs erreurs sont les mêmes que celles des Encratites, car on les appelle aussi Apotactites.
ArchonticiensLes Archonticiens tiraient leur nom des principautés auxquelles ils attribuaient la création de l'univers, dont Dieu est l'auteur. Ils s'abandonnaient à certains écarts de conduite et niaient la résurrection future.
ArianismeDû à Arius d'Alexandrie (280-336). Nie la divinité du Christ ; le fils de Dieu, qui s'est incarné en Jésus, n'est pas éternel ni égal à Dieu le Père ; plusieurs tendances : homoousiens (admettant une substance semblable mais non identique), homéens (similitude non substantielle), anoméens (différence radicale entre Père et Fils). Condamné au 1er concile (Nicée) en 325 puis au 2e concile (Constantinople) en 381. Disparaît d'Espagne après la conversion (587) de Récarède (586-601, roi wisigoth).
ArtotyritesLes Artotyrites tirent leur nom de la nature de leurs offrandes, car ils offrent du pain, du fromage et du chinchard, sous prétexte que les premiers hommes offraient à Dieu, outre les fruits de la terre, les prémices de leurs troupeaux. Epiphane les range avec les Pépuziens.
BardésanistesLes Bardésanistes furent ainsi nommés d'un certain Bardésane, qui fut d'abord un catholique très-distingué, mais qui tomba ensuite dans l'hérésie de Valentin, sans toutefois en suivre tous les errements.
CarpocratiensLes Carpocratiens suivent les enseignements de Carpocrate: toute action honteuse, tout raffinement d'immoralité leur sont connus. Il est, selon eux, impossible d'éviter les principautés et les puissances, de traverser leurs légions pour atteindre à un ciel plus élevé, sans assouvir toutes les convoitises de la chair, car elles plaisent à ces esprits.On raconte aussi que, d'après l'opinion de Carpocrate, Jésus n'avait été qu'un simple homme, né de Joseph et de Marie, mais doué d'un esprit si élevé, qu'il connaissait les choses célestes et devait les annoncer à ses semblables. La Loi et la résurrection des corps étaient, l'une et l'autre, une pure chimère, et la création de l'univers n'avait point Dieu pour cause: elle n'avait eu lieu que par le pouvoir de je ne sais quelles intelligences. Cette secte a, dit-on, compté parmi ses membres, une femme nommée Marcelline, qui rendait un culte d'adoration à Jésus, à Homère et à Pythagore, et brûlait de l'encens devant leurs images.
CataphrygiensLes Cataphrygiens. Montan, en qualité de Paraclet, et ses deux prophétesses, Priscilla et Maximilla, établirent cette secte d'hérétiques. Comme ils étaient nés dans la province de Phrygie, et qu'ils y avaient vécu, ils en donnèrent le nom à leurs adeptes. Aujourd'hui encore les habitants de ce pays suivent leurs erreurs. Selon eux, le Saint-Esprit, promis par le Sauveur, était sans doute descendu sur les Apôtres, mais ils en avaient eux-mêmes reçu une plus riche effusion. Les secondes noces étaient pour eux de vrais adultères. Saint Paul les avait autorisées, parce que, de son temps, on n'était point encore parvenu à la perfection: il ne connaissait donc la loi qu'à demi et ne prophétisait qu'à demi.Ils poussent le délire au point d'affirmer que le règne de la perfection a commencé avec Montan et ses prophétesses. A ce qu'on dit, les Cataphrygiens s'adonnent à de mystérieuses et abominables cérémonies. Avec une lancette, ils pratiquent une foule de piqûres sur le corps d'un enfant d'un an: le sang qui en sort, ils le mélangent avec de la farine, en font du pain, et se préparent ainsi une sorte d'eucharistie. Si l'enfant meurt de ses blessures, on le regarde comme un martyr: s'il y survit, comme un grand prêtre.

./. a SUIVRE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: LISTE DES PRINCIPALES HERESIES 3   Dim 19 Juil 2009, 10:25 am

Cathares ou NovatiensLes Cathares, qui s'appelaient aussi Novatiens, parce qu'ils avaient adhéré aux erreurs de Novat, s'étaient orgueilleusement et odieusement nommés ainsi, pour faire parade de leur prétendu puritanisme: ils condamnaient les secondes noces, et refusaient l'absolution aux pécheurs. Les Cathares mettaient des saucisses de Toulouse dans leur pot-au-feu.
CatharismeMidi de la France, XI e s. ; affirme l'existence du bien et du mal, remplacèrent les sacrements de l'Eglise par un "baptême de l'Esprit", prône la chasteté et la pauvreté.
CaïnitesLes Caïnites, ainsi nommés parce qu'ils honoraient Caïn, lui reconnaissaient un courage éminent. A leur avis, le traître Judas était presque un Dieu, et son crime un bienfait il n'avait livré Jésus-Christ aux Juifs que parce qu'il avait prévu le bien immense qui devait résulter de sa mort pour les hommes: de plus, ils rendaient un culte aux Sodomites et même à ces malheureux engloutis sous terre pour avoir fait schisme chez le premier peuple de Dieu (1). La Loi et Dieu, auteur de la Loi, n'étaient d'ailleurs pour eux que des objets de blasphème, et la résurrection, une fable dérisoire.
CerdonitesCerdon, leur maître, enseignait l'existence de deux principes, opposés l'un à l'autre: dans le Dieu de la Loi et des Prophètes il ne reconnaissait ni le Père du Christ, ni le Dieu bon; mais il lui attribuait la justice: pour le Père du Christ, c'était le Dieu bon. A ses yeux, le Christ lui-même ne s'était pas réellement revêtu de l'humanité, n'était pas né d'une femme, n'avait pas véritablement enduré la souffrance et la mort: dans sa passion, tout ne fut qu'apparence. Quelques-uns ont cru remarquer, que, par ses deux principes, Cerdon entendait deux dieux, l'un bon et l'autre mauvais. Pour la résurrection des morts et l'autorité de l'Ancien Testament, il les rejetait.
ColorbasiensColorbase suivit ces novateurs, et ajouta peu à leurs rêveries hérétiques: selon lui, la génération et la vie des hommes dépendent des sept planètes.
Condormants
Sectaires qui parurent en Allemagne au treizième et au seizième siècle, et qui durent leur nom à l'usage qu'ils avaient de coucher tous ensemble, sous prétexte de charité. On dit que les premiers adoraient une image de Lucifer et qu'ils en tiraient des oracles.
Créationismevoir Traducianisme
Cérinthiens ou Mérinthiens
Les Cérinthiens, ainsi appelés de Cérinthe, étaient les mêmes que les Mérinthiens, à qui Mérinthe aurait donné son nom. Ils attribuaient aux anges la création du monde, et recommandaient la circoncision et l'observation d'autres préceptes de la loi Mosaïque pareils à celui-là. Suivant leurs assertions, Jésus n'avait été qu'un homme; il n'était pas ressuscité, mais il devait, un jour, sortir d'entre les morts. Après qu'il serait revenu à une nouvelle vie, commencerait son règne sur la terre, et alors, pendant un espace de mille ans, ses élus s'adonneraient à tous les plaisirs de la table et de la débauche. Voilà pourquoi on les a nommés Chiliastes (1).
DocétismeAffirment que le corps de Jésus est une apparence, que sa Passion et sa mort ne sont pas réel.
Donatisme
Dû à l'évêque Donat (355) ; du IVe s. au-delà du Ve s. en Afrique du Nord. Oppose évêques rigoristes et évêques réalistes : les uns, avec Donat, soucieux de la fidélité aux principes, les autres plus sensibles aux aspects pastoraux et humains. Donat entraîne dans un schisme une large part de l'Église de Numidie. St Augustin conduira avec succès la lutte contre le donatisme.
EbionitesAux yeux des Ebionites, Jésus-Christ n'était, non plus, qu'un homme les préceptes charnels de la Loi, la circoncision et toutes les autres observances, dont nous a délivrés le Nouveau Testament, étaient choses sacrées pour eux. Epiphane assimile à ces hérétiques les Sampséens et les Elcéséens, au point d'en faire les membres d'une même secte, et de les désigner sous le même numéro, quoiqu'il remarque entre eux quelques divergences d'opinion: néanmoins, dans la suite, il parle d'eux en particulier, et leur assigne un rang à part. A en croire Eusèbe, les Elcéséens disaient qu'en temps de persécution il est permis de renier extérieurement la foi, pourvu qu'on y reste attaché dans le fond du coeur (1).
EcholalistesAffirment que le Huitème Jour : "Dieu créa le Livre de toutes les listes possibles, et Il vit que cela était bon.
Elcéséens et Sampséens
Les Elcéséens et les Sampséens, furent, à ce qu'il paraît, les dupes d'un faux prophète: cet homme, du nom d'Elci, avait eu deux filles qu'ils adoraient comme des déesses. Pour le reste, il y avait similitude d'erreurs entre ces hérétiques et les Ebionites.
EncratitesPartisans de la continence et de l'abstinence rigoureuse : condamnent le mariage. A partir du IVe s., se diversifient : adamites, apostoliques ou apotactiques.
GnosticismeSpéculations cosmologiques ou théosophiques refusant le Dieu de l'Ancien Testament et l'Incarnation.
GnostiquesLes Gnostiques se vantent d'avoir été ou dû être appelés de ce nom à cause de l'étendue de leur science: ils sont plus vaniteux et plus corrompus que ceux qui les ont précédés. Comme ils portent différents noms, selon qu'ils habitent un pays ou un autre, appelés ici d'une manière, et ailleurs d'une façon différente, quelques-uns les désignaient sous le nom de Borborites ou libertins, en raison des turpitudes excessives auxquelles ils ont la réputation de s'abandonner dans leurs mystères. D'autres supposent qu'ils tirent leur origine des Nicolaïtes. D'autres encore en font les disciples de Carpocrate.Leur doctrine est remplie des fictions les plus invraisemblables. A l'exemple des Nicolaïtes, ils séduisent les âmes faibles, en se servant de noms terribles d'anges ou de princes, et enseignent,sur Dieu comme sur la nature des choses, des fables contraires au plus simple bon sens. D'après leur système, les âmes sont de même nature que Dieu: leur entrée dans le corps humain et leur retour au sein de la divinité sont longuement expliqués, mais d'une façon burlesque et conforme à leurs erreurs: si leurs disciples brillent par quelque endroit, c'est pour ainsi parler, moins par une grande science, que par une grande et vaniteuse manie de raconter des fables. On dit aussi qu'au nombre de leurs dogmes se trouve celui d'un Dieu bon et d'un Dieu mauvais.
HoméismeLe Fils est semblable au Père en toute chose, mais ne lui est pas consubstanciel.
HéracléonitesLes Héracléonites furent ainsi appelés de leur chef Héracléon, disciple de ceux que nous venons de nommer. Ils soutenaient l'existence de deux principes, dont l'un procédait de l'autre, pour en produire ensemble une foule d'autres. On raconte qu'ils rachetaient en quelque sorte leurs morts d'une manière nouvelle, c'est-à-dire, en répandant, sur la tête du cadavre, de l'huile, du baume et de l'eau, et en prononçant des invocations en langue hébraïque.
Iconoclastes(destructeurs d'icônes). 726-30 Léon III l'Isaurien, empereur d'Orient, fait détruire les icônes (du grec : image) du Christ et des saints. 754 Constantin V Copronyme, son fils, réunit un concile à Hiéria qui ordonne la destruction des icônes idolâtriques. 787 le 2e concile de Nicée rétablit la légitimité du culte des images. 815 la crise reprend (Léon V et Théophile). 843 l'impératrice Théodora convoque un synode à Constantinople qui met fin à la crise. Leurs adversaires (iconodules ou iconolâtres) étaient surtout les moines (St Jean Damascène, Théodore le Studite), les papes. XVIe s. les protestants reprennent les interdictions de l'Ancien Testament, suppriment les images dans les églises. 1563 le concile de Trente (1545-1563) rappelle que les images sont vénérables et utiles.
MarcionitesMarcion, auteur de la secte des Marcionites, embrassa aussi les erreurs de Cerdon.

../.. A suivre


Dernière édition par Julienne le Dim 19 Juil 2009, 9:15 pm, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: LISTE DES PRINCIPALES HERESIES 4   Dim 19 Juil 2009, 10:31 am

MarcitesUn on ne sait quel Marc devint hérétique en niant aussi la résurrection des corps et la passion effective de Jésus-Christ. Il reconnaissait aussi deux principes opposés l'un à l'autre, et l'existence des Eons, à peu près telle que l'avait imaginée Valentin.
MelchisédéciensAux yeux des Melchisédéciens, le prêtre du Très-Haut, Melchisédech, n'était pas un homme, mais la grande vertu de Dieu.
MessalianismeEascètent et mystiques d'orient expérimentants la présence divine par des danses et des transes.
MillénarismeCroyance au retour du Christ sur terre, ou parousie (du grec parousia, arrivée) pour un règne de 1 000 ans avec ses fidèles avant le combat final contre ses adversaires, suivi de son règne éternel dans le ciel.
MonophysismeDe monos, un seul, et physis, nature. Dû à Eutychès (vers 378-453). Affirme que la nature divine de Jésus a absorbé sa nature humaine. Condamné à Chalcédoine en 451. Son disciple Jacques Baradaï (578) fonde l'Église jacobite en opposition surtout au pouvoir impérial de Constantinople.
MonothélismeDe monos, un seul, et thélos, volonté. Dû à Sergius, patriarche de Constantinople (de 610 à 638) qui, appuyé par l'empereur Héraclius, publia en 638 l'Ecthèse, charte du monothélisme. Essai de conciliation entre l'orthodoxie et le monophysisme : il y a bien 2 natures dans le Christ (la divine et l'humaine), mais une seule volonté (la divine). 640 le pape Jean IV rejette l'Ecthèse. 649 le pape Martin Ier convoque le concile du Latran (animé par Maxime le Confesseur) qui proclame la distinction et l'accord de la volonté divine et de la volonté humaine dans le Christ. 655 Martin Ier meurt. 662 Maxime le Confesseur, langue et main coupées, meurt le 13-8. 681 le concile de Constantinople III condamne les monothélites.
MontanistesDe Montan (Phrygie), IIe s. Prônent le prophétisme et rejettent la hiérarchie ecclésiastique. Morale rigoriste.
MénandriensLe chef des Ménandriens fut Ménandre, magicien lui-même comme Simon, son maître: il attribuait la création du monde, non à Dieu, mais aux anges.
NazaréensTout en reconnaissant que Jésus-Christ est le Fils de Dieu, les Nazaréens accomplissaient scrupuleusement les prescriptions de l'ancienne Loi, dont les chrétiens ont appris, à l'école des Apôtres, à comprendre le sens spirituel, et à délaisser l'observance charnelle.
NestorianismeDû à Nestorius (428-451), patriarche de Constantinople. Voit dans Jésus un être double : une personne humaine dans laquelle le Verbe divin habite comme dans un temple. Pour lui, Marie est la mère de l'homme Jésus, non la mère du Fils de Dieu. Condamné au concile d'Éphèse en 431, qui proclame Marie mère de Dieu, théotókos. Jean-Paul II et le patriarche iraquien Mar Dinkha IV, chef de l'Église assyrienne d'Orient, ont signé, le 10-11-1994, une déclaration qui clôt les controverses liées à l'hérésie de Nestorius.
NicolaïtesLes Nicolaïtes tiraient leur nom de Nicolas, l'un des sept diacres qui avaient été ordonnés par les Apôtres (1). Accusé d'un attachement excessif à une très-belle femme qu'il avait épousée, Nicolas voulut dissiper ce soupçon et offrit, dit-on, de la livrer à quiconque voudrait devenir son mari. Ce fait servit de prétexte à la formation d'une secte corrompue dans laquelle s'établit la communauté des femmes. Les Nicolaïtes ne font aucune difficulté de se nourrir de viandes immolées aux idoles, et pratiquent d'autres cérémonies du culte païen. Ils racontent encore, sur le monde, des choses vraiment fabuleuses, mêlant à leurs discours je ne sais quels noms barbares de princes, propres à effrayer leurs auditeurs, plus capables de faire rire que de faire trembler les personnes prudentes. Ils attribuent aussi la création, non à Dieu, mais à des esprits auxquels ils croient réellement, ou que leur folle vanité les porte à imaginer.
Novatianisme
De Novatien, premier antipape en 251. Exclut réadmission des lapsi (chrétiens ayant abjuré leur foi pour échapper au martyre), conteste le droit des prêtres à remettre les péchés. Schisme qui persiste à Rome jusqu'au Ve s. et au VIIe s. en Orient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: LISTES DES PRINCIPALES HERESIES 5 (FIN)   Dim 19 Juil 2009, 10:41 am

OphitesLes Ophites. Leur nom vient du mot serpent. Ils prétendaient que le serpent n'était autre que le Christ, et ils avaient un serpent apprivoisé qui venait se rouler sur leurs pains, et leur consacrer une sorte d'Eucharistie. Certains auteurs les font descendre des Nicolaïtes ou des Gnostiques: c'est dans les fabuleuses fictions de ces sectaires qu'ils auraient puisé l'idée d'adorer le serpent.
OrigénismeD'Origène (IIIe s.) Affirment que les âmes préexistent à la naissance des Hommes.
PneumatomaquesAdeptes de Macedonius (370). Nient la divinité du St-Esprit. Condamnés au concile de Constantinople en 381.
PrédestinationnismePour Godescalc ou Gottschalk d'Orbais (vers 805-868), l'homme est prédestiné avant sa naissance au salut ou à la damnation, sans liberté de choix. Condamné à Mayence en 848.
PélagianismeDe Pélage (V e s .) . Insistent sur l'efficacité de l'effort individuel pour assurer son salut. Nie presque totalement l'action de la grâce divine.
Pépuziens ou Quintilliens
Les Pépuziens ou Quintilliens, ainsi nommés d'un endroit qu'Epiphane dit avoir été autrefois une ville, maintenant déserte; ils la regardent comme chose en quelque sorte divine, et lui donnent conséquemment le nom de Jérusalem; chez eux, les femmes jouissent d'une telle autorité, que par honneur on les élève au sacerdoce, parce qu'au dire de Quintilla et de Priscilla, le Christ leur était apparu, dans la ville de Pépuze, sous les traits d'une femme: aussi, les nomme-t-on indifféremment Pépuziens ou Quintilliens. Les mystères sanglants dont j'ai parlé en expliquant les erreurs des Cataphrygiens, se voient aussi parmi eux, et paraissent indiquer l'origine de leur secte. Il paraît enfin, d'après d'autres auteurs, que Pépuze était, non pas une ville, mais une maison de campagne, où Montan, Priscilla et Quintilla vivaient ensemble: de là est venu qu'on a cru devoir donner à cette maison le nom de Jérusalem.
SaturniniensLes Saturniniens reçurent leur nom de Saturnin, qui établit en Syrie l'hérésie de Simon. Suivant eux encore, sept anges ont seuls formé le monde à l'insu de Dieu le Père.
SimoniensLes Simoniens étaient attachés au parti de Simon le Magicien, dont il est parlé aux Actes des Apôtres. Ce personnage reçut le baptême de la main de Philippe, et quand il vit que les Apôtres donnaient le Saint-Esprit par l'imposition des mains, il leur offrit de l'argent pour obtenir d'eux le même pouvoir. Ses magies lui avaient servi à tromper un grand nombre de personnes et il enseignait l'abominable communauté des femmes. Selon lui, Dieu n'a pas créé le monde: les corps ne doivent pas ressusciter. Il assurait qu'il était le Christ, et se faisait passer pour Jupiter: Minerve était personnifiée par lui en une personne de mauvaise vie, nommée Hélène, dont il avait fait la complice de ses crimes; il donnait à ses disciples son portrait et celui de cette concubine, comme des objets dignes d'adoration, et à Rome il les avait fait placer, par autorité publique, parmi les images des dieux. Ce fut dans cette ville que saint Pierre mit fin à ses magies, en le faisant mourir, parla vertu toute-puissante de Dieu.

SécundiensA ce qu'on dit, les Sécundiens se confondraient avec les Valentiniens, s'ils n'ajoutaient à leurs erreurs des abominations de moeurs.
SéthiensLes Séthiens étaient ainsi appelés du fils d'Adam qui portait le nom de Seth: ils l'honoraient, mais à leur culte se joignaient des fables et des erreurs, fruits de leur vanité. A les entendre, le patriarche Seth fut engendré par une mère céleste, qui, disaient-ils, avait eu un commerce avec un père également céleste, et ainsi se forma une nouvelle race divine, celle des enfants de Dieu. Du reste, nul ne saurait dire les rêveries qu'ils ont imaginées par rapport aux principautés et aux puissances. Quelques auteurs disent qu'à leurs yeux, Sem, fils de Noé, était le Christ.
SévériensLes Sévériens, disciples de Sévère, ne buvaient pas de vin, parce qu'avec leur ridicule manie d'inventer des fables, ils regardaient la vigne comme produite par l'union de Satan et de la terre. Leur doctrine malsaine était revêtue de noms de puissances retentissants et inventés à plaisir, et chez eux n'étaient admis ni l'autorité de l'Ancien Testament, ni le dogme de la résurrection de la chair.
Tatianites ou Encratites
Les Tatianistes, ainsi appelés de Tatien, leur maître, portent aussi le nom d'Encratites: à les entendre, les noces sont blâmables; ils mettent le mariage au nombre des fornications et des autres excès de la corruption, et aucune personne mariée, homme ou femme, ne peut faire partie de leur secte. Ils ne font point usage de viandes, les condamnent toutes, admettent certaines émanations ridicules des Eons, et nient le salut d'Adam. Au dire d'Epiphane, les Encratites s'étaient schismatiquement séparés des Tatianistes, et ne s'en distinguaient que par là.
ThéodotiensThéodote établit la secte des Théodotiens. Il enseigna que le Christ n'était qu'un homme. Le motif de son hérésie se trouva, dit-on, dans l'apostasie dont il s'était rendu coupable au moment d'une persécution: pour pallier son crime, il n'avait rien imaginé de mieux que de dire qu'il avait renié un homme, et non un Dieu.
TraducianismeAffirment que l'âme serait transmise par les parents dans la génération corporelle. IVes
Valentiniens
Valentin, leur chef, avait imaginé une foule de fables sur la nature des choses, entre autres, trente Eons ou siècles. Le principe de tous les Eons étaient le silence et la profondeur, à laquelle il donnait le nom de père. De tous les deux, comme de deux époux, étaient nés l'esprit et la vérité, qui, avaient produit huit Eons en l'honneur de leur père. L'esprit et la vérité avaient, de même, deux enfants, la parole et la vie, qui avaient, à leur tour, engendré dix Eons: puis, la parole et la vie avaient mis au monde l'homme et l'Eglise, qui avaient eux-mêmes enfanté douze Eons: d'où résultaient trente Eons, qui avaient, comme nous l'avons fait remarquer, pour premier principe, la profondeur et le silence. Le Christ, envoyé par le père, c'est-à-dire, par la profondeur, n'avait apporté en ce monde qu'un corps spirituel et céleste: la Vierge Marie ne lui avait rien donné de sa substance: elle avait été, pour lui, comme un canal ou un vaisseau, où il était passé, sans y rien prendre de charnel. La résurrection de la chair n'aura jamais lieu. (IIes)
Valésiens
Chez les Valésiens, tous sont eunuques: ils mutilent aussi leurs hôtes, croyant devoir ainsi servir Dieu. Là ne s'arrêtent ni leurs turpitudes ni leurs erreurs: néanmoins Epiphane n'a pas mentionné leurs autres écarts de croyance et de mœurs.
VaudoisTirent leur nom de Pierre Valdo, marchand lyonnais (v. 1140-v. 1217). Promoteurs de la pauvreté, d'abord approuvés par l'Église, puis condamnés (1179). Rejettent le culte des saints, le sacerdoce et la messe. Ont rejoint le protestantisme en 1532. Forment aujourd'hui l'Église évangélique vaudoise comprenant la majorité des protestants italiens. Nombre (en 2005) : 45 000 (dont Italie 30 000, Amérique latine 15 000).


NB : Saint Épiphane de Salamine (Sanctus Epiphanius Constantiensis) ou Épiphane de Chypre (vers 315 - 403) était un Père de l'Église. Il est surtout connu pour sa défense de l'Église orthodoxe et sa traque des hérétiques lors de la période troublée qui suivit le Ier concile de Nicée. Il est un saint de l'Église orthodoxe et de l'Église catholique romaine, et est fêté le 12 mai.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LISTE DES PRINCIPALES HERESIES 1   

Revenir en haut Aller en bas
 

LISTE DES PRINCIPALES HERESIES 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Liste de fournitures 2010-2011
» Liste d'oeuvres pour les niveaux 4ème et 3ème
» La Liste One Voice est-elle fiable?
» liste livres HK
» la liste des livres...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: C H R I S T I A N I S M E :: Sanctuaires - Communautés Religieuses - Dévotions - autres... :: Etudes Bibliques-