*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 Le Pape François en Colombie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3895
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Le Pape François en Colombie   Mar 05 Sep 2017, 8:59 pm

Le Pape François adresse un message vidéo au peuple de Colombie



Les Colombiens s'apprêtent à recevoir le Pape François. - REUTERS

04/09/2017 20:13
SHARE:
 

 «Je viendrai comme un pèlerin d’espérance et de paix, pour célébrer avec vous la foi dans notre Seigneur et aussi pour apprendre de votre persévérance dans la recherche de la paix et de l’harmonie».

Avec ces paroles, le Pape François ouvre le message vidéo adressé au «peuple de la Colombie», la terre dans laquelle il se rendra à partir de ce mercredi, pour une visite de cinq jours.

En citant la devise du voyage, «faisons le premier pas», le Pape invite à créer des ponts pour construire la fraternité, et donc créer ce nouveau parcours de paix qu’il a lui-même soutenu et encouragé. «La paix est ce que la Colombie cherche, et elle travaille depuis beaucoup de temps pour son accomplissement», poursuit le Pape dans son message.

Le premier Souverain pontife latino-américain de l’histoire, très attentif au processus de paix en Colombie qu’il a activement soutenu, appelle à «une paix stable, durable, pour que nous puissions nous voir et nous parler comme des frères, et non pas comme des ennemis. La paix nous rappelle que nous sommes tous enfants du même Père qui nous aime et nous réconforte.»

Après la reconnaissance de l’engagement de tous ces hommes et de toutes ces femmes qui ont travaillé «avec détermination et persévérance» pour faire de la Colombie «un lieu dans lequel règnent l’harmonie et la fraternité» et dans lequel «l’Évangile est connu et aimé», le Pape François a fait aussi appel à l’Église, appelée à promouvoir non seulement «la réconciliation avec le Seigneur et avec les frères», mais aussi avec la Création, si sauvagement exploitée.

En juin dernier s’est concrétisé l’accord de paix entre le gouvernement et les Farc, après une guerre de plus de 50 ans qui a fait 260 000 morts, plus de 60 000 déplacés et sept millions de déplacés et réfugiés.

Il reste donc encore beaucoup de choses à construire et à assainir, mais l’attente du Pape dans cette terre est remplie d’espérance, comme l’a expliqué à nos collègues italiens de Radio Vatican le nonce en Colombie, Mgr Ettore Balestrero, qui voit le voyage du Pape comme une invitation à «ne pas tomber dans les tentacules de la corruption, de la polarisation». Le pays doit trouver un équilibre entre «vérité» et «miséricorde», pour rompre avec un passé de sang.

La vidéo originale en espagnol :

pour l'écouter :
Spoiler:
 


Dernière édition par Capucine le Mer 06 Sep 2017, 6:28 am, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3895
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Le Pape François en Colombie   Mer 06 Sep 2017, 6:27 am

Pape François en Colombie : le programme du voyage

Marie Malzac, le 06/09/2017 à 12h26

Le pape François s’est envolé, mercredi 6 septembre au matin pour la Colombie, où il passera quatre jours pleins afin d’encourager le pays à la réconciliation, un an après l’accord de paix avec les Farc.
Un programme chargé l’attend pendant son séjour, au cours duquel il se rendra dans quatre villes différentes.



Le pape François avant sa montée dans l'avion pour son voyage de cinq jours en Colombie, à l'aéroport international Leonard de Vinci à Rome, le mercredi 6 septembre 2017. / Gregorio Borgia/AP

Le vol AZ4000 d’Alitalia, avec à son bord le pape François, son entourage et des journalistes, a décollé mercredi 6 septembre peu après 11 heures, en direction de Bogota, où il devrait atterrir vers 16 h 30 (23 h 30, heure française) après avoir parcouru 11 000 kilomètres. L’itinéraire aérien initial du vol papal a été modifié pour éviter de croiser la route de l’ouragan Irma qui s’approche des Caraïbes.

C’est la troisième fois qu’un pape se rend en Colombie, après Paul VI en 1968 et Jean-Paul II en 1986.

Dans un pays qui débat encore de la paix, un an après l’accord signé entre le gouvernement et les Forces armées, le pape François cherchera à soutenir la réconciliation. Son voyage sera marqué par des étapes dans quatre villes différentes, dont voici le programme.

► Bogotá



Après la cérémonie de bienvenue, le pape rejoindra immédiatement la nonciature apostolique pour y passer la nuit.

La journée du jeudi 7 commencera par une rencontre avec les autorités colombiennes devant le Palais Nariño, résidence du président de la République, qu’il rencontrera ensuite à l’intérieur du palais.

François ira ensuite visiter la cathédrale de Bogotá avant de bénir les fidèles rassemblés sur la place Bolivar depuis le balcon du Palais cardinalice dans lequel il rencontrera ensuite les évêques colombiens.

L’après-midi, le pape rencontrera à la nonciature le comité directeur du Conseil épiscopal latino-américain (Célam), dont le siège est à Bogotá, avant d’aller célébrer la messe, à 16 h 30 (23 h 30) au Parc Simon-Bolivar, en banlieue de Bogotá.

► Villavicencio


Vendredi 8, le pape rejoindra Villavicencio, ville située au pied des Andes et à l’entrée des grandes plaines du bassin amazonien. Dès son arrivée, il célébrera une messe sur le terrain de Catama avant de présider, l’après-midi, une grande rencontre de prière pour la réconciliation nationale au parc Las Malocas.

Sur le chemin de l’aéroport, il fera une halte à la croix de la réconciliation érigée dans le parc des Fondateurs. Il repartira à 18 heures (1 heure du matin en France) pour Bogotá.

► Medellín


Samedi 9, le pape se rendra à Medellín où il célébrera dès son arrivée à 10 h 15 (17 h 15, heure française) une messe à l’aéroport de cette ville autrefois connue pour sa violence et ses cartels de la drogue.

L’après-midi, il visitera le Foyer San José, qui accueille des orphelins, puis rencontrera, à 16 heures (23 heures) les prêtres, consacrés et séminaristes, ainsi que leurs familles, au stade couvert de La Macarena. Le pape François regagnera ensuite Bogotá.


► Carthagène des Indes


Dimanche 10, enfin, sera consacré à la ville de Carthagène, l’ancienne porte des Indes du temps de la conquête espagnole.

À 10 h 30 (17 h 30), le pape bénira la première pierre de la maison pour sans-abri de l’Œuvre Talitha Qum puis récitera l’angélus devant l’église Saint-Pierre-Claver où repose le missionnaire jésuite, évangélisateur des esclaves noirs. Il visitera ensuite le sanctuaire.

L’après-midi, il célébrera à 16 h 30 (23 h 30) la messe près du port de Carthagène avant de reprendre l’hélicoptère pour Bogotá. Dès son arrivée à 18 h 45 (1 h 45 du matin) à l’aéroport de Bogotá aura lieu la cérémonie de congé. Il reprendra alors immédiatement l’avion pour Rome où il est attendu le lendemain 11 septembre vers 12 h 40.

Marie Malzac 


http://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Pape/Pape-Francois-Colombie-programme-voyage-2017-09-06-1200874729
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3895
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Le Pape François en Colombie   Ven 08 Sep 2017, 8:55 am

Une messe en plein air au parc Simon-Bolivar de Bogota

Publié le 08 septembre 2017 

Le Saint-Père a célébrée sa première messe pontificale en plein air au parc Simon-Bolivar de Bogota ( Colombie), le jeudi 7 septembre.



CIRIC


L’Evangéliste rappelle que l’appel des premiers disciples eut lieu sur les rives du lac de Génésareth, là où les gens se rassemblaient pour écouter une voix capable de les orienter et de les éclairer ; c’est aussi le lieu où les pêcheurs finissent leurs fatigantes journées durant lesquelles ils cherchent la subsistance pour mener une vie sans pénuries, digne et heureuse. C’est la seule fois, dans tout l’Evangile de Luc, que JESUS prêche près de la mer dite de Galilée. Sur la mer ouverte, s’entremêlent l’espérance d’un travail fécond et la frustration due à l’inutilité des efforts vains. Selon une ancienne interprétation chrétienne, la mer représente aussi l’immensité où cohabitent tous les peuples. Enfin, par son agitation et son obscurité, elle évoque tout ce qui menace l’existence humaine et qui a le pouvoir de la détruire.

Pour définir les multitudes, nous utilisons des expressions comme celles-ci : une marée humaine, une mer de gens. Ce jour-là, JESUS a derrière lui la mer, et, devant lui, une multitude qui l’a suivi parce qu’elle connaît son émotion devant la souffrance humaine… et ses paroles justes, profondes, appropriées. Ils viennent tous l’écouter ; la Parole de JESUS a quelque chose de spécial qui ne laisse personne indifférent. Sa Parole a le pouvoir de convertir les coeurs, de changer les plans et les projets. Elle est une Parole confirmée par les actes, elle n’est pas une conclusion de bureau, d’accords froids et éloignés de la souffrance des gens ; c’est pourquoi elle est une parole qui sert autant à la sécurité du rivage qu’à la fragilité de la mer.

Cette chère ville, Bogota, et ce merveilleux pays, la Colombie, ressemblent beaucoup à ces décors humains présentés dans l’Évangile. Il y a ici des multitudes qui attendent une parole de vie qui illumine de sa clarté tous les efforts et qui montre le sens et la beauté de l’existence humaine. Ces multitudes d’hommes et de femmes, d’enfants et de personnes âgées, habitent une terre d’une inimaginable fécondité qui pourrait donner du fruit pour tous. Mais ici aussi, comme en d’autres lieux, il y a d’épaisses ténèbres qui menacent et détruisent la vie : les ténèbres de l’injustice et de l’inégalité sociale ; les ténèbres corruptrices des intérêts d’individus ou de groupes qui consomment de manière égoïste et démesurée ce qui est destiné au bien-être de tous ; les ténèbres de l’irrespect envers la vie humaine qui fauche quotidiennement l’existence de tant d’innocents dont le sang crie vers le ciel ; les ténèbres de la soif de vengeance et de la haine qui tache de sang humain les mains de ceux qui se rendent justice eux-mêmes ; les ténèbres de ceux qui deviennent insensibles face à la souffrance de tant de victimes. JESUS dissipe et détruit toutes ces ténèbres par son ordre dans la barque de Pierre: « Avance au large » (Lc 5, 4).

Nous pouvons nous perdre dans des discussions interminables, accumuler des tentatives manquées, et faire une liste d’efforts qui n’ont rien donné ; de même que Pierre, nous savons ce que signifie l’expérience de travailler sans aucun résultat. Cette nation en sait quelque chose, quand, sur une période de 6 ans, en ces temps-là, à ses débuts, elle a eu 16 présidents et a payé cher ses divisions (« la patrie stupide »). L’Eglise en Colombie aussi a l’expérience de travaux pastoraux vains et infructueux…, mais, comme Pierre, nous sommes aussi capables de nous en remettre au Maître dont la Parole suscite la fécondité même là où l’inhospitalité des ténèbres humaines rend infructueux beaucoup d’efforts et de fatigues. Pierre est l’homme qui accueille résolument l’invitation de JESUS, qui laisse tout et le suit, pour devenir un nouveau pêcheur dont la mission consiste à porter à ses frères le Royaume de Dieu où la vie est pleine et heureuse.

CIRIC
i

Mais la demande de jeter les filets n’est pas adressée seulement à Simon Pierre ; il lui a été demandé d’aller au large, comme ceux qui, dans votre patrie, ont vu en premier ce qui presse le plus; ceux qui ont pris des initiatives de paix, de vie. Jeter les filets entraîne une responsabilité. A Bogota et en Colombie pérégrine une immense communauté qui est appelée à devenir un solide filet qui rassemble tout le monde dans l’unité, en travaillant à la défense et à la sauvegarde de la vie humaine, en particulier quand elle est plus fragile et vulnérable : dans le sein maternel, dans l’enfance, dans la vieillesse, dans les conditions de handicap et dans des situations de marginalisation sociale. Les multitudes qui vivent à Bogota et en Colombie peuvent aussi devenir de vraies communautés vivantes, justes et fraternelles si elles écoutent et accueillent la parole de Dieu. Dans ces multitudes évangélisées surgiront beaucoup d’hommes et de femmes devenus disciples qui, d’un cœur vraiment libre, suivront JESUS ; des hommes et des femmes capables d’aimer la vie en toutes ses étapes, de la respecter et de la promouvoir.

Nous devons nous appeler les uns les autres, nous faire signe, comme les pêcheurs, recommencer à nous considérer comme des frères, des compagnons de route, des membres de cette entreprise commune qu’est la patrie. Bogota et la Colombie sont, en même temps, rivage, lac, mer ouverte, ville où JESUS est passé et passe pour offrir sa présence et sa Parole féconde, pour nous tirer des ténèbres et nous porter à la lumière et à la vie. Appeler les autres, tous les autres, pour que personne ne dépende de l’arbitraire des tempêtes ; faire monter sur la barque toutes les familles, sanctuaires de la vie ; faire place au bien commun qui est au-dessus des intérêts mesquins ou particuliers, porter les plus fragiles en promouvant leurs droits.

Pierre fait l’expérience de sa petitesse, de l’immensité de la Parole et de l’action de JESUS ; Pierre connaît ses fragilités, ses hésitations…, comme nous connaissons les nôtres, comme les connaît l’histoire de violence et de division de votre peuple qui ne nous a pas toujours trouvés partageant la barque, la tempête, les malheurs. Mais comme Simon, JESUS nous invite à aller au large, il nous pousse au risque partagé, à laisser nos égoïsmes et à le suivre ; à nous défaire des peurs qui ne viennent pas de Dieu, qui nous immobilisent et qui retardent l’urgence d’être des constructeurs de la paix, des promoteurs de la vie.


 
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3895
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Le Pape François en Colombie   Lun 11 Sep 2017, 6:32 am

Le pape François s'offre un coquard après un freinage sec de la papamobile

BOBO PAPAL En Colombie, le pape a laissé une arcade sourcilière et une pommette...

20 Minutes avec AFP

Publié le 10/09/17 à 22h04 — Mis à jour le 11/09/17 à 02h20



Joli coquard pour le pape. — Alberto PIZZOLI / AFP

Toujours penser à mettre sa ceinture. Le pape François s’est légèrement blessé au visage dimanche, en se cognant contre une des vitres de sa papamobile qui a brutalement freiné dans un quartier de Carthagène des Indes, au dernier jour de sa visite en Colombie.

Le souverain pontife, 80 ans, était en train de saluer la foule des fidèles du quartier pauvre de San Francisco quand le véhicule s’est brusquement immobilisé en raison de la multitude massée le long du parcours.

Des gouttes de sang sur la cape blanche


François s’est alors cogné contre l’une des parois vitrées qui surmontent la papamobile pour le protéger des intempéries, s’entaillant légèrement une arcade sourcilière et une pommette, selon les images diffusées par la télévision. Un de ses agents de sécurité l’a alors aidé à se redresser et a nettoyé à l’aide d’un mouchoir blanc les gouttes de sang qui avaient taché la cape blanche du pape.

Après l’incident, le chef de l’Eglise catholique est réapparu, pour prononcer la prière de l’Angelus, avec un petit pansement sur le visage et une tunique propre. François doit regagner Rome dimanche à l’issue de cette visite de cinq jours en Colombie, la première de son pontificat dans ce pays qui tente de tourner la page de plus d’un demi-siècle de conflit armé.

http://www.20minutes.fr/monde/2130159-20170910-colombie-pape-appelle-contre-violence-venezuela
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3895
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Le Pape François en Colombie   Lun 11 Sep 2017, 6:36 am

Le pape, en Colombie : « La relation avec Dieu ne peut pas être un attachement froid à des normes »

A Medellin, au troisième jour de sa visite, François a demandé aux ecclésiastiques d’être « libres de toute compromission et de toute servilité ».

LE MONDE | 10.09.2017 à 06h36 • Mis à jour le 10.09.2017 à 08h42 |  Par Cécile Chambraud (Medellin, Colombie, envoyée spéciale)  

Le pape François célèbre la messe à l’aéroport Enrique Olaya Herrera de Medellin, en Colombie, le 9 septembre. OSSERVATORE ROMANO / REUTERS

Ce sont quelques mots improvisés au milieu d’un discours rédigé mais à Medellin, ancien fief d’un cartel de la drogue, leur absence aurait dérangé. Au troisième jour de sa visite en Colombie, samedi 9 septembre, le pape François a fait mémoire des vies de nombreux jeunes « détruites pas les tueurs de la drogue » et il a invité à « demander pardon pour ceux qui ont détruit les espoirs de tant de jeunes ».


Hormis cette remarque faite devant plusieurs milliers de prêtres, religieux et séminaristes venus à sa rencontre dans les anciennes arènes – reconverties – de la Macarena, la tonalité de cette journée dans la seconde ville du pays était moins sombre que la veille, consacrée aux victimes de décennies du conflit armé entre la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, extrême gauche), l’Etat et les groupes paramilitaires qui ont ensanglanté le pays et touché d’une manière ou d’une autre 8 des 49 millions de Colombiens.

Le chef de l’Eglise catholique a poursuivi son plaidoyer en faveur de la construction d’une paix civile durable par une réconciliation entre les ennemis d’hier, après l’accord intervenu en 2016 entre les FARC et le gouvernement. Mais cette perspective divise, y compris l’Eglise colombienne dont une partie est hostile à ces accords, jugés trop favorables à l’ancienne guérilla.

Les évêques priés de s’en tenir à leur « mission singulière »


Depuis son arrivée, mercredi, le pape avait déjà eu l’occasion de s’adresser aux ecclésiastiques pour les pousser à s’engager dans le processus et leur demander de se tenir éloignés des contingences politiques, « libres de toute compromission et de toute servilité ». « Seul Dieu est Seigneur et nous ne devons soumettre notre âme de pasteur à aucune autre cause », avait-il dit jeudi aux 150 évêques colombiens, priés de s’en tenir à leur « mission singulière » : « Vous n’êtes ni techniciens, ni politiciens, vous êtes des pasteurs. (…) Les alliances avec une partie ou une autre ne servent pas. »

Samedi, à Medellin, François a étendu ses directives aux prêtres et aux religieux du pays. Comme il le fait souvent lors de ses déplacements à l’étranger, il les a mis plus généralement en garde contre le risque d’être gagnés par des tentations mondaines.

« Les vocations à une consécration spéciale meurent quand elles veulent se nourrir des honneurs, quand elles sont animées par la recherche d’une tranquillité personnelle et de promotion sociale, quand la motivation, c’est de monter de catégorie, d’assouvir des intérêts matériels, ce qui conduit même à la sottise de la soif de profit. Comme je l’ai déjà dit en d’autres occasions, le diable entre par la poche. Nul ne peut servir Dieu et l’argent », a-t-il dit aux milliers de clercs rassemblés.

La journée avait commencé par une messe devant plusieurs centaines de milliers de personnes réunies sur le même terrain que celui foulé par Jean Paul II en 1986.

Dans son homélie, François a critiqué ceux qui, comme les pharisiens des Evangiles, s’accrochent à « une interprétation et une pratique rigoristes de la loi ». « La relation avec Dieu ne peut pas être un attachement froid à des normes et à des lois, a-t-il dit. Nous ne pouvons pas être des chrétiens qui lèvent continuellement la bannière passage interdit”. »

« Avoir les pieds sur terre »


Cette mise en garde s’inscrit dans le débat ouvert au début de son pontificat sur la place à accorder à la morale sexuelle et familiale dans l’enseignement de l’Eglise catholique. Elle rejoint aussi la volonté du souverain pontife d’ancrer son Eglise au cœur des évolutions sociales et de la maintenir aussi ouverte que possible.

Il a demandé au clergé colombien « d’avoir les pieds sur terre », de « ne pas chercher à répondre à des questions que personne ne se pose, laissant dans le vide existentiel les personnes qui nous interrogent à partir des données de leurs mondes et de leurs cultures » et de prendre les gens tels qu’ils sont, convaincu que la capacité de l’Eglise catholique à être entendue est à ce prix.

Au fil de ses discours prononcés en Colombie, François l’Argentin a aussi précisé le portrait qu’il se fait du sous-continent latino-américain et de son Eglise, dont il a été l’un des acteurs majeurs avant son élection au siège de Pierre. Il a demandé au clergé de faire toute sa place à la « complexité » et au caractère métissé, ethniquement et culturellement, de la société colombienne. Il a demandé aux évêques, jeudi, d’avoir « une sensibilité spéciale envers les racines afro-colombiennes » de leur société et de prendre en compte « la sagesse cachée des peuples indigènes de l’Amazonie ».

Devant le bureau du Celam, un organisme qui réunit les épiscopats des pays d’Amérique latine, jeudi, il avait évoqué le « visage métisse » du continent latino-américain, « ni uniquement indigène, ni uniquement hispanique, ni uniquement lusitanien, ni uniquement afro-américain, mais métisse, latino-américain ! »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2017/09/10/le-pape-en-colombie-la-relation-avec-dieu-ne-peut-pas-etre-un-attachement-froid-a-des-normes_5183531_3210.html#lzC6uDfYX05dU3DR.99
Revenir en haut Aller en bas
yacoub
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 27/07/2010
Masculin
Messages : 6902
Pays : france
R E L I G I O N : agnostique

MessageSujet: Re: Le Pape François en Colombie   Dim 05 Nov 2017, 4:31 am

ROME: RENVOI DE L'UN DES PLUS GRANDS EXPERTS DE L'ISLAM

Après que le pape ait récemment prétendu que le Coran et l’Evangile avaient tous deux en eux une idée de conquête, le Père Samir Khalil Samir, l’un des plus grandes sommités chrétiennes sur l’Islam, l’a corrigé : « Non. C’est une interprétation inexacte. La différence c’est que l’Evangile propose et que l’islam impose par la force, et pas qu’un peu.

Au contraire de Mahomet, JESUS n'a jamais porté les armes ni fait la guerre à personne. Il a fait des reproches Pierre à qui avait coupé l'oreille de celui qui voulait de capturer avant de le guérir. L'Evangile n'a aucune logique ni intention de conquête, il s'agit seulement d'une annonce pacifique et volontaire de la Bonne Nouvelle, au prix de la mort sur la Croix. ».

Et d’ajouter : « Désinformer n’est pas chrétien. Certaines affirmations proviennent certainement de quelqu’un qui n’a pas compris l’Evangile ou qui ne connaît pas tout le Coran ou qui ne s’entoure pas de bons conseillers. Pour aborder ces sujets, il faut le faire avec sérieux et disposer de compétences spécifiques. Une interview ne suffit pas. »

Le P. Samil Khalil Samir vient d’être informé par l’Institut pontifical de Rome où il enseignait que sa présence n’était plus souhaitée et qu’il était renvoyé chez lui au Caire.

*

Spécialiste reconnu de la pensée musulmane

Le Père Samir Khalil Samir est né le 10 janvier 1938 au Caire. Il entre dans la Compagnie de JESUS en octobre 1955 à Aix-en-Provence. Après sa formation jésuite (lettres, philosophie et théologie) en France, de 1955 à 1969, et à Maastricht, aux Pays-Bas, en 1966-67, il est depuis 1962 spécialisé dans le patrimoine arabe chrétien (histoire, philosophie, théologie), notamment dans sa relation à la pensée musulmane, et dans la méthode d’édition critique des textes arabes.

Il a obtenu un doctorat de 3° cycle en islamologie (Aix-en-Provence 1966, sur Ibn Sabbâ’) et un doctorat en sciences ecclésiastiques orientales en 1980 à Rome, sur le philosophe arabe chrétien Abū Zakariyyā Yahya Ibn ‘Adi al-Takrītī (893-974).

Il a travaillé comme professeur au séminaire copte catholique de Ma’adi, au Caire (1968-1975), au Liban (Université Saint-Joseph et Université Saint-Esprit Kaslik en 1972-1975), puis à Rome comme professeur de théologie arabe chrétienne (Institut Pontifical Oriental, 1974-2015) et d’islamologie (Institut Pontifical d’Etudes Arabes et Islamiques, 1975-1987 et 1999) et de nouveau au Liban (Université Saint-Joseph et Université Saint-Esprit Kaslik) et Faculté de Théologie Grecque Orthodoxe de Balamand. Il a également enseigné à l’Institut Œcuménique de Théologie de Bari, en Italie.

Il a enseigné comme “professeur invité” dans diverses universités, à Paris (Centre Sèvres), à Nimègue et Amsterdam, à l’Université Fouad du Caire, à la Faculté de Théologie Copte Orthodoxe de Haute-Egypte, à l’Université de Graz, en Autriche, à Hong Kong, à Bonn, Cologne, Munich, Halle, etc., sans oublier les Selly Oak Colleges (Birmingham, Grande-Bretagne), l’Université de Georgetown, à Washington, l’Université Sophia, à Tokyo, ou encore la Faculté de Sciences Politiques de Turin.

Invité à de nombreux congrès spécialisés en études islamo-chrétiennes ou arabes chrétiennes dans divers continents, il a fondé la collection “Patrimoine Arabe Chrétien” ainsi que le “Bulletin Arabe Chrétien”. Il est co-éditeur de la “Coptic Encyclopaedia” et co-directeur de “Parole de l’Orient” et de la “Collectanea Christiana Orientalia”. Il est membre du comité de rédaction de plusieurs revues internationales et auteur d’une soixantaine de livres et de plus de 1’500 articles scientifiques en diverses langues. Ses recherches tournent autour du rapport entre culture, religion et société au Moyen-Orient, au Moyen-Age et à l’époque contemporaine.

Source:
Revenir en haut Aller en bas
http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
yacoub
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 27/07/2010
Masculin
Messages : 6902
Pays : france
R E L I G I O N : agnostique

MessageSujet: Re: Le Pape François en Colombie   Dim 05 Nov 2017, 5:02 am

Revenir en haut Aller en bas
http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3895
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Le Pape François en Colombie   Dim 05 Nov 2017, 1:08 pm

merci Yacoub, je n'avais pas vu cela !
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Pape François en Colombie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le pape François, tout un programme !..
» Miserando atque eligendo (La devise du Pape François)
» Interview de la soeur du nouveau Pape François
» L'Angélus à Rome avec le Pape François
» Le blason du Pape François

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Actualité-