*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 En Catalogne, dans un fief indépendantiste de toujours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: En Catalogne, dans un fief indépendantiste de toujours   Sam 30 Sep 2017, 8:12 am

En Catalogne, dans un fief indépendantiste de toujours


Agnès Rotivel (à Arenys de Munt) , le 30/09/2017 à 15h44
Mis à jour le 30/09/2017 à 15h49  

Tandis que les anti-indépendantistes manifestent en nombre à Madrid et dans d’autres grandes villes espagnoles, une petite localité, dans les hauteurs à 40 km de Barcelone, se prépare à l’avènement d’une République catalane.
Malgré l’interdiction de Madrid qui a fait mettre sous scellés plus de la moitié des 2 300 bureaux de vote de la région, le maire entend bien organiser le référendum, dimanche 1er octobre. Reportage.


ZOOM  
Manifestation contre l’indépendance de la Catalogne, à Madrid, le 30 septembre. / GABRIEL BOUYS/AFP
 

La petite ville catalane et ses quelque 8 000 habitants s’apprêtent à vivre une journée triomphale, dimanche 1er octobre. « Tout est prêt pour le référendum », explique Maria en balayant les marches de l’église. Cette paroissienne de 70 ans, mariée et mère de quatre garçons, cinq petits-enfants, tous en Catalogne, a bien lu la note affichée sur la porte de l’église à l’intention des pratiquants.


Tout se passera bien


C’est un message des moines bénédictins de l’abbaye de Montserrat et de ceux cisterciens de l’abbaye de Poblet à Tarrogone qui appellent les Catalans à prier pour la Catalogne en ces moments difficiles. « Il n’y a pas de soucis tout se passera bien », dit-elle.

Maria sait déjà où elle votera dimanche 1er octobre : dans une galerie marchande sur la Riera, l’artère commerçante de la ville. Une autre urne sera disponible sur le marché aux poissons, croit-elle savoir. Et si la police les enlève ? « Je ne crois pas que la police municipale fera quoique ce soit. Nous nous connaissons tous ici et nous sommes tous pacifistes. »

Chaque année, Maria fervente indépendantiste « descend » avec d’autres citoyens de la ville, à Barcelone le 11 septembre grâce à des bus affrétés par la Municipalité, pour célébrer la Diada, la fête catalane, devenue une manifestation des Nationalistes.


Un fief indépendantiste


« Arenys de Munt, dit-elle, a toujours été un fief des indépendantistes. Ce qui n’est pas le cas d’Arenys de Mar à 4 kilomètres de là, en bord de mer. « Il y a toujours eu des rivalités entre nos deux villes : en bord de mer, ils sont plus élégants, plus sophistiqués, même si au départ ce n’était qu’un village de pêcheurs. »

Déjà en 2009, Arenys de Munt avait fait parlé d’elle en organisant une première consultation citoyenne sur l’indépendance de la région. Le « oui » l’avait largement emporté avec plus de 90 % des voix, pour une participation de 40 %. Un vote sans valeur juridique.

Pendant la guerre d’Espagne, cette région qui s’étend du bord de mer dans les montages jusqu’à la frontière avec l’Aragon, était républicaine, « ceci explique cela. D’autant, poursuit Maria, que Madrid nous pousse à voter oui au référendum en refusant de reverser ce qu’elle doit à la Catalogne. Vous comprenez, nous sommes une région riche et nous payons beaucoup pour le reste de l’Espagne. Qu’avons-nous en retour ? Nous payons nos autoroutes alors que dans le reste de l’Espagne, elles sont gratuites, nous réclamons des investissements, Madrid promet, mais ne fait rien. »


L’avènement d’une nouvelle République


Le jeune maire d’Arenys de Munt, Joan Rabasseda, a envoyé, le 28 septembre, à chacun de ses administrés, une lettre les enjoignant d’aller voter et de dire oui à l’indépendance. Rien ne l’arrête, même pas sa convocation par la justice pour désobéissance civile.

Pas un bâtiment ne semble échapper aux appels à voter pour l’avènement d’une « nouvelle république », le 1er octobre. L’une d’entre elle, suspendue au-dessus de la rue commerçante, dit ceci : « Votez pour être libres, celui qui ne vote pas ne compte pas : participez ». Cette affiche laisse JESUS pensif. « Les gens ici sont des têtes dures. Ils ne veulent rien entendre. Même pas ceux qui ne partagent pas leur opinion et croyez-moi il y en a, mais ils ont peur de s’exprimer ». Selon lui les indépendantistes dictent leur loi, mais ils seraient minoritaires même à Arenys de Munt.

Jeune retraité originaire de Valence, il vient souvent à Arenys de Munt avec sa femme pour garder leur petite-fille, Ines, lorsque sa mère est en déplacement professionnel. « Notre fille s’est installée à Arenys parce que la Catalogne est une région dynamique, il y a beaucoup d’entreprises étrangères. Comme elle parle plusieurs langues, elle a trouvé facilement du travail dans une société allemande et elle voyage souvent. » Son autre fille travaille pour Johnson and Johnson, également en Catalogne.

Malgré les apparences, Arenys a accepté d’organiser un débat où ont pu s’exprimer les sept partis séparatistes et les deux unionistes. Mais chacun est resté sur ses positions…



https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Arenys-Munt-fief-independantiste-toujours-2017-09-30-1200880929?from_univers=lacroix


Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: En Catalogne, dans un fief indépendantiste de toujours   Sam 30 Sep 2017, 10:05 pm

JOUR J - Les bureaux de vote ont ouvert ce dimanche à 9 heures, alors que depuis le petit matin des centaines de Catalans s'étaient massés devant des écoles, collèges ou centres de sports pour participer à un référendum d'autodétermination. Ce vote, que Madrid juge illégal et a promis d'empêcher, est e plus grand défi pour le pouvoir central depuis 40 ans. Des tensions entre policiers et votants sont observées sur place.


http://www.lci.fr/international/en-direct-referendum-vives-tensions-avec-la-police-en-catalogne-devant-les-bureaux-de-vote-2065997.html?device=website
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: En Catalogne, dans un fief indépendantiste de toujours   Dim 01 Oct 2017, 8:48 am

Référendum en Catalogne: l'inquiétude des évêques d'Espagne


Une manifestation d'agriculteurs favorables à l'indépendance de la Catalogne, le 29 septembre 2017 à Barcelone. - EPA

29/09/2017 17:17
SHARE:






(RV) Alors que le bras-de-fer entre Madrid et Barcelone s’envenime au sujet du référendum de ce dimanche 1er octobre sur l’indépendance de la Catalogne, le président de la conférence épiscopale espagnole, le cardinal Ricardo Blàzquez Pérez, a lu un communiqué unanimement approuvé par ses confrères de la commission permanente.



«Face à la grave situation qui se vit en Catalogne, avec une grande préoccupation pour le reste de l’Espagne, nous, évêques, en premier lieu, voulons faire nôtres les désirs et sentiments récemment exprimés de manière conjointe par les évêques de la Catalogne, authentiques représentants de leurs diocèses». Manifestant donc cette unité de vue entre les échelons nationaux et régionaux, l’archevêque de Valladolid a invité à la prière pour ceux qui dans ce moment difficile «ont la responsabilité dans le gouvernement des diverses administrations publiques, de la gestion du bien commun et de la coexistence sociale», afin que tous soient guidés «par le bon sens et par le désir d’être justes et fraternels», et puissent «avancer dans le chemin du dialogue et dans la compréhension, du respect des droits et des institutions, en contribuant à faire de notre société un espace de fraternité, de liberté et de paix».



Dans ces graves moments, les évêques affirment que «la vraie solution au conflit passe à travers le recours au dialogue et la recherche du bien commun de tous, comme le souligne la Doctrine sociale de l’Église». Les évêques font référence à l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium, dans laquelle le Pape François indique «qu’il est temps de savoir comment projeter, dans une culture qui privilégie le dialogue comme forme de rencontre, la recherche de consensus et d’accords, sans cependant la séparer de la préoccupation pour une société juste, capable de mémoire, et sans exclusions.»



Pour rendre possible «ce dialogue honnête et généreux», il est «nécessaire que autant les administrations publiques que les partis politiques et les autres organisations, ainsi que les citoyens, évitent de prendre des décisions et des actions irréversibles et avec des conséquences graves, qui les situent à la marge de la pratique démocratique protégée par les lois légitimes qui garantissent notre coexistence pacifique, et provoquent des divisions familiales, sociales et ecclésiales.» Pour les évêques, il est «nécessaire de récupérer la conscience civile et la confiance dans les institutions, dans le respect des principes que le peuple a sanctionné dans la Constitution».



Enfin, les prélats offrent leur «collaboration sincère au dialogue en faveur d’une coexistence pacifique et libre entre tous».


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: En Catalogne, dans un fief indépendantiste de toujours   Jeu 05 Oct 2017, 8:24 am

Catalogne : les évêques de Madrid et Barcelone, médiateurs de la crise ?

Marie Malzac , le 05/10/2017 à 17h11 

Selon la presse espagnole, les responsables politiques de Catalogne et du gouvernement espagnol auraient rencontré les cardinaux de Madrid et Barcelone afin de leur demander une médiation.
La Catalogne menace de prononcer unilatéralement son indépendance de l’Espagne à la suite du référendum du dimanche 1er octobre sur son autodétermination.


ZOOM  
Manifestation du 3 octobre à Barcelone. / LLUIS GENE/AFP

Une médiation de l’Église pourrait-elle venir à bout du dialogue de sourds entre la Catalogne et le gouvernement espagnol, alors que la communauté autonome s’apprête à déclarer son indépendance de façon unilatérale ? Deux jours après le référendum du dimanche 1er octobre sur l’autodétermination, considéré comme « illégal » par l’État espagnol, Mariano Rajoy a réuni au palais de la Moncloa, résidence officielle du président du gouvernement, les cardinaux Carlos Osoro et Juan José Omella, respectivement archevêques de Madrid et de Barcelone.

Le lendemain, mercredi 4 octobre, le cardinal Omella recevait Oriol Junqueras, vice-président de la Generalitat de Catalunya, leader de la Gauche républicaine de Catalogne et catholique pratiquant.

Plusieurs médias espagnols n’ont pas tardé à évoquer dans ce contexte la possibilité d’une médiation de l’Église catholique pour sortir de la grave crise institutionnelle entre la Catalogne et le gouvernement central. Si elle n’a pas été confirmée par les parties, les observateurs estiment qu’une telle médiation est plausible.

« Lors de la transition entre le régime franquiste et la démocratie, à la fin des années 1970, le cardinal Enrique Vicente y Taracon, qui était alors président de la Conférence des évêques, a joué un rôle de conciliateur reconnu », rappelle en ce sens José Beltran, directeur de l’hebdomadaire catholique espagnol Vida Nueva.


Position prudente de l’épiscopat espagnol


Depuis le durcissement de ton entre Madrid et Barcelone, les évêques espagnols ont cherché à maintenir une position mesurée et prudente, multipliant les appels au dialogue. La question divise pourtant l’épiscopat espagnol, plusieurs évêques catalans étant montés au créneau pour défendre le droit de cette région autonome à s’exprimer.

Réputé proche du pape François, s’entendant très bien avec son homologue madrilène – ce qui n’a pas toujours été le cas de ses prédécesseurs –, l’archevêque de Barcelone est de son côté perçu comme modéré. Peut-être un peu trop d’ailleurs au goût des indépendantistes…

Carles Puigdemon, président de la Generalitat, aurait d’ailleurs souhaité, toujours selon la presse locale, que la médiation soit aussi menée par le père Josep Maria Soler, supérieur de l’abbaye de Montserrat, cœur spirituel de la Catalogne, beaucoup plus « catalaniste ».

À l’approche du référendum du 1er octobre sur l’autodétermination considérée comme illégal par Madrid, cet abbé avait publié un communiqué, co-signé par le supérieur du monastère de Poblet, insistant sur « le droit à la participation à la vie politique et sociale ». Les religieux de sa communauté ont d’ailleurs participé au scrutin.

Quelques mois auparavant, l’abbé Soler avait par ailleurs affirmé à la télévision que « le Vatican reconnaîtrait une Catalogne indépendante », redisant le droit de cette « nation » à « décider de son avenir ».


Le Vatican serait opposé à l’autodétermination de la Catalogne


Si la médiation se confirmait, le cardinal et l’abbé pourraient être des figures complémentaires susceptibles de contribuer à l’apaisement dans l’un des pires moments de tension depuis le rétablissement de la démocratie en Espagne.

Par ailleurs, la crise catalane a également été au cœur des discussions entre le nouvel ambassadeur d’Espagne près le Saint-Siège, Gerardo Bugallo, et le pape François, de même qu’avec le secrétaire d’État Pietro Parolin, lors de la présentation de ses lettres de créance lundi 2 octobre.

Selon Vida Nueva, même si le Vatican, prudent, se garde bien de prendre position sur le sujet, le pape aurait redit son opposition à tout séparatisme non justifié par la colonisation. Il aurait aussi réaffirmé le rejet de l’Église de toute attitude non fondée sur le respect de la Constitution. « Si une médiation devait avoir lieu, assure José Beltran, elle devrait donc avoir lieu dans ce cadre. »

   Marie Malzac

https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Monde/Catalogne-eveques-Madrid-Barcelone-mediateurs-crise-2017-10-05-1200882218
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En Catalogne, dans un fief indépendantiste de toujours   

Revenir en haut Aller en bas
 

En Catalogne, dans un fief indépendantiste de toujours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Voivodine indépendante?
» Vecteurs linéairement indépendants
» Deux ordinateurs inventent un langage pour communiquer!!!
» J'y arrive plus...
» Affectéedans un collège dans l'Aisne, je ne sais toujours pas mes classes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Actualité-