*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 Le futur chef de la diplomatie américaine dénonce le "danger" russe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3920
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Le futur chef de la diplomatie américaine dénonce le "danger" russe    Mer 11 Jan 2017, 7:19 am

Le futur chef de la diplomatie américaine dénonce le "danger" russe

AFP, publié le mercredi 11 janvier 2017 à 18h49

Etats-Unis: nous ne seront probablement jamais "amis" avec la Russie, juge le secrétaire d'Etat Rex Tillerson
Le chef de la diplomatie américaine nommé par Donald Trump, l'ex-PDG d'ExxonMobil Rex Tillerson, a pris mercredi le contre-pied d'accusations de proximité avec Moscou en dénonçant le "danger" russe en Europe et pour les intérêts des Etats-Unis.

L'ancien patron du géant pétrolier mondial jusqu'au 31 décembre dernier, auditionné par la commission des Affaires étrangères du Sénat pour être confirmé comme secrétaire d'Etat, est un proche du président russe Vladimir Poutine avec lequel le président élu des Etats-Unis Donald Trump prône justement un rapprochement.
Cette audition de M. Tillerson se tient dans un contexte extrêmement lourd à Washington: les Etats-Unis accusent la Russie d'avoir interféré dans leur campagne présidentielle dans le but de favoriser Donald Trump et de discréditer sa rivale Hillary Clinton.

Et le prochain locataire de la Maison Blanche a démenti mercredi avoir fait l'objet de pressions russes, après que des médias américains eurent publié des notes du renseignement américain faisant état de dossiers compromettants sur le milliardaire qui seraient aux mains de Moscou.

"La Russie représente aujourd'hui un danger", a dénoncé Rex Tillerson.

Il a dénoncé le fait que Moscou avait "envahi l'Ukraine en s'emparant de la Crimée et (avait) apporté son soutien aux forces syriennes qui ont violé avec une grande brutalité les lois de la guerre".

- Poutine, 'criminel de guerre' -

M. Tillerson, un Texan de 64 ans à l'imposante carrure et qui s'exprimait pour la première fois depuis sa nomination le 13 décembre, a toutefois refusé d'aller dans le sens du sénateur républicain Marco Rubio, qui a accusé M. Poutine d'être un "criminel de guerre".

Celui qui a fait toute sa carrière chez ExxonMobil avait tissé dès 1999 une relation qu'il avait lui-même qualifiée un jour de "très proche" avec le chef du Kremlin. Ce dernier l'avait d'ailleurs décoré en 2012 de l'ordre de l'Amitié, une décoration décernée aux étrangers.

Rex Tillerson était donc attendu au tournant par le Sénat sur sa proximité avec la Russie, notamment en raison des investissements d'ExxonMobil dans l'industrie pétrolière russe.

Le sénateur démocrate Ben Cardin a ainsi accusé "le président Poutine d'avoir depuis plus d'une décennie tué l'émergence de la démocratie dans (son) pays et de s'être attelé à éroder le soutien à la démocratie en Europe".

"Nos alliés de l'Otan ont raison de s'alarmer de la résurgence de la Russie", lui a répondu M. Tillerson, dénonçant les ambitions prêtées à Moscou en Europe.

Durant la campagne présidentielle, le candidat Trump avait vanté un réchauffement des liens Washington-Moscou et il avait critiqué l'Alliance atlantique, en particulier l'Article 5 de la charte de l'Otan stipulant une solidarité entre Etats membres en cas d'agression extérieure.

Cela avait inquiété les alliés européens de l'Amérique.

Rex Tillerson, qui brigue la tête de la diplomatie américaine après le mandat de quatre ans de John Kerry, a également admis que "même si la Russie cherche à se faire respecter sur la scène internationale, ses activités récentes sont allées à l'encontre des intérêts américains".

- 'Jamais amis' -

"Nous ne serons probablement jamais amis" en raison de "systèmes de valeurs clairement différents", a-t-il encore souligné.

Au contraire, le président élu Trump n'a cessé de saluer l'"intelligence" de M. Poutine et il a encore affirmé mercredi lors de sa première conférence de presse depuis son élection le 8 novembre que si le chef de l'Etat russe l'appréciait, c'était "un atout".

Devant le Sénat, Rex Tillerson ne s'est pas attardé sur le piratage informatique durant la présidentielle américaine pour lequel Washington accuse Moscou et a pris des sanctions antirusses.

Mais pour l'industriel, totalement novice en politique, ces mesures de rétorsion décidées par le président sortant Barack Obama "font du mal aux milieux d'affaires américains" désireux d'investir en Russie.
Même si la politique étrangère de M. Trump reste floue, il veut non seulement réchauffer les liens avec Moscou après les années de froid sous l'administration Obama et au contraire être plus dur avec la Chine, notamment en matière commerciale.

Ainsi, Rex Tillerson a déploré que Pékin "n'ait pas été un partenaire fiable pour user de son influence afin d'endiguer la Corée du Nord" et ses programmes militaires balistique et nucléaire sanctionnés par la communauté internationale. Il a jugé que les objectifs de la seconde puissance mondiale étaient parfois "en conflit avec les intérêts américains".

http://actu.orange.fr/monde/le-futur-chef-de-la-diplomatie-americaine-denonce-le-danger-russe-CNT000000B25X5/photos/le-secretaire-d-etat-americain-designe-rex-tillerson-le-11-janvier-2017-a-washington-818d4828e6fd3b24959a104cd1ecaedf.html
Revenir en haut Aller en bas
 

Le futur chef de la diplomatie américaine dénonce le "danger" russe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les révélations de WikiLeaks sur les coulisses de la diplomatie américaine
» Le futur spatial US : quels choix adopter ?
» Decadal Survey : la vision américaine de l’astronomie du futur
» Master chef
» Futur Capteur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Actualité-