*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 La petite NDE/EMI du jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 18 ... 34  Suivant
AuteurMessage
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: La petite NDE/EMI du jour   Lun 17 Fév 2014, 3:09 am

Rappel du premier message :

"Je me suis réveillé allongé sur mon lit d’hôpital, mais incapable de respirer. Chaque articulation me faisait souffrir atrocement. J’étais paniqué. J’ai eu la sensation que si seulement mes vêtements étaient enlevés, alors ma peau pourrait peut-être respirer à ma place. J’ai compris que j’avais un problème. Je ne trouvais pas le bouton pour appeler l’infirmière. J’ai pensé : « Je les ennuie et ils ont caché le bouton. Ils veulent que je meure. ». La panique augmentait, mes pensées étaient irrationnelles. J’ai dû me calmer moi-même et mettre en œuvre une certaine logique. Je me suis dit : « Je suis à l’hôpital, ils ont dû mettre le bouton quelque part, probablement tout près. Reste calme et regarde. ». Je l’ai découvert en haut à droite, enroulé autour du bat-flanc. Je me souviens d’une très grande douleur quand j’ai fini par l’atteindre et appuyer. L’infirmière est arrivée, me demandant ce que je voulais. Je lui ai répondu que j’étais paniqué, que je ne pouvais pas respirer.

Elle est entrée dans la chambre, me parlant d’une voix apaisante tandis qu’elle me prenait la tension. Elle était à 0/30, c’est ainsi qu’a commencé mon long voyage dans la mort imminente.

Dans les jours qui ont suivi, mon cœur s’est arrêté 4 fois… on a dit à ma famille que je n’allais très probablement pas m’en sortir. Cette période est floue pour moi, j’ai vécu deux EMI, mais j’ignore à quel moment elles se sont produites.

La première fois, j’ai traversé une lumière (c’est la seule manière dont je puisse le décrire), j’étais totalement imprégné d’amour inconditionnel. C’est l’expérience la plus merveilleuse que j’aie vécu. Un amour inconditionnel m’imprégnait et cela m’emplissait tellement !

J’ai ensuite passé ma vie en revue. Tout était orienté vers mes relations avec autrui. Pendant ce temps, j’ai éprouvé ce que les autres avaient ressenti dans leurs relations avec moi. J’ai senti leur amour ou leur souffrance vis-à-vis de choses que je leur avais faites ou dites. Leur douleur me faisait recroqueviller, je pensais : « Oooh, là j’aurais pu mieux faire. ». Mais la plupart du temps j’ai ressenti de l’amour, ce n’était donc pas trop mal. Durant ce processus, personne ne me jugeait. Je ne sentais aucune désapprobation de l’extérieur… seulement mes propres réactions à tout cela. Le sentiment d’amour inconditionnel qui m’imprégnait a persisté. Je me jugeais moi-même, par contre personne d’autre ne l’a fait lors de ce passage en revue.

On m’a ensuite demandé si je voulais revenir chez moi (c'est-à-dire là-bas) ou si je voulais repartir. Je leur ai dit que mes deux fils avaient besoin de moi et que je devais m’en retourner. Soudain, je fus à nouveau dans mon corps… sentant mes articulations brûlantes de douleur. Mais je ne me souviens pas réellement de ce qui se passait autour de moi à ce moment-là… seulement que j’avais mal. Toutefois je continuais à ressentir l’amour et j’ai pu me reposer.

Seconde expérience. Je me suis retrouvé dans une ville, on m’a dit qu’il s’agissait de la Cité de Dieu. Je me trouvais près d’une fontaine en compagnie d’un homme vêtu d’une longue robe de lin ceinte d’une corde nouée à la taille. Il m’a dit que je pouvais poser toutes les questions que je voulais, qu’il allait m’emmener en visite. J’avais une question très importante, j’ai en effet été éduqué à une époque où les catholiques disaient que le simple fait de fréquenter une autre Eglise chrétienne constituait un péché mortel, les luthériens déclarant pour leur part que ces mêmes catholiques allaient se retrouver en enfer parce qu’il y avait des statues dans leurs églises et qu’ils priaient les saints. Ma première question a été : « Quelle-est la bonne religion ? »

On m’a répondu : « Toutes le sont. Chaque religion est un chemin pour tenter d’atteindre le même endroit. ». On m’a montré une montagne sur laquelle chaque groupe religieux essayait d’atteindre le sommet, à quelque distance les uns des autres… mais chacun s’efforçait d’arriver au même endroit.

On m’a ensuite dit que les personnes choisissent de naître au sein de la religion ou du groupe qui va leur permettre d’assimiler les leçons qu’on les envoie apprendre. On m’a dit que la terre est une sorte de grande école, un endroit où l’on peut appliquer les leçons spirituelles apprises, se mettre à l’épreuve sous la pression afin de savoir si l’on peut effectivement « vivre » ce que l’on sait déjà devoir faire. Fondamentalement, la terre est l’endroit permettant de mettre en pratique et vivre de manière adéquate. On m’a précisé que certaines personnes viennent sur terre uniquement pour travailler une facette d’elles-mêmes, tandis que d’autres viennent travailler sur plusieurs aspects. Puis il y a celles qui viennent non seulement travailler sur leur propre nature, mais aussi pour aider le monde dans son ensemble.

Dans l’au-delà on ne subit pas la pression physique que constitue le fait d’avoir un corps. Ici sur terre, il faut nourrir, vêtir ce corps, lui fournir un abri contre les éléments. On est en permanence sous pression d’une façon ou d’une autre pour prendre des décisions qui ont une base spirituelle. Dans l’au-delà est enseigné ce que l’on est « censé faire », mais est-on capable de le VIVRE sous pression sur terre ? D’après ce que j’ai entendu et vu là-bas… dans l’au-delà… tout est question de relations, de prendre soin les uns des autres. On n’attend pas des gens la perfection… par contre on attend un apprentissage qui sera considéré comme une bonne progression.

Au cours d’une vie, toutes nos expériences, ont tendance à suivre un type de schéma, elles vont souvent recréer les même leçons mais d’une manière différente, dans des circonstances diverses. C’est ainsi que l’on se rend compte de ce que l’on est censé apprendre et expérimenter. En examinant ces schéma, certain thèmes deviennent clairs.

On m’a montré une bibliothèque… emplie de livres aux couvertures d’or qui représentent la vie de personnes sur terre, leur chemin de vie y est exposé, ce qu’elles espèrent atteindre au travers d’expériences essentielles. D’après ce qu’on m’a montré, les personnes exercent leur libre arbitre par rapport à la manière d’obtenir ces expériences essentielles prédéfinies. Elles peuvent emprunter un chemin tortueux d’expériences ou bien une route plus directe, mais il existe certains évènements prédéfinis qui se produiront quoi qu’il arrive. Chacun de ces évènements essentiels constitue un repère et les réactions qu’il suscite indiquent le niveau d’apprentissage, ce qu’il reste à faire ou apprendre.

Les troubles économiques que nous traversons actuellement constituent l’un de ces « évènements mondiaux » prédéfinis. Les personnes ont le choix de leurs réactions à ces évènements. D’après ce qu’on m’a montré… la voie spirituelle consiste à s’aider les uns les autres, assister ceux qui sont dans le besoin. Il s’agit de l’action aimante absolue. Mais on peut également faire le choix de se protéger davantage, d’être égocentrique… moins généreux, de placer sa propriété au centre de ses réactions aux évènements. C’est une façon matérialiste de voir les choses, agir comme si le monde matériel comptait davantage que le lien unissant toute l’humanité. Donc… quel choix va faire la majorité ? Cela reste à voir. En 1981, on m’a montré que ce temps allait venir, que les banques sont des empires de papier… érigés sur du papier et rien d’autre… conçus pour s’effondrer sous la pression. Comment les gens réagissent-ils à tout cela ? Il s’agit d’un évènement essentiel et il va en éprouver plus d’un. Vont-ils tendre la main et prendre soin les uns des autres, ou deviendront-ils plus égocentriques et protecteurs du matériel ? On a toujours le choix en la matière… les individus vont simplement prendre leur décision.

On m’a également montré d’autres endroits de la ville, là des âmes collaboraient avec des personnes sur terre… des scientifiques, des artistes et d’autres. Il existe toujours une impulsion là-bas pour « inciter » ceux qui sont sur terre à créer des choses bénéfiques pour l’humanité dans tous les domaines.

Il y avait tant d’autres choses aussi. Mais plus que tout, cet endroit était empli d’amour… l’amour de l’humanité, l’amour de chacun sur terre, de la terre elle-même. Les communications étaient transparentes là-bas… les pensées étaient partagées, tout comme on converse ici-bas. Les gens que j’ai vus travaillaient tous avec bonheur et dans une grande joie.

On m’a toutefois aussi montré un endroit bien plus sombre… Là les gens paraissaient ignorer qu’ils avaient quitté leur corps, se combattant sans cesse les uns les autres pour des choses matérielles. Ils se focalisaient sur les biens matériels, tous leurs actes étaient égocentriques là-bas. Mais au-dessus d’eux il y avait également une légion d’êtres en attente. Dès que quelqu’un levait les yeux et demandait l’aide de Dieu, il était entraîné vers un autre endroit, plus paisible, en harmonie avec Dieu et son amour. Mais dans cet endroit, beaucoup paraissaient perdus, ne levant jamais les yeux, ne demandant jamais d’aide.

La ville comportait de nombreux endroits différents, chacun orienté vers une nécessité différente. Il y avait un lieu de repos où les âmes pouvaient se remettre d’une vie traumatisante sur terre. Il y avait des lieux de travail où des âmes aidaient l’humanité et d’autres à grandir, à progresser davantage. Il y avait des bibliothèques, des théâtres, des écoles et aussi le Temple de Dieu.

On m’a emmené dans un grand hall. Face à moi se trouvaient des êtres de lumière pure. L’un d’eux était assis juste devant moi sur un fauteuil ou un trône. Ces êtres n’avaient pas forme humaine, ils ressemblaient plutôt à de l’énergie lumineuse pure. J’étais pétrifié de révérence. L’amour qui émanait d’eux, particulièrement de celui du centre, était écrasant. Je ne me sentais pas du tout leur égal, en revanche je ressentais un très, très grand honneur d’être là. L’entité du centre m’a étreint en me disant : « Tu as bien agi, Mon Enfant, je suis satisfait. ». Cette approbation et l’amour qui me traversait m’ont fait pleurer.

S’agissait-il de Dieu ? Etait-ce l’absolu ? Je l’ignore vraiment. Je sais seulement que je représentais et que je représente bien moins que cet être ou que ceux qui étaient près de lui. C’était toutefois tellement merveilleux d’obtenir cet amour. Au moment de repartir, je voulais seulement en être digne.

Que furent les fruits de ces expériences ? Qu’en ai-je retiré ?

Je vis ma vie dans l’instant, fasciné, appréciant toutes les expériences. J’aime vivre cette vie.

Je m’efforce toujours de mettre en pratique, pas seulement de dire ce qui est juste, mais de le vivre autant qu’il est possible.

Je ne crains pas la mort. Je ne suis toutefois pas impatient de quitter cette vie. Il me reste encore beaucoup à faire, la mort n’est toutefois pas quelque chose qui me fait peur. Je sais qu’un jour je retournerai « chez moi » (là-bas, pas ici).

Qu’est-ce qui est le plus important?

Je dirais que c’est la relation humaine, aimer et prendre soin les uns des autres. La religion a sa place, elle constitue un chemin vers davantage… mais il ne s’agit pas du tout de l’absolu. Les religions ne sont pas Dieu, seulement des chemins.

Mais il faut insister sur la règle d’or : aimez votre prochain comme vous-même, prenez soin les uns des autres à chaque fois que c’est possible. "

"www.nderf.org - EMI Jean R"
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin


Date d'inscription : 21/10/2013
Messages : 19136

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mar 25 Fév 2014, 9:11 pm

"C’était un samedi soir et je traînais avec mes amis, nous fumions de la marijuana. J’avais beaucoup fumé et je commençais à fortement ressentir les effets. Mon compagnon était dans une autre pièce et je suis allée voir ce qu’il faisait. Tout à coup je me suis sentie très grande et j’ai cru que la pièce rapetissait. J’ai commencé à avoir vraiment peur, mon compagnon a essayé de me dire quelque chose et je l’ai frappé. Il a alors dit à tout le monde de partir parce que je n’agis jamais ainsi. Je me suis mise à pleurer et lui aussi, ce qui m’a encore plus effrayée.

Finalement j’ai commencé à avoir des difficultés à respirer, mon ami a dû appeler une ambulance. Avant qu’elle n’arrive, je suis devenue pâle comme un fantôme et ma poitrine n’émettait plus de son. Après cela, je ne me souviens plus vraiment de quoi que ce soit, jusqu’à ce que j’entende un infirmier me parler. Il essayait de me tenir éveillée. On m’avait raccordée à un moniteur cardiaque. Je l’entendais, mais je ne parvenais pas à le localiser. Je l’ai ensuite entendu biper. L’ambulancier s’est mis à hurler au chauffeur de se dépêcher et les sirènes se sont mises en marche. J’ai commencé à paniquer et j’ai demandé à l’infirmier si j’allais mourir. Il a répondu qu’il ne savait pas.

Après qu’il ait dit cela, j’ai commencé à avoir davantage de mal à respirer. Je me rappelle avoir pensé « Mon Dieu, s’il te plaît ne me laisse pas mourir. Je jure que je ne referai plus jamais quelque chose d’aussi stupide. Mon Dieu s’il te plaît, j’ai tant de choses à vivre. Que va-t-il arriver à maman si je meurs. Surtout si je meurs ainsi. ». Je ne cessais de me répéter ces choses dans ma tête. De toute ma vie, je n’avais jamais prié aussi intensément. Soudain, tout est devenu très tranquille et je me suis sentie vraiment sereine. J’étais environnée d’une lumière blanche brillante, je me sentais tout à fait en sécurité et heureuse. J’avais l’impression de flotter, je voyais tout ce qui m’arrivait. Je me suis vue allongée dans l’ambulance et j’en ai été très effrayée. Mon apparence était tellement horrible. J’avais les yeux à moitié ouverts et je tremblais violemment. Ma peau avait pris un ton gris cendré.

Je me suis rendu compte que mon compagnon pleurait sur le siège avant. J’ai ensuite senti une main qui me poussait doucement en avant, puis, j’imagine que j’ai réintégré mon corps… si je l’avais quitté. J’ai cessé de trembler et je me suis sentie très sereine. Je savais que j’avais franchi la ligne et que Dieu venait de me donner une seconde chance.

J’ai découvert plus tard que j’ai fait un arrêt cardiaque durant quelques secondes seulement, mais le temps semblait s’être arrêté. Depuis cette nuit là, partout je ressens en permanence une présence près de moi, j’imagine qu’on pourrait dire qu’elle veille sur moi. Parfois, lorsque j’ai des ennuis, elle paraît devenir plus forte."

EMI de Liz R - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Messages : 1005

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mer 26 Fév 2014, 10:16 am

@CHRISTOPHEG a écrit:




Je retiens que ce qui est vécu par les gens ne l'est pas à n'importe quel moment. Pour quelques instants voire des heures, ils sont morts ...

Il ne s'agit pas des résultats d'une rêverie ou d'une profonde méditation mais d'un vrai faux départ.

Je n'ai jamais lu, sauf pour les NDE, quelqu'un qui vit en même temps :

- une rencontre Divine avec un message à la clé;
- une rencontre avec discussion avec des personnes défuntes de sa famille (qu'il n'a peut-être même pas connu);
- la réception de dons inconnus auparavant comme des dons de voyance ou de guérison;
- la réception d'un niveau d'amour inconnu sur terre.

Si tu ajoutes à cela qui est déjà extraordinaire, ceci.

- Il s'agit du seul souvenir que les gens gardent précisément inscrit en eux pour le reste de leur vie;
- Les gens changent radicalement de vie, de métiers, d'amis, de valeurs morales, ...;
- Les gens n'ont plus peur de la mort et s'en réjouissent sans la provoquer.

On peut aussi ajouter qu'ils s'agit de milliers de gens, de toutes confessions religieuses ou sans religion, de tout milieux socio-culturels, socio-économiques, de nationalités et d'âge différents.

Tous ces gens disent la même chose à travers des scénarios différents. Ce qui m'interpelle, c'est le phénomène de masse et la consignation scientifique des témoignages.

On est très très loin de quelques flashes provoqué par une drogue ou par de la méditation via une philosophie orientale, je trouve. On est aussi très très loin de la vie courante.

Si on quitte ce contexte de NDE, je suis bien d'accord avec toi sur la nécessité de vivre l'instant présent à fond avec pour principe directeur l'amour des autres et le don de soi.

L'illusion dont je parle est celle de notre monde matériel. Il faut en effet abandonner ces illusions que crée notre égo en nous attachant à des valeurs matérielles.

Pourquoi pas! Va pour toi, si tu y vois quelque chose de si exceptionnel dans ces NDE, à la fois unique puisque vécue de façon unique, au point que chacune de ces personnes en reste marquée à vie.
Ce dont je peux affirmer, les hindouistes, les moines tibétains qui sont quant à eux, des initiés, des experts, connaissent bien ce domaine des voyages astraux, qu'une personne qui le vit une unique fois au cours de sa vie.
.
Qu'en est-il de ceux qui le vivent de façon négative, la plus atroce qui soit? Une descente aux enfers et les voilà comme marquée aux fers. Toi, tu ne crois pas à l'enfer. Et pourtant ces gens en seront marquée pour le restant de leur vie jusqu"à aller prêcher que l'enfer existe.
Donc, il est prudent et nécessaire de considérer ces NDE comme une tranche de vie, qui au fil du temps s'estompera, s'effacera de la mémoire, à condition de ne pas le voir comme vérité.
On peut aussi s'initier, devenir expert de cette pratique tout comme les hindouistes, les moines tibétains pour bien connaître l'astral, déjouer tous les rouages illusoires du pouvoir infini et inimaginable de l'âme.
.
Voyage astral ou NDE, c'est la même chose. La décorporation de l'âme du corps, retenue par le cordon ombilical (comme cité dans un des témoignages) séparant les 2 parties. Même dans le pire des comas, il n'y a pas mort et on appartient encore à ce monde autant physique qu'invisible. Sauf exception faite sur l'histoire en la résurrection de JESUS, que ce cordon soit rompu, personne n'est jamais revenu pour dire ce qui se passe réellement après la mort.
.
Je ne faisais pas spécialement allusion aux drogues en parlant de retours de flash. Les enfants notamment, avant que l'on formate leurs cerveaux aux rudiments de la société, ont cette capacité de voir des apparitions d'êtres disparues, de se souvenir de leurs vies antérieures, d'endroits ou ils ont vécus dans d'autres vies passées et bien d'autres choses encore. Les dons de voyance, de guérison par les mains, la télépathie, la radiésthésie, les rêves prémonitoires etc...sont autant de facettes que l'humain peut acquérir tout en les développant et cela, tout bonnement grâce à la "glande pinéale" qui est le pourvoyeur de cette sensibilisation.
Comme quoi, les NDE ne sont qu'un schéma, une réflection du spectre de la pensée plus intensifiée de nos perceptions et en somme, n'ont rien de si exceptionnels qu'il n'y paraît sinon, le fait de la décorporation qui semble en impressionner plus d'un. Et si message important il y a durant le NDE, cela servira en fait, que pour desservir ce monde qu'est le notre.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin


Date d'inscription : 21/10/2013
Messages : 19136

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mer 26 Fév 2014, 9:32 pm

@ZionRock a écrit:
@CHRISTOPHEG a écrit:




Je retiens que ce qui est vécu par les gens ne l'est pas à n'importe quel moment.  Pour quelques instants voire des heures, ils sont morts ...

Il ne s'agit pas des résultats d'une rêverie ou d'une profonde méditation mais d'un vrai faux départ.

Je n'ai jamais lu, sauf pour les NDE, quelqu'un qui vit en même temps :

- une rencontre Divine avec un message à la clé;
- une rencontre avec discussion avec des personnes défuntes de sa famille (qu'il n'a peut-être même pas connu);
- la réception de dons inconnus auparavant comme des dons de voyance ou de guérison;
- la réception d'un niveau d'amour inconnu sur terre.

Si tu ajoutes à cela qui est déjà extraordinaire, ceci.

- Il s'agit du seul souvenir que les gens gardent précisément inscrit en eux pour le reste de leur vie;
- Les gens changent radicalement de vie, de métiers, d'amis, de valeurs morales, ...;
- Les gens n'ont plus peur de la mort et s'en réjouissent sans la provoquer.

On peut aussi ajouter qu'ils s'agit de milliers de gens, de toutes confessions religieuses ou sans religion, de tout milieux socio-culturels, socio-économiques, de nationalités et d'âge différents.

Tous ces gens disent la même chose à travers des scénarios différents.  Ce qui m'interpelle, c'est le phénomène de masse et la consignation scientifique des témoignages.

On est très très loin de quelques flashes provoqué par une drogue ou par de la méditation via une philosophie orientale, je trouve.  On est aussi très très loin de la vie courante.

Si on quitte ce contexte de NDE, je suis bien d'accord avec toi sur la nécessité de vivre l'instant présent à fond avec pour principe directeur l'amour des autres et le don de soi.

L'illusion dont je parle est celle de notre monde matériel.  Il faut en effet abandonner ces illusions que crée notre égo en nous attachant à des valeurs matérielles.

Pourquoi pas! Va pour toi, si tu y vois quelque chose de si exceptionnel dans ces NDE, à la fois unique puisque vécue de façon unique, au point que chacune de ces personnes en reste marquée à vie.
Ce dont je peux affirmer, les hindouistes, les moines tibétains qui sont quant à eux, des initiés, des experts, connaissent bien ce domaine des voyages astraux, qu'une personne qui le vit une unique fois au cours de sa vie.
.
Qu'en est-il de ceux qui le vivent de façon négative, la plus atroce qui soit? Une descente aux enfers et les voilà comme marquée aux fers. Toi, tu ne crois pas à l'enfer. Et pourtant ces gens en seront marquée pour le restant de leur vie jusqu"à aller prêcher que l'enfer existe.
Donc, il est prudent et nécessaire de considérer ces NDE comme une tranche de vie, qui au fil du temps s'estompera, s'effacera de la mémoire, à condition de ne pas le voir comme vérité.
On peut aussi s'initier, devenir expert de cette pratique tout comme les hindouistes, les moines tibétains pour bien connaître l'astral, déjouer tous les rouages illusoires du pouvoir infini et inimaginable de l'âme.
.
Voyage astral ou NDE, c'est la même chose. La décorporation de l'âme du corps, retenue par le cordon ombilical (comme cité dans un des témoignages) séparant les 2 parties. Même dans le pire des comas, il n'y a pas mort et on appartient encore à ce monde autant physique qu'invisible. Sauf exception faite sur l'histoire en la résurrection de JESUS, que ce cordon soit rompu, personne n'est jamais revenu pour dire ce qui se passe réellement après la mort.
.
Je ne faisais pas spécialement allusion aux drogues en parlant de retours de flash. Les enfants notamment, avant que l'on formate leurs cerveaux aux rudiments de la société, ont cette capacité de voir des apparitions d'êtres disparues, de se souvenir de leurs vies antérieures, d'endroits ou ils ont vécus dans d'autres vies passées et bien d'autres choses encore. Les dons de voyance, de guérison par les mains, la télépathie, la radiésthésie, les rêves prémonitoires etc...sont autant de facettes que l'humain peut acquérir tout en les développant et cela, tout bonnement grâce à la "glande pinéale" qui est le pourvoyeur de cette sensibilisation.
Comme quoi, les NDE ne sont qu'un schéma, une réflection du spectre de la pensée plus intensifiée de nos perceptions et en somme, n'ont rien de si exceptionnels qu'il n'y paraît sinon, le fait de la décorporation qui semble en impressionner plus d'un. Et si message important il y a durant le NDE, cela servira en fait, que pour desservir ce monde qu'est le notre.

Bonjour à toi,

Oui, je suis convaincu que des sages orientaux arrivent à répéter ce genre de voyage. Mais tu imagines quel niveau de spiritualité ils ont atteint ... Ce n'est pas à la portée de tout le monde...

Je ferai toutefois me semble-t-il une différence entre la NDE non provoquée et le voyage astral qui lui l'est. Je me demande aussi si les expériences sont aussi profondes dans le cas du voyage astral avec tous les dialogues et les conséquences dont je parle plus haut.

Je dirais que nous avons vu par le biais de ces expériences la porte d'entrée et la salle d'attente de la mort. C'est déjà ça. Les gens qui l'ont vécu n'ont donc plus peur de la mort, c'est quand même assez significatif de l'importance de l'expérience.

La NDE est clairement une tranche de vie qui sert à faire passer un message important à la personne. Ces personnes parlent toujours d'un grand cadeau mais il ne s'estompe jamais de leur mémoire.

Je ne crois pas à l'existence de l'enfer en tant que tel mais cela ne veut pas dire que l'on ne peut en faire l'expérience. Attention à cette distinction importante ! Tout dépend de l'état d'âme général de ta vie et de ton état d'esprit à l'heure de ta mort. Certains en font donc l'expérience sachant que la plupart du temps une NDE négative se termine en positif.

Au sujet des enfants. Oui tout à fait. Il y a des études troublantes de vérité à ce sujet.

Le message reçu lors des NDE est souvent double. D'une part, il s'agit de témoigner de ce qu'ils ont vu, le rendre le plus public possible. D'autres part, il y a un message personnel qui ne nous est pas destiné, forcément.

Mais le retour de ces expériences sert plutôt notre monde que le contraire, je pense. Les gens concernés sont très très positifs dans leur compréhension de la vie par la suite.

Pas si exceptionnel, faut voir ...

La décorporation nous confirme qu'il y a une vie après la mort pour ceux qui en doutaient ... et que le cerveau n'est pas le siège de la conscience mais juste un récepteur calculateur (en caricaturant).

Un dialogue avec JESUS, ce n'est pas rien non plus ...



Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mer 26 Fév 2014, 9:37 pm

"J’ai été fauché par une voiture à 50 km/h, je ne ressentis aucun choc mais comme une électrocution, puis le noir 2 secondes plus tard.

J'étais propulsé au centre d'une sorte de tunnel pendant quelques secondes puis tout à coup je stoppais net.

J'étais à quelques centaines de mètres du choc, de l'accident, au-dessus de la Seine, je flottais ; la sensation était très étrange comme si j’avais du mal à respirer mais je cherchais mon souffle alors que je n’en avais plus besoin, je mis un moment à me stabiliser, je sentais une énergie très étrange comme si l'air vibrait et était plus dense et cette énergie, je compris que c'était la vie, c'était comme s'il y avait des courants de chaleurs qui circulaient dans tous les sens, plus de pesanteur, ni chaud, ni froid, un certain bien-être m’envahit.

- Qu'est ce que je fais là ! J'allais au boulot, mais qu'est ce que je fais là ?

Puis je retraçais les événements : je sortais du café, j'attendais au passage clouté, et un phare de voiture à quelques 40 cm de moi, puis le noir, comme un mélange de panique, de tristesse, de peur intense, mais il m’a tué ! oh mon dieu je suis mort ! j'ai pensé de suite, essayer de rentrer, retrouver mon corps, je tentais alors de voir où j'étais et je reconnus de suite les quais de la Seine mais tout le monde était comme au ralenti les voitures, les passants circulaient très lentement et se figeaient par moments et tous ces passants et ces voitures étaient entourés comme d'un halo ou d’une lumière irradiante de couleur dorée jaune orange clair, je n'en croyais pas mes yeux, mais je n'avais plus d'yeux et une sorte de sifflement ambiant, très régulier, plutôt comme un vrombissement permanent assez aiguë, la peur et la panique s'accroissaient de plus en plus, puis voulant voir de plus près, me penchant en avant, enfin, je ne sais pas vraiment ce que j'étais, mais quelque part j’avais un centre de gravité, me penchant en avant, je fus à nouveau propulsé dans le tunnel, surpris par ce nouveau choc, je me redresse et tout à coup je m'arrête net, à disons 100m d'où j'étais.

Stupéfiant me dit-je, rassemblant tout le courage qui me restait, je tentais à nouveau de me pencher en avant puis à nouveau cette accélération fulgurante je distinguais que l’effet tunnel était en fait dû à mon propre déplacement super rapide je tentais 4 autres fois jusqu'à ce que je maîtrise à chaque fois cette accélération, cet état me plaisait de plus en plus, d'autant que toutes les contraintes du corps n'existaient plus.

Mais je découvrirai plus tard que les contraintes physiques de l'espace et du temps non plus. Je n'en croyais pas mes "yeux", toute ma vie avait été tellement rattachée à ces contraintes et mon manque total de foi en l'existence de l'âme et encore moins en un Être supérieur...

J'allais me prendre une grosse claque...!

L'euphorie de cette trouvaille passée, je me redisais sans cesse m... je suis vraiment mort, m... je suis vraiment mort, m... je suis vraiment mort, tout en regardant autour de moi et essayant de capter un signe qui trahirait un simple rêve, peut être que je me réveillerai dans mon lit, m... je suis vraiment mort, «bon ben, c'est fini» me dit-je n’en revenant pas que je continuais à être moi-même, mais encore plus étonné que nous n’étions pas que biologie, persuadé que l’énergie que nous produisions venait de notre existence même dans cet univers et que malheureusement cette énergie disparaissait après la mort, malgré ma curiosité naturelle pour toutes les religions.

Je commençais à penser à ma famille ; à tous, "un par un" je repensais à tout ce qui faisait leurs caractères et ce que je ressentais, ce sentiment de proximité était bien plus intense qu’avant, mais je sentais que malgré moi je m’éloignais, puis maman, elle va penser « quel malheur, il part au boulot le matin, et à 14h il meurt », la douleur qu'elle allait ressentir me plongeait dans une peine et un désespoir que je ne connaissais pas, un tel sentiment d’impuissance.

Je voulu aller la prévenir que je n'éprouvais aucune souffrance et que je me sentais en fin de compte méga bien. Même si j’était terrifié.

Mais dans mon ignorance des possibilités qui s’offraient en cet état, la distance en accélération me paraissait énorme à parcourir, d'autant qu’avec cette accélération je ne contrôlais rien, je subissais juste, comme si j'étais aspiré, pourtant, c'était juste 40 km vers le sud.

Puis me disant, avec une certaine couardise, que je n'étais pas le premier mort et qu'elle comprendrait, que c'est la vie, puis surtout avec l’égoïsme qui me caractérisait, j'avais un autre projet. Maintenant que je pouvais accélérer, je voulais savoir à quel vitesse et puis vers le haut, cela me semblait plus facile que vers toutes ses lueurs d’en bas, puis j'avais trop envie de voir la terre depuis l'espace, je me disais que je n'aurais plus besoin de manger ni dormir, plus de froid, de chaud et avec l'accélération, j'imaginais pouvoir voyager dans la galaxie sans limite de temps ni de distance.

Ma décision était prise, tel le Surfeur d’argent, je pars, je pense profondément en moi, adieu maman, adieu humanité qui m'avait tant déçu et adieu à moi qui n'ait pas eu le courage de m'opposer à ces inégalités chroniques entre les humains face à la douleur et la souffrance.

J'en ai honte aujourd'hui, mais avec un certain dégoût, je me tourne vers le haut et je me penche en avant et l'accélération commence mais cette fois j'essais de la contrôler et j'arrive à accélérer plus progressivement c'était incroyable, je n’arrêtais pas de me dire, "mais je rêve", "mais je rêve", "mais je rêve". Je me voyais déjà parcourir le cosmos, quand une force infiniment puissante et ferme m'attrape par en dessous, mais sans me faire de mal, et me tire vers le bas je me retrouve "face à face" avec un visage très diffus, en plein ciel, je voyais juste le visage. Il me dit avec un humour et une gentillesse inouïs, alors que je me sentais si triste et résigné, ce qui me fit ressentir une hilarité, une joie sans nom :

- Salut ! Qu'est-ce que tu trimbales derrière ?

Se référant à une petite excroissance que j'avais derrière la tête à l'endroit où serait un sac que l'on porterait sur les épaules, n’ayant pas ressenti cette excroissance avant, en me tournant, je sentis que j’avais accès, c’était comme des sauvegardes de souvenirs sur toute ma vie, comme des icônes, il suffisait d’en regarder un, pour visionner le souvenir sous forme de petits films, mais en le touchant je pouvais entrer dedans aussi, et je ressentais l’émotion du souvenir, je me dis « v’la-autre-chose » cachant ma surprise, je ne sais pourquoi.

- Quelques souvenirs. Lui dis-je.

- Tu n’en as plus besoin !

- Mais ces souvenirs, c’est juste ce que je veux garder !

- Pourquoi ?

- Pour me rappeler d’où je viens. Je veux explorer l’univers ! hé! puis il regarda tout mon sac, tout ce que j'avais emporté comme souvenir ou plutôt nous regardâmes ensemble, j'éprouvais une certaine gène, mais il me rassurai en permanence je sentais qu'il n'attachait aucune véritable importance a ce qu'il voyait, juste il regardai ce qu'il y avait et qu'il ne portait aucun jugement sur quoi que ce soi.

Je n’ai toujours pas compris pourquoi il ne fallait rien emporter, mais sinon je suppose que je ne pourrais plus en témoigner aujourd’hui, mais plus je parlais avec ce visage plus mes souvenirs me semblaient puérils et sans réel intérêt. Je n’avais pas idée de la grandeur.

- Comment fait-on pour voyager dans d’autres mondes ?

- Il suffit de le vouloir vraiment, c’est très facile.

- Il y a d’autres planètes habitées ?

- Oui beaucoup. Je sentais en lui une connaissance dépassant de loin tout ce que je pouvais concevoir et je sentais qu’il était près à tout me livrer, soudain comme dans une sorte de clarté inouïe dans mes pensés à ce moment, il me semblait que je « COMPRENAIS » mais je ne savais pas quoi, mais il suffisait de demander.

Car sans poser les bonnes questions, pas de réponse Juste (moi-même). Comme un sentiment d'avoir toutes les réponses à disposition, mais que des réponses partielles.

Mais rien de tangible ne m’est resté aujourd’hui, juste quelques impressions diffuses, qu'il me désignait certaines étoiles d'une galaxie et des images de l’espace. Mais il ne voulait pas me dire comment on y allait, enfin pas explicitement, puis moi j'étais béat.

Juste au moment où j'allais lui dire que je comptais partir et que j'avais un long voyage qui m'attendait. Que j'étais très heureux de l'avoir rencontré.

Par respect envers sa gentillesse, je ne voulais pas lui demander qui il était. Mais je senti qu'il avait capté ce que j'allais dire avant que je ne le dise, puis soudain une lumière en forme d'iris de chat, blanc et lumineux avec des bords assez fins comme du magma en fusion rouge orangé s’ouvrit en plein milieu du ciel et je me retrouve propulsé violemment à l'intérieur.

Après un certain temps, où j'ai eu l'impression d'avoir perdu le cours des choses, comme un blanc ; je relevai "la tête" me retrouvant instantanément prosterné au sol, comme si on me maintenait dans cette position de prosterné au sol avec force, impossible de me redresser malgré plusieurs essais (j’ai toujours été un peu rebelle). On aurait dit une très forte force de gravité ou un poids intangible énorme qui m’écrasait au sol puis soudain, cette pression s’arrêta net.

Je me sentais complètement halluciné ; je revenais de déjeuner, je n’avais rien demandé, en plus je sentais ma raison me quitter et je commençais à flipper franchement, je voulais que tout ce «délire» s’arrête, me sentant au bord des larmes, mais impossible de pleurer. Je regarde cette fois discrètement, autour tout était d’une clarté très lumineuse, il faisait très doux, il y avait comme de grands cubes blancs de différentes tailles dont je ne distinguais que les arrêtes mais je ne voyais pas grand chose car j’étais au ras du sol et dans cet état de crise, je sentais que je pouvais perdre pied à tout moment, et je vis juste devant un ÊTRE très grand, tout en lumière, d'une blancheur éclatante, avec des rayons de lumière beaucoup plus longs qui jaillissaient de lui, de toutes parts la douceur de cet endroit est intense. Tout à coup, je fus submergé par une sensation, que je ne peux décrire, que comme de l'amour, le plus fort et le plus pur, une sensation qui ressemble ici-bas à ce qu'on ressent quand on est très amoureux, cette sorte de vibration, qui nous fait palpiter de tout notre être, quand on se voit enfin, ou quand on sait que l’on va voir son «âme-sœur», je souhaite que tout le monde ressente cette amour au moins une fois dans sa vie.

En tout cas, cette sensation-émotion était multipliée par 100, c'était un orgasme émotionnel indescriptible, là, j’ai vraiment cru mourir, mais de plaisir. C’était à la limite du supportable, ça m'a totalement submergé, pourtant j'ai senti qu’il s’agissait d’une infime partie de ce dont il était capable, et qu’il faisait très attention, mais pour moi ça dépassait tout ce que je pouvais concevoir.

Je compris que c'était ce que, "lui", ressentait, que je sentais et non pas une émotion à moi et cet amour si intense était celui qu'il portait à toute l'humanité et non pas à moi. Qu'un être aussi puissant puisse nous aimer, à ce point, nous, des êtres aussi primitifs, me sidérait, surtout un athée comme moi, qui ne croyait que ce qu’il voyait, et qui croyait que les religions étaient juste le témoignage ancestral d’une quête de l’homme pour expliquer son incompréhensible existence.

Il m’expliqua sans mot, mais avec voix, c’était très bizarre et sa voix était d’une douceur immense, mais étrangement, une force incommensurable s’en dégageait, je sentais une puissance en lui hors limites mais surtout sa volonté je sentais qu’elle était vraiment très puissante en moi, le poids de chaque mot qu’il disait était comme implacable, il dégageait une puissance inouïe.

Il dit que ce n’était pas grave du tout, que c'est nos intentions qui comptent le plus à leurs yeux. C’est la question qu’ils posent systématiquement. Quel était ton intention ?

Croyez moi sur parole, quelque soit votre religion, ils voient tout.

Mais surtout ils sont beaucoup plus indulgents que certaines Sociétés et Obédiences pourtant bien terrestres quant à la faiblesse de notre état charnel ici-bas. Une chose que j'ai ressentie fortement aussi c'est qu'il n'apprécie pas du tout le suicide, sans avoir de très sérieuses raisons de le faire. Leur sens de l’empathie est infini.

Tout à coup je n'étais plus cette vapeur luminescente, mais moi, dans mon corps, mais 20 ans plus tôt et avec moi, un homme, en tunique blanche, d'1m70 environ, yeux noirs, mulâtre, je sentais qu'il n'était pas à l'aise, il passa devant, je le suivi, je savais où il allait, je connaissais bien l'endroit, je me demandais pourquoi il prenait une apparence si humble et pourquoi il avait l'air si gauche, et je senti à nouveau qu'il avait capté mes pensées, sans se retourner, moi continuant à le suivre, je vis qu'il y avait soudain des petit éclats de lumières blanches rayonnantes sur sa nuque et ses épaules, c'était magnifique.

Je me serais cru dans un film hollywoodien, et on était à un endroit où quand j'étais plus jeune, j'avais eu peur un soir alors que je rentrais seul en traversant un grand parc la nuit, et il dit :

- Qu'est ce qu'on fait là ? Il me demandait ça à moi, alors que je n’avais rien fait, mais je compris qu’en fait, ce qu’il voulait dire, c’était pourquoi cette scène était si présente en moi. Je ne savais pas pourquoi moi-même.

- Là, dans le noir, il y a quelque chose, j'ai peur et je ressentais la même peur qu’alors, même si plutôt je me sentais avoir eu peur, car aujourd'hui et depuis longtemps je n'ai plus peur du noir, mais cet ami partit voir dans le noir, et revint, tout fringant, levant les pieds dans les hautes herbes, ce qui n’était pas commode avec sa tunique, je retins difficilement mon envie de rire.

- Il n'y a rien là-bas ! dit-il d’un air déçu.

Je me sentis tellement bête sur le coup, n’osant pas lui dire que je le savais, mais il était si gentil, il m'embarqua dans une visite complète de ma vie à une vitesse telle que j'avais à peine le temps de voir et de ressentir les passages les plus marquants, c'était incroyable, c'est comme s’il était connecté en réseau avec moi. Toujours avec une vitesse étonnante, rien à voir avec un rêve où la vitesse des images est tellement lente en comparaison, c'est comme passer de 20Mhz à 20Ghz (pour les connaisseurs d'ordi), j'arrivais pas à suivre la vitesse des déplacements, après m'être fait ballotter dans tout les sens, tout s'arrêta net.

Puis a nouveau cette sensation de réapparaître ailleurs, je relevais la tête, je me sentais beaucoup plus rassuré qu'en arrivant, je distinguais que j'étais au centre, sur une sorte de plateau ovale, avec des bords arrondis blancs, tout était blanc, je sentais qu'il y avait beaucoup d'autres choses autour, des présences très joyeuses et rieuses et gentiment moqueuses. Je ressentis que mon cœur avais envie de les toucher, c'est comme si une petite voix me disait que je connaissais tout ça, mais on ne me permettait pas de les voir.

Je suis à nouveau devant cet Être lumineux que j'appelle aujourd'hui Mon Seigneur, car Mon Seigneur, Il l’est. A ce moment-là, je sentis qu'il se détachait de moi comme s'il parlait à quelqu'un d'autre, mais il restait immobile devant moi, il était comme un soleil de rayonnement égal et de même couleur, je pouvais très difficilement distinguer une très vague forme "humanoïde" mais dès que j'essayais de voir plus, pour distinguer ses formes derrière ce rayonnement, il m'apparu si plein d'amour que j'étais obligé de renoncer tellement. Cet amour ma ébloui, pas les yeux, mais l'esprit, une telle connaissance, une telle vitesse dans ses pensées, j'étais largué, c'est comme s’il fallait avoir un amour égal pour pouvoir supporter le sien et voir plus loin, j'étais loin d'être à la hauteur, c'est comme si j'étais obligé de m'incliner et de renoncer à mon envie de comprendre tellement, tout son Être est désarment et me plongeais dans un état d'émerveillement. Je n'avais pas d'autre choix que de le regarder et ne pas chercher plus loin. Tout était si blanc. Nous restâmes face à face 2 ou 3 minutes, je ne sentais plus rien de lui, ça me parut long, car je savais pas ce qu'il attendait de moi, ou peut être qu'il me ménageait et à ce moment-là, je sentis du froid m’envahir, comme si je ne baignais plus dans sa lumière bienfaitrice, un horrible sentiment de solitude aussi, et je compris alors que je retrouvais mon état "normal" et qu’aussi loin que je pouvais me souvenir, j’avais toujours eu froid et j’avais toujours été seul sans le savoir.

Mais, comme il ne me "tenait" plus, je retrouvais peu à peu mes esprits, me rappelant tout, l'accident, les voyages, ma première rencontre avec lui, comme il m’a attrapé quand je voulais partir voir l'espace ; et comme apparemment sa conversation semblait se prolonger, j'étais maintenant « bien réveillé », enfin, malgré toutes ses images qui tourbillonnaient encore, me sentant tout seul, à ce moment-là, j'essayais de dire quelque chose, mais je ne savais pas comment parler, en tout cas j'avais l'impression qu'aucun son ne sortait, puis j'ai repensé à l'accélération, en fait, il suffisait juste de le vouloir et au prix d’un effort intense pour sortir un son, la seule chose que je trouvais à dire, c'est :

Qui est tu ? Comment fais-tu ça ?

Tout à coup, sans aucun mouvement, je ressentis à nouveau sa chaleur, le bien-être qu'il me dispensait était grand, j'en étais déjà accro, j’étais bien à nouveau, je ne voulais plus qu'il me lâche mais je ressentis alors une contrariété assez forte en lui, mais, incapable de lire en lui, je ne saurai jamais pourquoi, mais j'ai eu l'impression que ce n’était pas les questions que j'avais posées, mais autre chose.

Mais en tout cas la manière dont j’avais parlé dans ce monde de douceur ; ça à du s'entendre comme un cri tonitruant car j'ai vraiment forcé pour sortir ces quelques mots mais j'ai compris maintenant que leur mode de communication est autre mais je n’arrive pas à comprendre comment Ils faisaient.

Sans rien dire, d'un geste, de ce qu'on aurait dit sa main lumineuse, j'étais à nouveau dans un tunnel d'accélération et 1 seconde après, je rentrais dans mon corps avec la même violence que j’en étais sorti, je repris connaissance instantanément, j'étais allongé au milieu de la rue, incapable de bouger, la voiture était sur le trottoir encastré sur un poteau.

La chose la plus étonnante, c'est que le chauffeur serait tout de suite sorti de sa voiture pour voir si j'étais encore vivant mais quand j'ai ouvert les yeux, il n'était pas encore sorti de la voiture, en fait, cette aventure, ce rêve, je ne sais toujours pas, avait duré moins de 5 secondes, c'est le temps que le chauffeur a mis pour sortir de sa voiture.

Trois mois de convalescence plus tard, ma vie intérieure est radicalement changée et ma foi en l’humanité aussi, mais depuis j’ai toujours un peu froid et je me sens souvent un peu seul, même en groupe car je n’ai jamais raconté cette histoire à personne.

Je n'avais jamais entendu parler de ces expériences ou peut être une fois, dans le "Cosby Show". Dans un épisode, il y avait Bill Cosby assis sur son sofa qui disait être dans un tunnel et la petite lui disait de ne pas aller vers la lumière (rire), ça me semblait débile.

Je pensais que j'étais le seul à avoir fait ce que je considérais comme un délire ou un rêve hyper ultra réaliste ou une expérience très privilégiée, c'est pour ça je pense que j'ai gardé ça pour moi.

Quand j'ai entamé mes recherches sur le net, j'ai explosé en sanglots en comprenant qu'il y avait plein de témoignages identiques, mais je pense qu'il faut quand même une bonne résistance psychique pour vivre avec dans cette société.

Mais pas de pouvoir psychique ni médiumnique, juste quelques ombres, j’ai rendez-vous chez l’ophtalmo.

Peut-être un message d'espoir sur la nécessité de prier fort, si nous avons besoin d’aide, quand je repense à Mon Seigneur, je ressens comme une douce chaleur envahir mon corps de l’intérieur, chose que je n’avais jamais ressenti avant.

Nous aimer les uns les autres, c’est sûr, même si c'est impossible et moi le premier, que nous nous aimions autant que Eux nous aiment."

EMI du Leo P - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Jeu 27 Fév 2014, 9:01 pm

"J’avais un problème de couple et j’ai décidé que ce serait mieux pour tout le monde si je n’étais plus là. J’ai pris une surdose de médicaments qui devait me faire dormir pour toujours. Etant « chrétienne hérétique » à l’époque, je croyais mourir et aller en enfer pour suicide, mais je me suis quand même mise à genoux et j’ai prié afin d’être pardonnée pour ce que j’avais fait.

J’ai alors été emplie de l’Esprit Saint, j’ai eu le sentiment d’être pardonnée par Dieu. J’ai commencé à être somnolente et je me suis allongée sur le lit, continuant à demander pardon, à dire à Dieu que je l’aimais. Sans avoir le temps de réaliser, je me suis retrouvée en train de flotter au dessus de mon lit, regardant mon corps sans vie en dessous de moi. Je pouvais me voir, j’ai compris que j’étais morte.

Tout à coup je me suis sentie entraînée à travers une vaste, une immense région, aucune paroi n’était visible mais j’ai pourtant eu la sensation d’être entraînée à travers un tunnel, la lumière y devenait de plus en plus intense. Après quelques instants, je me suis soudain retrouvée face à un magnifique portail en fer forgé de style victorien, couvert des fleurs les plus grandes et les plus brillamment colorées que j’aie jamais vues. Des fleurs immenses, 6 fois plus grandes que celles que nous connaissons sur terre. Le portail était partiellement ouvert, au sein d’un immense nuage ne comportant rien d’autre que du blanc brillant. Ce portail était sur ma droite. J’y ai posé la main afin de le franchir. A cet instant j’ai su qu’il s’agissait d’un point de non retour.

Mais juste avant que je n’entre, une voix a parlé dans mon esprit, je me suis retournée pour regarder à ma gauche, JESUS Christ était là, je pouvais voir la trace des clous sur ses mains et ses pieds. Toutefois les marques des mains étaient plutôt situées dans la région du poignet, s’étirant vers l’extérieur, comme déchirées par le poids. Il n’y a pas eu de communication verbale, seulement de la télépathie. J’ai couru vers lui et j’ai enlacé ses pieds, les embrassant, lui disant à quel point je l’aime, il a abaissé les bras, pressant ma tête contre lui tandis que je pleurais à chaude larmes.

Il s’est retourné, regardant vers le haut et sur la gauche. A cet instant je me suis levée et j’ai regardé vers le haut dans la direction de son regard (sur ma droite), j’ai vu que je me trouvais à la base d’un immense escalier (je le qualifie de trône immense), la plus brillante des lumières en rayonnait. C’était Dieu. JESUS se trouvait à la droite de Dieu, à la base de son trône. J’ai commencé à parler à Dieu, lui disant à quel point je l’aime, ainsi que JESUS. Mais Dieu ne me répondait pas. A ce moment là, j’ai vu que JESUS communiquait avec Dieu par télépathie, il lui disait combien je l’aimais, que je croyais qu’il était mort pour mes péchés.

Dieu m’a alors parlé mentalement, il m’a dit à quel point il m’aime (JESUS servait d’intermédiaire entre Dieu et moi). Dieu ne m’écoutait pas sans que JESUS ait d’abord parlé pour moi. Par télépathie, Dieu m’a dit de repartir, que mon heure n’était pas encore venue. Je l’ai imploré, je suis tombée à genoux, le suppliant de ne pas me renvoyer. Aucune pensée du monde n’était en moi, tout était considéré de manière céleste. Je pleurais et je suppliais tellement que j’ai soudain senti les bras de Dieu s’abaisser (il n’y avait aucun bras mais je les ai sentis), il m’a soulevée et m’a bercée comme une mère berce son bébé contre sa poitrine. Il m’a reposée doucement, me disant qu’il fallait que je reparte pour recevoir son don d’enfants (à l’époque les médecins me disaient que je ne pouvais pas avoir d’enfant).

A la seconde où Dieu m’a dit qu’il me donnait des enfants, mon esprit est immédiatement redevenu terrestre, entamant le voyage de retour à travers l’immense région, jusqu’à ce que je plane à nouveau au dessus de mon corps étendu sur le lit. J’ai senti mes pieds pénétrer par la tête charnelle, s’enfonçant dans mon corps sans vie. Quand j’ai ouvert les yeux, mon mari était à genoux, priant Dieu de ne PAS m’enlever à lui.

EMI de Micki P - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Masculin
Messages : 1005
Pays : France
R E L I G I O N : le Chemin,la Vie,la Vérit

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Ven 28 Fév 2014, 2:04 am

@CHRISTOPHEG a écrit:


Bonjour à toi,

Oui, je suis convaincu que des sages orientaux arrivent à répéter ce genre de voyage. Mais tu imagines quel niveau de spiritualité ils ont atteint ... Ce n'est pas à la portée de tout le monde...

Je ferai toutefois me semble-t-il une différence entre la NDE non provoquée et le voyage astral qui lui l'est. Je me demande aussi si les expériences sont aussi profondes dans le cas du voyage astral avec tous les dialogues et les conséquences dont je parle plus haut.

Je dirais que nous avons vu par le biais de ces expériences la porte d'entrée et la salle d'attente de la mort. C'est déjà ça. Les gens qui l'ont vécu n'ont donc plus peur de la mort, c'est quand même assez significatif de l'importance de l'expérience.

La NDE est clairement une tranche de vie qui sert à faire passer un message important à la personne. Ces personnes parlent toujours d'un grand cadeau mais il ne s'estompe jamais de leur mémoire.

Je ne crois pas à l'existence de l'enfer en tant que tel mais cela ne veut pas dire que l'on ne peut en faire l'expérience. Attention à cette distinction importante ! Tout dépend de l'état d'âme général de ta vie et de ton état d'esprit à l'heure de ta mort. Certains en font donc l'expérience sachant que la plupart du temps une NDE négative se termine en positif.

Au sujet des enfants. Oui tout à fait. Il y a des études troublantes de vérité à ce sujet.

Le message reçu lors des NDE est souvent double. D'une part, il s'agit de témoigner de ce qu'ils ont vu, le rendre le plus public possible. D'autres part, il y a un message personnel qui ne nous est pas destiné, forcément.

Mais le retour de ces expériences sert plutôt notre monde que le contraire, je pense. Les gens concernés sont très très positifs dans leur compréhension de la vie par la suite.

Pas si exceptionnel, faut voir ...

La décorporation nous confirme qu'il y a une vie après la mort pour ceux qui en doutaient ... et que le cerveau n'est pas le siège de la conscience mais juste un récepteur calculateur (en caricaturant).

Un dialogue avec JESUS, ce n'est pas rien non plus ...

Bonjour ChristopheG,

L'intérêt que tu porte pour les NDE en dit long sur toi-même. As-tu vécu une telle expérience au cours de ta vie?
.
Pour ma part, on ne peut comparer une NDE vécut de façon spontanée certe et autant qu'inoubliable, face à des orientaux qui ont une connaissance quasi approfondie à tous les niveaux, des voyages astraux. Par principe, celui qui apprend et acquiert de la connaissance au fil des années, sera plus en mesure d'en parler.
Les orientaux pratique la méditation transcendentale. Le but via certaines techniques, consiste à éveiller le kundalini de sorte à projeter l'adepte à l'illumination ultime. Mais cela passe par des années de pratiques, de privations, de phases d'éveils ou il lui faut accumuler de la connaissance. En gros, le rôle pour l'adepte consiste à atteindre l'état d'éveil à la Pure conscience, et pour atteindre ce but, il lui faut traverser étape par étape l'océan des illusions qui le sépare de l'illumination, de son Être Entier. Ya du boulot!
Je n'ai rien contre les NDE. Cela relève d'une expérience personnelle plus que d'un réel savoir. Je ne suis pas spécialement convaincu qu'il faille considérer la "porte d'entrée" d'une NDE comme vérité absolue, conduisant vers une autre vie mais une réponse suscitant un éveil en soi quant à la direction à prendre sur notre existence.
Ces gens vivaient leurs vies de façon normale, puis tout d'un coup, suite à un incident malencontreux, ils se sont vus projetés à l'intérieur de leur être. S'ensuit une expérience nouvelle dont ils n'avaient pas conscience ni même jamais imaginer que cela puisse exister.
Même si tu pense que ces NDE sont une approche de la mort, il n'y a pas confirmation d'une mort réelle.
.
Au fur et à mesure que tu présente ces témoignages, on voit que toute la procédure technique habituelle se mét en place. Le "cordon" qui retient l'âme à son corps. Le retour de l'âme dans le corps par la tête. Le tunnel. Tout y est pour présenter et mettre à jour le rôle du kundalini.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Ven 28 Fév 2014, 2:29 am

@ZionRock a écrit:
@CHRISTOPHEG a écrit:


Bonjour à toi,

Oui, je suis convaincu que des sages orientaux arrivent à répéter ce genre de voyage.  Mais tu imagines quel niveau de spiritualité ils ont atteint ...  Ce n'est pas à la portée de tout le monde...

Je ferai toutefois me semble-t-il une différence entre la NDE non provoquée et le voyage astral qui lui l'est.  Je me demande aussi si les expériences sont aussi profondes dans le cas du voyage astral avec tous les dialogues et les conséquences dont je parle plus haut.

Je dirais que nous avons vu par le biais de ces expériences la porte d'entrée et la salle d'attente de la mort.  C'est déjà ça.  Les gens qui l'ont vécu n'ont donc plus peur de la mort, c'est quand même assez significatif de l'importance de l'expérience.

La NDE est clairement une tranche de vie qui sert à faire passer un message important à la personne.  Ces personnes parlent toujours d'un grand cadeau mais il ne s'estompe jamais de leur mémoire.

Je ne crois pas à l'existence de l'enfer en tant que tel mais cela ne veut pas dire que l'on ne peut en faire l'expérience.  Attention à cette distinction importante !  Tout dépend de l'état d'âme général de ta vie et de ton état d'esprit à l'heure de ta mort.  Certains en font donc l'expérience sachant que la plupart du temps une NDE négative se termine en positif.

Au sujet des enfants.  Oui tout à fait.  Il y a des études troublantes de vérité à ce sujet.

Le message reçu lors des NDE est souvent double.  D'une part, il s'agit de témoigner de ce qu'ils ont vu, le rendre le plus public possible.  D'autres part, il y a un message personnel qui ne nous est pas destiné, forcément.

Mais le retour de ces expériences sert plutôt notre monde que le contraire, je pense.  Les gens concernés sont très très positifs dans leur compréhension de la vie par la suite.

Pas si exceptionnel, faut voir ...  

La décorporation nous confirme qu'il y a une vie après la mort pour ceux qui en doutaient ... et que le cerveau n'est pas le siège de la conscience mais juste un récepteur calculateur (en caricaturant).

Un dialogue avec JESUS, ce n'est pas rien non plus ...

Bonjour ChristopheG,

L'intérêt que tu porte pour les NDE en dit long sur toi-même. As-tu vécu une telle expérience au cours de ta vie?
.
Pour ma part, on ne peut comparer une NDE vécut de façon spontanée certe et autant qu'inoubliable, face à des orientaux qui ont une connaissance quasi approfondie à tous les niveaux, des voyages astraux. Par principe, celui qui apprend et acquiert de la connaissance au fil des années, sera plus en mesure d'en parler.
Les orientaux pratique la méditation transcendentale. Le but via certaines techniques, consiste à éveiller le kundalini de sorte à projeter l'adepte à l'illumination ultime. Mais cela passe par des années de pratiques, de privations, de phases d'éveils ou il lui faut accumuler de la connaissance. En gros, le rôle pour l'adepte consiste à atteindre l'état d'éveil à la Pure conscience, et pour atteindre ce but, il lui faut traverser étape par étape l'océan des illusions qui le sépare de l'illumination, de son Être Entier. Ya du boulot!
Je n'ai rien contre les NDE. Cela relève d'une expérience personnelle plus que d'un réel savoir. Je ne suis pas spécialement convaincu qu'il faille considérer la "porte d'entrée" d'une NDE comme vérité absolue, conduisant vers une autre vie mais une réponse suscitant un éveil en soi quant à la direction à prendre sur notre existence.
Ces gens vivaient leurs vies de façon normale, puis tout d'un coup, suite à un incident malencontreux, ils se sont vus projetés à l'intérieur de leur être. S'ensuit une expérience nouvelle dont ils n'avaient pas conscience ni même jamais imaginer que cela puisse exister.
Même si tu pense que ces NDE sont une approche de la mort, il n'y a pas confirmation d'une mort réelle.
.
Au fur et à mesure que tu présente ces témoignages, on voit que toute la procédure technique habituelle se mét en place. Le "cordon" qui retient  l'âme à son corps. Le retour de l'âme dans le corps par la tête. Le tunnel. Tout y est pour présenter et mettre à jour le rôle du kundalini.
 
Un membre de ma famille en a vécu une.  Sa transformation a été phénoménale.  C'est ce qui m'a poussé à m'y intéresser de près.
 
C'est expérience l'a fait passée d'une spiritualité inexistante à un stade avancé d'illumination ...  en quelques minutes ... alors que les sages orientaux mettent des dizaines d'années à arriver à ce stade.  Spectaculaire.
 
Mais tu as raison; elle a vécu cela en "amatrice" alors que les maîtres orientaux sont capables de décrire et de vivre à fond chaque stade de leur évolution.
 
L'expérience est en effet très personnelle et est vécue "en touriste" par l'expérienceur.
 
Je retiens trois points importants me semble-t-il :
 
- Cela se passe toujours (très souvent) à l'approche de la mort et pas d'autre chose (une grande joie, une grande tristesse, un heureux événement, ... par exemple).  Le lien implicite semble établi à notre stade de connaissance puisque la personne est déclarée morte.
 
- Des milliers de gens sont concernés et répertoriés.  Ce n'est pas quelques sages orientaux.  Tu en vivras vraisemblablement une, toi-même ou un membre de ta famille puisque 15% des gens sont concernés.
 
- Une expérience personnelle.  Oui, mais tant que cela ...  Regarde les dénominateurs communs :
 
1) l'incommunicabilité :« Je ne trouve pas de mots »
2) l'audition du verdict « J'ai entendu une voix de femme qui demandait : « Est-ce qu'il est mort ? » »
3) les sentiments de calme et de paix « Je ne ressentais absolument rien, si ce n'est paix, réconfort »
4) les bruits « J'entendais quelque chose qui ressemblait à un tintement de cloches dans le lointain »
5) le tunnel obscur « Après, me voilà comme entraîné dans ce long couloir sombre »
6) la décorporation « Je me retrouvai en train de flotter à peu près à un mètre cinquante au-dessus du sol »
7) le contact avec d'autres « Je me suis aperçue de la présence d'un tas de monde, tous des gens que j'avais connus autrefois et qui étaient passés dans l'autre monde »
8) l'être de lumière « C'est alors qu'est intervenue cette lumière brillante »
9) le panorama de la vie « Des retours en arrière ont commencé, je me retrouvais toute petite et, à partir de là, je me suis mise à avancer à travers les premiers temps de mon existence, année après année, jusqu'au moment présent »
10) la frontière ou limite « Des paroles me sont venues à l'esprit : 'Veux-tu mourir ? »
11) le retour « Je me sentais un devoir envers les miens, alors j'ai pris la décision de revenir »
12) le problème du témoignage  
13) les répercussions sur la conduite de vie {« Leur vie avait gagné en profondeur », « Réfléchir sur des problèmes philosophiques », « J'avais brusquement mûri », « [avant] j'agissais sous le coup d'impulsions ; maintenant je réfléchis ... tout passe par ma conscience », « J'ai été plus consciente de posséder un esprit qu'avant de posséder un corps », « Depuis lors, on m'a souvent fait remarquer que je produisais un effet calmant sur les gens », « Presque tous les témoignages mettent l'accent sur l'amour du prochain, unique et profond », « En outre ... importance de la recherche de la connaissance » )
14) les nouvelles perspectives sur la mort  
15) les confirmations.

Le but de ma démarche consiste à essayer de dédramatiser un moment très pénible pour beaucoup, l'approche de la mort.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Ven 28 Fév 2014, 9:13 pm

"J’ai eu un accident à l’âge de 14 ans, je me suis ouvert la jambe et on m’a emmenée en ambulance à l’hôpital. Quand j’ai été percutée, j’ai revu toute ma vie à l’envers en une seconde. C’était comme regarder un film, mais extrêmement vite. Tous les détails de ma vie sont repassés sur cet écran. J’ai pensé à tous les gens que j’aimais et j’étais désolée d’avoir été méchante lorsque c’était le cas. Le temps a paru ralentir, s’arrêtant presque. J’ai cru que j’allais mourir, j’ai demandé à Dieu comment je pouvais mourir alors que je n’avais même pas un seul souvenir heureux. J’ai pensé : quelle triste existence, quel gâchis de la création. Mourir aussi malheureuse, sans bon souvenir. J’ai été maltraitée étant enfant, mal aimée, non désirée. Ce fut une enfance vraiment moche.

A mon arrivée à l’hôpital, je suis restée à saigner pendant 4 heures en salle d’attente. Lorsque mon père a tiré le rideau et ramené une infirmière, j’étais couverte de sang de la tête aux pieds. La rotule pendait à l’extérieur et il fallait que je sois opérée rapidement. On m’a fait des radios puis on m’a emmenée au bloc où on m’a administré du gaz anesthésiant. J’avais peur qu’il se passe quelque chose pendant l’anesthésie. Je me souvenais que mon grand-père s’était réveillé alors qu’on n’avait pas encore fini de l’opérer. Encore aujourd’hui, je suis marquée de façon indélébile. J’ai inspiré autant de gaz que possible parce que je ne voulais pas me réveiller en cours d’opération. J’imaginais que j’allais peut-être simplement m’endormir et rêver. En fait, je n’ai pas perdu connaissance et je me suis mise à paniquer. Je hurlais et m’agitais en tous sens. Mais en réalité je ne bougeais pas et ne criais pas non-plus. Je disais que j’étais encore réveillée !!! La seconde suivante, je me suis rendu compte que j’étais au plafond, tout à fait calme et sereine. Je me demandais pourquoi je voyais le plafond aussi bien et de si près. Je ne pesais plus rien, j’ai eu pratiquement l’impression de rebondir du plafond vers le plancher. J’ai entendu et ressenti un bruit extrêmement aigu. C’était douloureux et je voulais partir. Dès que j’ai exprimé mon inconfort, Boum ! Je me suis retrouvée dans un espace obscur. Il était plus noir que noir et totalement vide. J’ai toujours eu peur du noir et je me suis dit que quelque chose allait peut-être m’attraper. J’ai essayé de sentir mon corps, mais je n’en avais pas. J’ai cru que je rêvais et je ne comprenais pas pourquoi je n’arrivais pas à sentir mon corps. Je me suis demandé à quoi je ressemblais, étant donné que je n’avais pas de corps. J’ai tenté de me toucher et mes mains, ou ce que je percevais comme mes mains, sont passées directement à travers mon corps. Je me demandais où était la lumière, où était mon père. Je n’appréciais pas d’être dans le noir et je voulais trouver un interrupteur. Je me suis dit qu’il était inutile d’errer sans voir où j’allais. Je voulais sortir de l’obscurité par crainte que quelque chose ne m’attrape. A aucun moment de l’expérience je n’ai vu ou senti un danger.

Je dirais que dès que je me suis sentie mal à l’aise, très préoccupée de trouver la lumière ainsi que mon père, j’ai vu un minuscule point de lumière lointain. En un clin d’œil, la lumière est arrivée droit sur moi. J’étais une enfant maltraitée, souvent battue. J’ai eu peur que la lumière ne m’atteigne au visage. Je suis sortie de sa trajectoire par peur d’être frappée. Je me suis retournée et j’ai vu une lumière magique, pleine de couleurs (or, blanc et rose, toutes rassemblées), telle un diamant irisé qui scintille. Elle semblait vivante et me demander d’entrer en elle. J’y ai d’abord mis les mains, la sensation était incroyable. Le cerveau ne peut exprimer avec des mots ce sentiment d’AMOUR immense. J’ai introduit dans la lumière le reste de ce que je percevais être mon corps, j’étais dans l’AMOUR, je n’ai plus fait qu’UN avec la lumière. J’ai immédiatement été très étroitement étreinte. C’était comme si quelqu’un me tenait dans ses bras. Je me suis dit que je ne voulais plus jamais quitter la lumière car je croyais que cette sensation allait disparaître. Je ne suis donc pas repartie dans l’obscurité. Pour la première fois de ma vie, j’ai laissé retomber mes défenses. Je me suis abandonnée à l’expérience. J’ai dansé dans la lumière, tourné en rond, tellement heureuse de me sentir bien pour la première fois. Je me demandais à quoi je ressemblais puisqu’auparavant je ne pouvais ni me voir ni me ressentir. Je me suis vue sur 360 degrés. J’avais la même apparence que d’habitude. Je ne me voyais qu’à partir des épaules. J’ai pensé : « Bon ! Je suis pareille. ». J’ai vu deux lumières blanches arriver de loin, elles avaient la forme de personnes. J’ai cru que les médicaments m’empêchaient de bien voir, je n’arrêtais pas de cligner des yeux pour savoir si cela venait de moi.

Je n’ai discerné aucun détail supplémentaire, c’était toujours deux êtres de lumière blanche. Je ne peux pas mieux les décrire. Ils sont venus vers moi et je les ai informés que je ne les voyais pas très bien et leur ai demandé s’ils savaient où se trouvait mon père. Par télépathie, ils m’ont indiqué la limite de la lumière. Je leur ai demandé s’ils voulaient bien m’accompagner parce qu’ayant eu un accident, je ne voyais pas très bien. Ils ont bien voulu et nous avons marché prudemment vers la limite de la lumière. J’avançais quasiment pas à pas car j’ignorais ce qu’il y avait en dehors de la lumière. Je leur ai demandé ce qu’il y avait de l’autre côté, ils m’ont répondu que je devais y aller pour le savoir. Je craignais que le sentiment d’amour et de tendresse disparaisse si j’y allais. Mais j’ai fait confiance aux deux êtres de lumière et j’ai franchi ce qui donnait l’impression d’une porte. La lumière était cependant tellement intense qu’on ne voyait pas au-delà. Elle ne blessait pas du tout les yeux, simplement, je ne voyais pas l’autre côté. Quand j’ai franchi la porte, je me suis vue vivre l’expérience. Je disposais de 3 perspectives sur moi-même, ainsi que d’une vue à 360 degrés sur tout l’environnement. Je me suis vue m’élever dans un genre d’immense front nuageux. Je suis montée à l’intérieur, arrivant dans un endroit qu’il m’est impossible de décrire autrement que comme un monde de lumières. Tout étincelait, brillant comme du diamant ! Tout était vivant avec de la lumière, des illuminations. Tous les arbres, plantes et fleurs étaient vivants, immaculés. Il n’y avait ni feuille, ni brindille morte dans les arbres ou les buissons. Tout était tellement pur. Il m’a semblé marcher un long moment sur ce chemin ou cette route, contemplant simplement à quel point tout était magnifique. Je suis arrivée à une sorte de carrefour. A gauche se dressait un bâtiment. Il était fait d’un matériau clair comme le cristal. La construction semblait implantée dans le sol et s’élever à un angle fantastique. J’étais impressionnée. J’ai vu ce qu’on pourrait appeler 12 murs ou fondations de cristal. Des noms y étaient inscrits en différentes couleurs. C’étaient des noms anglais, puisque je pouvais les lire, mais je ne m’en souviens plus maintenant. Je me rappelle bien par contre m’être dit qu’il fallait que je m’en souvienne. J’ai eu l’impression de les contempler un long moment. Face à moi, j’ai vu deux femmes venir dans ma direction. J’avais peur de parler à quelqu’un. Je ne savais ni où j’étais, ni où j’avais le droit d’aller. J’ai donc essayé de me cacher derrière un arbre.

Alors qu’elles approchaient, j’ai tenté de me serrer le plus possible contre l’arbre et j’ai fini par pénétrer à l’intérieur. Cela m’a absolument enthousiasmée, je me suis exclamée : « Oh, super ! J’ai toujours pensé que je pouvais faire ça ! ». J’ai regardé les deux femmes passer comme si elles ne m’avaient pas vue. J’ai eu la sensation de rester longtemps dans l’arbre. J’étais simplement heureuse d’être dedans ! J’ai remarqué que les couleurs y étaient les mêmes que celles dont j’étais constituée. J’ai entendu une voix masculine enjouée me demander : « Vas-tu rester dans cet arbre tout le temps ? ». J’ai répondu en gloussant : « Euh non ! Je ne savais pas que je pouvais aller ailleurs. ». La voix a déclaré : « Tu es CHEZ TOI, tu peux aller partout où tu le souhaite. ». J’ai demandé : « Vraiment ? », il a répondu oui ! Je me suis mise à marcher sur le chemin en faisant de la gymnastique. J’adore la gym depuis que je suis toute petite. Mes mouvements étaient parfaits ! Je n’ai jamais fait quoi que ce soit à la perfection. J’ai l’impression d’avoir fermé les yeux juste après avoir fait toute cette gymnastique. Je me souviens d’avoir pénétré dans ce que j’appellerais un bureau ou une pièce, mais la vue était tellement belle ! C’était la terre, stupéfiante dans toute sa magnificence. L’eau était d’un bleu incroyablement profond. Du sol au plafond, il y avait un mur ou une fenêtre fait du même matériau que l’autre bâtiment, c’était peut-être le même. J’étais tellement occupée à danser et à faire de la gymnastique que je n’y ai pas prêté attention. L’espace environnant la terre était tel qu’il est actuellement : noir ! Ce fut la seule fois où j’ai vu quelque chose de sombre là-bas. Je me contentais de regarder la terre de l’autre côté de ce mur transparent. Je pensais à tout ce que j’avais traversé jusqu’à ce moment de ma vie, réfléchissant aux horribles choses que j’avais vécues. En grandissant, je ressassais sans cesse les mêmes questions. Pourquoi Dieu ne me protégeait-il pas des agressions ? Ne l’aimais-je pas suffisamment pour qu’il m’aide comme les gens de la Bible ? Je me demandais pourquoi il ne me soutenait pas ? Je ne croyais pas que quelqu’un m’appréciait ou m’aimait en ce monde. Sans cesse je me posais ces questions. Cette fois, alors que j’y réfléchissais comme je l’avais fait tant de fois auparavant, j’obtenais en retour les réponses d’une voix masculine, apaisante et consolatrice. Son ton et son timbre étaient parfaits à mes oreilles. J’ai poursuivi comme je l’avais toujours fait : « Pourquoi Dieu ne me protège-t-Il pas ? ». J’ai entendu : « Il le fera. », j’ai répliqué :

« Il le fera ?!! »

« Oui. »

A chaque réponse je sentais le fardeau de mes peines s’enlever de mon esprit. Comme on dit : « Porter tout le poids du monde sur ses épaules. ». J’ai posé la question : « Pourquoi Dieu ne me soutient-Il Pas ? ». La voix a répondu que c’était temporaire, tout ce que j’affrontais. Je lui ai rétorqué que je n’avais pas commis tout ce dont on m’accusait, mais que personne ne me croyait. La voix m’a affirmé « Moi je te crois. ». Je me suis exclamée : « Vraiment ? ». Il m’est impossible de communiquer à quel point il était bon que quelqu’un me croie. Je continuais à contempler la terre. Elle était tellement proche de l’endroit où je me trouvais. J’étais impressionnée par sa taille, ses couleurs. J’ai poursuivi mes réflexions.

J’aurais aimé être belle. J’ai entendu :

« Tu l’es. »

« Je le suis ?! »

« Oui. »

« Ah vraiment ? Parce que quand je me suis vue dans la lumière, j’étais pareille. »

« Ce n’est pas toi. »

« Ah bon ? »

Je me suis dit que j’avais toujours voulu être plus jolie que je ne pensais l’être. J’ai réfléchi quelque temps à ce qu’on venait de me dire. Heureuse d’apprendre que ce n’était pas vraiment moi. J’étais tellement contente que quelqu’un pense que je sois belle. Je débordais de joie à chaque réponse, demeurant en permanence dans l’étreinte de quelqu’un. J’ai déclaré :

« J’aurais aimé bien chanter. »

« C’est le cas. »

« Vraiment ?! »

« Oui. »

« J’aurais aimé être parfaite. »

« Tu l’es. »

« Je le suis ? »

« Oui, tu l’es. »

En fait, je pensais que je devais avoir fait quelque chose de mal pour qu’on me maltraite. Je croyais donc être une enfant méchante (ce n’était pas le cas). J’ai répliqué :

« Mais, je ne pensais pas être parfaite parce qu’on m’a battue sans arrêt. Je voulais être gentille tout le temps pour que personne ne se mette en colère contre moi. J’ai raté à chaque fois, je ne voulais pas que Dieu soit en colère contre moi. ». Il a répondu : « Jamais tu ne pourras faire quoi que ce soit qui changerait ce que Dieu éprouve à ton égard. Dieu t’aime. »

« Il m’aime ? »

« Oui, Il t’aime. »

J’ai poursuivi : « Je voudrais être particulière, comme les gens de la Bible. »

« Tu l’es. »

« Vraiment, je le suis ? »

« Oui, tu l’es. »

« Je voudrais que Dieu m’aime comme les gens de la Bible. »

« C’est le cas. »

« Ah bon ? »

« Oui IL t’aime. »

Je suis incapable de décrire le sentiment éprouvé durant tout cet épisode. J’aimerais pouvoir le télécharger et l’envoyer à tout le monde. C’est comme si chaque particule dont on est constitué éclatait d’AMOUR et de Béatitude. J’ai déclaré :

« Je veux juste rester avec Dieu, je veux juste rester avec Toi ! »

« Tu resteras ! »

Au moment où je répondais « Vraiment ? », je me suis retournée. Face à moi se trouvait l’homme le plus BEAU que j’aie jamais vu ! Il arborait une expression d’AMOUR pur et d’exaltation. Jamais je n’ai vu qui que ce soit me regarder de cette façon. Les yeux agrandis par l’enthousiasme, débordants d’AMOUR et de JOIE. Le bleu le plus Bleu que j’aie jamais vu. Il était jeune, grand et brun, le plus bel homme qui ait vécu. Aucune personne ayant existé ne peut se mesurer à la BEAUTE de JESUS Christ. Il était parfait dans tous les sens du terme. Ce fut comme s’il accourait vers moi et moi vers lui. Il m’a étreinte, me tenant tout contre lui. Je me suis fondue en lui, à partir de ce moment je suis restée plantée à ses côtés. Pendant ce qui m’a paru un long moment, nous nous sommes simplement perdus dans le regard l’un de l’autre.

Je Lui ai dit : « Tu veux donc dire que je ne suis pas obligée de m’endormir pour toujours ? ». Il a émis un petit rire en répondant : « Non. ». Il m’a affirmé que j’allais vivre éternellement, que je n’allais jamais mourir, que cet endroit était CHEZ MOI, qu’il l’avait toujours été, que j’allais rester éternellement là avec eux.

Je ne peux décrire le sentiment éprouvé en apprenant cela.

Les témoins de Jéhovah disent que je ne vais pas aller au paradis, encore moins avec Dieu ou JESUS. Ils disent aussi que quand on meurt, on entre dans un état de sommeil éternel. Que le corps est l’âme, que lorsque le corps meurt l’âme meurt également, qu’on reste en état de sommeil jusqu’à ce que JESUS vienne nous réveiller. Quoi qu’il en soit, c’est ce qu’ils enseignent.

Il m’a demandé ce que je voudrais faire : rester ou repartir vers la terre. J’ai répondu que j’ignorais ce que j’étais censé y faire. Il m’a dit : « Aimer et t’amuser. ». J’ai répliqué : « C’est tout ? C’est ce que je fais, j’aime tout le monde. ». Il a acquiescé : « Je sais que c’est le cas. ». Il me souriait si tendrement et plein d’amour. Il m’a paru fier de moi en disant cela. Je me suis dit que personne ne m’appréciait là-bas. Il m’a affirmé : « Si ils t’apprécient. »

« Ah bon ? »

J’ai pensé qu’ils avaient une drôle de façon de le montrer.

J’ai répliqué : « Mais personne ne m’aime. »

« Moi je t’aime ! »

« Vraiment ? »

Il m’a pris les mains en me pressant contre sa poitrine : « Oui je t’aime. ». Nous sommes restés à nous regarder l’un l’autre, chacun empli d’amour pour l’autre. J’aurais pu rester éternellement à le contempler sans jamais détourner le regard. J’ai demandé ce que j’allais trouver sur terre si j’y retournais. Il m’a indiqué qu’il avait des sortes de petits cadeaux semés pour moi le long de cette vie. Il m’a tout révélé sur les animaux qu’il m’avait réservés, m’apprenant à quel point ceux-ci m’aimaient. Je me suis exclamée :

« Les animaux peuvent aimer ? »

« Bien-sûr qu’ils le peuvent ! »

Il m’a montré ma vie dans l’avenir si je repartais. Elle défilait sur le mur transparent surplombant la terre. Je me suis vue tellement heureuse et souriante. J’ai vraiment voulu être aussi heureuse, j’avais en effet été tellement malheureuse quand j’étais sur terre. Maltraitée, éduquée dans la croyance que je n’irai pas au paradis. Je pense que mon esprit avait toujours été opprimé sur terre. Je n’avais aucun bon souvenir, pas même un seul. Je voulais vivre ce que vivait cette fille que je voyais. Je me suis vue en train de me marier, j’étais tellement heureuse du simple fait de vivre. J’ai vu tous les gens que j’allais sauver et mener vers Dieu. Je voulais juste que chacun éprouve ce que je ressentais. L’amour était parfait et cela suffisait, nul besoin d’autre chose. C’était et c’est toujours ce que je veux ! Après avoir vu combien de personnes j’allais aider à se rapprocher de Dieu, j’ai réalisé que je voulais revenir, mais cela me faisait encore peur. Je ne vivais pas dans un bon foyer, j’étais maltraitée quotidiennement.

J’ai détourné le regard de JESUS, le reportant vers la terre. Je voulais qu’il vienne avec moi, mais je ne croyais pas qu’il allait le faire si je le lui demandais. L’entendre dire non m’aurait été insupportable. Je ne pensais pas avoir suffisamment de valeur, je croyais qu’il était trop beau pour venir avec quelqu’un comme moi. J’ai dit :

« Si je reviens, je ne veux pas rester longtemps. »

« D’accord. »

Je me suis préparée à lui demander s’il voulait bien venir avec moi. Je pensais n’avoir aucune chance qu’il le fasse. Mais je l’aimais déjà tant, je voulais qu’il ne me quitte jamais, jamais ! Je me suis retournée pour le regarder. Il continuait à me sourire comme il l’avait fait depuis le début. Son expression n’a jamais changé, contrairement à moi, il n’a détourné son regard à aucun moment de l’expérience. Du premier instant où je l’ai vu, jusqu’à ce que je ne le voie plus. Je me disais que s’il revenait avec moi, personne n’allait pouvoir me faire de mal. J’allais pouvoir prouver à ma belle-mère que je n’avais pas commis tout ce dont elle m’accusait. Il me croyait et pouvait me soutenir. En plus de cela, c’est le plus bel homme que j’aie vu et que je verrai jamais. J’ai repris courage, lui demandant s’il voulait bien venir avec moi. Il a répondu sans ambages : « Bien-sûr que je vais venir. ». En m’écriant : « TU VIENS ?! », j’ai couru vers lui et lui vers moi. Il continuait à me sourire avec ses grands yeux d’un magnifique Bleu profond. Il m’a à nouveau pressée contre sa poitrine en me tenant les mains. Mon bonheur était tellement immense que je suis absolument incapable de le décrire avec des mots. Nous nous sommes à nouveau perdus dans le regard l’un de l’autre. Tous deux éclatant d’amour. J’étais sur un petit nuage, débordante de joie, d’amour, d’enthousiasme, avec le sentiment d’être AMOUREUSE (j’éprouve encore la même chose à chaque fois que j’y repense).

Ensuite un homme est arrivé dans la pièce, passant par une porte située derrière nous. Très beau également, arborant la même expression que JESUS. Il semblait très heureux de me voir, il a tendu un rouleau à JESUS. Derrière ce dernier se trouvait un petit pupitre et il a signé quelque chose. J’ai regardé l’homme derrière JESUS, il me souriait, il était tellement grand et aimant. Il n’est pas resté longtemps, sortant par la porte qu’il avait empruntée en venant. JESUS voulait que j’aille quelque part avec lui pour me montrer certaines choses. J’ai marché en sa compagnie, très longtemps m’a-t-il semblé. Le paysage était tellement parfait, tout était en fleur. C’était un endroit magique au-delà de toute description. En marchant sur le chemin / la route, nous sommes arrivés à une maison, ou en tout cas une partie de maison, auprès de laquelle se trouvait une pièce d’eau. JESUS a déclaré qu’il s’agissait d’un étang de réflexion. J’étais impatiente de le voir, j’ai devancé JESUS pour mieux observer. Je me suis retournée pour regarder où était JESUS, je l’ai vu contempler mon enthousiasme, ses grands yeux emplis d’Amour pour moi, toujours avec le plus grand sourire qui soit. Je l’ai attendu et il m’a dit : « Voici ta maison. »

« Vraiment, c’est ma maison ? »

Elle était parfaite et je l’aimais sans même la voir. Nous sommes entrés dans la maison et j’ai voulu me rendre directement à l’étang de réflexion. Je ne savais pas si je voulais revenir ou non. J’aimais l’endroit où je me trouvais et j’envisageais de ne pas repartir. JESUS se contentait de me regarder, son expression inchangée avec ses grands yeux et son sourire contagieux. Nous nous sommes assis au bord de l’étang pendant quelque temps, nous regardant l’un l’autre avec amour et affection. Je n’arrivais pas à croire que cette maison soit la mienne, elle était parfaite. JESUS voulait me montrer autre chose avant que nous retournions sur terre. Nous sommes repartis, marchant quelque temps main dans la main. Je ne suis pas certaine de l’endroit où nous sommes allés car je fixais JESUS tout le temps. Je me souviens qu’il était enthousiaste à l’idée de me montrer quelque chose. J’étais impatiente de voir ce dont il s’agissait. Il m’avait tout simplement donné une maison, personne n’avait jamais rien fait pour moi, ni ne m’avait donné quoi que ce soit, à part ma grand-mère.

JESUS a ouvert une porte, quand je suis entrée j’ai vu une foule de personnes innombrables. Toutes me souriaient à la manière de JESUS et de l’homme au rouleau. Il m’a dit : « Toutes ces personnes t’aiment. ». J’ai répondu : « Vraiment ?! ». Toutes brillaient des couleurs du paradis. Emplies d’amour et de lumière, extrêmement enthousiastes de me voir. Toutes me communiquaient télépathiquement qu’elles m’aimaient, qu’elles étaient fières de moi. Je voulais rester pour voir chacune d’elles. Je les aimais toutes, même si je n’en connaissais pas un grand nombre. J’ai déclaré à JESUS : « Si je n’avais pas passé tant de temps dans l’arbre, j’aurais peut-être pu voir chacune d’elles. ». Connaissant l’état d’esprit général à mon égard, je regrettais de ne pas avoir parlé aux deux femmes du début. JESUS a trouvé amusante ma remarque au sujet de l’arbre et s’est mis à rire. Tout le monde a trouvé ça drôle et a ri. C’était tellement magique, je ne l’oublierai jamais ! Il nous fallait partir pour retourner sur terre. Nous nous sommes dit au revoir puis JESUS et moi les avons quittés. JESUS devait faire quelque chose avant que nous ne repartions tous les deux. Il m’a prévenue : « Ce sera peut-être un peu bizarre. » J’ai répondu : « D’accord. ». La seule façon de décrire cela, c’était comme… s’il était entré en moi. Je le voyais et le sentais en moi. J’avais la sensation de voir simultanément par ses yeux et par les miens. Ensuite, nous avons laissé mon CHEZ MOI en arrière et sommes repartis vers la terre. Je me rappelle que ce fut très rapide, nous avons pourtant couvert une grande distance. J’ai vu un éclair de lumière derrière nous et, PFUIT, nous étions à nouveau dans l’espace. J’ai eu la sensation d’entrer en expansion ininterrompue, de connaître tout ce qui existe, à quelle distance se trouvaient les planètes par rapport à moi. Il semblait ne pas exister de limite décelable. Je me suis arrêtée dans l’espace au-dessus de la terre. Je voulais jeter un dernier coup d’œil alentour avant de revenir à ce monde sale et au corps charnel. J’avais l’impression d’être dans les bras de quelqu’un, j’avais été étreinte depuis l’instant où j’avais mis la main dans la lumière. Pourtant je regardais devant moi, pratiquement assise en tailleur, les mains sur les genoux. Je me suis rendu compte que je ne respirais pas, pourtant cela ne m’empêchait pas de vivre. JESUS m’a dit que le corps avait besoin de respirer, pas MOI.

Ensuite j’ai remarqué qu’une brise me traversait. C’était tellement agréable que je voulais m’en souvenir pour toujours. J’habite en Floride, il y fait toujours trop chaud pour moi. J’ai regardé l’eau sur terre, j’ai voulu la contempler et, PFUITTT, j’ai eu l’impression de voler très vite. C’était impressionnant. Je riais comme jamais auparavant, c’était comme des montagnes russes, mais un million de fois mieux. Aucune peur de la hauteur ou de la chute. C’est une balade que je n’oublierai jamais. Nous avons piqué vers l’eau qui s’est écartée, à la manière de la mer Rouge mais à bien plus petite échelle. Je n’étais toutefois pas mouillée, je me trouvais dans une sphère. J’ai pensé : « Quel dommage, je ne suis pas mouillée ! ». J’aimais la sensation de l’eau sur la peau. JESUS m’a dit : « Le corps se mouille, pas toi. ». Cela m’a un peu déçue, mais je me suis dit que ce n’était pas grave. J’ai écumé les eaux en riant tandis que nous volions vers l’hôpital. J’ai jeté un dernier coup d’œil alentour avant de revenir dans le corps. Je me suis dit : « Berk ! Il est lourd, sale, chaud et moite. ». Je n’éprouvais absolument aucun attachement à son égard. Pour être franche, il me répugnait. En parlant de mon corps, j’ai demandé : « J’entre par où ? ». Instantanément, j’y ai pénétré très facilement. Je suis entrée par le bas de la région sternale. C’était tellement bizarre de se retrouver dans le corps. J’avais l’impression d’une enveloppe vide à l’intérieur et dense à l’extérieur. J’ai rebondi dedans quelques secondes, en bas des jambes et en haut des jambes, à l’extrémité des bras et en haut des bras. J’ai commencé à entendre des gens qui essayaient de me réveiller. Je n’arrivais ni à parler, ni à me relier au corps. JESUS m’a indiqué qu’il n’allait falloir qu’un instant pour me reconnecter à mon corps. Je me suis dit : « D’accord, je vais juste rester dans la tête jusqu’à ce que je puisse répondre. Finalement j’ai posé une question : « Est-ce que quelqu’un a un bonbon à la menthe ? ». On m’a répondu que je ne devais rien avaler, pas même un verre d’eau. La seule chose à laquelle j’avais droit, c’était de la glace pilée. J’avais l’impression d’avoir très mauvais haleine, j’ai passé en revue toutes les confiseries, les chewing-gums à la menthe, les lavages de bouche qui me sont passés par la tête. Les soignants étaient plutôt ennuyés pour moi. Je voulais simplement ne pas avoir mauvaise haleine afin de pouvoir répondre de près à leurs questions. On m’a emmenée dans une chambre où mon père m’attendait. J’ai cherché JESUS du regard mais je ne l’ai pas vu. Je me suis dit qu’il allait sûrement traverser la porte. Je ne l’ai jamais revu et je le cherche toujours. J’imagine que je ne cesserai pas de l’attendre jusqu’à ce que nous soyons à nouveau réunis.

Il m’a fallu quasiment une année pour réapprendre à marcher. Ma vie a évolué après cet évènement. J’ai été changée pour toujours par l’amour dont JESUS a fait montre envers moi."

EMI de Sarah W - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Masculin
Messages : 1005
Pays : France
R E L I G I O N : le Chemin,la Vie,la Vérit

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Sam 01 Mar 2014, 5:23 am

Ces récits ont un parfum d'astral mélange à du rêve. Difficile de faire la part de ce qui peut être considéré comme la vision d'une décorporation, de ce qui est purement imaginaire?
Un ou deux témoignage ont un lien à l'astral. Les autres relèvent plus du domaine du rêve éveillé.
Ont peut sûrement en déduire que toutes ces visions d'extases tiennent de notre éducation, nos pensées, nos espoirs emmagasinée dans notre mémoire, et qui ressortent de façon spectaculaire, sous la forme d'une création imagée en instantanée, par ex, le fait de projeter nos pensées sur un pan de mur, et ce à quoi nous avons pensé sur le moment prend vie jusqu'à nous submerger et à le prendre pour vrai.
C'est l'effet que ça me laisse sur la plupart de ces récits, en plus de l'embellissement probable de ces témoignages par la suite...
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Sam 01 Mar 2014, 9:56 pm

N'oublie pas que les gens sont cliniquement mort. Encéphalogramme plat. Pas question de penser ou de rêver.

La décorportation est prouvée. Cela veut bien dire que tu existes en dehors de ton corps. Je ne vois pas comment une dame peut savoir qu'il y a une chaussure sur le toit de l'hôpital ou elle se trouve ... alors qu'elle est morte pour un moment.

On oublie tous nos rêves. Eux ils se souviennent de leur expérience pour toujours.

On ne change pas toute sa vie après un rêve.

On n'a pas de don de guérison ou de clairvoyance après un rêve.

On ne guérit pas d'une maladie grave (pour ceux à qui c'est arrivé) après un rêve.

On ne discute pas avec son arrière arrière grand mère dans un rêve, preuve à l'appui évidemment.

Si les universités créent des départements d'étude du phénomène, c'est bien parce qu'ils sont en face de quelque chose qu'ils ne comprennent pas. Le rêve, on connaît.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Sam 01 Mar 2014, 10:14 pm

"Hier, je me suis un peu plus rappelé de la salle de réveil. Ces souvenirs me sont revenus presque simultanément comme la douleur d’une incision gauche assez sévère qui allait en diminuant (à cause de l’emplacement de la glace). C’était pratiquement comme actionner un interrupteur.

Je sais que j’avais des problèmes pour respirer de moi-même (saturation d’oxygène était = 77% ; elle devait être de > 95%) et j’ai pratiquement été mis sous respirateur artificiel. Au début, tout ce que j’ai pu me souvenir était que l’infirmière (qui avait vraiment besoin d’une électrolyse sur son visage !) continuait de me dire, « RESPIREZ ! ». Et, tout ce que je lui disais était « Va te faire foutre S…… » Parce que j’avais tellement mal. Je n’avais pas réalisé dans quel mauvais état j’étais. Après y avoir repensé hier et remettant les choses dans une meilleure perspective, j’avais vraiment cru que j’allais mourir. Ma raison pour cela était que j’étais dans une douleur si sévère que je ne voyais pas comment quelqu’un pouvais s’en sortir. Je ne me souviens pas encore de tous les détails de mon processus de réflexion, mais je me souviens que je ne voulais pas mourir – Pas vraiment à cause de moi, (une fois mort, ce n’est plus mon problème) mais à cause des autres, comme Diane, les enfants et autres amis proches. Je ne voulais pas mourir parce que je ne voulais faire de mal à aucun d’entre vous.

En fait, maintenant je me souviens d’avoir fait le choix avec ma conscience de vivre. Oui, j’ai eu une « expérience de mort imminente ». Ca a également été rapporté chez des personnes qui étaient malades (par exemple, qui ne respiraient vraiment pas bien), mais qui n’ont pas eu un vrai arrêt du cardiaque (je vais revoir mon dossier plus tard pour voir exactement la gravité de mon cas). Pas de tunnel ou de lumière brillante, mais clairement une sortie du corps, regardant l’infirmière qui était penchée au dessus de moi, avec un sac de réanimation. J’ai rencontré ma mère et mon père, puis JESUS.

Une fois que j’ai dit à mes parents que je voulais revenir en arrière, il y eu un brouillard blanc, puis mes parents étaient partis et JESUS était là. Il est apparu

Et a communiqué de la même façon que me parents l’avaient fait. Il m’a sidéré, tout comme “le truc” que mes parents avaient fait. Ce qui était compatible avec mes convictions personnelles re : JC. Qu’il a vécu sur terre comme un homme qui a témoigné du potentiel de l’humanité à un degré jamais fait. Il a même dit que nous étions capable de réaliser « ces choses et bien plus encore ». Je n’ai jamais eu le sentiment que je devais d’abord voir JC avant de voir le Dieu – Dieu, cela ne faisait pas partie de mes souvenir à ce moment.

Au cours de ces deux visites, (mes parents, JESUS) m’ont dit que j’avais le choix – Rester au ciel ou revenir sur terre. Ce fût le moment le plus paisible jamais ressenti dans ma vie. Il y avait là un amour inconditionnel/sans jugement. Ils étaient vraiment « ok » avec quelque ce soit la décision que j’allais prendre et également ils n’ont pas essayés de me convaincre. A ce point, je n’ai pas vraiment pensé à la douleur que j’aurais dans les prochains jours si je revenais à la “vie”. J’ai simplement choisi de vivre, pour éviter de nuire à ceux qui étaient restés. Bien que ma décision en « temps réel » devait être relativement rapide (exp. En secondes), je ne me suis jamais senti poussé. J’ai tout d’abord eu une discussion avec mes parents, puis j’ai changé de lieu et j’ai parlé avec JESUS. Le contenu des deux conversations était identique, tout comme le ton et la sensation de paix.

La présence de mes parents et de JESUS était claire, mais je ne me souviens pas de les avoir vus comme des figures précises. J’ai entendu leurs voix dans ma tête. Je ne me souviens pas si j’ai effectivement parlé ou si j’ai juste communiqué avec eux dans le vague de la pensée. Quoi qu’il en soit, ils étaient clairement là, bien réels très affectueux et totalement consentants et compréhensifs.

Je trouve cela très intéressant que dans le passé j’ai pensé considérer le suicide tant de fois. Pourtant cette fois, J’AI VRAIMENT du prendre une décision « sur place », de devoir vivre ou de mourir. Cette fois, l’arme métaphorique était entre mes mains, chargée et armée. Et j’ai choisi de vivre. A ce moment, je n’ai pas pensé à moi-même, mais à tout le monde. J’aurais été bien si j’étais resté au Paradis, mais vous autres, non. Mes priorités étaient évidentes.

Et, bien que je pensais que j’avais tout le temps du monde pour prendre ma décision, quand la question m’a été posée j’ai immédiatement répondu : « je veux vivre », et ensuite j’ai continué et j’ai donné mes raisons. Celles-ci sont personnelles et j’ai mentionné les promesses que j’ai faites aux gens près de moi, que je serais toujours là pour eux et que si j’avais succombé, ils auraient été dévastés.

Je n’ai pas creusé plus en profondeur (et ne suis pas encore prêt). Cependant, je voulais partager ceci avec ceux qui sont proche de moi. Je sais parce que je suis passé par là que :

1. Il y a un Paradis

2. L’amour y est infini

3. Le moment venu, j’ai choisi de vivre au lieu de mourir.

4. Mon choix ne reposait pas sur moi seul, mais sur mes inquiétudes concernant mes proches.

5. Bien que le facteur temps n’ait pas semblé être « essentiel », pour moi, la décision est venue rapidement et que c’était « une évidence ».

EMI de Mikel R - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Masculin
Messages : 1005
Pays : France
R E L I G I O N : le Chemin,la Vie,la Vérit

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Dim 02 Mar 2014, 3:21 pm

@CHRISTOPHEG a écrit:
N'oublie pas que les gens sont cliniquement mort. Encéphalogramme plat. Pas question de penser ou de rêver.

La décorportation est prouvée. Cela veut bien dire que tu existes en dehors de ton corps. Je ne vois pas comment une dame peut savoir qu'il y a une chaussure sur le toit de l'hôpital ou elle se trouve ... alors qu'elle est morte pour un moment.

On oublie tous nos rêves. Eux ils se souviennent de leur expérience pour toujours.

On ne change pas toute sa vie après un rêve.

On n'a pas de don de guérison ou de clairvoyance après un rêve.

On ne guérit pas d'une maladie grave (pour ceux à qui c'est arrivé) après un rêve.

On ne discute pas avec son arrière arrière grand mère dans un rêve, preuve à l'appui évidemment.

Si les universités créent des départements d'étude du phénomène, c'est bien parce qu'ils sont en face de quelque chose qu'ils ne comprennent pas. Le rêve, on connaît.

Je suis bien d'accord. Une projection astralé (décorporation selon certaines sources: choc, douleur aiguë, intoxication, suffocation, étouffement etc..) se produit tjrs durant un arrêt "partielle" du coeur. Reste à démêler le vrai de l'imaginaire.
Ce qu'il faut savoir, la connection avec l'univers astral se produit dès l'instant ou la glande pin est percée. Dès lors, le contact avec notre âme s'établit. Une joie immense nous envahit. On ressent un bien profond pour soi-même et tout ce qui nous entoure, C'est un retour à notre origine première, un paradis perdu retrouvé. Cet amour est inné et une source de savoir pour peu qu'on le développe.
À ce stade, notre perception perçoit les choses de l'invisible. Aller à la découverte de cette partie du cerveau jamais explorée (d'après la science, nous n'utilisons que 15 à 20% de nos capacités).
Ce que je veux dire, en explorant aussi loin qu'il nous serait possible de le faire, ces 80% de notre cerveau inexplorée, on obtiendrait le même résultat (et même plus), en le vivant en notre propre "corps et âme", qu'une personne vivant une NDE.
.
La décorporation de l'âme pourrait même s'avérer un déséquilibre, puisque dû à un choc émotionnel ou étouffement des voies respiratoires, et pas forcément plus vrai que la réalité de notre monde. Comme on le voit, ces entités rencontrés au cours de leurs NDE, recommandent à ces derniers un retour sur terre (leurs corps de terre) afin comme on pourrait dire, "achever" leurs vies.
Et pour cause! Ce n'est pas en vain que Dieu nous à créés, nous offrant un corps et une âme (souffle de vie). Le corps et l'âme sont intimement liés, inséparables. C'est ce qui fait notre humanité. Ensuite de cette humanité, Dieu nous créa à Son image. Une parcelle de Son Essence vit en notre humanité. C'est en notre corps et âme, qu'ils nous faut Le chercher et faire ressortir Son Esprit, Sa Pensée, Sa Gloire Éternel.
.
L'univers astral est un monde, un élément parallèle au nôtre, ou convergent des esprits bons comme mauvais. J'ai du mal à me l'imaginer comme étant le Royaume de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Dim 02 Mar 2014, 9:49 pm

Je lis bien ce que tu écris mais j'ai quand-même un problème.

Nous ne connaissons pas bien le cerveau mais il y a une chose que nous pouvons faire, c'est mesurer son activité.

Dans le cas d'une NDE par exemple, l'activité est nulle. Le cerveau ne fonctionnant plus, il ne peut provoquer quoi que ce soit ...

Pour le cœur, c'est plus facile à mesurer. Il ne fonctionne plus non plus.

A partir de là, difficile de dire que nous provoquons quelque chose nous-mêmes.

N'oublie pas non plus que tous les gens ne sont pas obligés de revenir. La plupart du temps, on leur laisse le choix ...

Le corps n'étant qu'une enveloppe dont nous nous servons pendant un temps limité.

Deux théories s'opposent donc entre ceux qui disent que le cerveau provoque ce que ces gens vivent pendant les NDE quand ils sont morts et pendant les voyages astraux pour les vivants et ceux qui disent que l'âme a bien une vie distincte qui à la mort n'a plus rien à voir avec le corps.

Deux autres théories s'opposent encore par rapport aux endroits visités et aux êtres rencontrés entre ceux qui disent que lors des NDE, nous visitons simplement un univers parallèle au nôtre et ceux qui disent que nous avons le moyen de contacter à ces occasions les portes du Royaume de Dieu.

Pour ma part, j'ai choisi. A partir du moment où ces gens n'arrivent même pas à décrire convenablement ce qu'ils voient et qu'ils parlent d'un amour inconditionnel impossible à vivre sur terre, je me dis que si ça ce n'est pas le Royaume de Dieu, cela y ressemble furieusement ...
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Dim 02 Mar 2014, 9:54 pm

"Je me suis soudain retrouvée dans l’obscurité totale, je ne pouvais me raccrocher à rien, jusqu’à ce que je me sois souvenu que je possédais un corps… et quand j’ai ressenti l’amour, une lumière est arrivée dans mon cœur, petit à petit elle a grossi jusqu’à illuminer mon corps totalement éclairé par sa propre lumière.

J’ai senti que j’étais dans une sorte de grotte ou de tunnel sombre, à l’arrière une petite lumière est apparue, elle a grossi au même niveau que ma propre lumière, elle s’est approchée, comme s’il s’agissait d’un reflet de l’endroit où je devais aller.

Dans l’obscurité il y avait de nombreuses ombres de personnes autour de moi, marchant sans aucun sentiment ni but (comme des zombies). J’ai vu à ma droite un être qui ne m’a pas montré son visage, j’ai pensé qu’il s’agissait de mon grand-père décédé, à cause du costume en cachemire anglais, de la cane et du chapeau qu’il portait quand il était en vie. Il m’a indiqué que je ne devais pas essayer de parler à ces gens parce qu’ils n’allaient pas me porter attention. Ils étaient dans leur propre rêve inconscient, marchant comme des robots. Cela m’a rendue triste et j’ai ressenti de la compassion à leur égard.

J’ai décidé de poursuivre mon chemin vers la lumière à l’arrière du tunnel, je suis sortie sur une magnifique petite plage où il y avait toute une gamme de couleurs que je n’ai jamais vues sur terre. Elles étaient très intenses et nettes mais ne faisaient pas mal aux yeux. Le sable très blanc, le bleu du ciel et de l’eau étaient tout à fait délicieux. La couleur des rochers et du reste n’était pas produite par un reflet, ils brillaient de leur propre lumière.

A ma droite, la silhouette qui me guidait s’est arrêtée, je n’ai pas pu voir son visage. C’était comme si nous étions sur une petite plage fermée, il y avait une montagne qui a servi à projeter ma vie plusieurs fois, du début à la fin. Rapidement d’abord, puis plus lentement. C’était stupéfiant de voir ma vie montrée avec des évènements que j’avais complètement oubliés, d’autres étaient tellement insignifiants que j’avais l’impression de voir chaque image d’un film personnel de ma vie sur terre. Je me suis rendu compte que je comprenais tout avec une grande netteté et une super lucidité inconnues auparavant. J’ai découvert que j’avais moi-même choisi de prendre un corps physique et de vivre ces expériences de vie. J’ai réalisé que j’avais perdu du temps en souffrant. Ce que j’aurais dû faire, c’était d’utiliser ma liberté pour choisir non pas la douleur, mais l’amour véritable dans tout ce qui advenait dans ma vie.

J’ai vu que j’avais moi-même conçu la vie que j’allais mener avant de venir volontairement dans ce monde, que ma liberté dans un corps physique ne pouvait être trouvée qu’en cultivant consciemment le bonheur dans toutes mes pensées, sentiments et actions parce que j’avais conçu ou choisi mon propre destin avant d’intégrer un corps physique. J’ai réalisé qu’il n’existe aucun Dieu juge ou vengeur tel que le décrivent les religions, c’était mon esprit avec une conscience étendue qui se jugeait lui-même, passant ses actions par le filtre de l’amour conscient et parfait.

Je suis revenue à l’avant de la plage et j’ai vu au loin quelque chose qui ressemblait à une île en forme de montagne. Au sommet, dans le ciel, se trouvait un très petit soleil qui m’a parlé par télépathie, me faisant tout comprendre au sujet de la vie.

Soudain, sortant de cette lumière, j’ai vu une myriade d’êtres vêtus de blanc qui suivaient une personne au port d’une grande magnificence, il avait une barbe blanche et portait une sorte de tunique plus blanche que celle des autres et absolument magnifique. Il est venu à gauche de l’endroit où je me trouvais, sans toucher terre (en flottant au dessus de la mer paisible). Sur la poitrine il portait un croix de Malte en or, également entourée d’un anneau d’or, il m’a regardée avec sérénité.

En queue de la procession de ces êtres se trouvait mon père décédé, il portait une tunique blanche également. Je lui ai demandé par télépathie : « Que fais-tu là alors que tu es déjà mort. ». Il m’a répondu de la même manière (par télépathie) qu’il était dans le monde des vivants et que je venais du monde des morts sur terre. Cela m’a fortement surprise, je me suis souvenu que je venais de la terre et que j’avais laissé mes 3 jeunes enfants seuls. J’ai regardé l’homme à la barbe, je lui demandé de m’autoriser à repartir afin d’être avec eux car ils avaient besoin de moi. Il a accepté et m’a dit que je pouvais repartir.

Tout à coup, je me suis retrouvée dans un endroit plus bas que les images, sur ma gauche, j’ai vu une série de rochers dans le sable qui émergeaient de l’eau, je me suis vue assise sur le plus grand des rochers entre la plage et la mer. Je portais une tunique blanche semi-transparente (comme de l’organza) décorée avec des étoiles dorées qui tintaient. J’ai été surprise de me voir enceinte car mon mariage n’était pas heureux, la dernière chose que je souhaitais, c’était d’être à nouveau enceinte.

Mais tout à coup un être superbe a émergé de l’eau (je ne voyais que la partie supérieure de son corps), il était assez jeune, le teint pâle, avec de très grands yeux bleu turquoise et des cheveux d’or bouclés. Il m’a souri et m’a dit par télépathie qu’il était mon véritable mari et qu’il m’envoyait son amour. J’ai senti une tendresse infinie. J’ai compris que la sorte d’amour la plus proche de l’amour divin dans cette vie-ci, c’est celui que nous ressentons pour un petit enfant.

Tandis que ce merveilleux sentiment m’envahissait, j’ai entendu dans mon cœur une voix qui disait : « Par l’amour tu comprendras tout. L’essence, l’essence, l’essence… ». Cela fut suivi par un sentiment de grande paix mélangée de joie à l’intérieur de mon âme. J’ai senti que ma vie allait changer pour le meilleur, cela a toujours été le cas depuis car j’ai une meilleure compréhension du véritable sens de ma vie.

Je me suis ensuite retournée pour voir la lumière dans le ciel et une force télépathique a déversé dans mon esprit une série de codes emplis de sagesse millénaire au sujet : de la création, du monde, de ma vie et de celle de tous les autres êtres qui peuplent tous les univers, tout est éternel, la vie spirituelle, tout en dépend et les distinctions ou différences que nous déterminons dans cette vie, sont le fait de l’ignorance ou d’avoir oublié cette vérité.

Comme un aimant géant, la lumière m’a attirée à elle et j’ai été immergée à l’intérieur, il n’y avait là rien d’autre que la lumière. J’ai oublié que j’avais un corps je me suis sentie fusionnée avec cette lumière. A cet instant, j’ai éprouvé un sentiment « d’unité plurielle ». J’ai tout à coup compris chaque chose avec une extrême clarté. J’ai découvert ce qu’est la réalité, j’ai vu et compris avec ma conscience lucide qui m’a permis de tout saisir avec une infinie perfection, sans l’ombre d’un doute.

De mon cœur a jailli ce sentiment : « Ah Ha !!!! » comme si j’avais toujours su quelque chose mais que je l’avais oublié, je ne peux l’expliquer par des mots du langage humain. Je me sentais comme co-participante à la création.

UNE PARTIE DE CE QUE J’AI COMPRIS ET DONT JE ME SOUVIENS AUJOURD’HUI :

***Nous vivons dans une « Unité Plurielle » ou « Unicité ». En d’autres termes, notre réalité c’est « l’Unité dans la Pluralité et la Pluralité dans l’Unité. »

***J’étais tout et tout était moi, sans autre différence essentielle que les apparences temporelles.

***Il n’existe pas de Dieu extérieur, Dieu est en tout et tout est en Dieu, exactement comme la vie elle-même.

***Il n’existe pas de Dieu en dehors de nous-mêmes, au lieu de cela, Il est en toute chose et toute chose est une partie de Dieu, comme l’est la vie elle-même.

***Dieu est tout et rien en même temps.

***Chacun et chaque chose ou phénomène temporel dans cette dimension se trouve à sa place, car émanant du plan d’un rêve partagé (si on peut l’appeler ainsi) qui se répète indéfiniment jusqu’à ce que nous comprenions ce qui est essentiel ou réel.

***Tout fait partie d’un jeu essentiel de la vie elle-même, dans la mesure où nous vivons selon l’amour authentique, inconditionnel et universel, nous nous approchons de la compréhension de ce qu’est vraiment la vie et qui est le véritable bonheur, la sagesse parfaite.

***Tout est expérience, cette vie et la prochaine sont identiques en essence car tout est Dieu. Rien n’est en dehors de Dieu tout comme rien n’est en dehors de la vie elle-même.

***La mort est une métamorphose du temps. Une illusion supplémentaire de nos concepts mentaux.

Fondamentalement, le temps n’existe pas, l’espace non plus. Ce sont des illusions de notre esprit créatif qui joue un jeu d’illusion dans la création d’évènements.

*** « je » inclut « nous », ils sont comme un miroir où nous percevons le reflet de notre réalité dans ses multiples facettes et illusions.

***Le « Créateur » crée éternellement et l’une de ces créations est la pratique de l’amour conscient. « on apprend à peindre en peignant », c’est pourquoi notre « création illusoire humaine et temporelle » existe comme s’il s’agissait d’une matrice dans une autre matrice et cette dernière dans une autre… de façon multi-dimensionnelle jusqu’à ce que nous nous éveillions.

***J’ai vécu quelque chose qui ne peut être communiqué avec des mots mais on peut l’exprimer ainsi : « L’Essence de la Vie est son Néant Total (veuillez comprendre « Néant » comme quelque chose qui n’a aucune substance intrinsèque, mais qui est par contre composé d’une multitude de phénomènes à l’infini). J’ai compris que la vie intangible, indescriptible est tout ce qui existe. La mort n’existe pas (il ne s’agit que d’une description pour montrer les polarités dans le monde des phénomènes).

***Vivre consciemment selon l’amour est l’essence de la vie elle-même, il est rendu manifeste ou il se matérialise sur ce plan d’existence comme une force de cohésion pour se recréer lui-même sous de multiples formes, comme un jeu dans lequel le néant se recrée lui-même en des évènements illusoires et temporaires.

***L’univers connu est une fraction de la réalité infinie qui, par l’amour, s’est transformée en éléments finis dans nos « mains » temporelles.

***J’ai appris des milliers d’autres choses sans limitation, c’est difficile à exprimer avec des mots car ils sont insuffisants, ils ne peuvent décrire ce que j’ai vécu dans cet autre état de conscience qui est bien plus net que ne l’est celui-ci.

Quand je suis revenue à cette vie-ci, j’ai senti que j’étais tombée dans un espace très lourd, que mon corps était comme du plomb, tout comme mon esprit qui était très lent…

J’ai vu mes proches, la famille et les amis, comme s’ils ne m’étaient rien ; ils n’étaient que des reflets dans le grand théâtre de la vie, chacun acceptant volontairement de jouer un rôle afin d’apprendre comment aimer davantage et mieux.

J’ai parlé avec eux pour leur raconter mon expérience, ils m’ont regardée comme si j’étais folle. Je me suis rendu compte qu’ils ne comprenaient pas ce que je leur disais.

Peu à peu mon expérience s’est évanouie, mais de nombreuses expériences nouvelles particulières sont apparues : télépathie, intuition entre autres, tout comme des Sorties Hors du Corps volontaires et des bilocations involontaires. Je suis en particulier incapable de contrôler ces dernières et j’aimerais savoir, en utilisant le langage conventionnel, comment ce phénomène se produit.

Je sais seulement que tout est pure conscience éternelle, que nous sommes dans un rêve mental qui se construit en permanence, comme une dynamique de conscience se connaissant elle-même et se recréant au travers de chacun de nous.

Nous sommes le « point de vacuité » où le vide ou néant de l’univers devient conscient de lui-même. C’est vraiment difficile à expliquer. Mais je sais que tout ce que j’ai vu provient de pensées, ou de l’esprit universel, projeté en images et en évènements interagissant avec la conscience lucide en tant qu’expérience. L’intégralité de cette expérience fait partie de l’infini de ce qui est réel sur tous les plans ou niveaux d’existence que nous voulons inventer ou diviser en éléments, afin que notre esprit temporel puisse le décoder en dépit de ses limitations. Je crois avoir compris que ce que nous appelons Dieu, c’est le silence de la vie indescriptible qui se trouve en toute chose et toute chose est en Lui.

Comme analogie, on pourrait utilise l’image de la vapeur qui se convertit en eau et l’eau en glace, une fois qu’elle est dans cet état, la glace oublie qu’elle est vapeur avec sa capacité d’expansion. C’est ce qui nous arrive dans ce plan-ci de conscience.

Je crois avoir compris que ce que nous appelons Dieu, c’est le silence de la vie indescriptible qui se trouve en toute chose et en lequel toute chose existe ou est en lui. Une éternité merveilleuse, aimante et consciente.

NB : J’ai le sentiment que toutes les images qui ont été créées dans mon esprit pendant cette expérience, avant d’entrer dans la lumière, sont des pensées-formes symboliques de quelque chose peut-être plus profond, qui pourrait servir à faciliter une traduction de ce qui est expérience essentielle. C’est impossible à expliquer dans notre langage humain limité, je suis pourtant actuellement en train de tenter de le décoder petit à petit.

J’ai remarqué une modification de la vitesse à laquelle mon esprit fonctionne et j’ai développé mon intuition ou perception universelle de la vie. Il est difficile de traduire en langage conventionnel avec mon cerveau physique ce qui est essentiel ou infini.

Peut-être que cela peut être fait grâce à l’art de la communication télépathique d’âme à âme. Je vais continuer à tenter de le faire, je vais essayer de voir si des personnes ayant vécu ce même phénomène ou ayant eu une expérience similaire, possèderaient une autre partie du puzzle verbal, tous ensemble nous pourrions bâtir une image plus claire qui pourrait bénéficier à ceux qui ne lisent pas les pensées.

Je demande votre indulgence pour mes limitations et j’espère n’avoir troublé personne. Je conclurai en disant :

« Avec un simple morceau d’argile, on peut faire de nombreuses formes. »

« Tous les concepts mentaux se cristallisent en formes éphémères de néant. »

EMI de HAFUR - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Masculin
Messages : 1005
Pays : France
R E L I G I O N : le Chemin,la Vie,la Vérit

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Lun 03 Mar 2014, 3:45 am

@CHRISTOPHEG a écrit:
Je lis bien ce que tu écris mais j'ai quand-même un problème.

Nous ne connaissons pas bien le cerveau mais il y a une chose que nous pouvons faire, c'est mesurer son activité.

Dans le cas d'une NDE par exemple, l'activité est nulle. Le cerveau ne fonctionnant plus, il ne peut provoquer quoi que ce soit ...

Pour le cœur, c'est plus facile à mesurer. Il ne fonctionne plus non plus.

A partir de là, difficile de dire que nous provoquons quelque chose nous-mêmes.

N'oublie pas non plus que tous les gens ne sont pas obligés de revenir. La plupart du temps, on leur laisse le choix ...

Le corps n'étant qu'une enveloppe dont nous nous servons pendant un temps limité.

Deux théories s'opposent donc entre ceux qui disent que le cerveau provoque ce que ces gens vivent pendant les NDE quand ils sont morts et pendant les voyages astraux pour les vivants et ceux qui disent que l'âme a bien une vie distincte qui à la mort n'a plus rien à voir avec le corps.

Deux autres théories s'opposent encore par rapport aux endroits visités et aux êtres rencontrés entre ceux qui disent que lors des NDE, nous visitons simplement un univers parallèle au nôtre et ceux qui disent que nous avons le moyen de contacter à ces occasions les portes du Royaume de Dieu.

Pour ma part, j'ai choisi. A partir du moment où ces gens n'arrivent même pas à décrire convenablement ce qu'ils voient et qu'ils parlent d'un amour inconditionnel impossible à vivre sur terre, je me dis que si ça ce n'est pas le Royaume de Dieu, cela y ressemble furieusement ...

Ces personnes ne sont pas mortes, n'ont pas trépassées. Elles sont en état de coma, de léthargie, dans un profond évanouissement. À cela, on peut comprendre pourquoi l'activité du cerveau ou du coeur soit quasi nul.
Tout ce passe tout de même dans cette région inexplorée du cerveau, la partie ignorée de la science, ou l'activité se passe sur un plan dit "zone des perceptions", voir étherique, non palpable via des machines, des électrodes et autres. La machine n'aura jamais accès à tout.
(Les docs en blouses blanches ont eu beau utiliser des cobayes pour certaines expériences, leurs analyses se sont tjrs arrêtées sur l'aspect du comportement de leurs patients, mais ils n'ont jamais pû aller au-delà de cet apparent comportement).
Donc on peut pas compter sur la science (ce qui paraît évident) mais ceux qui ont l'expérience dans ce domaine (comme pour le répéter). Le problème, en plus d'une thèse explicite, c'est long à expliquer et demandé bcp d'énergie
.
On se rend tout de même compte, qu'il s'y trouve une grande part d'imagination dans ces témoignages, non dénués de sens certes, mais toutes plus ou moins invraisemblablement "décousues" et à juste titre, puisqu'elles n'arrivent pas à décrire dans la pleine mesure de leurs capacités, leurs époustouflantes visions.
Toutes y vont de leurs expériences perso. Certains disent voir JESUS en la personne centrale, quant celle-ci ne l'affirme jamais. D'autres le voient autrement.
Je ne peux m'empêcher de penser que cela est dû à la zone inexplorée du cerveau qui agit sur ces gens. Cette zone inexplorée, refoulée par le train-train de la vie quotidienne, là se trouve emmagasinée toute la mémoire de notre vie, nos espoirs, nos frustrations, l'accès à toutes les imaginations possibles. L'océan des illusions. Croire qu'une NDE produit automatiquement une projection astral n'est pas forcément vrai.

Autant le vivre "corps et âme" en toute conscience dans la pleine mesure de nos moyens.
.
Un détail, c'est le tunnel. Nombre d'expérienceurs disent se cogner contre les parois de ce tunnel. Ça en dit long! Quand on est en position astral, on ne se cogne pas! On passe à travers les parois, les murs puisqu'on est une forme étherique. À méditer...
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Lun 03 Mar 2014, 4:23 am

Voici comment est définie la mort par un médecin-chercheur américain dans deux ouvrages de P. M. H. Atwater – Beyond the Light: The Mysteries and Revelations of Near-Death Expériences.

MOURIR : CE QU’ON RESSENT

Ce qui arrive en premier, c’est la douleur que l’on doit ressentir. On se bat pour vivre de manière instinctive.

C’est automatique.

La conscience a du mal à accepter l’existence d’une toute autre réalité à part l’univers terrestre de la matière limitée par le temps et l’espace. Nous y sommes habitués. Nous sommes entraînés depuis la naissance à vivre et à nous développer ainsi. Nous savons qui nous sommes grâce aux stimuli extérieurs que nous recevons. La vie nous apprend qui nous sommes et nous l’acceptons. Cela aussi est automatique et attendu.

Votre corps se relâche ; votre coeur s’arrête de battre ; plus un souffle d’air n’entre ou ne sort.

Vous perdez la vue, vos sensations et votre motricité, bien que l’ouïe soit la dernière capacité à disparaître. Votre ancien « vous » devient un simple souvenir.

On ne souffre pas au moment de mourir.

Il n’y a que le silence, paisible... le calme... la tranquillité.

Mais vous continuez d’exister.

Il est facile de ne pas respirer. En fait, c’est plus aisé, plus agréable et infiniment plus naturel que de respirer. La surprise majeure pour la plupart des mourants, c’est de se rendre compte que la mort ne met pas fin à la vie. Que ce soit la pénombre, la lumière ou un quelconque évènement (positif, négatif ou entre les deux, attendu ou non) qui suit, l’étonnement le plus grand vient de la réalisation que l’on est toujours soi. On peut encore penser, se souvenir, voir, entendre, bouger, raisonner, s’émerveiller, sentir, questionner et dire des blagues, si on le souhaite.

On est encore vivant(e), très vivant(e). En fait, on l’est encore plus en mourant qu’à aucun autre moment depuis sa naissance. Seule la manière est différente, différente parce que l’on n’a plus un corps dense pour filtrer et amplifier les diverses sensations que l’on considérait autrefois comme les seuls indicateurs valables de ce qui constitue la vie. On nous avait toujours appris qu’il fallait un corps pour vivre.

Si vous vous attendez à disparaître quand vous mourez, vous serez déçu(e).

La seule chose que la mort fait, c’est de vous aider à vous libérer, à vous débarrasser de votre peau et à abandonner la « veste » que vous portiez auparavant (ce que l’on appelle plus communément le corps).

Quand vous mourez, vous perdez votre corps.

C’est tout ce qu’il en est.

Vous ne perdez rien d’autre.



Vous n’êtes pas votre corps. C’est simplement quelque chose que vous devez porter quelque temps : la vie au niveau planétaire est infiniment plus riche et impliquée si vous êtes pris(e) dans ses filets et soumis(e) à ses règles.

CE QU’EST LA MORT

Au moment de la mort, l’énergie s’accroît, la vitesse augmente, comme si, tout à coup, vous vibriez plus rapidement qu’avant.

Faisons une analogie avec la radio. Cette augmentation de vitesse est comparable au fait d’avoir vécu toute son existence sur une certaine fréquence. Tout à coup, quelqu’un ou quelque chose passe par là et donne un petit coup au cadran. Cela vous réoriente vers une longueur d’onde plus haute. Votre fréquence d’origine est toujours là ; elle n’a pas changé. Tout est comme avant. Il n’y a que vous qui avez changé, vous êtes le/la seul(e) à avoir accéléré pour pouvoir passer à la fréquence suivante sur le cadran.

Comme c’est le cas avec toutes les radios et stations de radios, il peut y avoir des pertes ou des distorsions de transmissions à cause des interférences. Elles peuvent laisser ou forcer les fréquences à co-exister ou à se mélanger pendant des périodes indéterminées.

Normalement, la plupart des changements sur le cadran sont rapides et efficaces, même si, à l’occasion, l’un d’eux peut rencontrer des interférences, à cause d’émotions fortes, d’un sentiment de devoir ou de la nécessité de réaliser un serment ou de tenir une promesse.

Ce parasite pourrait permettre la co-existence de fréquences pendant quelques secondes, quelques jours ou mêmes des années (ce qui explique peut-être les apparitions). Mais tôt ou tard, finalement, chaque fréquence vibratoire donnée recherchera ou se rapprochera de l’endroit où elle a sa place.

C’est grâce à votre vitesse vibratoire que vous cadrez avec l’endroit particulier où vous vous situez sur l’écran. On ne peut pas co-exister là où on n’est pas à sa place.

Qui peut dire combien de points existent sur le cadran ou combien de fréquences on peut habiter ? Personne.

En mourant, vous changez de fréquence. Vous passez à une vie d’une autre longueur d’onde. Vous êtes toujours un point mais vous vous êtes déplacé(e) d’un cran ou deux.

Vous ne mourez pas quand vous mourez. Ce sont votre conscience et votre vitesse de vibrations qui changent.

C’est simplement cela la mort... un changement.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Lun 03 Mar 2014, 4:40 am

Faire l'expérience tangible de Dieu et de Son Royaume n'est pas réservé aux mourants. Des gens bien vivants l'ont déjà faite de tout temps et partout dans le monde.

Dieu réserve ce genre de cadeau à des gens qui ont des missions plus difficiles ou plus particulières.

Ce n'est pas un scoop.

Entrer en contact avec des gens qui sont morts depuis des années via les NDE ou par tout autre moyen est la preuve de notre possibilité de contacts (sous conditions avec l'au-delà).

De multiples indices nous sont laissés et qui nous permettent de comprendre ce que nous pouvons comprendre à ce stade du Divin Mystère.

C'est très encourageant mais peu de monde écoute les témoins.

Car en effet, et là, je te rejoints, le message est de vivre notre vie à fond dans l'amour des autres ... et de ne pas avoir de crainte pour l'après. Tout est assuré et le bonheur est merveilleux.

Pour les croyants, cela devrait être une évidence.

Sauf que maintenant, il y a ceux qui croient et ceux qui savent ... et ceux-là, n'ont plus peur de la mort. Ce n'est pas rien ...



Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Lun 03 Mar 2014, 9:22 pm

"Ma première rencontre avec des anges remonte au milieu de l’été 1961 alors que j’avais treize ans et demi. C’est arrivé pendant mon expérience de mort imminente dans une piscine publique en Israël. Environ un an et demi plus tard, en décembre 1962 j’ai commencé mes voyages volontaires hors du corps. Comme j’étais issu d’un milieu scientifique athée, que j’étudiais en internat dans un collège de la marine à la discipline militaire, que j’ai servi ensuite comme soldat puis comme officier des forces de défense Israéliennes, puis comme officier supérieur de la marine marchande, pendant des années, je n’ai pas osé dévoiler mes communications hors du corps.

Tout a commencé par une chaude journée d’été dans la piscine publique qui appartenait à mon oncle. Comme je rentrais gratuitement, j’étais l’un des gamins très chanceux qui avaient l’habitude d’y venir pratiquement tous les jours durant l’été chaud et humide d’Israël. Etant un adolescent remuant, bon plongeur et bon nageur, j’ai parié avec un plongeur professionnel que je pouvais nager sous l’eau trois fois la largeur de la piscine (environ 76 mètres) sans reprendre mon souffle. L’enjeu était une paire de palmes. J’ai gagné…mais pas avant que ma mort clinique n’ait été prononcée…

Je me souviens qu’à partir d’un certain moment au cours de cette lutte douloureuse sous l’eau, la victoire est soudain devenue abstraite. J’espérais seulement continuer à nager vers le but pour toucher le bord de la piscine, mais progressivement, je suis devenu complètement indifférent. Je me sentais comme dans un rêve, tandis que je continuais à nager lentement, ou en tout cas c’est ce que je pensais, tandis que j’entrais dans un sommeil inconscient, profond et étrange. Puis tout à coup, quelque chose de stupéfiant s’est produit. Je me suis senti très éveillé, frais et comme aspiré à grande vitesse vers le haut. J’étais abasourdi. Tout est arrivé si vite. J’avais l’impression de voler à une vitesse énorme dans un tuyau long et sombre qui était également doux et sécurisant. Il ne comportait pas de bords réels, mais je pouvais voir au bout une lumière brillante. Ensuite, je me suis retrouvé dehors mais dans une position singulière, en fait, je flottais à environ cinq mètres au dessus de la piscine. Je n’avais pas peur de tomber, je ne pouvais pas du tout sentir mon poids. Bien que la journée ait été très chaude et très humide, la sensation était devenu différente, très agréable. Tout semblait plus lumineux mais doux. Je pouvais voir l’horizon nettement, comme si un voile avait été levé. Puis, lorsque j’ai regardé en bas, cela a été incroyable. J’ai vu mon corps qui gisait là sur le dallage près du bord de la piscine, entouré de gens qui continuaient à accourir de tous côtés, pendant que le maître-nageur, une femme de grande taille, avait commencé à me faire du bouche à bouche en appuyant sur ma poitrine. J’ai soudain pu entendre leurs pensées et leurs sentiments.

« Hé les gars, il ne m’est rien arrivé ! » ai-je crié joyeusement, mais aucun d’eux ne regardait dans ma direction.

Après quelques secondes, j’ai remarqué un être immense et puissant qui flottait à mes côtés. Il mesurait environ trois mètres de haut. Je pouvais sentir son rayonnement d’énergie gigantesque et intense, malgré cela, il ne faisait pas du tout peur ; c’était plutôt comme un père immense ayant beaucoup d’amour et d’attention pour moi. Il brillait comme s’il était illuminé de l’intérieur. En l’observant avec attention, je me suis rendu compte qu’il était fait de lumière… Puis, tout à coup, il a ordonné d’une voix aimante : « Tu dois repartir. Ce n’est pas encore ton heure. Tu dois accomplir beaucoup de tâches… tu reviendras ici le temps venu. Maintenant prépare-toi à repartir. »

J’ai refusé, je voulais rester là. Je me sentais si bien en haut dans les airs, que je ne pouvais imaginer redescendre. A ce moment là, j’avais aussi pris conscience d’une musique légère et douce. C’était un genre de son doux dans l’air, il n’interrompait pas ma capacité à écouter cet immense être fait d’un nuage illuminé, qui, je m’en suis finalement rendu compte, était l’un des puissants anges du Seigneur.

« Tu dois redescendre. Ton heure n’est pas encore venue. » A-t-il poursuivi « …tu dois retourner à ton corps. »

Soudain il est devenu grave. D’une certaine manière, j’ai compris qu’il fallait vraiment que je reparte. J’ai regardé en bas. Le maître-nageur s’activait toujours intensément ; maintenant accompagné d’une personne que je ne connaissais pas. Plus tard, j’ai découvert qu’il s’agissait d’un médecin d’un hôpital voisin qui était venu nager ce jour là. Il pratiquaient la réanimation sur mon corps. J’ai ressenti leur anxiété, particulièrement celle du maître-nageur qui m’aimait beaucoup et avait l’habitude de m’appeler le « Garçon Poisson ».

Ensuite, en regardant vers le soleil, j’ai remarqué que le monde était empli d’une lumière brillante en plus de celle du soleil. J’ai voulu en voir plus… mais alors, malgré ma résistance, je me suis senti comme aspiré vers le bas, retombant rapidement dans mon corps. Peu après on m’a rapidement emmené en ambulance pour un examen complet à l’hôpital « Tel Hashomer » dans la ville de Ramat Gan.

Sortir de mon corps a été la chose la plus importante que j’ai vraiment voulu accomplir après cet incident. Jeune garçon, j’ai pris comme une promesse les mots de l’ange : « (…) tu reviendras ici le moment venu ». Chaque nuit j’ai demandé son aide pour qu’il m’indique comment remonter là haut. Je désirais ardemment cette expérience, flotter librement dans l’air. Mon souhait de liberté et le désir de voir le monde m’ont conduit à m’enrôler en tant que pensionnaire d’un collège sévère de la marine.

Pendant deux ans j’ai prié pour obtenir l’aide de cet ange afin de sortir de mon corps, mais rien ne s’est passé. Puis, par une froide soirée de décembre après une longue journée de travail à l’école et l’entraînement physique au pensionnat de la marine, j’ai décidé de faire une sieste, pendant que mes camarades de chambrée étaient allés au club de l’école. J’étais sur le point de fermer les yeux quand tout à coup, dans l’obscurité, j’ai remarqué que la chambre changeait de couleur, comme si elle s’emplissait de lumière, je suis resté allongé les yeux grand ouverts à observer l’étrange phénomène. Le centre de la lumière est devenu plus dense comme si un lourd nuage s’y coulait. Je me sentais complètement paralysé, collé au lit. Mon cœur battait rapidement tandis que je retenais ma respiration. Bientôt un rayonnement d’amour et de joie infinis a empli mon corps tout entier. L’ange était là et me regardait.

« Es-tu venu pour m’emmener avec toi ? » lui ai-je demandé.

« Non, ce n’est pas encore ton heure. Tu as beaucoup de travail à faire ici. Ta destinée exige bien plus. » a-t-il dit.

« Je suis venu ici pour réaliser ton rêve. Il est temps pour toi d’apprendre à sortir de ton corps d’une manière simple, en utilisant ta propre volonté. » a-t-il continué.

Ensuite, il m’a enseigné étape par étape comment me préparer à quitter mon corps. Soudain il m’a dit de lui donner la main. Ce soir là, j’étais particulièrement épuisé, mais j’ai soigneusement suivi ses instructions et je lui ai donné la main. Il ne s’agissait pas de ma main physique, je m’en suis vite rendu compte. Elle s’est séparée de mon être physique. Tout à coup, je me suis retrouvé totalement hors de mon corps, je me sentais tellement éveillé, vif, frais et joyeux. Cette nuit a été le point de départ de nombreuses nuits d’aventures et de leçons données par les anges dans le royaume hors-du-corps. J’avais coutume de quitter mon corps après l’extinction des feux du dortoir. En regardant en bas, je voyais mes camarades de chambrée endormis profondément, y compris mon propre corps. Bien sûr, je n’ai pas osé parler de mes voyages hors-du-corps. J’étais certain que bien qu’étant l’un des meilleurs élèves du pensionnat de la marine, on me renverrait de l’école si j’en mentionnais ne serait-ce qu’une partie.

Mon apprentissage spirituel a été fait de manière télépathique en une série de cours avec l’ange Lamdiel pendant que je me trouvais hors de mon corps, flottant et buvant les paroles de l’ange. Mais avant cela, j’ai dû me porter volontaire pour aider les autres. Je n’avais que 15 ans à l’époque, mais je l’ai fait.

L’apprentissage comportait des informations sur d’autres vies dans l’Univers, l’origine de l’humanité sur la terre, la réalité interne de la matière, les vitesses, l’énergie et de nombreuses données qui soulignaient ou contredisaient totalement ce que j’apprenais alors en sciences à l’école.

Mais l’un des événement les plus passionnants fut lorsque l’ange m’a parlé de l’avenir de l’humanité.

« Aujourd’hui j’ai un message très important pour toi. » A-t-il dit.

En un éclair nous nous sommes retrouvés dans l’espace, en train de regarder en bas, une grande excitation a gagné toute mon âme. Une planète bleue se trouvait là en bas.

« La planète Terre ! » Me suis-je écrié avec joie.

Imprégné de sentiments d’amour, je ne cessais de regarder vers le bas, absorbant la scène dans mon âme. Ce sont des instants que je n’oublierai jamais.

Ce qui suit est un message authentique donné par Lamdiel, ange de Dieu. (Il est tiré de « The Ultimate Prophecy – Book One. »

« Vous, l’espèce humaine sur la Terre, avez parcouru un long chemin dans votre processus d’évolution et, bientôt, vous allez pénétrer dans une nouvelle ère pour vos vies, c’est l’étape suivante, majeure de votre processus évolutionnaire(…)

Je t’ai déjà enseigné le concept des formes de vie avancées, telles que l’être humain qui est, en fait, un composé de vies dans la vie, dans la vie. Chaque fois une nouvelle forme de vie plus avancée émerge de l’unification des précédentes… explorons cela plus en détail. C’est important parce que la compréhension de ce concept va t’aider à saisir la destinée de l’humanité(…)

Tu sais que l’être humain est en fait un groupe de vies combinées. Il est bâti à partir de particules plus petites, ou de formes de vie plus petites, qui sont les cellules de ton corps. Mais l’histoire n’est pas terminée. Les cellules de ton corps sont aussi composées de particules plus petites qui sont également vivantes. Elles ne sont pas considérées comme vivantes par vos scientifiques. Néanmoins, elles comportent leur forme de vie plus simple. Vos chercheurs les appellent molécules. Ces formes de vie sont organisées en un code spécifique, créant les protéines et les cellules vivantes de ton corps, qui à leur tour, créent le corps humain. A nouveau, David, il ne s’agit pas du début de la forme de vie composée. Ces molécules sont également composées de particules plus petites : les atomes(…)

Sur le plan physique, sur Terre, les atomes sont considérés par vos scientifiques comme les plus petits fondements ou la base ultime de la matière physique. L’aspect vivant de l’atome est ignoré, cependant, sous une forme beaucoup plus simple, les atomes ont leur propre petit esprit qui vit en eux(…)

En réalité, les esprits des atomes ne sont pas le début de l’histoire. Ainsi que tu te rappelles des leçons précédentes, chaque atome est composé de nombreux sous-atomes 7, qui sont composés de sous-atomes 6 et ainsi de suite jusqu’au sous-atome 1. Chaque sous-atome 1, avec les éléments vivants purs sur le plan infini, est le fondement de base de la matière et de la vie dans l’Univers(…)

Si tu as suivi la structure composée des vies dans les vies, tu as probablement remarqué qu’une seule personne est , actuellement, l’un des complexes de vie les plus avancés sur Terre. Mais est-ce la fin de l’histoire de l’évolution ? (…)

Un être humain sur Terre n’est pas l’aboutissement du système de regroupement. L’étape à venir du processus d’évolution est l’une des plus stupéfiantes(…)

A l’image des cellules de ton corps, toute la population humaine de la Terre va former le prochain groupe en tant que nouvelle vie composée. Par l’unification de tous les humains sur la planète Terre, une nouvelle forme de vie géante va émerger, possédant un esprit bien plus grand à l’intérieur des âmes humaines(…)

A l’image des liaisons énergétiques entre les cellules de ton corps, en parallèle aux connexions physico-chimiques entre tes cellules, il existe des liaisons énergétiques invisibles entre tous les humains, même entre les ennemis d’aujourd’hui. Les liens qui vous relient mutuellement les uns aux autres sont bien plus forts que les besoins de l’individu ou même que la vie de l’individu. Par conséquent, ces liaisons énergétiques touchent chaque personne sur Terre qu’elle en soit consciente ou non(…)

Partout sur la planète Terre, un nombre croissant d’humains est en recherche permanente d’un sens à la vie, car ils éprouvent un sentiment de vide spirituel en eux. Ce vide dans l’âme des gens les force à le combler d’une manière ou d’une autre, par une activité spirituelle ou métaphysique. C’est en partie la raison pour laquelle les hommes établissent des religions ou des cultes ou s’y consacrent. Le vide dans l’âme des humains est aussi le facteur qui les forcera à se lier plus encore les uns aux autres… ce ne sera pas un processus de liaison physique comme pour les cellules de ton corps…mais émotionnellement, mentalement et spirituellement, un fait qui mènera à un événement évolutionnaire sur Terre(…)

En ce moment même, l’humanité est en train de lier plus fortement chaque humain à tous les autres. Cela s’accomplit de manière invisible, mais les individus sensibles peuvent en ressentir les effets sur toute la planète, en particulier la puissante pensée collective surconsciente, qui va être bien plus forte dans un proche avenir. De même, l’accroissement des nouvelles technologies touchent bien plus l’humanité qu’on ne peux le supposer de prime abord. Cela va vous influencer consciemment et subconsciemment. Consciemment par les technologies avancées de l’informatique et des communications, subconsciemment par la transmission invisible des ondes de la radio, de la télévision et d’autres qui constituent en fait des liaisons énergétiques entre tous les hommes sur Terre, créant ainsi un genre de réseau d’énergie immense autour de la planète Terre, reliant plus encore toute l’humanité en un esprit subconscient et surconscient unique. Cette étape est le pré requis pour l’étape suivante majeure de l’évolution(…)

Ta planète est vivante…la planète et chacune des formes de vie qui y réside possède son propre esprit. La Terre est de façon permanente en communication avec ton âme. Ton évolution est aussi l’évolution de la planète. Les espèces vivantes sur Terre représentent son évolution vivante, mais les formes de vie les plus évoluées y sont les êtres humains. Ils représentent les fonctions les plus avancées de la planète, tout comme les cellules du système nerveux sont les cellules les plus évoluées de ton corps, celles qui sont le siège des liaisons avec une âme supérieure, l’âme humaine(…)

Ce processus est similaire à la manière dont les âmes des cellules se sont unies elles-mêmes et ont avancé dans l’étape suivante de l’évolution, afin de continuer et de croître en tant que partie d’une forme de vie plus grande qu’elles ont créée, qui dans les faits est une plante, un animal ou un humain(…)

Ensuite, les humains nouvellement unis ou liés énergétiquement, qui constituent en fait les formes de vie les plus évoluées sur la planète Terre, franchiront une étape supplémentaire dans le comblement de l’espace vide de leur âme. Ils vont se lier eux-mêmes à un esprit bien plus grand qui va s’unir avec toutes les âmes des hommes sur Terre, d’une manière similaire à celle par laquelle ta propre âme s’est unie avec les petites âmes des cellules nerveuses de ton corps(…)

Le nouvel, immense esprit géant coordonnera toutes les vies humaines dans le nouveau complexe de l’humanité unie… cet esprit aidera l’humanité à évoluer plus encore vers de nouveaux horizons dans l’Univers. Il s’agit de l’étape évolutionnaire réelle que de nombreuses planètes dans l’univers, qui sont passées par une progression identique de l’évolution, attendent afin de communiquer avec vous(…)

Ce processus peut paraître étrange, mais souviens-toi que ton propre corps a fait de même. Tes cellules vivantes, quand tu étais très jeune, un embryon de quelques semaines, désiraient ardemment une âme plus grande, qui est ton âme, pour qu’elle s’unisse à elles, pour amener une vie supérieure dans leurs vies. Elles avaient besoin de ton âme afin qu’elle aide les petites cellules à réaliser leurs propres besoins d’évolution. Ces besoins sont, en réalité, imprimés dans chacun des sous-atomes et dans chaque élément vivant de leur esprit. Tes cellules ont franchi une étape majeure dans le processus de l’évolution. Elles se sont unies à une âme plus grande… Elles se sont unies à ton âme afin de te créer toi, une forme de vie beaucoup plus évoluée que chacune d’entre elles prise séparément. Ce processus a énormément enrichi la vie des cellules. Leur vie a complètement changé. Elles sont devenues plus fortes, illuminées, pleine d’amour et de satisfaction. Elles sont devenues une partie d’une forme de vie plus grande avec une âme plus grande qui a rempli le vide dans leur propre petite âme. Elles ont franchi une étape majeure dans le processus de l’évolution qui fait partie de l’unification de toute vie dans l’Univers(…)

Vous, l’humanité entière, allez le poursuivre. Après le processus d’évolution des uns avec les autres, vous les humains sur Terre allez accomplir l’étape principale de l’évolution ultime en tant qu’individus humains, vous allez vous unir avec un esprit plus grand, immense. »

J’étais enthousiasmé. « Qui est cet esprit géant ? » J’avais l’impression que mon cœur battait à se rompre bien que j’aie été dans mon corps astral. L’ange a souri, puis a lentement répondu à ma question.

« Il va être un esprit puissant, immense, de forte intensité, du troisième niveau d’existence, du niveau des forces. Cet esprit va S’unir avec toute l’humanité sur la planète Terre. »

« Cela va créer une nouvelle entité immense, elle va énormément améliorer vos vies et pour toujours. Cet esprit est déjà bien connu de l’humanité sur Terre. De nombreuse personnes, sans le savoir, désirent déjà ardemment s’unir avec Lui. Elles prient consciemment pour obtenir Son aide, elles L’aiment. Dans un recoin de leur pensée subconsciente, tous les hommes sur Terre le savent déjà. Et qu’ils croient ou non en une religion établie, dans les temps de grand besoin la plupart des humains reconnaissent Son existence. Ils l’appellent : Dieu, Elohim, Yahve, Allah, le Père Céleste et par de nombreux autres noms. »


EMI d'Israël - www.nderf.org
Revenir en haut Aller en bas
mick
MODERATION
MODERATION


Date d'inscription : 10/11/2010
Féminin
Messages : 7760
Pays : canada
R E L I G I O N : chrétienne

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Lun 03 Mar 2014, 10:54 pm

  C'est comme ça que je m'imagine que la vie devrait être, 

nous sommes tous reliés les uns aux autres.

Par contre je me dis aussi que je ne suis pas sur la bonne 

planète pour penser comme ça.

Amicalement Mick
.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Lun 03 Mar 2014, 11:03 pm

@mick a écrit:
  C'est comme ça que je m'imagine que la vie devrait être, 

nous sommes tous reliés les uns aux autres.

Par contre je me dis aussi que je ne suis pas sur la bonne 

planète pour penser comme ça.

Amicalement Mick
.

Des milliers de personnes pensent comme toi. N'en doutes pas !

Quand la masse critique sera atteinte, le monde changera. C'est en cours ...
Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Masculin
Messages : 1005
Pays : France
R E L I G I O N : le Chemin,la Vie,la Vérit

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mar 04 Mar 2014, 1:40 am

Ce dernier témoignage d'un certain Israël est le plus réaliste. Il est impossible de nier l'évidence de notre origine terrestre. La Terre est notre Mère, étant nous-même composée de ses milliards de particules diversifiés provenant du lointain cosmos, depuis son origine, big-bang ou ce qu'il en fût. Ces particules sont passés par le feu incandescent de l'Esprit divin, et sont autant de diamants qui forme notre revêtement.
La signature initiale de cette mémoire quantique est écrite dans notre ADN. C'est un précieux cadeau que Dieu nous a offert, en nous donnant la vie, à partir d'un original Adam. À nous d'en être conscient, pour peu qu'on se souvienne.
.
La mort n'est qu'une fuite, une séparation, une dislocation violente de ce que nous sommes réellement, de notre Être Entier, qui doit son prolongement qu'à la Source de Vie qui coule en nous et qui remonte au origine du Dieu de Toute Éternité, Principe de Vie.
.
On le voit bien. Les NDE ne sont en rien une solution. D'une part, c'est une mauvaise interprétation de la mort, puisque ces gens n'ont jamais trépassés. Ils ont simplement explorés la région de leur "subconscient", qui est lié aux ondes, aux perceptions et tout ce qui s'ensuit (télépathie, voyance, visions, délires et autres..) Ce qui n'a rien d'exceptionnel, puisque ces choses, ils nous est tout aussi possible de les développer dans le présent quotidien.
L'évidence est que toutes ces personnes sont renvoyées sur terre, parce qu'une vie ne "s'acheve" en aucun cas dans la fuite vers la mort, qui est une séparation d'avec Dieu. Ça serait trop facile. Il n'y aura qu'à se suicider quand tout va mal. Mais quand le cordon est rompu, gare à la désillusion...!
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mar 04 Mar 2014, 2:05 am

Tous les témoignages sont réalistes puisqu'ils témoignent justement de ce qu'est leur auteur et donc du niveau spirituel auquel ils se situent. C'est cela l'idée !

Tu trouveras dans l'au-delà ce que tu t'attends à trouver en fonction de ce que tu es.

La terre est la mère de notre corps mais notre âme n'est pas d'ici.

Adam, c'est la mythologie chrétienne mais oui, cela devait ressembler à cela.

La mort n'est pas quelque chose de violent mais ce qui la précède peut l'être. Demande à ceux qui en sont revenus ou à ceux qui n'en sont pas revenus. Tu as le choix. Cela se fait en douceur et tout de suite bien entouré.

Il nous est en effet tout à fait possible d'explorer notre subconscient dans des circonstances normales par l'hypnose par exemple ou par beaucoup d'autres techniques qui ... aucune ne donne le même résultat magistral d'une NDE.

Je crains que les expérienceurs de NDE n'ont rien expérimenté du tout à partir de leur corps puisque leur cerveau ne fonctionne plus pendant l'expérience ... C'est confirmé.

Les NDE ne sont pas une solution de quoique ce soit mais un instantané de l'au-delà. Une expérience dont ils doivent témoigner une fois revenus. C'est ce qu'ils font. Juste un merveilleux cadeau (pas toujours ...) pour certains.

Il est bien précisé dans beaucoup de NDE que le suicide n'est pas une solution parce que nous ne sommes pas propriétaires de nos corps et que nous ne pouvons interrompre une vie en cours.

Si quelqu'un réalise une expérience magnifique dans une de ces expériences avec cordon, je vois mal pourquoi par après il vivrait le pire des enfers une fois sans cordon ...

Les NDE ne sont pas source de religion mais elles donnent une image de ce qui nous attend à travers les constantes dégagées par tous les expérienceurs. C'est tout.

Elles permettent aussi de remettre l'église au milieu du village en s'inscrivant en contradiction avec une partie de nos théologies mais aussi en rappelant aussi que l'Amour de Dieu est la seule chose qui existe et que l'amour du prochain est notre seul objectif.



Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Masculin
Messages : 1005
Pays : France
R E L I G I O N : le Chemin,la Vie,la Vérit

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mar 04 Mar 2014, 4:26 am

Eh bien, si les NDE ne sont pas tjrs un merveilleux cadeau, alors il y a de quoi se poser des questions. Cela prouve que ce n'est pas une vérité ni une fin en soi. Celui qui est descendu au enfers, aura du mal à s'en remettre, ouvrant une porte sur la peur pour le restant de ses jours, de revivre ces moments,
Et on ne peut parler de mort puisque ces gens ne le sont pas. Leur décorporation se produit tjrs de façon violente (choc, étouffement, intoxication, douleur aiguë etc...) créant un déséquilibre entre l'âme et le corps. Le fait de croire ensuite que la mort, "cad" le monde astral est la solution.
Je ne peux renier la mort puisque c'est un fait évident, mais je crois aussi en la résurrection par JESUS-Christ, qui pour moi est le seul vivant.
.
Sans parler de religion, mais la Bible, les prophètes qui se sont inspirés de Dieu, contient une vérité autre que tout ce que l'homme s'est imaginer jusqu'à présent.
L'histoire du premier couple, Adam et Eve n'est en rien un mythe. Ils sont nos premiers parents. Il n'y que l'homme pour en déformer la vérité. Les scientifiques parle d'évolution, mais cela revient au même.
Par contre, ceux qui (comme dans certains de ces témoignages) prétendent qu'ils se créent et prennent possession eux-même d'un corps sont des menteurs. Leur NDE les fait délirer...
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mar 04 Mar 2014, 4:49 am

Tout dépend de ta spiritualité au moment de ta NDE. Cela explique toujours les NDE négatives qui la plupart du temps se terminent en positive ...

Même les gens qui ont vécu une négative changent leur vie de manière très positive ayant bien compris ce qu'il faut mettre en place.

Ces gens sont bien morts au sens de la médecine. Voici un nouveau concept pour l'humanité (même s'il existe depuis toujours) : la mort provisoire.

La décorporation n'est jamais violente; ce sont les circonstances qui la précèdent qui parfois le sont. Les gens décrivent cela comme l'ouverture d'une bouteille de vin.

Si tu parle de JESUS, là, cela devient intéressant parce que Il n'est pas le seul, Il est l'Exemple. Rappelle-toi "Vous ferez ce que j'ai fait et bien d'autres choses encore".

Il est parti et revenu de Sa propre volonté via celle de Son Père.

Ce que les gens vivent via les NDE notamment est le même chemin sauf que ce n'est pas voulu, ce n'est pas contrôlé, le message pour l'humanité existe mais il est limité, ...

Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit. JESUS reste le Seigneur. Point.

Mais nous sommes des Christs en formation et nous vivons certains aspects de ce qu'Il est.

L'homme peut très bien s'imaginer ou vivre des séquences de l'au-delà puisque nous en venons et nous y retournons.

Peu m'importe qu'Adam et Eve soient ou non nos parents ou que plus logiquement sans doute un groupe d'individus a démarré la vie sur terre et l'expérience humaine.

Pourquoi appelons-nous Dieu le Créateur ? Parce qu'Il crée. Pas seulement une fois. En permanence. Il crée des expériences auxquelles nous collaborons. En tant que Fils de Dieu, nous sommes de petits créateurs. Tout simplement, nous créons les scénarios que nous vivons.

Je sais ... ça c'est plus difficile ...
Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Masculin
Messages : 1005
Pays : France
R E L I G I O N : le Chemin,la Vie,la Vérit

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mar 04 Mar 2014, 12:24 pm

@CHRISTOPHEG a écrit:


Dans l’obscurité il y avait de nombreuses ombres de personnes autour de moi, marchant sans aucun sentiment ni but (comme des zombies). J’ai vu à ma droite un être qui ne m’a pas montré son visage, j’ai pensé qu’il s’agissait de mon grand-père décédé, à cause du costume en cachemire anglais, de la cane et du chapeau qu’il portait quand il était en vie. Il m’a indiqué que je ne devais pas essayer de parler à ces gens parce qu’ils n’allaient pas me porter attention. Ils étaient dans leur propre rêve inconscient, marchant comme des robots. Cela m’a rendue triste et j’ai ressenti de la compassion à leur égard.
EMI de HAFUR - www.nderf.org

Tu vois ChristopheG, cela pourrait très bien en être ainsi, une fois que le cordon sera rompu.
Si je retiens cette information, c'est surtout que je me suis intéressé aux croyances des peuples indiens d'Amérique. Leurs anciens chamans avaient des connaissances poussés en occultisme et nombreux étaient ceux qui pratiquaient la sorcellerie. C'est ainsi qu'ils voyaient les morts, telles des zombies. Pour accroître leur pouvoir, ils utilisaient leurs énergies, non seulement ceux des morts trépassés mais également ceux d'autres esprits issus de l'élément astral...
Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Masculin
Messages : 1005
Pays : France
R E L I G I O N : le Chemin,la Vie,la Vérit

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mar 04 Mar 2014, 2:39 pm

@CHRISTOPHEG a écrit:


J’ai découvert que j’avais moi-même choisi de prendre un corps physique et de vivre ces expériences de vie. J’ai réalisé que j’avais perdu du temps en souffrant. Ce que j’aurais dû faire, c’était d’utiliser ma liberté pour choisir non pas la douleur, mais l’amour véritable dans tout ce qui advenait dans ma vie.

J’ai vu que j’avais moi-même conçu la vie que j’allais mener avant de venir volontairement dans ce monde,
EMI de HAFUR - www.nderf.org

Ben voyons, comme par enchantement, ce n'est qu'une fois dans l'astral, que cette demoiselle se remémore tout ce dont elle avait de A à Z, prévue de ce que sera sa vie sur terre!
Et comme il ne faut pas s'en étonner, depuis sa naissance jusqu'à sa fabuleuse histoire de NDE, elle avait tout oubliée du pacte qu'elle avait décidée sur les événements de sa future vie! Que c'est drôle!
Et maintenant que tout ce qu'elle avait prévue lui est revenue de mémoire, chaque instant de sa vie, chaque pas, chaque geste qu'elle fera n'aura plus rien de spontanée puisqu'elle sait déjà d'avance ce qui arrivera.
Ça n'a pas de sens! Personne ne choisit son destin d'avance, sauf si l'on a un destin tout particulier, comme celui de JESUS-Christ venu sauver le monde.
.
Et puis, quel prétention! Faut être sérieusement gonflé comme cette femme, de se dire qu'elle a décidée de son destin ne concernant qu'elle, et qu'elle va prendre un corps avant de venir sur terre, et une fois sur place, elle a tout oubliée jusqu'à ce qu'une NDE le lui fasse rappeler. Quelle farce! Cela ressemble à de l'anarchie! Excepté Christ venant dans le monde et quoiqu'on puisse inventer, la vérité, notre vie a commencée dans le ventre de notre mère. On ne fut rien avant cela.
.
Et maintenant qu'elle a pû récupérer son avenir, elle tout aussi bien lire l'avenir des autres.
Bref, tout cela m'inspire guère, Surtout quand on sait que dans les religions, Dieu interdit les sciences divinatoires et ont comprend pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mar 04 Mar 2014, 7:06 pm

@ZionRock a écrit:
@CHRISTOPHEG a écrit:


Dans l’obscurité il y avait de nombreuses ombres de personnes autour de moi, marchant sans aucun sentiment ni but (comme des zombies). J’ai vu à ma droite un être qui ne m’a pas montré son visage, j’ai pensé qu’il s’agissait de mon grand-père décédé, à cause du costume en cachemire anglais, de la cane et du chapeau qu’il portait quand il était en vie. Il m’a indiqué que je ne devais pas essayer de parler à ces gens parce qu’ils n’allaient pas me porter attention. Ils étaient dans leur propre rêve inconscient, marchant comme des robots. Cela m’a rendue triste et j’ai ressenti de la compassion à leur égard.
EMI de HAFUR - www.nderf.org

Tu vois ChristopheG, cela pourrait très bien en être ainsi, une fois que le cordon sera rompu.
Si je retiens cette information, c'est surtout que je me suis intéressé aux croyances des peuples indiens d'Amérique. Leurs anciens chamans avaient des connaissances poussés en occultisme et nombreux étaient ceux qui pratiquaient la sorcellerie. C'est ainsi qu'ils voyaient les morts, telles des zombies. Pour accroître leur pouvoir, ils utilisaient leurs énergies, non seulement ceux des morts trépassés mais également ceux d'autres esprits issus de l'élément astral...

Bonjour ZionRock,

Je suis bien d'accord avec ça mais ce que le gars décrit là ressemble terriblement à sa vie bien terrestre et avec cordon. Il faudrait lui demander quel image il a de lui-même et des autres autour de lui.

L'attitude des gens aussi dans cette NDE est bien terrestre ...

Tu ne vis pas autre chose dans l'au-delà que ce que tu es sur la terre, comme je te disais.

Il y toutefois deux différences importantes.

Sur terre, un fonctionnement centré sur ton égo peut durer toute ta vie. Dans l'au-delà, les expériences sont transitoires; les gens sont aidés de plus près que sur terre et finissent par se rendre compte de la Lumière.

Sur terre, un changement personnel te demande du temps et de l'énergie. Dans l'au-delà, la réalité nouvelle que tu créés est immédiate.

L'exemple que tu as choisi est en effet très intéressant.

Le niveau spirituel atteint par les chamans ou autre voyants actuels ne leur permet à mon sens de n'entrer en contact qu'avec les niveaux les plus bas du monde spirituel. Quand ils arrivent à prendre contact avec des êtres situés plus haut, ils ne reçoivent aucune information sur le lieu où se trouvent ces âmes supérieures ...

Comme tu le sais, toutes les âmes retournent à la Source, sans exception. Après, il faut voir le parcours ...

Mais tu connais les clés pour avoir un parcours direct. N'oublie pas.

Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mar 04 Mar 2014, 7:30 pm

@ZionRock a écrit:
@CHRISTOPHEG a écrit:


J’ai découvert que j’avais moi-même choisi de prendre un corps physique et de vivre ces expériences de vie. J’ai réalisé que j’avais perdu du temps en souffrant. Ce que j’aurais dû faire, c’était d’utiliser ma liberté pour choisir non pas la douleur, mais l’amour véritable dans tout ce qui advenait dans ma vie.

J’ai vu que j’avais moi-même conçu la vie que j’allais mener avant de venir volontairement dans ce monde,
EMI de HAFUR - www.nderf.org

Ben voyons, comme par enchantement, ce n'est qu'une fois  dans l'astral, que cette demoiselle se remémore tout ce dont elle avait de A à Z, prévue de ce que sera sa vie sur terre!
Et comme il ne faut pas s'en étonner, depuis sa naissance jusqu'à sa fabuleuse histoire de NDE, elle avait tout oubliée du pacte qu'elle avait décidée sur les événements de sa future vie! Que c'est drôle!
Et maintenant que tout ce qu'elle avait prévue lui est revenue de mémoire, chaque instant de sa vie, chaque pas, chaque geste qu'elle fera n'aura plus rien de spontanée puisqu'elle sait déjà d'avance ce qui arrivera.
Ça n'a pas de sens! Personne ne choisit son destin d'avance, sauf si l'on a un destin tout particulier, comme celui de JESUS-Christ venu sauver le monde.
.
Et puis, quel prétention! Faut être sérieusement gonflé comme cette femme, de se dire qu'elle a décidée de son destin ne concernant qu'elle, et qu'elle va prendre un corps avant de venir sur terre, et une fois sur place, elle a tout oubliée jusqu'à ce qu'une NDE le lui fasse rappeler. Quelle farce! Cela ressemble à de l'anarchie! Excepté Christ venant dans le monde et quoiqu'on puisse inventer, la vérité, notre vie a commencée dans le ventre de notre mère. On ne fut rien avant cela.
.
Et maintenant qu'elle a pû récupérer son avenir, elle tout aussi bien lire l'avenir des autres.
Bref, tout cela m'inspire guère, Surtout quand on sait que dans les religions, Dieu interdit les sciences divinatoires et ont comprend pourquoi.

Personne sur terre ne connaît sa mission. Elle ne nous est révélée que morceau par morceau quand cela est jugé bon. C'est vrai pour toi, pour moi et ... pour elle.

Evidemment, quand tu repasses par la Source, tu te souviens de tout. C'est d'ailleurs assez logique, sinon tu n'accepterais jamais de revenir dans ce bas monde ...

Sauf que quand tu reviens, tu dois laisser cette connaissance pour les raisons dont je viens de parler. Tu ne te souviens que du comment faire et cela elle le décrit très bien : "utiliser ma liberté non pour choisir la douleur mais l'amour véritable".

Cette fille aussi quand elle est revenue ne connaît pas sa mission, pas plus qu'avant. D'ailleurs, elle n'en parle pas parce qu'elle l'a oublié. Elle se souvient seulement qu'elle est fortement accompagnée parce que sa mission est difficile.

N'oublie pas que nous connaissons tous la nature de notre mission mais pas son scénario. Si nous connaissions tout, l'expérience terrestre n'aurait aucun sens; nous n'aurions rien à apprendre ....

Oui évidemment. JESUS connaissait le processus de A à Z. Mais en tant qu'homme, Il a douté quand-même l'espace d'un instant ...

Je pense qu'il ne faut pas sous-estimer ce que nous sommes. Nous sommes bien plus grands et bien plus puissant que ce que nous pensons. Pour moi, les âmes existent depuis toujours et pour toujours.

Nous travaillons en collaboration avec Dieu; nous ne sommes pas des pantins matérialisés. Notre mission est choisie de concert avec le Créateur car nous sommes tous des petits créateurs individualisés temporairement de Lui-même.

Le passage dans le ventre de notre mère n'est que l'étape de matérialisation.

Les sciences divinatoires, c'est jouer au casino. Pas très intéressant.

Les NDE ne font que recadrer ceux qui en ont besoin, c'est tout.  Wink 



Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mar 04 Mar 2014, 9:28 pm

"Des scientifiques, des médecins, des psychologues, des prêtres, des mystiques et autres se sont tous assemblés afin d’obtenir une meilleure compréhension du phénomène EMI. C’est une chose que de nombreuses personnes, comme moi-même, ont vécu ; nous avons été rappelés pour enseigner et raconter nos expériences à autrui.

On pourrait à juste raison se demander pourquoi tant d’entre nous ont été renvoyés… tandis que d’autres sont restés dans l’au-delà. C’est principalement dû au fait qu’il nous fallait remplir une mission et accomplir quelque chose de significatif dans nos propres vies… et aussi honorer un engagement particulier afin d’aider l’humanité à se rendre compte finalement qu’en fait la mort n’existe pas. Simplement, nous « progressons » et continuons d’évoluer dans notre voyage de retour vers la Lumière.

L’expérience

Au milieu des années 70, j’étais confrontée à la maladie en phase terminale, un cancer du côlon, ma vie déclinait. La plupart du temps j’étais clouée au lit, mais je parvenais parfois à m’asseoir pendant de courtes périodes. Etant du genre contemplative, j’écoutais et j’observais sans arrêt, intégrant les choses et essayant de comprendre la sagesse profonde sous tendant ce qui m’arrivait, ainsi que la direction vers laquelle tout cela me menait.

En conséquence, je suis devenue plus réservée et détachée…tandis que j’observais, toutes les choses autour de moi ont commencé à changer. La matière solide est devenue plus translucide et comme fluide ; les couleurs sont devenues plus nettes et vibrantes ; les sons étaient plus clairs et nets… etc.. Je ne parvenais plus à comprendre quoi que ce soit d’imprimé sur une page, car cela ne signifiait plus rien pour moi dans cet état de conscience modifié. C’était comme essayer de lire et de comprendre une langue étrangère ! J’avais déjà quasiment quitté le royaume tridimensionnel… ma conscience englobait d’autres choses.

Je suis entrée dans ce que j’ai plus tard appelé l’étape « autre dimension ». Dans cet état, tout était modifié. Je suis arrivée à un stade où ma conscience était déjà en train de passer d’un monde à un autre, j’étais mieux consciente d’autres réalités dans d’autres dimensions. Je voyais et percevais inter-dimensionnellement des choses ainsi que d’autres êtres même si, d’une certaine manière, j’étais encore consciente sur le plan physique.

Je me suis depuis rendu compte que de nombreux mourants le vivent…( par exemple dans les hôpitaux, les maisons de retraite et autres hospices), alors qu’un observateur pourrait penser qu’ils ont des hallucinations, ou qu’ils voient quelque chose ou quelqu’un qui n’est pas réellement là. Il s’agit en fait d’un état dans lequel on fait l’expérience (comme ce fut le cas pour moi) d’autres dimensions en restant simultanément dans le plan physique, car nous sommes en réalité des êtres multidimensionnels.

Je suis finalement tombée dans le coma le 26 décembre (Boxing Day) et j’ai, de façon ironique, été déclarée morte le 2 février, jour de mon anniversaire ! (Je suis maintenant titulaire de 2 bulletins de naissance !). Alors que pendant cinq semaines on a constaté que j’étais dans le coma, je vivais en fait une expérience tout à fait différente ! En regardant mon corps, on pouvait penser que j’étais sans connaissance… endormie… sans conscience de ce qui se passait… ou de quoi que ce soit. Pourtant, j’étais très consciente et profondément lucide, en effet, nous ne dormons jamais vraiment : seuls nos corps dorment.

Nous sommes constamment conscients… et actifs…à un niveau de conscience ou à un autre. Le simple fait de rêver lorsque nous dormons est une indication de l’activité permanente de notre conscience. En fait, nos corps ont besoin de repos, nous nous connectons donc… et vivons d’autres aspects de notre conscience et de notre être !

La meilleure manière dont je puisse décrire la transition entre être « vivant » dans le plan physique et le passage vers l’au-delà, c’est le passage d’une « pièce » à une autre. On ne cesse pas d’exister, on ne perd pas connaissance ; la conscience passe simplement d’un point de vue à un autre. Le vécu change, la vision change, les sentiments changent. Les sentiments que j’ai éprouvés étaient profonds. Pour moi, c’est très certainement la paix qui a dépassé toute compréhension…

Ma transition a été progressive en raison du stade terminal de la maladie, par opposition à la soudaineté de celle occasionnée par les accidents, les attaques cardiaques, etc.. J’ai pris conscience qu’un « Etre de Lumière » m’enveloppait. Tout était étonnamment magnifique, tellement vibrant et lumineux… et si plein de vie, oui de vie ! D’une manière qu’on ne pourrait ni voir ni vivre dans le plan physique. J’étais totalement et complètement enveloppée dans l’Amour divin.

C’était un amour inconditionnel… dans le plus authentique sens du mot. J’étais en communion permanente avec cette Lumière, toujours consciente de sa présence aimante, sans cesse à mes côtés. Je ne ressentais par conséquent aucun sentiment de peur quel qu’il soit, je n’étais jamais seule. Il s’agissait d’une opportunité particulière pour faire l’expérience de n’être qu’un avec TOUT, ne jamais être à part… jamais perdue.

Les couleurs étaient si belles, je regardais la Lumière tourbillonner autour de moi, dansant avec des pulsations… produisant des bruits de souffle… elle était tellement joueuse par moments… puis très sérieuse à d’autres. De nombreuses choses étaient lumineuses, avec un genre de couleur pêche. Tout était si vibrant, même lorsque j’ai vu l’espace profond ! J’étais constamment en pleine vénération… Il y avait toujours également des êtres magnifiques autour de moi, m’aidant… me guidant…me rassurant… et déversant aussi de l’amour en moi. Je n’étais jamais seule.

L’une des premières choses que je me souviens avoir vécu, c’est le passage en revue de la vie, il incluait tout ce que j’avais vécu jusqu’alors au cours de mon incarnation physique. C’était comme au cinéma, je regardais le film de ma vie, tout se produisait simultanément. Je pense que la plupart de ceux qui ont vécu une EMI seront d’accord avec moi, le passage en revue de la vie est l’un des aspects les plus difficiles de l’EMI. Voir sa vie entière défiler devant soi, avec toutes les pensées, les paroles, les actions, etc. peut en fait être très perturbant.

Pourtant, il est de fait que personne ne m’a jugée ! Je ne ressentais que l’amour divin m’enveloppant constamment, il émanait de l’Etre de Lumière qui se trouvait avec moi en permanence. Ce dont je me suis alors rendu compte, c’est que nous nous jugeons nous-mêmes ! Il n’y avait aucune « divinité masculine » assise sur un trône, qui m’aurait jugée (je ne m’attendais d’ailleurs pas non plus à voir un tel être). Je n’ai, de toute manière, jamais adhéré à ce type de mythe religieux. Il semblait que j’étais la seule à être gênée, la plus critique envers moi-même.

Malgré cela, j’ai réalisé que je ne me plaçais pas du point de vue de l’ego, mais plutôt depuis le moi de mon âme qui était beaucoup plus détaché, n’éprouvant pas les sentiments de charge émotionnelle, etc. Je ne m’identifiais plus à la personnalité du moi physique. Par conséquent, ce que je ressentais était très différent, provenant d’une perspective totalement autre, celle du moi de l’âme, mon identité Authentique.

Bien que je ne me sois plus trouvée dans mon corps physique, j’avais bel et bien une forme, un genre de corps. La meilleure manière dont je puisse le décrire c’est que je me sentais comme une bulle, flottant et vagabondant sans effort, quelquefois très rapidement… ou bien dérivant doucement. Je me sentais creuse à l’intérieure et tellement claire, j’avais même la sensation qu’une brise soufflait en moi. Je n’ai jamais éprouvé de sensation de faim, de soif, de lassitude ou de douleur. Ces choses ne m’ont en fait jamais traversé l’esprit !

Hélas, j’étais pure conscience, dans un corps de lumière à la forme éthérique et vagabonde… ou bien immobile, observant intensément…et toujours en pleine vénération. C’était une sensation tellement magnifique, j’ai ressenti un tel calme, un profond sentiment de paix et de confiance permanente. J’ai également fait l’expérience de ne pas être aveugle (je le suis avec mes yeux physiques, étant déclarée non voyante), quelle sensation de vénération et d’émerveillement : être en mesure de voir !

A un moment j’ai eu la sensation d’être pour ainsi dire en visite guidée, visitant et observant différents endroits, êtres et situations, c’était parfois très agréables, parfois très douloureux. La meilleure façon dont je puisse décrire cette « visite », c’est une enceinte avec des fenêtres, chaque vitre révélant quelque chose de différent… mais lorsque je me concentrais sur une vitre en particulier, je voyais soudain la vitre s’agrandir (tout à fait comme une fenêtre sur l’écran d’un ordinateur) je restais immobile, simplement à regarder…

Une des vitres a révélé une scène que l’on pourrait interpréter comme « l’enfer » ou le « purgatoire », des entités de couleur grise et sans visage y erraient sans but en gémissant. Il était clair qu’elles souffraient de grands tourments et de la peur. J’ai les ai vues comme des âmes blessées, ayant commis d’inexprimables atrocités au cours de leurs incarnations antérieures. J’ai utilisé l’analogie d’une âme « rétrograde », tout à fait comme une planète paraissant reculer.

Tandis que j’observais ces âmes, les sentiments qui prévalaient étaient une profonde compassion et un désir ardent de les réconforter. Je voulais tellement les voir soulagées de leur horrible souffrance. Mais hélas, aussi douloureuse qu’ait pu être cette scène, j’ai été rassurée en sachant que ces âmes n’étaient là que temporairement, qu’elles aussi allaient guérir et repartir vers l’avant, pour finalement retourner à la Lumière. Toutes les âmes, sans exception, retournent finalement vers la Lumière… selon ce qui m’a été révélé.

La scène décrite ci-dessus, menait à une autre scène, j’y ai vu des images de personnes que j’ai connues dans vie présente, à l’évidence elles étaient encore incarnées dans le plan physique, mais je les ai vues depuis l’au-delà dans une scène qui allait avoir lieu dans l’avenir (encore une fois, ce que l’on vit dans l’au-delà est toujours dans le « présent », même le « passé » et « l’avenir »). Il s’agissait de personnes qui avaient également commis des atrocités sous une forme ou sous une autre, des personnes qui m’ont horriblement violentée, moi ou des proches.

Mais la scène que je contemplais était celle de leur souffrance… à cause de ce qu’elles avaient fait, c’était très probablement le résultat karmique de leurs choix, de leurs actions, etc.. A nouveau, j’ai profondément ressenti de la compassion à leur égard…j’étais triste qu’elles aient dû endurer de telles souffrances, toutefois, je me rendais compte également que c’était inévitable. Pas une fois je n’ai éprouvé un quelconque sentiment de colère ou d’hostilité envers ces personnes… je voulais seulement les voir guéries… afin qu’elles aussi puissent connaître l’amour.

Je me souviens d’une autre scène où je me suis retrouvée dans un royaume constitué d’eau. J’ai contemplé toutes ses beautés et splendeurs, il était plein de vie. Puis, avant que je ne m’en rende compte, je me suis retrouvée sous l’eau sans avoir à me préoccuper de respirer ! Je vagabondais sans effort, fusionnant avec tout ce que j’avais d’abord observé depuis l’extérieur. La même chose m’est arrivée lorsque je suis allée dans l’espace… j’ai dansé et jailli avec tous les corps et lumières célestes. J’ai passé beaucoup de temps à jouer, à m’agiter avec tous les êtres de lumière, qui se déplaçaient tout autour de moi comme des comètes.

Ce fut l’occasion d’éprouver une grande joie, de me sentir tellement légère, totalement dénuée d’inquiétude ou de peur. Je pouvais me déplacer sans effort…m’adapter à tout environnement dans lequel je me retrouvais à un moment donné. Je pensais juste à quelque chose et cela se manifestait instantanément… ou bien je pensais à un endroit et hop ! j’y étais. Ah ! quelle sensation de ressentir une telle puissance, d’aller partout où je voulais être, de créer tout ce que je souhaitais…et aussi, de me sentir totalement libre !

Après avoir vécu la visite guidée, les aventures, les moments de jeu et de création, etc., les choses sont devenues plus sérieuses… je me suis à nouveau retrouvée en communion directe avec l’Etre de Lumière. On m’a alors demandé « d’assister » ou « d’aider » d’une certaine manière à la création et à la définition du résultat de certains évènements ou même de choses affectant autrui ! Moi ? Ce simple petit moi ? Oh mince alors ! ai-je pensé.

C’est une responsabilité sérieuse et grave. Je me sentais tellement honorée… et si humble… qu’on me demande de participer à un tel accomplissement… mais qu’allait-il se passer si je ne parvenais pas à jouer mon rôle comme il le fallait, me suis-je demandé. J’ai alors été assurée que tout allait fonctionner exactement comme c’était nécessaire, même si je ne parvenais pas à faire les choses comme on le souhaitait. Il semble que le point important dans tout cela, c’est que nous co-créons avec la Lumière… et nous faisons également partie de la Lumière.

En outre, peu importe ce qui arrive… la Source de la Lumière maîtrisera toujours la situation… Elle sera là pour faire se réaliser les choses… malgré toutes nos imperfections en tant qu’âmes. Comme c’est de bonne augure, alors, de réaliser qu’en tant qu’âmes, nous faisons partie de toute création, que nous prenons part dans le vrai processus créatif de celle-ci !

La pensée même, qu’on me demande d’aider à co-créer avec la Lumière, m’a fait me sentir profondément particulière et importante dans le grand plan des évènements, mais en aucun cas du point de vue de l’ego. Comme je l'ai mentionné plus haut, je ressentais une humilité tellement profonde, ainsi qu’un sérieux sens des responsabilités vis à vis de chaque pensée et action que j’élaborais. Ma seule pensée était de vouloir faire ce qui est bien. Combien il était important que je sois très aimante et créative… et jamais nuisible d’une manière quelconque… voilà le don.

Je me suis rendu compte à ce moment là à quel point j’étais reliée avec toute vie… dans tous les univers… Je sentais que je ne faisais qu’un avec Tout, jamais séparée, jamais à part. Encore une fois, il n’y avait pas de crainte. Encore une fois, il n’y avait que de l’amour. Eternellement et pour toujours je ne serai jamais plus solitaire…car je n’allais jamais être seule. Il est impossible d’être seul, car la vie est partout ; l’amour est partout… c’est ce qui me portait et qui est resté avec moi.

J’ai tellement chéri cette communion avec la Lumière. Tout a été communiqué par télépathie, que ce soit avec la Lumière ou d’autres êtres, amis ou proches. Cela n’avait pas d’importance. C’était toujours honnête, ouvert et authentique…et c’était toujours fait avec amour. « porter un masque » ou la nécessité de se cacher n’existe pas dans l’au-delà. Personne n’est là pour blesser en quelque manière que ce soit, absolument pas, car il n’y a pas de sentiment de manque… ni de besoin de « dérober » le pouvoir ou l’énergie de quelqu’un d’autre. On fonctionne en tant qu’âme, pas en se centrant sur l’ego ou la personnalité. Il est agréable de réaliser que l’on aura tout ce dont on a besoin, car on a la capacité et la puissance pour le créer instantanément !

Alors que la situation semblait changer…j’ai eu comme la sensation que quelque chose de sérieux était sur le point de m’arriver. On m’a alors dit que j’allais devoir repartir vers le monde étranger (physique) que j’avais laissé derrière moi, que l’on y avait besoin de moi pour quelque chose de très particulier et important. Il me fallait repartir pour raconter ce qui venait juste de m’arriver…faire savoir à autrui que la vie est, en effet, éternelle et que la mort n’est qu’une illusion.

A un niveau personnel, on m’a dit que je devais vivre beaucoup d’amour et de joie dans ce monde… ensuite, j’allais enfin pouvoir revenir Chez moi. On m’a alors assurée que c’était réel… que je pouvais croire en ce que je venais d’apprendre dans ce magnifique royaume, non seulement à mon sujet… mais aussi à propos de toute vie. On m’a également dit, cependant, que le monde vers lequel je revenais est une illusion et que je ne devais pas m’identifier à lui ni m’y impliquer, il me fallait y être, pas en être, je ne faisais que passer…

Dire que mon cœur s’est effondré serait sous estimé. C’était la première fois que mon cœur se brisait dans l’au-delà. La pensée même de quitter ce royaume sacré, où je me trouvais en communion constante avec la Lumière et d’autres êtres…me déchirait d’une façon qu’il m’est impossible de décrire. Je savais à quel point ce monde étrange et illusoire, dans lequel on me demandait de retourner, était sombre et de mauvais augure… c’est en fait un monde avec lequel je ne me suis jamais identifié !

Cependant, j’ai une fois de plus été assurée que la Lumière et les autres êtres aimants seraient toujours avec moi tout le temps… j’allais me souvenir que je ne suis jamais seule. Alors, il n’y avait, Dieu merci, toujours aucun sentiment de crainte, uniquement du chagrin, mais je réalisais que je devais honorer la volonté divine, qui me faisait cette demande.

Tandis que j’acceptai cette mission avec réticence, j’ai soudain vu apparaître devant moi un être extrêmement beau, il déversait, jusqu’à déborder, un immense amour en moi. C’était comme un cadeau pour moi… pour avoir accepté la douloureuse requête de partir de chez moi, dans l’au-delà, pour retourner dans un monde qui m’est tellement étranger. Cet être m’aimait très profondément, il est resté avec moi, continuant à rayonner de l’amour et des sons…il m’a été précisé qu’il allait toujours être à mes côtés.

J’ai commencé à repartir vers ce monde de manière très semblable à celle dont je l’avais quitté. Ce fut une transition très progressive. J’ai alors été mieux consciente de mon corps allongé dans l’unité de soins intensifs de l’hôpital, il était raccordé à un système d’assistance, mais encore trop distinct de moi depuis le point de vue qui était le mien dans l’au-delà. Lorsque j’ai finalement repris connaissance dans ce plan, j’étais comme un enfant nouveau-né. Tout était tellement étrange et neuf ! Je venais juste d’arriver d’un autre monde, littéralement. En comparaison, ce monde apparaissait tellement sombre et dénué de couleur. Tout était terne et me semblait plat.

Je ne ressentais pas la force de vie dont j’avais fait l’expérience dans l’au-delà… j’étais cependant résolue à honorer la volonté de la Lumière pour l’accomplissement de laquelle j’avais été renvoyée. J’avais une mission… une promesse particulière m’avait en retour été faite.

Même à l’hôpital, j’avais conscience que l’Etre de Lumière était toujours présent à mes côtés… communiquant avec moi. J’avais également toujours conscience d’autres êtres proches de moi, êtres dont j’ai réalisé seulement plus tard que j’étais la seule à les voir et les entendre. Finalement, l’Etre de Lumière a un jour disparu de la vision de ma conscience de

Mortelle… j’ai alors su que j’étais totalement de retour dans ce monde. A nouveau j’ai eu le cœur brisé, mais je n’avais toujours aucune crainte…croyant et faisant confiance à la promesse de ne jamais être seule…et c’est ce qui s’est produit…

Cette expérience de mort imminente (que je préfère appeler Expérience de Vie Eternelle) m’a laissé un sentiment de triomphe et de vénération tellement profond. J’ai également appris autre chose : la peur est un état acquis et non pas naturel. C’est quelque chose que l’on apprend, qui n’est pas lié au moi de l’âme. L’amour est la force qui prévaut en tous temps… peu importe comment les choses peuvent apparaître dans ce monde de dualité et d’illusion.

Ce n’est qu’un hologramme, créé par la conscience collective, pour le bénéfice de la croissance et de l’évolution. Par conséquent, ce qui s’est produit dans l’au-delà, pour moi, était une opportunité particulière de vivre… et de savoir, avec une certitude absolue, que tout évolue exactement comme il se doit… que la destinée ultime pour tout être vivant est de retourner à la Source, La Lumière…Pur Amour."

EMI de Juliet N - www.nderf.org  Very Happy   
Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Masculin
Messages : 1005
Pays : France
R E L I G I O N : le Chemin,la Vie,la Vérit

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mer 05 Mar 2014, 7:35 am

@CHRISTOPHEG a écrit:
"Des scientifiques, des médecins, des psychologues, des prêtres, des mystiques et autres se sont tous assemblés afin d’obtenir une meilleure compréhension du phénomène EMI. C’est une chose que de nombreuses personnes, comme moi-même, ont vécu ; nous avons été rappelés pour enseigner et raconter nos expériences à autrui.

On pourrait à juste raison se demander pourquoi tant d’entre nous ont été renvoyés… tandis que d’autres sont restés dans l’au-delà. C’est principalement dû au fait qu’il nous fallait remplir une mission et accomplir quelque chose de significatif dans nos propres vies… et aussi honorer un engagement particulier afin d’aider l’humanité à se rendre compte finalement qu’en fait la mort n’existe pas. Simplement, nous « progressons » et continuons d’évoluer dans notre voyage de retour vers la Lumière.

L’expérience

Au milieu des années 70, j’étais confrontée à la maladie en phase terminale, un cancer du côlon, ma vie déclinait. La plupart du temps j’étais clouée au lit, mais je parvenais parfois à m’asseoir pendant de courtes périodes. Etant du genre contemplative, j’écoutais et j’observais sans arrêt, intégrant les choses et essayant de comprendre la sagesse profonde sous tendant ce qui m’arrivait, ainsi que la direction vers laquelle tout cela me menait.

En conséquence, je suis devenue plus réservée et détachée…tandis que j’observais, toutes les choses autour de moi ont commencé à changer. La matière solide est devenue plus translucide et comme fluide ; les couleurs sont devenues plus nettes et vibrantes ; les sons étaient plus clairs et nets… etc.. Je ne parvenais plus à comprendre quoi que ce soit d’imprimé sur une page, car cela ne signifiait plus rien pour moi dans cet état de conscience modifié. C’était comme essayer de lire et de comprendre une langue étrangère ! J’avais déjà quasiment quitté le royaume tridimensionnel… ma conscience englobait d’autres choses.

Je suis entrée dans ce que j’ai plus tard appelé l’étape « autre dimension ». Dans cet état, tout était modifié. Je suis arrivée à un stade où ma conscience était déjà en train de passer d’un monde à un autre, j’étais mieux consciente d’autres réalités dans d’autres dimensions. Je voyais et percevais inter-dimensionnellement des choses ainsi que d’autres êtres même si, d’une certaine manière, j’étais encore consciente sur le plan physique.

Je me suis depuis rendu compte que de nombreux mourants le vivent…( par exemple dans les hôpitaux, les maisons de retraite et autres hospices), alors qu’un observateur pourrait penser qu’ils ont des hallucinations, ou qu’ils voient quelque chose ou quelqu’un qui n’est pas réellement là. Il s’agit en fait d’un état dans lequel on fait l’expérience (comme ce fut le cas pour moi) d’autres dimensions en restant simultanément dans le plan physique, car nous sommes en réalité des êtres multidimensionnels.

Je suis finalement tombée dans le coma le 26 décembre (Boxing Day) et j’ai, de façon ironique, été déclarée morte le 2 février, jour de mon anniversaire ! (Je suis maintenant titulaire de 2 bulletins de naissance !). Alors que pendant cinq semaines on a constaté que j’étais dans le coma, je vivais en fait une expérience tout à fait différente ! En regardant mon corps, on pouvait penser que j’étais sans connaissance… endormie… sans conscience de ce qui se passait… ou de quoi que ce soit. Pourtant, j’étais très consciente et profondément lucide, en effet, nous ne dormons jamais vraiment : seuls nos corps dorment.

Nous sommes constamment conscients… et actifs…à un niveau de conscience ou à un autre. Le simple fait de rêver lorsque nous dormons est une indication de l’activité permanente de notre conscience. En fait, nos corps ont besoin de repos, nous nous connectons donc… et vivons d’autres aspects de notre conscience et de notre être !

La meilleure manière dont je puisse décrire la transition entre être « vivant » dans le plan physique et le passage vers l’au-delà, c’est le passage d’une « pièce » à une autre. On ne cesse pas d’exister, on ne perd pas connaissance ; la conscience passe simplement d’un point de vue à un autre...........


EMI de Juliet N - www.nderf.org  Very Happy  

D'un point de vue thérapeutique, ce récit paraît plus authentique, plus proche de ce qu'est une NDE, puisque la personne à pris le soin d'analyser son expérience de fond en comble.
À aucun moment elle ne parle de projection astralé, mais de 'point de vue à un autre,' "d'une dimension à une autre dimension".
Et c'est exactement cela!
Passer d'une pièce à une autre, d'une conscience à une autre conscience est tout à fait différent d'une projection astrale.
Que l'on vive ce genre d'expérience dans la réalité ou en étant dans le coma, l'effet sera le même. Être conscient qu'il existe d'autres consciences en nous.
Son récit ne fait aucune référence à une projection ou un tonnel quelconque. C'est son sub-conscient qui entre en jeu.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mer 05 Mar 2014, 7:47 am

Cher ZionRock,

Avant tout, je voulais te dire que c'est un plaisir d'échanger avec toi. Cela m'enrichit vraiment et je t'en remercie.

Il faut à mon avis oser.

Cela fait peur mais ça vaut la peine.

Quand ta voiture ne fonctionne plus, que tu l'a réparée dix fois mais qu'elle ne va toujours pas. Qu'est ce que tu fais ? Tu la liquides et tu en prends une autre.

En attendant, tu es sans voiture et peut-être pas si mal que cela.  Razz  Je rigole.

Ton corps est une enveloppe. Quand tu auras fini avec lui, tu t'en sépareras, sans aucun problème.

Tu n'es pas ton corps. Définitivement. Tu n'es pas non plus ton conscient, ton subconscient, ton inconscient, ...

Tu es un être distinct. C'est cela, la leçon des NDE.

Revenir en haut Aller en bas
ZionRock
.
.


Date d'inscription : 27/06/2012
Masculin
Messages : 1005
Pays : France
R E L I G I O N : le Chemin,la Vie,la Vérit

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mer 05 Mar 2014, 11:06 am

@CHRISTOPHEG a écrit:
Cher ZionRock,

Avant tout, je voulais te dire que c'est un plaisir d'échanger avec toi. Cela m'enrichit vraiment et je t'en remercie.

Il faut à mon avis oser.

Cela fait peur mais ça vaut la peine.

Quand ta voiture ne fonctionne plus, que tu l'a réparée dix fois mais qu'elle ne va toujours pas. Qu'est ce que tu fais ? Tu la liquides et tu en prends une autre.

En attendant, tu es sans voiture et peut-être pas si mal que cela.  Razz  Je rigole.

Ton corps est une enveloppe. Quand tu auras fini avec lui, tu t'en sépareras, sans aucun problème.

Tu n'es pas ton corps. Définitivement. Tu n'es pas non plus ton conscient, ton subconscient, ton inconscient, ...

Tu es un être distinct. C'est cela, la leçon des NDE.


Cher ChristopheG, c'est tout autant un plaisir pour moi de débattre de ce sujet qu'est l'astral. Désolé de passer mon temps à te contrarier dans tes convictions, mais j'estime nécessaire de démystifier certaines choses à propos de ces NDE.
Je n'ai de l'astral, qu'une connaissance approximative mais assez tt de même pour en discuter de façon lucide.
La mort, oui, elle nous rattrapera tot ou tard. Ces NDE sont peut-être la "clé" de ceux qui l'ont vaincus. En tout cas, elle ne m'effraie pas à ce point. Ceux qui font le mal de façon intentionnel, eux, devraient la craindre.
Quant à la palette des niveaux de consciences, c'est une façon de parler "d'étapes" conduisant à l'ultime Lumière.
L'article de PMH Atwater: Mystères et Révélations des NDE que tu as posté plus haut, résume à sa manière ces étapes, en parlant des fréquences radio.
Revenir en haut Aller en bas
CHRISTOPHEG
Co-Admin
Co-Admin
avatar

Date d'inscription : 21/10/2013
Masculin
Messages : 19136
Pays : Belgique
R E L I G I O N : Trinitaire

MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   Mer 05 Mar 2014, 8:59 pm

On ne peut pas dire que cela soit pour moi des convictions telles que mes convictions religieuses par exemple. Par contre, je suis très interpellé.

On peut ne pas avoir de peur par rapport à la mort sur base de sa foi mais de là à s'en réjouir sans la provoquer, il y a une marge ...

D'après ces témoignages, nos théologies quelles qu'elles soient me semblent exactes mais déformées. Déformées par le temps et les hommes sans doute.

Sur les 1000 témoignages que j'ai lu, plus de 95% parlent de l'amour inconditionnel. Or, nos religions ont souvent plutôt vendu la crainte que l'amour.

Quant aux NDE, ce sont les médecins qui en parlent le mieux : anesthésistes, cardiologues, psychiatres, les Charbonnier, Van Lommel, Moody, ...

Cela devient de plus en plus difficile de nier qu'il existe quelque chose après la mort. Ce que les théologiens savent depuis longtemps (malgré leurs dérives), les scientifiques commencent à le découvrir.

C'est assez passionnant comme sujet.   

En plus, les histoires sont magnifiques ce qui ne gâche rien.  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La petite NDE/EMI du jour   

Revenir en haut Aller en bas
 

La petite NDE/EMI du jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 34Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 18 ... 34  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Bricolage] - Petite idée du jour....
» Pensée du Jour du 12/09/2011
» Petite réplique du jour : Une parole de Jésus à Don Camillo.
» Découverte de la deuxième plus petite exoplanète à ce jour
» Kalapa/attha-kalapa (en PALI) : la plus petite particule...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: Accueil du forum :: . :: PARANORMAL-