*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 L'Ascension du Seigneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 10540
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: L'Ascension du Seigneur   Mer 04 Mai 2016, 5:02 pm



Ascension, que fêtons-nous ?

Pourquoi l'Ascension est-elle célébrée un jeudi ? Quel est le sens de cette fête ? Explications. Publié le 29 mars 2016.


Le jour de l'Ascension tombe toujours un jeudi. Pourquoi ? Parce que cette fête se célèbre quarante jours après le dimanche de Pâques, jour de la Résurrection de JESUS. Donc, faites le compte...

Ce nombre de quarante jours provient du livre des Actes des Apôtres où Luc écrit que JESUS "pendant quarante jours, était apparu aux apôtres et les avait entretenus du Royaume de Dieu" (Actes 1, 3). L’Église a retenu ce chiffre alors que pour les évangiles de Marc ou de Luc aucune mention n'est faite de ce délai de quarante jours. Bien au contraire leurs récits se gardent bien de donner le moindre délai, comme si les événements de la Résurrection de JESUS, les apparitions du Ressuscité, son ascension et le don de l'Esprit étaient une seule et même réalité.

Quarante jours après Pâques

Toujours est-il que depuis le IVe siècle, l’Église a fixé la date de cette fête quarante jours après Pâques. Il y a clairement l'intention de faire le pendant aux quarante jours du Carême : après quarante jours de prières et de jeûnes, autant de jours de fêtes et de joie !

Assez rapidement, la tradition chrétienne a situé l'Ascension sur le lieu du mont des Oliviers. Jardin en face de la ville de Jérusalem, lieu de rencontre habituel de JESUS et de ses disciples. Sur place, la tradition dit qu'on peut même voir la trace des pieds de JESUS qui serait restée sur le rocher !

Entrer dans la gloire de Dieu

De toutes les façons il est inutile de chercher à connaître, malgré les précisions données dans les récits bibliques, les conditions réelles de cet événement. Ce qui, en revanche, est plus manifeste - et tel est le sens premier qui apparaît dans les récits bibliques -, c'est la signification que revêt cet événement : en montant aux Cieux, JESUS exprime ce que signifie sa résurrection d'entre les morts, à savoir entrer dans la gloire de Dieu. Tel est aussi notre avenir : entrer nous aussi dans cette gloire du Père qui nous est promise.

Très rapidement, cette fête a connu une très grande importance. En France, lors du concordat signé entre Bonaparte et le pape Pie VII, l'Ascension est restée l'une des quatre fêtes d'obligation avec Noël, l'Assomption et la Toussaint. C'est-à-dire que même si ces jours ne tombent pas un dimanche, ils sont des jours chômés comme le dimanche. Aucun travail ces jours-là, mais grande fête et célébration dans les églises !

Cette obligation légale de jour chômé a été maintenue en 1905 lors de la renégociation des relations entre l’État français et l’Église catholique. C'est pourquoi, encore aujourd'hui, le jeudi de l'Ascension est férié!

Croire.com




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 10540
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: L'Ascension du Seigneur   Ven 06 Mai 2016, 7:48 pm



Bible

L'Ascension éclairée par le langage de la Bible

"Dieu au sommet de l'Univers " : l'Ascension éclairée par le langage de la Bible. Un article de Jacques Nieuviarts, bibliste. Publié le 29 mars 2016.

L'Ascension est une fête qui concerne l'identité de JESUS, et celle du croyant, transformé par son adhésion au Christ.

Des chiffres et des dates

Quarante jours après Pâques, nous fêtons l'Ascension, puis quelque dix jours après, la Pentecôte. Deux grandes dates qui disent avant tout le temps de la foi. Quarante jours après Pâques, c'est le temps parfait de la naissance du disciple, le temps d'une révélation ! La fête de l'Ascension, comme celle de la Pentecôte, concerne l'identité profonde de JESUS, et celle du croyant, transformé par son adhésion à JESUS, par la proximité qui le gagne face au mystère.

JESUS dans les airs

Nous sommes probablement desservis par les magnifiques représentations que les peintres ont données de ce grand moment du mystère de la foi. Nous savons ainsi que les anges ont des ailes, puisque Fra Angelico les a peintes si belles, si légères et si douces. Et tout laisse à penser que l'Ascension a été un départ de JESUS dans les airs. Les peintres en effet ont montré cette ascension dans son élan, et dans le mouvement d'un corps peu à peu absorbé par le nuage. Et nous pensons, inconsciemment, que Dieu est dans ce ciel…-là.

C'est ignorer le parler biblique, qui ne peut situer Dieu qu'en haut, au sommet de l'univers, tandis que le lieu de la mort, et aussi celui du mal, est en bas vers le sol (relire par exemple Genèse 4, 7), ou plus bas encore pour la mort, au Shéol. La Bible désigne ainsi le pays de la mort, lieu d'obscurité et surtout de silence, tandis que la vie est mouvement, joie, parole de louange à Dieu. Oui, telle est la plus belle figure de la vie (Isaïe 38, 10-20) !

La cosmologie juive

Pour saisir l'ensemble de ces images dans lesquelles s'exprime la foi biblique, il faut se souvenir de la représentation biblique du monde. Il faut nous représenter un grand cercle. La moitié supérieure serait la voûte céleste, à laquelle sont accrochés les astres : soleil, lune, étoiles, tous les luminaires dont parle la Bible dès son premier chapitre, tandis qu'à Babylone on les considère comme des divinités. Pour l'homme de la Bible, les astres ne sont que des créatures du Dieu unique.

Le cercle serait traversé en sa moitié par un grand axe horizontal, celui de la mer, sur laquelle est posée comme une galette la terre ferme, soutenue comme le disent certains psaumes, par les colonnes de la terre. La mer est le lieu des démons et des puissances hostiles, tel le monstre Léviathan dont parle la Bible. Et lorsque JESUS apaise la mer en tempête, il impose silence aux démons. Il exorcise la mer (cf. Matthieu 8, 23-27).

Sous la terre se trouve le shéol, ou séjour des morts, lieu du silence, de la non vie. Aucune image comme nos terribles représentations médiévales, de démons fourchus et cornus accablant les pauvres damnés. Car la mort n'est pas damnation : elle est silence, non vie, cessation de tout.

Dieu au sommet de l'univers

Dans cette représentation, Dieu est au sommet de l'univers, bien sûr. En bas, ce sont les puissances du mal et de la mort. C'est ainsi. Mais on peut dès lors relire un des grands textes du Nouveau Testament parlant du Christ, une hymne très ancienne, antérieure même à la lettre de saint Paul dans laquelle elle s'inscrit. Elle vient sous la plume de Paul comme l'illustration ou l'éclairage le plus spontané (cf. ci-dessous sa première phrase). On appelle souvent ce texte Hymne aux Philippiens :

"Ayez entre vous les dispositions que l'on doit avoir dans le Christ JESUS : lui qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être traité à l'égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s'est abaissé lui-même, en devenant obéissant jusqu'à mourir, et à mourir sur une croix. C'est pourquoi Dieu l'a élevé au-dessus de tout ; il lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms, afin qu'au Nom de JESUS, aux cieux, sur terre et dans l'abîme, tout être vivant tombe à genoux, et que toute langue proclame : "JESUS Christ est le Seigneur", pour la gloire de Dieu le Père" (Philippiens 2, 5-11).

Lire et relire la Bible

Le texte que nous venons de lire est beaucoup plus riche qu'on ne le croit. Il dit le chemin du Christ : d'où il vient - de Dieu - et où il va : vers Dieu, à la droite de Dieu. Sur le plan théologique, ce texte est essentiel. Et il repose, on le voit, sur la représentation de l'univers dont nous venons de parler. Venu de Dieu, et prenant condition d'homme, JESUS descend. Mais Dieu l'a élevé au-dessus de tout, lui donnant le nom qui est au-dessus de tous les noms, afin qu'au Nom de JESUS, aux cieux, sur terre et dans l'abîme, tout être vivant tombe à genoux, et que toute langue proclame : "JESUS Christ est le Seigneur", à la gloire de Dieu le Père.

Les mots de la foi et du Credo

Le Credo reprend et poursuit cette affirmation de foi et ce mouvement. Dans sa version la plus simple, celle du Symbole des Apôtres, il dit en mots très simples : Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, et en JESUS-Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie. Et cette proclamation de la foi se poursuit : il a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers. Le troisième jour, est ressuscité des morts ; est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu, le Père tout-puissant, d'où il viendra juger les vivants et les morts….

Les mots, on le voit, sont très proches de ceux que nous avons lus dans l'Hymne aux Philippiens. Ce qui peut parfois sembler étrange, s'explique alors : Christ en sa mort et sa résurrection, va jusqu'aux tréfonds de la mort. Les icônes de la résurrection le montrent, vainqueur de la mort et du tombeau, et prenant par la main… Adam, le premier homme, et Eve. Les ramenant à la vie, les touchant de sa résurrection, c'est tout le séjour des morts, c'est toute mort, c'est la création et l'humanité tout entières qu'il touche ainsi de résurrection.

Ainsi les mots de la foi s'éclairent-ils de façon simple lorsque l'on redécouvre les mots et les images, l'univers de la Bible.

Jacques Nieuviarts, bibliste
Croire.com




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 10540
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: L'Ascension du Seigneur   Mer 24 Mai 2017, 6:45 pm






« Est monté au ciel, est assis à la droite de Dieu »


Nicolas Senèze, le 05/04/2013 à 17h10

la-croix.com


L’épisode de l’Ascension souligne que le Christ, dans la dynamique de la Résurrection, précède l’humanité dans le Royaume glorieux du Père où il siège comme Seigneur, tout en restant présent dans ce monde à travers son Église

Où est le ciel ?

Le ciel a plusieurs significations dans la Bible. Il est à la fois le firmament et le « lieu » propre de Dieu, sa demeure. Pour désigner le second terme, la Septante, la Bible grecque, emploie assez souvent le pluriel « cieux », dont le Nouveau Testament va accentuer la valeur religieuse au point que le « Royaume des cieux » y devient identique au « Royaume de Dieu ». Néanmoins, si ce pluriel reprend une conception répandue dans l’Orient antique de plusieurs cieux superposés, il s’agit avant tout d’une construction poétique pour exprimer l’invisible : comme l’explique le Vocabulaire de théologie biblique (Cerf, 1999), « la Bible ne connaît pas deux types de cieux, l’un physique et l’autre spirituel. Mais, dans le ciel visible, elle découvre le mystère de Dieu et son œuvre. »

Le ciel où demeure Dieu n’est donc pas un « lieu » au sens physique du terme, mais, comme le résume le Catéchisme de l’Église catholique, « une manière d’être » (§ 2794). « La plupart des théologiens (…) conçoivent l’Ascension comme un passage du monde terrestre à un ciel cosmologique », regrettait le grand théologien Hans Urs von Balthasar (1905-1988), qui en appelait à saint Albert le Grand (v. 1200-1280). Pour celui-ci, au contraire, « au-delà de tous les cieux, il n’y a plus de lieu (…), car la Trinité n’est cernée par aucun lieu créé, par aucun lieu corporel. C’est pourquoi il faut penser que le ciel de la Trinité n’est rien de créé, rien de corporel, mais la Trinité même (1). »

Pourquoi JESUS est-il monté aux cieux ?

L’Ascension, rapportée par les Évangiles de Marc et de Luc et par les Actes des Apôtres, est à la fois un événement « historique et transcendant », comme le souligne le Catéchisme de l’Église catholique, qui, à la suite de saint Jean, la met en rapport avec l’Incarnation : seul le Christ qui est « sorti du Père » peut « retourner au Père » (§ 660-661) et ainsi précéder l’humanité dans le Royaume glorieux du Père. L’Église veut souligner par là que, laissée à elle-même, l’humanité n’a pas accès à la maison du Père, mais que le Christ seul peut en donner l’accès : « Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes » (Jn 12, 32). Toute une théologie magnifiquement résumée par saint Athanase d’Alexandrie (298-373) pour qui « le Fils de Dieu s’est fait homme pour nous faire Dieu ».

C’est saint Paul qui a le plus profondément traduit ce double mouvement, notamment dans l’hymne de l’Épître aux Philippiens (2, 6-11) où il contemple l’abaissement de JESUS et son exaltation par le Père. « L’ensemble décrit une sorte de parabole, au sens mathématique du terme, écrit le jésuite Bernard Sesboüé. La courbe descend avant de remonter. » Ainsi, alors que la première strophe décrit l’anéantissement du Fils, sa kénose, la seconde décrit sa « sur-élévation » auprès du Père et lui attribue le nom de Seigneur, « nom au-dessus de tout nom (2) ». « Que veut dire : Il est monté ? – Cela veut dire qu’il était d’abord descendu jusqu’en bas sur la terre. Et celui qui était descendu est le même qui est monté au plus haut des cieux pour combler tout l’univers », écrira saint Paul quelques années plus tard aux Éphésiens (4, 9-10).

Qu’est-ce que la droite de Dieu ?

Dans la Bible, comme dans tout le monde antique, la place de droite est symbole de faveur. « À ta droite, éternité de délices ! », proclame le psalmiste (Ps 15, 11) qui fait aussi de cette place le lieu où le Messie sera honoré par Dieu : « Siège à ma droite, et je ferai de tes ennemis le marchepied de ton trône » (Ps 109, 1). Logiquement, c’est donc « à la droite du Tout-Puissant » que JESUS annonce lui-même qu’il siégera (Mt 26, 64) et que, selon les Actes des Apôtres, saint Étienne voit « le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu », provoquant la colère de ceux qui vont le lapider (Ac 7, 55‑56).

« Par la droite du Père, nous entendons la gloire et l’honneur de la divinité, où celui qui existait comme Fils de Dieu avant tous les siècles comme Dieu et consubstantiel au Père, s’est assis corporellement après qu’il s’est incarné et que sa chair a été glorifiée », résume saint Jean Damascène (676-749). Comme l’explique le Catéchisme de l’Église catholique, « la session à la droite de Dieu signifie l’inauguration du règne du Messie » (§ 664). C’est ce que les catholiques expriment, à la fin de l’année liturgique, par la fête du Christ-Roi qui met en valeur le caractère cosmique et eschatologique de la royauté du Christ. « Que toute la Création enfin libérée de la servitude reconnaisse la puissance et le glorifie sans fin », insiste la prière qui ouvre la messe ce dimanche-là.

Qu’est-ce que le règne de Dieu ?

Dans le récit de l’Ascension, les Apôtres, qui ont vu JESUS élevé dans la nuée, restent longtemps à fixer le ciel, jusqu’à ce que « deux hommes en vêtements blancs » les interpellent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? JESUS, qui a été enlevé du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. » Cet appel renvoie aussi aux dernières paroles que le Christ vient d’adresser à ses disciples, leur enjoignant d’être ses « témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes 1, 8-11). Professer dans le Credo que « JESUS est monté au ciel » ne doit pas conduire les chrétiens à se détourner des choses terrestres.

Il leur faut toujours tenir cette tension exprimée par la seconde demande du Notre Père, « Que ton règne vienne » : « Il s’agit principalement de la venue finale du Règne de Dieu par le retour du Christ, précise le Catéchisme. Mais ce désir ne distrait pas l’Église de sa mission dans ce monde-ci, il l’y engage plutôt » (§ 2818). En effet, le Royaume de Dieu est déjà sur la terre. Le Christ y demeure à travers son Église « qui est le Règne de Dieu déjà mystérieusement présent », souligne Vatican II dans la constitution Lumen gentium sur l’Église. Une présence qui prépare son retour glorieux.




Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 10540
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: L'Ascension du Seigneur   Jeu 25 Mai 2017, 6:58 pm











Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3364
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: L'Ascension du Seigneur   Sam 27 Mai 2017, 9:00 am

Méditation pour la Solennité de l’Ascension

2017-05-27 Radio Vatican

Le Père jésuite Rigobert Kyungu nous introduit à la méditation avec les lectures de la Solennité de l’Ascension


Frères et Sœurs, 
Nous célébrons aujourd’hui la solennité de l’Ascension de JESUS, qui marque la fin de ses apparitions aux disciples, depuis le jour de sa résurrection. L’Ascension se célèbre  quarante jours après Pâques, conformément à ce que Luc affirme au début du livre des Actes des Apôtres (Ac 1, 1-11). Mais nous savons que ce chiffre est symbolique, comme pour le carême. Ce n’est donc pas un chiffre à prendre à la lettre ; voilà pourquoi il est permis de célébrer l’Ascension soit exactement quarante jours après Pâques, c’est-à-dire un jeudi, soit le dimanche qui précède celui de la Pentecôte.

Frères et sœurs, la fin des apparitions de JESUS ne signifie pas qu'il disparait à jamais. Dans les lectures d'aujourd'hui, il nous est rapporté qu'avant de disparaitre aux yeux de ses disciples, JESUS leur a d’abord parlé. Nous ne devons pas nous arrêter au seul fait de disparaitre physiquement, au risque d'oublier les paroles accompagnant l’événement de l’ascension. Dans le passage de l’évangile de ce jour (Mt 28, 16-20), JESUS affirme qu’il sera toujours avec ses disciples jusqu'à la fin des temps. Nous sommes invités à croire en la présence permanente de JESUS parmi nous, en dépit de son absence physique. 

Frères et sœurs, la foi est une constante qui revient souvent dans les récits des apparitions de JESUS ressuscité. Plus d'une fois, les proches de JESUS ont manifesté des doutes au sujet de sa résurrection. Mais ces doutes ont souvent été dissipés pour faire place à la foi. Dans ce même passage de l'évangile, il est dit que parmi les disciples qui étaient avec JESUS, certains ont eu des doutes. Peut-être sommes nous aussi comme eux, lorsque nous ne croyons pas assez aux paroles de JESUS et à ses promesses. Mais le Seigneur est plus grand que nos doutes.  Il n'a pas rejeté les apôtres qui ont eu des doutes. Au contraire, il leur a aussi envoyé son Esprit pour les rendre encore plus forts dans leur foi, et capables d'en témoigner, jusqu'au don de leur vie. Notre foi, parfois chancelante, peut aussi grandir et s'affermir, si nous nous ouvrons au don de  l'Esprit que le Seigneur a promis. 

Frères et sœurs, l'ascension de JESUS ne signifie pas la fin de sa mission d'établir le royaume. Car JESUS laisse aux disciples une tâche : il les envoie et leur enjoint de se mettre en mouvement, d'aller jusqu'aux confins de la terre, afin d'annoncer la Bonne nouvelle, convertir le monde, et établir son royaume d'amour. C'est à nous que cette mission est confiée aujourd’hui. Nous sommes appelés à évangéliser, davantage par notre témoignage de vie, que par des paroles. La mission de témoigner de notre foi commence déjà dans nos propres maisons et dans tous nos milieux de vie. Demandons au Seigneur d'augmenter notre foi et de nous remplir de son Esprit, afin que nous puissions devenir dignes de l'appel qu'il nous adresse.
Amen.

http://www.news.va/fr/news/meditation-pour-la-solennite-de-lascension
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ascension du Seigneur   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Ascension du Seigneur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ascension du Seigneur.
» Vidéo-chant : "L'ascension du Seigneur" - Par les Moniales du Canada !
» Allons à la messe "Solennité de l’Ascension du Seigneur"
» Ascension du Seigneur, 14 Mai 2015
» 5 mai Ascension du Seigneur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: C H R I S T I A N I S M E :: Dialogue Oecuménique et autres religions ( SECTIONS ENSEIGNEMENTS ) :: Catholique-