*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 « Brexit » : l’Union européenne suspendue à un accord avec Londres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3591
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: « Brexit » : l’Union européenne suspendue à un accord avec Londres   Ven 19 Fév 2016, 2:15 am

« Brexit » : l’Union européenne suspendue à un accord avec Londres

Le Monde.fr | 19.02.2016 à 01h25 • Mis à jour le 19.02.2016 à 12h42 |

L’accord était en vue, vendredi 19 février à midi, entre Londres et ses partenaires européens, alors que les dirigeants des 28 pays membres sont enfermés depuis jeudi après-midi dans le bâtiment du Conseil européen, à Bruxelles, pour tenter d’éviter un « Brexit » en accordant des concessions au premier ministre britannique David Cameron. A la mi-journée, ce dernier a affirmé que « quelques progrès » étaient à noter.

Vendredi, les dirigeants étaient tous en discussions « bilatérales » (Cameron/Donald Tusk, président du Conseil européen/Hollande/Premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka), pour tenter de régler leurs derniers différents. Ce sont les mêmes que ceux qu’ils avaient soulevés la veille, jeudi, lors du premier tour de table à 28. « Mais les juristes du conseil et de la commission européenne ont des solutions pour chacunes de ces préoccupations, même si elles doivent encore être validées par les dirigeants » selon une source diplomatique européenne. La veille, d’autres sources diplomatiques répétaient « il y a une volonté commune d’aider M. Cameron et de trouver un accord qui lui permettra de faire campagne pour le “oui” au référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union ».

Selon nos informations, M. Cameron, qui réclame une meilleure prise en compte de la souveraineté britannique, une meilleure gouvernance de l’Union, ou de pouvoir restreindre l’accès aux droits sociaux aux citoyens européens non britanniques, a insisté sur quatre points, qu’il n’arrive toujours pas à « arracher » à ses partenaires.

Il veut notamment qu’un seul pays, s’il n’est pas satisfait d’une décision de l’Eurozone, puisse modifier l’agenda du Conseil européen, pour en parler. La France, notamment, demande que ce « droit de discussion » ne soit activable qu’à condition que plusieurs pays en fassent ensemble la demande. Idéalement, à condition qu’une majorité qualifiée du conseil soit concernée.

Le premier ministre britannique veut aussi que la durée durant laquelle son pays pourra restreindre l’accès à ses droits sociaux dure au minimum sept ans (il aurait demandé une période allant jusqu’à treize ans, jeudi soir, selon une source diplomatique). Là, ça coince encore du côté des pays de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie, Hongrie). Enfin, Cameron espère que les leaders lui accorderont que leurs concessions seront inscrites, un jour, dans les traités et qu’ils soient modifiés à cet effet. Là, ce sont les Belges qui tiquent.

Les Belges, encore attachés à la possibilité, un jour, de construire une Europe fédérale, résistent aussi à la volonté britannique d’édulcorer la formule « union sans cesse plus étroite » qui figure dans les traités. Enfin, le groupe de Visegrad refuse aussi que les réductions de prestations familiales, que réclame Londres pour les non-Britanniques dont les enfants sont restés vivre dans des pays à moindre coût de la vie, soient rétroactives.

La chorégraphie bruxelloise

La négociation a été interrompue, jeudi soir, par un dîner de travail de 5 heures sur la crise des migrants, qui a servi « d’intermède » dans cette savante chorégraphie bruxelloise consistant à faire croire que M. Cameron s’est battu comme un lion tandis que les autres sont restés comme des rocs. Ont suivi, en pleine nuit, des réunions bilatérales, entre M. Cameron, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, et Donald Tusk, celui du Conseil. Puis, les « sherpas » des dirigeants ont, une nouvelle fois, « mettre au propre » une version finale de l’accord.

Personne ne doutait sérieusement, vendredi midi, qu’un accord ne serait pas trouvé dans les heures suivantes. « Tout le monde a envie de repasser aux vrais problèmes, de se consacrer à la crise grecque », répétaient les diplomates européens. Selon une source européenne, le premier ministre portugais a même déploré, en pleine table ronde, jeudi soir, qu’on débatte d’un tel sujet alors que l’Europe vit des crises majeures. Idem pour Alexis Tsipras, le Premier ministre grec, dont le pays est menacé d’exclusion de la zone de libre circulation Schengen, à cause de la crise des migrants.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/02/19/brexit-l-union-europeenne-suspendue-a-un-accord-avec-londres_4868090_3214.html
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3591
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: « Brexit » : l’Union européenne suspendue à un accord avec Londres   Ven 19 Fév 2016, 10:12 pm

L’accord « anti-Brexit » ouvre la voie à une Europe « à la carte »

« Deal done. » Donald Tusk, le président du Conseil européen, a officialisé sur Twitter, vendredi 19 février vers 22 h 30, l’accord péniblement négocié entre les Européens pour permettre à David Cameron de défendre, devant les électeurs britanniques, le maintien de leur pays dans l’Union européenne (UE).

Au bout de près de trente heures d’une négociation quasiment continue, le premier ministre britannique a arraché à des partenaires pressés d’en finir ce qu’il qualifie, sur un ton triomphant, de « statut spécial » pour le Royaume-Uni. Il lui reste à le défendre désormais devant ses électeurs pour gagner le référendum qu’il a accepté d’organiser, dont la date, probablement le 23 juin, sera annoncée officiellement samedi matin, à l’issue d’un conseil des ministres britanniques.

Le verbe toujours très efficace, David Cameron s’est félicité, dans une salle de presse comble, vendredi soir, d’avoir obtenu gain de cause sur toutes ses demandes. « Le Royaume-Uni ne fera jamais partie d’un super Etat de l’Union européenne, le pays n’adoptera jamais l’euro, nous ne participerons pas aux parties de l’Union qui ne fonctionnent pas [Schengen, l’euro] », a-t-il insisté.

« Il ne sera plus jamais question d’avoir quelque chose sans contrepartie », a ajouté le premier ministre conservateur, faisant référence à l’une des principales concessions faites par ses partenaires, le droit pour le pays de limiter sur une durée de quatre ans l’accès des travailleurs non européens aux prestations sociales britanniques. « C’est suffisant pour moi afin de faire campagne pour le oui au référendum. L’Union n’est pas parfaite, mais lui tourner le dos n’est pas une solution », a t-il conclu.

« Je n’aime pas Bruxelles »

Les Européens ont donc fait leur part du travail pour éviter un « Brexit » (« British Exit », ou sortie de l’UE). Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a défendu sans enthousiasme le compromis en le qualifiant d’« honnête », puisqu’il est censé satisfaire en réalité toutes les sensibilités nationales. « Pas glamour, mais sans concession sur les valeurs fondamentales de l’Europe », a réagi Donald Tusk. Le président de la Commission et celui du Conseil se sont livrés à un petit jeu : M. Cameron avait conclu son intervention en lançant : « Je n’aime pas Bruxelles, mais j’aime la Grande-Bretagne. » « J’aime Bruxelles et la Grande-Bretagne », a répliqué M. Tusk. « J’aime Bruxelles plus que d’autres parties de l’Europe », a ironisé M. Juncker…

Interminable, ce sommet restera, en tout cas, comme un succès pour le leader conservateur britannique. Plus anecdotique, mais tout aussi symptomatique d’une Europe un peu déboussolée, malade de ses dissensions béantes, les participants au « Brexit deal » retiendront cette photo retweetée des centaines de fois et devenue l’événement du jour : on y voit la chancelière allemande, Angela Merkel, surprise en train de s’offrir un cornet de frites, vers 18 heures, sur une place proche du Conseil. Alors que, sur tous les médias, est diffusée l’information que la négociation bat son plein…

En réalité, elle était suspendue parce que François Hollande voulait consacrer deux heures à une émission sur France Inter, pour y parler d’Europe et de politique intérieure. Une bonne partie de ses collègues était, eux, dans leur chambre d’hôtel depuis le matin : ils se sentaient peu concernés et regardaient d’un œil distrait le débat sur le « Brexit »…

« Piège à migrants »

La dernière ligne droite de l’interminable processus de négociation aura été plus laborieuse et dramatique qu’escompté. Laborieuse : « Un conseil européen, ce n’est pas parce qu’il dure longtemps qu’il s’y passe grand-chose », a résumé M. Hollande. Dramatique : la discussion sur le « Brexit » a été rattrapée par ce que beaucoup, à Bruxelles, Berlin ou Vienne, considèrent comme la véritable crise, celle des migrants. Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, a menacé de bloquer tout compromis avec les Britanniques s’il n’obtenait pas la garantie que les pays de l’Est et des Balkans ne fermeraient pas leurs frontières, ce qui transformerait son pays en un vaste « piège à migrants ». Face à un tel risque, la négociation avec M. Cameron a soudain semblé très décalée, voire complètement improbable, aux yeux des hauts fonctionnaires, même les plus chevronnés.

Le volet « migration » de ce sommet, qui devait ne servir que de thème de diversion le temps du dîner de jeudi soir, a finalement mobilisé les esprits durant cinq heures. Ce qui a renvoyé au milieu de la nuit le début des négociations bilatérales consacrées aux demandes du premier ministre britannique.

Dans la foulée, vendredi, Mme Merkel et M. Hollande se sont employés à rassurer le premier ministre grec, Alexis Tsipras, durant une bonne partie de la journée. Le président français s’est aussi entretenu en tête-à-tête avec le chancelier autrichien Werner Faymann. Ce dernier lui a expliqué qu’il ne reviendrait pas sur la décision de son gouvernement d’instaurer des quotas pour les demandeurs d’asile, afin de limiter le nombre des arrivées quotidiennes, quitte à contrevenir au droit européen. Mais, selon nos informations, le chancelier aurait renoncé à l’organisation, à Vienne la semaine prochaine, d’un sommet pour coordonner la fermeture de la route des Balkans. Finalement, M. Tsipras a préféré baisser la garde et n’a plus évoqué sa menace de blocage lors de la dernière table ronde, vendredi soir.

Entre le début du sommet, jeudi à 17 heures, et sa conclusion, dans la soirée de vendredi, les sherpas et les conseillers juridiques des dirigeants ont, durant des heures, écrit et réécrit, à la virgule et au substantif près, un texte de compromis qui, dans les grandes lignes, n’a, en fait, pas vraiment varié depuis deux semaines.

Un scénario bien ficelé

Londres voulait aussi soigner la « chorégraphie » autour des discussions, tout le monde surjouant un peu en évoquant la difficulté des négociations. Il fallait laisser à M. Cameron la possibilité d’affirmer qu’il s’était battu comme un lion, tandis que les autres membres de l’UE voulaient prouver qu’ils avaient résisté de toutes leurs forces.

Le scénario était bien suivi, les responsables britanniques descendant régulièrement dans l’Atrium, l’immense salle de presse du Conseil, avec ses centaines de journalistes, pour répéter qu’il restait « beaucoup de travail » à accomplir. Imités par le premier ministre belge, Charles Michel, qui, de manière très inhabituelle, est venu deux fois au contact direct des journalistes, pour défendre les « lignes rouges » de son pays et répéter, comme tous les autres, en boucle qu’« il n’y a d’accord sur rien tant qu’il n’y a pas d’accord sur tout ».

Les ministres polonais et tchèque insistaient eux aussi, lourdement, face caméra, sur leurs préoccupations concernant les restrictions d’accès aux allocations familiales pour les parents exilés au Royaume-Uni et dont les enfants sont restés au pays. Et s’inquiètent des conséquences pour leurs ressortissants si les Britanniques mettaient leurs menaces à exécution. « Jusqu’à 100 000 enfants restés en Pologne seront concernés », assurait un responsable polonais.

A l’inverse, les Danois se demandaient s’ils pourraient utiliser le même mécanisme que les Britanniques (allocations familiales réduites en fonction du niveau de vie des pays où résident les enfants des bénéficiaires) pendant que les représentants de l’Est exigeaient que cette disposition ne soit pas étendue à d’autres pays que le Royaume-Uni…

Le bilan pour l’Europe ? Même si M. Juncker invite les journalistes « avec l’élégance qui les caractérise » à ne pas considérer qu’elle est « en crise ou incapable de décider », l’Union semble bien fatiguée par cette négociation au long cours. Elle reste confrontée à une « polycrise » qui n’est pas résolue, la migration, avec un sommet prévu début mars, axé sur la Turquie, puis un autre quinze jours plus tard, qui sera décisif pour l’avenir de l’espace de libre circulation Schengen. Les divisions et le manque de solidarité entre les pays membres n’ont jamais semblé aussi profonds.

La négociation avec M. Cameron a, elle, amplifié le mouvement vers une Europe « à la carte ». Alors même que le résultat du référendum britannique reste très incertain : un non éventuel des électeurs britanniques réduirait à néant la négociation des derniers jours mais provoquerait un nouveau séisme pour une Union en plein questionnement.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/02/20/brexit-cameron-arrache-un-accord-a-bruxelles_4868811_3214.html
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3591
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: « Brexit » : l’Union européenne suspendue à un accord avec Londres   Sam 20 Fév 2016, 2:06 am

Brexit : David Cameron annonce que le référendum sur une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne se tiendra le 23 juin prochain

Le gouvernement va recommander aux Britanniques de rester au sein de l'Union européenne.

Après les avancées qu'il a obtenues à Bruxelles, jeudi et vendredi, le Premier ministre britannique va plaider pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, lors d'un référendum qui se tiendra le 23 juin prochain, a annoncé le Premier ministre britannique samedi 20 février, qualifiant ce scrutin de "l'une des plus grandes décisions" d'une génération.

Le dirigeant britannique a réitéré que le Royaume-Uni sera "plus fort, plus en sécurité et plus prospère au sein d'une union européenne réformée", lors d'une brève allocution devant le 10 Downing Street.

Si l'Angleterre se prononce pour une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, contre le souhait d'Edimbourg, l'Ecosse fera pression pour qu'ait lieu rapidement un nouveau référendum sur la question de son indépendance, prévient l'ex-dirigeant nationaliste écossais Alex Salmond.

http://www.francetvinfo.fr/brexit-david-cameron-annonce-que-le-referendum-sur-une-sortie-du-royaume-uni-de-l-union-europeenne-se-tiendra-le-23-juin-prochain_1323749.html#xtor=EPR-51-[brexit-david-cameron-annonce-que-le-referendum-sur-une-sortie-du-royaume-uni-de-l-union-europeenne-se-tiendra-le-23-juin-prochain_1323749]-20160220-[bouton]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Brexit » : l’Union européenne suspendue à un accord avec Londres   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Brexit » : l’Union européenne suspendue à un accord avec Londres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Serbie doit-elle entrer dans l'Union Européenne ?
» l'Union européenne, nouveau soviet ?
» Côte-d’Ivoire: l’archevêque d’Abidjan demande la levée de l’embargo sur les médicaments imposé par l’Union européenne
» Le brevet d'histoire-géographie 2012 était-il marqué par un militantisme pro-Union Européenne ?
» Un dissident russe compare l'Union Européenne au Monstre Soviétique !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Actualité-