*** Forum Religions ***
Bonjour et bienvenue sur le forum.


Vous êtes invité à visiter et à vous inscrire sur ce site de dialogues.

L'inscription ne prend que quelques secondes afin que vous puissiez profiter pleinement des fonctions de ce forum religions.

*** Une fois votre inscription terminé, merci de cliquer sur le lien dans votre boite e-mail. ***


Pour le staff,

Nicodème.

Ps : si vous avez oublié votre mot de passe, cliquer sur " mot de passe oublié " puis aller dans votre boite e-mail Smile

*** Forum Religions ***

- - - Dialogues inter-religieux- - -www.forum-religions.com - - -
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Bible  Coran  D I C O  LIBRAIRIE  ConnexionConnexion  BLOG  
...BIENVENUE SUR LE FORUM, les membres du staff sont à votre disposition pour rendre votre visite sur ce site plus agréable...
Règlement du forum à prendre en compte, vous le trouverez dans la section " vie du forum ".
"Pour participer au forum, merci d'aller vous présenter dans la section ci-dessous"

 | 
 

 La Vierge Marie et la Sainte des saintes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicodème
FONDATEUR
FONDATEUR
avatar

Date d'inscription : 28/05/2008
Masculin
Messages : 18984
Pays : France
R E L I G I O N : Catholique

MessageSujet: La Vierge Marie et la Sainte des saintes   Mar 12 Mai 2009, 6:53 pm

Citation :
Pascale Watine, théologienne catholique
cliquer ici pour consulter le texte complet

1 Un peu d’histoire

Marie n’a été pour rien dans la rupture des Églises au XVIème siècle. Marie n’a pas été la cause de la séparation, mais elle en est devenue la victime. Il faut savoir que la doctrine mariale des temps de la Réforme était très proche de celle des catholiques. Luther a d’ailleurs écrit un très beau commentaire sur le Magnificat. Des écrits réformés témoignent également d’une grande vénération à Marie, il suffit de lire le traité intitulé: « De l’honneur qui doit être rendue à la sainte Vierge Marie », publié en 1633, pour en être convaincu. Donc la Réforme protestante au XVIe siècle n’a pas d’abord été hostile à Marie. Elle a surtout été hostile aux indulgences et aux abus du clergé, d’où au départ, son désir de réformer l’Église

2 Un peu d’histoire

C’est seulement à partir du XVIIIe siècle que les protestants se sont raidis vis-à-vis de Marie, suite à des développements de la mariologie. Il y a eu tellement d’abus, d’excès de dévotions mariales chez les catholiques que les protestants avaient beaucoup de mal à nous entendre parler de Marie. Nous pouvons dire que nous, catholiques, nous avons une part de responsabilité dans ce rejet, parfois épidermique, que l’on peut rencontrer chez nos frères d’autres Églises.

3 Un peu d’histoire

Depuis le Moyen-Âge, certaines pratiques étaient devenues déviantes et finalement faisaient tort à l’image de Marie. Pour donner un exemple, certains parlaient de Marie comme de la quatrième personne de la Trinité. On faisait de Marie un intermédiaire entre Dieu et les hommes, et le Christ était en quelque sorte relégué, oublié. Les protestants ont eu raison de réagir. Il fallait sortir de cette impasse où la mariologie était parfois devenue de la mariolâtrie

Entre membres d’une même confession, il peut y avoir des sensibilités mariales très diverses. Soit on a tendance à situer Marie très haut, et on la contemple surtout comme la Reine du ciel, soit on la regarde plutôt vers le bas, vers la terre, et on la voit davantage comme l’humble servante du Seigneur. Par rapport à ces tendances que l’on qualifie dans l’Église catholique de maximalisante d’un côté et de minimisante de l’autre, il est intéressant d’interroger les Écritures, non pas pour faire une étude exégétique des textes sur Marie, mais pour regarder ce que Marie nous dit d’elle-même. Que dit Marie à l’ange lors de l’annonciation : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole ». Je suis la servante du Seigneur. Le mot grec, c’est le mot doulos qui signifie l’esclave. Marie se situe donc très bas. Mais par ailleurs d’aucun personnage biblique il avait été dit auparavant : « Désormais toutes les générations me diront bienheureuse » (Lc 1, 48). Marie ici se situe très haut. Alors peuvent naître des tensions, des oppositions, voire des allergies au sein d’une même tradition.

5 Qu’est-ce qui nous unit ?

Tous, catholiques, protestants, orthodoxes, anglicans, nous vénérons Marie, tous nous l’honorons comme la mère du Seigneur, la mère du sauveur. Les orthodoxes ont par exemple une très grande vénération à la Vierge.

6 Qu’est-ce qui nous unit ?

Pour tous, elle est le modèle de toute existence chrétienne, tout particulièrement dans le domaine de l’obéissance filiale et de la foi, l’espérance et la charité. Marie nous apparaît comme modèle de tous les croyants, elle qui fut la première en chemin, étant devenue elle-même disciple du Christ.

7 Qu’est-ce qui nous unit ?

Marie se situe donc toute entière du côté des hommes. C’est ce que toutes les confessions chrétiennes affirment. Marie est une créature humaine, une femme de l’humanité. Elle n’est donc pas une divinité. Toute mariolatrie est donc à exclure. Marie avait la foi de son peuple, elle vivait l’attente et l’espérance messianiques. Marie se situe donc du côté de l’humanité, et comme chacun d’entre nous, Marie a besoin d’être rachetée, sauvée.

8 Qu’est-ce qui nous unit ?

Nous confessons ensemble la virginité et la maternité divine de Marie. Dans le second article du symbole des apôtres, nous disons : « nous croyons en Jésus-Christ, qui a été conçu du Saint-Esprit et qui est né de la Vierge Marie ». Dans celui de Nicée-Constantinople (381), nous disons : « par le Saint-Esprit, il a pris chair de la Vierge Marie et il s’est fait homme ». Ce credo est commun à toutes les Églises puisque toutes les Églises chrétiennes reçoivent les conciles de l’Église des premiers siècles.

9 Qu’est-ce qui nous unit ?

Nous confessons ensemble la virginité et la maternité divine de Marie.
Dans le second article du symbole des apôtres, nous disons : « nous croyons en Jésus-Christ, qui a été conçu du Saint-Esprit et qui est né de la Vierge Marie ». Dans celui de Nicée-Constantinople (381), nous disons : « par le Saint-Esprit, il a pris chair de la Vierge Marie et il s’est fait homme ». Ce credo est commun à toutes les Églises puisque toutes les Églises chrétiennes reçoivent les conciles de l’Église des premiers siècles.

10 Quelles sont les questions qui fâchent et font difficulté ?

Tout d’abord, l’invocation de Marie. Nos frères protestants, qui refusent ainsi toute intercession de Marie et des saints nous rappelle ainsi que Marie nous montre son fils, elle le présente au monde parce qu’il est le chemin, la vérité et la vie. C’est vers lui que doit se fixer notre regard.

11 Quelles sont les questions qui fâchent et font difficulté ?

Le deuxième point concerne la coopération de Marie au salut. Nous, catholiques, nous affirmons que Marie a coopéré au salut. Les Églises issues de la Réforme n’aiment pas beaucoup ce mot de coopération, par crainte que l’on donne à Marie une place presque aussi importante que celle de Jésus dans le salut. Et c’est justement cela qui fait vraiment problème, c’est quand nous parlons de Marie comme co-rédemptrice. Et ils ont raison de se fâcher. Or l’Église catholique, le 31 octobre 1999, a clairement affirmé avec les luthériens : « Seul Jésus-Christ nous sauve ». Ce qui ne contredit en rien que Marie ait coopéré au salut comme instrument de Dieu.

12 Quelles sont les questions qui fâchent et font difficulté ?

Un autre terme qui fâche, c’est le terme « médiatrice » appliqué à Marie. Nous savons bien qu’il n’y a qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes. Les protestants ont raison de nous rappeler ce dogme de l’unique médiation du Christ qui est aussi le nôtre.


- Pour me contacter, clic sur CONTACT au bas du forum, indiquer votre pseudo,
- Vos messages doivent être en taille minuscule et de couleur noir en majorité,
- La couleur rouge est destiné uniquement à la modération,
- Nouveau sujet, vérifier dans "Recherche" s'il n'existe pas. Il faut qu'il soit bien étoffé, un titre explicite, bien détaillé avec des preuves fiables et vérifiables,

- Si un message ne respecte pas la "charte" du forum, merci de cliquer sur  .
-
Revenir en haut Aller en bas
http://jesusvraidieu.skyrock.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Vierge Marie et la Sainte des saintes   Mar 12 Mai 2009, 7:25 pm

Nicodème, dès mon retour je m'empresserai de lire ce post, il me semble super intéressant cheers sunny
Revenir en haut Aller en bas
Antinéa
nouveau membre
avatar

Date d'inscription : 04/05/2009
Féminin
Messages : 68
Pays : banlieue du monde
R E L I G I O N : oui je crois en Dieu (tendance chrétienne)

MessageSujet: Re: La Vierge Marie et la Sainte des saintes   Mar 12 Mai 2009, 9:34 pm

Marie, c'est la Mère du Christ Dieu, bien sûr, elle est humaine, mais elle est aussi pour beaucoup un peu "divine" car elle est, que ça plaise ou non, la représentation de la "Mère", de la Terre-Mère, de la Déesse, donc, et toutes les statues qu'on appelle "notre-Dame sous-terre" ou Vierge Noire, sont des représentations de cette divinité antique.... d'où la confusion et peut-être l'adoration un peu trop "païenne" que l'on a tendance à avoir pour elle!

Mais je ne pense pas qu'il faille minimiser son rôle! Marie intercède pour nous auprès de son Fils, pourquoi ne le ferait-elle pas? Il est parfois plus facile de s'adresser à une Mère...

Je viens d'une famille qui attachait énormément d'importance à la mariologie, et c'est peut-être ce qui me rapproche de l'orthodoxie!
pourquoi faut-il tout remettre en question sans cesse?

est-ce une tentative pour ne faire qu'une religion? alors qu'il y en a autant que d'êtres humains?
ne faut-il pas laisser à chacun le droit de croire en Dieu selon ses moyens? le droit de choisir la voie mariale sans pour cela oublier qu'elle n'est pas Dieu plus que tout être humain, mais qu'elle est tout de même "la plus proche" de son fils Jésus?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Vierge Marie et la Sainte des saintes   Mer 13 Mai 2009, 6:56 am

@Nicodème a écrit:
Citation :
Pascale Watine, théologienne catholique
cliquer ici pour consulter le texte complet

1 Un peu d’histoire

Marie n’a été pour rien dans la rupture des Églises au XVIème siècle. Marie n’a pas été la cause de la séparation, mais elle en est devenue la victime. Il faut savoir que la doctrine mariale des temps de la Réforme était très proche de celle des catholiques. Luther a d’ailleurs écrit un très beau commentaire sur le Magnificat. Des écrits réformés témoignent également d’une grande vénération à Marie, il suffit de lire le traité intitulé: « De l’honneur qui doit être rendue à la sainte Vierge Marie », publié en 1633, pour en être convaincu. Donc la Réforme protestante au XVIe siècle n’a pas d’abord été hostile à Marie. Elle a surtout été hostile aux indulgences et aux abus du clergé, d’où au départ, son désir de réformer l’Église

2 Un peu d’histoire

C’est seulement à partir du XVIIIe siècle que les protestants se sont raidis vis-à-vis de Marie, suite à des développements de la mariologie. Il y a eu tellement d’abus, d’excès de dévotions mariales chez les catholiques que les protestants avaient beaucoup de mal à nous entendre parler de Marie. Nous pouvons dire que nous, catholiques, nous avons une part de responsabilité dans ce rejet, parfois épidermique, que l’on peut rencontrer chez nos frères d’autres Églises.

3 Un peu d’histoire

Depuis le Moyen-Âge, certaines pratiques étaient devenues déviantes et finalement faisaient tort à l’image de Marie. Pour donner un exemple, certains parlaient de Marie comme de la quatrième personne de la Trinité. On faisait de Marie un intermédiaire entre Dieu et les hommes, et le Christ était en quelque sorte relégué, oublié. Les protestants ont eu raison de réagir. Il fallait sortir de cette impasse où la mariologie était parfois devenue de la mariolâtrie

Entre membres d’une même confession, il peut y avoir des sensibilités mariales très diverses. Soit on a tendance à situer Marie très haut, et on la contemple surtout comme la Reine du ciel, soit on la regarde plutôt vers le bas, vers la terre, et on la voit davantage comme l’humble servante du Seigneur. Par rapport à ces tendances que l’on qualifie dans l’Église catholique de maximalisante d’un côté et de minimisante de l’autre, il est intéressant d’interroger les Écritures, non pas pour faire une étude exégétique des textes sur Marie, mais pour regarder ce que Marie nous dit d’elle-même. Que dit Marie à l’ange lors de l’annonciation : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole ». Je suis la servante du Seigneur. Le mot grec, c’est le mot doulos qui signifie l’esclave. Marie se situe donc très bas. Mais par ailleurs d’aucun personnage biblique il avait été dit auparavant : « Désormais toutes les générations me diront bienheureuse » (Lc 1, 48). Marie ici se situe très haut. Alors peuvent naître des tensions, des oppositions, voire des allergies au sein d’une même tradition.

5 Qu’est-ce qui nous unit ?

Tous, catholiques, protestants, orthodoxes, anglicans, nous vénérons Marie, tous nous l’honorons comme la mère du Seigneur, la mère du sauveur. Les orthodoxes ont par exemple une très grande vénération à la Vierge.

6 Qu’est-ce qui nous unit ?

Pour tous, elle est le modèle de toute existence chrétienne, tout particulièrement dans le domaine de l’obéissance filiale et de la foi, l’espérance et la charité. Marie nous apparaît comme modèle de tous les croyants, elle qui fut la première en chemin, étant devenue elle-même disciple du Christ.

7 Qu’est-ce qui nous unit ?

Marie se situe donc toute entière du côté des hommes. C’est ce que toutes les confessions chrétiennes affirment. Marie est une créature humaine, une femme de l’humanité. Elle n’est donc pas une divinité. Toute mariolatrie est donc à exclure. Marie avait la foi de son peuple, elle vivait l’attente et l’espérance messianiques. Marie se situe donc du côté de l’humanité, et comme chacun d’entre nous, Marie a besoin d’être rachetée, sauvée.

8 Qu’est-ce qui nous unit ?

Nous confessons ensemble la virginité et la maternité divine de Marie. Dans le second article du symbole des apôtres, nous disons : « nous croyons en Jésus-Christ, qui a été conçu du Saint-Esprit et qui est né de la Vierge Marie ». Dans celui de Nicée-Constantinople (381), nous disons : « par le Saint-Esprit, il a pris chair de la Vierge Marie et il s’est fait homme ». Ce credo est commun à toutes les Églises puisque toutes les Églises chrétiennes reçoivent les conciles de l’Église des premiers siècles.

9 Qu’est-ce qui nous unit ?

Nous confessons ensemble la virginité et la maternité divine de Marie.
Dans le second article du symbole des apôtres, nous disons : « nous croyons en Jésus-Christ, qui a été conçu du Saint-Esprit et qui est né de la Vierge Marie ». Dans celui de Nicée-Constantinople (381), nous disons : « par le Saint-Esprit, il a pris chair de la Vierge Marie et il s’est fait homme ». Ce credo est commun à toutes les Églises puisque toutes les Églises chrétiennes reçoivent les conciles de l’Église des premiers siècles.

10 Quelles sont les questions qui fâchent et font difficulté ?

Tout d’abord, l’invocation de Marie. Nos frères protestants, qui refusent ainsi toute intercession de Marie et des saints nous rappelle ainsi que Marie nous montre son fils, elle le présente au monde parce qu’il est le chemin, la vérité et la vie. C’est vers lui que doit se fixer notre regard.

11 Quelles sont les questions qui fâchent et font difficulté ?

Le deuxième point concerne la coopération de Marie au salut. Nous, catholiques, nous affirmons que Marie a coopéré au salut. Les Églises issues de la Réforme n’aiment pas beaucoup ce mot de coopération, par crainte que l’on donne à Marie une place presque aussi importante que celle de Jésus dans le salut. Et c’est justement cela qui fait vraiment problème, c’est quand nous parlons de Marie comme co-rédemptrice. Et ils ont raison de se fâcher. Or l’Église catholique, le 31 octobre 1999, a clairement affirmé avec les luthériens : « Seul Jésus-Christ nous sauve ». Ce qui ne contredit en rien que Marie ait coopéré au salut comme instrument de Dieu.

12 Quelles sont les questions qui fâchent et font difficulté ?

Un autre terme qui fâche, c’est le terme « médiatrice » appliqué à Marie. Nous savons bien qu’il n’y a qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes. Les protestants ont raison de nous rappeler ce dogme de l’unique médiation du Christ qui est aussi le nôtre.
Je souscris tout-à-fait à ce texte et concernant le rôle de Marie-corédemptrice, je me permets de rappeler les apparitions d'Amsterdam qui ont eu lieu à partir du 25 mars 1949 jusqu'au 31 mai 1959 à Ida Peerdeman et reconnues par l'évêque du lieu le 31 mai 2002.

Ces apparitions ne sont pas à confondre et n'ont aucun lien avec le mouvement fondé au Canada par Marie-Paule Giguère et excommunié.

Pour plus d'infos : www.laudate.org

Il va de soi que les révélations privées ne font pas partie du dépôt de la foi et n'ajoutent rien à la Révélation, cependant il est téméraire de vouloir éteindre l'Esprit surtout si l'Eglise se prononce en faveur de telles révélations privées. Cependant nul catholique n'est obligé d'y adhérer.

Afdeling Publiciteit

Nieuwe Gracht 80, 2011 NJ Haarlem
Postbus 1053, 2001 BB Haarlem
telefoon 023 - 511 26 60
06-21278385
telefax 023 - 511 26 59
wpeeters@bisdomhaarlem.nl
document en PDF
Haarlem, le 18 septembre 2007


Communiqué

À la suite d'une ordination sacerdotale non autorisée et invalide, une peine d'excommunication vient d'être prononcée à Rome par la Congrégation de la Foi à l’encontre de certains membres d'un mouvement canadien du nom d’ « Armée de Marie ». Ce mouvement se base sur des « visions » de sa fondatrice, une certaine Marie-Paule Giguère. Il se réfère par ailleurs à quelques révélations privées dont celles de Fatima, de Paris et d'Amsterdam. Surtout, il opère une confusion entre la dévotion à la Dame de tous les Peuples et des idées erronées, jetant le discrédit sur l'ensemble de cette dévotion. Pour ne citer qu'un exemple, la fondatrice se fait passer pour la réincarnation de la Vierge Marie. Dès 1987, les évêques canadiens ont interdit le mouvement.

Il y a environ trente ans, longtemps donc avant cette interdiction, Marie-Paule Giguère s’est rendue à Amsterdam. Dans ses écrits, elle prétend que la voyante d'Amsterdam, Ida Peerdeman, a appuyé sa « mission ». Des témoins directs confirment l’existence de cette rencontre, mais selon eux, Ida Peerdeman a clairement pris ses distances vis-à-vis de Marie-Paule Giguère. Aucun document, que ce soit dans les archives de la Fondation « Dame de tous les Peuples » ou dans celles de l'évêché, ne vient corroborer les allégations de Madame Giguère, aucun n’y fait la moindre allusion. De même, les « Messages d'Amsterdam » ne contiennent aucun texte ni aucune allusion qui pourrait étayer ces allégations d’une « mission » particulière.

En 2004, dans une réponse écrite adressée à l'archevêque de Québec qui l'interrogeait sur le sujet, l'évêque de Haarlem (Amsterdam) excluait formellement « tout lien entre la dévotion à la Dame de tous les Peuples et le mouvement de Marie-Paule Giguère ». Il affirmait qu’il est « évident que tant la Fondation Dame de tous les Peuples que lui-même s'en écarte complètement ».

Les média confondent souvent ce mouvement canadien avec la Fondation Dame de tous les Peuples. Qu'il soit clairement établi que les deux n'ont rien à voir l’un avec l’autre. C'est une des raisons pour lesquelles l'évêque se réjouit de la décision de la Congrégation de la Foi, qui, il l’espère, mettra un terme à cette confusion de manière à ce que cette belle dévotion d’actualité à la Dame et Mère de tous les Peuples puisse prendre tout son essor dans la plus grande authenticité.

service de presse de l’évêché/wp


Pour ma part j'ai signé la pétition en ligne adressée au St Père pour demander la promulgation du dogme de Marie co-rédemptrice car pour moi cela coule de source, dès l'Annonciation Marie devient associée à la Rédemption. Au pied de la Croix Jésus nous la donne pour Mère, Jésus associe Marie à Notre Salut.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Vierge Marie et la Sainte des saintes   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Vierge Marie et la Sainte des saintes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nous sommes vos enfants, Très Sainte Vierge Marie
» Le rosier mystique de la Très Sainte Vierge Marie ou le Très Saint Rosaire, .. 1840 :
» Devotion à la Tres Sainte Vierge Marie
» Statue de la Vierge Marie qui pleure du sang
» Fête de Ste Anne et Saint joachim :les parents de la Vierge Marie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*** Forum Religions *** :: C H R I S T I A N I S M E :: Sanctuaires - Communautés Religieuses - Dévotions - autres... :: Sanctuaires-