*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 Crise entre la Turquie et les Pays-Bas, Erdogan crie au "nazisme"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Crise entre la Turquie et les Pays-Bas, Erdogan crie au "nazisme"    Sam 11 Mar 2017, 9:31 am

Crise entre la Turquie et les Pays-Bas, Erdogan crie au "nazisme"

AFP, publié le samedi 11 mars 2017 à 19h40

Diplomatie: l'interdiction faite au ministre turc des Affaires étrangères d'atterrir aux Pays-Bas vire à la crise

L'interdiction faite au ministre turc des Affaires étrangères d'atterrir aux Pays-Bas pour y mener campagne en faveur du président turc a viré à la crise diplomatique samedi, Recep Tayyip Erdogan accusant La Haye d'entretenir des "vestiges du nazisme".

Les Pays-Bas, en pleine campagne électorale, ont annoncé qu'ils "retiraient les droits d'atterrissage" de l'avion qui aurait dû conduire Mevlut Cavusoglu sur leur sol. "Les autorités turques ont menacé publiquement de sanctions. Cela rend impossible la recherche d'une solution raisonnable", a expliqué le gouvernement néerlandais.

La décision de La Haye a suscité l'ire du président Recep Tayyip Erdogan qui a dénoncé des "vestiges du nazisme". Des propos qualifiés de "fous" et "déplacés" par le Premier ministre néerlandais Mark Rutte. 

En revanche, et à rebours de la décision de La Haye, les autorités locales ont confirmé la venue de M. Cavusoglu dimanche à Metz, dans l'est de la France, pour un meeting.

Mevlut Cavusoglu est attendu à Metz "en début d'après-midi", a indiqué Alain Carton, secrétaire général de la préfecture de Moselle, qui représente l'Etat français localement. "Une salle du centre des congrès est louée par une association turque locale", a-t-il été précisé.

Le déplacement du ministre turc en France a été "accepté par le ministère des Affaires étrangères" a déclaré M. Carton, rappelant que "la préfecture est chargée de la sécurité de la manifestation et des abords et le fait qu'il n'y ait pas de trouble à l'ordre public".
"Le ministère (des Affaires étrangères) a été informé de la venue du ministre", a confirmé une source diplomatique française.

 L'avion du chef de la diplomatie turc "a décollé" pour la France, a indiqué de son côté samedi soir un responsable turc s'exprimant sous condition de l'anonymat. Le ministre devait également se rendre dimanche à Zurich, en Suisse.

M. Cavusoglu avait défié samedi matin les autorités néerlandaises en maintenant une visite prévue à Rotterdam dans le cadre de la campagne du référendum prévu en Turquie le 16 avril sur le renforcement des pouvoirs présidentiels, et en les menaçant de "lourdes sanctions" si elles l'empêchaient de venir. Il devait assister à un meeting. 

Mais le gouvernement néerlandais avait fait savoir jeudi son opposition à cette visite, et le meeting avait été annulé dès mercredi par le maire de Rotterdam - au motif de l'indisponibilité du gérant de la salle.

M. Erdogan a laissé entendre que la Turquie riposterait en interdisant aux responsables néerlandais d'atterrir sur son territoire, mais n'empêcherait pas "les visites de citoyens" néerlandais.

M. Cavusoglu, s'exprimant depuis Istanbul, a jugé "inacceptable" l'attitude des Pays-Bas. Et dans la métropole turque, une cinquantaine de manifestants se sont rassemblés devant le consulat des Pays-Bas pour protester.
La Turquie a convoqué le chargé d'affaires néerlandais à Ankara, selon un responsable du ministère turc des Affaires étrangères qui a requis l'anonymat. 

D'après l'agence progouvernementale Anadolu, la ministre turque de la Famille, Fatma Betül Sayan Kaya, comptait pour sa part se rendre à Rotterdam par la route, depuis Dusseldorf (Allemagne). 

A Rotterdam, la police a fermé la rue où se trouve le consulat de Turquie, invoquant "des informations selon lesquelles un certain nombre de personnes comptent s'y rassembler".

- 'Solution acceptable' -

L'exécutif turc misait sur sa campagne en Europe pour toucher la diaspora. Aux Pays-Bas vivent ainsi près de 400.000 personnes d'origine turque.

"Les Pays-Bas ne veulent pas" que la visite du ministre Cavusoglu ait lieu, avait expliqué jeudi le chef de la diplomatie Bert Koenders. "Nous ne participerons pas à la visite d'un responsable gouvernemental turc qui veut mener une campagne politique pour le référendum", avait-il poursuivi, soulignant qu'"aucun des moyens habituels fournis pour une visite ministérielle ne seront accordés".

La Haye et Ankara discutaient depuis lors pour trouver "une solution acceptable", notamment "pour voir si les autorités turques pouvaient déplacer le rassemblement et lui donner un caractère privé, à petite échelle dans le consulat turc ou l'ambassade", a précisé samedi le gouvernement néerlandais.

La crise entre les Pays-Bas et la Turquie survient à quelques jours du scrutin législatif néerlandais mercredi, au terme d'une campagne où l'islam a été un thème majeur. Le parti du député anti-islam Geert Wilders est donné en deuxième place par les derniers sondages.

La campagne lancée en Europe auprès de la diaspora turque est à l'origine de tensions entre plusieurs pays et la Turquie, à commencer par l'Allemagne, en raison de l'annulation par plusieurs villes allemandes de rassemblements pro-Erdogan.

Celui-ci avait accusé le 5 mars l'Allemagne de "pratiques nazies", des propos qui avaient suscité la colère à Berlin et à Bruxelles. Mais la chancelière Angela Merkel avait appelé à "garder la tête froide".

L'Allemagne compte la plus importante communauté turque au monde hors de Turquie, avec 1,4 million de personnes. 

http://actu.orange.fr/monde/crise-entre-la-turquie-et-les-pays-bas-erdogan-crie-au-nazisme-CNT000000ErqTu/photos/le-ministre-turc-des-affaires-etrangeres-mevlut-cavusoglu-le-7-mars-2017-a-hambourg-dd895ca49b2c92335824605a46c25757.html
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3610
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Crise entre la Turquie et les Pays-Bas, Erdogan crie au "nazisme"    Lun 13 Mar 2017, 9:58 pm

Tensions avec les Pays-Bas : Ankara veut saisir la Cour européenne des droits de l’homme

Dans un discours diffusé lundi à la télévision, le président turc a également accusé l’Allemagne de soutenir « implacablement » le terrorisme.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 13.03.2017 à 10h51 • Mis à jour le 14.03.2017 à 08h29

La Turquie prendra « toutes les mesures diplomatiques possibles » et saisira la Cour européenne des droits de l’homme, a déclaré lundi 13 mars le président du pays, Recep Tayyip Erdogan, à la suite du refus des autorités néerlandaises d’autoriser les meetings de deux de ses ministres aux Pays-Bas au cours du week-end.

D’autres interventions de membres du gouvernement turc ont également été annulées ces derniers jours en Allemagne, Autriche, Suède, Suisse, pour des raisons de sécurité, provoquant l’ire d’Ankara. L’objectif de ces déplacements à travers l’Europe était de promouvoir auprès de la diaspora la réforme renforçant les pouvoirs du président, qui sera soumise à référendum le 16 avril.

Des mesures de rétorsion contre les Pays-Bas

Dans la soirée de lundi, le gouvernement turc a adopté une série de mesures de rétorsion visant les Pays-Bas. Les rencontres bilatérales de haut niveau ont été suspendues, et l’ambassadeur néerlandais a été déclaré persona non grata dans le pays. Ce, « jusqu’à ce que les conditions que nous avons posées soient remplies », a affirmé le vice-premier ministre, Numan Kurtulmus, après une réunion du conseil des ministres. En outre, Ankara va demander au Parlement de dénoncer le traité d’amitié unissant les deux pays.

Prudence pour les voyageurs en Turquie

Les Pays-Bas ont appelé leurs ressortissants en Turquie à la prudence. Dans un nouvel avis aux voyageurs, le site du ministère des affaires étrangères prévient : « Il y a depuis le 11 mars des tensions diplomatiques entre la Turquie et les Pays-Bas. Restez vigilants et évitez les rassemblements et les endroits très fréquentés. » Les Pays-Bas ont également déconseillé de voyager près des frontières avec la Syrie et l’Irak et répété que les voyageurs pouvaient s’enregistrer auprès de l’ambassade.

La police néerlandaise mise en cause

Les autorités turques se sont plaintes, quant à elles, du comportement de la police néerlandaise ce week-end à Rotterdam. Dans une note diplomatique, le ministère des affaires étrangères considère que l’intervention des forces de l’ordre contre des manifestants qui s’étaient rassemblés dans la nuit de samedi à dimanche devant le consulat était disproportionnée. Des chiens et un canon à eau avaient été utilisés pour disperser les centaines de partisans d’Erdogan qui s’étaient regroupés devant le bâtiment.

L’Allemagne et Angela Merkel critiquées

Dans un discours diffusé dans la foulée à la télévision, M. Erdogan a également accusé l’Allemagne de soutenir « implacablement » le terrorisme. La Turquie accuse de longue date le pays d’accorder l’asile à des militants de la cause kurde et à des suspects recherchés pour le coup d’Etat manqué du 15 juillet 2016.

Le président a, en outre, critiqué Mme Merkel pour le soutien qu’elle a exprimé au premier ministre néerlandais, Mark Rutte, dans la crise diplomatique qui oppose La Haye et Ankara. La chancelière a jugé « aberrantes » ces accusations et refuse la surenchère, selon son porte-parole, Steffen Seibert. Elle « n’a pas l’intention de participer à un concours de provocations », a-t-il ajouté.

Appels au calme de l’Union européenne et des Etats-Unis

L’Union européenne a exhorté Ankara « à s’abstenir de toute déclaration excessive et d’actions qui risqueraient d’exacerber la situation », a affirmé dans une déclaration la responsable de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, cosignée par le commissaire Johannes Hahn, chargé de la politique de voisinage de l’UE.

Le département d’Etat a, lui aussi, appelé au calme la Turquie et les Pays-Bas. « Ils sont tous les deux des partenaires solides et des alliés de l’OTAN. Nous leur demandons simplement d’éviter l’escalade et de s’efforcer de régler la situation », a plaidé un haut responsable de la diplomatie
américaine. « J’encourage tous les alliés à faire preuve de respect mutuel, à être calmes et à avoir une approche mesurée, pour contribuer à une désescalade des tensions », a déclaré le chef de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord, Jens Stoltenberg.

Jean-Marc Ayrault, le ministre des affaires étrangères français, a, lui, critiqué l’attitude de la Turquie : « Quand les gens utilisent des mots comme “fascisme” ou “nazis”, ce n’est pas acceptable parce que ce sont des mots très violents. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2017/03/13/tension-persistante-entre-la-haye-et-ankara_5093598_3210.html#cuPyooOoMiIKbZB0.99
Revenir en haut Aller en bas
Swany
.
.
avatar

Date d'inscription : 21/01/2017
Féminin
Messages : 141
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Chrétienne avant tout

MessageSujet: Re: Crise entre la Turquie et les Pays-Bas, Erdogan crie au "nazisme"    Mar 14 Mar 2017, 7:08 am

Bonjour chère Capucine , enfin j'ai réussi à me connecter et en suis contente .

La Turquie est divisé , entre le pro Islamistes , et les pro Européens , sa finira par une réelle guerre civil ils vont centre tuer l'un l'autre , et qui aura le fin fond de l'histoire et le peuple va souffrir , et les dirigeants politiques relèveront la tête .
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 18731
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: Crise entre la Turquie et les Pays-Bas, Erdogan crie au "nazisme"    Mar 14 Mar 2017, 7:27 am

Swany a écrit:
Bonjour chère Capucine , enfin j'ai réussi à me connecter et en suis contente .

La Turquie est divisé , entre le pro Islamistes , et les pro Européens , sa finira par une réelle guerre civil ils vont centre tuer l'un l'autre , et qui aura le fin fond de l'histoire et le peuple va souffrir , et les dirigeants politiques relèveront la tête .

Erdogan est un islamiste en costume. Son ambition est de devenir calife des musulmans et de recréer une grande zone de domination turque comme elle existait lors de l'empire ottoman.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crise entre la Turquie et les Pays-Bas, Erdogan crie au "nazisme"    

Revenir en haut Aller en bas
 

Crise entre la Turquie et les Pays-Bas, Erdogan crie au "nazisme"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Turquie menace d'expulser 100 000 ressortissants arméniens
» La nouvelle université des Antilles : La présidente de l'université se déclare lassée par la nouvelle crise entre guadeloupéens et martiniquais
» Le plus décadent d'entre vous – peuple ou pays – subira les plus grandes tribulations... !
» Place de la Turquie ?
» Liens entre l'Apartheid, nazisme et sionisme.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Actualité-