*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 L'étreinte - Ces gars du Cenacolo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 11038
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: L'étreinte - Ces gars du Cenacolo   Lun 14 Mar 2016, 8:15 pm







Marie Viloin nous propose une immersion à la fois touchante et très réaliste dans la vie des hommes du « Cenacolo ».
Institution créée en 1983 par une religieuse italienne, soeur Elvira Petrozzi, le Cenacolo est une communauté qui comprend 60 fraternités à travers le monde. L’idée est d’accueillir de jeunes toxicomanes aux prises avec leur addiction, et de les aider à en sortir par la prière, le recentrement en vérité avec soi-même, et l’accompagnement d’un autre résident qui joue le rôle de binôme. Plusieurs spécificités caractérisent cette démarche, notamment l’absence de psychologue, d’éducateur, de prêtre, et le non recours aux médicaments.
Le film se déroule dans une ferme située dans les Pyrénées, près de Lourdes, où vivent 44 garçons âgés de 19 à 54 ans. Ils y restent en moyenne trois ans.



http://www.lejourduseigneur.com/Replay/Dimanche-dernier/L-etreinte-Ces-gars-du-Cenacolo





Revenir en haut Aller en bas
RAMOSI
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 01/06/2011
Masculin
Messages : 11038
Pays : FRANCE
R E L I G I O N : CATHOLIQUE

MessageSujet: Re: L'étreinte - Ces gars du Cenacolo   Mer 30 Mar 2016, 5:45 pm





La vérité qui sauve

Catégorie : Point de vue

Marta Delsol | Tous ses billets

toxicomane | Cenaccolo | drogué | communauté | vie | amour


Auteur réalisateur, Marie Viloin pose son regard sur des personnages traversés par une expérience de Dieu. Intitulé L’étreinte, son dernier documentaire donne la parole à cinq jeunes toxicomanes.

Vous filmez le parcours de salut de cinq personnes toxicomanes. Où les avez-vous rencontrés ?

L’étreinte est un film sur la rédemption de cinq toxicodépendants qui vivent en communauté avec quarante-cinq autres jeunes dans une ferme des Pyrénées, sans éducateurs, sans médecins. Lorsqu’on arrive à la ferme, l’endroit est propre, harmonieux, reposant. Les gars vivent ensemble. La communauté du Cenacolo est une « école de vie » et « un lieu pour être aimé » selon l’intuition de sa fondatrice sœur Elvira, une religieuse italienne.

Que racontez-vous dans ce film ?

Teddy, Simone, Vicenzo, Antony sont entrés au Cenacolo. Le déclic ? Fatigués de se voir mourir à petit feu, ils ont eu le désir de vivre autrement. Sans savoir comment. Au début, rien n’est facile. Le désespoir creusé par une souffrance abyssale noyait leurs regards, la force du mal les avait broyés. Tous ont connu la violence, les ruptures familiales, la haine de soi, du monde environnant. Le film épouse les relations quotidiennes que ces jeunes tissent entre eux au cours des activités de la journée passée en communauté, en particulier la récitation du chapelet en plein air. Le film apprécie les capacités de ces jeunes hommes à étreindre le réel, jusqu’à aimer leur vie.

Au débat posé par l’ouverture des « salles de shoot », vous apportez un autre éclairage.

Les députés français ont voté l’ouverture de « salles de shoot » pour toxicomanes. On a prétendu à une avancée sociale, la reconnaissance des personnes et leur suivi médical. Les drogués sont-ils des malades physiques ou des malades de l’espérance ? Y a-t-il une alternative à la drogue pour apaiser un désespoir suicidaire ? La communauté du Cenacolo laisse entrevoir une autre voie.

Quelle était votre intention ?

« Je ne veux pas guérir ces jeunes de l’addiction à la drogue, je veux qu’ils soient sauvés. » À l’origine de mon film, il y a cette phrase de sœur Elvira. Interpellée par cette intuition, j’ai voulu comprendre comment des jeunes étaient sauvés. Tout le film interroge cette dimension supplémentaire, celle de la rencontre avec Dieu. Ma rencontre avec ces anciens adeptes de la « défonce », « accros » aux produits toxiques, m’incite à rapporter de longs chemins de retour à la vie. Ces itinéraires de rédemption mettent en scène la puissance de l’amour qui élève et relève en rejoignant les attentes absolues inscrites au cœur de tout homme.

Les personnes du Cenacolo vous ont-elles appris quelque chose sur vous-même ?

J’ai été très édifiée par leur transparence, leur manière franche de se parler. Ils ne se cachent rien pour qu’il n’y ait plus de mensonge. Quand on voit un drogué une seringue dans le bras, on ne peut que constater l’évidence de l’addiction ; or il y a des addictions beaucoup plus fines dans la vie. Les addictions ont plusieurs visages. Les gars du Cenacolo en sont très conscients. Tout leur travail, c’est d’aller dans tous les plis et replis de leur vie pour débusquer cette addiction. Ils ne se mentent pas. Ils ne se mentent plus. Le toxicomane se drogue pour cacher la souffrance par une souffrance plus grande encore. La drogue étouffe tout. Le travail édifiant de ces garçons, c’est d’enlever tous ces pansements qui camouflent la blessure. C’est une leçon de vie universelle.

En quoi vous ont-ils le plus marquée ?

La pédagogie avec laquelle ils étreignent leur vie est extrêmement touchante. C’est une qualité de regard. Ils se disent tout le temps « merci ». Dans ce « merci », on a l’impression d’exister. Ils ont une profonde attention à l’autre. Dans leur regard, l’autre gars est plus grand qu’eux-mêmes. Par le respect et l’amour reçus, ils s’ouvrent à l’amour et au respect qu’ils se doivent à eux-mêmes. Avec cette capacité à s’aimer soi-même, c’est gagné !

Comme réalisatrice, qu’est-ce qui vous tient le plus à cœur ?

J’aime aller chercher ce qui est très intime dans mes personnages, jusqu’à faire se révéler ce qui se passe parfois en eux à leur insu. Ce qui se joue en nous-mêmes ne nous est pas forcément audible. Les films et les rencontres permettent cette remontée.



Le nouveau lien pour voir ce reportage,


http://www.lejourduseigneur.com/Web-TV/Focus/Droit-au-coeur-Careme-2016/L-etreinte-Ces-gars-du-Cenacolo












Revenir en haut Aller en bas
 

L'étreinte - Ces gars du Cenacolo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Filles & Gars...Dites nous ...
» l'amitié entre un gars et une fille
» La méditation de l'étreinte
» Au bar, un gars est assis et il lit sur l'écriteau :
» Gars de 19 ans qui ne se ramassent pas !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: C H R I S T I A N I S M E :: Dialogue Oecuménique et autres religions ( SECTIONS ENSEIGNEMENTS ) :: *** DEBATS Chrétiens ***-