*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3923
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue   Ven 01 Sep 2017, 8:35 pm

En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue
LE MONDE | 01.09.2017 à 19h04 • Mis à jour le 01.09.2017 à 20h42

Au moins 27 000 Rohingya — population de confession musulmane vivant principalement dans l’Etat d’Arakan, dans le sud-ouest de la Birmanie — ont traversé la frontière en une semaine pour se réfugier au Bangladesh voisin. 20 000 personnes seraient encore coincées à la frontière.

Cet exode massif est dû aux combats qui ont éclaté la semaine dernière entre l’armée birmane et les rebelles musulmans rohingya. En une semaine, au moins 400 personnes sont mortes.

1,1 million de Rohingya vivent dans l’ouest de la Birmanie, un pays à 90 % bouddhiste. Cette minorité ethnique de confession musulmane est l’une des plus persécutées au monde.

Privée de la nationalité birmane depuis 1982, elle est régulièrement la cible de viols et de meurtres de la part de l’armée birmane. Plusieurs fois, l’ONU a dénoncé un « nettoyage ethnique » en Birmanie.

Mais Aung San Suu Kyi, dirigeante du pays et Prix Nobel de la paix en 1991, nie les faits. En mars 2017, elle a refusé l’envoi d’une mission indépendante de l’ONU, qui aurait, selon elle, « aggravé les hostilités ».

LE MONDE

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/video/2017/09/01/en-birmanie-la-persecution-des-musulmans-rohingya-continue_5179840_3216.html#SxxQ6d8xE7CE1ISR.99
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3923
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue   Mar 05 Sep 2017, 1:32 am

Birmanie: 123.600 Rohingyas réfugiés au Bangladesh, selon l'ONU




Des Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie, sont regroupés sous un abri de fortune à Ukhia, dans le no-man's land entre le Bangladesh et la Birmanie, le 4 septembre 2017






AFP, publié le mardi 05 septembre 2017 à 14h04
               

En onze jours, près de 125.000 personnes, la plupart des musulmans rohingyas, ont fui les violences en Birmanie pour se réfugier au Bangladesh voisin, a annoncé mardi l'ONU, craignant une crise humanitaire dans des camps débordés.

Un pic a été atteint ces dernières 24 heures, avec quelque 37.000 réfugiés qui ont passé la frontière en une seule journée.

Les violences ont commencé avec l'attaque le 25 août de dizaines de postes de police par les rebelles de l'Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA), qui dit vouloir défendre les droits bafoués de la minorité musulmane rohingya.

Depuis, l'armée birmane a lancé une vaste opération dans cette région pauvre et reculée, l'Etat Rakhine, poussant des dizaines de milliers de personnes sur les routes. Bilan selon l'armée birmane: 400 morts dont 370 "terroristes" rohingyas.

"Les gens sont installés dans des camps de réfugiés, sur les routes, dans les cours d'école et même dehors. Ils défrichent pour créer de nouveaux refuges. L'eau et la nourriture vont manquer", a expliqué Nur Khan Liton, célèbre militant des droits de l'Homme au Bangladesh.

Outre le manque de vivres et d'espace dans des camps déjà surpeuplés, l'état de santé des nouveaux réfugiés inquiètent les organisations d'autant plus que c'est actuellement la saison des pluies.

"Ces personnes ont faim, ont soif et sont malades. Ils méritent au moins un toit sur leurs têtes", estime Shubhash Wostey, chef de bureau du Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) à Cox Bazar. 

Les organisations pensent que des milliers d'autres sont toujours en chemin.

Et certains arrivent blessés: ces deux derniers jours, trois personnes, dont deux enfants, ont été gravement touchées sur la route de l'exil dans l'explosion de mines côté birman.

"Les deux enfants ont marché sur une sorte d'explosif ce matin et l'un d'entre eux a perdu une jambe", a déclaré mardi à l'AFP Manzurul Hasan Khan, responsable des gardes-frontières.

  - "Milliers de personnes en danger" -

Malgré des décennies de restrictions et de persécutions en Birmanie, où cette minorité musulmane est marginalisée et considérée comme étrangère, les Rohingyas n'avaient jusqu'à présent presque jamais recouru à la lutte armée.

Mais la donne a radicalement changé en octobre. Depuis, la région du nord de l'Etat Rakhine est bouclée par l'armée et aucun journaliste ne peut s'y rendre de façon indépendante.
Et c'est toute la région qui pâtit de cette nouvelle flambée de violence. 

"Les musulmans sont affamés chez eux. Les marchés sont fermés et les gens ne peuvent pas sortir de leurs villages, sauf pour fuir. Les autorités recourent à l'intimidation, en utilisant la nourriture et l'eau comme des armes", a expliqué un responsable humanitaire travaillant dans la région, cité par Amnesty International.

L'ONG estime que toute la région "est au bord d'une catastrophe humanitaire". 

"En bloquant l'accès des organisations humanitaires, les autorités mettent la vie de dizaines de milliers de personnes en danger et font preuve d'un mépris terrible pour la vie humaine", estime Tirana Hassan, d'Amnesty International.

La situation est extrêmement tendue dans cette zone très pauvre pour les équipes des organisations humanitaires depuis que le gouvernement birman de la Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi les a mises en cause, affirmant que des rations avaient été retrouvées dans des camps de rebelles.
Dans cette région, plus de 80.000 enfants souffrent de malnutrition et quelque 120.000 Rohingyas vivent dans des camps à Sittwe depuis des violences interconfessionnelles en 2012. Ils n'ont pas accès au marché du travail et leurs déplacements sont limités, ce qui les rend dépendants de l'aide alimentaire.

Sur la scène internationale, les critiques se font de plus en plus vives contre Aung San Suu Kyi.
Lundi, la jeune prix Nobel de la paix pakistanaise Malala Yousafzai l'a critiquée pour sa gestion du drame des Rohingyas.

Les autorités birmanes considèrent le million de Rohingyas comme des immigrés illégaux du Bangladesh voisin, même s'ils vivent en Birmanie depuis des générations. Le mot même de "Rohingya" est tabou en Birmanie, où on parle de "Bangladais".


http://actu.orange.fr/monde/birmanie-123-600-rohingyas-refugies-au-bangladesh-selon-l-onu-CNT000000N6eLj/photos/des-rohingyas-minorite-musulmane-de-birmanie-sont-regroupes-sous-un-abri-de-fortune-a-ukhia-dans-le-no-man-s-land-entre-le-bangladesh-et-la-birmanie-le-4-septembre-2017-56a3b4cc4fa06457eaf6f154b2d82e7b.html
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3923
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue   Jeu 07 Sep 2017, 6:54 am

Partout dans le monde, la solidarité musulmane s’exprime avec les Rohingyas

Anne-Bénédicte Hoffner, le 07/09/2017 à 14h40
Mis à jour le 07/09/2017 à 17h20

Des imams de la région lyonnaise ont choisi d’évoquer le génocide des Rohingyas en Birmanie dans leur prêche du vendredi 8 septembre.
Manifestations de soutien, dons, mais aussi appel aux politiques… La communauté musulmane exprime son soutien, et accuse les médias et la communauté internationale de se désintéresser de ces victimes « musulmanes ».



Une famille Rohingya atteint la frontière du Bangladesh, mardi 5 septembre 2017. / Bernat Armangue/AP

Dans plusieurs mosquées de la région lyonnaise, le prêche sera consacré au « génocide des Rohingyas en Birmanie », lors de la prière, vendredi 8 septembre.

« En onze jours selon l’ONU, plus de 130 000 Rohingyas sont allés se réfugier au Bangladesh ou se trouvent déjà plus de 400 000. (…) C’est comme si on avait forcé à l’exil tous les habitants de Lyon et Villeurbanne à la fois », écrivent les signataires de cet appel lancé à tous les imams de France, conduits par Kamel Kabtane, le recteur de la grande mosquée de Lyon, Azzedine Gaci, recteur de celle de Villeurbanne, et Abdelkader Bendidi, président du Conseil régional du culte musulman.


« Pour la simple raison qu’elle est musulmane »


D’autant qu’aux déplacements de population s’ajoutent « les massacres massifs, viols, infanticides » en cours. Autrement dit « l’extermination méthodique de toute une population pour la simple raison qu’elle est musulmane », n’hésitent pas à affirmer les imams.


En quelques jours, la mobilisation pour la cause des Rohingyas en Birmanie a pris comme une traînée de poudre au sein de la communauté musulmane, en France comme à l’étranger.
Les photos des violences en cours depuis la fin août dans l’Etat de Rakhine, région située à l’ouest du pays et secouée depuis plusieurs années par de fortes tensions entre musulmans rohingyas et bouddhistes, ont circulé.
L’émotion très vive qu’elles ont suscitée s’est rapidement propagée, déclenchant finalement des réactions officielles.

Autorités françaises et internationales


Le 6 septembre, le Rassemblement des musulmans de France (proche du Maroc) a exhorté dans un communiqué « les autorités françaises et internationales à agir au plus vite et avec la plus grande vigueur pour faire cesser l’extermination de populations civiles ». « L’Union européenne devrait également se mobiliser pour obtenir l’arrêt immédiat de cette violence aveugle et œuvrer pour la préservation de la dignité humaine pour ces populations meurtries », estime aussi son président Anouar Kbibech.

« Horrifiée par cette barbarie abjecte », l’Union des mosquées de France (proche du Maroc elle aussi) s’est insurgée le même jour contre « le déferlement de la haine et de la barbarie » contre ce peuple qu’elle considère comme « le plus persécuté du monde »

Marches de protestations et appels à la solidarité


Dans plusieurs pays, des marches de solidarité ou de protestation ont été organisées. En Indonésie, environ 4000 musulmans ont répondu à l’appel d’organisations islamistes et manifesté mercredi devant l’ambassade de Birmanie à Jakarta pour exiger la fin des violences.
A Moscou mais aussi dans le Caucase, d’autres rassemblements de musulmans ont également lieu, rapporte Le Courrier de Russie. Par ses messages de soutien aux victimes – « simplement parce qu’ils sont Rohingya et musulmans » – le président tchétchène, Ramzan Kadyrov, semble avoir contribué à la mobilisation.

Nombreux sont les fidèles ou les responsables musulmans à relayer les appels à la solidarité des ONG islamiques. Sur le site Internet de Human Appeal, les Rohingyas sont en tête des causes à soutenir, devant la Syrie, la Palestine ou le Yemen : l’association propose de financer un kit d’urgence pour une famille (130 €) ou un colis alimentaire pour un mois (90 €).

Nombreuses critiques


Les critiques les plus vives sont émises contre Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix qui a déploré un « iceberg de désinformation » sur le sujet.
Les médias, et plus largement de la communauté internationale, sont très largement accusés de se désintéresser du sujet.
« Il faut se rendre à l’évidence, la vie des Noirs, des Arabes et des musulmans à moins de valeur que la vie des autres désormais », a écrit le 5 septembre sur son compte Facebook l’intellectuel et militant Tariq Ramadan. « Le silence qui accompagne massacre des #Rohingya en dit long sur les colères sélectives de la "communauté internationale" dont le cœur ne bat plus qu’au rythme des indignations sélectives et orchestrées des US, de l’Europe et des grandes puissances ». ‬ Le post a été partagé plus de 7000 fois et approuvé par plus de 15 000 internautes.

Eviter tout amalgame


Mais d’autres voix s’élèvent, plaidant pour une solidarité moins sélective, ou en tout cas ne versant pas dans le dénigrement.
Dans son communiqué, l’Union des mosquées de France appelle par exemple « à rester vigilant quant aux images relayées et aux expressions utilisées afin d’éviter tout amalgame ou confusion avec l’immense majorité des bouddhistes et des valeurs que prône le bouddhisme ».

Certains groupes actifs sur la Toile pour déconstruire le discours musulman extrémiste – comme Radio Hihi – se sont eux aussi emparés de la question. Certains de leurs membres soulignent les liens qu’entretiennent l’Arabie Saoudite et les rebelles rohingyas.
« Une instrumentalisation de ce conflit par certaines puissances va forcément aggraver la situation. Avec l’Arabie qui rentre en jeu, la confessionnalisation du conflit va s’accroître avec des conséquences au-delà même des frontières de la Birmanie… », analyse l’un d’eux. « Le sens de la nuance… sera la clé de voûte d’une lecture juste (des événements) ! », reconnaît un autre, qui ne souhaite pas pour autant « faire une croix sur la cause ».

http://www.la-croix.com/Religion/Islam/Partout-monde-solidarite-musulmane-sexprime-Rohingyas-2017-09-07-1200875032
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3923
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue   Jeu 14 Sep 2017, 6:27 am

L'UE dénonce les violences contre les Rohingyas en Birmanie



Evolution du nombre de réfugiés musulmans Rohingyas ayant fui les violences dans l'Etat Rakhine de Birmanie pour le Bangladesh depuis le 25 août

AFP, publié le jeudi 14 septembre 2017 à 18h37
               
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a dénoncé jeudi la "catastophe choquante" qui frappe la minorité des Rohingyas en Birmanie, peu après que le Parlement européen a agité la menace de retirer son prix des droits de l'homme à la dirigeante Aung San Suu Kyi.

"Ce qui se passe en Birmanie est une catastrophe choquante (...) puisque une fois de plus on essaie d'éradiquer des ethnies entières", a déclaré M. Juncker, interrogé lors d'une émission avec des animateurs YouTube sur la chaîne Euronews.

Dans une résolution, le Parlement européen s'est dit jeudi "gravement préoccupé par la gravité et l'ampleur croissantes des violations des droits de l'homme, y compris les assassinats, les affrontements violents, la destruction des biens civils et le déplacement de centaines de milliers de civils" en Birmanie.

Il demande "aux forces militaires et aux forces de sécurité de cesser immédiatement les meurtres, le harcèlement et les viols de Rohingyas, ainsi que l'incendie de leurs maisons".

Quant au pouvoir civil en Birmanie, et notamment sa dirigeante de facto Aung San Suu Kyi, il doit "condamner fermement toute incitation à la haine raciale ou religieuse" et "lutter contre la discrimination sociale et l'hostilité" contre la minorité musulmane des Rohingyas, estiment les élus européens.

Le Parlement européen, réuni en séance plénière, rappelle avoir décerné en 1990 son "Prix Sakharov pour la liberté de la presse" à Mme Suu Kyi, qui venait alors d'être placée en résidence surveillée après que son parti eut remporté les élections.

Au vu du silence actuel de Mme Suu Kyi sur le sort des Rohingyas, les députés européens s'interrogent sur la possibilité "d'examiner si le prix Sakharov pourrait être révoqué en cas de violations" des critères ayant conduit à son attribution, à savoir notamment la défense des droits de l'homme et la protection des "droits des minorités".

Intervenant jeudi dans l'hémicycle du Parlement, la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a elle-même souligné que "Aung San Suu Kyi a été une source d'inspiration pour le monde démocratique".

"Les dirigeants du Myanmar (nom officiel de la Birmanie, ndlr) doivent montrer que la démocratie pour laquelle ils ont lutté peut s'appliquer à tous les habitants du pays, indépendamment des différences religieuses et ethniques", a-t-elle insisté.

"La violence doit cesser immédiatement", a-t-elle ajouté, évoquant une situation "complètement inacceptable" due aux "excès" des forces de sécurité birmanes. 

Depuis fin août, plus de 379.000 Rohingyas se sont réfugiés au Bangladesh, limitrophe de la Birmanie, pour fuir une campagne de répression de l'armée birmane consécutive à des attaques de rebelles rohingyas. Des milliers d'autres seraient toujours sur les routes.

Aung San Suu Kyi, ex-dissidente et prix Nobel de la paix 1991, est sous le feu des critiques à l'international pour sa position ambiguë sur le sort de cette minorité musulmane persécutée en Birmanie.

http://actu.orange.fr/monde/l-ue-denonce-les-violences-contre-les-rohingyas-en-birmanie-CNT000000NAuQ2/photos/la-fuite-des-rohingyas-236920002073a59b6bd13ed2e1f3eaaf.html
Revenir en haut Aller en bas
ZAHIA
MODERATION
MODERATION


Date d'inscription : 09/11/2010
Féminin
Messages : 2910
Pays : algerie
R E L I G I O N : chrétienne

MessageSujet: Re: En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue   Jeu 14 Sep 2017, 7:30 am

C est les musulmans integristes qui ont commence les hostilites !!!!

j'avais plutôt compris que c'était les bouddhistes intégristes, mais je peux m'être trompée. En fait, on a du mal à s'y retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3923
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue   Jeu 14 Sep 2017, 9:43 pm

@ZAHIA a écrit:
C est les musulmans integristes qui ont commence les hostilites !!!!

j'avais plutôt compris que c'était les bouddhistes intégristes, mais je peux m'être trompée. En fait, on a du mal à s'y retrouver.

les posts ont été bidouillé, car c'est moi qui ai répondu cela à Zahia ...

Nicodème a ouvert un nouveau fil qui peut expliquer un peut un peu mieux :

http://www.forum-religions.com/t15185-la-birmanie-et-l-islam
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3923
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue   Ven 15 Sep 2017, 6:44 am

Rohingyas : le cardinal Bo appelle à « désamorcer la tension »


Claire Lesegretain, le 15/09/2017 à 15h54
Mis à jour le 15/09/2017 à 16h15


Dans le magazine « Time », l’archevêque de Yangon appelle la communauté internationale à utiliser « un langage qui ne sera partisan ni pour l’un ou l’autre bord » à propos du conflit opposants Birmans bouddhistes et Rohingyas musulmans.
Selon le cardinal birman, « Aung San Suu Kyi marche sur une voie étroite » et doit composer avec les militaires.



http://www.la-croix.com/Religion/Islam/Rohingyas-cardinal-Bo-appelle-desamorcer-tension-2017-09-15-1200877144
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3923
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue   Sam 07 Oct 2017, 6:19 am

Rohingyas : la trêve observée par les rebelles s'achève lundi soir 


Un enfant Rohingya dans le camp de réfugiés de Thyangkhali à Teknaf (Bangladesh), le 7 octobre 2017

AFP, publié le samedi 07 octobre 2017 à 18h32
               
Les activistes rohingyas, dont les attaques fin août en Birmanie avaient déclenché une campagne de répression de l'armée, ont souligné samedi que le cessez-le-feu unilatéral d'un mois, déclaré le 10 septembre, s'achevait dans deux jours, tout en disant rester ouverts à la paix.

Dans un communiqué publié sur Twitter, l'Armée du salut des Rohingyas de l'Arakan (ARSA) explique que la trêve s'achèvera le 9 octobre à minuit.

"La pause humanitaire a été décidée afin de permettre aux acteurs humanitaires d'évaluer et de répondre à la crise humanitaire en Arakan", l'actuel Etat Rakhine dans l'ouest de la Birmanie, selon ce communiqué. "Si, à n'importe quelle étape, le gouvernement birman se montre ouvert à la paix, alors l'ARSA lui réservera un bon accueil et agira en réciprocité".

Dans les camps de réfugiés du Bangladesh, la prochaine fin du cessez-le-feu était accueillie avec circonspection. Des Rohingyas interrogés par l'AFP redoutaient une nouvelle flambée de violences qui relancerait l'exode vers ce pays pauvre et y aggraverait la crise humanitaire.

"L'armée (birmane) et l'ARSA devraient s'asseoir à une même table. La solution est dans la négociation, pas en se massacrant et en se mutilant les uns les autres", a déclaré Mohammed Idriss, réfugié du camp de Kutupalong.

Un responsable de l'ONU basé à Dacca, Robert Watkins, a lui fait part de son inquiétude concernant le projet d'extension du camp de Kutupalong, où vivent déjà plus de 300.000 réfugiés Rohingyas et dont la capacité pourrait être portée 800.000 places.

"Quand vous concentrez trop de gens dans un petit espace, en particulier des personnes vulnérables aux maladies, c'est dangereux", a-t-il déclaré à l'AFP.

"En cas de maladies infectieuses, il y a beaucoup plus de chances qu'elles se transmettent rapidement", a-t-il ajouté, en mentionnant également les risques en cas d'incendie dans le camp.
Les nouveaux abris doivent être construits sur une surface de quelque 1.200 hectares, accolée au camp actuel, qui pourrait devenir le plus grand camp de réfugiés au monde.

Des attaques coordonnées de plusieurs dizaines de postes-frontières birmans le 25 août par des rebelles rohingyas ont déclenché une opération de répression de l'armée birmane qui a suscité la fuite de plus d'un demi-million de réfugiés rohingyas depuis le nord de l'Etat Rakhine vers le Bangladesh.
Cela représente la moitié de cette communauté musulmane apatride d'un million de personnes, installée en Birmanie depuis des décennies.

Dans son communiqué, l'ARSA, apparue il y a quelques mois, affirme avoir aidé à fournir "un passage sûr" aux réfugiés fuyant vers le Bangladesh.

L'ONU juge que l'armée birmane et les milices bouddhistes se livrent à une épuration ethnique contre la minorité  musulmane.

Accusée d'incendier des villages pour inciter les Rohingyas au départ, l'armée birmane a mis en cause vendredi les rebelles rohingyas eux-mêmes. Les autorités birmanes interdisent l'accès à la zone de conflit.

Après quelques jours d'accalmie, l'exode des Rohingyas vers le Bangladesh a repris à grande échelle cette semaine, principalement en raison du manque de nourriture dans l'ouest de la Birmanie, où la souffrance est "inimaginable" selon l'ONU.

Selon les chiffres publiés vendredi par l'ONU, quelque 515.000 réfugiés ont fui la Birmanie vers le Bangladesh depuis le 25 août. Environ 2.000 réfugiés continuent à arriver chaque jour, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

http://actu.orange.fr/monde/rohingyas-la-treve-observee-par-les-rebelles-s-acheve-lundi-soir-CNT000000PJM4i.html
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3923
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue   Mar 10 Oct 2017, 1:31 am

Rohingyas: grand rallye "interreligieux" en Birmanie pour la "paix"





Des Birmans participant à un rallye "interreligieux" brandissent des portraits d'Aung San Suu Kyi, le 10 octobre 2017 à Rangoun



AFP, publié le mardi 10 octobre 2017 à 13h56
              


Des dizaines de milliers de Birmans ont participé mardi à un grand rallye "interreligieux" co-organisé par le parti au pouvoir, soucieux de casser l'image d'une Birmanie bouddhiste xénophobe, pointée du doigt pour sa responsabilité dans la crise des musulmans rohingyas.

"Cette cérémonie doit montrer au monde que toutes les religions dans notre pays cohabitent en toute amitié dans notre pays", a expliqué à l'AFP Win Maung, élu de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), le parti de la dirigeante Aung San Suu Kyi.

Selon les organisateurs, l'évènement a mobilisé quelque 40.000 personnes, qui ont réussi à quasiment remplir un grand stade de football de la capitale économique, Rangoun, selon des journalistes de l'AFP sur place.

Dans l'assistance venue "prier pour la paix", tenant tous le même portrait d'Aung San Suu Kyi en main, des bouddhistes, mais aussi quelques chrétiens et des musulmans, religions ultra-minoritaires en Birmanie.

Il s'agit du premier rassemblement interreligieux organisé en Birmanie depuis le début de l' exode
des Rohingyas en masse vers le Bangladesh voisin, motivé par des violences que se rejettent rebelles rohingyas et armée.

Plus d'un demi-million de musulmans rohingyas sont arrivés depuis fin août au Bangladesh pour fuir ce que l'ONU considère comme une épuration ethnique en Birmanie. Après un ralentissement, l'exode a repris en force cette semaine.

"Nous sommes profondément désolés de la réaction de la communauté internationale, basées sur des informations erronées", a ajouté le député Win Maung, reprenant l'argumentation classique en Birmanie selon laquelle la communauté internationale a un parti pris pro-rohingya. 

La crise des Rohingyas "n'est pas un problème religieux à la base, mais cela en devient un à cause du meurtre de membres de communautés ethniques", assure dans l'assistance un moine bouddhiste, Eainda Wun Tha, interrogé par l'AFP.

"Je pense qu'Aung San Suu Kyi fait de son mieux pour résoudre le problème", ajoute-t-il, alors que la Prix Nobel de la paix birmane est très critiquée pour son manque d'empathie envers les Rohingyas, considérés comme une des minorités les plus persécutées au monde, dans ce pays marqué par un fort nationalisme bouddhiste.

Elle doit composer avec une armée qui reste très puissante, malgré l'autodissolution de la junte en 2011, ainsi qu'une opinion publique largement xénophobe et anti-musulmane.


http://actu.orange.fr/monde/rohingyas-grand-rallye-interreligieux-en-birmanie-pour-la-paix-CNT000000PQOIr/photos/des-birmans-participant-a-un-rallye-interreligieux-brandissent-des-portraits-d-aung-san-suu-kyi-le-10-octobre-2017-a-rangoun-fb35b6727622899917f1c2e3b2be47cc.html
Revenir en haut Aller en bas
 

En Birmanie, la persécution des musulmans Rohingya continue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La persécution des chrétiens dans le monde, un des signes de l'Apocalypse ?
» En Algérie, les chrétiens menacés de persécution !
» persécution des chrétiens
» Persécution des chrétiens en Inde !!!!!
» Persécution de Chrétiens au Vietnam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Actualité-