*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 Les États-Unis et Israël se retirent de l’Unesco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Les États-Unis et Israël se retirent de l’Unesco   Jeu 12 Oct 2017, 7:58 am

Les Etats-Unis et Israël quittent l’Unesco, accusée d’être « anti-israélienne »

Washington avait prévenu, début juillet, de son intention de réexaminer ses liens avec l’Unesco après sa décision d’inscrire la vieille ville de Hébron au patrimoine mondial.

Le Monde.fr avec AFP | 12.10.2017 à 15h17 • Mis à jour le 12.10.2017 à 20h40


Les Etats-Unis conserveront un statut d’observateur, selon le département d’Etat, à l’agence onusienne sise à Paris. PHILIPPE WOJAZER/REUTERS

Les Etats-Unis ont annoncé, jeudi 12 octobre, leur retrait de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), accusant l’institution d’être « anti-israélienne ».


Quelques heures après, Israël a également décidé de se retirer de l’Unesco, en raison du parti pris anti-israélien, selon lui, de l’organisation onusienne devenue un « théâtre de l’absurde ». Peu après l’annonce du retrait américain, l’Etat hébreu avait salué le début d’une « nouvelle ère aux Nations unies : celle où quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix ».


Washington conservera toutefois un statut d’observateur en lieu et place de leur représentation à l’agence onusienne sise à Paris, a précisé le département d’Etat américain. Le retrait ne sera effectif qu’à compter du 31 décembre 2018, conformément aux statuts de l’Unesco, a-t-il ajouté :

Citation :
« Cette décision n’a pas été prise à la légère, et reflète les inquiétudes des Etats-Unis concernant l’accumulation des arriérés à l’Unesco, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants. »

Arrêt du financement américain en 2011


Washington avait prévenu, début juillet, de son intention de réexaminer ses liens avec l’Unesco après sa décision de déclarer la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie occupée, « zone protégée » du patrimoine mondial. Cette décision, qualifiée d’« affront à l’histoire », « discrédite encore plus une agence onusienne déjà hautement discutable », avait alors déclaré l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley.

Les Etats-Unis, grand allié d’Israël, avaient déjà pris leurs distances avec l’Unesco. Ils avaient ainsi arrêté de participer à son financement en 2011 après que l’agence a admis la Palestine parmi ses Etats membres. Mais ils continuaient depuis à siéger au conseil exécutif de l’Unesco, composé de 58 membres.

Selon le département d’Etat, un statut d’observateur permettrait de continuer d’apporter la « vision » et « l’expertise » américaines « sur certains dossiers importants gérés par l’organisation », notamment « la protection du patrimoine mondial, la défense de la liberté de la presse » et la promotion des sciences et de l’éducation.

Regrets « profonds » de l’Unesco


La directrice générale de l’organisation, Irina Bokova, a réagi dans un communiqué, regrettant « profondément » la décision américaine, et se disant « convaincue » que ses missions répondent « aux préoccupations du peuple américain » :

Citation :
« L’universalité est essentielle à la mission de l’Unesco pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l’homme et de la dignité humaine. »

Une position partagée par la France, canditate à la tête de l’Unesco, qui « regrette » ce retrait américain « dans une période où le soutien de la communauté internationale à cette organisation est primordial » et estime que cette décision donne « une signification nouvelle » à sa candidature.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2017/10/12/les-etats-unis-se-retirent-de-l-unesco_5199987_3210.html#J1zezPHqxKi9RGIP.99
Revenir en haut Aller en bas
BenJoseph
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 08/01/2009
Masculin
Messages : 14446
Pays : Ile de France
R E L I G I O N : Chrétienne

MessageSujet: Re: Les États-Unis et Israël se retirent de l’Unesco   Ven 13 Oct 2017, 2:53 am

Capucine a écrit:
Les Etats-Unis et Israël quittent l’Unesco, accusée d’être « anti-israélienne »

Washington avait prévenu, début juillet, de son intention de réexaminer ses liens avec l’Unesco après sa décision d’inscrire la vieille ville de Hébron au patrimoine mondial.

Le Monde.fr avec AFP | 12.10.2017 à 15h17 • Mis à jour le 12.10.2017 à 20h40


Les Etats-Unis conserveront un statut d’observateur, selon le département d’Etat, à l’agence onusienne sise à Paris. PHILIPPE WOJAZER/REUTERS

Les Etats-Unis ont annoncé, jeudi 12 octobre, leur retrait de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), accusant l’institution d’être « anti-israélienne ».



Quelques heures après, Israël a également décidé de se retirer de l’Unesco, en raison du parti pris anti-israélien, selon lui, de l’organisation onusienne devenue un « théâtre de l’absurde ». Peu après l’annonce du retrait américain, l’Etat hébreu avait salué le début d’une « nouvelle ère aux Nations unies : celle où quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix ».


Washington conservera toutefois un statut d’observateur en lieu et place de leur représentation à l’agence onusienne sise à Paris, a précisé le département d’Etat américain. Le retrait ne sera effectif qu’à compter du 31 décembre 2018, conformément aux statuts de l’Unesco, a-t-il ajouté :

Citation :
« Cette décision n’a pas été prise à la légère, et reflète les inquiétudes des Etats-Unis concernant l’accumulation des arriérés à l’Unesco, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants. »

Arrêt du financement américain en 2011



Washington avait prévenu, début juillet, de son intention de réexaminer ses liens avec l’Unesco après sa décision de déclarer la vieille ville de Hébron, en Cisjordanie occupée, « zone protégée » du patrimoine mondial. Cette décision, qualifiée d’« affront à l’histoire », « discrédite encore plus une agence onusienne déjà hautement discutable », avait alors déclaré l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley.

Les Etats-Unis, grand allié d’Israël, avaient déjà pris leurs distances avec l’Unesco. Ils avaient ainsi arrêté de participer à son financement en 2011 après que l’agence a admis la Palestine parmi ses Etats membres. Mais ils continuaient depuis à siéger au conseil exécutif de l’Unesco, composé de 58 membres.

Selon le département d’Etat, un statut d’observateur permettrait de continuer d’apporter la « vision » et « l’expertise » américaines « sur certains dossiers importants gérés par l’organisation », notamment « la protection du patrimoine mondial, la défense de la liberté de la presse » et la promotion des sciences et de l’éducation.

Regrets « profonds » de l’Unesco



La directrice générale de l’organisation, Irina Bokova, a réagi dans un communiqué, regrettant « profondément » la décision américaine, et se disant « convaincue » que ses missions répondent « aux préoccupations du peuple américain » :

Citation :
« L’universalité est essentielle à la mission de l’Unesco pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l’homme et de la dignité humaine. »

Une position partagée par la France, canditate à la tête de l’Unesco, qui « regrette » ce retrait américain « dans une période où le soutien de la communauté internationale à cette organisation est primordial » et estime que cette décision donne « une signification nouvelle » à sa candidature.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2017/10/12/les-etats-unis-se-retirent-de-l-unesco_5199987_3210.html#J1zezPHqxKi9RGIP.99

Nouvelle appelation de l'UNESCO: UNESCRO Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Les États-Unis et Israël se retirent de l’Unesco   Ven 13 Oct 2017, 8:17 am

La Française Audrey Azoulay élue directrice générale de l'Unesco

AFP, publié le vendredi 13 octobre 2017 à 20h40
              

Audrey Azoulay, ancienne ministre française de la Culture, a été élue vendredi soir directrice générale de l'Unesco face au Qatari Hamad Al-Kawari, au terme d'une élection marquée par de multiples rebondissements, dont le retrait des Etats-Unis et d'Israël de cette agence internationale.

"Félicitations à Audrey Azoulay ! La France continuera à se battre pour la science, l'éducation et la culture dans le monde", a tweeté le président Emmanuel Macron.

Lors de l'ultime tour d'un scrutin très serré entamé lundi, les 58 membres du Conseil exécutif de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture, ont préféré la candidate Française au représentant qatari, par 30 voix contre 28.

Audrey Azoulay
a reçu le soutien de l'Egypte, dont la candidate avait été éliminée sur la dernière ligne droite.
Mais Le Caire a néanmoins demandé à l'Unesco, dont le siège se trouve dans la capitale française, "la vérification des violations détectées tout au long du processus électoral", selon un porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères.

Le candidat du Qatar, qui faisait la course en tête depuis le début malgré la résurgence de vieux soupçons d'antisémitisme relayés par le Centre Simon Wiesenthal Europe, ne faisait pas l'unanimité des pays arabes en délicatesse avec Doha.

En juin, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont en effet rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de l'Iran.

Ces quatre pays ont imposé un embargo au Qatar, qui a rejeté toutes les accusations à son encontre, y voyant une ingérence dans sa politique étrangère.

La bataille a cependant été âpre pour prendre le leadership d'une organisation déjà fragilisée par ses dissensions et ses difficultés économiques, et à laquelle les Etats-Unis et Israël avaient porté "un coup dur" avec l'annonce jeudi de leur départ, selon la directrice générale sortante de l'organisation, la Bulgare Irina Bokova.

Washington et Tel Aviv ont voulu ainsi exprimer leur exaspération face à une organisation qu'ils accusent d'être devenue anti-israélienne.

Les Etats-Unis avaient déjà suspendu leur contribution financière régulière il y a six ans.

- 'Politisation' -

C'est l'admission en 2011 de la Palestine au sein de l'Unesco qui avait entraîné cette interruption des versements de fonds, représentant près du quart du budget de l'agence, par Israël et les Etats-Unis.
Dès avant l'annonce de jeudi, François Chaubet, un professeur français d'histoire contemporaine, estimait d'ailleurs qu'"un des enjeux" de l'élection serait de "ramener les Etats-Unis dans les contributeurs". Partis une première fois en 1984, ils étaient revenus en 2002. 

"Pour honorer ses slogans nationalistes, Trump a choisi de faire le sacrifice de l'Unesco, c'était la décision qui coûtait le moins cher...", a commenté l'historien français Bertrand Badie.

"Si Donald Trump était partisan des institutions multilatérales, cela se saurait", a pour sa part relevé François Heisbourg, conseiller spécial de la Fondation de la recherche stratégique.

La décision américaine a néanmoins été une "triste nouvelle" ou un motif de "regret", voire de "déception", à Paris, à Moscou, dans les instances dirigeantes de l'ONU et de l'Unesco, mais aussi dans les milieux culturels et universitaires américains.

Pour Mme Bokova, "c'est l'universalité de l'organisation qui est en jeu". Et le multilatéralisme dans l'ADN de l'organisation, ajoute-t-on de sources diplomatiques.

Vendredi, Berlin a appelé de ses voeux à "une Unesco forte". Mais le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, a également rappelé que le gouvernement allemand "critiquait aussi depuis quelque temps la politisation (du) travail très important" effectué par l'Unesco, "par certains membres".

"Nous mettons tous nos espoirs dans le ou la futur(e) secrétaire général(e) et attendons que cette nouvelle personne à la tête mène les réformes de l'organisation", a-t-il ajouté.
A des journalistes vendredi après-midi, Mme Azoulay a affirmé que sa candidature visait notamment à "restaurer l'efficacité et la crédibilité" de l'agence qui "traverse une crise politique profonde".

http://actu.orange.fr/france/la-francaise-audrey-azoulay-elue-directrice-generale-de-l-unesco-CNT000000Q5pvr/photos/l-ex-ministre-de-la-culture-du-qatar-hamad-bin-abdoulaziz-al-kawari-a-paris-le-13-octobre-2017-3b282ce79b0c5a17a7365e54d89710d1.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les États-Unis et Israël se retirent de l’Unesco   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les États-Unis et Israël se retirent de l’Unesco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tornades meurtrières non prévues aux États-Unis
» Les États-Unis et le Royaume-Uni envisagent des tirs de missiles préventifs en Iran
» Les chrétiens mobilisés comme jamais aux États-Unis pour défendre la liberté religieuse
» La famille la plus nombreuse des États-Unis ?
» L'aide considérable des États-Unis à l'URSS pendant la Seconde Guerre mondiale et pendant la "guerre froide"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Actualité-