*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"
 | 
 

 Le Pape François au parlement de Strasbourg-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3895
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Le Pape François au parlement de Strasbourg-    Dim 23 Nov 2014, 3:38 am

Le Pape François au parlement de Strasbourg- Le sens d’une Union

2014-11-22 L’Osservatore Romano



Vingt-six ans se sont écoulés depuis le discours de Jean-Paul II au Parlement européen. C’était le 11 octobre 1988. La visite du Pape fut un prélude à l’annus mirabilis de l’Europe: 1989. Jean-Paul II et toute l’Eglise eurent un rôle fondamental dans le processus qui mit un terme au joug soviétique, en soutenant la demande de liberté, d’émancipation et d’indépendance de millions de citoyens de l’Europe centrale et orientale.

En 1988, Jean-Paul II parlait à des députés de douze pays, élus pour représenter 330 millions de citoyens. Le Pape François parlera à des députés européens provenant de vingt-huit pays, qui représentent plus d’un demi-milliard de personnes. L’espérance que Jean-Paul II a contribué à réaliser est aujourd’hui achevée. L’Eglise a toujours soutenu l’Europe dans sa croissance, mais elle a également contribué de manière cruciale à sa réunification.

Mais quelle mission doit accompagner l’Europe dans son avenir? La visite du Pape François aidera à répondre à cette question, à pousser tous les Européens à s’interroger sur le sens le plus profond de notre union. Voulons-nous une Europe qui ne soit qu’un marché uni pour la libre circulation des biens et des capitaux? Ou voulons-nous une Europe qui renouvelle les valeurs de solidarité, tolérance, respect de la personne et égalité, qui ont inspiré ses pères fondateurs?

La visite du Pape François n’est pas une atteinte à la laïcité des institutions européennes. La laïcité ne veut pas dire manque de dialogue. La laïcité ne veut pas dire nier le pluralisme sur lequel l’Europe est fondée. La laïcité signifie autonomie, impartialité, garantie et liberté, non pas introspection.

Les objectifs et les valeurs qui nous unissent sont beaucoup plus forts que les éléments de division. Souvent, nous l’oublions. En tant que maire, en apportant de l’aide aux sans-abris et en accueillant les immigrés, j’ai toujours pu compter sur l’aide de mon diocèse. En tant que président du Parlement européen, je ne peux que reconnaître le rôle de premier plan de l’Eglise en vue de limiter les dégâts, matériels et immatériels, de la crise économique.

La présence à Strasbourg du Pape François, le Pape qui est venu « du bout du monde », peut servir à secouer l’Union du sentiment d’égarement préoccupant qui, au cours des dernières années, a conduit les Européens à chercher des coupables plutôt qu’à identifier des solutions. Nous avons un programme à partager et une voie commune à parcourir. Cette voie doit conduire l’Europe vers ses périphéries, matérielles et immatérielles, géographiques et spirituelles.

L’un des premiers actes publics du Pape François a été sa visite à Lampedusa, à la périphérie de l’Europe, où la solidarité, des Européens et entre les Européens, est fortement mise à l’épreuve. Non seulement les paroles, mais l’histoire même du Pape François devraient nous rappeler que, de même qu’aujourd’hui, l’Europe est un lieu d’immigration, elle a été longtemps un continent d’émigration. Que la solution pour l’avenir est, d’un côté, créer un système d’immigration légale et, de l’autre, accroître les efforts afin que l’accueil des demandeurs d’asile soit une responsabilité partagée.

Mais les paroles du Pape nous rappellent aussi les autres « périphéries » de notre temps: les jeunes exclus du monde du travail et de la perspective d’un avenir digne, les personnes âgées qui sont laissées seules et considérées comme un poids pour les familles et la société, les chômeurs qui à long terme, sont inexorablement éloignés du monde du travail, les familles qui sont repoussées aux marges des villes et n’ont pas accès aux services sociaux. Nos périphéries sont complexes, isolées et peu accueillantes. Pour les transformer, nous avons besoin d’énergie, de temps, d’imagination et d’unité.

Nous avons embrassé la mondialisation, non pas pour nous laisser emporter par elle, mais pour la rendre humaine, sociale et durable. Nous avons embrassé l’Europe, non pas pour défendre nos conquêtes derrière un mur, mais afin que toujours plus de personnes puissent jouir des mêmes droits que nous.

Je remercie le Pape François pour sa visite au Parlement européen et au Conseil de l’Europe, je suis certain qu’il contribuera à réveiller la vieille Europe de sa torpeur et à la reconduire au milieu de ses populations et ses périphéries.

Martin Schulz, Président du Parlement européen
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3895
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Le Pape François au parlement de Strasbourg-    Mar 25 Nov 2014, 9:44 am


François lance un message d’espoir à une Europe « vieillie »

2014-11-25 Radio Vatican

Le Pape François s’est adressé mardi peu avant midi à « plus de 500 millions de citoyens des 28 pays membres » de l’Union européenne. 35 minutes durant, devant les eurodéputés réunis au sein du Parlement européen à Strasbourg, le Souverain Pontife a abordé de très nombreuses questions, des droits de l’Homme aux racines chrétiennes du Vieux continent, en passant par le travail, l’immigration et l’écologie.

François a ainsi déployé une réflexion très ample, rappelant la disponibilité du Saint-Siège et de l’Eglise pour la poursuite du dialogue avec les institutions européennes.

Le premier pape non-européen à fouler le sol des institutions européennes a inscrit sa visite dans le monde d’aujourd’hui, « plus d’un quart de siècle après celle accomplie par le Pape Jean-Paul II ». 26 ans plus tard, le pontife argentin a concédé que « beaucoup de choses ont changé. Les blocs opposés qui divisaient alors le continent en deux n’existent plus » et, se référant au discours de son prédécesseur polonais en 1988, François a émis le « désir que “l’Europe, se dotant souverainement des institutions libres et pouvant un jour se déployer aux dimensions que lui ont donné la géographie et plus encore l’histoire”, se réalise lentement ».

François a dessiné un portrait parfois dur de l’Europe d’aujourd’hui, inscrit dans un « monde plus complexe, en fort mouvement, toujours plus interconnecté et globalisé » : l’image du continent est aujourd’hui « un peu vieillie et comprimée ». Elle tend à se sentir « moins protagoniste dans un contexte qui la regarde souvent avec distance, méfiance et parfois avec suspicion ». Un projet envers lequel s’est aussi « accrue la méfiance des citoyens ». Le Pape s’est fait l’écho « d’une impression générale de fatigue et de vieillissement, d’une Europe grand-mère et non plus féconde et vivante ».

La centralité de l’Homme

L’être humain est au centre du discours du Pape François. Ses droits d’abord, au sein de l’Union européenne « comme dans ses rapports avec les autres pays ». Il s’agit pour le Saint-Père d’un « engagement important et admirable, puisque trop de situations subsistent encore dans lesquelles les êtres humains sont traités comme des objets dont on peut programmer la conception, la configuration et l’utilité, et qui ensuite peuvent être jetés quand ils ne servent plus, parce qu’ils deviennent faibles, malades ou vieux ».

Alors applaudi, François a rappelé que « promouvoir la dignité de la personne signifie reconnaître qu’elle possède des droits inaliénables dont elle ne peut être privée au gré de certains, et encore moins au bénéfice d’intérêts économiques ». Aux droits s’ajoutent aussi les devoirs, car « tout être humain est lié à un contexte social », aux « autres et au bien commun de la société elle-même ». L’absence de ce sens du bien commun mène vers conflits et violences, selon le Pape.

Mais l’Homme est miné par la solitude, « l’une des maladies les plus répandues en Europe ». Un mal accentué par la crise économique frappant d’abord les personnes âgées, « abandonnées à leur destin », les jeunes, « privés de points de référence et d’opportunités pour l’avenir », les pauvres et les migrants, à la « recherche d’un avenir meilleur ». Sans compter plus généralement sur des « styles de vie un peu égoïstes ». Le risque pour l’être humain, selon le Souverain Pontife, est « d’être réduit à un simple engrenage d’un mécanisme qui le traite à la manière d’un bien de consommation à utiliser ». Le résultat, la « culture du déchet » : « lorsque la vie n’est pas utile au fonctionnement de ce mécanisme, elle est éliminée sans trop de scrupule, comme dans le cas des malades en phase terminale, des personnes âgées abandonnées et sans soin, ou des enfants tués avant de naître ».

Il faut donc « favoriser les capacités » de l’Homme. En commençant par l’éducation, « à partir de la famille, cellule fondamentale et élément précieux de toute société », puis par les institutions éducatives et, enfin, l’emploi, dont les politiques doivent être favorisées, car il est « nécessaire de lui redonner la dignité en garantissant d’adéquates conditions à sa réalisation ».

« Une histoire bimillénaire lie l’Europe et le christianisme »

Le Pape François s’est aussi adressé directement, et à plusieurs reprises, aux eurodéputés, qui l’ont maintes fois applaudi. Il leur a rappelé l’exigence qui se pose devant eux : « maintenir vivante la démocratie des peuples d’Europe », car l’Europe est une « famille des peuples ». Cela demande « d’éviter les manières globalisantes de diluer la réalité : les purismes angéliques, les totalitarismes du relativisme, les fondamentalismes anhistoriques, les éthiques sans bonté, les intellectualismes sans sagesse ».

Il leur a aussi rappelé les racines chrétiennes de leur continent : « une Europe qui n’a plus la capacité de s’ouvrir à la dimension transcendante de la vie est une Europe qui lentement risque de perdre son âme, ainsi que cet esprit humaniste qu’elle aime et défend ».

François « estime fondamental, non seulement le patrimoine que le christianisme a laissé dans le passé pour la formation socioculturelle du continent, mais surtout la contribution qu’il veut donner, aujourd’hui et dans l’avenir, à sa croissance ». Et au Pape de rassurer : « cette contribution n’est pas un danger pour la laïcité des Etats ni pour l’indépendance des institutions de l’Union, mais au contraire un enrichissement ». Et les idéaux qui l’ont formée dès l’origine le montre bien : « la paix, la subsidiarité et la solidarité réciproque, un humanisme centré sur le respect de la dignité de la personne ».

« Une histoire bimillénaire lie l’Europe et le christianisme, a poursuivi François. Une histoire non exempte de conflits, d’erreurs et de péchés, mais toujours animée par le désir de construire pour le bien ».

Et de conclure, insufflant force et espoir dans ses paroles : « le moment est venu d’abandonner l’idée d’une Europe effrayée et repliée sur elle-même, pour susciter et promouvoir l’Europe protagoniste, porteuse de science, d’art, de musique, de valeurs humaines et aussi de foi ».
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3895
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Le Pape François au parlement de Strasbourg-    Mar 25 Nov 2014, 9:46 am

La « nécessité » pour l'Europe « d’éduquer à la paix »

2014-11-25 Radio Vatican

Le discours devant le Parlement européen à peine achevé, aux alentours de midi mardi, le Pape partait rapidement direction le Conseil de l'Europe, toujours à Strasbourg, pour s'adresser à ses membres, moins d'une heure avant de repartir à Rome, où son avion a atterri vers 16h, heure locale.

François a centré son discours sur l’apport du christianisme au développement culturel et social, mais aussi sur la paix, « un bien à conquérir continuellement et qui exige une vigilance absolue ». D’où « la nécessité d’éduquer à la paix ». « Elle est trop souvent blessée par différents conflits, a lancé le Souverain Pontife, mais aussi par le terrorisme religieux et international qui nourrit un profond mépris pour la vie humaine et qui fauche des victimes innocentes ».

Ce phénomène est alimenté par « un trafic d’armes en toute tranquillité », souligne encore le Pape, dénonçant aussi « le trafic d’êtres humains, nouvel esclavage de notre temps ». Et ajoutant que le Conseil joue un rôle important dans le combat contre ces formes d’inhumanité. Cependant, précise-t-il, « la paix n’est pas la simple absence de guerres et de conflits, elle est en même temps don de Dieu et fruit de l’action libre de l’homme qui entend poursuivre le bien commun ».

Le Saint-Père, comme il l’a fait depuis le Parlement européen quelques minutes plus tôt, dénonce ensuite la « culture du déchet ». Il souligne les dangers de « l’individualisme indifférent à l’origine du culte de l’opulence ». Et face à une Europe fatiguée et pessimiste, il s’interroge : « où est ta vigueur ? Où est cette tension vers un idéal qui a animé ton histoire ? Où est ton esprit de curiosité et ta soif de vérité ? ».

De la réponse à ces questions dépendra l’avenir du continent, indique le Pape qui, sans donner de réponse toute faite, propose une voie de réflexion : « l’Europe doit réfléchir pour savoir si son immense patrimoine est un simple héritage de musée du passé ». Elle doit tenir compte de « ses racines profondes » qui constituent le « patrimoine génétique de l’Europe » pour « marcher vers l’avenir ». Elle doit aussi faire preuve de créativité et assumer deux défis, deux réalités que sont « la multipolarité » et « la transversalité ». C’est en assumant ces deux phénomènes, en redécouvrant son patrimoine historique et la profondeur de ses racines, que l’Europe pourra retrouver « cette jeunesse d’esprit qui l’a rendue féconde et grande ».
Revenir en haut Aller en bas
Capucine
MODERATION
MODERATION
avatar

Date d'inscription : 12/12/2011
Féminin
Messages : 3895
Pays : France
R E L I G I O N : catholique

MessageSujet: Re: Le Pape François au parlement de Strasbourg-    Mar 25 Nov 2014, 9:49 am

De retour de Strasbourg, le Pape évoque son prochain voyage en France

2014-11-25 Radio Vatican

Dans l’avion de retour à Rome, après son voyage apostolique express aux institutions européennes de Strasbourg (moins de quatre heures), le Pape François a tenu, comme il en a l’habitude, une conférence de presse avec les journalistes accrédités dans le vol papal.

Le Pape a notamment évoqué son prochain voyage apostolique en France, qui aura lieu en 2015, précisant que le programme n’a pas encore été arrêté. Il a dit qu’il devrait sûrement se rendre à Paris, qu’il a reçu une proposition de Lourdes et qu’il a demandé à aller dans une ville qui n’a pas encore reçu de visite d’un Pape. Mais pour l’instant, rien de plus précis.

Interrogé sur le fait de se rendre à Strasbourg ce mardi, sans marquer un arrêt par la cathédrale de la ville qui fêtera en 2015 le millénaire de sa construction, François a argumenté qu’une telle visite aurait, dans ce cas, déjà été considérée comme un voyage en France. C'est pour cette raison que ce cinquième voyage apostolique s’est limité aux institutions européennes.

« Attention aussi au terrorisme d’Etat »

D’autre part, le Pape François a refusé l’étiquette de « social-démocrate » dont pourraient l’affubler certains, affirmant que ses discours à Strasbourg se sont limités à la doctrine sociale de l’Eglise « qui vient de l’Évangile, de la tradition chrétienne », comme par exemple « l’identité des peuples qui est une valeur évangélique ». Le souverain pontife est également revenu sur le concept de transversalité dont il a parlé devant le Conseil de l’Europe : en ce sens, il invite chacun à imiter les jeunes dirigeants politiques qu’il a eu l’occasion de rencontrer au Vatican, suffisamment « courageux pour aller dialoguer, sans pour autant renier leurs origines ». Comme le dialogue intergénérationnel, ce sont des choses dont l’Europe a besoin, selon le Pape.

Enfin, François a été questionné sur les menaces représentées par l’État islamique, à propos du terrorisme et de l’esclavage. Répétant sa position d’arrêter l’agresseur injuste seulement avec le consentement de la communauté internationale, le Pape a considéré qu’il ne faut jamais considérer la porte du dialogue comme fermée, sans pour autant fermer les yeux sur les drames en cours. François a aussi mis en garde contre « le terrorisme d’État, (…) quand la situation monte, monte, monte et que chaque État se sent le droit de massacrer les terroristes ». À côté de ces terroristes sont également tués de nombreux innocents selon le Pape. « C’est une anarchie de haut niveau qui est très dangereuse » a-t-il conclu.
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Pape François au parlement de Strasbourg-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le discours pan-maçonnique du Pape François au Parlement Européen !
» Le pape François, tout un programme !..
» Miserando atque eligendo (La devise du Pape François)
» Interview de la soeur du nouveau Pape François
» L'Angélus à Rome avec le Pape François

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: Actualité-